INTERVIEW DE BENJAMIN TOUNGAMANI : débat constitutionnel, stratégie politique de l’opposition, fichier électoral, biens mal acquis,tribalisme…

[embedyt]http://www.youtube.com/watch?v=etFwVU1zRgs[/embedyt]

Dans cette interview sans concession de Benjamin Toungamani réalisée par Mingwa Biango pour congo-liberty.com, l’infatigable activiste congolais donne son point de vue sur le débat constitutionnel, sur la stratégie politique de l’opposition, sur les Biens Mal Acquis, sur les Assises Nationales du Congo-Brazzaville…

Diffusé le 24 aout 2015, par www.congo-liberty.com

Contre-vérité : le recensement administratif spécial a été un fiasco. Par Clément MIERASSA

Les Assises Nationales du Congo-Brazzaville organisent une marche historique,le 5 septembre 2015 à 11h à Washington DC (USA)

L’héritage des Bongo : un don ou une restitution « avec BENJAMIN TOUNGAMANI » ?

Ce contenu a été publié dans Interview, NOS VIDEOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à INTERVIEW DE BENJAMIN TOUNGAMANI : débat constitutionnel, stratégie politique de l’opposition, fichier électoral, biens mal acquis,tribalisme…

  1. Isidore AYA TONGA de Makoua universaliste congolais dit :

    Pas de nouveau fichier électoral avec sassou Nguesso comme Président de la République. Parce que personne ne peut laisser la garde de sa maison avec un voleur.

    Pourquoi la période de transition politique est la bonne condition sociopolitique au vrai changement au Congo?
    IL FAUT D’ABORD UN CHOC DE MORALITÉ, DE JUSTICE ET DE DEVOIR DE MÉMOIRE AVANT D’ENVISAGER UNE QUELCONQUE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AU CONGO BRAZZAVILLE !

    Une période de transition politique pourquoi faire?
    LE DEVOIR DE MÉMOIRE = LE COMBAT CONTRE L’OUBLI ET LE NÉGATIONNISME !

    1- traiter immédiatement la problématique liée au devoir de mémoire !

    – le recensement administratif de familles des victimes, la collecte des témoignages et des preuves des disparus: médecine légale, état civil, photos, vidéos, sons, fouilles, charniers, inhumations, ossements, etc

    – réparation spirituelle, morale, financière et ou matérielle de parents et ou familles des victimes, et conciliation et réconciliation nationale.
    Le premier mémorial sera dédié à la honte ou contre l’intolérance politique depuis 1959 à nos jours.

    Ce mémorial sera le symbole de la mémoire collective, servira à l’éducation citoyenne et d’outil référent pour les étudiants, les universitaires et les chercheurs.

    Une période de transition politique pourquoi faire?

    2- restaurer l’état et son autorité, administrative, judiciaire, sociale et morale: les institutions, le capital humain, le fichier électoral, les pouvoirs et contre pouvoirs, les libertés fondamentales, la politique de l’immigration, la police, l’armée, la gendarmerie, les douanes, la dette publique, les ressources naturelles, la fiscalité, les comptes publics, les collectivités locales, les entreprises, l’éducation, les enseignements, la formation, l’eau potable, les soins, l’Électricité, l’alimentation, le cadre de vie, la qualité vie urbaine (l’assainissement des villes, le traitement des ordures ménagères…), la mobilité, les transports en commun, etc

  2. Anonyme dit :

    Mon cher Frere Isidore AYA TONGA,
    La, vous avez tenu un langage coherent, court et qui fait bon a lire. Je vous prie de rester sur cette ligne qui vous ennoblit, et qui ressort bien vos etudes d’Universaliste Congolais.
    Wana nde souka bomoto.
    18/20

  3. Anonyme dit :

    Bravo Mr. TOUNGAMANI,
    Les bonnes choses se disent maintenant. Tout ce que vous mentionnez est juste. La seule facon de contrer la creation de deux Etats a laquelle je m’attache, c’est effectivement la DECENTRALISATION REGIONALE. Je serais fier de me retirer dans ma chere region du POOL et demontrer mes capacites de creation.
    Merci de faire en sorte que ce projet connaisse le jour.

  4. Anonyme dit :

    Ngoudia nsamou ni wawouwo.

  5. Anonyme dit :

    Un grand Merci encore de le rappeler, les vrais Heros etaient sont ceux qui demontres l’Union Nord/Sud ou Sud/Nord; je reprends mon Frere Benjamin TOUNGAMANI:
    YOULOU / OPANGO
    DIAWARA / IKOKO
    NGOUABI / MASSAMBA DEBAT.
    Les enfants d’OPANGO ont suivi le bon exemple surtout Emile qui etait avec nous a Jeanne d’Arc. Un des fils d’IKOKO est medecin militaire et avait choisi de travailler au Centre Hospitalier de Makelekelet ou il fait de bons rendements; Ceux du Presidents MASSAMBAT DEBAT egalement. Mais chez le feu President NGOUABI, surtout Roland, c’est vraiment pouasse et la pourriture. De toutes les facons les actes qu’il pose en faveur de l’actuel regime et aux cotes de Ndenguet le rattraperont, fut-il l’enfant de NGOUABI. J’espere que ceux de Celine releveront le defis.
    Ntele manichi.

  6. Fero dit :

    Pour tous ceux qui le comprennent pas ou ne veulent pas le comprendre. Sassou Nguesso est un voyou, un parvenu, un menteur, assassin, génocidaire qui a passé toute sa vie qu’ à commettre des vives. Sassou Nguesso est assassin depuis sa prime jeunesse. Sassou Nguesso est un véritable voleur qui vit avec une femme volée ( antoinette). Il vole les femmes des autres, massivement les richesse du Congo ensemble avec ses vais et faux enfants, sa famille, clique. Il a fait tuer des cadres, présidents, 1 cardinals, des hommes de l’église, des congolais innocents.Il a provoqué la guerre de 1997 qui a engendré tant de pertes humaines et matérielles. Il a créer la milice Ntoumi pour continuer les tueries dans le Pool. Les disparus du beach, les génocides du sud et ceux du nord, les explosions de Mpila, sans oublier les biens mal aquis, etc sont des exemples de cette folie meurtrières qui ne cesse d’animer le président illégitime du Congo. Il est maintenant acculé et se trouve devant la réalité d’une punition inévitable. Il fait tout ce qu’il peut pour éviter celle quitte à engendrer des nouvelles tueries, génocides pourvu de gagner du temps et sauver sa peau. On ne peut pas du tout le raisonner.On doit tout faire pour lui barrer la route et continuer à verser le sang des autres, à semer la terreur avec ses chefs de police gestapo dirigée par Nduegué, Ibara, dilapider les richesses, l’argent du Congo, des Congolais qui ont tant besoin pour se soigner, créer des emplois, des structures de developpement

  7. Fero tu as raison sassou est un criminel qui a commencé à tuer à oyo en faisant la pêche avec il a tué de sang froid il a tué l’homme de dieu le pauvre cardinal enterrer vivant sassou dégage kiki et Claudia viennent de tuer leur petite soeur en complicité avec sassou elle est mort au Zaïre la fille du feu colonnel ngoyi tout ça pour le pouvoir kiki croit qu’il va remplacer son père parce-que le congo leur appartient ça suffit les peuples ne veut plus de vous

  8. El Nino dit :

    Ah le Congo. D »accord pour l:indemnisation des familles (toutes les familles des victims depuis 1977). Mais aussi creer des conditions ou mettre des garde fous pour empecher les leaders politiques indeliquats d »attiser la haine, d »entretenir la haine ou de pousser a la haine ou des actes violents. creer un tribunal pour les dirigeants voyous (ministers, directeurs et tous ceux qui occupant des fonctions admnistratives et politiques ). beaucoup a faire pour reeduquer le people a vivre ensemble, a considerer que le Congo est UN et indivisible. Bonne chance.

  9. Isidore AYA TONGA de Makoua universaliste congolais dit :

    Une maison quelle qu’elle soit ne peut être construite sans expertise fiable, ni fondation et encore moins sans vision ou structure architecturale – sinon, elle s’écroulerait dans le temps comme un château de cartes.
    Cependant, pas de mobilisation profonde ni de dépassement de soi, sans un rêve et symbole commun, sans horizon à atteindre, de lendemains à construire et de futur à édifier.

    Si une période de transition politique nouvelle commence dès la chute du tyran Denis Sassou Nguesso, le peuple souverain aura donc l’opportunité de régler la problématique du devoir de mémoire et édifier dans l’unité, les conditions d’un vrai changement.
    La voix du vrai changement post dictature d’exception de sassouffit http://congo-objectif2050.over-blog.com/2015/08/peut-on-parler-de-forces-ou-de-partis-d-opposition-dans-une-dictature.html

  10. MAFOUTA-MADIBOU-NGANGA-LINGOLO dit :

    Pour rappel à M Toungamani!
    – Avant Nguesso Sassou Denis, il y avait Ambroise Edouard Noumazalaye, vous savez le M. qui les avait bien suspendu pour poser le VRAI problème de fond au delà de la corruption et l’impunité inhérents mêmes aux dites « GRANDES DEMOCRATIES »
    – Avant Ambroise Edouard Noumazalaye, il y avait Pascal Okemba Morlendé, vous savez le M. qui sous couvert de syndicalisme a embobiner ses amis dans la première forfaiture dite « Révolution » pour tenter d’installer son autre parent défait 4 ans plus tôt, n’eut été « l’honneteté » de ce dernier se constituant prisonnier par solidarité avec son ami déchu!

    On peut toujours espérer que ce qui s’est fait en 50 ans change spontanément par la volonté du créateur, puisque l’espoir fait vivre dit-on, Mais il en est aussi qui ne sont plus du tout naïf et dupe!

  11. Théodore Malonga dit :

    Je mentirai en disant que je découvre les points de vue de notre Frère Benjamin Tougamani au sujet de la situation politique qui prévaut au Congo.Je veux dire par là que je n’y laisserai aucun commentaire.Je voudrai cependant saluer le professionnalisme avec lequel cet interview a été mené de bout en bout .Sur les questions brûlantes du moment,le détachement ,la hauteur de vue, et l’impartialité du journaliste sautent aux yeux.Il me fait penser à Joseph Gabio ce journaliste sportif qui savait commenter les matchs Etoiles du Congo contre Diables-Noires sans qu’à un moment sa voix ne trahisse pour quelle équipe battait son cœur. Vraiment Mingwa Biango bravo !

  12. Boulawayo dit :

    Dommage pour ce patriote…je me demande si tu n’est pas né trop tot ou dans un mauvais pays?
    Touka muna Tuka, aucun ministre ni D.G d’une quelconque société n’a été réelu pour ses capacité ou son bilan positif…
    Sassou ngouakou…kwa widi?

  13. Merci mon frère Ben Toungamani , le discours de Sassou relève de la pure folie , car je suis né d’une grande famille kongo qui représente plus de MILLE CINQ CENT (1500) membres , personnes n’a du travail , alors quand Sassou parle de 6% des chômeurs c’est à OYO et non dans le pays entier ! Et vous l’appeliez président sassou c’est une faute Mr Toungamani !Il faut se rendre au pays vous vous rendrez compte du grand désastre que ce fou furieux à causer au pays ! Mon frère BEN que ce que la diaspora attends pour rendre cet ambassade hors service ou la rue scheffer des administrations 100% mbochis qui ruinent le trésor publique congolais !

  14. Anonyme dit :

    La passivite du Peuple en colere n’attendra certainement pas 2017 parce qu’il faut soit disant respecter les calendriers electoraux. Mr. SASSOU n’est pas arrive aux affaires par la voie des urnes, en principe, a tout moment et s’il ne cesse de nous affamer par les actes de vol des siens, nous devrions nous soulever comme au BURKINA. Mais surtout il doit etre arrete. En ce moment il n’y’a pas de gaz, pas d’essence pour la voiture taxi qui sensee amener un malade de nuit aux urgences, pas d’eau pour calmer au moins les fievres, pas d’electricite pour la lumiere necessaire a la preparation d’une solution d’injection de quinimax. Donc on doit le regarder nous tuer en dousseur? Attention nous sommes prets a des Actes isoles pour tout enflammer.

  15. Jr Mabele Beedjins dit :

    Belle initiative de congo-liberty d’interviewer les acteurs politiques congolais. Si vous pouviez le faire régulièrement ce serait une bonne chose.
    Je salue la bonne prestation de Benjamin Toungamani, un bon parleur que je vois jouer un rôle important dans le futur gouvernement de transition. Sur plusieurs thèmes, à savoir les BMA, l’organisation de l’état, le tribalisme, la place des pères fondateurs de la nation… B. T. est en avance par rapport aux autres acteurs politiques congolais.

  16. Anonyme dit :

    LETTRE OUVERTE AU PROCHAIN PREMIER MINISTRE CANADIEN
    CANADA AOÛT 2015
    MR LE PREMIER MINISTRE
    J’ai l’honneur de vous saluer.
    très respectueusement au nom de toute la communauté africaine du canada , de Montréal en particulier et plus précisément la communauté congolaise ( l’association génération Afrique, vision dentaire , je partage ma culture , mouvement citoyen le carton rouge )
    j,ai l honneurr De vous adresser cette lettre, souhaitant vous entretenir du sujet suivant afin de solliciter une
    Réunion de soutient et intervention pour la paix au Congo-Brazzaville (République du Congo)
    Je sais que le riche n’a jamais faim ni soif, il peut, tout au plus, avoir mal au ventre pour avoir trop mangé et trop bu.
    Je sais que le riche n’a jamais mal à la tête car il ne réfléchit pas, il n’en a pas besoin.
    Je sais que le riche ne connaît pas l’insalubrité, car il vit dans le luxe.
    Je sais que le riche n’est jamais malade, il peut juste être fatigué après une éprouvante journée de golf en Espagne
    Je sais que le riche ignore ce qu’est la pauvreté car il n’a jamais vu un pauvre, le riche ne côtoie pas le pauvre.
    Je sais que les riches ne meurent pas, ils montent au ciel.
    Nous, les africains , nous les congolais de Brazzaville
    – nous avons faim et soif,
    – notre famine et notre soif nous donne mal à la tête car nous réfléchissons sur comment trouver un morceau de pain,
    – notre mal de tête frappe tellement fort qu’il nous affaiblit et nous empêche de nous courber pour ramasser la merde qui git en occident ,
    – notre merde pestilentielle affecte fatalement notre santé et cristallise notre pauvreté
    – notre irréversible pauvreté nous tue et nous expédie prestement en enfer.
    Nous avions soif et faim de la justice , de la liberté, des droits humains
    Hegel philosophe allemand du XIX siècle avait écrit : « L’Afrique est le pays de la substance immobile et du désordre éblouissant, joyeux et tragique de la création ». C’est ce que Nicolas Sarkozy alors Président de la République française avait travesti lors de son discours à Dakar en 2007 quand il avait déclaré : « L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire, le paysan africain ne connait que l’éternel recommencement du temps, par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a place, ni pour l’ouverture humaine, ni pour l’idée du progrès ». C’est que moi j’ai intitulé l’autopsie d’un désastre. De 1997 à nos jours notre beau pays, le Congo Brazzaville a connu l’insoupçonnable et l’insoupçonné controverse. Avec un régime qui est né dans la tempête, le sang et les larmes, va-t-il se terminer comme au commencement dans deux ans ?
    Nous sommes dans un Congo qui n’a jamais pays, n’a connu une telle déconfiture dans la vie sociale de son peuple : terrorisme étatique sans commune mesure. C’est un véritable vocable de nouveaux concepts et de vocables politiques : terrorisme politique, mafia militaro politique et policière. Un pouvoir né dans l’explosion ; dans le sang et les larmes. Des matelas sur la tête et finalement une déportation dans les forêts des quartiers entiers dont la moitié de la population de la capitale. Du sang et des larmes tels sont les recettes servies aux populations d’un pays qui se demandent et s’interrogent toujours ce qu’elles ont pu faire pour mériter et surtout subir le comportement d’un homme ; un seul homme : Sassou Nguesso. Bref le pouvoir de 1997 à nos jours n’était pas venu et mis en place pour le bien-être du peuple congolais.
    Voilà 19 bonnes années bien accomplies que les congolais tirent leur langue. 19 années pendant lesquelles le pays se demande et les congolais avec, pourquoi vivent-ils ce calvaire ? 19 bonnes années depuis que le pays est dans les mains d’une véritable bande des voyous qui se servent à volonté, sans répit et sans retenue.
    Voilà 19 bonnes années où le sang versé des congolais n’a servi à rien : un sacrifice inutile. C’est une période plus que noire. Jamais notre pays n’a connu un tel paradoxe ; un tel doute, un tel quiproquo. Jamais au grand jamais, après 56 années d’indépendance, on a vu un tel climat de méfiance et de confiance régner dans toutes les familles. Tout le pays est tant angoissé s’interrogeant encore et encore sur son existence et son bien-être, l’avenir de ses enfants.
    Cette période qui s’achèvera en 2016 ne sera ni plus ni moins une balise supplémentaire dans le déroulement de l’histoire d’une nation. Une fin de cycle. C’est cela son importance et le moment de dresser les bilans. Sur ce chapitre, on ne dira jamais assez que ce cycle, cette période aura été l’une des plus saillantes, des plus criardes, des plus féeriques : des plus agitées que notre pays n’ait jamais connues. C’est un cycle extrêmement riche en événements et en rebondissements, c’est indéniablement la période la plus tonitruante avec un Président plus bandit que jamais qu’aucun pays sur cette terre n’ait eu en son sein. La période de 1997 à 2016 aura sans aucun doute, été la plus riche en événements plus tristes s’insérant irrémédiablement dans la mémoire collective comme la période la plus noire que noire. La période de la plus grande désillusion.
    Aujourd’hui au Congo en 2014 il est plus difficile d’y vivre et mourir à moins de 50 ans. Alors que le pays s’est plus enrichi qu’en 1968. Doté De l’un des budgets les plus costauds d’Afrique au Sud du Sahara soit plus de 4 Milles Milliards de nos francs. Par rapport au budget de 15 Milliards en 1968 avec le Président Alphonse Massamba-Débat.
    En effet, la paix, la liberté et la démocratie au Congo-Brazzaville sont totalement menacées par Mr.
    Denis Sassou Nguesso actuellement président de la république de ce pays qui souhaite modifier la
    Constitution afin de conserver le pouvoir à vie.
    Le Congo-Brazzaville s’ouvrait sur le chemin de la démocratie après le sommet de la Baule (France)
    tenu en 1990 qui demandait aux africains de se lancer sur le chemin de la liberté, la paix et du
    développement durable. C’est ainsi qu’en 1991 avec le soutien des grands pays démocratiques, le
    Congo-Brazzaville tenait sa première conférence nationale souveraine dont le but était de mettre fin
    au système du parti unique au pouvoir et d’installer la démocratie.
    Après la réussite de la conférence nationale et l’installation des institutions démocratiques de l’état,
    un premier président était élu aux suffrages universels en 1992. Il s’agissait du président Pascal
    Lissouba, élu pour un mandat de cinq (5) ans.
    En 1997, Mr Denis Sassou Ngouesso qui fut déjà président de la république de 1979-1992 (13 ans)
    procédait à un coup d’état qui mettait fin au début de la jeune démocratie du Congo Brazzaville.
    Le cout d’état de Mr Denis Sassou Nguesso entrainait la mort des milliers de congolais. Depuis ce
    Jour, le parti unique au pouvoir (PCT – Parti Congolais du Travail) avait fait son retour dans ce pays,
    Entrainant ainsi une situation sécuritaire, humanitaire et socio-économique très désastreuse des
    Populations.
    Mr. Denis Sassou Nguesso substituait la constitution de 1991 à une constitution taillée à son image. Il
    Augmentait le mandat présidentiel de quinquennat (5 ans) au septennat (7 ans). Dans sa nouvelle
    Constitution du 20 Janvier 2002 il mentionnait les articles suivant :
    Article 57 : « Le Président de la République est élu pour sept ans au suffrage Universel direct. Il est rééligible une fois
    Article 58 : « Nul ne peut être candidat aux fonctions de Président de la République :…s’il n’est
    Âgé de quarante ans au moins et soixante-dix ans au plus à la date du dépôt de sa
    Candidature….»
    Article 185 : « Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie
    Concernant le nombre de mandats du Président de la République….»
    Mr Denis Sassou Nguesso c’est déjà fait élu président de la république par deux fois pour deux
    Mandats de sept (7) ans chacun et il a plus de 70 ans d’âge.
    Mr Denis Sassou Nguesso ne peux plus être encore candidat à l’élection présidentielle par rapport
    Aux articles 57 et 58. Et l’article 185 lui donne une interdiction formelle et totale (prière de voir ici joint
    Une copie de la constitution du 20 Janvier 2002).
    Il sied de signaler que durant les 31 ans au pouvoir de Mr Denis Sassou Nguesso, les congolais
    Ne peuvent se loger, se vêtir, se nourrir, parler de l,avenir librement. Ils n’ont pas droit aux soins de
    Santé, l’éducation, l’eau potable et l’électricité.
    Les écoles manquent de tout. Les élèves s’assaillent à même le sol. Les bâtiments sont pleins de
    Trous et il en manque me de toits.
    L’université est quasiment inexistante. Il y a un manque criard de matériel, de professeurs qualifiés
    Et des conditions d’études. Le chômage a atteint son sommet le haut. Une personne sur cinq cent
    Travaille. La jeunesse est totalement abandonnée à elle-même. Les services sociaux sont inexistants.
    Les hôpitaux manquent de médicaments et médecins. Selon les statistiques, 100 congolais et
    Congolaises meurt toutes les 5 minutes soit à la maison ou à l’hôpital. Les femmes sont entassées
    Dans les blocs d’accouchement où il manque des lits et des conditions sanitaires pour les
    Nouveaux nés.
    Les congolais ne peuvent voyager d’un point à un autre par manque des réelles infrastructures
    Routières. Des milliers de congolais meurent chaque jour par accidents routiers.
    Les atteintes graves des droits de l’homme ainsi que les violations de la constitution et des lois de la
    République du Congo sont les sujets quotidiens. L’impunité du pouvoir est très accrue. Le régime au
    Pouvoir avec la bénédiction de Mr Denis Sassou Ngouesso, tue et écrase tout opposant à leur
    Idéologie non constructive et tribalisme.
    Les libertés d’expression et de circulation des congolais sont entravées par des méthodes de
    Répression abusives, illégales et d’inculpation fantaisistes. Une barbarie restreignant la liberté
    D’action des partis politiques et des mouvements associatifs des citoyens du Congo-Brazzaville.
    Un climat de terreur règne au Congo-Brazzaville. Tout le pays est pris en otage par un clan minoritaire
    Qui est assisté par des généraux militaires aux services loyaux à un dictateur au sommet de l’état.
    Mr Denis Sassou Nguesso dirige se pays en opérant et pratiquant les méthodes staliniennes
    Consistant à ôter la vie à tout opposant, ethnie et groupe qui s’opposent à ces politiques.
    En 1997, après son coût d’état, Mr Sassou avait ordonné une extermination ethnique des populations
    Du sud au Congo-Brazzaville. Des tueries, viols des femmes and disparitions de plus de 700.000
    Congolais qui jusqu’ aujourd’hui n’a jamais retrouvé une vraie justice. Ces crimes sont restés impunis
    En 1999, sous l’escorte du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, 353 de nos
    Compatriotes avaient été assassinés au Beach de Brazzaville par le régime de Mr Sassou, qui
    Certainement avait donné l’ordre d’exécution. Ces 353 disparus étaient tous des ressortissants des
    Régions du sud du Congo-Brazzaville. A ce jour, ces crimes sont restés impunis.
    En Mars 2012, le régime de Mr Sassou faisait exploser un dépôt de munitions se trouvant au centre
    De Brazzaville. Une explosion meurtrière qui entrainait la mort des milliers de Congolais. Beaucoup
    Des familles sont restées sans loyer. Une explosion qui a laissé beaucoup des enfants congolais
    Orphelins des deux parents. A ce jour, ce crime est aussi resté impuni.
    Le pillage systématique du Congo-Brazzaville est assuré par Mr. Sassou, sa famille et ses amis du
    Pouvoir. Le peu des revenus pétroliers est consentement gardés comme biens personnel par Mr
    Sassou et sa famille. D’ailleurs l’un des enfants de Mr Dessin Sassou Nguesso au nom de Wilfrid
    Nguesso avait présenté une demande d’immigration (Dossier IMM-1144-14) au Canada. Mr Wilfrid
    Nguesso fait partie des enfants de Mr Denis Sassou Nguesso qui ont commis des crimes
    Économiques impunis au Congo- Brazzaville.
    Dans des intérêts que personne ne connait le fond de sa motivation, Mr Sassou Nguesso transforme
    Un pays totalement avoué au christianisme, à un pays islamique. Actuellement, Brazzaville à elle
    Seule détient plus 26 mosquées. En plus, Mr Sassou Nguesso commence à construire à Brazzaville
    La plus grande mosquée de l’Afrique centrale. Une mosquée qui serait certainement le centre de
    Formation pour des réseaux liés à des personnes de mauvaise foi et représenteraient un danger
    Pour le monde entier.
    Les conditions actuelles du fonctionnement des institutions du Congo-Brazzaville démontrent
    L’absence de la paix. Car, la vraie paix se caractérise par la bonne santé physique et morale de la
    Population.
    Une vraie paix reconnait l’égalité de toutes les populations en dignité et en droit. Les peuples du
    Nord (Congo-Brazzaville) et plus précisément ceux d’ethnie de Mr Sassou Nguesso, sont les
    Privilégiés.
    Cela dure 31 ans déjà, le Congo-Brazzaville ne peut plus continuer avec ce même régime, hommes
    et famille au pouvoir. Ce peuple est traumatisé, ne veux plus et n’accepterais plus jamais Mr Sassou
    Nguesso , sa famille et ses amis au pouvoir du Congo-Brazzaville.
    Le taux de popularité de Mr Sassou Nguesso est de 2.5 %. Les Congolais n’accepteront pas que Mr
    Sassou Nguesso change la constitution afin qu’il reste encore au pouvoir. Une constitution qu’il avait
    Taillée à son propre profit en 2002 et qu’il veut violer le contenu. En le faisant, Mr Sassou Nguesso
    Compromettrais encore à la paix au Congo-Brazzaville.
    Mr Colin, actuellement Mr Sassou Nguesso est en train de mener une grande campagne de
    D’intimidation et de menaces pour les populations qui s’opposent à son plan.
    Par son caractère de dictateur, Mr Denis Sassou Nguesso est prêt à ôter encore la vie des congolais
    Qui s’opposeront à son plan de changement de la constitution.
    Notre peur est de voir les répressions et les tueries des populations arrivées dans les prochaines
    Semaines ou mois au Congo-Brazzaville, comme il fut en 1997.
    Le CANADA est rester trop longtemps en marge de ce qui se passe dans cette partie de la planète . nous croyons en cette grande démocratie canadienne et de sa diplomatie qui a fait ces preuves partout dans le monde .
    Aujourd`hui, Les populations du Congo-Brazzaville sollicitent votre assistance afin que vous puissiez
    Soutenir une campagne de sensibilisions au Parlement Canadien aux nations unies. Cette campagne permettra d’éviter
    Le massacre de plusieurs congolais, qui d’ailleurs sont déterminés d’arrêter ce plan de Mr. Denis
    Sassou Nguesso par un soulèvement populaire.
    Malgré le discours du Président François Hollande lors du sommet passé de la francophonie à
    Dakar. Discours au cours duquel il avertissait les chefs d’états africains de ne pas changer leur
    Constitutions pour des intérêts personnels, Mr. Denis Sassou Nguesso insiste à vouloir procéder au
    Referendum populaire dont les résultats sont connus en avance (Le ‘‘OUI’’ l’emporterait par fraude
    Massive).
    Le Président Barack Obama lors de son discours d’Accra (Ghana) en Juillet 2009 disait que
    L’Afrique n’avait pas besoin des hommes forts au pouvoir, mais des institutions fortes. Mr. Denis
    Sassou Nguesso est cet homme fort au pouvoir dictatorial, régime sanguinaire sans lois et des biens
    Mal à qui au Congo-Brazzaville de 1979 à 1992 et de 1997 jusqu’à nos jours (soit 31 ans au
    Pouvoir).
    Les peuples du Congo-Brazzaville ne peuvent à eux seuls arrêter ce plan. Ils demandent
    L’assistance et l’aide du Canada. Les populations du Congo-Brazzaville souhaitent que le Canada
    Se prononce en disant ‘‘NON’’ au changement de la constitution au Congo-Brazzaville et insiste pour
    Une alternance démocratique apaisée au pouvoir.
    En terminant, je ne suis pas un géopoliticien
    Que le Canada a donné l’opportunité de liberté de s’exprimer ; et qui parle des
    Souffrances de mon pays d’origine qui est le Congo-Brazzaville.
    Aussi, en tant que citoyen canadien et du monde, nous souhaiterons voir le Canada, qui est une grande
    Nation de droits et libertés, assurer ou aider les populations du Congo-Brazzaville à acquérir la
    Véritable paix en arrêtant le plan de changement de la constitution de Mr. Denis Sassou Nguesso. Et de créer un partenariat économique entre le canada et le Congo Brazzaville . Parce que le canada est trop rester en marge du continent africain et de ce que mr sassou nguesso fait subir à la population . Mais aussi et surtout l’ouverture de l’ambassade du canada au Congo Brazzaville
    Car, la ’’ PAIX ’’ n’est pas seulement l’absence des violences ou des guerres, mais aussi la
    Reconnaissance de l’autre.
    La paix représente le respect, l’intégrité, la liberté et l’égalité. Tout ceci manque au Congo-
    Brazzaville et cela dure depuis les 31 ans que Mr Denis Sassou Nguesso est aux commandes du
    Congo-Brazzaville.
    « Le secret du changement consiste à ne pas concentrer toute ton énergie pour lutter contre le passé mais pour construire le future. »
    Ayant confiance en votre bienveillance, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre du canada, l’expression de toute ma gratitude et de ma très haute considération.
    SOSTHENE SAMBA
    ACTEUR POLITIQUE CONGOLAIS
    MEMBRE DE LASSOCIATION ARC EN CIEL D’AFRIQUE
    PRÉSIDENT FONDATEUR DU MOUVEMENT CIROYEN LE CARTON ROUGE
    MEMBRE DE L’ASSOCIATION VISION DENTAIRE
    SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ASSOCIATION GÉNÉRATION AFRIQUE
    j,ai dit
    T.A.F
    kongodila@sosthenesamba.com
    4389986485
    Parti conservateur – Stephen Harper
    NPD – Thomas Mulcair
    Parti libéral – Justin Trudeau
    Bloc québécois – Gilles Duceppe
    Parti vert – Elizabeth May
    Forces et Démocratie – Jean-François Fortin

  17. Maki Es Pa- LE DESESPERE dit :

    Ces écrits proviennent d’un Congolais désespéré !

     » ce garçon nommé Sassou est simplement un individu imbécile, mal élevé par ses parents, une tête hors normes, depourvue de morale collective, sans foi, sans loi. Son egocentrisme est phénomenal et monstrueux.

    Tenez, j’ai été à Oyo et je connais les conditions combien misérables dans lesquelles vivent les paysans de cette localité qui ne sont pas de la famille Nguesso. Malgré la transformation du tresor d’Etat en tresor Nguesso, comment pouvez vous imaginer ou voir que, cet individu propriétaire de toutes les richesse du Congo, aille quadrier à Oyo les milliers d’hectares de terres où le misérable paysan cultivait, pêchait chassait, puisait de l’eau potable puis, en faire sa propriété privée?

    Il a vidé les poissons de tous les marécages d’Oyo pour les deverser dans les étangs de son domaine, mais voyons ! Est-ce que cet individu est normal ? Voilà le monstre !

    Il a certainement une notre nature qu’il se presente autre que personne humaine; et c’est l’auteur de la misère des paysans d’Oyo, c’ est la cause de la misère et la douleur du peuple congolais tout entier. »

  18. Anonyme dit :

    C’est bien beau de paler de transition mais par quel moyen nous désignons les responsables de cette transition?
    Une autre conférence ?
    Et sassou ne demandera t il pas d’avoir son remplaçant avant de quitter le pouvoir
    Que faire alors?

  19. Destin Souka dit :

    Monsieur Toungamani, dans ses solutions contre le tribalisme (ou repli ethnique dans l’espace public) retient la décentralisation, à travers la régionalisation

    Si le recentrage de nos appartenances vers le niveau régional peut être un remède aux injustices dues au tribalisme, pourquoi le recentrage de nos appartenances au Sud ou au Nord ne serait-il pas aussi une solution face à ces mêmes injustices ?

    Pour compléter Mr Toungamani dans son approche qui reste quand même unitaire en dépit de la diversité régionale qu’elle intègre, je dirais que la réussite de la décentralisation reposera sur un accord préalable de la classe dirigeante post-Sassou autour d’un consensus sur les principes de solidarité à ne pas écorner : c’est le cas par exemple de la solidarité nationale entre les régions désormais décentralisées, autrement dit des territoires disposant désormais d’un certain niveau d’autonomie locale dans la résolution des problèmes locaux, mais qui doivent se soutenir entre eux en acceptant que l’Etat donne plus parfois à telles ou telles régions plus en difficulté.

    En effet, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, la décentralisation régionale a besoin d’un Etat plus fort qu’on ne l’imagine, et non d’un Etat affaibli du fait qu’il se serait vidé de plusieurs missions au profit des régions. Et la force de cet Etat central devra reposer sur le fort sentiment d’unité des dirigeants politiques et toutes les forces sociales, afin que la répartition des richesses nationales par l’Etat central (recettes pétrolières et bois, impôts de l’Etat etc…), s’effectue dans cet esprit de solidarité nécessaire entre régions si en tout cas on tient à garder un pays, et non des petites chefferies en affrontement permanent entre elles pour chacune mieux capter la ressource centrale. Alors, si ce préalable de solidarité est intégré dans le comportement législatif et administratif des décideurs publics, devenir Président de la République sera moins l’objet de suspicion et de méfiance de la part des autres qui n’y craindront plus des dérives tribalistes.
    L’Etat central organisera et fera respecter le pacte de solidarité entre territoires, donc entre les habitants de différentes régions, et celles-ci étant le niveau territorial où chaque congolais jouira mieux du fruit de la solidarité, puisque la gestion des problèmes locaux mieux pris en compte.

Laisser un commentaire