GILDAS LE LIDEC : le récit d’un ambassadeur au coeur de la crise ivoirienne  » De Phnom Penh à Abidjan »

Gildas le lidec

Gildas le Lidec

Gildas Le Lidec est d’abord un grand Diplomate français qui a été Ambassadeur de son pays dans plusieurs pays asiatiques, au Vietnam, au Japon et en Thaïlande. Mais c’est en Afrique, dans le continent qui l’a vu naitre à Bangui en 1947, que le diplomate français a découvert les autres facettes du métier d’ambassadeur qui n’avaient rien à voir avec celui des postes prestigieux qu’il a connus en Asie.

Dans son ouvrage «  De Phnom Penh à Abidjan », il raconte minute par minute les faits les plus importants de la crise ivoirienne, lui qui était Ambassadeur de France de 2002 à 2008 dans le pays de Laurent Gbagbo. Son témoignage tranche avec la version officielle de la France et apporte une nuance qui devrait satisfaire les chercheurs et les historiens de la Côte d’Ivoire, mais aussi ceux qui s’intéressent aux relations tumultueuses entre la France et ses anciennes colonies : assassinat de Jean Hélène le correspondant de RFI à Abidjan, bombardement des ponts Charles de Gaulle et Houphouët Boigny par les militaires français, ses rapports très difficiles avec le commandant de la Force Licorne, le Général Poncet, négociations de Marcoussis et celles pendant la guerre civile qui a déchiré la Côte d’Ivoire, missions parallèles des porteurs de mallettes, la roublardise de Guillaume Soro et d’Alassane Ouattara, et ses entretiens presque quotidiens et particuliers avec le Président Gbagbo…

Ambassadeur de France à Kinshasa en République Démocratique du Congo (1999-2002), il remet en cause la version officielle sur l’assassinat du Président Laurent Désiré Kabila, qu’il devait rencontrer le jour de sa mort, et s’étonne de la présence de l’Ambassadeur des Etats-Unis, juste après sur les lieux du drame, donnant des ordres au personnel du Palais ! Ces événements lui ont valu la réputation d’un diplomate « putschiste » et en service commandé de la France. Le Président malgache Marc Ravalomanana l’accusa de mauvais œil et le Camerounais Paul Biya, refusa qu’il soit ambassadeur dans son pays. Cet ouvrage est une immersion dans les coulisses de la diplomatie française qui n’a rien à envier, parfois, à un roman de James Bond. A LIRE ABSOLUMENT…

De Phnom Penh à AbidjanLivre

Prix de vente : 26 euros chez l’Édition l’Harmattan.

Diffusé le 26 novembre 2014, par www.congo-liberty.com

 

Ce contenu a été publié dans Les articles, LIVRES A LIRE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à GILDAS LE LIDEC : le récit d’un ambassadeur au coeur de la crise ivoirienne  » De Phnom Penh à Abidjan »

  1. guerre machiavelique dit :

    ALERTE INFO

    Après avoir acheter le site mwinda à hauteur 50,000 euros,

    Après avoir hacker le site Brazzanews par les meilleurs des hackers chinois, malaisiens et singapouriens actuellement au Congo – le cout de cette opération est évalué à 250, 000 euros des deniers publics congolais.

    Les prochains sites-cibles sont et par ordre sont: congo-liberty.com puis zenga-mambu et enfin congopage.com et cela bien avant fevrier 2015.

    Les hackers chinois y travaillent activement nuit et jour et actuellement à travers des plateformes secrètes situées à Oyo, à Brazzaville et dans trois localités identifiées en Asie du Sud-Est.

    D’autres sites d’e-commerce français appartenant aux opposants congolais sont dans leur ligne de mire – mais la France gouvernementale numérique ne verra que du feu.

    Les hackers chinois sont entrain de prouver via sassou nguesso le financier occulte qu’on peut foutre le bordel dans n’importe quel site appartenant aux opposants congolais de France à Sassou Nguesso.

    Zenga mambu, Congo-liberty, congopage et puis… bientôt hors-conection.

    Cout de l’investissement total de 2014/2015: 3 millions d’euros réglés via des circuits financiers opaques – c’est à suivre !

    Oui, Sassou Nguesso est dangereux ou très dangereux pour le numérique global…

    Espoir: la NSA est au courant de cela… à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.