Les Sassou-Nguesso lavent une partie de leur argent sale au Portugal. Par Rigobert OSSEBI

Denis Christel Sassou- Willy etoka - josé veiga

Denis Christel Sassou- Willy etoka – josé veiga

Le 2 février dernier, le trois fois putschiste quasi-Maréchal Denis Sassou Nguesso, monarque-président à vie du Congo, déclarait avoir chargé Maitre Viala, Avocat à la Cour à Paris, de déposer une plainte contre X, pour tentative d’escroquerie au jugement dans l’affaire dite des Biens Mal Acquis, qui l’oppose à l’association Transparency International.

Cette plainte a été déposée « il y a plus d’un mois », précisait le texte remis à l’AFP à Brazzaville et ajoutait: « Nous avons pleine confiance en la justice française pour mener à bien les investigations nécessaires ». La déclaration a été reprise par de très nombreux grands médias français le 4 de ce mois.

Ce même jour s’était levé sur Lisbonne, au Portugal, après une nuit d’intenses activités policières et judiciaires. Trente cinq perquisitions simultanées, cent vingt policiers et une dizaine de juges d’instruction de l’Unité Nationale de Lutte contre la Corruption avaient été mobilisés pour finalement parvenir à l’arrestation de José Veiga, d’un frère d’un ex-Premier ministre, Paulo Santana  Lopes, et d’une Avocate.

Tous les journaux portugais avaient repris cette information, même les journaux sportifs ; José Veiga avait été l’agent de Luis Figo le grand joueur de football portugais. Il était question dans les titres, souvent à la Une des journaux, de blanchiment d’argent pour des montants dépassant les 500 millions d’euros, d’une dizaine de millions d’euros en espèces trouvés chez les prévenus, de corruption d’officiels étrangers en relation avec des affaires au Congo Brazzaville et une proximité totale avec Denis Sassou Nguesso et sa famille… 

En France, trois jours après cette arrestation, pas un seul média n’a repris la nouvelle. Un silence radio TOTAL comme imposé par un nouvel état d’urgence élargi… !

Pourtant le mérite de cette opération, avant d’être un succès de la justice portugaise, en revient à la Police française et en particulier à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) au sein duquel est placée  la Plate-forme d’identification des avoirs criminels (PIAC) et surtout à l’un de ses commandants… ; tous diligentés par les Juges  Roger Le Loire et René Grouman. C’est à la demande d’une Commission rogatoire internationale, lancée par ces derniers, que  l’action au Portugal s’est finalement déclenchée après enquêtes et filatures.

Ces enquêteurs et magistrats français sont d’autant plus à saluer qu’ils ont été particulièrement à l’écoute des lanceurs d’alerte congolais et des médias tels que le nôtre. Chacun dans son rôle, cette enquête a pu avancer bon an, mal an ; bon Président, mauvais Président (de la République française) ; bon ministre de la Justice, mauvais ministre de la Justice, hélas, trois fois hélas pour Denis Sassou Nguesso ! Et ce dernier, tout heureux de ses amitiés nouvelles avec Manuel Valls, Anne Hidalgo et François Hollande, doit cruellement ressentir le départ de sa vieille amie Christiane Taubira de la Place Vendôme (qui lui avait rendu quelques visites à Brazzaville) et celui annoncé de Laurent Fabius du Quai d’Orsay.

Combien de temps encore la presse française et francophone restera silencieuse sur ce bel exemple de coopération policière internationale dont l’initiative revient aux persévérants services français de police et de justice ? Ce rebond, gigantesque, inespéré survient alors que l’enquête GUNVOR en Suisse sombre dans le plus profond des comas. Le vertueux pays alpin s’est très discrètement plié aux vœux de lobbys financiers pétroliers et de pressions maçonniques ; les enquêteurs ont été démissionnés les uns après les autres et personne ne saurait retrouver les résultats de leurs enquêtes.

Manque de chance, encore une fois pour le généreux commanditaire, Denis Sassou Nguesso, et ses complices : dans le fameux contrat GUNVOR négocié par Denis Christel Sassou Nguesso, il était question d’un préfinancement de 750 millions de dollars (en six tranches de 125 millions) mis en place par BNP Paribas Suisse. Dans un premier temps, avant que la police fédérale helvétique ne se rapproche des habituels lanceurs d’alerte congolais, ou assimilés, les enquêteurs s’étaient satisfaits des éléments qui se rapportaient au bénéficiaire, la société brésilienne ASPERBRAS. C’était bien avant que la personnalité sulfureuse de José Veiga ne fasse son apparition dans le dossier et la bombe, que l’on croit soigneusement enterrée, en voie d’exploser !

Il est évident que l’actualité criminelle portugaise va sortir l’enquête suisse de sa profonde léthargie artificielle et, qu’au bord du Lac Léman, ils seront nombreux à se faire  du mauvais sang. Il faudra bien montrer et expliquer pour qui exactement, quand et comment ces 750 millions de dollars sont sortis des coffres de la banque (BNP Paribas totalement suisse maintenant) aux seuls ordres d’un Denis Christel Sassou Nguesso, docteur honoris causa en détournements de biens publics pétroliers ?

A de très nombreuses reprises, bien avant les premières perquisitions, des journalistes portugais s’étaient interrogés ouvertement sur la provenance des fonds sans limite dont disposait José Veiga.

José Veiga et le président Boni Yayi inaugurant la Banque ( BAIC ), 6 nov 2015

José Veiga et le président Boni Yayi inaugurant la Banque ( BAIC ), 6 nov 2015

Adam Denbe AFFO le DG de la BAIC et José VEIGA à droite, 6 nov 2015 à Cotonou

Adam DENDE AFFO le DG de la BAIC et José VEIGA à droite, 6 nov 2015 à Cotonou

Outre les relations très étroites qu’entretenait ce dernier avec la présidence congolaise, les journaux ont signalé les visites effectuées par le même Denis Christel-Kiki dans leur pays ; l’acquisition d’un hôtel de luxe pour un montant de près de 500 millions d’euros par les personnes arrêtées (des Congolais en seraient-ils les véritables propriétaires ?) ; l’intention également de l’ancien agent de joueurs de football d’acheter la Banque Internationale du Cap-Vert. La police portugaise quant à elle saura, de José Veiga, si c’est bien un Denis Christel Sassou Nguesso qui avait ordonné et fourni les fonds nécessaires à la constitution de la Banque Africaine pour l’Industrie et le Commerce (BAIC) et si sa réelle finalité n’était autre que le blanchiment industriel de l’argent sale du pétrole congolais… BAIC dans laquelle on retrouve Philippe Amvame de la société Philia et Yaya Moussa l’ancien Représentant Résident du FMI à Brazzaville reconverti dans les affaires pétrolières troubles de la famille Nguesso.

Kiki Sassou-Nguesso achetant un diplôme Honoris Causa à MArakech, le 7 février 2016

Kiki Sassou-Nguesso achetant un diplôme Honoris Causa à Marakech (Maroc), le 5 février 2016

Le Brésil également ne tardera pas à répondre aux demandes de la Justice portugaise. Des ONG locales, leurs militants, des journalistes soupçonnent des proches des présidents Lula et Dilma Rousseff d’avoir été corrompus pour avoir effacé les 300 millions de dollars que le Congo de Sassou Nguesso leur devait. Heureusement, cela ne viendrait à l’idée de personne, en France, qu’il puisse en avoir été de même pour l’effacement de la dette de 5 milliards de dollars accordé par le FMI et le Club de Paris (dont près de 3 milliards d’euros à la charge du contribuable français) !

Cette coopération exemplaire, spontanée ou contrainte empêchera bientôt des proches de Denis Sassou Nguesso de mettre les pieds en Europe dans un premier temps, puis aux Etats-Unis probablement…

Aussi, nous verrons sûrement prochainement, devant des médias, des personnes se mettre en avant pour se féliciter de cette avancée au Portugal ; des responsables d’ONG et leurs avocats qui n’y sont pour rien ! Il est regrettable que les véritables acteurs et alliés de cette contre-attaque ne soient pas reconnus comme « Partie civile ». Il faut se rappeler qu’à la veille de son assassinat (en compagnie de sa compagne et de ses deux enfants) Bruno OSSEBI avait manifesté sa volonté de rejoindre la plainte en même temps qu’il dénonçait un préfinancement de BNP Paribas pour un montant de 150 millions de dollars. Déjà BNP Paribas ! L’opposition congolaise, en particulier celle de la Diaspora très active en ces domaines, devrait être reconnue et intégrée officiellement au premier chef de ces actions !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 07 février 2016, par www.congo-liberty.com

Jose Veiga le patron d’Asperbras-Congo et ami de Sassou-Nguesso arrêté au Portugal

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Monde, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Les Sassou-Nguesso lavent une partie de leur argent sale au Portugal. Par Rigobert OSSEBI

  1. Anonyme dit :

    EST pris qui croyait continuer a rouler le monde a perpetuite. Ce n’est qu’un debut, il y’a pire qui arrive. Meme les Courtisants Francais comme la plus part de ces voyous de la Droite en commencant par Mr. BISMUTH et les COPE, DATI Rachida, Hidalgo, OKRENT, meme HULOT le vert etc… ils doivent s’expliquer de quel droit un homme d’Etat fut-il d’une Republique bananiere, pourrait prendre l’argent de son Pays pour le partager comme un semeur a tout vent; et de l’argent pris dans quel CHAPITRE?

  2. VAL DE NANTES , aux compatriotes myopes. dit :

    Pauvre Congo , et dire il y a des malades , qui osent encore soutenir ces assassins voleurs , sous prétexte que ce KLEPTOCRATE incarnerait la paix au Congo .
    La paix ,sans médicament , sans le minimum vital pour vivre , c’est à la limite donner la mort à toute la population .
    Aux compatriotes , qui ne jurent que par SASSOU , qu’ils lisent tous les articles traitant de la folie financière organisée par KIKI et qu’ils aient le courage d’en parler dans leur milieu respectif .
    S’ils ont un minimum de cerveau qu’ils en tirent une conclusion rationnelle .
    IL est impensable , pour un congolais normal, même un fou , de soutenir politiquement cette famille , au vu des crimes économiques et financiers dont elle se rend coupable .
    Cette famille ne fait pas de la politique , elle pratique tout simplement des opérations de pillage des richesses de notre pays , afin de se mettre à l’abri des soucis financiers , pour plusieurs décennies
    Que les supporteurs de cette famille recueillent des avis de leurs proches sur le cadeau financier de 35 millions offerts à la famille de la défunte Marie MISAMU, par CLAUDIA SASSOU .
    QUE ça blesse ou pas ,les mbochis seront disqualifiés à vie , de diriger notre pays , pour moralité incompatible avec les intérêts supérieurs du pays .
    Ce comportement a- patriotique dépasse l’entendement et , renforce la position de ceux de nos compatriotes qui optent pour la division du pays , et j’en fais partie .

  3. le fils du pays dit :

    Mr Ossebi,c’est toujours un grand plaisir de vous lire.Pour le reste les habitues de cette page savent ce que je prone pour sortir le Congo des griffes de la france et ses multinationales ainsi que mettre fin a cette mafia qui règne au Congo.Ni dialogue,ni les elections a un seul tour organisée par total,la france et leur mercenaire Mr Sassou(la poudre aux yeux) ne changera le statut quo,c’est la force brute des canons qui affranchira le peuple Congolais.

  4. VAL DE NANTES dit :

    C ‘est vraiment très ,très pénible de lire , de tels articles sur les pays et dire qu’avec de telles sommes faramineuses , on aurait financé des projets des membres de la diaspora , et du coup créer des emplois .
    On aurait formé nos compatriotes à des métiers émergents , on aurait créé un filet de sécurité sociale pour garantir un minimum de salaire à nos compatriotes en difficultés sociales .
    On aurait ,,,,,,,,, on aurait ;;;;; BREF .
    C’est dur , surtout pour nos parents pris en otage .
    C’est difficile , de parler des sacrifices humains , le mieux c’est d’en faire l’économie , mais pour la
    libération de notre pays , cela vaut la peine .
    Toutes les formes de cette libération doivent être mises sur la table .Il n’est plus possible d’envisager un SASSOU à la tête de notre pays , quelles qu’en soient les raisons .Comment justifier
    l’injustifiable ?.

  5. Jérôme Egundoka dit :

    Dis donc val de Nantes ton parent Kolelas a été ministre sans discontinuité de sassou, une de ses soeurs paraît il makangu de jdo le féticheur. En quoi ne sont ils pas responsable que moi simple mbochi n ayant jamais fricoté avec Sassou??

  6. VAL DE NANTES AU LACHE MBOCHI DE JEROME dit :

    @JEROME ?OH , es tu vraiment congolais de Brazza ?
    SI tu l’es , il va falloir consulter un psy .LES KOLELAS NE FONT PAS LA UNE DES PLILLAGES DES RICHESSES DU PAYS .
    AYEZ LE SENS DE LA MESURE .
    REGARDEZ LA VERITE EN FACE .
    CERTES ILS SONT CORROMPUS LES KOLELAS MAIS LESQUELS QUI SONT LES CORRUPTEURS ,?
    CEUX QUI OUVRENT LES CAISSES DU TRESOR CE SONT LES MBOCHIS ET QUI DISTRIBUENT L’ARGENT A TOUT VA .
    POUR MOI LES KOLELAS BIEN QU’ILS NE SOIENT PAS MES PARENTS SONT COMME TOUS LES POLITICIENS CORROMPUS ;
    ES TU ECOUERE DE LIRE ARTICLES CONCERNANT LE PILLAGE DES MBOCHIS ,?
    SINON , SUICIDE TOI .
    NE TE CACHE PAS DERRIERE LES KOLELAS;
    demain , CE NE SONT LES KOLELAS QUI VONT FUIR CE PAYS CE SONT LES NGUESSO
    SALE TRIBU, TRIBU DE MERDE les MBOCHIS , tu as encore le courage de m’interpeller vu les dégâts de tes parents mbochis .
    Et, surtout tu dois avoir le courage d’utiliser ton vrai pseudo nom .ALLEZ DE FAUX EN FAUX est une lâcheté .

  7. OYESSI dit :

    Quand je vois un papier d’OSSEBI, je suis toujours rassuré qu’il ya du bon et je vous remercie de tout ce que vous faites pour nous tenir au courant de folies du Beninois Sacé alias sassou.

    La première chose qui me vient en tête est celle ci:

    Puisque Sacé a déposé une plainte contre X, pour tentative d’escroquerie au jugement dans l’affaire dite des Biens Mal Acquis, qui l’oppose à l’association Transparency International et qu’il refuse à cette association le droit de le poursuivre,surement au motif qu’elle ne représente pas les congolais, pourquoi le collectif de l’opposition et la société civile présentent en Europe et plus précisement en France ne peuvent pas déposer une plainte contre ce voleur au nom de tous les congolais puisqu’une telle initiative venue de Brazzaville est synonyme d’arrêt de mort par le sanguinaire. Nous n’avions pas fini de pleurer Bruno Ossebi pour son patriotisme.

    La seuxième chose est que la situation du Congo reste militaire et non les urnes. Sassou ne continue à narguer et à ridiculiser tout le congo que parce qu’il a sa milice et des généraux corrompus.
    C’est pourquoi, je suis de ceux qui croient qu’il faille pousser Mokoko à se présenter à cette éléction à la seule et une condition que toute l’oppsotion le soutienne après qu’il est accepté qu’il y a une transition pour revenir aux acquis de la CNS pour remettre le pays sur le chemin de la démocratie.

    Si Mokoko est candidat, l’armée sera divisée car les militaires formés d’une manière régulière n’acceptent plus d’être ridiculisés par les cobras et les miliciens pour la plupart étrangers de la RDC, de la Centafrique, du Ruanda et du Tchad.
    Outre celà, les cobras qui se sont battus en 1997 pour chasser Lissouba du pouvoir au motif que c’était leur pouvoir ont vite déchanté et assistent à l’enrichissement de sassou et son clan pendant qu’ils continuent à s’appauvrir.

    C’est dire que quoiqu’on le pense, le nord du congo n’est pas derrière sassou et tout le cinéma fait à téle/ sassou/ pct n’est que du bruff, il suffira qu’on leur oppose les mêmes méthodes que sassou utilise, tous vont se terrer.

    Et pour en arriver là, je suis d’accord avec le fils du pays, il ya que les armes et non les urnes déjà bourrées par sassou et Mboulou qui affranchiront le peuple congolais, même si celà doit faire des dégats, on repartira toujours à moinq d’accepter que sassou devienne monarque du congo.

  8. OYESSI dit :

    Encore des coquille: lire ….tenir au courant des folies et non de folies…. le collectif de l’opposition la société civile présents et non presentent….à moins d’accepter que sassou …et non à moinq…
    Merci

  9. Revelino dit :

    Je ne tiens pas à m’étendre sur le sujet développé par Ossebi. J’ai mal au coeur à chaque fois que je lis tout ce qu’il met à notre disposition sur le Congo. ça me donne des envies de …

    Jamais ce pays va se libérer par les urnes. Plus le temps passe, plus je donne raison au « fils du pays ». Ce pays ne pourra se libérer que par les armes. Je n’en peux plus de ce désordre et de voir tout un peuple humilié par un sanguinaire fou. Jamais alors jamais on a vu un homme aussi intrinsèquement mauvais.

    Je n’en peux plus de lire de telles choses. J’ai mal pour mon pays, j’ai mal pour les congolais sur place qui sont pris en otage par un sanguinaire fou. Nous sommes aussi pris en otage par un sanguinaire fou bien que plusieurs d’entre nous vivant à l’étranger. Ce n’est plus acceptable. ça devient insupportable. Rien qu’à l’idée de penser que ce monsieur pourra encore à la tête du pays, même de façon frauduleuse, me donne des ulcères.

    Il faut que le Congo s’en débarrasse. On doit l’extirper du pays car c’est mal qui gangrène tous les congolais et qui empêche d’être en bonne santé aussi bien physique que mentale. Ce monsieur est le cancer qui colle à la peau de tout un peuple.

  10. Anonyme dit :

    Bien dit, je pense la même chose que vous

  11. macktchicaya dit :

    CHER OSSEBI le temps presse il faut plutôt s’armer de courage et de perspicacité de manière que la plainte venant des opposant de la diaspora s’achemine vers la cpi contre ce pouvoir mafieux de Brazzaville,,,,,j’ose estimer que le temps est arrivé que les assises et les autres portent plainte partout à la Haye et au niveau de l’ONU,,,ne compter pas sur l’ U.A ce sont tous des complice du déterminisme absolu de la destruction de l’Afrique.

  12. macktchicaya dit :

     » des opposants,,,,,,,,des complices,,,, »

  13. Anonyme dit :

    LA FIN EST LA TOUS LES TOITS SONT OUVERTS DIEU VOIT TOUT DANS TOUT ESPOIR

Laisser un commentaire