DECLARATION DE L’ASSEMBLEE GENERALE « ASSISES NATIONALES DU CONGO »TENUE A PARIS LE 26 OCTOBRE 2014

assises

Peuple Congolais,

Chers(es) Citoyennes, Citoyens et amis du Congo Brazzaville de l’intérieur et de l’extérieur.

Depuis plusieurs années, le Congo connait une crise politique, sociale et culturelle dont une des dimensions importantes est l’absence d’élections libres et démocratiques. Deux ans avant la fin du second et dernier mandat du Général-président Denis Sassou Nguesso fixée au mois d’août 2016, conscients des enjeux spécifiques au Congo-Brazzaville et géostratégiques en Afrique, les Congolaises et les Congolais récusent la perpétuation de l’ordre despotique rétabli au Congo depuis le coup d’État de 1997.

Plus que jamais, les citoyennes et citoyens du Congo Brazzaville savent que le Général-président veut empêcher l’alternance démocratique en reniant sa propre constitution dans le seul dessein de conservation du pouvoir. Ces citoyennes et citoyens sont angoissés par l’accumulation des périls à l’horizon liés aux manœuvres dilatoires du régime de Brazzaville qui s’apprête, avec cynisme, à organiser un passage en force. Ces périls sont d’autant plus préoccupants qu’ils dévoilent chaque jour la stratégie de déstabilisation de la région Afrique Centrale du Général-président.

Dans l’objectif du changement de système politique au Congo, la Plateforme associative « Assises Nationales du  Congo » fonde son action sur les exigences déjà formulées et rendues publiques au mois de Juin 2014 à savoir :

  • Le refus de la modification ou du changement de la constitution congolaise du 20 janvier 2002 afin de signer la fin du régime d’exception actuel et de laisser le peuple prendre en main son destin ;

  • Le refus de tout référendum sur la constitution ;

  • Le rejet total des résultats du recensement administratif spécial 2013 ;

  • Le refus d’organisation d’élection sans une commission électorale nationale indépendante dûment accréditée par toutes les parties prenantes à savoir : les partis politiques, la société civile, sous l’égide de l’Union Africaine, des Nations Unies et de l’Organisation Internationale de la Francophonie ;

  • Le refus catégorique de toute participation à un gouvernement d’union nationale qui ne répondrait pas aux aspirations souveraines du peuple congolais ;

  • La fin du régime d’exception instauré depuis 1997 et la nécessité d’un nouvel ordre politique, économique et social au plus tard en août 2016.

Sur cette base, les Assises Nationales du Congo remercient et félicitent le peuple Congolais pour avoir répondu massivement à l’appel au boycott du simulacre de scrutin local et municipal du 28 septembre 2014, appel lancé par toutes les Forces Vives de la Nation au Congo et à l’étranger. Avec moins de 10 % de votants à cette mascarade électorale, l’opinion internationale peut constater combien est ferme la volonté du peuple congolais à s’opposer à toutes les magouilles électorales et à toutes les velléités de brigandage politique et sécuritaire en préparation dans les officines du régime d’exception du Général-président.

Par ailleurs, les Assises Nationales du Congo, appuient la démarche des victimes, des parents et de tous nos compatriotes, victimes des violations des droits humains au Congo-Brazzaville. Elles saluent la décision de la Justice Française du 08 octobre 2014 dans « l’affaire des disparus du Beach ». En effet, la poursuite des procédures judiciaires contre les auteurs des crimes humains et leurs commanditaires directs ou indirects est un acte salutaire, d’autant plus que le pouvoir de Brazzaville ne cesse de briller par son mépris des droits fondamentaux.

C’est pourquoi, nous dénonçons vigoureusement les persécutions, les disparitions forcées et autres crimes graves qui se multiplient ces derniers mois dans notre pays. Entre autres cas que nous déplorons, ceux

  • De Monsieur BOUZEZE MILANDOU Chardin, arrêté le 26 décembre 2013 et porté disparu depuis le mois de janvier 2014 comme l’atteste le communiqué en date du 15 septembre 2014 de l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme.

  • Du docteur NIANGUI MANKELE Eugène, enlevé et séquestré dans les geôles privées du général Philippe Obara directeur général de la DGST depuis le 13 septembre 2014.

  • De Monsieur Alphonse NSIMBA NDIMBANI, Président fondateur du parti politique FPU (Front des Patriotes Unis), enlevé à Pointe-Noire le 02 octobre 2014 et déporté vers la même DGST à Brazzaville, aujourd’hui entre la vie et la mort après des séances de torture.

  • En tout état de cause et au nom de tous les démocrates congolais, nous tenons et tiendrons pour responsable le Général-président Sassou Nguesso et ses sbires, des arrestations arbitraires et des traitements humains dégradants que subissent nos compatriotes.

C’est pourquoi, les Assises Nationales du Congo rappellent à l’opinion nationale et internationale que l’histoire post-indépendance de notre pays est lourdement entachée de larmes et du sang des innocents, victimes de l’intolérance et du terrorisme d’État, et que Denis Sassou Nguesso est un dictateur à double visage, médiateur autoproclamé dans les conflits sous-régionaux et chef militaire agressif et brutal contre ses compatriotes.

C’est ici l’occasion pour la plateforme « Assises nationales du Congo », d’appeler la Force Publique Républicaine à se désolidariser de l’action politique et sécuritaire funeste de ce Général-président et de ses suppôts.

La plateforme associative « Assises nationales du Congo » invite les partenaires politiques et économiques du Congo en particulier, la communauté internationale en général, à s’investir dans la restauration d’un véritable État de droit dans notre pays. Ce combat politique du peuple congolais est aussi le votre, car il est le seul gage de la sécurité et de la quiétude sociale et économique dont ont besoin le Congo, ses citoyens et ses amis, dans une Afrique centrale en proie à de graves crises politiques, sécuritaires et confessionnelles.

En outre, les Assises Nationales du Congo soulignent fermement, qu’au-delà de son combat contre les violations des droits humains, notre peuple veut mettre fin aux crimes économiques qui caractérisent le régime du Général-président qui a pris la République en otage pour s’approprier les ressources pétrolières. Dans cet esprit, nous nous engageons à soutenir énergiquement toutes les initiatives et toutes les procédures judiciaires visant les Biens mal acquis, la corruption et le pillage massif du Congo au profit d’un clan.

En conséquence, les Forces vives de la Nation, réunies en Assemblée Générale de la plateforme « Assises Nationales du Congo », invitent les populations de tous nos villages et villes, et celles de la diaspora, à la résistance et à la dénonciation vigoureuse de l’oppression et de la paupérisation dont elles sont si injustement victimes depuis plus de dix sept (17) ans. Elles lancent un vibrant appel au rassemblement des forces politiques, associatives et patriotiques, au Congo et à l’étranger. Elles les exhortent à la mobilisation en vue de mettre fin au système politique moyenâgeux qui met en péril nos vies, celles de nos enfants et petits-enfants.

  • Chères sœurs, chers frères et cher(e)s ami(e)s du Congo, où que vous soyez, au pays ou à l’étranger, Unissons-nous pour que triomphe notre cause commune.

  • Officiers, sous officiers, hommes de rang, gendarmes, policiers et matelots, votre honneur et votre devoir est de protéger le peuple auquel vous appartenez, avec lequel vous subissez quotidiennement l’humiliation et endurez la même misère et les mêmes peines. Nous savons que vous êtes offusqués par « la raison de ces plus riches et plus forts » qui barbotent dans une opulence ostentatoire, que vous êtes et resterez les garants d’une nation unie libérée du régime d’exception que subit notre pays. La plateforme « Assises nationales du Congo » vous invite à rejoindre le peuple dans son combat pour la liberté et la restauration de l’État de droit dans ce qui est et restera notre patrie à tous.

  • Travailleuses et travailleurs congolais, votre cause est la nôtre. Votre emploi, votre salaire, vous le méritez. Nous vous appelons à revendiquer votre droit légitime à exister librement et en toute sécurité. Refusez la servitude volontaire qui rend possible la perpétuation du mal qui est le pouvoir actuel.

  • Jeunes congolaises et congolais, votre avenir nous préoccupe. Il sera la conséquence de votre lucidité et de votre détermination à combattre la corruption et la dictature aujourd’hui. Levez-vous pour vilipendez ceux qui en sont les auteurs, pour dire NON ! au dictateur Sassou Nguesso et à son régime.

Enfin, les Assises Nationales du Congo, réunies en Assemblée Générale ce jour, sont solidaires de la lutte du peuple frère burkinabé qui montre la voie à suivre dans le combat des africains contre les dictatures qui s’accrochent au pouvoir.

Vive l’idéal de liberté et de dignité !

Vive la fin du régime d’exception, maintenant et au plus tard en 2016 !

Vive la restauration de la démocratie !

Fait à Paris, le 26 octobre 2014.

POUR LA PLATEFORME « ASSISES NATIONALES DU CONGO »,

L’ASSEMBLEE GENERALE

Association Loi 1901 déclarée Préfecture de police de Paris récépissé n°W7512246551

Contacts: 00(33) 07.54.11.15.99 e-mail: dynamiquesassises@hotmail.com site: www.assisesnationalesducongo.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à DECLARATION DE L’ASSEMBLEE GENERALE « ASSISES NATIONALES DU CONGO »TENUE A PARIS LE 26 OCTOBRE 2014

  1. force vive anti traitre dans la diaspora congolaise dit :

    Dans l’entreprise, on recherche et on regroupe les meilleurs talents et c’est d’ailleurs l’esprit des assises nationales du Congo.

    Cependant, la dictature Sassou Nguesso, on divise pour mieux régner ou perdurer la tyrannie, le cynisme et le despotisme.

    C’est les raisons pour lesquelles les traitres, serviteurs volontaires et les valets étrangers du pouvoir Sassou Nguesso posent bien de sérieux problèmes aux assises nationales pour l’alternance politique.

    Par ailleurs, on ne tire jamais sur un cadavre, et si on tire sur vous, c’est que vous êtes un vivant. Alors, les assises nationales restant plus vivant ou plus combattif, organisationnel, managérial et stratégique que jamais…

  2. PATRIOTE ATTERRE dit :

    BRAVO!
    Il était temps!
    DEBOUT LA DIASPORA! A L’EXEMPLE DES BURKINABÉS QUI VIENNENT D’INCENDIER L’ENCEINTE DU PARLEMENT!

  3. Républicain dit :

    La démocratie c’est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Les assises du Congo ont le droit légitime d’appeler au us du changement de la constitution au Congo. De la même manière que d’autres citoyens ont aussi le droit inaliénable de donner leur opinion a ce sujet. Depuis un certain temps le camp du oui au référendum constitutionnel gagne du terrain. Le gouvernement son président ont le devoir de laisser le peuple trancher. Le peuple ne tranché ni par les appels, ni par les les assises. Il tranche par le vote. Pour voir quel est le camp majoritaire, il n’y a qu’une seule formule démocratiquement admise: le référendum constitutionnel. C’est pourquoi gardons nous de vouloir imposer un point de vue par l’invective. Le peuple souverain doit dire si oui ou non un nouveau pacte républicains est nécessaire.
    Il me semble que la constitution du 20 janvier, a en croire certain, et cela me semble bien fondé, à fait son temps en stabilisant le pays, en relançant l’économie. D’où un nouveau texte capable d’équilibrer les pouvoirs, et d’impulser le pays vers l’émergence.
    L’heure n’est plus sur le principe du oui ou du non, mais au comment faire pour que les équilibres généraux soient préservés. Donc, il s’agit aujourd’hui, d’éviter de rompre l’élan du développement que connaît le pays. Les grands projets en cours doivent se réaliser dans la vision actuelle. Chacun et chacune doit travailler pour l’amélioration des conditions juridiques et politiques. Nous savons tous que l’actuel le constitution ne les garanties pas assez:
    – les jeunes et les sages doivent être pris en compte;
    – le contrôle parlementaire doit être rehausser;
    – les ministres doivent être mieux et contrôler et au besoin défier;
    Autant de changements à apporter a cette constitution de plus en plus déphasée.

    Il ne s’agit donc pas de focaliser le débat sur la personne de SASSOU, mais de mettre en place une constitution garantissant les conditions permissives d’une vrai démocratie; et partant, d’un développement plus accéléré du pays.

    Que ceux qui ont appelé au changement constitutionnel depuis des années comme Mathias Dzon se garde de toute versatilité et continue à défendre son pacte républicain de 2009, dans le quel il appelait de ses vœux le changement de la constitution de 2002. C’était alors sa priorité numéro 1.

    Le débat sur le changement de la constitution a franchi un cap, la question du pour ou du contre est caduque, il reste la question du comment irons nous a ce référendum?

    Libre opinion.

  4. force vive anti traitre dans la diaspora congolaise dit :

    @Républicain, pourquoi ne pas demander à tous les présidents et gouvernements issus des peuples libres à négocier et ou d’organiser des referendums afin les présidents ou gouvernements en exercice puissent rester au pouvoir pendant 15, 20, 27, 30, 35, 40 ans?

    Bien sûr que ces pouvoirs seraient susceptibles à cette proposition. Alors, pourquoi cela n’est pas possible en occident? C’est parce que en occident tout est contestable ou est loi, règlement, institution, état d’esprit, civilisation, sciences, technologies, raison, conscience et puis.

    Pourquoi viennent les africains t-ils nous donner des leçons de relations sociales, de culture, de société et de civilisation, alors qu’ils ne sont pas capables de structurer et d’organiser dans leur environnement africain des processus politiques plus démocratiques? Ça ne colle pas !

    Bien sûr qu’il y’ en aura toujours des boucs émissaires, jadis ce fût l’occident et aujourd’hui encore l’occident, et désormais la Chine, l’Inde, le Brésil, les émirats arabes-unis et puis…!

    En effet, dans les régimes politiques dictatoriaux, le processus de l’alternance politique tient non pas à la volonté manifeste du peuple souverain à aspirer au changement mais de celle d’un homme, dictateur, tyran ou despote…
    Ce dernier est-il conscient, et raisonnable?

    La conscience et la raison font la différence fondamentale entre l’homme et l’animal.
    En cas d’incartade raciste comme quoi « les africains ne sont pas intelligents – les africains ne sont pas capables de repenser la démocratie et la civilisation – les africains fonctionnent comme des animaux ou tout simplement que les africains ne sont pas raisonnable ».

    A qui s’en prendre, au déterminisme naturel, à l’anthropologie africaine et/ ou à l’éducation et la culture de ses êtres irraisonnés à l’échelle politique? Oui, les africains se ridiculisent entre eux-même et nous le savions d’ailleurs dès XVe siècle. Nous les utilisons et les utiliserons à bon escient jusqu’en 2100 et plus pour nos intérêts vitaux… C’est à suivre !

  5. Téléma dit :

    Voilà ce que nous attendions depuis longtemps de votre part, vous les Politiciens. La prochaine étape serait d’aller à Luanda. Luanda c’est notre assurance-vie contre les cobras de Sassou.

    Sassou n’a qu’à bien se tenir, lui qui osa braver l’Homme le plus puissant du monde i.e. Barack Hussein OBAMA.

    Sassou regarde comment ton ami Blaise Comparé vient de capituler sans combat? Il doit sa vie aujourd’hui que grâce aux ambassadeurs des USA et de la France qui ont demandé que sa vie soit sauve. C’est le prix à payer quand vous osez braver le Roi des Rois. Alors, Sassou parle maintenant que l’un de votre trio – Sassou-Eyadema-Compaoré- vient de se faire hara kiri? Parle encore des hommes forts pour des institutions fortes?

    Bo méka Sassou! Ba keba na bango!

    Oh Sassou. Au fait, les milliards que tu as donnés à Compaoré pour acheter ses deputes n’ont servi à rien. L’argent des congolais encore jetés par les fenêtres. Les députés burkinabés ont pris l’argent et la clé des champs.

    Sassou, il faut savoir lire les signes du temps. Tu es au pouvoir depuis juillet 1968. Tu as des petits enfants; alors va prendre soin d’eux au lieu de sortir par la petite porte. Obama a juré d’obtenir ta peau tout comme celles de Compaoré et Eyadema. Personne ne pourra vous délivrer.

    Un conseil: n’essaie pas de sortir tes cobras et mercenaires contre le Peuple Congolais lorsqu’il va descendre dans les rues pour aller te déloger. Luanda n’hésitera pas d’intervenir jusqu’à Oyo.

    Sassou, n’oublie pas ce conseil: Luanda a reçu des consignes très clairs à ton propos.

    Aux officiers de la malice cobra, soyez braves pour une fois dans vos vie. Déposez Sassou Ébola, et ce en suivant l’exemple de vos frères d’armes du Burkina Faso qui ont abandonné le criminal Campaoré. Si vous ne suivez pas cet exemple, tant pis c’est Luanda qui viendra faire le travail à votre place.

  6. Madouma Lissafi,

    A congo na bisso, PLUTÔT, congo na bino, celui des fous et criminels du pct!

    Le péril fécal qui infeste Brazzaville mérite que les mouches bourdonnent afin d’attirer l’attention des congolais du danger nauséabond permanent dont ils sont victimes.

    Dans l’article relatif au soutien de js itoua et M. Dzon apporté à sassou, des insultes d’une obscénité très violente, propre aux pécétistes, congo na bisso (j’espère que ce n’est nullement Congo ya sika), ont pris place sur le trône de la raison.

    Ainsi, en dépit de ces comportements scabreux issus des rangs anciens et nouveaux habillés en peaux d’iguane des pseudos démocrates du pct aux abois, je revendique le DROIT DE BOURDONNER TOUS LES JOURS POUR L’INTERÊT DEMOCRATIQUE DES CONGOLAIS.
    AUQUEL JE SOUHAITE VOIR ARRIVER AUX CÔTES DES VRAIS DEMOCRATES CONGOLAISLA GRANDE LIBERTE.

    A congo na bisso, tu peux trembler à l’écoute des valises de départ que le peuple bourkinabè vient de remettre à blaise compaoré ce soir.

    Des récentes informations de ce soir (21h30h) heure de Paris, l’on apprend que l’Armée ou les vrais militaires bourkinabés viennent de rejoindre l’opposition en route vers la chute du dictateur compaoré.

    Nous estimons donc que les VRAIS MILITAIRES DU CONGO BRAZZAVILLE DOIVENT SE TENIR PRÊTS AFIN DE SOUTENIR LE PEUPLE CONGOLAIS CONTRE sassou dénis dans les SEMAINES A VENIR.

    congo na bisso, tu peux TREMBLER, CAR, LA MOUCHE DEMOCRATIQUE CONTINUE DE BOURDONNER JUSQU’A LA DISSOLUTION DE VOS QUATRE MILICES QUI ONT NOYE NOTRE PAYS.

    VIVE LA RECONCILIATION NATIONALE!
    VIVE LA CHUTE DE compaoré blaise et de sassou dénis.
    VIVE LA DISSOLUTION.

    NOS VRAIS VALEUREUX MILITAIRES AURONT UNE VRAIE ARMEE, LES POILICIERS, UNE VRAIE POLICE, LES GENDARMES, UNE VRAIE GENDARMERIE, LES AGENTS SPECIAUX, DE VRAIS SERVICES SPECIAUX.

    A BAS congo na bisso plutôt CONGO NA BINO, vous LES PECETITES.

  7. Adolph dit :

    Il me semble finalement que « les Assises » tiennent à valider le Pouvoir de Denis SASSOU NGUESSO en continuant de parler de 2016.

    C’est très confus votre attitude.

  8. force vive anti traitre dans la diaspora congolaise dit :

    @Adolph, il me semble que vous n’avez pas de couilles, car vous ne compté que sur les assises pour botter votre cul. En réalité, j’emmerde votre attitudes très très confus ou proche des traitres du pouvoir de sassou.

  9. Adolph HITLER, au PLUS TARD aout 2016. Ceux qui connaissent la langue francaise, savent ce que cela signifie . Vous n’avez pas besoin d’un dessin pour le comprendre, sauf a vouloir jouer alors que l’heure est plus que grave. On peut vous l’expliquer en Kitouba ou en lingala. Mais pas en Allemand mon cher Adolph HITLER..

  10. Marie-Laure MAM'S dit :

    Nos amis des « assises », tout au moins ceux qui viennent les défendre sur cet espace, confondent une plate forme de réflexion, sous forme associative, regroupant des individualités ou structures de toute tendance, avec un parti politique auquel il confère le pouvoir magique de constituer un espoir pour le Congo.

    Rien que ça !

    Avec un zèle sans commune mesure, ils prétendent avoir non seulement la bénédiction, mais aussi l’assurance de voir leur sauveur outre-Atlantique, qui viendrait à bout du tyran malheureusement offert en guise de châtiment, au peuple congolais.

    Heureusement pour nous et malheureusement pour ces oiseaux migrateurs, le printemps burkinabais, semble les ramener à la réalité des luttes contre toute forme d’oppression ou de dictature, ne pouvant être menées ou gagnées, sans un encrage sur le terrain.

    Il se trouve que, à en croire un des membres de ces fameuses assisses, beaucoup de participants à cette plate forme ont pour relais sur le territoire des collaborateurs du régime qui s’emploie par tous les moyens à conserver le pouvoir.

    De fait, force est de constater que cette plate forme, bien que pouvant constituer un cercle de réflexion sur le devenir du Congo dans un contexte de manœuvre engagées par le pouvoir pour assurer sa pérennité, il est loin de constituer, sinon de façon virtuelle, une alternative à la dictature des rejetons de l’Alima.

    La solution au problème congolais ne viendra que des acteurs qui sont sur le terrain, dans leur interaction avec la population. Et, en première ligne de cette lutte se trouve à mon sens le collectif des partis de l’opposition.

    L’idéal serait que le pouvoir en place tire les leçons de ce qui se passe au Burkina, mais aussi des appels intérieurs et extérieurs en faveur de l’alternance, pour amorcer un dialogue, en vue d’une sortie de crise honorable.

    Autrement, nous nous encageons dans un univers incertain dont ce pouvoir n’a aucune garantie de succès, en cas d’engagement d’un rapport de force aussi médiatique que dans le cas burkinabais.

    Contrairement aux illuminés, vêtus de probité candide, qui viennent crier au voleur à tout bout de champ, l’essentiel aujourd’hui est dans la détermination à chasser le tyran de son fauteuil, au coté de tous ceux qui partagent cette engagement sans compromis ni compromission.

    Au Burkina, ce ne sont pas des personnes assises à des milliers de kilomètres qui conduisent le mouvement, mais la population, au milieu de laquelle on trouve et on plébiscite entre autre, des hommes comme le général Kouamé Lougué, ancien proche de Blaise, ayant participé à ce forfait qui a enlevé à l’Afrique un de ces digne fils, en la personne de Thomas Sankara.

    Mais, ce niveau de sagesse et de compétence, on leur trouvera surement au Congo et j’en suis persuadée.

    Une chose est certaine, on ne trouvera pas ce niveau d’envergure chez ceux qui font les poubelles de Magenta, les Madoungou Lissafi, les Olivier Mouébara, les Placide Ondongo, … qui sont plus aptes à la cyber-politique qu’à des actions concrètes et réfléchis.

  11. Isidore AYA de Makoua dit :

    SASSOU NGUESSO EST LA MERDE DU NORD CONGO ET OU DU CONGO TOUT ENTIER…

    SCIENCES COGNITIVES, LIGNÉES COGNITIVES ET PUIS…
    SCIENCES PURES, SOCIÉTÉS ET CIVILISATIONS NOUVELLES !
    L’humanité savait déjà calculé de 1 à 9 et …

    Mais, le plus dure en mathématiques, ce fut l’invention du chiffre:0, car, il permit de faire de dizaines, de centaines, de milliers, de millions et des milliards de combinaisons de chiffres…

    Qui a inventé le chiffre 0?, c’est en Inde qu’on inventé le chiffre 0 et la trigonométrie et si vous savez le reste des inventions … rencontré Isidore AYA TONGA… ou opération ISIS…

    Neurosciences: pourquoi la relation amoureuse est dans le cerveau?

    Philosophie – ce n’est pas à cause de l’attraction terrestre (forces centrifuges) que des gens tombent amoureux (Albert Einstein, scientifique américain d’origine germanique, 1879 – 1955) !

    C’est plutôt à cause de la coopération ou de l’antagonisme entre les trois cerveaux que nous tombions amoureux ou non d’un partenaire. En faite, la relation amoureuse ou sentimentale obéit à trois commandes encéphaliques ou cérébrales.

    1- la commande sociale ou sensationnelle (cerveau reptilien)
    Mot clé: feeling, beauté, la morphologie du corps, sensation attractive, travail, argent, pouvoir, fortune, tradition, culture, etc

    2- la commande émotionnelle ou affective (cerveau limbique)
    Mot clé: émotions, habitudes, comportements, joie, euphorie, hormones, la fascination, les phéromones, humour, humeur, gout, olfaction, rêves, attachement, affectif, mémoire, subconscient, etc

    3- la commande sentimentale ou consciente (cognitif, néocortex)
    Mot clé: l’âme, le mental, le moral, l’envie, l’intelligence, le savoir, le savoir-être, le savoir-vivre, la santé morale, la santé mentale, l’optimisme, le caractère, le bien-être, le bonheur, la motivation, le psychisme, l’état d’esprit, les sentiments, la raison, la conscience, etc

    L’information amoureuse pénètre par le cerveau reptilien (social) puis arrive au limbique (affectif) et celui-ci la transmet au néocortex (la raison) pour y être analysée, interprétée et traduite en sentiment (amoureux) ou non (pas amoureux).
    C’est parce que les trois cerveaux coopèrent entre eux que l’on tombe amoureux et dans le cas contraire, ils fonctionnent en antagonisme. http://www.youtube.com/watch?v=b1lFPbLKbtM

  12. Téléma dit :

    ya mé kuma kaka ya ku finga ba pangui? Samu ya Iki? Ba Assises ni ba wu ké na ku empêcher béno na ku binguissa Mfumu ya béno Sassou?

    Béno bika ba kélé na ba pangui mé sala béno kuma messi vé. Béno kwenda ba nzinga ya béno, béton mpé ké landa ba nzila ya béto.

    Béno bika ba colère na mindondo na ba pangui. Mfumu ya ba Mfumu kélé na béto ba congolais. Tâ Dos Santos kélé na béto ba congolais. Ba congolais kélé na béto. Ba zaba ba Nani kélé na Mfumu ya béno ina mé bébissa bwala.

    Ya Kelé Vé. Béno bika songui songui na bi bwakéla na pamba

  13. LULENDO de Ponton dit :

    Le rêve de tout un continent : l’installation de la démocratie en Afrique est en vue.
    . Le d’ordre est clair; seul le peuple souverain est l’émanation de tout pouvoir politique.

    Finis les putschs, les fraudes claniques, l’injustice, la flatterie des dirigeants corrompus, les bals des affidés de tout bord. Le peuple est souverain et veut le montrer.

    Après Sassou, il faut absolument, une période de consolidation des étais démocratiques. Cette période d’ assainissement méthodique sera pilotée par un collège formé des membres de la Diaspora . Tout devra être revu et corrigé avant tout appel aux urnes.

    Il faut craindre que le peuple du Burkina ne perde sa victoire si cette transition n’était pas un moment d’assainissement et consolidation! L’armée est horriblement corrompue en Afrique. Elle est au service d’un homme déjà bien corrompu.

Laisser un commentaire