TOUTE VERITE EST BONNE A DIRE… ! Par Mingwa Biango

Mingwa Biango

Mingwa Biango

Beaucoup d’hommes naissent aveugles, et ils ne s’en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux. Jean COCTEAU (La machine infernale)

 

Eduquer, c’est transmettre des valeurs humaines essentielles à la vie dans la société. Dans toutes les civilisations, la cellule familiale en est la base, en complémentarité avec le système éducatif, par lequel, l’individu acquière l’instruction et les compétences nécessaires pour devenir un bon citoyen et servir correctement sa famille et son pays.

Inscrit dans plusieurs chartes internationales et institué dans la Constitution de plusieurs pays, le DROIT A L’EDUCATION est pour l’UNESCO, « un droit fondamental de l’homme, indispensable à l’exercice de tous les autres droits de l’homme. ». L’instruction promeut  la liberté individuelle, et apporte les outils nécessaires pour lutter contre toute forme de totalitarisme. Est-ce le cas au Congo-Brazzaville (y compris les intellectuels) ?

Pour ma part, les us et coutumes bembés sont la base de mon éducation familiale. Elle consacre la recherche permanente du SAVOIR, de la PERSPICACITE, de L’EMULATION du MERITE et surtout,  consacre la VERITE. En revanche, elle pourfend la tricherie, le mensonge, le vol… et le meurtre. C’est dans cet esprit que j’ai créé le site participatif www.congo-liberty.com , qui ne sera jamais inféodé à un parti politique, encore moins à une personnalité politique quelle qu’elle soit !

Dans les pays de Mouyondzi, la complaisance, la traitrise et les petits arrangements avec la vérité n’ont pas de place. Nous ne dérogeons pas à la règle même lorsqu’il s’agit des nôtres. Ainsi, je dénonçai la prostitution politique de Me Martin MBERI. J’en fis de même lorsque Christophe MOUNKOUENKE et Pascal TSATY-MABIALA s’acharnèrent sur la dépouille de l’UPADS pour mieux l’affaiblir à la grande satisfaction du tyran SASSOU-NGUESSO. En son temps, nous dénoncions la complicité tacite de TSATY MABIALA, dont la participation aux élections locales de 2014, valida le fichier électoral issu du recensement administratif spécial, dont les résultats principaux, nous enseignent que la partie Nord du pays est dorénavant, démographiquement plus importante que la partie Sud.

Claudine MUNARI et ANTOINETTE SASSOU

Claudine MUNARI et ANTOINETTE SASSOU

Pourquoi devrais-je me taire aujourd’hui et ne pas rappeler que Mme Claudine MUNARI a trahi le Président Pascal LISSOUBA pour se coucher avec le PCT de notre bourreau SASSOU-NGUESSO, juste parce qu’elle est comme moi, originaire de Mouyondzi ?

« Dire NON à la modification de la Constitution aurait-il le pouvoir magique d’absoudre tous les crimes et blanchir toutes les crapules ? »

Pourquoi ne dois-je pas m’interroger sur les réelles motivations politiques de l’actuel patron de l’Initiative pour la Démocratie au Congo (IDC), M. Serge Blanchard OBA, véritable fossoyeur de la SOTELCO créée sur les cendres de  l’Office Nationale des Postes et télécommunications (ONPT), dont les travailleurs licenciés attendent toujours leur indemnisation ?

Nos frères et sœurs de l’IDC devraient se battre pour l’essentiel, à savoir, la refonte intégrale du fichier électoral et la gouvernance électorale comme le martèle Mathias Dzon.

Nous raillons tous, le discours sur l’état de la Nation prononcé par Denis Sassou-Nguesso, le 12 aout 2015, pour avoir mis en exergue son bilan calamiteux ; mais, nous n’avons pas le courage de dire que ce bilan est aussi celui de ses ex-ministres Parfait Kolelas et Claudine Munari qui viennent d’être débarqués du Gouvernement. Pourquoi ? Juste parce qu’ils s’opposent à la modification de la Constitution ou parce que natifs de vos régions, vous (tribalistes) les ménagez… ? Pff … !

Si vous voulez applaudir les SOUDARDS et les TONTON MACOUTES, ne comptez pas sur nous !

Les mêmes avec qui nous damnions Mathias DZON parce qu’il fut l’argentier de Sassou-Nguesso, malgré sa franche opposition au dictateur de Brazzaville, trouve étrangement des circonstances atténuantes et sont très indulgents envers les natifs de leurs régions que sont Parfait KOLELAS et Claudine MUNARI. Ils s’étonnent ensuite que le tyran ait encore des partisans dans sa région. Voilà le problème du Congo : notre tribalisme que nous ne voyons que chez les autres. C’est tout simplement de l’obscurantisme. Le fléau incurable du tribalisme est la dynamique des guerres civiles de demain.

Chers frères et sœurs, libérons-nous de notre tribalisme et le Congo se portera mieux !

 « Les Ayatollahs de la pensée unique et de l’intolérance sont de retour »

On ne doit plus émettre un doute, une réserve ou critiquer, voilà ce que veulent nous imposer les nouveaux Ayatollahs de la pensée unique et partisans des ministres limogés par leur patron Sassou-Nguesso. Ils le font subtilement, avec la malice du serpent, en véhiculant insidieusement dans l’opinion, qu’il n’est pas l’heure d’émettre des avis contraires à la pensée unique (la leur), et que le faire, c’est conforter, mieux, faire le jeu de Sassou-Nguesso, histoire de vous discréditez.

Pourtant, ces propagandistes et leurs chefs « étaient le POUVOIR », celui du dictateur Denis Sassou-Nguesso, dans lequel ils occupèrent des postes éminents au plus haut sommet de l’Etat, en s’enrichissant illicitement. La seule évocation de Sassou-Nguesso a pour but d’apeurer les esprits les plus faibles et les culpabilisés, pour mieux éteindre leur esprit critique.

Tout le monde use de l’épouvantail Sassou-Nguesso. Il parait qu’au pays, le seul moyen de contraindre les enfants récalcitrants d’aller se coucher le soir, c’est de leur dire, qu’en cas de refus, on appellerait Sassou-Nguesso… J’ai quand même averti ma sœur  qui en use à volonté avec son fils, de ne pas en abuser au risque que mon neveu soit traumatisé à vie !

Mais, qui sont-ils ces opposants de la 25eme heure, pour nous dire à quel moment dire, ce que nous voulons dire ? Pourquoi, dois-je m’adapter à leur stratégie politicienne, à leur compromission et alliance contre nature, moi qui suis de la société civile !

Où étaient-ils lorsque Paul-Marie MPOUELE était embastillé ? Nul n’était la mobilisation des Congolais sur les réseaux sociaux et des différents sites internet (Congo-liberty, Mwinda, Brazza-news, Congopage, Zenga-mambu, le lion de Makanda, Patrick Eric Mampouya…), il croupirait peut-être encore en prison, abandonné comme l’est encore le Colonel Marcel TSOUROU.

Lorsque l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) révélait l’assassinat de notre jeune frère Régis BATOLA dans les geôles de leur patron Sassou-Nguesso, a-t-on entendu un homme politique (pouvoir comme opposition) demander justice pour notre compatriote ? Quel homme politique se mobilise pour les victimes des explosions du 4 mars 2012 ?

A-t-on encore le droit de dire que la Conférence Nationale Souveraine (CNS) de 1991 a pu se tenir grâce à l’Armée congolaise et à son chef d’état-major, le Général Jean-Marie Michel Mokoko, et aussi rappeler qu’il initia un coup d’état militaire en janvier 1992, contre le gouvernement de transition d’André Milongo qui avait pour charge de passer le pays d’un régime dictatorial à un régime démocratique ?

Les affaires des disparus du Beach et des Biens Mal Acquis se sont judiciarisées grâce aux associations de la société civile congolaise (Fédération Congolaise de la Diaspora…) et des Congolais eux-mêmes, et non à l’initiative des partis politiques, tous corrompus.

Alors, chers politiciens, vous n’avez aucune leçon à nous donner !

Cette période d’intolérance qui s’ouvre et qui n’est plus propice à la critique des acteurs politiques, me rappelle celle de l’après CNS de 1991, où, l’on ne pouvait pas émettre d’avis contraire à la pensée unique des DIEUX qui régissaient les partis politiques.

Lorsqu’ Abel Matangou, cofondateur du MCDDI, Tête de liste aux élections municipales de son parti à Bacongo, et 1er député de la 2e circonscription de la même commune en 1992, émit des réserves sur l’alliance URD-PCT à son ami et frère Bernard Kolelas, on lui claqua la porte au nez . Il ne fut pas reconduit candidat à la députation lors des élections législatives anticipées de 1993. Blaise Kololo subit le même sort plus tard avec interdiction de mettre les pieds à Bacongo.

Marc Mapingou subit le même sort à l’UPADS, lorsqu’au début du mandat de Pascal Lissouba, il tira l’alarme sur les dérives tribales et le retour en force des anciens apparatchiks du PCT autour du président. Cette intolérance politique que nous dénonçons aujourd’hui, conduisit à l’assassinat de Jean-Royal Kississou-Boma (article en cours de rédaction) en plein meeting de l’UPADS dans son fief de Dolisie et de l’assassinat du chef d’état-major, le colonel Gaspard Loundou dans le Grand-Niari, pourtant favorable au pouvoir en place. Les acteurs civils et militaires de tous ces forfaits sont encore en vie.

Les Congolais sont hostiles à la vérité. La culture politique des politiciens que consacrent aujourd’hui les Congolais est celle du PCT. Les mêmes causes produiront les mêmes effets, car, tous les ingrédients sont réunis : armée tribale, partis politiques ethniques, exaspération des haines ethniques, paupérisation économique et sociale, circulation d’armes de guerre et mercenaires du pouvoir…

« Si les Congolais n’étaient pas tribalistes, le leadership incontestable de l’opposition serait Clément MIERASSA »

Sommes-nous à ce point masochistes et incapables de faire le choix d’hommes intègres et constants qui ont un projet national ?

Si le changement politique que nous souhaitons n’est pas systémique ; s’il n’est pas mené par un homme politique constant et intègre comme Clément MIERASSA, dont le leadership serait incontestable aujourd’hui au vu de sa constance politique depuis 1989 : à défaut, ce changement tant attendu ne sera, une fois de plus, qu’une escroquerie politique. Le seul désavantage, de clément MIERASSA, c’est de n’appartenir ni à la région du Pool, ni celles des pays du Niari.

Le changement politique pour sa crédibilité doit être incarné par une personnalité intègre et crédible, comme ce fut le cas dans la période pré-Conférence Nationale et le retour du multipartisme, avec Bernard Kolelas qui combattit le régime communiste du PCT au péril de sa vie.

Bernard Kolelas devant le peloton d'exécution

Bernard Kolelas devant le peloton d’exécution au stade Eboué

« Congo-liberty, le rempart contre  la pensée unique et l’obscurantisme »

Ne donnez pas aux chiens les choses sacrées et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu’ils ne les piétinent et ne se retournent pour vous déchirer. (Matthieu, VII, 6). Notre liberté d’expression et notre indépendance éditoriale sont, Notre Honneur et Notre Dignité. Elles  ne sont pas à vendre !

NAPOLEON déclara : « Je redoute plus trois (3) journaux que cent milles (100.000) baïonnettes ». J’espère vivement que demain, avec l’apport de tous, que congo-liberty.com comptera parmi les 3 médias qui empêcheront les politicards et les mafieux de tous poils, de se la couler douce !

Ya ba colère vé (soyons fair play) ! 

Mingwa BIANGO

minguabiango@gmail.com

Diffusé le 15 aout 2015, par www.congo-liberty.com

 

Contre-vérité : le recensement administratif spécial a été un fiasco. Par Clément MIERASSA

LES NORDISTES SONT-ILS PLUS TRIBALISTES QUE LES SUDISTES ? Par Mingwa mia Biango

 

Ce contenu a été publié dans Les articles, publication de mingua mia Biango. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

35 réponses à TOUTE VERITE EST BONNE A DIRE… ! Par Mingwa Biango

  1. Djess dit :

    Bravo mon frère Mingwa. Une plume acerbe qui met en lumière le versant lugubre de nos politichiens.
    Moralité: Même maquillé, on reconnait un cafard…

  2. Le frère Mwingua à raison le Mal du congo c’est cette bande des fainéants de type Munari et les enfants Kollelas , qui ont cautionner les assassinats du Beach et le génocide du pool et du grand Niari on s’alliant à sassou juste pour garder leurs avantages matériels ! Oba Blanchard , okombi , Dzon sont des gens du système sassou qui devraient rendre des comptes à la nation ,car leurs enrichissement pose problème ! Peuples de la diaspora congolaise devons d’avantage faire pression à l’Elysée et la maison blanche ! Moi pour mon cas je n’arrête pas d’inonder en courrier la cellule africaine du cabinet de François Hollande , afin d’économiser le sang des congolais rester au pays !

  3. ngungu dit :

    Voilà ce qui est propre aux gens du sud : se déchirer se psoer des questions de qui lave plus blanc, quand c’est le moment de s’unir. exactement ce qui s’est passé quand Lissouba était au pouvoir et que Kolelas le combatit avant de devenir son premier ministre. les gens du nord eux ne se posent pas ces questions; Ils font bloc quand il le faut pour leur pouvoir. Quand une maison brrûle on ne chipote pas sur ceux qui apportent de l’eau pour éteindre l’incendie.

  4. TONA dit :

    Voilà ce que j’aime chez les « Sudistes ». Ils n’ont jamais épargné les leurs quand quelque chose ne va pas. En lisant ce texte je ne peux me taire en comparant ce qui se passe dans les partis politiques de chez moi au Nord. Il a fallu attendre que la France qui installe les présidents en Afrique refuse de cautionner les dérives de sassou pour que quelques voix s’élèvent enfin, dénonçant les forfaitures de ce dernier. Hier même, nous nous indignions du silence de Jean Marie Moukoko qui n’a jamais levé le seul petit doigt pour dénoncer ce que notre sassou national entreprenait depuis des décennies mais notre indignation rencontra les foudres du statu quo de nos départements du Nord. Nous nous souvenons aussi de ce que Jean Marie Mokoko avait fait lors de la transition aujourd’hui, nos dirigeants et quelques illuminés veulent nous entrainer dans un chemin sans issu en prônant les services rendus à la nation de Jean Marie Mokoko. Non mes frères du Nord, prenons l’exemple de ce que les jeunes Sudistes font. Quand un des leurs ne suit le chemin de l’unité nationale, ils dénoncent, se révoltent jusqu’à obtenir le départ de celui-ci. Qu’avons-nous fait quand les familles de Kikadidi, Biayenda, Lissouba, Nkombo, Milongo, Massamba Débat, Motando, Xavier Katali et beaucoup d’autres gémissaient sous les Obus et poisson de notre sassou national ? Nous applaudissions, dansions jusqu’à ce que nous détruisions mêmes les arbres fruitiers. Aujourd’hui, en tenant compte de ce que sassou vient de dire, (cf les premières lignes de son discours à la nation) qu’il ne sera plus candidat à la présidentielle. Si jamais, le fichier électoral venait à être revu, soyez-en- sûr aucun fils du Nord ne peut prétendre prendre le pouvoir par voie honnête dans ce cas, nous n’avons que les yeux pour pleurer. Il y a longtemps que nous tirions la sonnette d’alarme que notre façon de faire n’était la bonne, assoiffé de pouvoir et de sang, nous avons laissé pleurer nos compatriotes du Sud. Maintenant, le PCT, se rend compte la diversion de ces derniers jours n’a aucun sens et que le Congo restera Congo sans sassou. Désormais ce qu’il faut faire, est de prendre l’initiative de convoquer tous les hommes politiques du Nord pour mettre en place une séance de « repentance ». Ce n’est qu’après ce travail que nos jeunes auront la chance de retrouver leur dignité au sein des frères du Sud car la plaie est trop béante pour prétendre vivre en paix dans ce Congo qui a trop saigné.

  5. Isidore AYA TONGA de Makoua universaliste congolais dit :

    ANTHROPOLOGIE NEUROSCIENCES POLITIQUE PHILOSOPHIE CIVILISATION NOUVELLES SYNTHÈSES & SOCIÉTÉ !

    “ Beaucoup d’hommes naissent aveugles, et ils ne s’en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux. ” Jean COCTEAU (La machine infernale)

    Oui l’Afrique noire n’a pas encore franchit le stade de la raison en politique, en société et dans la civilisation. Tous les africains souhaitent vivre l’alternance politique et la démocratie, mais ils attendent tous les décrets d’applications et cela dure depuis les pseudo-indépendances – Isidore AYA TONGA

    Explication détaillée http://congo-objectif2050.over-blog.com/2015/08/le-congo-brazzaville-va-t-il-enfin-passer-de-l-etat-d-electorat-majoritairement-ethnocentrique-a-celui-de-courants-de-pensees-politi

  6. le voleur qui crie au voleur? dit :

    Pourtant vos ecrits traduisent le tribalisme et vous en faites vous même preuve. Aujourd’hui Claudine Munari a trahi Lissouba et Lissouba, lui, n’a t-il pas trahi le Congo et n’avait t-il pas foulé au pied les acquis de la conférence nationale souveraine en ressuscitant Sassou au 2e tour des élections présidentielles parcequ’il fallait a tout prix gagner les élections?On ne disserte pas souvent sur ce que Lissouba a fait. Mais Sassou lui a montré ses couleurs, en fait Sassou lui a fait payer sa mauvaise décision d’avoir pactisé avec satan Sassou par avidité du pouvoir.En plus, Comment un homme de science ,un universitaire comme Lissouba a t-il eu l’idee et le courage de sortir l’armement lourd pour aller mater les paisibles populations de Bacongo pour ‘corriger » une poignée des gens qui ne lui obéissaient pas. Pourquoi n’avait-il pas songer a traduire Son ennemi Kolelas (qui au bout de compte redeviendra son allié jusqu’a aller souffrir en exil), ne pouvait-il pas simplement faire arreter ceux qui lui obéissaient pas? La gestion du pouvoir de Lissouba et l’Upads étaient déterminé a salir, humilier les populations du pool et de Bacongo et c’est ce que vous continuer a faire. Le pouvoir de Lissouba était sauvage et violent. Même Sassou Nguesso et le PCT n’ont jamais fait ce que Lissouba a fait a Bacongo en 1993,c’était une première au Congo. C’est incompressible. Lissouba a longtemps vécu en occident, n’a jamais marié une congolaise, il est cultivé, intelligent. Il devait être un modèle pour accompagner la jeune démocratie naissante du Congo dans un peuple qui ne connaissait encore rien de la démocratie! Si vous voulez changer les choses au Congo, dites la vraie vérité, denoncez tous ceux qui ont été a l’origine de toute la pagaille, du désordre qui a recondui Sassou au pouvoir et nous en subissons tous les conséquences. En lisant sur votre site, j’ai l’impression que les même causes, les même comportements vont produire les mêmes effets. Chacun a son candidat qui doit a tout prix gagner et les autres sont la cible des mensonges. On scrute les discours des gens qu’on aime pas, on leur fait dire ce qu’ils n’ont pas dit puis on crie au tribalisme. Que faites vous pour éduquer le peuple a vivre ensemble? A se sentir libre de voter qui ils veulent? L’election de Emmanuel Yoka au pool etait critiqué comme s’il n’etait pas congolais et qu’il fallait a tout prix voter un ressortissant du village. Ça a changé quoi dans vos villages ou étaient votés les natifs du village. La misère a t-elle pri fin dans vos contrées?Aussi Il fallait au moins féliciter les ressortissants du Pool pour le fait qu’ils n’ont jamais attaqué les ressortissants de la Bouenza, du Niari et de la Lekoumou quand ils ont eu des gros ennuis en 1997 ,quand ils ont été chassé par leur grand allié Sassou et le PCT, toujours dans leur lutte de conserver le pouvoir! Rien ne garantissait aussi qu’en 1997, Lissouba allait lacher le pouvoir, qu’il allait organiser les élections libres et transparentes et les Mberi, Moungounga, Moukoueke et tous ces autres dictateurs, haineux et violents de l’Upads étaient prets a céder le pouvoir? Qui trompe qui? Croyez vous changer les choses au Congo par votre façon sélective de critiquer. Moi, je vous dis que vous attisez la haine et ce n’est bon. Aujourd’hui, nous avons un combat, celui de barrer la route a Sassou et au pouvoir a vie et de prendre des précautions pour mettre des limites a la fonction présidentielle pour le futur. Aucun miracle, aucun site Internet, aucun congolais tout seul, aucun rêve ne peut mettre fin au tribalisme en une année, surtout si c’est pour simplement faire élire votre candidat. Considerons la réalité et prenons des précautions mais surtout tenons un langage de paix pour garder l’opposition unie au moins pour la cause. Évitons de mettre de l’huile au feu. Que Dieu vous benisse.

  7. Félix Bankounda Mpélé dit :

    Bel exercice de contradiction, de critique et d’autocritique qui, bien souvent, fait défaut et condamne, comme il est si opportunément rappelé, à l’alignement politicien, à la vérité de circonstance, aux vieux démons, à la pensée unique…Bref, une superbe réflexion qui nous réjouit parce qu’elle complète, développe avec maints détails, une autre que nous exprimions nous-même, il n’y a pas si longtemps, quand nous parlions, avec les turbulences du système en place, de l’inauguration d’une ‘éthique de circonstance’ qui, nous l’affirmions, va de plus en plus se vérifier. Tous mes hommages..

  8. Guy Serge BOUANTSA dit :

    Cet exercice d’autocritique aurait un sens si l’auteur mettait sa plume au service des principes et non à la critique des personnes.

    En cela, il est la parfaite représentation de l’esprit sectaire des congolais.

    La meilleure façon pour l’auteur de faire son mea-culpa serait de publier des articles en faveurs Des prisonniers comme Ntsourou, Mbango, les proches de Mboukadia…

    Mais, lorsque l’on s’empresse à diffuser tout ce qui met à mal Ndzon, au grand plaisir des compagnons trubaliste sur se disant sudiste, lorsque l’on sert de relaie des messages nauséabonds de Poaty et que l’on est pris dans son propre piège pour avoir voulu pour pousser le sectarisme plus loin en s’attaquant à un frère de la congrégation Kongo, il ne faut pas s’étonner que l’on vous applique les mêmes méthodes.

    Les mêmes causes produisent les mêmes effets .

    Si vous appliquiez la même objectivité envers tous, votre texte sur GBP Kolelas aurait suscité moins de controverse.

    De même que vous citez Mpouele ayant croupis sous les geôles du tyran, j’aurais aimé que l’on puisse évoquer la même empathie envers maître Malonga qui a connu le martyr pour avoir voulu défendre Ntsourou ou Maître Nganga qui est dans le collimateur de Oyo Haram pour sa témérité et son courage, et qu’on hésitera pas à faire subir le même sort au moindre prétexte.

    Donc, mettons en avant les principes pour défendre des causes justes quelque soit les circonstances.

    Laissons le sors des individus aux institutions appropriées. Ainsi, nous serions plus objectif et moins taxe de sectaire.

  9. WEBMASTER dit :

    @ Guy Serge Bouantsa

    Dans un article, on ne peut pas citer tout le monde. Congo-liberty.com est un site qui s’était mobilisé pour nos compatriotes Me Malonga et Hombessa. Pour preuve, ci-dessous les liens. Alors, arrêter de divertir les internautes, et regarder bien les dates de diffusion des articles.

    http://congo-liberty.com/?p=3117
    http://congo-liberty.com/?p=3178
    http://congo-liberty.com/?p=3124

  10. roger dit :

    hooo tout royaume divise’ contre lui meme est devaste’ , toute ville ou maison divisee’
    contre elle- meme ne peut subsiste’ , maintenent c’est les moment de l’unite’ national .
    le grand probleme du congo c’est sassou nguesso et le petrole congolais . butu nkuenta malembe butu kala malembe hooo malembe bapoliticiens malembe ohooo malembe

  11. MOBOLA dit :

    @ le voleur qui crie au voleur

    Chère frère,

    « Même Sassou Nguesso et le PCT n’ont jamais fait ce que Lissouba a fait a Bacongo en 1993,c’était une première au Congo »

    Il faut que nous soyons sérieux quand nous intervenons sur des sujets aussi sensibles. Vous voulez faire croire aux congolais qui interviennent ici que le pouvoir Lissouba a tué plus des congolais en 1993 que Sassou quand il s’est mis à couper tous les arbres fruitiers faute de ne plus avoir des gens à tuer dans le Pool, Bouenza, Niari. J’ai un neveu colonel. Il a participé à cette boucherie. Il faut que SASSOU fasse attention, les pièces à conviction existent. Ce n’est pas en voulant faire disparaître TSOUROU qu’il s’en sortira.

    Sassou sera vite rattrapé par la CPI pour ses crimes car les dossiers sont déjà prêts et il le sait. C’est à cause de la peur qu’il ne veut pas quitter le pouvoir car il se sait traquer comme une bête.
    Vous êtes le prototype de tribaliste quand vous soutenez que l’auteur de cet article est plutôt tribaliste pour avoir dit que Munari a trahi Lissouba. Ce qui est vrai. Pourquoi? tout simplement parce que quand on est dans un parti comme dans un gouvernement, on sait pourquoi. Mais quand on change à tout vent selon tes intérêts, c’est de la trahison. On ne marque pas les buts dans son propre camp en foot ball.

    C’est bien connu que Munari et Mbéri transmettaient systématiquement à Sassou ce qui se disait au gouvernement Lissouba et leur attitude jusqu’à ce jour le démontre.
    Munari ne veut quitter le bateau c’est tout simplement parce qu’elle sait que les carottes sont cuites pour son mentor et elle veut jouer à l’équilibrisme comme à son habitude.
    Quand l’auteur de cet article le souligne, vous le traitez de tribaliste. Sachez lire entre les lignes s’il vous plait.

    C’est pourquoi, je suis d’accord avec ceux qui disent que le fait de dire non au changement de la constitution ne signifie pas que l’on est plus comptable de l’incompétence ou des actions posées par les gouvernements SASSOU auxquels. les Okombi, Munari, Bowao,Kolélas et bien d’autres ont participé.Le moment venu, ils rendront les comptes au peuple congolais pour avoir soutenu et cautionner les actes diaboliques de SASSOU.

    Pour le moment,ils ne sont avec nous que parce qu’ils ne veulent pas du changement de la constitution, mais pas parce qu’il ne veulent plus de SASSOU. Pour preuve, Okombi, Bowao sont encore au PCT dont Sassou est le chef. Nous ne sommes pas dupes.

    « L’election de Emmanuel Yoka au pool était critiquée comme s’il n’etait pas congolais et qu’il fallait a tout prix voter un ressortissant du village ».

    Cette phrase me fait rire franchement. Dites moi sincèrement, si mon grand frère Yoka Emmanuel était un Mbochi lambda qui se présentait au Pool, pensez vous un seul instant qu’il serait autorisé à s’y présenter et y être élu? NON, donc ne nous distrait pas une fois de plus. Les gens de Vinza puisqu’il s’agit de cette localité n’avaient rien à perdre qu’un naba du pouvoir SASSOU vienne leur déverser quelques milliards.Preuve pour montrer qu’il était un grand,il a dû faire beaucoup de dons sur place si ma mémoire ne me trompe pas. A ‘- il même eu besoin de faire la propagande? C’est l’argent qui a parlé à sa place.

    Pour autant je suis d’accord avec vous que tout congolais a droit de se présenter à toute élection dans n’importe circonscription sur l’étendue de notre République. Hélas, le tribaliste que dénonce Mingwa que vous traitez de tribaliste a fait son chemin plus au nord du pays qu’au sud malheureusement. Les militants et TOUMI ont été interdits de faire un meeting à OYO et chassés d’Owando nuitamment parce qu’ils n’étaient pas chez eux. Comprenez donc qu’ OYO et OWANDO ne sont pas au congo pour qu’un parti régulièrement constitué ne puisse y évoluer.

    Dzon est personna grata dans son propre village GAMBOMA parce qu’il ne fait pas parti de la pensée unique du PCT.

    Le gros problème de beaucoup des Congolais c’est qu’ils n’aiment pas entendre la vérité et la contradition parce que trop habitués à la pensée unique depuis que le Congo était devenu Marxiste Léninisme avec comme point d’orgue le PCT, véritable opium du peuple du Nord Congo où il s’est installé avec pour idéologie, le TRIBALISME. Triste que je sois natif de cette partie de la république.

  12. Fouego dit :

    Tout ça c’est bien mwinga, pour le moment le problème c’est sassou, votre plume est acerbe, nous en avons tous besoin pendant cette période difficile, avec sassou au pouvoir, elle ne vaudra rien. Alors, débarrassons-nous d’abord du diable et nous verrons qu’est ce que nous allons faire des diablotins. Le diable est plus dangereux que les petits diables or, toi tu t’acharnes sur les petits diables, je pense que ce n’est pas le moment.
    Le tribalisme, c’est le mal du Congo, on l’enraye pas en claquant les doigts, ce mal a fait des métastases depuis les années cinquante, entretenu par les hommes politiques, incarné aujourd’hui par le grand diable et ses petits. Quand le grand diable ne sera plus là, alors, les diablotins ne feront rien.

    Je regrette qu’après la CNS, les plumes acerbes se sont tues, pourquoi, parce qu’il l’appel de la mangeoire.

    J’espère que la vôtre ne s’éteindra pas. L’après sassou, c’est maintenant. je vous demande seulement de garder le flambeau de la critique, nous serons là, par la critique et la construction.

  13. Le tribalisme au Congo est une réalité incontestable, comme a su le démontrer l’auteur de cet article. Cependant, il faut du temps, pour que le Congolais raisonne davantage en terme de Nation. C’est un effort à déployer notamment par les « intellectuels », pour favoriser une transformation comportementale positive, susceptible de transcender les clivages ethniques. Encore une fois, cela prendra énormément de temps. Mais pour l’heure, il est crucial de conjuguer nos forces, nos intelligences, nos stratégies et nos énergies, pour faire partir coûte que coûte Sassou et ses partisans du pouvoir… L’union fait la force, Sassou doit partir !

  14. OYESSI dit :

    @ Fouego,
    Ouf, c’est tout dit, je n’ajoute rien du tout.

  15. Anonyme dit :

    Mon cher MINGWA, je commence a comprendre la cause de tes interventions desordonnees ces derniers temps. Je ne tiens pourtant pas grief.
    S’agissant du bon grain et de l’ivrai, le Christ avait dit, laissez les pousser ensemble au moment de la moisson, on arrachera d’abord la mauvaise herbe pour la jetter au feu, et on pourra aisement recuperer le bon grain. Simplement pour te dire de ne pas te tromper de combat. Tous combattent pour la bonne cause: exorciser le Congo de l’emprise de satan en personne. Une transition arrive qui dira qui a fait quoi, et les masques tomberons seuls.
    Je peux aussi dire que ce tu fais peut etre exploite par le pouvoir qui dira: mais puisque l’opposition a beaucoup de choses a se repprocher, laissons SASSOU construire son Pays. Et bien sure apres cela ils trouveront le moyens de t’appeler pour te gratifier d’un poste tres interessant. Mais comme tu fais aussi de la sensure, mon intervention ne passera pas.
    Mais s’il en etait, je reparlerai de votre sujet dans ZENGA MAMBU qui recoit tout le monde.

  16. D' ALEXIS dit :

    Je cite : « J’espère vivement que demain, avec l’apport de tous, que congo-liberty.com comptera parmi les 3 médias qui empêcheront les politicards et les mafieux de tous poils, de se la couler douce ». (Mingwa)

    On nous envie nos médias où la critique et la dénonciation ne s’éteignent pas. Un devoir de tout citoyen congolais, fustiger sans pitié toute forme de cupidité et de tartufferie des hommes politiques du pays qui concourent à l’arrimer au retard!

    M. Mingwa, il n’est plus à démontrer que l’un des objets pédagogiques de Congo liberty est l’apologie de l’universelle intégrité. Dès lors, tout le monde sera épinglé, libéraux, socialistes, communistes, flatteurs zélés, maçons-mafieux, illusionnistes régionaux ou kleptomanes religieux… lorsque leurs actes tendent à abuser le peuple souverain.

    Bon appétit Mme Munari!

    Nous adhérons à cette ligne qui ne laisse en paix, aucune « racaille politique » qui se cacherait sous un masque de Zorro.
    Bravo et fier d’être Congolais!

  17. Témoignage du vrai témoin 93-2015 dit :

    Vous aimez voir le tribalisme chez certaines personnes que vous détestez déjà. Étant donné que le tribalisme est très présent chez la majorité des congolais et peut être très présent dans votre propre vie et dans votre famille, et que vous n’êtes pas capable de proposez des solutions pour combattre ce mal au C ongo brazza, pourquoi ne pas parler des choses qui nous amènent sur ce site: la fin du règne des Nguesso. Effectivement Lissouba à été le président qui a manifesté le tribalisme de façon flagrante et violente en 5 ans de règne, mon frère. Avant lui, les hommes politiques se battaient entre eux mais on ne sortait pas des armes lourdes de guerre, les ordres de Stallone comme il a fait en 1993 à Bacongo. Il le dire, le dénoncer pour condamner cela afin que ça ne se répète plus. Pendant que Kolelas utilisait les enfants de la rue, les personnes analphabètes sans soutien ni emploi, l’UPADS à armé les étudiants des 3 régions pour protéger le pouvoir contre les pauvres population s du sud de Brazzaville. N’est eux qui ont inauguré cette façon de terroriser les populations de façon globale. Quand un lari s’oppose, on déteste tous les l’Aris, toute la région de et il faut détruire, tuer tout le monde.Lissouba n’avait aucune qualité en communication et en résolution de problèms, qualité nécessaires pour diriger les gens. Il utilisait la force, la violence et il a créé des graves problèmes. Nous devons s le reconnaître , le condamner pour que ça ne répète pas. C’est cela qui a poussé les jeunes voyous comme Matsanga et autres Ninjas de Kolelas d’aller se joindre à Sasou pour combattre contre Lissouba. Vous avez dent à toute la région à cause de ces Ninjas, la aussi est une erreur grave car ils agissaient pour leur propre compte et non pour le pool. Si vous voulez, portez plainte contre chacun d’eux individuellement et non contre tous les originaires du pool innocents. Il y’a des gens qui travaillent avec Sassou depuis 1997 qui ne sont ni du pool ni du nord du Congo mais qu’on ne critique vraiment pas comme Maboundou, le professeur Diata et les autres. En quoi êtes vous différents des griots de Sassou? Je me rappelle pendant la période de transition, les gens qui étaient partis manifester pour demander la libération de Lekounzou incarcéré étaient de l’UPADS qui souhaitaient l’échec de la transition et le désordre dans le pays . ils n’avaient jamais gobé l’échec de Lissouba à l’élection pour la prématuré de la transition. La jeunesse UPADS s’étaient expressément mobiliser juste pour nuire. Arrêtez de parler du tribalisme si vous ne voulez PaS tout dire et tout dénoncer. N’oubliez pas que le tribalisme à fait beaucoup de victimes innocentes qui n’ont aucun problème avec une région ou une tribu et souvenez que beaucoup de congolais ne comprennent rien de la démocratie. Ils ont besoin d’apprentissage. Ça devait être le travail de tout le monde autour de nous, dans nos familles, entre amis et dans nos quartiers au lieu d’inciter aux divisions et la haine. Faites comme les pères de l’indépendance, ils l’ont fait pour tous les congolais du nord au sud. Vous pouvez parler, critiquer une personne sans épingler tous les ressortissants de la région d’où il est originaire. Grave Grave. J’ai peur que les Assises nationales ne soient une réplique de l’UPADS des années 1991-1997 car je suppose que celui d’aujourd’hui à acquis la maturité et à modernisé sa façon de gérer les relations avec les autres. Je pense que j’ai dit quelque chose qui peut aider la démocratie congolaise puisque toute vérité est bonne a dire.

  18. Guy Serge BOUANTSA dit :

    Mon propos reste valable dans la mesure où il est question de se focaliser sur des personnes et non des principes ou des causes défendues.

    Pour aller dans le sens d’@Anonyme, il est incompréhensible que l’on fasse usage de la censure sur la critique, tout en répondant sur l’accessoire et que l’on laisse passer des messages qui ne vont pas dans le sens de la contribution à la construction de l’unité nationale.

    Je ne prendrai que deux exemples des écrits méprisants pour lesquelles les auteurs, avec la bienveillance du webmaster diffusent des âneries, sans demander des excuses, lorsque l’on exprime une indignation.

    Exemples :
    1- « …Le dernier à subir les affres de cette violence dont, il a été l’une des chevilles ouvrières, à un moment donné de l’Histoire du Congo-Brazzaville, est le colonel téké Marcel Ntsourou.
    Ntsourou arrêté, Ntsourou humilié.
    Pour le colonel téké Marcel Ntsourou, le répit aura été de courte durée… »
    http://congo-liberty.com/?p=8026

    ou encore :
    2- « J’EXIGE QUE DENIS SASSOU NGUESSO SE RETIRE DU SUD CE 31 DECEMBRE 2014. Par Robert Poaty Pangou
    http://congo-liberty.com/?p=10834

    Pour un sudiste pure jus que je suis, n’ayant mandaté aucune personne pour parler en mon nom, je me sens offenser par ce genre d’injures qui sont du même ordre que ce dont on reproche à Sassou ; offense que je ressens à la fois de l’auteur et de l’agent de transmission de ce genre de message.

    Partant de ces deux exemples, et du profil des seules personnes qui vous citez dans ce que vous qualifiez de diversion, je suis en droit de me demander s je n’ai pas eu raisons de faire la boutade de « congrégation kongo ».

    S’il est question de la liberté d’expression, je me permettrai de vous faire parvenir un article sur la purification ethnique au Congo, visant à chasser ceux qui ne sont pas congolais de souches. Je partirai des premiers occupants des terres du bassin du Congo, les pygmées… et je verrai si vous aurez la même bienveillance qu’envers Poaty dont les propos vont à l’encontre de la dynamique que nous défendons et qui semblent de prendre corps à travers le FROCAD, l’IDC.

  19. ngonda dit :

    Quelle mouche a piqué notre cher Mwinga ? Nulle part ailleurs sauf qu’au Congo semble-t-il nous où la vie politique serait faite des gens intègres. Moi dans mon éducation du fin fond de la savane, j’ai appris qu’un village est composé de toute sorte de gens(bons, mauvais débile, intelligent etc..); cependant c’est le chef qui doit être garant de l’unité en mettant en place des structures de médiation pour régler les conflits.

  20. TA VERITE EST BONNE A DIRE .... dit :

    Très cher … ta vérité est bonne à dire … mais … toute vérité aussi n’est pas bonne à dire ! Mr MIERASSA n’est pas le seul prochain dirigeant qui ne traîne pas des casseroles. Ils sont nombreux ces futurs dirigeants propres. Ce n’est pas bon d’en indexer un, alors qu’ils sont nombreux les  » maboko pembe  » ! Les Congolais connaissent toutes les mangues politiques pourries ! Ils vont rendre des comptes ! Ce qui est normal !

  21. Anonyme dit :

    Mon cher Mwinga,
    Bravo pour ton texte. Tu as tout dit et reconnu ton tort d’etre un peu aussi tribaliste car tu te dis d’abord vili donc du Sud alors que tu aurais pu simplement dire que tu es congolais donc du Congo.

    Pour le reste bravo encore, Le tribalisme c’est comme le raciste et bien de gens ont du mal á l’accepter et le reconnaitre. Oui Miérassa devrait etre surement etre le seul vrai leader integre si nous prenons en compte sa constance. Oui aujourd’hui tout le monde veut nous faire croire que Munari, Okombi, Oba blanchard, Kolélas Parfait sont des « blancs » ou des saints. mais vous avez oubliés de cités Nsilou, Mvouba, Moungani, Mbemba martin, Coussou mavoungou, et tous ses cadres, ses entrepreneurs et espions du sud plus nombreux que vous n’imaginez et qui travallent á renforcer du syteme PCT.

    Oui vous avez raison, le tribalisme mine le Congo et malheureement depuis votre création votre site, celui du Lion de Makanda, Mwinda ont contribuer fortement depuis des années á entretenir ce fléau par vos écrits toujours orienté contre le nord et en faveur du Sud. Vous avez laissé se developer l’idée que tout ceux qui ont travailler avec Sassou sont du Nord et que tous les nordistes sont des Mbochis. les sites que vous cités comme par hasard sont proches des idéaux du Sud. Et comme par hasard vous excluez d’office les autres sites qui pour vous sont du Nord et vous les connaissez. Il y a bien une coalission sudiste de vos sites qui laissent des acteurs du nord de coté. Les partis politiques du Nord exigent et imposent des adhésions au risque de se faire catalogué de nordiste s’y on y adhere pas. Comme le PCT, les partis politiques du sud font la gestapo en Europe et au Congo. Qui n’est pas eux est un agentde Sassou. Voila le mal du Congo.

    Combien de vos lecteurs vous compris, savent que les batékés ne sont pas au Nord mais au centre dans les plateaux, que le Royaume de MBE est au Sud dans le Pool, qu’ils sont present dans les regions dites Nibolek et dans la Cuvette?

    Pour ma part Sud, Ouest,, Est ou Nord ou pas je connais un nombre de nordistes qui ont envoyés des textes á Talassa, Mampouya, congo liberty, mwinda, zenga mambu ou le lion de makanda vous les avez boycotter. le tribalisme doit etre combattu chez soi aussi avant de le faire chez les autres.

    J’apprecie quand meme votre texte mais sachez que depuis des années je lutte contre le tribalisme face á des sudistes qui occupent des postes au Congo en profitant du systeme Nguesso mais qui dans les sites internet que vous avez cités sont présentés comme des victimes. Est ce que vous avez un peu regarder les agents et les cours des gens autours de Nsilou, Mvouba, Moungani, les Kolelas, Ntoumi, Coussou mavoungou, banazangana etc sont ils vraiment des nordistes et victimes des mbochis?

  22. Analyste politique dit :

    Tribalisme, tribalisme, qui l’est et qui ne l’est pas? Que faites vous depuis l’occident pour aider a soulager la souffrance des gens au Congo,dans les villages?
    Peuple congolais, faites attention a l’heure où nous aspirons tous au changement. Changement pour tous les congolais du nord au sud car le pays est un et indivisible. Il n’a besoin que des bons dirigeants.
    Quant au propriétaire de ce site qui aussi instigateur de la plateforme dites des Assises Nationales(une cachette de l’UPADS), il n’a pour mission que de déstabiliser les candidats capables de battre l’upads (les 3 palmiers etant totalement isolés). Souvenez vous qu’au 2e tour des elections présidentielles de 1992, Tous contre lui, Kolelas avait réussi a obtenir 38%des voies (c’est beaucoup dans ces conditions). Lupads avait joué sur l’intransigeance de Kolelas et son caractère de « Dur ». L’upads avait infiltré tous les petits partis du nod du pays (de Yombi, Bongo Nouarra, et les autres). Il a réussi a convaincre tout le monde contre le pool. Il avait réussi
    Aujourd’hui, l’upads a perdu tout le poids qu’il avait au nord du pays car les 3 regions de l’upads étaient pire que ce qu’on craignait chez Kolelas. Ils ont lancé Maleka (qui ne sera jamais soutenu par les 3 palmiers et qui n’a ni expérience en politique ni base électorale ). Il est de la Likouala(donc apportera une partie de l’electorat de la Likouala opposée a Sassou mais écoutant Malekat a qui on aura promis le ministère des finances et qui sera presenté aux fidèles de Ya Milos et surtout a sa femme pour obtenir quelques votes. Ainsi sera relancé l’upads. Remarquez que ce site ne félicite que les partis politiques qui n’ont pas beaucoup d’electeurs, donc qu’il peuvent facilement battree ou indexer. Il s’attaque a tous ceux qui ne voudront plus de l’upads ou sont susceptibles de le battre en faisant alliance avec les autres. Le tribalisme dont il parle ici, c’est en fait la peur de perdre les elections, malgré la révision du fichier électoral et ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner seul. Ouvrez les yeux. Les dès sont pipés. Les stategies de reconquérir le pouvoir se multiplient. Et si vous vous laissez avoir. Nous aurons un autre Lissouba qui viendra vous dire: Ya Ba Colère Ve. C’est notre tour de diriger, on a eu seulement 5ans et ce n’etait pas assez. Qui est tribal?

  23. Mingwa,
    Je ne partage pas du tout le fond de ton article. L’exercice auquel tu te livres n’est qu’une diversion supplémentaire pour les forces qui s’attellent à chasser sassou du pouvoir.

    Dieng Xiaping disait: peu importe la couleur du rat, pourvu qu’il attrappe la souris. Notre souris est le fils de satan que nous devons attraper par tous les moyens. Le reste de la philosophie suivra car, entre le rêve et la réalité, il ya très souvent un grand vide, un fossé abyssal. Aussi, il faut revenir sur terre.

    Critiquez les gens de son village ne veut pas dire que l’on est pas tribaliste soi-même. Chez les congolais, ce genre de discours est devenu un lieu commun. Je ne crois pas à ce genre de discours quand on veut justifier une opinion politique émise au sujet des concurrents que l’on veut voir en fidèles accompagnateurs de sassou qui veut mourir au pouvoir. Sincèrement, cette manie de mettre les gens dans des boîtes a un côté déterministe. Pour vous, l’homme est foncièrement inapte au changement. Aussi, ceux qui étaient hier avec sassou et qui le pourfondent aujourd’hui doivent être tenus pour des pestiférés autour desquels l’on doit mettre des cordons sanitaires. Eh bien c’est là vous avez tout faux.

    En 90-91, le fils de satan était tombé à cause du soutien de deux transfuges du système. Si l’homme au groin et le gnl Mokoko n’avaient pas fait bloc avec les congolais, sassou n’allait jamais quitté le pouvoir. C’est une réalité simple et patente qui n’exige pas de hautes études pour comprendre que la chute du système sassou n’est possible que grâce à l’apport de tous.

    Au Congo, les penchants pour le vol sont présents chez plusieurs individus au point de se demander si ce sont les gouvernants qui ont corrompu les mœurs des congolais ou bien ce sont ces derniers qui ont corrompu les premiers. il en va de même pour le tribalisme. À 3 générations près, la majorité des congolais ont des origines villageoises. Tous savons comment on raisonne dans nos villages: clans, lignages, tribus, etc. Aussi, comment pouvez-vous ôter de telles mentalités chez des gens du jour au lendemain?

    Pour finir, sans le savoir, tu joues au tribaliste quand tu te définis par rapport à ton groupe ethnique que tu dépeins en insinuant que les congolais appartenant à certains groupes ethniques sont dépourvus de ce que tu appeles comme vertu chez les siens. C’est ce que sassou fait quand il pense que seuls les Mbochi sont capables de diriger le Congo et que les autres ethnies n’ont pas les attributs de leaders comme les Mbochi. C’est un terrain très glissant que vous arpentez.

  24. Mr Manona dit :

    Très belle mise au point très cher compatriote Mingwa. Félicitations.

  25. Sitou Mpamka dit :

    Effectivement Mingua ne doit pas être partial , certains sudistes ont accompagnés sassou dans sa folie, le cas des enfants Kolelas , Munari Mabondzo , Tsaty Mabiala qui ont même participer aux élections avec un ficher électorale truquer par la famille de sassou ! Cependant le chevalier Roga Roga dans sa chanson d’éveil patriotique (Congolais Tika) .

  26. ONGOTTO dit :

    Clarté, Sincérité et Précision!!!

  27. CHRETIEN CONGOLAIS. dit :

    Voici ce qu’il ne faut pas faire quand le peuple vous confie le pays.

    https://www.youtube.com/watch?v=O8p92lUnXKc

  28. Dany dit :

    A Sitou mpamka. Vous venez de citer roga roga comme chevalier avec sa chanson  » eveil patriotique » sans trop preciser quoi que ce soit. Je n écoute jamais deliberemment ce genre de musique plate et insipide ou l on glorifie ou fait la publicité de nos fossoyeurs politiques. Malheureusement, nous qui empruntons les transports communs sommes obligés de subir cette forme de nuisabce sonore. C est ainsi que j ai eu l occasion d ecouter la chanson « contentieux » ou il se moque des teke dans la catastrophe du 4 mars 2012. Mon desarroi est que les congolais dansent sur ce rhytme incipide sans etat d ame. Mvou le censeur est naturellement silencieux à ce sujet. Voila comment nous congolais sommes devenus insensible aux vices.

  29. Fouego dit :

    Tu vois mwinga, tu es entrain d’exhumer les vieux démons, est ce le moment ? Tu tireras les conclusions. Quoi qu’il en soit, tous les Congolais sont porteurs des gênes du tribalisme, toi y compris. La solution, c’est mettre en place les mécanismes qui vont endigué et au finish éradiqueront le tribalisme. Cela prendra du temps. Malheureusement l’homme à la tête du pays ne contribue pas à mettre en place ces mécanismes, pire, il l’encense. L’après sassou ne mettra pas automatiquement fin au tribalisme. Le tribalisme est en nous de par notre culture. C’est pour cela à mon humble avis, qu’il faut essayé quelqu’un d’autre à la tête du pays, et nous verrons et ainsi de suite. Les blancs n’ont pas fini avec le racisme, aujourd’hui par exemple en Europe, il est interdit de mettre sa photo dans un curriculum vitae, cela dissuade les employeurs, les mécanismes sont nombreux en vue de l’éradication du racisme.

    Alors, mwinga, à vouloir tirer à boulets rouges ceux qui ont servi le régime n’est pas la solution, sinon il faudra remonter à youlou, massamba-débat, ngouabi,…

    Qui est qui, qui a fait quoi, le peuple le moment venu fera son procès.

    Mon frère, le raisonnement de tout un chacun sur ce site peut faire le lit de sassou, déjà les esprits se surchauffent, chacun pourra se dire, puisque tout le monde est tribal, alors, laissez sassou continuer son chemin d’avenir ! Ceux qui viendront feront certainement la même chose que lui.

    L’on est en droit de se demander, est ce le but de ce site ? Alors, mwinga, pour qui travailles-tu ? Quand tous les Congolais s’accordent que le peuple ne bénéficient pas de nombreuses richesses du pays. Le Congolais aspire tout simplement au mieux être, c’est pour ça que ce peuple martyr est unanime pour le départ de sassou. Et toi, tu nous distrais avec le tribalisme et ceux qui ont travaillé avec sassou. Mais il faut remonter aussi aux mécaniciens, aux chauffeurs, aux blanchisseurs,… Les gens que tu accuses n’ont même pas été au centre des grandes décisions dans le gouvernement sassou. Eh, mwinga, ne disperses pas les énergies, évites de saper le moral des troupes, il y aura un temps pour ces gens là.

  30. alerte info dit :

    Pourquoi et comment introduire un haut conseil de la république dans la nouvelle constitution congolaise post dictature Denis Sassou Nguesso?

    Le Haut Conseil de la République sera composé de 120 membres représentant chaque département du Congo (10 par département). Ces membres, âgés d’au moins 60 ans, seront désignés par le Conseil d’État, le Conseil Constitutionnel, le Président de la République, le Gouvernement et l’Assemblée Nationale. Leur mandat est de 5 ans, renouvelable une seule fois.

    Ces personnes n’ont jamais eu le sang ni l’argent des Congolais -ils n’ont pas tuer, n’ont pas volé. Ce sont des anciens hauts fonctionnaires, anciens ministres, anciens premiers ministres, anciens Président de la République.

    Ce sont aussi de grands artistes, écrivains, de grands intellectuels et des anciens hauts officiers de la Force Publique et des armées Congolaises.

    Les futurs candidats à la Présidentielle devront avoir les signatures des 2/3 au moins des membres de ce Haut Conseil-soit 80 signatures.

    Et chacun des 120 membres pourra signer uniquement pour 3 candidats. Enfin, les membres de ce Haut Conseil auront leur passeport diplomatique, un logement et une voiture de fonction, et un salaire équivalent à celui d’un député Congolais.

    Ce n’est qu’une proposition qui pourra être discutée par l’ensemble de la représentativité politique congolaise. L’enjeu de ce Haut Conseil de la République est de garder dans de bonnes conditions tout ceux qui ont servi à un moment ou un autre la Nation Congolaise.

    Ils seront là pour transmettre l’ éthique en politique, la spiritualité, et les valeurs morales (le bien contre le mal).
    Publié par Isidore AYA TONGA

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2015/08/pourquoi-et-comment-introduire-t-il-un-haut-conseil-de-la-republique-dans-la-nouvelle-constitution-congolaise-post-dictature-denis-s

  31. RPP dit :

    Mes très chers frères,

    Mon très cher Mingwa, oui l’heure de Vérité et du grand courage est arrivée.

  32. Fouego dit :

    Cette fois-ci au moins Aya Tonga, je valide. L’idée est noble. Chaque fille et fils de chaque département ne pourra se disculper de la gestion du pays. C’est ce que sassou tente de faire avec son gouvernement d’incompétents. Les postes clé de la République aux parents ou au clan, peu importe la compétence, les autres postes débrouillez-vous. Quel pays!

  33. le fils du pays dit :

    Les Congolais vieux comme jeunes,peuple plein d’ambiguite et d’ambivalence.
    Les responsables dits politiques de tous bords sont des responsables dans le drame Congolais.
    La conference nationale avait decrie Mr Sassou,son systeme et son Pct.
    Alors Mr Lissouba conscient de ce que Mr Sassou avait fait et connaissant la personne,pourquoi est-il parti signer les accords avec le pct?.Pourquoi Mr Lissouba s’est-il entoure des gens du pct tells que Moukoueke,Mberi etc..?
    Pourquoi Mr Lissouba ne voulait plus ecouter Marc Mapingou son directeur de compagne et parmi les jeunes qui l’avait suggere et ramene de retour au Congo pour qu’il se presente a la presidence?
    Pourquoi Mr Lissouba avait ecoute les Mberi qui le conseillaient de s’eloigner de Mapingou et d’autres jeunes.Regardez Mr Sassou a repris les memes fautes du passé en s’entourant des memes.Le Colonel Ongnague,si je ne me trompe pas est peut etre l’unique qui n’est plus revenue sur l’entourage une fois finie le service avec Sassou1.Et je crois que il est parmi les rares Congolais qui avaient compris les choses.

  34. tebola babins dit :

    Un bel exercice de dépassement, de démaillotement, de désincarcération !
    Je souhaite que la position de Mingwa se propage au sein de notre communauté car elle est exempte de l’esprit ethno régional qui gangrène la mentalité de la majorité des congolais, et qui nous empêche de nous transcender.
    Sans pour autant imposer celui ou celle qui devrait prendre le leadership, car cela fera l’objet d’une concertation, au sein de l’ensemble des forces qui luttent pour le changement, mais sans nous étriper, en taisant nos égos.
    Je pense que cette question de leader est imminente, mais grande est ma peur connaissant l’égo des congolais car tout le monde veut diriger. Ça ne risque pas d’imploser l’opposition et l’affaiblir si on l’aborde tout suite et pourtant on ne doit pas toujours la repousser sine dié.
    Car le temps nous est compté car des décisions importantes doivent être prises par l’opposition après le discours de Sassou du 12/08/2015.
    Cela m’amené à faire la réflexion suivante suite au discours de Sassou du 12/08/2015 :
    Sans crier victoire trop tôt et sans baisser la pression, il me semble apparaître dans son discours que Sassou-Nguesso a compris que l’opposition est cette fois ci déterminée et prête à en découdre. Il a compris également que la contestation semble avoir gagnée les masses fondamentales, pour utiliser le langage de l’ancien régime. Donc, il ne prononcera plus le mot de changement ni de modification ni de référendum, même s’il ne les écarte pas totalement dans sa pensée. Il préfère entretenir un flou au lieu de se mettre un corset en plus autour de sa taille. Car à compter d’aujourd’hui jusqu’à la fin de son mandant en août 2016, plusieurs événements peuvent survenir : en guise d’exemple, si en France, le gouvernement de Manuel VALLS commet une grosse bavure qui met en révolte toute la France. Les Français descendent dans la rue. Cette situation peut avoir pour conséquence une législative anticipée qui donnerait une large victoire à la droite, donc aux amis de Sassou-Nguesso. Ou bien une présidentielle anticipée qui ramènerait un Nicolas Sarkozy au pouvoir. La donne peut changer complètement. A cause de ces éventualités, Sassou se gardera sous la main le projet de changement.
    Mais nous ne sommes pas encore sur ces hypothèses. Pour l’instant, nous sommes à la phase de la mise en oeuvre du plan B.
    Celui qui consiste à organiser les présidentielles avec son fichier vicié et son administration corrompue.
    Donc ne nous attendons pas à ce qu’il annonce l’organisation d’un référendum. Mais son gouvernement annoncera, le plus tard possible, la date de l’élection présidentielle. Et une personne sans envergure, annoncera dans la foulée sa candidature. Puisque il sait que le dispositif électoral en place est favorable au pouvoir actuel.
    L’opposition doit prendre les choses en main en lui lançant Ultimatum dans les termes suivants :
    Si au delà d’une date donnée, le pouvoir ne fait pas preuve de diligence requise pour répondre aux exigences de la gouvernance électorale, le pouvoir a failli car incapable d’organiser une élection crédible. Alors, compte tenu du temps qui nous reste avant la fin du mandat du président en exercice, elle tire la conclusion selon laquelle il n’y aura pas d’élections présidentielles au Congo en 2016.
    Il ne faut pas avoir peur de le dire. Et il ne faut pas non plus laisser à Sassou la maîtrise du calendrier. La date du 12/08/2015 a marqué le point d’inflexion dans le combat contre la dictature de Sassou. L’opposition doit désormais mener la danse et ne plus attendre une quelconque décision venant de Sassou.
    Cependant, l’opposition doit franchir une nouvelle étape : passer de l’étape de l’union pour le Non au changement de la constitution a une union pour la conquête et la gestion du pouvoir (au moins pendant une période transitoire car cette phase ne doit pas être improvisée afin d’éviter que Sassou puisse redorer son blason) en ayant en perspective deux hypothèses: prise de pouvoir suite a élection (hypothèse invraisemblable) pouvoir sans élection (hypothèse plus probable).
    Voila où se situent les enjeux du combat. Encore faudrait-il que les oppositions ne s’étripent pas le moment venu. S’auront-elles taire leurs égos pour l’intérêt supérieur du Congo. Ne se posera-il pas le problème de hiérarchie entre les opposants de la première heure et ceux de la dernière heure ? Des opposants de l’intérieur plus légitime que ceux de l’extérieur ? Des opposants de terrain et des opposants du web ?
    Je terminerai par un adage chinois qui est formulé comme ceci : « le chat qu’il soit noir qu’il soit blanc ce qui compte qu’il attrape les souris »
    Voila où en est l’intrigue !
    Roger Babimba

  35. OYESSI dit :

    @ TOBOLA BABINS,
    Une longue analyse qui a son importance. Faut il encore que les membres du FROCAD et de l’IDC mettent leur égo au tiroir et mènent le même combat qui est celui de chasser d’abord le diable incarné du Congo qui est SASSOU.

    On verra le reste après avoir remis les choses en ordre pour que la compétition soit juste entre ceux des compatriotes qui ont l’ambition de vouloir être Président. De toute les façons il ne sera élu qu’un seul Président, les échoués au concours attendront et pour qu’ils espèrent reconcourir, il faut qu’il y ait des conditions idoines démocratiques pour faire parler le peuple souverrain.

    Sept ou Cinq ans passent vite. La preuve, SASSOU qui avait mis les verrous de 70 ans pour chercher éliminer les autres a été rattrapé par sa propre constitution. Pourtant il a eu cinq( 5) flexibles plus quatorze ans( 14) ans 19 ans de dictatature. Comme chaque chose à son temps, unissons nous de chasser SASSOU et son PCT réactionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.