UN GOUVERNEMENT QUI TIRE SUR SON PEUPLE DOIT ETRE RENVERSE PAR LE PEUPLE. Par Djess dia Moungouansi

Djess dia Moungouansi

Djess dia Moungouansi

 

Comme un couperet, la maxime révolutionnaire est tombée : «  Un gouvernement qui tire sur son peuple doit être renversé par le peuple » (1). Depuis le massacre d’une trentaine(2) des jeunes Congolais qui manifestaient à mains nues, elle a pris sa signification et devra s’appliquer dans toute sa rigueur. Quand la barbarie atteint son paroxysme, la lutte sans merci contre la tyrannie devient une obligation. Mais ces victimes suffisent –elles pour assouvir l’obsession pour le sang du sanguinaire d’Oyo ? . Des combines sur le dos du peuple, relatives à un éventuel « dialogue » ou un hypothétique «  gouvernement d’union nationale » sont à exclure. Elles ne sont ni opportunes, ni justifiées. Notre colère est abyssale et seul le départ, sans autre forme de procès du tyran nous permettrait de faire notre deuil.

Un permis de tuer nauséeux

Le permis de tuer, délivré par F. Hollande au récidiviste Sassou Nguesso Dénis, à travers sa déclaration puant le pétrole sur le perron de l’Elysée en date du 21 octobre 2015, fait des ravages dans notre pays. Peut –on faire massacrer des paisibles citoyens au nom de la «  diplomatie économique ? ». Son léger rétropédalage n’y a rien fait. Le mal était fait, les démons des années de guerres civiles hantent les esprits.

De jour et de nuit, pour assouvir sa gloutonnerie du pouvoir, et loin de toutes préoccupations visant l’amélioration des conditions de vie des Congolais, Sassou élabore des stratégies visant la création du rapport de forces en sa faveur. De l’élaboration en catimini de sa nouvelle constitution qui consacre l’impunité, en passant par l’organisation d’un « référendum familial » à la va-vite, avec des résultats qui défient toutes les logiques soviétiques, jusqu’à sa promulgation le 6 novembre 2015, Sassou explose le couvercle de l’ignominie. Il croit avoir conquis sa supériorité tactique qui obligerait l’opposition à lui faire allégeance. Erreur. Désormais, le peuple est de plus en plus vigilant, quitte à désavouer tous ceux qui se compromettraient avec le pouvoir criminel.

Pourquoi la fébrilité du FROCAD –IDC ?

Nous sommes en droit de nous interroger sur la volonté des plateformes FROCAD-IDC d’en découdre avec le pouvoir devenu illégal par la forfaiture. A maintes reprises, alors que des occasions nettes, se présentaient à eux, les deux plateformes ont reculé pour des raisons injustifiées. Incapables de réaliser l’essai largement à leur portée.

Cette valse comportementale s’est produite avant les jeux africains de septembre 2015, lorsque pour des raisons qui ne peuvent s’expliquer que par des entourloupettes sur le dos du peuple, un meeting prévu avant ces jeux   fut tout bonnement ajourné. Les leaders des deux plateformes ont cru bon de négocier une « trêve » (sic) avec un pouvoir qui n’en jamais accordé au peuple dans la propagation de la misère.

L’occasion propice pour damer le pion à Sassou fut à n’en point douter le 27 septembre 2015 (3). Personne n’avait compris que mot d’ordre que tout le monde attendait ce jour-là pour prendre d’assaut le Palais présidentiel ne fut pas lancé. Le peuple était prêt à accepter les sacrifices pour justifier l’exigence du changement, pour peu que les leaders eussent pris leurs responsabilités. Ces leaders avaient manifestement d’autres agendas cachés pour ne pas concrétiser le désir ardent du peuple.

A ce niveau de la lutte, plus rien ne devrait être pris au hasard. Peut-on prétendre renverser sans armes l’une des dictatures les plus féroces d’Afrique et négliger la communication qui est à tout point de vue, l’axe central du pouvoir ? Comment peut-on comprendre que l’amphigourique Jean Baptiste BOUBOUTOU BEMBA vienne faire des déclarations à l’emporte-pièce suspendant sine die toutes les activités de l’opposition, alors que le peuple avait besoin de rallumer la flamme après qu’une trentaine de jeunes furent abattus froidement ?

Avait-on besoin de publier en avance la date du 20 octobre 2015, date de «  l’insurrection pacifique », et s’attendre à ce que Sassou– qui n’a aucun respect pour la vie humaine- vous accueille avec des fleurs ? Autre erreur tactique !

Etait-il normal que les activités fussent presque paralysées lorsque OKOMBI SALISSA et Brice Parfait KOLELAS étaient en résidence surveillée ? Mais où était donc passé le plan B de l’opposition ?

Cette kyrielle de questionnements suffit à elle seule pour comprendre la déception du peuple qui avait placé sa confiance en de tels leaders, convaincu que Sassou serait plus que jamais, jeté aux poubelles de l’histoire.

Faut-il le rappeler s’il en était encore besoin, qu’une gestion et/ou conquête du pouvoir, reste à tout point de vue, une question de gestion de rapports de forces ? Et qu’un gouvernement d’union nationale, sous les conditions de Sassou, sans avoir préalablement crée un quelconque rapport de forces en faveur de l’opposition, serait une bouée de sauvetage inespérée pour lui ? Comme Ewo et Dolisie , il va continuer à dérouler son plan machiavélique !

Dans ce champ de bataille post « référendum familial », Sassou et son clan continuent de jouer une partition aisée, alors que l’opposition est complètement désemparée, faute d’une démarche lisible et convergente.

Dissidents  ou  opposants ?

Au-delà de certains aspects métaphysiques, notre opposition incarnée par les deux plateformes ( FROCAD-IDC) est minée par des contradictions qu’elle aurait pu régler avant de s’engager dans un combat sain, contre le dictateur Sassou.

L’opposition congolaise voulait s’inspirer de la révolution burkinabè pour envoyer le tyran d’Oyo aux mille diables. Comme COMPAORE, Sassou est revenu au pouvoir par coup d’Etat, il est militaire comme l’ex –locataire du palais de Kosyam, il voulait également s’arroger un troisième mandat etc.. . Mais les comparaisons s’arrêtent là. L’insigne impéritie des deux leaders de l’IDC ( OKOMBI et KOLELAS) se trouve dans l’ambigüité de leur origine politique.

A force de marcher à l’autosatisfaction, à l’autocélébration et à l’autosuffisance, mais incapables d’autocritique, ils sont engagés sur la voie de l’autodestruction. La révolution burkinabè a fait florès parce que ceux qui avaient rejoint l’opposition, avaient quitté le parti de Blaise COMPAORE. Ce qui n’est pas le cas pour OKOMBI SALISSA qui reste membre du bureau politique du PCT et député de ce même parti. Toujours attaché au cordon ombilical pctiste.

De même, Parfait KOLELAS traîne comme un boulet l’accord réactivé URD-PCT qu’il n’a jamais dénoncé et caresse le rêve d’être élu Président de la République en s’appuyant sur le PCT. C’est le moins qu’on puisse dire, le PCT est un bien de Sassou. OKOMBI et KOLELAS ne sont en réalité que des simples dissidents et non des opposants. Nuance ! En toute sincérité, peut-on prétendre combattre une personne et demander à son parti de vous soutenir ? De qui se moque-t-on ?

La nuit a trop duré, le jour doit se lever pour chasser le voile noir qui couvre notre pays et installer un souffle nouveau. Après sa forfaiture, Sassou Nguesso Dénis a perdu toute légitimité. Ses manœuvres dilatoires visant   la réalisation de son désir ardent de mourir au pouvoir, s’apparentent désormais à appliquer un cautère sur une jambe de bois. La volonté populaire, brisant tout sur son passage est désormais à l’œuvre. Au bout du compte, elle installera des institutions fortes , capables de protéger le citoyen Congolais lambda contre l’impunité et l’arbitraire qu’il voudrait institutionnaliser dans sa nouvelle constitution, promulguée dans les conditions de cafouillage indescriptible. La place du Congo au concert des Nations est à ce prix.

Djess dia Moungouansi «  La plume du Congo-libre »

(1) Extrait du documentaire « RÉVOLUTIONNAIRE(S) » de HASSIM TALL BOUKAMBOU, diffusé en grande première le 06/11/2015 aux Archives de Paris

(2)Liste des assassinats commandités par Sassou le 17-20 et 21 Octobre 2015

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/26546227766537092/Liste_des_victimes_de_SASSOU_o.jpg

https://www.facebook.com/1471725736435892/videos/1560459570895841/

(3) Pour approfondir la question   Le grand meeting du 27 septembre 2015: un goût d’inachevé

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à UN GOUVERNEMENT QUI TIRE SUR SON PEUPLE DOIT ETRE RENVERSE PAR LE PEUPLE. Par Djess dia Moungouansi

  1. val de nantes dit :

    JE SUIS d’ avis que vous ,djess il va falloir ,utiliser les mêmes MOYENS ,que ce fou d’alima .En résumé ,le peuple doit s’armer .

  2. Anonyme dit :

    Encore un sapeur vivant en france qui demande au peuple de se manifester. Quelle amateurisme. qu’attend-il de revenir au Congo pour motiver les troupes???

  3. Anonyme dit :

    Le vendredi 20 décembre 2013 lors du Sommet européen à Bruxelles, le président français François Hollande parlant du conflit armé en République Centrafricaine(RCA) déclare « la France est en RCA pour le rayonnement et la grandeur de l’Europe. Déjà le drapeau français flotte dans le ciel centrafricain au cœur de l’Afrique. Mon souhait le plus vif est que le drapeau européen également y soit hissé. La France est en RCA pour l’Europe ».Voilà qui est clairement dit sur les raisons profondes de la mission de Paris dans ce pays africain.

    Une déclaration qui rappelle la principale résolution prise par le Général de Gaulle le 06 février 1944 aux termes de la Conférence africaine française de Brazzaville qui s’est tenue dans cette ville du 30 janvier 1944 au 06 février 1944 et qui stipule : « les fins de l’œuvre de civilisation accomplie par la France dans les colonies écartent toute idée d’autonomie, toute possibilité d’évolution hors du bloc français de l’Empire; la constitution éventuelle, même lointaine, de self-government dans les colonies est à écarter ».C’est l’axiome autour duquel la France a bâti sa politique africaine faite de brigandage, de pillage, de prédation sur fond d’assassinats de leaders politiques et qui maintient l’Afrique Noire sous sa férule. Une politique qui, au fil des décennies a émasculé et vider les populations africaines de leur dignité laissant croire que l’Hexagone en était devenu un horizon indépassable.

    L’Afrique Noire francophone est en guerre contre la domination de la France et de ses multinationales sur son espace. Une guerre multidimensionnelle et certainement de longue haleine avec malgré tout et en fin de compte une inévitable victoire. En effet, la lame de fonds d’hostilité et d’inimitié envers la présence de la France et de ses symboles en Afrique francophone en est une parfaite illustration. L’on peut citer à titre les débats en cours sur la monnaie coloniale, le FCFA, celui concernant les bases militaires et l’avenir même de la langue française …etc.

    Les agitations médiatiques et de lobbying de la vieille barbouze en mission commandée dans la capitale camerounaise et qui tient lieu d’Ambassadrice (Mme Christine Robichon) ne parviendront pas à inverser cette tendance lourde malgré les tentatives de corruption des medias locaux observées ces dernières années. Les Africains et plus particulièrement les Camerounais ont définitivement pris conscience d’une donnée géopolitique majeure : la France n’est pas ce qu’elle prétend être. Elle est plus fragile que jamais, au point où ses autorités commanditent des études mois après mois énoncées dans les divers Rapports élaborés aussi bien par des Parlementaires que d’anciens ministres, notamment le Rapport Védrine, le Rapport Attali, le Rapport Lellouche. Tous ces Rapports se concluent par un sombre et inquiétant constat : « l’Avenir de la France est en Afrique ».Quel cynisme !

    Pendant que les autorités françaises pourchassent les Africains de leur pays à longueur de semaines et de journées, elles osent déclarer sans la moindre pudeur ni honte que l’avenir de la France est en Afrique. Une véritable déclaration de guerre. Quand un Etat qui a une longue et vieille tradition de domination et qui en parasite et sangsue bien connue proclame à la face du monde que son avenir et celui de ses populations sont en Afrique, il y a lieu de s’attendre un inéluctable affrontement armé entre ces Français et les populations africaines.

    L’AFRIQUE NOIRE FRANCOPHONE EST EN GUERRE.EN GUERRE CONTRE LA RECOLONISATION DE LEUR ESPACE PAR LA France. Ne pas le reconnaître c’est être intellectuellement myope. Et dans cette guerre que Paris a déclarée au Continent Noir, le Cameroun en est désormais l’épicentre et le quartier général d’où partent déjà de nombreuses initiatives. C’est au regard de cela que Paris, depuis quelques semaines, concentre l’essentiel de son offensive sur notre pays, oubliant le contentieux historique toujours pendant entre le peuple camerounais et la France, oubliant que « le Cameroun c’est le Cameroun ».

    La France est plus fragile que jamais d’où la nervosité et la fébrilité observées auprès de sa classe politique dès que les Africains dans de nombreuses chaînes de télévision soulèvent les problèmes relatifs à la souveraineté monétaire, économique, aux matières premières …A la lumière de sa politique, de ses ambitions et de ses prétentions en Afrique Noire, comme un ver de terre, la France est nue. Et les Rois n’aiment les gens qui les ont vus nus. De tous les Africains sans doute, les Camerounais sont ceux qui connaissent en profondeur la nudité de la France et des Français. C’est pour cette raison que le Cameroun est le théâtre des opérations de guerres multiformes. Le sort et l’avenir de l’Afrique francophone se joue au Cameroun.

    Aux Camerounais de tout bord nous demandons de prendre conscience des enjeux actuels et d’être plus vigilants que jamais. Nous interpellons à cet effet les autorités de Yaoundé pour qu’elles prennent cette situation très au sérieux et qu’elles élaborent des scénarii pour ne pas être prises de court. Qu’elles sortent de leur léthargie habituelle. Il n y a pas d’amitié entre Etats ; il n ya que des intérêts. C’est connu. Ceux des Chefs d’Etat africains qui continuent en 2015, à croire en l’amitié de la France et des Français se trompent lourdement et mentent à leurs populations. Ils seront comparables à Meka : héros de l’œuvre LE VIEUX NEGRE ET LA MEDAILLE du romancier camerounais Ferdinand Léopold Oyono (de regrettée mémoire) qui, dès l’obtention d’une médaille décernée par l’Administration coloniale française avait cru faire partie de la classe dirigeante de cette Administration. Malheureusement pour lui, le même soir, au terme de la cérémonie de son investiture, Meka fut arrêté et copieusement tabassé, violenté, avec un œil fauché et jeté dans un caniveau par ces mêmes gendarmes coloniaux qui lors de « intronisation »le saluaient avec « déférence ». Désabusé, déçu et amer, il déclara après cette mésaventure « je suis le dernier des imbéciles qui, hier encore croyait en l’amitié des Blancs ».

    C’est dans ce registre qu’il inscrire la relation entre l’Afrique Noire et ce vieil Etat d’Europe de l’Ouest, une relation qui n’a apporté que misère, gémissements, grincements des dents, désolation, prédation et pillage de ressources africaines. Aujourd’hui, c’est l’homosexualité (une autre abomination) qu’elle tente d’imposer aux pays africains comme nouvel élément de coopération. Il faut que ceux des Africains qui doutent encore du virage que prennent les relations France-Afrique, comprennent comme l’a si bien dit le Président Robert Gabriel Mugabe que « le Soleil s’est définitivement couché à l’Ouest ».Un peuple, une civilisation qui légalise l’homosexualité, consacre sa décadence morale et économique et ne mérite que mépris et rejet.

    L’Information et la Communication au cœur de la guerre contre la politique nazie de la France en Afrique Noire.

    Conscients de cette nouvelle guerre qui leur est désormais imposée, les Africains s’organisent et sont même passés à l’offensive. A ce titre, il ya lieu de remercier le promoteur de la Chaîne de Télévision Panafricaine Afrique Media(AFMED) pour le rôle de pionnier qu’elle joue dans le réveil des consciences africaines trop longtemps chloroformées et formatées par les medias mensonges occidentaux. C’est dans ce même sillage qu’il faut situer le Journal « Le Sphinx Hebdo » et Cameroonvoice.

    En effet, grâce à AFMED, les sujets autrefois tabous et ignorés par de nombreux Africains sont désormais traités quotidiennement, analysés et décryptés sur les plateaux de cette Chaîne. Un signe des temps. On peut citer à ce titre la problématique du Franc CFA, des bases militaires françaises qui jonchent l’espace dit francophone, les réseaux ésotériques infestés par des barbouzes qui, nuit et jour ne cessent proclamer que l’avenir de la France est en Afrique. Ce qui est inacceptable. Le parasitisme financier et économique de la France en Afrique sera combattu et mis à nu. La lame de fond du ressentiment contre la France et ses symboles en Afrique francophone en est une illustration. Elle ira s’amplifiant. C’est l’engagement majeur des Africains en cette deuxième décennie du 21ème siècle et constitue la tendance lourde de notre époque. La guerre qui s’annonce, sera totale et embrassera tous les domaines. Que Mme Christine Robichon : Ambassadrice de France à Yaoundé se tienne tranquille ; elle n’y pourra rien. Ses nombreuses sorties médiatiques dans certaines localités du Cameroun au cours des desquelles elle offre de vieux ordinateurs aux établissements scolaires au nom de la grande France ne changeront rien du tout. Il ne s’agit pas pour des Africains d’avoir des blindés ou des tanks pour mener la guerre contre la domination de la France en Afrique.

    Les « Forces Profondes » africaines et celles de la diaspora sont déjà à l’œuvre. Sensibiliser et éduquer afin de préparer des soulèvements contre la voyoucratie française qui maintient l’Afrique sous le joug et les ténèbres du néocolonialisme, c’est la Mission qu’elle s’assigne. Mettre la nudité de la France à la face du monde, étaler sa cupidité et ses pratiques nazies envers l’Afrique (pour une nation qui se veut civilisée et investie d’une mission universelle) sera l’un des axes de la guerre en cours. Révéler les atrocités de cette France aux populations européennes, asiatiques, sud-américaines et même américaines telle est la tâche que nous assignons à chaque Africain et Africaine partout où il (elle) se trouve. C’est le combat pour la vraie Indépendance de notre Continent.

    La réalité est que la perte du statut de grande Puissance et d’un prestige artificiellement entretenu depuis des décennies sur le dos des Etats africains hante la classe politique française toutes obédiences confondues .Une élite politique rongée et cernée par de nombreuses affaires de corruption, de pédophilie, d’homosexualité, de trafic de drogues jusqu’au sommet de l’Etat, mais qui continue toute honte bue à donner des leçons de bonne gouvernance aux Etats africains. Quels paradoxes ! Un Etat qui persiste à s’agiter comme un vibrion sur la scène internationale en « Acteur Providentiel » pour l’avenir des Africains. Cela s’appelle Etat Voyou, c’est-à-dire un Etat sans consistance ni au plan interne encore moins externe dont voici ses récents méfaits :

    -/ Armer et entraîner les terroristes en Syrie et prétendre les combattre au Nord- Cameroun alors qu’ils ont les mêmes objectifs à savoir instaurer un Etat Islamique est une incongruité et une contradiction fondamentale de la politique étrangère de Paris.

    -/ Organiser méthodiquement des tueries entre les Centrafricains (un pays où Paris entretient des bases militaires), et revenir au sein d’une coalition des Etats et sous la bannière des Nations Unies pour pacifier la même Centrafrique est une spécificité et une marque déposée de la politique étrangère de la France en Afrique. C’est cela être un Etat Voyou.

    -/ S’entêter et persister à accréditer au Vatican, un Ambassadeur reconnu mondialement pour son homosexualité (il s’agit de M. Laurent Stéfanini ex-Chef du Protocole de l’Elysée), et ce, au mépris de la Convention de Vienne de 1961, qui régit les relations diplomatiques, c’est se comporter en Etat Voyou.

    En clair, malade de ses dirigeants, la France est devenue le prototype de l’Etat Voyou.

    Alors aux Elites et Présidents africains de tirer les conséquences de cette politique qui ravale l’Africain au rang de sous-hommes. Continuer à lorgner vers Paris pour son développement, prendre le premier vol vers Paris dès les premiers maux de ventre et continuer à faire de la France un horizon indépassable pour le devenir et l’avenir de ses populations c’est préparer sa sortie de l’Histoire par la petite porte (à l’exemple du feu Mobutu Sesse Seko).Une triste et pitoyable sortie qui finira dans les petites poubelles de l’Histoire pour se retrouver en fin de course dans un cimetière marocain et ce, pour les siècles et les siècles. Amen.

    A la jeunesse africaine, pour ne plus mourir en Méditerranée ou dans le désert de Sahara à la recherche d’une « vie meilleure » qui n’en est pas et ne sera jamais une, le temps d’un engagement panafricaniste et citoyen pour une Afrique digne et respectée est arrivé.

  4. macktchicaya dit :

    Il est facile pour certaines gens de donner des leçons de conduites aux autres , heureusement qu’il y a encore quelque courageux comme A.okombi et P.Makaya qui sont eux malgré la furie du pouvoir , partis braver la dictature sur place, Djess pouvait faire autant au lieu de faire la guerre par les mots derrière le clavier. Qu’il commence déjà lui DJESS à seulement aller implanter une cabane devant l’ambassade là bas à Paris pour ne serait ce que montrer qu’il est contre le pouvoir actuel et ses manifestations anticonstitutionnelles. Là nous dirons voilà un vrai Congolais qui se bat pour la nation,,,,,,Ne venez donc pas ici pour toujours critiquer l’action des opposants qui sont à Brazza et Pointe-noire,,,vous ne savez pas réellement ce qu’ils endurent avec ce régime tyrannique,,,,,de grâce parlez donc de comment faire pour anéantir l’action de ce gouvernement à votre niveau à l’étranger où vous êtes. Demandez à RFI et pourquoi les situations d’enlèvements et d’assassinats (au Congo) ne sont pas relayées dans les chaines européennes ni au niveau des assemblées nationales,,de ces pays? L’on devrait vous entendre faire toutes les chancelleries pour parles du Congo actuel,,,,,

  5. Anonyme dit :

    Djess, t’es trop affirmatif, fais la politique s’il te plait, trop facile tes critiques à l’endroit de Kolelas et Okombi qui font face sur le terrain à un régime sanguinaire et féroce. Moungounga Ngiila, paix à son âme, avait un pactole, des bureaux sur les champs Elysées mais n’a pu secouer sassou. Pour la premère fois sassou a été bousculé par le Frocad-idc, c’est la 1ère fois que ce sanguinaire a été inquiété. Donc Djess quand vous écrivez prenez du recul, nuancer les propos, reconnaissez aussi ce que les autres font sur le terrain. Tes critiques ne sont pas fondées même si je reconnais que l’IDC-FROCAD a fait des erreurs. Djess t’es un démocrate engagé, t’e toujours dans les manif avec nous, tu aimes ton pays, mais là ton article conforte Sassou, t’es passé à côté, tu mets trop de passion. Salut, ton ainé

  6. MDR dit :

    Mais ce Djess dia Moungouansi qui traine dans les culottes de Jean Luc MALEKAT, que dit-il des ses assisses ??? Avant de critiquer, il aurait mieux fait de nous faire une évaluation de ces fameuses assises. Que ,nada. Quand la diarrhée de l’ecriture atteint son summum.

  7. Uhem mesut dit :

    Tout en reconnaissant le courage de l’opposition Idc-frocad, les questions qui sont posées dans ce textes sont légitimes.

  8. macktchicaya dit :

    Que DJESS nous prouve qu’il est actif sur la place de Paris au lieu de tisser la fibre de la division en critiquant sans fondement les acteurs actifs de l’opposition que sont le frocad et l’idc à Brazzaville, lui devrait au contraire aller voir les personnalités comme NOEL MAMAERE, EVA JOLI, BESANCENEAU , et les verts pour contrecarrer l’axe du mal qu’est le pct à paris et au Congo, les assisses ont fait quoi depuis même à Brazza on ne les connait pas,,,,,donc arrête de semer de la discorde dans les milieux car le charisme ne s’invente point,,,nus attendions tes écrits sur une rencontre avec les personnalités précitées. Voilà que je vous propose une idée à la quelle vous ne pensiez même pas puisque votre opposition est diriger contre les vrais acteurs de l’opposition réelle,,,,un conseil prenez conscience du vrai combat: l’éradication du système sasssou (pct et clan au pouvoir)

  9. Mr djess c’est bien beau de critiquer l’opposition j’aurai voulu que tu sois à l’heur place donc ne raconte pas n’importe quoi sur les pauvres qui souffres au Congo toi tu dors bien ici eux là-bas ils font des insomnies sassou est derrière eux avec ces milices nous ici nous devons tout faire pour les aider et les encourager toi ce que tu sais c pour les décourager frocard idc courage à vous on est ensemble

  10. INFO DIGNE DE FOI... dit :

    Mais agissant sous ANONYMAT …
    Une source agissant sous anonymat nous annonce une entrée massive par la Belgique d’éléments du Tyran Sassou Nguesso avec de fausses identités pour assassiner les opposants de France. Certains sont actuellement logés à l’hotel IBIS proche de la gare de Bruxelles Midi. Un certain Thierry Gambolo superviserait une partie de ses tueurs sur la place de Paris.

    Cette information confirme celle donnée par l’opposant Bienvenue Mabilemono qui affirme: »Il y a quelque temps déjà, j’avais été informé de ce que ce vieux dictateur sanguinaire et corrompu avait planifié l’élimination d’opposants les plus en vue sur la place de Paris. Pour ce faire, il a recruté des tueurs à gages les plus cruels pour « faire taire » ceux qu’il appelle « les grandes gueules de Paris ».

    Nous en appellons particulièrement aux autorités françaises pour qu’elles mettent sévèrement en garde ce vieux dictateur et tueur en série contre toute tentative d’attenter à la vie d’opposants politiques sur le sol français.

    Quant à ces tueurs à gages qui ont prit l’argent sale de ce vieux dictateur sanguinaire et corrompu pour commettre les crimes contre ses opposants à Paris, ils seront mis à nu.

  11. Anonyme dit :

    A télécharger (lire, relire, et partager au plus grand nombre)

    http://www.aeinstein.org/wp-content/uploads/2013/09/FDTD_French.pdf

  12. Pierre Mbalmayo dit :

    Une fois de plus Bravo Djess pour ton analyse sur le fond et sur la forme. N’en déplaise à tes détracteurs . Est il interdit de soigner ton apparence comme tu le fais. Ceux qui ne te connaissent ne connaissent pas tes origines nobles ! Oui , une tête bien faite…

  13. macktchicaya dit :

    A ANONYME SON POST DU 12//11 A 23 H

    Heureux de vous lire car votre exposé ici m’a ému d’autant que vous avez pris le temps de relater ici la politique Française en Afrique; en illustrant ceci de faits probants: présence des armées (Françaises) dans des zones africaines, contrôle de produits miniers et pétroliers, rôle des ambassades en Afrique (au Cameroun),,, » l’avenir de la France se situerai en Afrique » oui c’est vrai tout cela mais ma question reste celle de savoir comment combattre (politiquement) l’impérialisme si seulement au sein de nos élites il ya des valets qui travaillent pour les multinationale et leur pérennité dans le continent au détriment de la vie sociale des autochtones?

    A mon humble avis je crois qu’il est difficile tant que les intellectuels africains ne prendrons jamais conscience de leur état de développement, si en Asie il y a avancement c’est parce que les populations et les élites ont compris ce qui était bien pour leur pays, malencontreusement en Afrique le néocolonialisme est suscité déjà par nos paires, et de fait l’occidental ne vient que pour l’accomplissement de son projet c’est -à-dire piller les richesses et ne rien laisser pour la survie de l’Afrique.

    La guerre actuelle est de multiple formes et nos dirigeants le savent mais comme ils ne sont pas patriotes c’est ainsi qu’ils laissent faire et avancer les puissances étrangères dans le coeur de l’Afrique pour des fois des subsides mineurs. Les démocrates en Afrique sont rares car souvent l’on a au devant des états des autocrates et dictateurs à la solde des occidentaux, la preuve au Congo , au Gabon et d’ailleurs au Cameroun que constatons nous? franchement vous avez tout dit et j’espère qu’il est de notre devoir de divulguer au près des populations jeunes la nation du patriotisme de manière que les générations futures ne pêchent pas comme nos aînés

  14. Djess,
    Tu as bien parlé à propos des incohérences de Kolelas qui ne dénonce pas les accords avec le pct et d’Okombi qui est toujours dans ce parti. À ta suite, j’irai plus loin en disant ques ces incohérences et ces ambiguïtés seront des sources de déstabilisation future du Congo.

    Refuser de dénoncer les accords Mcddi-pct et refuser de démissionner de ce parti des tueurs = militer pour son maintien dans l’espace politique congolais. Qui est ce congolais qui est pour l’existence de ce parti des tueurs après des centaines de milliers de morts, des milliers de milliards de francs volés ? ? Qui est pour l’existence du pct après ABOU SASSOU GUESSAOUI?

    Voyez-vous le jeu dangereux de Kolelas et Okombi? Ce sont des gens qui vont militer pour que la pct ne soit pas dissout et ses dirigeants emprisonnés et déchus de leurs droits civiques après leur destitution.

    Sur ce point , mon ami Djess a complètement raison de dénoncer les incohérences et les ambiguïtés de ces deux individus. Leur alliance avec le pct d’ABOU SASSOU GUESSAOUI anti le peuple. De ce fait, il faut la dénoncer et combattre vigoureusement, faute de quoi c’est l’impunité, la promotion et la protection des criminels qui continueront avec leurs crimes.

  15. Jules NGOYO dit :

    Ceux qui nous vendaient il y a encore quelques les « Assises » qui auraient réalisé un exploit rencontrant les autorités américaines reviennent cherchent à nouveau à exister.

    En janvier, la bande à Bakala nous présentait l’équipe de Malekat comme les alliés qui débarqueraient sur les cotes congolaises pour apporter le salut au peuple

    De la même façon que nous avons régit à l’époque, nous réaffirmons aujourd’hui que nous ne gagnerons pas le combat contre le pouvoir clanique des Nguesso par des postures sapelogiques ou des dissertations.

    Il est aujourd’hui de reconnu de personnes de bonnes foi qu’Okombi et Kolélas sont parmi les principaux leaders qui comptent aux yeux des populations sur le terrain.

    Ce ne sont pas les combats d’arrière garde, menés devant des claviers qui aideront le peuple congolais, mais des actions concrètes sur le terrain.

    L’histoire vient de nous donner raisons car ceux qui parlaient d’Obama ou de drones américains en janvier 2015 doivent aujourd’hui convenir avec nous que tout se joue sur le terrain, au contact avec la population.

    Le rôle de la diaspora est de servir de relaie médiatique et de soutien logistique, pas de réservoir de jihadiste de la plume, prêt à faire exploser les opposants qui se battent sur le terrain, en allant fouiller dans les poubelles nauséabondes, au moment inopportun.

  16. Bakala Telema dit :

    @Jules Ngoyo,

    Frangin,
    Vous êtes hors sujet. Ce n’est pas parce que vous tirez sur les Assises que cela va disculper Kolelas et Okombi de leurs liaisons dangereuses avec Abou Sassou Guessaoui; lesquelles liaisons sont sources de chaos prochain pour le peuple martyrisé. Sur ce point, vous répondez quoi?

    En son temps, tout le monde avait averti Lissouba du caractère maléfique de son alliance avec le pct de Abou Guessaoui. Malheureusement, ces tireurs d’alerte ont eu raison puisque cela a occasionné le chaos en 1993-1994.

    Nous aujourd’hui, nous disons que ces deux individus sans envergure intellectuelle que sont Kolelas et Okombi sont des aventuriers qui, à cause leur maigreur politique, risquent d’ouvrir les portes de l’enfer aux congolais comme leur gourou le fit en 93-94 en opposant le grand résistant Bakana Kolelas au Prof des Profs Lissouba.

    Abou Sassou Guessaoui était fini en 92, c’est l’alliance contre nature avec l’Upads qui l’avait ressuscité avec pour conséquence le coup d’état sanglant de 97 que Okombi était un des seigneurs de guerre. Avec le refus de Kolelas et de Okombi de dénoncer leurs accointances avec les tueurs du pct, nous allons directement vers le bégaiement de l’histoire. Aussi, vous qui les supportez, vous êtes des crimes à venir que ces alliances vont provoquer.

    Vous faites la politique à la petite semaine sans aucune vision d’ensemble et d’avenir. Je comprends, chez vous la fin justifie les moyens quitte à s’allier avec le fils biologique de satan, et ce peu importe que votre courte vue ouvre les portes de l’enfer une nième fois à vos compatriotes. Et puis comme ça vous vous auto-proclamer « des politiciens qui font autorité au Congo ». Franchement, laissez-moi rire quand on voit comment vous avez royalement échoué avec la désobéissance civile avec des nguiri à la sauce jean-Baptiste bouboutou bemba.

  17. Pierre MOUKALA dit :

    Décidément, nous avons la diaspora la plus bête du monde.

    Quand on a affaire à un homme qui change la constitution sans en avoir le droit, qui tire sur la population sans scrupule et qui se permet de narguer la communauté internationale malgré ses recommandations, venir parler des accords PCT-MCDDI ou d’Okombi qui n’aurait pas démissionné du PCT, ça relève de l’étroitesse d’esprit.

    Sur ce coup, je pense que les deux leaders critiqués ont une longueur d’avance par rapport à leurs détracteurs, non seulement pour avoir pratiqué le tyran, mais aussi de part leur engagement sur le terrain qui témoigne auprès de bon nombre d’observateurs, d’un courage remarquable.

    Je me demande si l’on ne veut pas faire du buzz avec les deux chouchoux de beaucoup de jeunes.

  18. macktchicaya dit :

    PIERRE MOUKALA,

    Cher compatriote vous avez dit ce qu’il fallait en peu de mots, effectivement l’on a l’impression que certains de nos compatriotes souffrent de la berlue, au plus de la myopie car souvent à côté du principal objectif collectif. Comment peut-on aujourd’hui avec tout ce que les opposants vivent à Brazza et à Pointe-noire que les gens osent dire des non sens à l’endroit de ceux là qui sont et restent actifs sur le terrain? J’aimerai comme je l’avais dit tantôt de voir ces détracteurs là à la place de kolelas ou Okombi ou Mabio,,,,,,ou tshaty Mabiala? non évitons de nous ridiculiser de la sorte ceci n’honore personne sinon que d’affaiblir le mouvement de la libération du Congo; mais comme l’on sait que le démon rode dans les rangs de l’opposition petit à petit il y en qui se font démasquer déjà;;;;;;;;le peuple veille à cela et l’avenir nous le dira,,,,,

  19. macktchicaya dit :

    A BAKALA TELAMA

    Encore une fois je m’insurge contre vous pour vous faire signifier que lutter à Brazzaville en étant enfermer par une milice aux ordres du pouvoir n’est pas chose aisée, aussi j’aimerai vous demander depuis que le combat contre le pouvoir de Sassou existe qu’aviez vous fait de sorte que ce pouvoir connaisse un impact? Oui dire des insanités contre Kolélas ou Okombi est une forme de haine dans la mesure où les efforts de ces deux personnages sont reconnues par la plupart des Congolais épris de liberté. Vous êtes simplement ignoble car vous brillez au plus pour le dénigrement que pour votre apport au combat.

    L’on ne vous oblige pas de reconnaître ces deux politiques comme vos leaders mais au moins reconnaissez qu’ils font du boulot partant des meetings de Brazzaville, Pointe-Noire et « l’hinterland » du pays, franchement vous avez un autre problème et voilà pourquoi le pays ne sera que diriger par des gens qui pensent comme vous c’est -à -dire qui ont pour argument que la rancune, la haine et la tuerie,,,,,c’est malheureux à ce niveau de continuer à penser qu’il faut toujours diviser. Le combat actuel est celui de remettre sur pied les recommandations constitutionnelles et non de s’insurger contre kolélas et Okombi ou d’autres tant que ceux là n’ont pas commis une forfaiture. J’ai la ferme conviction que vous vous trompez de cible il est donc temps pour vous de vous regardez si franchement vous êtes plus intelligent que ces personnalités précitées.

    Vous les sommez de n’être pas intelligent , je me demande ce que vous valez si ce n’est de combattre au travers votre clavier, ayez un peu de la pondération dans vos dires, au risque de toujours paraître ridicule à la fin de vos analyses,,,en politique ce n’est pas l’insulte, ni le dénigrement qui priment mais plutôt les idées et les projets , intégrez cela une bonne fois pour toute car je vous l’apprends, et de suite je vous invite à faire que vous appreniez encore l’histoire politique du Congo de sorte à vous faire une culture de vous même. L’analphabétisme politique est une anomalie qui vous ronge et de fait vous en deveniez complexé,,,,un conseil encore arrêtez d’insulter apportez plutôt des arguments contradictoires pour faire avancer le combat l’unique combat qui nous réuni ici : le rétablissement de la démocratie au Congo.

  20. À lire certains d’entre vous, il n’y a l’ombre d’aucun doute que vous avez partagé la même mamelle que le nguirisé jean-baptise bouboutou bemba et autres kossaloba, kalakala.

    Bref, pour vous la fin justifie les moyens, quitte à maintenir votre pacte avec le diable pct et son parrain Abou Sassou Al Guessaoui?

    Que me répondez vous? Soyez bref et précis, svp dans votre réponse. J’ai du mal à comprendre que l’on puisse se déclarer ennemis d’un groupe maffieux et à appartenir en même temps à ce groupe de terroristes kleptocrates. On appelle ce genre de comportement de la schizophrènie.

    Lissouba en son temps, mal conseillé, s’était allié au fils de satan quand bien même il n’avait pas besoin de lui pour gagner. Connaissez-vous la suite?

    Aussi, ma deuxième question est: combien cela vous coûte de dénoncer votre appartenance au et votre alliance avec le pct?

    Pour finir, que répondez-vous à Paul Marie Mpoulé qui vient de dezinguer Okombi Salissa?

  21. macktchicaya dit :

    Savez-vous Bakala-Télama qu’au sein d’un groupe dit politique , ou un parti, il y a des frondeurs, sinon des courants divergents selon que l’on appartient à la ligne idéologique ou non de la formation à laquelle on croyait.

    Aussi les intérêts peuvent devenir divergents et cela n’implique pas toujours un abandon vue que souvent c’est l’animateur qui faute,,,et non l’ensemble. Me parler de Mpouélé ou D’Okombi, veut dire que vous n’aviez pas compris que par ailleurs en toute chose il y a son contraire alors que le combat reste celui de détruire le système de gouvernance actuel la tentative de leur par est aussi grande ce qui n’explique pas non plus le positionnement de Mpouélé; mais ici je mets en évidence le fait que certains esprits étant faibles cèdent facilement au piège.

    Mpouélé a faillit si cela est avéré mais il est libre devant sa conscience et devant le peuple car il ne mérite que ce que lui dicte son état d’âme. Le salut est seul même si nous ne sommes pas dans un catéchisme ou une église. Il s’agit en définitive du sort du peuple que nous sommes c’est pourquoi il faut quitter la division pour rechercher une coalition plus forte. L’ennemi du Congo est un (1) seul et c’est celui là qui manipule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.