TRAFICS D’ARMES A BRAZZAVILLE : Didier Pereira,Nianga-Mbouala et Sassou Nguesso en cocktail détonnant ! Par RIGOBERT OSSEBI

le-général-Nianga-NgatséMbouala-et-Sassou-Nguesso

le-général-Nianga-NgatséMbouala-et-Sassou-Nguesso

Trafics d’armes avec contreparties minières et pétrolières

Le pétrole, les minerais, l’uranium et le diamant, tous cumulés, attirent toutes les convoitises et constituent un cocktail à hauts risques ; saupoudrez le tout d’armes en tous genres, la déflagration ne sera qu’inévitable ! Au Centrafrique, cette mixture a effectivement bien explosé.

Ce qui s’y est déroulé, en amenant l’effondrement voire la presque disparition de l’Etat centrafricain et la désolation que l’on sait, pourrait bien se répéter au Congo. Les ingrédients présents y sont quasiment les mêmes, dans des proportions beaucoup plus importantes, mais surtout nous y retrouverions les mêmes acteurs, les mêmes fournisseurs (d’armes) ainsi que les mêmes marionnettistes ou pyromanes-pompiers bien connus maintenant.

Le 23 mars 2013, jour de la chute du président Bozizé, lors de la bataille de Bangui, les troupes sud-africaines ont été prises en étau par la Seleka et ont subi de fortes pertes. Officiellement 13 morts et 27 blessés ; selon certaines sources près d’une cinquantaine de morts.

Il est alors vite apparu que l’implication militaire de l’Afrique du Sud en République centrafricaine pouvait être liée à des contrats miniers et pétroliers. Outre la compagnie pétrolière Divine Inspiration Group Oil – détenue par la femme d’affaires Andrea Brown -,( partenaire commerciale clé avec Encha Group, une société d’investissement sud-africaine fondée par Tiego Moseneke, frère du Juge Suprême adjoint Dikgang Moseneke) le quotidien sud-africain Mail & Guardian avait alors rapporté que le Congolais Didier Pereira, Conseiller spécial du Président Bozizé, était en partenariat avec Joshua Nxumalo, l’homme d’affaires lié à l’ANC et au bras du financement de l’ANC, Chancellor House, pour leur assurer un monopole d’exportation de diamants de la RCA.IMG_3145

Comme nous l’avions vu dans le précédent chapitre publié le 18 avril dernier, c’était bien au Général et homme d’affaires Joshua Nxumalo que le Général Nianga-Ngatse-Mbouala, le Conseiller Spécial du tyran de la République congolaise et Commandant de la Garde Républicaine avait adressé sa demande de fourniture d’armements dont nous avions publié la liste.

Didier-Pereira,

Didier-Pereira,

Didier Pereira a aussi une solide expérience dans ce domaine. Durant la guerre du 5 juin 1997 il avait œuvré auprès de Rudolf Wollenhaupt, le marchand d’armes allemand résidant en Afrique du Sud, pour acheminer les équipements au Congo et à leurs commanditaires, Madame Munari (actuelle ministre du commerce de Sassou-Nguesso) et le président légitimement élu, Pascal Lissouba. ( Claudine Mabondzot-Munari, l’ex-dactylo de campagne du Professeur Lissouba était parvenue au très officieux statut de « vice-Présidente » et avait obtenu par ces voies sud-africaines les deux quadrimoteurs militaires Antonov AN-12 qui lui ont longtemps servi à son négoce de poissons entre la Namibie et Pointe Noire.)

Toujours d’après les mêmes sources journalistiques sud-africaines, en 2006 Didier Pereira a signé un protocole d’accord (PdA) avec le ministère de l’exploitation minière de la RCA pour créer un partenariat public-privé, Inala Centrafrique. Le sud-africain Serengeti Group, détenu en majorité par Joshua Nxumalo, en avait 65% des parts.

D’autres intérêts sud-africains sont liés à l’exploration pétrolière à grande échelle dans la région – y compris ce qui semble être un immense gisement dans la République voisine démocratique du Congo (RDC), qui s’étend à la région du sud de la RCA – : Caprikat et Foxwhelp, détenue par le neveu du président Jacob Zuma, Khulubuse Zuma . Les sociétés sont toutes deux enregistrées dans les îles Vierges, paradis fiscal réputé.

Les appétits des dirigeants sud-africains s’exhibent sans retenue en Afrique Centrale ; l’ANC et la famille Zuma ne sont pas les derniers à se servir. Joshua Nxumalo, après la Centrafrique, au Congo Brazzaville vient d’être exposé au grand jour comme un potentiel fournisseur d’armes. Avec son associé Didier Pereira, il apparait bien que leur partenariat s’étende aux affaires pétrolières, (permis pétroliers, négoce) et notamment dans un permis qui serait dans la continuité d’un important gisement situé en RCA. Les armes et la préservation du pouvoir ouvrent-elles toutes les portes ? Comment en serait-il autrement pour approcher l’héritier Denis Christel, grand maître des hydrocarbures ? Une autre société sud-africaine aurait bénéficié d’un important contrat pour la construction de 3000 logements à Tchambitcho, pour le confort des mercenaires qui y sont stationnés en permanence ; un contrat de 500 millions de dollars (+ de 250 milliards de FCFA) qui sera payé en pétrole par le fiston avec sûrement l’aide du génie financier d’un « Golden Boy » de la rue Miadeka à Ouenzé.

Le chemin d’avenir sera tracé par les armes et par les énormes enjeux financiers liés à l’exploitation pétrolière et à son négoce. Des empires se sont déjà construits par des personnes sorties de nulle part, uniquement par l’appartenance familiale ou par une approche amicale du tyran ou de l’un de ses rejetons. La richesse du quatrième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne n’est réservée au bonheur et à la fortune de quelques-uns. Alors comment s’étonner de ces nouvelles alliances ?

Les masques tombent. Ceux qui étaient face à face lors de la guerre civile de 1997 se retrouvent aujourd’hui côte à côte, à Brazzaville, pour perpétuer la misère et la souffrance des autres. De tous les autres.

Au Centrafrique pour la conservation à tout prix du pouvoir, des contrats armes contre permis miniers et pétroliers ont été tentés. En vain. Ils ont amené le pays au fond de l’abime. Les responsables de ce drame s’activent au Congo dans un même schéma. Il convient de le faire savoir et surtout de le faire échouer.

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 07 mai 2015, par www.congo-liberty.com

Trafics d’armes : Nianga-Bouala commande 100 fusils de sniper avec silencieux et laser pour massacrer les Congolais (1ère partie). Par Rigobert OSSEBI

Epilogue centrafricain

Le Forum de Bangui, démarré le 4 avril 2015, se poursuivra durant une semaine après avoir été inauguré en présence de Denis Sassou Nguesso, le pyromane pompier encore curieusement mis au devant la scène, et en l’absence remarquée du président tchadien, Idriss Déby Into, du ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian (il est vrai très occupé par les ventes d’avions Rafale), de Michel Djotodia et de François Bozizé.

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à TRAFICS D’ARMES A BRAZZAVILLE : Didier Pereira,Nianga-Mbouala et Sassou Nguesso en cocktail détonnant ! Par RIGOBERT OSSEBI

  1. FILS DU CONGO PCTISTES: SAUVEZ LE CONGO OU VOUS SEREZ BANNIS AVEC LE TYRAN! CESAR dit :

    LA SEULE CHANCE DE SURVIE DU PCT EST DANS LA DESTITUTION DE SASSOU!

    ET LE REFUS DE LA DÉVOLUTION MONARCHIQUE DU POUVOIR!

    PCTISTE, le pays n’a jamais été aussi bas! Révoltez vous et dites non à ce monarque des temps révolus pour que le Congo ait un avenir! Refusez la transmission du pouvoir aux KIKI, KOKO, EDGARD, BOUYA, car si NGOUABI et MASSAMBADEBAT l’avaient fait SASSOU n’aurait jamais été Président.

    Si le PCT est le Parti du PATRIOTIQUE MARIEN NGOUABI, alors,
    MVOUBA, DJOMBO, COUSSOUD, NGOLO, MOKOKO, MOKA, MPAKA, OUOSSO, LOEMBA, OPIMBAT, SABAGH Etc.

    INDIGNEZ VOUS! ET SAUVEZ LE CONGO!
    MÊME UN SCENARIO A LA MACIAS NGUEMA POUR SASSOU!

  2. Isidore AYA de Makoua universaliste congolais dit :

    Isidore AYA TONGA dit merci à congo-liberty.com et à son fondateur pour l’esprit éducatif et puis a+++

    Philosophie: comment repenser le processus d’alternance politique passive en Afrique noire?

    S’il s’agit d’enfoncer tout un peuple dans les ténèbres – on peut ou ne pas comprendre. Cependant la situation congolaise est-elle dans la signification de la servitude volontaire des élites politiques africaines envers le colon français?

    L’Afrique noire francophone est-elle malade de la francafrique ou d’une autre France politique? Mais la faute à qui?

    Comment repenser le processus d’alternance politique passive en Afrique noire?

    PHILOSOPHIE !

    L’alternance politique passive est le processus conduisant vers le respect des principes démocratiques – C’est à dire respect:
    – de la constitution,
    – des institutions,
    – des règles.
    L’alternance politique passive reste une œuvre humaine et donc perfectible. Le principe même de la raison humaine peut rendre efficace le processus de l’alternance politique passive en Afrique.

    En effet, dans les régimes politiques dictatoriaux, le processus de l’alternance politique tient non pas à la volonté manifeste du peuple souverain à aspirer au changement mais de celle d’un homme, dictateur, tyran ou despote…
    Ce dernier est-il conscient, et raisonnable?

    La conscience et la raison font la différence fondamentale entre l’homme et l’animal.
    En cas d’incartade raciste comme quoi « les africains ne sont pas intelligents – les africains ne sont pas capables de repenser la démocratie et la civilisation – les africains fonctionnent comme des animaux ou tout simplement que les africains ne sont pas raisonnable ».

    A qui s’en prendre, au déterminisme naturel, à l’anthropologie africaine et/ ou à l’éducation et la culture de ses êtres irraisonnés à l’échelle politique?

    Pourquoi viennent t-ils nous donner des leçons de relations sociales, de culture, de société et de civilisation, alors qu’ils ne sont pas capables de structurer et d’organiser dans leur environnement africain des processus politiques plus démocratiques? Ça ne colle pas !

    Bien sûr qu’il y’ en aura toujours des boucs émissaires, jadis ce fût l’occident et aujourd’hui encore l’occident, et désormais la Chine, l’Inde, le Brésil, les émirats arabes-unis et puis…!
    Si le dictateur est conscient et raisonnable, il est défini comme humain et donc est susceptible de mettre en œuvre le processus de l’alternance politique passive.

    Souvenez-vous, le 26 juillet 2007 à l’université Cheikh-Anta-Diop à Dakar (Sénégal), le discours de Nicolas Sarkosy (ancien président de la république Française 2007-2012) tenait en cette phrase -clé « (…)l’homme africain n’est pas encore entré dans l’histoire humaine(…) ».

    C’est une interprétation simple de la pensée du philosophe germanique Friedrich Hegel sur la raison. Selon Hegel « la raison ne peut penser et agir dans le monde que parce que le monde n’est pas un pur chaos ».

    Oui, l’Afrique noire d’hier fût une tragédie politique, l’Afrique d’aujourd’hui est encore une tragédie politique ou le chaos social et environnemental.

    Le Président Nicolas Sarkosy pensait que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire humaine parce qu’il n’est pas raisonnable.

    Sinon, comment comprendre que l’Afrique noire concentre elle seule, le plus grand nombre de dictateurs au monde? Comment expliquer que ces régimes politiques ne se saisissent pas de la signification entre la raison et les principes démocratiques existant ailleurs dans le monde?

    A la raison s’oppose alors la mégalomanie, la schizophrénie, la folie des grandeurs, les névroses, psychoses, complexe d’infériorité, psychopathie et sociopathie dont les conséquences antisociales sont l’abus et confiscation irraisonnée du pouvoir, violence, terreur, assassinat politique, génocide, crime contre l’humanité, détournement des richesses et des biens publics de la collectivité ou du peuple souverain.

    Si l’entretien au pouvoir de ces êtres stupides et irraisonnables reste le maintien des intérêts vitaux des grandes puissances, on peut ou ne peut pas comprendre? Dans tous les cas, dictature ou démocratie – les intérêts économiques restent et resteront indéniables, c’est la règle économique.

    Alors pourquoi ces puissances économiques dites démocratiques font-elles le con avec les perspectives de respect de règles du jeu sujets aux démocrates et/ou aux démocraties.
    Un dictateur peut en cacher un autre. Mais la succession d’un dictateur peut amener au pouvoir un être raisonnable dictateur ou non.

    Dans le cas où le dictateur est raisonnable cela peut apporter une alternance politique passive. Progressivement, nous pourrions passer de cette alternance à celle active comme cela se vit dans les pays dits démocratiques.

    L’alternance politique active définie le respect par tout citoyen de l’ordre constitutionnel et des institutions dans une nation donnée. Elle est à juste titre l’aboutissement des principes démocratiques. Ici, le pouvoir n’est pas la propriété d’un individu et/ou d’un groupe d’individus éclairés.

    L’alternance politique active consiste généralement en un renversement de la majorité politique lors d’élections présidentielles et/ou législatives. Selon la conception traditionnelle, la possibilité d’alternance politique active est une condition nécessaire à la démocratie, bien qu’elle n’en soit pas une condition suffisante.

    Sachant que, c’est dans les espaces étatiques où l’on pratique l’alternance politique active que les citoyens ont plus de droits et de liberté. C’est dans ces espaces que la condition humaine est plus supportable au niveau des droits sociaux et de cadre de vie meilleur au monde.

    A suivre !

  3. Loubaki dit :

    Tout ceci laisse penser que sassou ne voudra pas quitté le pouvoir et réédité le génocide de 97 à 99 comme au Beach ou les atrocités dans le pool et au grand niari pour encore terroriser le peuples du sud, dieu merci qu’en France comme aux USA les dirigeants actuels ne laisserons faire ce fou furieux de sassou exterminer les sudistes

  4. FALL DIENG dit :

    Le Congo a des ressources …. ne faites pas confiance aux occidentaux

  5. Congolais Pacifiste dit :

    Lors que des armes somme toute légitimes sont exposés quelques part à l’achat dans un article au titre accrocheur, ou dans un salon international du Bourget par exemple organisé à l’initiative de la Gauche parisienne (celle là qui égaye tant les regards gais de la diaspora gauchistes, habituée à vivre les conflits armés et les révolutions en Afrique par procuration), la morale doit intervenir pour interdir même les raisonnement objectifs. C’est une question de bon sens, pour tout citoyen un temps soit peu doter de sagesse.

    Cependant, même le plus petit Etat au monde, soit le Vatican, possède une armée de défense ainsi que des forces de sécurités. Certes leurs effectifs sont restreint, mais les éléments qui les composent sont parfaitement équipés. Aujourd’hui, il est des pays occidentaux moralistes et des dirigeants socialistes qui se targuent d’être entré dans l’histoire. Simplement pour être parvenu, là où les prédécesseurs avaient échoué, à exporté (traficoter pour d’autres) un avion de guerre jusque là bouder partout dans le monde.

    A présent, les heureux acquéreurs de ce « bijoux de technologie », le « meilleur chasseur du monde » (ils aiment à dire, nos raffaleurs de Bangui), ces pays là nous les connaissons. Le Congo figure t-il sur la « liste de shopping »? D’aucuns rajoutera que Alfred Nobel du fameux prix international fut un grand chimiste, doublé d’un spécialiste de la poudre à canon. Tant il est aussi à l’origine de la dynamite. Cela empêche t-il le comité Nobel de se réunir tous les ans, pour décerner un prix à des personnalités tiers (dont l’UE de l’OTAN, qui devient même une personne et un pacificateur pour les occidentaux)?

    Alor mettons y des limites à l’armement, car personne ne peut en faire ni l’éloge, ni l’apologie. Mais il est du droit et du devoir régalien de chaque pays souverain d’assuré la defense de son territoire. La souveraineté d’un pays est non négociable. Par contre, il est irresponsable de bâtir tout un mythe naïf sur cette question. Surtout lors qu’on connait l’avidité des puissances étrangères colonialistes, responsables de la grave crise socio-politique en RCA ou en Libye. Quant à l’Afrique du Sud de l’ANC, jusqu’à preuve du contraire, c’est une nation panafricaine qui a défendu l’intégrité de la Centrafrique.

  6. Anonyme dit :

    Frères Congolais,
    Méfions-nous des Métis, cette race Hybride dont parle la Bible issue des Nephilims et qu’il ne faut pas associer aux enfants de DIEU. Dans l’axe Afrique du Sud, Centrafrique, Congo c’est Didier PEREIRA qui actionne; En GUINÉE EQUATORIALE c’est Roger PEREIRA après-avoir actionné au Protocole pour SASSOU d’abord et LISSOUBA ensuite. A la mort de NGOUABI c’est encore un des frères aujourd’hui défunt, qui conduisait la 404 du President pour ramener son Corps inerte a l’Etat Major afin de simuler l’attaque du fameux commando.
    Ne pensez-vous pas que cela fait un peu trop pour la même famille? A OYO il y’a encore un autre Métis celui-la chargé de construire la maison de feu le PDG de TOTAL. En France c’est l’inamovible Ambassadeur du Congo Henri LOPES.
    Une race perfide qui n’aime que la ou l’argent coule a flot.
    Felix TCHICAYA avait raison de les balancer a la République de L’Île Mbamou.
    Me beroueee

  7. THÉ NIGERIAN dit :

    Recrutement exceptionnel de 4634 éléments de la GR dans la cuvette. … pour faire quoi? Pour surveiller la le référendum.

  8. Kouakou dit :

    Il pourra recruter 1 million de personnes cela ne changera rien. Sassou et ses courtisans sont mal barres et ne pourront pas arrêter la roue de l’histoire. Aujourd’hui tous les congolais sont unanimes en disant que sassou est le pire fléau qui gangrène notre société ayant fait des métastases néfastes partout. Si sassou lui est hanté par les crimes humains et économiques qu’il a commis et a peur de se retrouver enfermer dans les geôles de la CPI, ses courtisans eux ont peur de perdre tous leurs privilèges acquis de façon malhonnête. Voilà pourquoi ils veulent coûte que coûte et par tous les moyens inimaginables a s’agripper au pouvoir. Peuple congolais ne vous laissez pas berner par les beaux discours qu’ils vous servent nuit et jour via leur outil de propagande le plus infâme nommé télé nkombo. Tous ses grands barons du PCT a commencer par l’homme des action inconcretes le nommé sassou ne méritent que mépris et sans considération de notre part.
    Sassou dégage, sassou dégage, sassou dégage ………,…DÉGAGE

  9. ngonda dit :

    Anonyme,
    Ton discours est haineux; il y a une grosse poutre dans tes yeux qui t’empêche de voir qu’il n’y a pas d’un côté les bons et de l’autre des méchants. Cherche bien dans ta famille tu vas trouver des métis; Sont-ils gentils ou méchants?Mais que penses-tu de ta race noire qui massacre à tout va et sauvagement ses congénères. Ce n’est pas avec ce genre d’analyse que le Congo se débarrassera de la Bête. Un assassin est un assassin,un mafieux est un mafieux;il n’a pas de couleur. Il faut le combattre en tant que tel.

  10. Ange dit :

    Les africains ont perdus tout sens des réalités. Dans notre propre region en proie à la guerre et à l’instabilité, il y a des groupes islamiste terroristes, tel que Boko Haram. Dont l’une des branches alliés n’est autre que la Seleka soudano-centrafricaine et que certains ignorant congolais ont applaudit. Lors qu’elle est entré dans Bangui, avec pour objectif caché de traverser la frontière Nord du Congo, où elle a été stopper nette par les FAC. De plus, nul n’est besoin de préciser que les milices Al Shebab de Somalie, qui ont ensanglanter l’université de Garissa au Kenya, font parti de cette mouvance terroriste. Partageant la même idéologie mortifère que le fameux Daesh ou l’etat islamique, deja implanter en Libye. Et pour cause. La géopolitique pétrolifère de l’Occident leur a préparé le terrain, par la détruction de la Libye livré aux bandes armées et autres trafiquants en tout genre. Les quels se livrent au trafic de clandestins africains notamment, via la mer Méditerranée devenu le cimetière marin des victimes collatérales de l’imperialisme occidental. Voilà les réalités aux quelles nous sommes confrontés aujourdhui et la situation est très préoccupante. Si le Cameroun, le Nigeria, le Tchad et le Kenya ne disposaient pas d’une armée puissante et digne de ce nom, nous pouvons dors et deja imaginé la suite. Avec son corollaire d’exactions barbares. Parce que nous savons que ce pseudo terrorisme islamiste n’est rien d’autre qu’un objet des lâches manipulations souteraines de quelques puissances neocoloniales. Dans un tel environnement dangereux, la faiblesse et le doute ne sont pas permi, car la realpolitique prime sur le gauchisme intellectuel. C’est pour quoi tous les etats indépendant et souverains du monde s’equipent en conséquence. D’ailleurs, ils sont bien aidé à cela par des heureux vendeurs. Certains donneurs de leçons se réjouissent d’avance des rétro-commissions, lié au trafic d’avions de combat Rafale (soit le nouveau scooteur des airs de Flamby, capable de transporter plusieurs concubines cheveux au vent à des vitesses folles). En partenariat économique avec les grandes démocraties arabes du moyen orient et autres monarchies constitutionnelles du golfe. Enfin, admettons que MBoko Haram (bras armé de l’impérialisme petrolivore) attaque le Congo, ce qui est peu probable, mais comment faut il agir? Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on ne négocie point avec le terrorisme international ethnico-tribal.

  11. NDZONKOU dit :

    C’est une erreur de sous-estimer Sassou. Regardez simplement le temps qui reste entre maintenant et la date des élections sans compter les différents événements qui auront lieu à sa faveur. …. inaugurations+ culturels + sportifs. … la politique politicienne ne pourra se faire qu’a partir de octobre 2015. Si vous avez regardé télé congo aujourd’hui vous avez compris que Sassou alias Erdogan n’a pas encore dit son dernier mot.
    Prudence

  12. moukiama dit :

    ça alors je suis vraiment eclaire de toute ces verités cachéé par les forces endogenes et exogenes du congo. mais un jour nous aurons notre liberté car je crois à ce que martin lutter kind a dit, fait, combatu pour la liberté des noires et à victore schowelchere qui a abolie la traite negriaire.

  13. PRATIQUES D'EMPOISONNEMENT VENUES D'AILLEURS! Patriote dit :

    CES RUMEURS PERSISTANTES EN POLITIQUE PRATIQUES D’EMPOISONNEMENT VENUES D’AILLEURS!

    L’Abbé F. Youlou, Massamba Debat , Marien Ngouabi et plus proche de nous Pr P. Lissouba ont dirigé sans que les Congo se gargarisent de morts de poison.
    Mais chaque fois que Sassou est au pouvoir, il y a ces relents inquiétants de morts suspects. Pourtant tous les Présidents du Congo ont eu leur cohorte de morts plus ou moins attribués.

    • Quand BONI YAYI a accusé son Homme d’affaires de vouloir l’empoisonner, j’ai été surpris!

    • Quand j’ai entendu que le Grand résistant GBEHANZIN aurait éliminé 4 de ses frères pour s’assurer le pouvoir, j’ai été dégouté!

    • Quand les Gabonais partisans de André Mba Obame ont accusé ACCROMBESSI de pratiques d’empoisonnement, je me suis interrogé!

    • Quand je lis S.POATY, je me fais une conviction! Quelqu’un de satanique nous a introduit cette pratique au Congo pour des fins de conservation de pouvoir!…En tout cas pas un Bantou dans l’Âme!

    L’EMPOISONNEMENT EN POLITIQUE UNE PRATIQUE VENUE D’AILLEURS! 

  14. Le Général NIANGA MBOUALA dit :

    Vous m’avez trop insulté sur ce site.
    Sachez que le Congo a le droit d’acheter des armes.
    Savez-vous ce qui se passe à la frontière entre notre pays et la RCA? Le projet qui a été déjoué contre notre pays?
    Pourquoi pensez-vous aux attaques contre la population?

    Ne confondez pas le débat politique avec la sécurité du pays. Même les opposants souhaitent retrouver un pays sécurisé.

    Savez-vous que les opposants échangent avec le pouvoir sur les questions de sécurité? Savez-vous que c’est Sassou Nguesso qui assure la sécurité de ses propres opposants? Ce qui est normal, que dirait-on si jamais tel ou tel opposant devait mourir dans des conditions bizarres?

    Vous êtes-vous posé la question de savoir qu’adviendrait-il aujourd’hui même vendredi si on apprenait que Sassou est mort?

  15. Jerôme ONDZANGUA dit :

    Mon Général ne venez pas jouer à la femmelette ici.
    Moi je leur dit ceci : on vous laisse faire vos meetings juste pour que le Président ait quelque chose à dire à la presse internationale comme quoi l’opposition existe. Pour le reste, ne vous trompez pas … nous sommes là. Même le fils Kolelas sait qu’il y a une ligne qu’il ne va pas traverser. D’ailleurs il a voulu la traverser et on lui a fait comprendre qu’il serait considéré comme un agitateur avec tout ce que cela implique. Il a compris. Cette fois ci on sait comment faire …. on a appris de 1990-1991 …. vous allez voir on est sereins et déterminés.

  16. FAUX NIANGHA dit :

    FAUX NIANGHA

    Menteur! s’il y avait quelque chose sur la frontière du Centrafrique le suppôt de SATAN qu’est DJOMBO MOMONDJO allait le crier partout en fidele des fidèles cherche même à assassiner le GÉNÉRAL GIAP HÉROS DE LA DÉFENSE DES IDÉAUX DE LA DÉMOCRATIE.*
    ET PUIS LA GARDE PRÉSIDENTIELLE NE DÉFEND PAS LES FRONTIÈRES*

    Utilisez vos snipers pour les BOKO HARAM A COTE DU CCF QUE VOUS IMPORTEZ!

  17. ngonda dit :

    Ce n’est pas le peuple congolais qui a réclamé la construction d’une mosquée à Brazzaville.Ce n’est pas le peuple congolais qui a demandé à Sassou d’aller semer le désordre en RCA. Sassou conduit une politique inique, injuste et médiocre en tout point ce qui le pousse à s’armer à outrance. La menace qui va le foudroyer ne viendra pas que du peuple congolais seulement mais de toute part, car toutes ses promesses ne profitent qu’ à son clan et sa famille et ne sont pas tenues pour les autres. Maintenant que le torchon brûle, on justifie l’achat des armes pour se défendre contre seleka. Qu’est-ce que l’armée a fait quand les angolais ont envahi le Congo. Quoiqu’il fasse le Congo après Sassou sera une terre brûlée que les générations futures.mettront du temps à reconstruire. Un petit pays avec autant d’armes c’est impensable. ça ne peut sortir que dans la tête de Sassou.

  18. LA PAIX dit :

    Umh!!!!! NGONDA

    Congo terre brûlée non pas à cause de l’extérieur mais à cause du tribalisme en partie entretenu par Sassou … oh pardon renforcé par Sassou car cela date.

    Que nous le voulions ou non, le grand nombre de musulmans présents au pays + le chômage sont des éléments qui vont favoriser l’implantation du Qatar.

  19. Tsoua dit :

    A Ange ,
    Cher Ange boko haram est déjà dans notre pays, installé par sassou himself .Il s’en servira pour combattre le sud, surtout le pool en particulier , d’où le geste de vouloir construire la plus grande mosquée d’AFRIQUE CENTRALE à l’UAPTà l’entrée de BACONGO .Cet acte ou ce geste n’est pas anodin, quand on sait que le KONGO est catholique à 85 pour cent, allez comprendre le sens de ce geste ?

  20. YENGO dit :

    Ah Tata Tsoua
    tu as raison. Mais le Pool ne va plus offrir de relais idiot à Sassou.
    Nous avons aussi nos réserves d’armes. Nous allons commencer par dynamiter cette mosquée. D’ailleurs nous allons nous attaquer à tous ces lieux dans Brazza y compris à Poto Poto. La guerre est engagée contre ceux qui veulent avilir les congolais.

  21. club animiste et bantou congolais dit :

    A DEUX PAS D’UN PAYS A FEU ET A SANG PAR LES DJIHADISTES AU CONGO !

    Sassou Nguesso est un traitre, c’est l’homme de la haute trahison !

    Denis Sassou Nguesso et le processus d’islamisation salafiste et djihadiste en terre bantou congolaise

    L’arrivée sur le marché de l’islam au Congo en 2002, des premières mosquées salafistes et djihadistes a provoqué, au niveau national, une violente polémique entre les partisans et les opposants à l’islamisation tout azimut ou de masse au Congo.

    Alors que les premiers défendent que cette révolution islamiste permettra de sauver le peuple congolais de la Francafrique et de certains mœurs immorales et dissolues.

    D’après les opposants, l’islamisation du Congo expose au contraire le peuple à un islam envahisseur et bientôt dominateur, oppresseur et terroriste.

    Le Congo sera d’ailleurs fiché par les services de renseignements occidentaux et cela dès 2018 comme un état en dormance terroriste.

    Il y aura des problèmes délicats d’intégration et de coexistence, problèmes dus à toute sorte de différences liées non seulement au credo, mais à la mentalité, au style de vie, au comportement que l’on constate tous les jours au contact de l’islam et qui seront là pour nous rappeler crûment que le dialogue sera impossible entre les musulmans et les autres communautés.

    AU CONGO ON NE S’APPELLE PAS MOHAMED !
    ACCEPTEZ-VOUS L’ISLAMISATION DU CONGO ?
    TROUVEZ-VOUS COMPATIBLES NOTRE IDENTITÉ CONGOLAISE ET BANTOU AVEC LES VALEURS DE L’ISLAM ?

    ET POUR CAUSE !
    Avec l’alibi des illusions dictatoriales du développement du Congo, le dictateur en place, Denis Sassou Nguesso est entrain de tout brader, la culture bantou jusqu’alors préservé de l’islamisation de l’Afrique.

    Celle-ci s’incruste au Congo par l’argent des pétrodollars du bloc arabique et par des constructions tout azimute des mosquées partout sur le territoire animiste congolais, de l’enseignement du Coran et de la philosophie conquérante arabo-musulmane et prochainement de l’idéologie djihadiste (terrorisme et attentats).

    On peut s’attendre à des guerres de religion à la nigériane ou à la centrafricaine au Congo-Brazzaville entre la majorité autochtone bantou animiste et (chrétienne) et les nouveaux musulmans, djihadistes et cela dès 2016 et plus.

    Dès la chute de Sassou, les djihadistes vont semer le chaos par des vagues d’attentats meurtriers afin qu’un des leurs prenne le pouvoir suprême – et le Congo serait alors devenu un état musulman ou membre de la conférence islamique.

    Comment allons se débarrasser des 198 minarets, mousquets et de l’invasion islamique au Congo? Sachez qu’en 2013, l’Angola avait déjà emboité le pas, en interdisant l’islam sur son territoire national.

    Les congolais ont besoin des infrastructures, de l’éducation, de la formation, de la démocratie, des crèches, des écoles, des universités et des centres de recherche/développement hautement modernes mais pas des mosquées, des prières de haine et du terrorisme en série.

    Les congolais ont besoin de la justice, de la sécurité, de l’économie, du social, de l’emploi et du progrès sociétal mais pas de la charité islamique.

    A suivre !

  22. Bakala Telema dit :

    Béno bika bawu. Leurs armes vont se retourner contre eux-mêmes. Regardez ce qui risque de se passer au Burundi et vous parviendrez à la même conclusion que moi: petit satan sera chassé avec l’aide des pays voisins du Congo.

    je disais l’autre jour, que la libération du Congo se jouait au Burundi via le Rwanda poussé par les USA. Et bien, la machine est presque en marche.

    http://fr.africatime.com/burundi/articles/derriere-la-crise-politique-burundaise-le-risque-dun-embrasement-regional

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.