Sassou Nguesso annonce le référendum sur la Constitution pour un 3e mandat présidentiel

Congo's President Denis Sassou Nguesso speaks during a news conference after his meeting with Tunisia's President Beji Caid Essebsi at Carthage Palace in Tunis January 22, 2015Denis Sassou Nguesso est enfermé  à l’avant de l’avion “Congolesewings” qu’il dirige seul avec son esprit étroit de dictateur depuis plus de 30 ans. Plus que jamais, malgré l’usure évidente de son pouvoir et son échec patent à améliorer la vie de la grande majorité des Congolais, le vieux tyran se refuse à une alternance démocratique. 

Comme Andreas Lubitz, le pilote fou et dépressif allemand, Denis Sassou Nguesso, accroché à son manche toujours usurpé de président, ne peut se résoudre à le lâcher ou du moins à ouvrir la porte du cockpit pour permettre à d’autres de prétendre en prendre démocratiquement les commandes… 

Dans une interview donnée à Aaron Ross de Reuters, le vendredi 27 mars 2015, il montre clairement qu’il a fait, comme le pilote allemand et comme Blaise Compaoré, le choix du chaos et de courir le risque certain d’exploser en plein vol. 

L’article original de l’interview a été publié en anglais. Le journaliste a-t-il bien capté l’ambiguïté habituelle du discours du tyran congolais ou bien a-t-il tout simplement piégé le vieux dictateur ? 

Traduction Rigobert OSSEBI

 

Le président de la République du Congo dit s’attendre à un référendum sur un troisième mandat 

BRAZZAVILLE (Reuters) – Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a déclaré vendredi qu’il s’attendait à un référendum sur une modification de la Constitution qui lui permettrait de briguer l’année prochaine pour un troisième mandat à la tête de la nation productrice de pétrole.

Sassou Nguesso a dirigé ce pays d’Afrique centrale pendant plus de 30 années. Toute tentative de se pérenniser au pouvoir sera surveillée de près sur un continent où plusieurs dirigeants approchent de la fin de leur mandat.

Dans une interview à Reuters Sassou Nguesso a refusé de dire s’il voulait un autre mandat présidentiel, mais a reconnu qu’un référendum serait demandé qui rendrait possible qu’il brigue un 3e mandat .

« Le moment viendra où nous demanderons au peuple de se prononcer (sur une révision constitutionnelle) par référendum, » a-t-il dit au palais présidentiel dans la capitale Brazzaville.

« Nous ne devons pas lier ma candidature au débat sur la constitution. Le débat sur la Constitution va avoir lieu et le moment viendra où je vais me prononcer, » a-t-il dit.

La Constitution de 2002 limite à deux le nombre de mandats présidentiels et exclut les candidats de plus de 70 ans.

Ce qui exclurait Sassou Nguesso âgé de 71 ans, un ancien commandant militaire qui a pris le pouvoir en 1997 à la fin d’une guerre civile avant de remporter des élections contestées en 2002 et 2009. Il avait auparavant dirigé l’ancienne colonie française de 1979 à 1992 .

Le voisin du Congo, la République démocratique du Congo est dirigée par le président Joseph Kabila, qui doit se retirer lors des élections l’année prochaine. Les critiques disent qu’il chercherait à prolonger son temps au pouvoir.

En Octobre dernier, le président de longue date du Burkina Faso, Blaise Compaoré, a quitté le pouvoir après plusieurs jours de manifestations de masse contre un plan visant à modifier la constitution du pays pour lui permettre de briguer un troisième mandat. Malgré la richesse pétrolière de gisements offshore, environ la moitié de la population du Congo vit dans la pauvreté, selon la Banque mondiale. Le pays a été classé 152 sur 175 dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International en 2014. Sassou Nguesso a défendu son bilan et a dit qu’il avait aidé à apporter la stabilité et le développement à un pays déchiré par la guerre dans les années 1990. Les jeunes sont confrontés à des difficultés, a-t-il dit, mais il met en garde contre toute tentative de les manipuler en soutenant l’islam radical.

(Édité par Matthew Bigg Mpoke, Toni Reinhold)

http://www.reuters.com/article/2015/03/27/us-congo-president-idUSKBN0MN25N20150327

LE PCT SOUHAITE T-IL LA PARTITION DU CONGO ? Par le Dr Pascal MALANDA

Chassons Sassou Nguesso du pouvoir pendant les XIème Jeux africains . Par Olivier MOUEBARA

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

44 réponses à Sassou Nguesso annonce le référendum sur la Constitution pour un 3e mandat présidentiel

  1. pilipili dit :

    Qui peut croire encore que ce tyran pourrait le cas échéant quitter le pouvoir de son plein gré. C’est être vraiment naïf, dès le début les dés étaient pipés.

    Ayant trop de comptes à rendre seul son immunité présidentielle le protège donc il va de soit qu’il ne partira pas de lui-même. D’ailleurs l’histoire, ou plutôt le piège, du dialogue sur la constitution c’est bien lui qui l’a déclenché et n’est en fait qu’un prétexte pour ouvrir la porte au référendum. Car il sait maîtriser les élections étant donné que le fichier électoral actuel lui est favorable et que la manipulation des urnes est une spécialité du Pct.

    Il faut aller à l’essentiel et ne plus tergiverser sur le bien fondé de tel ou tel homme providentiel ni sur les problèmes ethnique ainsi que les erreurs passées.

    « DEGAGE « « QUITTE LA »

  2. Dieudos Eyoka dit :

    C’est clair maintenant.

    Sassou Nguesso a fait le choix de provoquer les jeunes qui l’ont humilié le soir de la défaite de la CAN.

    Il s’entoure néanmoins d’une précaution, celle de sa mise en garde d’un Islam radical au Congo. De radical islamique on ne connait que le clown Bobaka, acheté à coups de milliards par le Qatar ou l’Arabie Saoudite. Sassou croit-il pouvoir tuer des jeunes congolais à ce titre pour bénéficier de l’impunité ?

    Sa fin risque bien d’être prématurée comme Compaoré, sauf que personne ne voudra de lui en Afrique !

  3. MAYELE dit :

    Donc une opération MBATA NA BA WARA doit être en préparation…

  4. anonyme dit :

    Il sera obligé de partir de gré ou de force d’ici 2016 ! Qu’il le veuille ou pas ! Et bon débarras.

  5. Claudia IKIALOKOLA dit :

    Laurent Goagbo est sorti dans un trou comme rat en 2011 portant sur lui juste un singlet avec un pantalon. Là encore Goabgo n’était pas un tyran du genre Sassou Nguesso. Avec tous les horreurs que sassou nguesso nous a fait vivre, je pense qu’il n’est pas besoin de le tuer. Il faut simplement le faire promoner nu dans toutes les grandes ville du pays et lui arracher son engin. Pas question de la CPI. D’autre part, Koko sera amputer de ses lolos et de son trou qui seront formolisés comme le fait son père pour nourrir ses esprits diaboliques.

  6. Isidore AYA de Makoua universaliste congolais dit :

    Comment Sassou 34 ans de dictature divisé par 7 mandats présidentiels abusif et tyrannique, il lui reste toujours 34 ans de dictature confiscatoire d’un état souverain?

    La construction mentale de l’adulte se réalise lorsqu’il est enfant au cœur de sa famille à laquelle il fait confiance et dans son environnement socioculturel et sociétal.

    Sa famille et son environnement seront alors le terreau de ses références pour l’avenir. Pour l’enfant qui a grandit au sein d’une famille et dans un milieu socioculturel atypique, le risque de devenir dictateur ou dictateur récidiviste est élevé.

    La problématique porte à examiner les éclairages psychanalytiques relatifs à la raison, l’esprit critique et la conscience individuelle au regard du développement mental, cognitif, affectif et social de l’enfant.

    Le comportement politique de type sassou nguesso nait d’abord d’une histoire de comportements parentaux atypiques et de psychodrames familiaux (carence affective, abandon, violences, barbarie, etc) et de déviance culturelle et sociétale (brimades, humiliations répétées, complexe d’infériorité, niveau d’éducation, etc). C’est ensuite celle d’un traumatisme et de névroses liés à l’enfance.

    Le comportement de type sassou peut enfin se concevoir comme la persistance du cerveau infantile où la notion du partage n’existe presque pas.
    L’enfant ou l’individu traumatisé n’a pu développer un cerveau complet, dans lequel il respecte le droit d’autrui et le partage.

    Chez l’enfant, la notion de partage est vraiment acquise vers l’âge de 9/10ans.
    C’est d’ailleurs à cette période qu’il acquiert à l’école la capacité à réaliser et réussir l’opération de division. Mais avant cet âge, que dalle !

    Si l’on transpose cette vérité scientifique, psychanalytique et psychologique aux dictateurs, peut-on en déduire que leur cerveau est resté au stade juvénile?
    Pour ces individus ou dictateurs, 100 divisé par 10, ils leur restent toujours 100.
    34 ans de dictature Denis Sassou N’guesso divisé par 7 mandats présidentiels, il lui reste toujours 34 ans de dictature.

    Exemple: Mobutu (RD-Congo, Ex Zaïre) qui, après 32 ans de pouvoir ou plutôt de confiscation du pouvoir pleurait comme un enfant lorsqu’il fût destitué par Désiré Kabila.
    Mouamar Kadhafi qui traitait les autres de malades mentaux alors que lui-même est resté un « enfant terrible » et la liste est très longue…

    Le point commun avec l’enfant, c’est qu’il est impossible de négocier avec un dictateur, comme si cette empreinte de l’enfance reste figée, fixée en lui.

    Un dictateur est donc comme un terroriste, avec lequel les négociations sont du temps perdu.
    C’est pourquoi les dictateurs sont le plus souvent chassés du pouvoir par la violence – puisque toute proposition de partage du pouvoir ou d’alternance politique est réfutée.

    LE NOUVEAU CONGO POST SASSOU !

    Élever la raison et éveiller l’esprit critique dès le jeune âge permettra à l’individu de devenir lui-même, et, une fois adulte, de pouvoir critiquer sa famille et son environnement, seul signe de la raison et de la conscience individuelle.

    Si tu permets à l’autre de te critiquer, tu pourras le critiquer à ton tour, rendra donc possible un dialogue sur un mode apaisé, respectueux de l’autre, égalitaire et constructif.

    La raison, la conscience et l’esprit critique font-ils la différence fondamentale entre l’homme et l’animal? Oui, c’est certainement !

    René Descartes dit « je pense donc je suis » et j’ajouterais que « je suis un être humain ». Or, pour douter, il faut penser. Donc, si je doute, je pense, et si je pense, je suis.
    Je pense donc je suis : le cogito !

    Cette citation sur la pensée est extraite du Discours de la Méthode, oeuvre-phare de la philosophie de René Descartes, dans laquelle il relate sa vie et la manière dont il a pu s’appuyer sur la certitude de son existence afin de fonder une nouvelle métaphysique de la pensée ou plutôt une dialectique nouvelle sur l’esprit critique.

    Si je doute, je pense, et si je pense, je suis donc un esprit libre – c’est ça être un être libre, éduqué et civilisé.

    D’ailleurs en 1795, dans « Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain » de Condorcet, l’idée de civilisation désigne les progrès accomplis par l’individu dans une nation donnée.
    Il fut possible de passer de la barbarie, à l’état de droit, de citoyen, de civil ou de civilisé, quel que soit le droit positif en vigueur ou les autres facteurs locaux tels que la tribu, l’ethnie, la nationalité ou la religion.

    On ne peut parler d’êtres humains si l’on n’est dans les fondements de ces 3 critères : la raison, l’esprit critique et la conscience individuelle. Or pour critiquer, il faut être raisonnable!

    Pour accepter la critique, il faut être conscient. Donc, on peut parler de civil, de citoyen ou de civilisé que pour un être qui s’est affranchi de la tyrannie des instincts animaux.

    Cette dernière est animale et l’homme est par essence raisonnable, conscient et critique de ses actes et de leur valeur morale (le bien et le mal). C’est ce qui distingue fondamentalement l’homme des animaux.

    Oui, l’inégalité entre couches sociales, traditions, cultures, sociétés et civilisations n’est pas fondée sur la nature – elle réside dans l’éducation ou l’information qu’on donne à l’individu ou plutôt dans celle qu’on lui refuse.

    Ceci est un cas de prise de conscience universelle au niveau philosophique, politique, économique, social, culturel, environnemental et sociétal.

    Élevons ensemble, la raison (le doute et la pensée) ; et éveillons en nous, l’esprit humain (l’esprit critique) et la conscience individuelle et collective (la liberté de conscience, les valeurs morales vers le bien que le mal).

    a suivre dans les programmes de l’éducation nationale du congo post sassou (college, lycées et universités à construire) et dans les institutions fortes (principes, valeurs et nouveaux symboles de l’état).

  7. YAKA DIA MAMA baboya ka té dit :

    L’inconscient fou président Sassou Nguesso annonce sa chute pour moi

  8. Kimpéné Ya CONGO dit :

    Nous Sommes TOUS témoins de l’Entêtement de Notre Vrai Faux Président Denis SASSOU N’guesso qui ne se rend pas compte qu’il y est Resté plus de 30 Ans à faire du mal au Peuple Congolais qu’il Croit Aimer si tant. Or c’est ce même Peuple qui ne Souhaite qu’il fasse de la Place aux Autres Présidentiables de Faire leurs Preuves.
    Regardons un peu ce que le Général Sassou va nous laisser comme Souvenirs ???
    En dehors de nombreuses morts qui partent des Présidents Marien N’gouabi, Massamba Débat, du Commandant Kimbouala N’kaya, de Monseigneur Biayenda , de Franklin Boukaka et il faut passer à autre chose si non nous n’en finirons pas car Beaucoup de Congolais sont tombés sous les Décisions de Sassou N’guesso. Nous n’avons par exemple pas fait allusion à tous les Congolais qui sont Tombés des Effrois des balles du Retour au Pouvoir de l’Imminent Président Sassou N’guesso entre Juin 1997 à 1999.
    Nous passons la transition qui est un Bonus Temps pour Notre Glorieux Président, jusqu’à la Naissance d’une Très Bonne Constitution de 2002 qui lui a donné Tous les Droits et Pouvoirs !!!
    Il sera très Étonnant que ce même Peuple et surtout l’Opinion Internationale qui Nous Regarde depuis des années sans Rien dire. Il sied aux Congolais Conscients du Retard que Nous avons en Afrique de ne Pas ACCEPTER, ni par la Force, ni par simple Corruption de Défaire ce que le Grand Chef du CONGO-BRAZZAVILLE, Sassou N’guesso avait Taillé sur Ses Mesures Personnelles !!!
    Peuple Congolais, il est Temps de DIRE NON, NON et NON à ce Référendum et qu’il est Temps à SASSOU de laisser la Place à d’Autres Prétendants qui Aiment Autan ce Pays, le CONGO-BRAZZAVILLE comme lui.
    Ne Nous Laissons pas Intimider par ses Sbires qui sont entrain de se placer partout à travers le Pays, mais le CONGO s’en Sortira jusqu’au DERNIER CONGOLAIS !!!
    ViVe la DÉMOCRATIE en AFRIQUE, ViVe les Peuples d’AFRIQUE NOIRE qui Souffrent TANT ! ViVE l’ALTERNANCE Démocratique qui donnera aux Africains la Chance de faire une Bonne Gestion Contrôlée et Juste de nos Biens !!
    Nous ( PEUPLE CONGOLAIS ) ne Lâcherons pas pas du Tout aux CHAROGNES et Vous serez en Sécurité au CONGO tout en Nous Ramenant Tout Notre Argent qui Dort à l’Etranger !!!!

  9. YAKA DIA MAMA baboya ka té dit :

    Avec cette annonce de ce fou,moi j’attend la réaction de nos soit disant opposants,c’est une belle occasion pour eux de monter au crénos et dénoncer cette inconscience de Sassou Nguesso,afin de pouvoir galvaniser le peuple pour faire partir ce truand.

  10. Kouakou dit :

    Sassou nous a tellement tué par l’intermédiaire de ses chiens de garde et il a tellement dilapider les revenus générés par l’exploitation de nos matières premières. Et pour éviter de rendre compte au peuple congolais, il veut nous imposer un référendum sur le changement de la constitution. Nous lui répondons. NON et NON. Comme il croit être le plus fort, cette fois-ci cette jeunesse congolaise qu’il a tant marginalisée, martyrisée, clochardisée et sacrifiée son avenir lui montrera la porte de sortie. Nous attendons a présent qu’il déclare ouvert officiellement ce référendum. Ses mercenaires et tous ses hommes recrutés ici et la pour tuer les congolais vont vite déchanter car ils seront balayer par une vague populaire qui partira du Nord au Sud en passant par le Centre et enfin l’Ouest et l’Est du pays. Na Lobi Na silisi.

  11. Mfoa dit :

    Au président sassou le sanguinaire!

    Le dictateur a 99 jours… Le 100ème c’est pour le peuple.
    Quelque soit la durée de la nuit… Le jour finit toujours par se lever.
    Il faut juste savoir quitter le pouvoir à temps… Vous avez raté toutes les sorties de l’autoroute de la constitution… La prochaine sortie ne vous garantit plus la vie sauve…

  12. Le Comte de Mpouya dit :

    C’est normal que Sassou et son PCT pissent sur tous les Congolais qui ne font pas partie de leur clan car en face, il y a le vide total.

    En face on se retrouve avec une opposition apeurée par les méthodes dictatoriales du pouvoir. Personne n’ose organiser des meetings pour pousser Sassou à sortir et son PCT à sortir de leur tanière pour affronter le peuple.
    Cette opposition n’a toujours pas compris qu’avec Sassou et son PCT, le seul dialogue c’est l’épreuve de force seul langage connu de Sassou et son PCT et non le dialogue.
    Les communistes n’ont aucune vertu de dialogue et le monarque n’aime pas les contradictions.

    Nous n’avions aucun leader baroudeur à l’opposition qui s’impose. Tous nous abreuvent des discours creux qui ne mobilisent pas. La seule chose qui les intéressent c’est être candidat à la présidence de la république comme pour dire qu’on ne peut servir le Congo que Président même sans programme présenté au peuple.

    Les hommes politiques de l’opposition devront nous présentés leur programme pour aller aux élections car les Congolais ne se feront plus bernés par les vendeurs d’illusions comme Sassou qui nous a servi sa santé pour tous et son auto suffisance alimentaire en 2000, sa nouvelle espérance son chemin d’avenir qui n’ont existé que dans sa tête car à chaque échéance aucun bilan n’est fait.
    Quant à nos balais citoyens congolais, ils sont tous corrompus.

  13. YAKA DIA MAMA baboya ka té dit :

    Ce fou a perdu sa lucidité,il n’entend plus rien,il a une absence de sens moral,une absence de discernement.Ce fou agit sans comprendre la portée symbolique,la nature ou les conséquence de son action.La plus grande inconscience de ce fou,c’est celle sa propre vie.

  14. Claude Mabondzo dit :

    Sassou prend les Congolais pour des sous-hommes depuis qu’il a lâchement assassiné Ange Diawara celui qui l’avait giflé en plein conseil des ministres. Il a continué avec Marien, le Cardinal et Massemba Debat et nous ne lui avons rien fait ! Et puis il a fait ses massacres en 97-98 et nous n’avons plus rien fait contre lui. Il est prêt à faire couler le sang sauf que les jeunes l’inquiètent c’est pour cela qu’il voudra les faire passer pour des islamistes .

    Il pense que nous ne ferons même pas comme les Burkinabés et qu’il va continuer à nous voler jusqu’à la fin des temps avec ses enfants. Nous sommes devenus la risée de toute l’Afrique depuis la publication des rapports sur Kiki le grand voleur !

  15. l4HOMME RELEVE A TRAVERS CETTE DECLARATION QUELQUES DEFIS
    IL CONFIRME QU’IL EST L’HOMME DES DEFIS
    IL DEFIE OBAMA
    IL DEFIE HOLLANDE
    IL DEFIE LA FRANCOFOLIE
    IL DEFIE LES FRANCAIS CAR IL CHOISI REUTERS AU LIEU DE L’AFP
    IL DEFIE BAN KI MOON
    IL DEFIE LES PETITS OPPOSANTS
    ET IL CRACHE SUR LA LOI DE 2002
    QUI DIT MIEUX?

  16. Nassimina dit :

    petit satan est convoqué le lundi 30 mars 2015 à Luanda par Dos Santos sous le prétexte de la tenue de la commission mixte entre les deux pays. Pour rappel, cette commission devait avoir lieu en avril 2014. Mais Dos Santos ne l’avait jugé opportune à l’époque.

    Lee 19 février 2015, Dos Santos s’était rendu à Kinshasa en pleine révolte populaire contre la modification de la volonté de Kabila de réviser la constitution de son pays. Après ce passage de Dos Santos, Kabila abdiqua suite aux conseils de celui qui l’avait fait roi quelques années auparavant.

    petit satan se rend à sa convocation au moment où il nous annonce son projet de référendum pour mourir au pouvoir. Il se rend chez celui qui l’avait fait roi en 1997. Souvenez-vous que Dos Santos trouva le prétexte de la signature des accords dans le transport aérien pour tordre le bras de kabila en lui faisant passer le message washingtonien d’Obama d’août 2014, le même que reçut petit Satan ainsi que campaoré ; le premier qui avait ouvert le bal des pestiférés

  17. Au regard de la jurisprudence Kabila, est-ce que Dos Santos va délivrer le même message à petit Satan que celui que le premier reçut? Wait & See, comme dirait l’autre.

    La rapidité avec laquelle la convocation de petit Satan s’est faite est suspecte, et ce d’autant plus que certains grands dossiers devant être discutés au cours de la réunion de cette commission mixte n’ont pas été préparés. C’est le cas des dossiers économiques que petit Satan et son ministre des affaires étrangères nous disaient aller être le cœur de cette commission qui devait avoir lieu en avril 2014.

    Du côté congolais, notamment aux affaires étrangères, tout le monde a été pris de cours. Le tout s’était joué lors de l’investiture du nouveau president namibien, ce mois-ci.

    @Assises Nationales,

    C’est le moment d’activer le réseau des Amis diplomates Américains et Français pour que LUANDA puisse ramener ce fou enragé à la raison comme il le fit avec Kabila. petit Satan doit quitter LUANDA la queue entre les deux pattes. Le message doit être clair: tu dégages ou nous allons trouver un prétexte pour venir en AIDE AU PEUPLE FRÈRE DU CONGO en souvenir des sacrifices consentis pour la libération de notre pays.

    petit Satan part à sa convocation le lundi. Nous avons du temps pour contacter nos Amis.

  18. REUTERS dit :

    http://fr.reuters.com/article/idFRLB53509120090711
    Sassou Nguesso favori selon Reuters

  19. YAKA DIA MAMA baboya ka té dit :

    @REUTERS
    Merci pour ta distraction

  20. krazoch dit :

    Ne vous laisser pas berner. C’est un coup de bluffe pour gagner du temps et détourner l’attention de l’opposition sur un problème déjà réglé par OBAMA et Hollande. Cela empêcherait l’opposition de parler du vrai problème que Sassou redoute, la revendication de l’organisation d’élection libre et transparente et la révision du fichier électoral qu’il a truqué pour conserver le pouvoir via son fils. C’est le moment de le faire de vive voix, sinon l’année prochaine cela sera techniquement impossible. Et sassou profitera pour exiger de faire avec ce fichier ou de repousser les élections, en attendant l’arrivée au pouvoir de gens qui lui seront plus favorables. Ouvrez les yeux et ne tombez pas dans le piège de la constitution que sassou tend aux congolais et à l’opposition

  21. Sassou on est fatiguer tu feras le référendum avec tes parents j espère que vous les opposant vous allez pas accepter de dialoguer ou faire le référendum avec ce criminel ne vous laisser pas intimider soit disant il est entrain de corrompre les opposant avec le sacs d’argent rempli dans le guiri

  22. pilipili dit :

    Dialogue sur la constitution = Piège à Cons.

  23. MONGWELE dit :

    Tout le monde cherche à NE PAS APPLIQUER cette constitution mais chacun à sa manière. Si vous parlez de transition après Sassou cela signifie que vous allez suspendre la constitution…… Donc vous avez les mêmes objectifs que Sassou.
    Nous voulons bien manger, boire, baiser, bien nous soigner, des écoles de qualité, … le reste on s’en tape car les politiciens veulent tous la même chose Boukouter.

  24. pilipili dit :

    En appliquant cette constitution on peut y apporter toutes les modifications nécessaires qui peuvent rendre le système de gouvernance acceptable c’est le CHANGEMENT qui pose problème car la modification ne permet pas à sassou de se représenter.

  25. LMB dit :

    Si cette interview est réelle, j’accuse l’opposition politique actuelle au Congo et les membres de l’actuel gouvernement qui s’opposent au changement de la constitution de mutisme coupable. Il est temps de se mettre dans la rue et d’exiger son départ pur et simple du pouvoir, bien avant 2016. C’est une aberration que de le laisser narguer tout le monde tout en pillant nos ressources. Triste Congo! Ceux qui nous gouvernent ne sont pas ceux que nous méritons. NON!

  26. OUI! EN VÉRITÉ TRISTE CONGO! PATRIOTE dit :

    LA RESPONSABILITÉ DES INTELLECTUELS ET UNIVERSITAIRES EST PLUS GRANDE!
    NOUS AURONS PU AVOIR DES CASCADES DE DÉMISSION…COMME AU BURUNDI ET EN RDC…

    OUI! EN VÉRITÉ TRISTE CONGO!

  27. SASSOU DEGAGE « « QUITTE LA dit :

    Sassou Nguesso est le champion des imposteurs politiques congolais de ses 40 dernières années. Il s’est abusé de Marien Ngouabi en l’utilisant comme paratonnerre.

    La mort de Kinganga c’est lui. La mort de Ange Diawarra c’est lui.

    Les morts de Marien Ngouabi, Massambat Debat, Emile Biayenda, Kikadidi, Pierre Anga, Bruno Ossebi et des milliers d’autres congolais c’est lui.

    Sassou Nguesso est l’incarnation total du mal, du crime politique et de la haute trahison de l’état congolais.

    Sassou Nguesso ta place n’est plus à la CPI mais au lynchage national.

    Je verrai Sassou Nguesso en tee-short et en caleçon et trainé dans tous les quartiers de Brazzaville et cela pendant une semaine.

    Il sera en suite placé dans un lieu tenu secret pour information nationale puis maltraité et enfin assassiné – son corps sera introuvable ou deviendra une affaire d’état (secret défense nationale pour 50 ans).

    Le Congo Brazzaville doit punir Sassou Nguesso, nous y tenons.

  28. REUTERS dit :

    Démission? J’ai dit MONGWELE

  29. Dia Moungouansi Djess dit :

    Dans le même état d’esprit que le pilote fou allemand, le satrape d’Oyo est décidé d’envoyer le cargo Congo dans l’abîme….La valeur d’un peuple est tributaire de sa capacité à refuser l’esclavage

  30. Mfoa dit :

    C’est marrant car le peuple noir a été mis en esclavage pendant 14 siècles par les arabes, pendant 5 siècles par les blancs.

    La balkanisation de l’Afrique à Berlin en 1885 s’est faite sans les noirs.

    Nous avons ensuite connu 100 ans de colonisation et nous sommes toujours sous la néocolonisation française depuis notre soi-disant indépendance en 1960.

    Nos religions nous ont été imposées par les arabes et les blancs et à quel prix?

    TOTAL-ELF est le plus grand voleur du pétrole congolais avant sassou classé quand même 2ème.

    Alors, dites nous depuis quand le peuple congolais s’est opposé à son esclavage?
    Sassou squatte le pouvoir depuis 1997.
    Aucune manifestation d’ampleur pour l’en déloger.

    Si toutes les personnes sur ce site se rendaient au pays pour commencer la lutte… Les choses commenceront à bouger vraiment.

    SE PLAINDRE SUR INTERNET C’EST BIEN.
    MAIS SE BATTRE SUR PLACE C’EST MIEUX.

    AUCUNE LIBÉRATION NE SE FAIT AVEC DES MOTS.
    SEULE L’ACTION LIBÈRE.

  31. Mfoa,
    tu étais à Brazza à Noël, qu’avais-tu fait si ce n’était se pavaner à Dabira RTV?

  32. NATTA dit :

    Pas de panique dans les rangs!

    Sassou connaîtra les mêmes douleurs et humiliations que B. Comparé. Jamais le peuple ne se laissera faire, ni n’acceptera ses décisions de malade mental.

    Pas de panique!

    Natta prendra la tête de la révolte jusqu’à la libération du pays. Seule la jeunesse peut sauver le CONGO des mains du despote d’Oyo.

    Pas de panique donc ! . Le Congo vous appartient également !

    Aussi, ni le clan ni Sassou ne s’accapareront jamais du pays!

  33. Tsoua dit :

    Sassou est un fou qui se prend pour un génie, il a ouvert toutes les frontières du pays aux zarois, maliens, sénégalais, beninois , libanais, et autres juste pour nous dire comme il vient de le faire : gare à l’islamisation du KONGO .
    Dites nous monsieur sassou qui gère ce pays depuis 34 ans, et comment sont-ils là tous ces etrangers ?

  34. Mes chers compatriotes il est temps que nous partons tous au Congo pour manifester sans ça sassou ne partira jamais il n’a que le peuple qui doivent le faire partir mobilisons nous

  35. Diprollier dit :

    Cette fois-ci, Sassou Nguesso ne sortira pas vivant. Le temps de verser son sang est arrive. Nous attendons qu’il se prononce clairement. Il passera par l’humiliation avant de le decaputer en plein boulevard des armees

  36. ELONDA dit :

    Bonjour les compatriotes,

    Et si Sassou faisait ses derniers voeux à la Nation le 31 Décembre 2015, pour dire « que je suis venu vous dire que je m’en vais ». De source digne de foi, le président de la République a bien conscience que la retraite présidentielle , c’est maintenant. Il en surprendra plus d’un.Il soutient être usé et n’ a plus la force de continuer. Maintenant que son sort est reglé depuis le dernier sommet de la Francophonie, Sassou sait qu’il est sur le départ.Sa seule crainte est le sort qui sera reservé aux mbochis, tellement qu’il a massacré les populations du sud. Son allusion au réferendum ou changement de constitution ne sont qu’agréable divesrsion à son ennui.
    Attendons l’annonce.

  37. ANONYME dit :

    Il n’y aura pas de vengeance envers la population du Nord puisqu’avant tout nous sommes TOUS congolais, pendant les différentes guerres successives tout le monde a été touché y compris les gens Nord comme au Sud. Nous voulons le départ de Sassou et sa famille d’ici 2016 ! S’il veut modifier la constitution il sera chassé. Il n’y aura jamais de négociation avec un voyou de la république.

  38. Anonyme dit :

    P.M. Mpouélé :  » Nous entendons conquérir le droit de nous exprimer librement quel que soit le prix à payer  »
    Interview exclusive de M. Paul Marie Mpouélé, coordonnateur du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel, opposition congolaise.
    Journalmwinda : En Janvier 2015 vous avez formé le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel. Les deux franges de l’opposition autrefois dites opposition radicale et opposition républicaine participent à ce front. Pouvez-vous nous parler de l’ambiance de travail entre les personnalités de ce front qui hier encore avaient du mal à s’asseoir autour d’une même table ?
    Paul Marie MPOUELE : L’ambiance est très détendue. Il est vrai que certains acteurs politiques de l’opposition se regardaient hier en chiens de faïence, mais ils ont su placer l’intérêt supérieur au-dessus de leurs égos. Tout se passe bien, en termes d’ambiance de travail. C’est un défi que nous venons de relever car le pouvoir compte sur notre division permanente pour continuer son parcours. Je crois que les récents événements au Nigéria vont davantage nous souder pour offrir au peuple congolais une alternative crédible qu’il attend depuis bientôt 20 ans.
    Journalmwinda : Dans un mémorandum envoyé au président de la République une des revendications principales tourne autour du dialogue politique. Quelle assurance avez-vous pour que ce dialogue ne ressemble pas aux concertations d’Ewo et de Dolisie ? Et subsidiairement, est-ce que vous comprenez la position de ceux qui sont contre ce dialogue à cause de l’historique des concertations stériles organisées depuis le retour du président actuel au pouvoir ?
    PMMP : Il faut préciser que notre principale revendication n’est pas le dialogue, mais les conditions permissives d’une élection crédible, transparente et équitable en 2016. Nous appelons au dialogue pour épargner au Congo le règlement des questions politiques par la violence. En effet, la grande majorité des populations congolaises déferleraient dans la rue si les politiques ne parviennent pas à donner l’orientation générale nécessaire par un dialogue. Consciente de ce danger, l’opposition a toujours proposé un vrai dialogue national au cours duquel nous mettrons à plat le dispositif d’organisation des élections actuelles pour répondre aux standards internationaux et ce, de manière consensuelle. Voilà ce que nous demandons. Cependant, nous connaissons aussi la mauvaise foi de nos adversaires politiques qui ont préféré introduire un débat insensé sur la Constitution qui est une vraie diversion. Quant à l’assurance, personne n’est au-dessus du peuple uni et déterminé à réaliser une œuvre.
    Journalmwinda : Le parti au pouvoir juge que c’est au cours de ce dialogue que doivent être discutées toutes les questions brûlantes du moment y compris celle du changement ou non de la constitution du 20 janvier 2002, ce à quoi le Front semble s’opposer catégoriquement. Et on s’achemine vers un blocage. Êtes-vous prêt à revoir votre position sur cette question et d’être en déphasage avec la majorité de la population qui dit Non au changement de la constitution?
    PMMP : Mais non ! La Constitution ne pose aucun problème aux Congolais et le PCT le sait. Le prédicat posé pour vouloir changer la loi fondamentale selon le PCT est celui de permettre au président Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat comme si au PCT, personne d’autre ne peut être candidat que Sassou. Tout le reste relève de la mauvaise foi et de la démagogie. Nous sommes stricts sur cette question du respect de l’ordre constitutionnel. Le président Sassou Nguesso va terminer son dernier mandat et s’en aller en paix. Il n’y a donc pas de dialogue sur cette question de loi fondamentale.
    Journalmwinda : Il y a des partis politiques appartenant actuellement à la majorité présidentielle qui ont annoncé leur opposition au changement de la constitution. Est-ce que vous entrevoyez une démarche pour les attirer vers le Front ou leur fermez-vous les portes à cause de leur participation au gouvernement ?
    PMMP : Nous lançons d’ailleurs un appel à tous ces partis, associations et personnalités qui sont à la majorité présidentielle de nous rejoindre sans condition pour que triomphe la démocratie dans notre pays. Nous sommes à un moment très important de notre histoire politique et, de leur attitude d’aujourd’hui, dépendra le jugement que l’histoire leur fera. Ils ont le choix entre sauver la République ou servir d’avaliseurs à l’instauration de la monarchie. Le peuple serait heureux de les voir choisir le camp de la démocratie et de la République.
    Journalmwinda : Vous faites partie de l’opposition. La question que les Congolais se posent est celle de savoir en quoi doivent-ils vous faire confiance. Vous n’avez aucun programme à un an des présidentielles. S’agit-il simplement de faire partir M. Sassou ?
    PMMP : Vous vous trompez mon cher ami. Chaque parti politique légalement constitué a déjà l’obligation d’avoir un programme. Cette question ne se pose donc pas. Nous venons d’horizons divers au Frocad, nous verrons en temps opportun comment faire la promotion de nos projets politiques et même, si nous voulons être pris au sérieux pour assurer l’alternance, confectionner un projet commun. Il ne s’agit donc pas seulement de faire partir Sassou mais de changer fondamentalement le système de gouvernance actuel. Nous voulons refonder notre République, la conduire sur le chemin de la modernité et du développement. Le Congo avec Sassou a perdu de son prestige. Il faut redorer son blason.
    Journalmwinda : Le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique 2016 (Frocad) dont vous êtes un des dirigeants a adressé au chef de l’Etat un mémorandum contenant des exigences pour la bonne tenue de la présidentielle en 2016. Quelle réponse attendez-vous de lui ? Qu’espérez-vous ?
    PMMP : Très clairement nous attendons qu’il réagisse en convoquant la classe politique et la société civile pour mettre sur pied les conditions permissives d’une bonne élection présidentielle en 2016. Rien de plus ou de moins. Qu’espérons-nous ? Que le président écoute la sourde voix de la sagesse pour laisser un pays en paix engagé sur le chemin de la démocratie.
    Journalmwinda : M. Sassou reste un dictateur. Il a promis de consulter le peuple par référendum c’est-à-dire de faire un coup d’Etat constitutionnel. Il l’a dit au grand jour. Pourquoi pensez-vous qu’il ne fera pas ce qu’il a annoncé ?
    PMMP : Parce qu’il n’en n’a pas le droit. L’article 86 de la Constitution congolaise définit les matières pour lesquelles le président de la République peut appeler au référendum. Le changement de constitution ne fait pas partie de ces matières ; faire autrement est un coup d’Etat et vous connaissez le sort réservé aux putschistes. Nous nous opposerons à ce coup d’Etat avec tout le peuple congolais.
    Journalmwinda : L’opinion qui se dégage de l’action de l’opposition est que vous publiez des communiqués, vous tenez des réunions, vous parlez à la presse mais que vous ne touchez pas la population, puisque vous ne tenez pas de meetings populaires, vous n’engagez pas de marches de protestation, vous êtes privés de radio et de télévision… Comment comptez-vous remédier à cette situation ?
    PMMP : C’est un droit constitutionnel que chaque Congolais s’exprime librement ; nous entendons conquérir ce droit quel que soit le prix à payer. Vous allez bientôt nous voir sur le terrain pour être en phase avec les populations.
    Journalmwinda : L’autre impression que vous donnez c’est que vous n’avez pas l’initiative : vous demandez que Sassou organise un dialogue. Bref vous attendez tout du pouvoir en place alors que chacun le sait, celui-ci a plutôt intérêt à gagner du temps.
    PMMP : Ce n’est pas juste. Nous venons de signer un Mémorandum qui définit le calendrier des opérations préélectorales, électorales et postélectorales. Nous n’avons pas attendu le pouvoir pour le faire. Maintenant que visiblement le pouvoir ne prend pas en compte nos revendications, nous allons recourir à notre peuple pour que nous prenions toutes nos responsabilités. Je peux déjà vous annoncer la tenue au cours de ce mois d’avril 2015 d’un méga meeting à Pointe-Noire qui s’inscrit justement dans le cadre des consultations de notre peuple sur la suite à donner à l’autisme du pouvoir.
    Journalmwinda : Si Sassou ne répond pas, comme c’est prévisible, au chronogramme que vous avez proposé, que ferez-vous ?
    PMMP : Je crois que je viens de répondre à votre question. C’est le peuple qui est dépositaire du pouvoir, nous allons le consulter, pas dans le cadre d’un quelconque référendum illégal dont les résultats seraient connus d’avance comme toutes les élections depuis 2002, mais dans une démarche citoyenne d’exigence de liberté, de démocratie et d’élections justes et transparentes.

  39. momo dit :

    je suis très déçu du comportement de ce mr qui as trop mis du temps au pouvoir IL peut partir sans faire du bruit.
    je suis au chômage depuis un certain temps a cause de ce régime qui favorise que les gens du nord en faisant ou en envoyant des recommandations
    il doit partir et s’il y a ou il veut on peut tenir les armes contre lui et casser la maisons

  40. Au président sassou

    Le dictateur a 99 jours… Le 100ème c’est pour le peuple.
    Quelque soit la durée de la nuit… Le jour finit toujours par se lever.
    Il faut juste savoir quitter le pouvoir à temps… Vous avez raté toutes les sorties de l’autoroute de la constitution… La prochaine sortie ne vous garantit plus la vie sauve…

  41. Anonyme dit :

    ils nous a trop tué et puis il est centrafricain et kon nous pensons au disparus du beach et les explotion de mpila il est un envoié de lucifer

  42. tzem dit :

    pas question de regarder de gauche a droite.Nous les congolais ou congolaises unissant nous, un seul individu ne peut dominer tous le mondes,nous devrions avoir les mêmes idée, juste pour appliquer les articles 57,58…Nous disant tous non au changement de la constitution.

  43. makanda olivier dit :

    le peuple ne pas un opposant fort mais ils vont soumettre a eu même.

  44. sey sey dit :

    Moi je vous salut toute moi je suis un wara de grâce les wara en réalité n’en rien avoir avec le politiques

Laisser un commentaire