Arrivé en fanfare, Sassou vaincu quitte Paris sur la pointe des pieds…Par RIGOBERT OSSEBI

Sassou de retour à paris après son humiliation parisienne

Sassou de retour à paris après son humiliation parisienne

Denis Sassou Nguesso n’est pas un président comme les autres. Une fois encore, il a repoussé les limites de l’irraisonnable et de la provocation avec son arrivée à l’aéroport de Paris-Le Bourget, ce 6 juillet dernier.

Pour rencontrer le président François Hollande, le dictatueur congolais Sassou Nguesso,  est arrivé à bord d’un Boeing 747SP, accompagné d’une singulière et très nombreuse suite. Le jumbo jet a débarqué de ses entrailles métalliques, en plus du chef de l’Etat congolais, des centaines de passagers excités tels des supporters d’une équipe de football. Presque tous portaient un T-Shirt à l’effigie de leur joueur favori, le vieux « buteur d’Oyo », mais surtout ils tenaient à la main un drapeau rouge de la République Populaire du Congo : l’emblème communiste et révolutionnaire de l’ancienne république !

Haï par l’écrasante majorité de sa population, celui qui est maintenant surnommé Mugabe par ses rejetons, ne voyage plus qu’avec sa claque personnelle de supporters inconditionnels et rémunérés. Visas, transports, hébergement, combien cela a-t-il pu coûter ? L’homme des masses s’en moque : le Trésor même à sec paiera !  Seule compte sa pseudo-gloire et son pseudo-prestige au regard de ceux qui daignent l’inviter. En l’occurrence cette fois, le président français François Hollande.

Rejointe par des renforts de Ouest-Africains engagés à Château Rouge et à la Gare du Nord, la troupe allait, pendant quelques minutes, donner une illusion de popularité au chef de guerres civiles tant vomi. Pathétique et dérisoire le cortège présidentiel de luxueuses limousines avançait au son d’une fanfare et au milieu d’une haie de drapeaux d’une époque que l’on croyait révolue. Une trentaine d’années à la tête d’un riche État pétrolier a-t-elle fait perdre toute raison et tout discernement  à ce clan de prédateurs sans scrupule ? Sans aucun doute, et le ridicule ne connait point de limite avec le tyran de l’Alima….!

Sur la recommandation de Remy Ayayos, fin connaisseur du palace parisien aux cinq étoiles, l’étape parisienne ne fut pas réservée aux habituels Hôtel Bristol ou Hôtel Meurice, mais au Shangri-La où un étage entier a accueilli la délégation congolaise. Les habituels visiteurs s’étaient empressés de s’y rendre pour saluer le tyran congolais. Ce dernier put alors endosser son costume favori, celui de prestidigitateur, et se livrer à son tour de magie favori : celui de la disparition de mallettes remplies de billets de banque !

Malgré cela, arrivé en fanfare à Paris, drapeaux rouges en tête, le soudard Denis Sassou Nguesso, chef de guerres civiles vaincu par le président « normal » François Hollande, a quitté la capitale française sur la pointe des pieds. Le locataire de l’Elysée a été intransigeant à son égard : « pas question d’un troisième mandat ! »   Et c’est la tête basse, sans tambour ni trompette, que l’Homme de Kimongo a fait son retour à Brazzaville dans sa « retraite de Hollande » comme Napoléon lors de sa retraite de Russie. image1

Les dés sont jetés. Denis Sassou Nguesso le « déraisonnable » saura-t-il enfin se faire une raison ? A bien regarder la photo prise à Maya-Maya, à son retour, tous les visages sont défaits, ceux du couple présidentiel comme ceux des accompagnateurs. Tous ont compris qu’il est grand temps d’envisager la fin de ce trop long règne et d’en chercher une véritable porte de sortie. 

Rigobert OSSEBI 

Diffusé le 11 juillet 2015, par www.congo-liberty.com

Sassou Nguesso s’accroche à son fauteuil

Hollande reçoit Sassou, accusé de crime contre l’Humanité et en quête de légitimité

Ce mardi 7 juillet, Denis Sassou Nguesso, à la tête du Congo-Brazzaville depuis 1979 de façon quasi-ininterrompue, est reçu en entretien par le président de la République française François Hollande et par le Premier ministre Manuel Valls. Cette visite s’inscrit dans la quête de légitimité du dictateur congolais : la Constitution de 2002 lui interdit un nouveau mandat , et l’opposition n’entend pas prolonger l’expérience de ce pouvoir imposé et maintenu par les armes .

Pour contourner le barrage constitutionnel et se présenter à la présidentielle de 2016, le régime congolais orchestre depuis plusieurs mois de supposées « revendications populaires » qui réclameraient une révision, et a « consenti » à organiser au mois de mai des « consultations sur la vie de la nation et de l’État ». Ces manœuvres sont à l’évidence le préalable à l’organisation d’un référendum sur le changement de constitution pour fournir un cadre légal à la « réélection » du dictateur. La majorité de l’opposition s’est rassemblée derrière le mot d’ordre commun : « ni consultations, ni référendum ». Devant l’échec de sa stratégie, Sassou organise un congrès du 11 au 15 juillet , annonçant une refonte de la République congolaise.

Son passage en France quelques jours avant cet événement constitue donc pour lui une occasion de s’assurer du traditionnel soutien français et de travailler son image de chef d’État de stature internationale auprès de ses partisans.

Côté français, on est en revanche très discret sur cette visite. Le Congo-Brazzaville a été soigneusement évité lors de la tournée africaine de Hollande début juillet , malgré des intérêts économiques et stratégiques déterminants dans le pays. Premier partenaire économique, premier investisseur, mais également premier créancier , la France est chez elle au Congo, mais rechigne quand même à s’afficher avec le pétrodictateur qu’elle a tout fait pour installer et maintenir, quel qu’en soit le coût humain. Car Denis Sassou Nguesso est un habitué des accusations de crime contre l’humanité. On rappellera l’atroce répression qui a suivi son retour au pouvoir, en particulier dans la région du Pool. Ou encore l’affaire des disparus du Beach jugée en France et dans laquelle l’association Survie s’est portée partie civile . La litanie des violations des droits fondamentaux, décrite en détails dans le rapport annuel 2015 de l’Office congolais des droits de l’homme , est édifiante et devrait suffire à rendre ce régime totalement infréquentable. Mais on se doute que François Hollande ne reçoit pas son homologue congolais pour lui parler des droits humains ou dénoncer publiquement ses velléités de s’éterniser au pouvoir, ni pour lui faire part de la confiscation et de la future restitution au peuple congolais des biens mal acquis sur le territoire français . Lire le suite sur le survie.org

Un Boeing 747SP très « spécial » pour le tyran Denis Sassou Nguesso. Par RIGOBERT OSSEBI

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Arrivé en fanfare, Sassou vaincu quitte Paris sur la pointe des pieds…Par RIGOBERT OSSEBI

  1. Investigation - la vérité sur l'entretien de Sassou Nguesso à l’Élysée dit :

    Investigation – la vérité sur l’entretien de Sassou Nguesso à l’Élysée: la grande cour de récrée bientôt terminée !

    INVESTIGATION –
    LA VÉRITÉ SUR L’ENTRETIEN DE SASSOU AVEC L’ELYSEE .
    L’ACTE DE DÉCÈS DU RÉGIME SASSOU NGUESSO A ÉTÉ PRONONCÉ.
    ————————————————————–

    Deux photos ont été retenues pour l’histoire: une photo montrant l’atmosphère de la rencontre avec des visage crispé et inquiets. Et une photo où Sassou Nguesso s’avance seul sans honneur, sans tapis.

    Ce temps est finit. Les photos sont faites par des professionnelles de la communication. Ces photos sont une pression, ces photos sont faites pour rester dans l’histoire de la France, donc rien de hasard.

    Au moment ou je vous parle Claudia Sassou a organisé un accueil triomphal à Brazzaville pour donner l’image d’une victoire de sassou Nguesso après l’entretien avec François Hollande.

    Des Tee-shirt ont été imprimé à Kinshasa, la capital du puissant voisin (RD-Congo). De la propagande tout cela est nul et non avenu.
    Un homme veut venir en aide aux congolais, il s’appelle CHRISTOPHER W. MURRAY Ancien ambassadeur des USA à Brazzaville entre Août 2010 et Août 2013.

    Il a été témoins des explosions du 4 mars 2012 qui selon lui, ont fait plus de morts que les 200 annoncés par le pouvoir de sassou Nguesso. Il dit connaître l’endroit exacte où des corps avaient été enterré dans une fausse commune.

    Christopher Murray est désormais chargé du départ de sassou Nguesso. Et il avoue qu’il finira par avoir sa tête.

    En effet la réunion dont les piliers du pouvoir de sassou ont été témoins ( Henry Lopez, Dominique Okemba,Bouya…) avait pour but de seller le sort de sassou Nguesso avec témoins.
    Les USA étaient représentés par conférence téléphonique et au bout de fil, l’ancien ambassadeur des USA Christopher Murray.

    Prenons la parole HOLLANDE a parlé à sassou sans sourciller: mettez- vous dans tête que celui-ci est votre dernier mandat. La France n’acceptera pas du tout la modification de la constitution. Je déforme à peine les propos.

    Sassou a pris la parole il à tergiverser, répétant les mêmes choses: nous sortons d’une longue période de guerre civile, nous avons commencé un travaille énorme que nous comptons terminer, nous avançons vers la consolidation des acquis…..

    À Hollande de répliquer eh Ben !! Quelqu’un d’autre terminera ce travail.

    Sassou très embêté, tel un enfant la gorge remplie de frousse entame à nouveau ses excuses sans arriver à dire une phrase juste.
    Le voyant en difficulté, HENRY Lopez vient au secours et demande à une discussion ait lieu à ce sujet des heures avenirs.
    Hollande met ensuite en garde SASSOU en lui disant qu’un conflit armée ne sera pas toléré.

    Pour votre information, d »ailleurs Dos Santos de l’Angola avait dit ne plus jamais soutenir militairement sassou lors de sa rencontre avec Hollande.

    Sassou Nguesso n’a bu ni de l’eau ni rien, il était surpris et très embarrassée. Il a pousser un souffle finale comme pour dire ok.

    Deux photos ont été retenues pour l’histoire: une photo montrant l’atmosphère de la rencontre avec des visage crispé et inquiets.

    Et une photo où Sassou s’avance seul sans honneur, sans tapis. Ce temps est finit. Les photos sont faites par des professionnelles de la communication. Ces photos sont une pression, ces photos sont faites pour rester dans l’histoire de la France, donc rien de hasard.

    Dans des jours avenirs les USA s’en chargeront d’énoncer aux autorités congolaises de commencer à tourner la page de sassou Nguesso. Des défections sont à prévoir.

  2. Anonyme dit :

    Peur sur la ville, c’est peut le début de la fin du CANCRE-SASSOU-LEDIABLE. Que sais-je?
    L’avenir nous dira ce que le futur nous réserve, et peut être aussi grand-chose…

  3. Sitou Mpaka dit :

    Quand je vois les sommes d’argent distribué par Ayayos Rémi et Fabrice Makaya deux collaborateurs immédiat d’égard Nguesso ! Ils étaient sur paris depuis des semaines pour préparer le voyage du boucher d’oyo ! Ce diable dépense les 3/4 du budget du pays rien que pour sa sécurité et ses enfants ! Pendant que congolais manques d’eau potable , l’électricité , 85% des jeunes n’on jamais travaillé et même le pays importe les produits de base en RDC ! Ce sassou est un fou furieux !!! Par contre le président Hollande lui a fait un désaveu ! Que vive le président Hollande le libérateur du congo! Car cet assassin est à cinq cent mille morts et du sabotage de l’économie qui s’en suit

  4. TARZAN-LEMAITRE. dit :

    Denis, saches que ton exil, c’est pour bientôt. Cette fois, je vais bien t’encl… PAUVRE-CANCRE. Et personne n’interviendra.

  5. MISELE dit :

    L’opposition n’offre pas une alternative crédible aux congolais …. quand quelqu’un veut changer il lui faut une alternative qui ne fait pas peur …. Or à ce jour je me demande dois-je voter pour Kolelas, Tsaty mabiala, le petit Mpouele, Mierassa…. pour qui? Qui pour diriger ce pays sans nous ramener dans les années 1990? Je m’interroge comme probablement beaucoup de congolais. La seule idée de voir Sassou parti donner l’impression d’un vide que l’opposition dans sa situation actuelle ne pourra pas combler … personne ne s’est vraiment préparer pour la présidence.

  6. Mighty Beaver dit :

    Vraiment triste, je suppose qu’il pioche dans sa tirelire personnelle, qui de toutes façons représente plusieurs fois le budget Congolais pour mener sa campagne de pouvoir à vie tambours battants. Après tout, les gisements Likouala (65%) et M’Boundi (10%) dont il detient des intérêts par des sociétés écrans offshores Likouala SA et autres à Monaco produisent toujours. Et d’ailleurs à ces gisements se sont ajoutés récemment Kitina (10%), Djambala (10%), Foukanda (8%), Mwafi (8%) via AOGC avec la complicité de ENI je veux dire Claudio DESCALZI son jeune ingénieur qu’il avait propulsé par lobbying à la tête de ENI et qui lui renvoie bien l’ascenseur.

    Sinon comment imaginer affreiter un 747SP avec tout ce beau monde aux frais de l’Etat quand il ya à peine 3 mois le Congo a du faire recours à la planche à billet auprès de la Banque Centrale, 300 milliards FCFA imprimés à la hate pour payer les salaires des fonctionnaires s’il vous plait. Ce n’est plus un secret au pays même ceux qui sont au pouvoir le disent à haute voix, les caisses du trésor sont vides, il n’y a plus d’argent. Oui mais nous avons le pétrole, vous dites-vous peut être !

    Eh bien quant au pétrole, il est bradé sur des préfinancements jusqu’en 2021-2025 pour cause, SARPD de ETOKA vient de faire un financement illégal pour $750million avec le trader Glencore pour le compte des chinois de Norenco (vendeurs d’armes) via Unipec (Sinopec). Quant à ORION OIL de Lucien EBATA, son financement de 2013 avec Ecobank/United Bank/BGFI Bank pour $500million, fait avec les relations Ecobank Paris de Dominique OKEMBA a du être transférer par défaut de barils (vous avez bien compris, pas suffisament de cargaisons a vendre) à Trafigura. Trafigura a donc repris la transaction Ecobank et a doublé la taille à $1milliard, du coup la cote part de l’Etat (SNPC inclu) sur la future production de Moho-Bilondo 1bis, Moho Nord, Nene Marine et autres gisements hypothequée jusqu’en 2021-25. Dès lors et dans ces conditions, la responsabilité morale et fiduciaire des opérateurs TOTAL et ENI est engagée, ils ont une obligation morale à ralentir le rythme de développement des nouveaux gisements jusqu’au départ du dictateur, sinon le peuple ne verra jamais la couleur de l’argent du pétrole. De toutes facon au niveau actuel du prix du baril rien ne peut justifier l’empressement de TOTAL et ENI a faire avancer les travaux de développement de Moho Bilondo 1bis, Moho Nord, Nene-Banga, Litchendjili Marine ou Minsala, si ce n’est pour donner un coup de pouce et donc aider notre Mugabe national, ce qui est contre toutes règles d’éthique et de responsabilité corporative au vu des chartes RSC qui regissent ces sociétés publiques et le peuple congolais ne saura oublier. Gokana était à Paris il ya 4 semaines pour continuer a mettre la pression sur TOTAL. Quant aux Chinois de Norenco et Unipec (Sinopec), qu’ils sachent que le nouveau gouvernement de la République de 2016, n’enterinnera jamais ces contrats mafieux de préfinancements, faits sur la base d’aucun projet concret au profit du peuple, et quand ils savent que ces fonds filent tout droit dans les coffres personnels de Sassou et son clan de sangsues, pillards et bandits de grand chemin, ils connaissent les risques qu’ils prennent et les dangers qu’ils font courrir au Congo.

    Alors que les caisses de l’Etat sont vides et qu’on fait recours à la planche à billets pour payer les fonctionnaires et ainsi alourdir la dette publique, je vous laisse imaginer ou va l’argent des préfinancements (bradage) du pétrole des Congolais savamment organisés par Kiki, Etoka, Ebata toujours avec la complicité de Gokana et Okiorina. La réponse est….On en met toujours davatange à l’abri pour les lendemains incertains, on afreit des boeing 747 et on fait circuler les métaux (nguiris) pour diviser les partis politiques opposés aux changements constitutionnels anti-démocratiques et illégaux (comme le MCDDI en ce moment ou l’UPADS) et on achète les consciences des pauvres congolais affamés… affaire à suivre.

  7. le fils du pays dit :

    Il est grand temps que ce fou sans de bonnes manieres(Mr Sassou),sa famille et ses enfants plient bagages.Le Congo compte beaucoup de fils et filles capables de conduire le bateau(Congo) jusqu’au bon port.

  8. Allo dit :

    @ Mighty Beaver

    Les informations que vous balancez, les avez vous vérifiée..? ou ce sont de simples affirmations gratuites comme on a l’habitude de lire ici. Parce que en d’autre cas cela c’est de la diffamation…

  9. le club période de transition politique obligatoire de 3 ans pour sauver le congo dit :

    L’élection présidentielle en 2016 haaaaaaaaaaaaa, hoooooooooooooooo, hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, blabla, blablaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.

    « La différence entre un homme politique et un homme d’état est la suivante: le premier pense à la prochaine élection, le second a la prochaine génération » (James Clarke)

    L’élection présidentielle en 2016? Pourquoi faire?

    L’élection présidentielle en 2016 = le Congo submergé avant 2025 = pouvoir politique du ventre et des profito-situationnistes

    Période de transition politique en 2016 = restaurer, réparer, restructurer ensemble et dans l’union nationale – le bordel ou le bazar occasionné par 34 ans de dictature sassou = les clefs d’action pour les générations futures.

  10. Anonyme dit :

    Mr. ALLO si comme çà que vous préférez qu’on vous appelle, ce que relate MIGHTY est justement proche de la réalité a en croire les termes techniques et la présence réelle des gens qu’il cite qui étaient en France.
    Quant-au Club de 3 ans de Transition, cette idée ne plaisait pas, mais je trouve qu’avec ce qui se passe en crime économique, il faut passer par celle-ci pour retrouver tous les malfrats voleurs de toute espèce. Mais pour la diriger il faut un homme capable, pas celui que les généraux d’opérette vont enlever par un autre coup d’État. En tous cas je ne vois aucun de ces hommes d’opposition déjà compromis: les NDZON, TSATY MABIALA, Kolelas, etc… sauf peut être Pr. TSOMAMBET; avec a la tête de l’Armée Général MBAOU, aux Finances MALEKAT; a la Justice Ambroise MALONGA.
    Ensuite, geler tous les faux-travaux de l’Etat et leurs differents comptes. Mettre SNPC sous sellée et mettre NGOKANA, BOUYA, ADADA, OSSO Jean LOUIS etc…en état d’arrestation immédiate. En un mot, fermer toutes les frontières du Congo.
    Donc le Lion de Makanda avait raison.

  11. Julius Malema dit :

    A en croire le discours diplomatique très explicite de M.Valls, le regard de Paris a peu à peu évolué sur la situation complexe de notre pays. Le statu quo est maintenu. Bien qu’il faut toujours se méfier des occidentaux. La déclaration du pragmatique premier ministre francais, parlant au nom de F.Hollande qui a préféré la discrétion aux yeux des gauchistes joyeux, semble assez clair. La balle est au centre du M’Bôngui. Il est clairement établit que le staff actuel à l’Elysée, à Matignon et au Quai d’Orsay est enfin sorti de la période post électorale illusoire, symbolisée par cette tirade burlesque intitulée: « Moi President… Moi… Moi et Moi… ». Place à la realpolitik. Bref, il est à constater aussi que l’article s’appui abondamment sur les travaux d’une fameuse ONG Survie. Ne s’est elle jamais attaqué aux interets américains et britanniques dans le monde ? Soyons en certains que la france est une puissance déclinante, mais elle a encore de beaux restes en matière de renseignement. Dans les cercles fermés de Paris les élites politiques et militaires savent pertinemment quelle est la finalité de ces associations bidon à géométrie variable et au financement douteux. Récemment l’opinion nationale a pu attester du timing de l’apparition enchantée de l’ONG Amnesty International, avec un de ces rapports abracadabrant dont elle a le secret. Pris de panique les lobbys impérialistes tentent par tous les moyens de discréditer l’opération de police en cours. Suite à l’agitation estudianto-bachelière infiltrée par de nombreux étrangers et qui a coïncidé avec l’arrivée du polonais Malinosky de Human Right Watch (c’est la même équipe) à Brazzaville. Le Congo est un Etat souverain rodé aux joutes souteraines. Quant à la fameuse « diaspora » qui deal allegrement avec les dangereux lobby financiers americains, elle ne doit espérer obtenir à 100% le soutient de Paris. Compte tenu des rivalités historiques qui existent toujours entre la france et l’axe anglo-saxon. Le Congo est en plein processus de developpement et de modernisation tous azimuts, après de longues années de guerre civiles. Les autorités francaises connaissent parfaitement la situation de notre pays. Paris et Washington ne peuvent interdir à un peuple souverain le droit de choisir son chemin. Autrement les congolais regretteront leur aveuglement dicté par des puissances étrangères colonialistes. A l’instar de nos amis tunisiens, libyens, égyptiens, syriens, irakiens… Sans oublier les ukrainiens en plein coeur de l’Europe corrompue de Bruxelles. Où les peuples regrettent le sacrifice du pseudo Maïdan révolutionnaire, ayant conduit à la guerre civile et à la séparation irréversible de ce grand pays. Le Congo a vécu l’expérience enrichissante de la CNS en 1992. L’histoire nous enseigne que l’alternance absolue n’est en rien un gage de souveraineté, ni de stabilité, encore moins de paix et de développement socio-économique. La france soutient le dialogue inter-congolais, au sein du M’Bongui.

  12. IMPAYABLE SASSOU! IL PARLE DE SES MINISTRES DE LA HONTE QUI ONT FAIT DES CABINETS FAMILIAUX OU MONO CLANIQUES! dit :

    Sassou est vraiment exceptionnel dans le ridicule! Lui qui a accentué le népotisme le plus abject avec ses 40 Gosses et autant de neveux et beau fils se moque de ses Ministres tribalistes.

    -MVOUBA le grand Mindjoula industriel se contente du POOL pour faire du TEKENIMA! « Vends moi l’affaire »! C’est le nom de son financier…Et Ca ne s’invente pas!

    -YOKA joue au plus malin des Républicains, il y a quand même des parents aux postes stratégiques pour la Constitution et pour embastiller les opposants! Pour le KIA NGAI EWO  » en sorte! Fais moi l’affaire! »

    -ADADA est solidement scotché à Boundji avec ses cousins ignares incompétents et sans références! Surement la gestion la plus abjecte que ce Grand Ministère ait jamais connu depuis l’indépendance!
    -KOLELA a rempli son affaire d’une redoutable machine d’arrêtés d’intégration! Des stakhanovistes du clandestin.
    -BLONDINET MOUNGALLA est dans sa famille: petit frère, belles sœurs, maitresses! Et cela aboutit aux SIMBOX pirates…

    FÉLICITATIONS POUR:
    • IKOUEBE est remarquable! Un homme qui essaie de ne pas tribaliser son maroquin;
    • H DJOMBO qui a autant de sudistes que de Nordistes, mais il me semble des gens qui font l’économie forestière: Niari, Sangha et Likouala…
    • LOEMBA qui essaie de voir d’abord la compétence avant la tribu.
    Pas de jalousie pour les non évalués, la suite à la prochaine évaluation!

  13. macktchycaya dit :

    A
    MISELE,
    A JULES AKOUA
    A ALLO, et d’autres vendus comme Kolélas Landry.et compagnies.

    Comme le ridicule ne tue pas au Congo, pour votre gouverne allez visualiser la vidéo du président Sassou lorsqu’il prend la parole pour dire à Lissouba non au changement de la constitution, et demande aux démocrates Congolais de ne pas accepter un coup d’état constitutionnelle, la vidéo est ici ou sur zenga -mambu….Ayez un peu de scrupule en tant que patriotes sinon allez déjà en enfer pour continuer à invoquer les dieux de la malveillance. Lorsque le temps est arrivé il ne sert à rien de tergiverser et chercher des stratégies de pérennisation au pouvoir. N’est -il pas vrai que Sassou faisait parti des forces du changement? en 92?;;;;;;l’histoire le rattrape et là comme un amnésique il oublie tout ce qu’il avait demandé au peuple contre Lissouba.

    Il parle de cesser avec la gouvernance de l’invective et pas trop tard qu’il ya une semaine le voilà qui promet de faire goûter du sang aux congolais;;;quel est ce chef d’état qui menace la population de son pays parce qu’au final cette population ne l’acceptera plus. la constitution est claire et comme il veut d’un dialogue que l’opposition n’avait cessé de demander depuis qu’il se plie aux exigences de la démocratie en acceptant la parité dans les commissions. Au regard de ce qu’il a donné comme liste l’on note les personnalités acquises à sa cause et souvent des ressortissants du nord quel aberration il n’a toujours pas compris que le Congo ce n’est pas sa tribu ni son clan seulement. Il donne un délais et monte une commission donc les autres sont ses moineaux qui vont le suivre comme d’ailleurs des toutous ,,,,,qui le conseille comme ça?
     » NKIADI MINGUI »

  14. macktchycaya dit :

    A MIGJHTY-BEAVER

    Je me demande si vous êtes vraiment Congolais ou que vous l’êtes par adoption et depuis vous ne connaissez pas votre propre histoire.Si vous voulez des preuves c’est simple ré- visualiser la vidéo qui ici mise à la disposition de tous ou sur zenga-mambu pour que vous compreniez que ce pouvoir et sa gouvernance n’ont pas honte de vouloir faire ce qu’ils décommandaient à Lissouba. Sassou demandait au peuple et aux démocrates:  » de ne pas accepter un coup d’état constitutionnelle ». Voilà une preuve de son aberration et sa non connaissance des dossiers du pays. Il clame la non invective et le voilà à kinkala qui promet aux congolais de leur faire goûter du sang,,,voir la vidéo,,,quelles preuves attendiez vous pour comprendre que ce monsieur est sans scrupule. qu’il veut le pouvoir pour le pouvoir. Il en a fait une carrière c’est ignoble franchement.

    Regardez la photo lors de la réception à l’Élysée, les quels sont à ses côtés? si ce ne sont : BOUYA ONDONGO et JDO c’est qui pour vous? si ce ne st ses parents et neveux? le pouvoir est tribal et régionaliste. arrêtez donc de toujours paraître ridicule lors de vos interventions ici …le Congo ne veut pas de ce mode de gouvernance.c’est tout et la constitution est claire. 2 mandats ça suffit. le fanatisme est comme une drogue aviez-vous les « djiadistes » comment ils vont mourir bêtement dans les champs de batailles et ce pendant les mentors se la coule douce dans des paradis avec familles et enfants.

  15. Mighty Beaver en Reponse a ALLO dit :

    Cher compatriote, nous sommes sur un forum suffisament sérieux, je crois, et ceci n’est pas un lieu pour  »balancer » des informations fantaisistes non verifiées. La situation de notre pays est suffisament critique. Toute information donnée est sur la base de sources sures et verifiee et je pèse bien mes mots. Les interessés et ceux d’entre nous qui connaissent les métiers et cotoyons les gens du serail n’auront pas du mal a nous y retrouver, et valider l’information. Ces voleurs et brigands de la République dont tu te souci tellement font pire de toute manière dont ils doivent se soucier plutot plutot que de lancer des procédures de diffamation. Et pour qu’il y ait diffamation ces gens doivent avoir un caractère, un comportement et une éthique au dela de tout soupcon, depuis quand Kiki, Etoka, Ebata et leur bande sont des compatriotes respectables…de véritables pilleurs publiques en costume et cravate!

  16. maintenant qu’Hollande m’a interdit de goûter encore le sang de congolais que faire? dit :

    Personne ne l’a jamais vu dans cet état en dehors du jour du décès de sa fille où il pleurnichait comme un pauvre indigent très affligé, parce que ne sachant pas comment faire face au coût des obsèques de l’un ou l’une de ses proches. « Il n’est pas normal, que François ne m’ait pas soutenu, qu’est-ce que je ne peux pas faire pour lui, même s’il a inversé sa décision en faveur de Kiki dans un partage de pouvoir avec ces Bakongo : ne me livreront-ils pas à la CPI, maintenant qu’on m’a interdit de goûter encore leur sang? » : marmonnait Sassou Nguesso à la descente de l’avion, à Brazzaville.

    À ses yeux, lui demander de partir, quand bien même la constitution qu’il s’était taillée pour éliminer ses redoutables adversaires et mourir au pouvoir le lui impose : n’est pas fondé. En conséquence, Sassou Nguesso semble avoir mal compris le consensus national que lui a conseillé François Hollande pour éviter son goût du sang et des larmes des autres pour assurer la stabilité des institutions. Pour Sassou Nguesso, c’est comme un encouragement à s’en tenir à son faux dialogue qu’il a fini par transférer à Sibiti alors que le communiqué de l’Élysée est claire.

  17. SASSOUFIT,DEGAGE dit :

    Allez-y sur Zenga-mambu lire le discour de Okombi Salissa qui dézingue Sassou,l’affrontement est inévitable dans les jours avenirs.Je ne suis pas fan de lui,mais quel courage pour ce garçon.

  18. MISELE dit :

    @Mighty Beaver
    Attention Ebata lui il poursuit en diffamtion à tout va. Demandez à BALIMENOMO plus jamis celui là ne prononcera le nom d’Ebata, ne le diffamera …. sachez que nos adresses IP peuvent être communiquées au juge si jamais nous sommes poursuivis. Donc mettons les info vérifiables …

  19. MPANZOU dit :

    Okombi se voit pousser des ailes car doté en camions, téléphones satellitaires et armements par des américains …. c’est la préparation de la rébellion de Lekana qui se met en place.

  20. Bakala Telema dit :

    Au pct, vous devez arrêtez votre propagande consistant à dire que la France soutient petit satan dans son opération de démolition constitutionnelle. Non seulement conseil lui a été donné de pas modifier la constitution, mais il lui a été aussi recommandé d’assurer la transition démocratique sans effusion de sang car, plusieurs rapports des services de renseignements extérieurs français confirment que tout passage en force occasionnera des troubles sociopolitiques sur toute l’étendue du pays.

    Aussi, il est étonnant de vous voir accrochés au communiqué de presse de l’Elysée tels des naufragés cherchant des bouées de sauvetage pour éviter la noyade annoncée. Ce communiqué dit le contraire de ce que vous claironnez sur tous les toits à toutes les heures de la journée. Ce communiqué ne dit pas qu’un chèque en blanc vous a été donné pour tricher encore et encore avec les lois de la république.

    Oui, ce communiqué parle de l’organisation d’un dialogue. Mais vous oubliez le déterminant « dans le consensus » qui clarifie le sens du mot dialogue. C’est d’un dialogue dans le consensus dont on parle et non d’un dialogue tout court. Et c’est là où vous vous êtes encore fait avoir par Hollande. Comme vous, ce dernier sait qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais de consensus entre vous et le Vaillant Peuple Congolais sur l’objet du dialogue consensuel mentionné dans le communiqué de l’Elyzée. Aussi, sachant que le consensus n’existe pas, alors il n’y a pas lieu d’organiser un dialogue sur des sujets sur lesquels les parties prenantes n’accordent pas leur violon. Aussi, le communiqué de l’Elyzee renvoie au statu quo constitutionnel au regard de l’impossible consensus sur l’objet du dialogue. Eh bouin!

    Voyez-vous, tels qui croyaient prendre se sont faits avoir par plus malins. Le Vaillant Peuple Congolais (1) et petit satan (0). D’où ces visages défaits sur les photos marqués par la frustration d’avoir été humiliés encore une fois. Il y a aussi la peur de l’avenir quand Hollande, par ses collaborateurs interposés, a ébruité le secret de polichinelle à l’effet que Kazinga Dos Santos ne volerait pas au secours du régime honni de petit Satan lors des prochains troubles socio-politiques qui suivront leur folie de modifier la constitution. Une seconde frustration et humiliation que cette annonce de la bouche de Hollande que la promesse de Dos Santos à l’égard de petit satan n’engageait que celui-ci. C’est le piège qui finit par se refermer. L’animal est pris au piège. Aucun moyen d’y échapper.

    Ô petit satan! Il y a un temps pour chaque chose sur cette terre. Un début et une fin. Votre fin est arrivée. Vos marabouts n’y peuvent rien. Ils peuvent vous conseiller d’aller à Sibiti, mais c’est Brazzaville votre terminus car, c’est dans cette ville que prendra fin votre voyage. Quand on arrive au terminus, tous les voyageurs descendent. Vous êtes à votre ultime mandat. On ne veut pas de vous encore moins du pct et de ton clan de kleptomanes sanguinaires et cretons devant l’éternel.

  21. Bakala Telema dit :

    Pour la première fois, depuis que j’ai quitté le Congo, je suis allé visionner le télé journal du vendredi 7 juillet 2015 de Télé Congo pour constater encore la déconfiture de l’humiliation sur le visage de petit satan. Alors là, le pauvre a été vraiment sonné par les résultats calamiteux de son voyage. C’est un homme triste assis à côté d’une femme au regard perdu que j’ai vu. Ils étaient tous deux comme le couple Ceausescu avant leur pendaison.

    Le choc violent subi par petit satan se perçoit mieux dans ses réponses aux questions des journalistes relatives à son projet de mourir au pouvoir. Alors là vraiment, sassou était dans les limbes tant il ne savait même pas ce qu’il disait.

    Il appelle les congolais à participer au dialogue qui est ouvert à tous car, selon lui, on va discuter pas seulement de la démocratie (entendez son projet de mourir au pouvoir et de voir son zaïrois le succéder), mais aussi du développement socio-économique. Oui, sassou a bien dit qu’au cours de son monologue ses guignols parleront aussi du processus de développement. Mais est-ce que ce monsieur se rappelle au moins du contenu des décrets qu’il signe? Nous savons qu’il est revenu sonné de sa visite de France, mais de là à oublier les deux questions de son monologue, il y a de quoi se poser des questions sur la santé mentale de petit satan.

    Petit satan, votre monologue porte sur deux questions: votre projet pour mourir au pouvoir et organisation des élections. Il n’y a pas de questions relatives au développement socio-économique. Croyez-vous prendre les congolais avec ce piège que vous leur tendez devant les yeux?

    Ce monsieur a vraiment besoin d’un bon repos et de la camomille pour se détendre pour espérer retrouver ses esprits avant de commencer à empaqueter ses objets personnels pour 2016.

  22. Mwana Mana dit :

    Lu pour vous.

    Quelqu’un disait ici que le sort de sassou se jouait au Burundi. Cette personne avait vu juste. La preuve est là. Sassou soutient le terrorisme au Burundi. Kagamé lui a dit d’arrêter net sous peine de représailles.

    Ça chauffe pour Sassou!

    Kagame demande à Sassou de ne pas mettre de l’huile sur le feu au Burundi
    https://bujanews.wordpress.com/2015/07/10/kagame-demande-a-sassou-de-ne-mettre-lhuile-sur-le-feu-au-burundi/

  23. Mwana mana dit :

    Burundi : Kagame demande à Sassou Nguesso de ne plus financer Nkurunziza, menacé d’un 2e putsch

    Le président congolais, Denis Sassou Nguesso suit au jour le jour, le dossier burundais. Il fait parti des chefs d’État africains qui demandent à Pierre Nkurunziza de tenir bon pour son 3e mandat et de ne rien lâcher. Pour l’y aider, il lui a fait don de 20 milliards de F CFA ( 130 millions d’euros ) afin que le président du Burundi ait de quoi soudoyer les membres de la Commission électorale, son armée, sa police, les dirigeants du CNDD-FDD, son parti politique, et les membres du parlement.

    C’est grâce en partie, à cet argent que Nkurunziza a pu déjouer le coup d’État du mai dernier. Une partie des officier ayant touché ce pactole, a tout fait pour sauver le régime alors que le président était en sommet à Dar es Salaam.

    Mais l’effet du don de Sassou commence à s’estomper, certains partisans de Nkurunziza estimant qu’ils ont, déjà, payé la dette en repoussant le coup. Sassou va-t-il envoyer une rallonge à Nkurunziza? Car ce dernier risque d’être affaibli du côté de son principal bailleur de fonds, le Congo-Brazzaville, affecté, ces derniers jours, par des ennuis de trésorerie. En effet pour la troisième fois, le budget de 2015 a été revu à la baisse de près 300 milliards de F CFA, mi juin dernier. C’est plus de 20% de baisse sur le budget total que le gouvernement a corrigé en l’espace de six mois. Une autre baisse sera apportée vraisemblablement après les Jeux Africains de septembre, entièrement, financés par les Chinois pour plus de 500 milliards de F CFA. Dans ces conditions, Sassou n’est plus en mesure de soutenir financièrement Nkurunziza, comme il l’aurait souhaité.

    Dimanche, 21 juin, Paul Kagamé a envoyé un pli fermé à Sassou pour lui demander de ne plus attiser le feu qui couve au Burundi, en continuant de financer Nkurunziza. Ce message remis, en plein dimanche, soir, par la ministre rwandais des Affaires étrangères, Louis Mushikiwabo, au dictateur, était tellement pressant que l’envoyée spéciale de Kagame n’a même pas pu attendre le lendemain matin, pour rencontrer le dictateur de Mpila. C’est dire que ça bouge dans la région des Grands Lacs.

    http://www.27avril.com/blog/actualites/ailleurs-en-afrique/burundi-kagame-demande-a-sassou-nguesso-de-ne-plus-financer-nkurunziza-menace-2e-putsch-entree-en-action-dune-guerilla-dans-le-nord-ouest-du-pays

  24. kikadidi leo dit :

    c est le systeme qui doit changer sur quel criteres les congolais votent au suffrage universel a mon avis seul des deputes correctement elus peuvent choisir un chef de l executif cela pour eviter des dictateurs au pouvoir.

  25. Mighty Beaver Apporte Corrections et dit :

    Cher Rigobert et pour ceux d’entre nous qui suivons ce forum, j’apporte des petites modifications sur mon premier commentaire comme suit:
    Le Montant que le gouvernement du dictateur a récemment fait imprimer à la hate auprès de la Banque Centrale pour payer les salaires des fonctionnaires il ya un peu plus de 3 mois, est de 50 Milliards de Francs CFA (au lieu de 300Milliards FCFA).
    En ce qui concerne les préfinancements, celui en cours entre ORION OIL et Trafigura est de $750 million (au lieu de $1 Milliard). Et le préfinancement de SARPD avec Glencore est de $500 million. Pour le reste, je maintiens mes commentaires.

  26. jj dit :

    Congo-France : opération séduction pour Sassou Nguesso

    Le président congolais, Denis Sassou Nguesso (DSN), est rentré à Brazzaville le 9 juillet manifestement ragaillardi par sa visite de travail en France.

    Celle-ci s’est en effet beaucoup mieux passée que ne l’espérait son opposition et que ne le laissaient craindre de précédentes déclarations de François Hollande sur l’intangibilité des règles constitutionnelles.

    Reçu au pied du perron de l’Élysée, puis en tête à tête par Hollande pendant plus d’une heure (la réunion élargie n’a duré qu’une quinzaine de minutes), DSN a longuement exposé à son hôte son projet d’évolution des institutions congolaises (dialogue national, puis référendum sur le changement de la Constitution), en précisant qu’il s’agissait pour l’instant d’une probabilité et que le dernier mot reviendrait au peuple.

    De son côté, Hollande a insisté sur la nécessité d’entourer cette démarche d’un consensus maximal (sachant bien qu’il ne saurait être total).

    Recevant, dans l’après-midi du 7, le Premier ministre Manuel Valls à son hôtel, Sassou Nguesso a de nouveau développé ses arguments devant un interlocuteur attentif et bienveillant : les deux hommes, qui se connaissent et s’apprécient, sont en contact régulier depuis trois ans, et Valls a joué un rôle clé dans la mise au point de cette visite, que certains conseillers de Hollande voyaient d’un œil pour le moins réservé.

    Des dispositions prises pour mettre fin à des « pratiques inadmissibles »

    À l’un comme à l’autre, DSN a également parlé de la Centrafrique, de Boko Haram, mais aussi de problèmes plus « domestiques ». Il s’est ainsi plaint de la mise sous séquestre (en partie levée récemment) des comptes de l’ambassade du Congo en France, à la demande de créanciers libanais ; des tracas judiciaires infligés à certains de ses proches ; et des agissements de groupes d’opposants radicaux de la diaspora, qui, à l’instar des « combattants » de RD Congo, agressent les personnalités congolaises de passage à Paris et tentent de s’introduire dans l’enceinte de l’ambassade. Valls a aussitôt chargé Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, de prendre les dispositions nécessaires pour mettre un terme à ces « pratiques inadmissibles ».

    À noter que ni Hollande ni Valls (pas plus que Laurent Fabius ou Michaëlle Jean, également reçus) n’ont abordé avec Sassou Nguesso l’éventualité de sa candidature en 2016. Même si tout le monde l’avait en tête, l’intéressé ne leur a laissé, sur ce point, aucune prise.

  27. Anonyme dit :

    bonjour la rédaction congo liberty en effet depuis quelque jours je suis tombé par hasard sur votre site c est toujours avec emotion que je consulte votre actualité j

Laisser un commentaire