LA LEÇON SUD-AFRICAINE: L’INTÉRÊT NARGUE OU PRIME SUR LE SENTIMENT RACIAL ET TRIBAL. Par Bankounda-Mpele

2016-08-03t113859z_6511744_s1betthobzaa_rtrmadp_3_safrica-election_0
Ceux qui observent avec attention la vie politique en Afrique du Sud, et par comparaison avec les pratiques politiques en Afrique au sud du Sahara, se sont forcément demandés, à un certain moment, quelle serait l’évolution politique de l’Afrique du sud sans Mandela, et surtout face à la question raciale.

Au nom de la ‘race noire’, et de l’apartheid dont ils ont longtemps et violemment été victimes, les noirs maintiendront-ils indéfiniment l’hégémonie politique de l’ANC quels que soient les comportements, les frasques de ses dirigeants ou, au contraire, et objectivement, ils en tireraient les leçons! Plus clairement, et trivialement, au nom de la race, du lien subjectif endurci par l’histoire, les noirs sacrifieraient-ils leurs intérêts objectifs, leurs intérêts de tous les jours, au nom exclusif d’un pouvoir noir, face aux inévitables dégénérescences de tout pouvoir, quels que soient les lieux, temps et contexte!

L’on sait, et Monseigneur Desmond Toutou l’a longtemps dénoncé, du vivant même de Mandela, que les héritiers politiques de celui-ci, et notamment l’actuel président, s’étaient, à grands pas, convertis dans la corruption, le détournement des ressources publiques et d’autres actes immoraux. La condamnation récente du président Zuma, le 31 mars 2016, par la juridiction constitutionnelle, dans l’affaire dite Nkandla, à rembourser une large partie des 15 millions de dollars d’argent public consacrés à la rénovation de sa résidence privée est, à cet égard, symptomatique. En même temps, la situation socio-économique de la majorité des noirs sud africains, elle, ne s’est pas fondamentalement améliorée, bien au contraire. Et, par des mouvements sociaux réguliers, ceux-ci n’ont cessé de lancer des avertissements au pouvoir noir.

Les dernières élections en Afrique du Sud, les municipales du 3 août dernier, et que tout le monde s’accorde à reconnaître comme un recul, « un revers historique de l’ANC », nous en donnent ici la réponse, et ce n’est qu’un début. Ce recul « est arrivé plus vite et dans des proportions plus fortes que ce qu’on imaginait. C’est un choc pour tout le monde« , estime un analyste politique indépendant, Ralph Mathekga: l’hégémonie de l’ANC est fortement entamée ; dans certaines villes très symboliques l’ANC a même été devancée par l’Alliance Démocratique (DA); ainsi, par exemple, « Dans la capitale Pretoria, où il disposait jusqu’alors d’une solide majorité absolue, c’est l’Alliance démocratique (DA) qui est arrivée en tête avec 43,1% des voix contre 41,2% pour le parti au pouvoir. À Nelson Mandela Bay, sixième métropole du pays qui englobe Port Elizabeth, un bastion de la lutte contre l’apartheid, le camouflet est encore plus grand » ; ouvertement, de nombreux noirs défient l’historique parti de Mandela et promettent pire pour l’avenir. Bref, que l’intérêt objectif et-ou personnel ne peut pas éternellement être sacrifié au nom de l’intérêt racial ou communautaire. Que, contrairement aux manipulations politico-racistes et autres, l’intérêt de Jacob Zuma et d’une certaine élite noire d’Afrique du Sud n’est pas forcément celui de la majorité des Noirs de ce pays.

C’est là, et par prémonition, une réalité, une vérité et l’avenir de l’ensemble de l’Afrique des tribus qui viennent d’être publiquement dévoilés, et que les potentats africains se sont toujours arrangés de cacher, de manipuler, de retarder auprès de leurs concitoyens, en ramenant toujours, et cyniquement, la vie politique nationale à la vieille, imbécile et machiavélique équation tribale, régionale ou nord-sud. A cela, rien de nouveau que les gens avertis ou simplement honnêtes n’aient compris depuis longtemps. Une situation que, de toutes façons, les Africains au sud du Sahara eux-mêmes auraient éclairci ou ‘crevé’ depuis longtemps si, comme on le sait, les processus électoraux n’étaient pas manipulés ou détournés, que les mandats ou exercices électoraux avaient été reproduits de façon régulière, ou que certains dirigeants de mauvaise foi ne s’étaient pas empressés, volontairement et par calcul, de tirer des conclusions hâtives et étouffer ainsi la démocratie initialisée.

Puisse cette séquence sud-africaine, intervenant après plusieurs exercices et mandats électoraux, accélérer la prise de conscience de la vraie et principale donne politique dans les pays africains ? Et, ce n’est certainement pas parce que l’Alliance Démocratique est dirigée par un Noir que les Sud africains se sont orientés vers ce dernier parti. La séquence assène, ou rappelle, une véritable leçon aux dirigeants sud africains et, partant, à certaines élites africaines, aux africains tout court, que LES CITOYENS, QUELS QUE SOIENT LES DÉFAUTS DONT ON LES AFFUBLENT, ET QUI NE SONT EN VÉRITÉ QUE FAUSSES PRÉSOMPTIONS, SONT CAPABLES, AU BOUT DE QUELQUES EXERCICES, DE PRÉFÉRER UN CANDIDAT D’UNE AUTRE TRIBU, D’UNE AUTRE ‘RACE’, ET PEUT-ÊTRE MÊME UN ÉTRANGER N’EUT-ÉTÉ LES LIMITES JURIDIQUES, QUAND LEURS DROITS ET INTÉRÊTS INTRINSÈQUES SONT SOUVENT BAFOUÉS, OU QUE LES DIRIGEANTS QU’ILS ONT ÉLU SE COMPORTENT, COMME AU CONGO NOTAMMENT, EN VILS TRUANDS DÉCOMPLEXÉS…

Contre cette assertion, il ne manquera pas, comme de coutume, des fondamentalistes tribaux, des intégristes du sentiment tribal ou régional, ceux-là qui, de façon utilitaire ou naïve, ont fait de la tribu leur fond de commerce politique pour masquer leurs réelles ambitions, leur incurie ou leurs projets, et dire que l’Afrique du sud n’est pas représentative à cet égard de l’ensemble de l’Afrique noire. Sans justifications empiriques pertinentes bien entendu, et toujours sur un cas (ou exercice), et donc de façon précipitée, prématurée ou anticipée. Il reste qu’outre que la pratique et l’expérience démocratique seules, progressivement pensées et adaptées, offrent une issue honorable à cette infernale question, la dictature au contraire, et de façon certaine, par les exploitations et manipulations auxquelles elle donne lieu sans permettre leur sanction, ne peut que l’aiguiser, l’enraciner.

Dans beaucoup de pays d’Afrique encore, en Afrique centrale francophone tout particulièrement, ne perdurent que les dictatures tandis que les régimes issus clairement du choix des urnes ne survivent jamais1. Ainsi, les démocraties initiées sont souvent, pour des raisons fallacieuses, étouffées avant que l’alternance, critère majeur d’appréciation de la bonne marche d’une démocratie en rodage, ne soit consolidée. Il en a été le cas notamment au Congo-Brazzaville et en Centrafrique.

Et, à propos de l’épisode sud-africain qui a servi de prétexte d’analyse ici, on peut légitimement craindre que le gaffeur-sulfureux-président Zuma, qui partage largement les (anti) valeurs de ses homologues africains, – et qui, en cela, a fait perdre à l’Afrique du Sud, le leadership qu’elle aurait pu jouer dans la consolidation des valeurs démocratiques dans le continent –, sous le couvert de son insolite discours-appel à l’unité nationale consécutif à la proclamation des résultats, cachait par ce biais, en réalité, un appel du pied au vote traditionnellement racial des noirs dont il n’est pas sûr qu’il soit, dans l’avenir, parfaitement suivi par les noirs sud-africains.

Il n’est, en définitive, pas une mauvaise chose que la nouvelle Afrique du Sud initiée au début des années 90, qui n’a toujours pas connu d’alternance démocratique depuis l’avènement de l’ANC au pouvoir en 1994, amorce ainsi, dans la perspective de son développement politique, son changement progressif autrement que par le lien naturel, primaire et subjectif qui est celui de ‘la race’, et que symbolise l’ANC. Un lien dont on sait, qu’entretenu, resterait potentiellement dangereux et constituerait un obstacle aux valeurs de transparence, d’objectivité et d’égalité qu’exigent la cohabitation, l’unité, la démocratie et, tout simplement, la survie de la nation sud-africaine.

Félix BANKOUNDA MPELE

Juriste et diplômé de sciences politiques

Source Médiapart, 12 août 2016

1Cf. notamment Jean-Marc Essono, L’impossible alternance au pouvoir en Afrique centrale, Paris, L’harmattan, 2010 ; Bédi Yves Stanislas ETEKOU, L’alternance démocratique dans les États d’Afrique Francophone, Thèse, Paris-Est, 2013

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à LA LEÇON SUD-AFRICAINE: L’INTÉRÊT NARGUE OU PRIME SUR LE SENTIMENT RACIAL ET TRIBAL. Par Bankounda-Mpele

  1. SI LA FRANCE QUITTE LE CONGO, SA SERA LE DEBUT DE LA PAIX ET LA PROSPERITE dit :

    Que veux tu dire par la, au moins les noirs sud africains ont lutes pour mettre fin apartheid. Et toi veux tu vivre toute ta vie esclave de la France?
    Est tu français?
    Sassou n’est qu’une autoroute pour la France, le départ de sassou marquera le départ de la France, cela signifie l’indépendance du Congo, la fin de l’esclavagisme français. La richesse congolaise apporte plus de 45% dans l’économie française.
    Le Congo n’a pas besoin de la France, il y a bien des pays que le Congo peut Travailler avec pour assurer l’avenir de nos progénitures.
    Mais par contre la France sans le Congo sa sera un désastre.
    L’INDÉPENDANCE N’A PAS DE PRIX, TANT QUE SASSOU ET SON SYSTEM SERA LA NOUS RESTERONS DES ESCLAVES DE LA France
    VIVE LE CONGO INDÉPENDANT

  2. SI LA FRANCE QUITTE LE CONGO, SA SERA LE DEBUT DE LA PAIX ET LA PROSPERITE dit :

    https://www.youtube.com/watch?v=OKKapY_1-TI
    https://www.youtube.com/watch?v=jTELI7KsFr8

    CECI N’A PAS EMPÊCHÉ LES SUD AFRICAINS D’ATTEINDRE LEURS OBJECTIF
    L’INDÉPENDANCE N’A PAS DE PRIX
    LE CONGO PLUS DE 600 ANS SOUS LA DOMINATION DE LA FRANCE

    QUI EST SASSOU? L’AUTOROUTE DE LA FRANCE

    https://www.youtube.com/watch?v=f69837RFAGI
    https://www.youtube.com/watch?v=kuHUPVL954Y

    JUSQU’A QUAND ALLONS NOUS VIVRE CECI ?

  3. mwangou dit :

    Ce post est intellectuellement positivant. On ne peut que s’en réjouir. mais on verra…

  4. mwangou dit :

    A Oyessi… j’ai fait une proposition ; je voudrais tenter de communiquer direct avec Oyessi… Au webmaster de lui transmettre mon adresse mail, en lui posant bien sur la question…

  5. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère MPELE,

    Le contenu de ton Article est comme ressemble à quelqu’un qui reproche à la France et à DE GAULLE d’avoir lutter pour la Libération de Paris occupé par l’Allemagne et HITLER.

    Le contenu de ton Article ressemble aussi à quelqu’un qui se dit que « après SASSOU NGUESSO », le KO.

    Le contenu de ton Article est l’image de quelqu’un qui reproche aux 13 Etats Américains d’avoir obtenu leur Indépendance des Anglais.

    Mon très cher frère MPELE,

    Il y a certainement un fait important que tu ignores.

    En effet l’Indépendance de l’Afrique du SUD en 1961 est conduite par les Blancs et non pas par les Noirs.

    Il faut donc retenir, qu’il se passe en Afrique du SUD en 1961, ce qui s’était passé en Amérique en 1776.

    Aujourd’hui, le Trésor Sud-Africain est entre les Mains des Blancs c’est le compromis qui avait été trouvé entre Mandéla et les Blancs.

    Oui, l’Indépendance est là.

    Mais l’Indépendance de Qui envers Qui ?

    En 1961, se sont les Boers qui avaient décidé de se séparer des Anglais et Hollandais et ensuite est arrivé la lutte pour la liberté des Noirs envers ces Boers.

    Cette Libération, est-elle là ?

    Voilà quelque contradiction que j’ai relever de ton Article.

    Pour terminer, j’ai bien compris le fond de ta pensée mon très cher frère « MPELE ».

  6. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère « MPELE »,

    La corruption OUI.

    Mais il y a et surtout celui qui tient le Trésor c’est-à-dire FOUQUET.

    A Brazzaville, il y a la corruption, mais le comme le Trésor est à Paris, alors pour l’heure c’est Paris qui le Pouvoir jusqu’à l’Indépendance.

    Bref, les Noirs ne sont pas encore Libre en Afrique du SUD.

    Bref, le Congo-Brazzaville n’est pas encore libre les textes signés sont clairs à ce sujet.

  7. VAL DE NANTES , dit :

    Pour l’instant ne nous fourguons pas dans les comparaisons analytiques .Le CONGO vaut bien une messe dont il va bien falloir diagnostiquer les symptômes , et proposer des remèdes de cheval.
    FELIX doit nous soumettre à discussion , des posts traitant de la question purement congolaise car il en va , de notre concentration , tant il y a à boire et à manger concernant le cas du CONGO.

  8. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon cher « VAL DE NANTES »,

    Là je suis d’avis avec toi.

  9. Robert POATY PANGOU dit :

    ERRATUM

    Lire : j’ai « relevé » et non pas j’ai « relever ». Merci

  10. le fils du pays dit :

    L’Afrique du Sud,ce qui se passe n’est que le resultat d’une revolution inachevee avec a sa tete les hommes de moralite douteuse(un grand prostitute de la politique) comme Mr Zuma.Mr Zuma un grand fossoyeur contrairement a Tabo Mbeki,l’homme qui a une autre vision pour l’Afrique du Sud et le reste du continent.

  11. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère « le fils du pays »,

    Ce que vous dites dans notre phrase que voici :

    « L’Afrique du Sud,ce qui se passe n’est que le resultat d’une revolution inachevee » ; est ce que nous devons tous retenir de cette Afrique du SUD.

    Le Vrai Pouvoir de l’Afrique du SUD est conservé dans les mains des Boers.

    Les Noirs n’ont acquis que la liberté de Parler, d’Aller et Venir. Tout le reste est dans les mains des Boers.

  12. le fils du pays dit :

    @Mr Poaty Pangou,vous avez raison.
    Mr Mandela et ses compagnons ont été trompes une fois de plus par les blancs.
    C’est la meme escroquerie de Charles de Gaulle avec les fameuses indépendances qui n’ont que nom.Le peuple noir doit tirer les leçons de tous ses échecs et repenser une autre approche très efficace pour sa veritable liberation.

  13. OYESSI dit :

    @ Mon frère Mwangou,

    J’ai lu votre proposition adresser au webmaster afin de nous communiquer directement. Je te dirai comment on va se rencontrer d’ici là. Pour le moment, je suis hors de Brazzaville jusqu’à fin septembre pour des raisons familiales. On faut qu’on se parle entre frères.

    Pour ce qui est de la leçon sud Africaine, c’est un peuple qui a beaucoup lutté et qui n’entends pas au nom de la race noire se faire marcher sur les pieds par une bande de vouyous comme Zuma incapable de bien comprendre la lutte de Mandela et ses amis.

    Dans ce pays que j’ai eu la chance de visiter et d’y rester plus d’un mois, il n’ ya ni sud ni nord. La cause du noir est commune même s’il y a eu des connards chez les zoulous qui ont boycotté à chaque fois la lutte pour comprendre par la suite qu’ils faisaient fauuse route.

    Tout ce qu’ils demandent, c’est leur bien être d’où qu’il vienne, du noir ou du blanc, pourvu qu’ils ont leur compte mais les emmerder au motif que tu es noir et que tu seras supporter est une attitude qu’ils refusent parce qu’ils ont trop soufferts de injustices des blancs. Ils ne sont donc pas prêts à accepter celui des noirs comme eux après tant de sacrifices.

    Au congo, sassou peut maltraiter les congolais, celà ne réveille pas leur conscience et préfèrent se diviser en nord et sud pour que sassou s’y gouffre et leur pisse dessus. Triste

  14. VAL DE NANTES , dit :

    @OYESSI ET MWANGOU félicitations pour cette initiative de portée nationale .SASSOU devrait s’en inspirer …D’autres suivront ;; BRAVO …

  15. OYESSI dit :

    @ VAL DE NANTES , tu peux compter sur moi Je me verrai mon frère Mwangou bientôt, peut être même avant fin septembre. Je saurai comment faire pour rentrer en contact avec lui et il sera surement surpris de la manière dont il sera contacter par moi puisque M.8% nous suit au pas tous les jours, nous qui sommes restés au village de Brazzaville. Mais il perds son temps.

  16. SI LA FRANCE QUITTE LE CONGO, SA SERA LE DEBUT DE LA PAIX ET LA PROSPERITE dit :

    Ce n’est pas la diversité des coutumes au Congo qui pose problème.
    MAIS C’EST LE FAIT QUE LE COLONISATEUR QUI N’EST RIEN D’AUTRE QUE LA France N’A PAS ÉVOLUÉ. LA France EST RESTÉE AU 18ème SIÈCLE, C’EST-À-DIRE BÂTIR SON ÉCONOMIE SUR LES COLONIES. SANS UNIQUEMENT LE PÉTROLE CONGOLAIS LA France TOMBE AU 16ème RANG MONDIALE. DE CE FAIT LA France MAINTIENT LE CONGO COMME SA PROPRIÉTÉ PRIVÉE. DONT LES HABITANTS N’ONT AUCUN DROIT.
    La France utilise la politique de diviser pour mieux régner en passant par l’utilisation de la minorité notamment les mbochis.
    Sassou a déjà tué des centaines des congolais su de tout le monde, mais aucune réaction, le droit de veto français travaille.
    La richesse congolaise contribue a plus de 45% dans l’économie française.
    L’indépendance n’a pas de prix, nous devrons lutter pour l’indépendance de notre pays.
    NE NOUS PRENONS PAS A NTSATY MABIALA NI A KOLELOS OU A MOKOKO, LISOUBA …ILS SUCCOMBENT SUR LE POIDS DE LA France.
    REGARDER cette video
    https://www.youtube.com/watch?v=P7vrrYVyN3g
    NOUS DEVRONS NOUS BATTRE SEUL LE PEUPLE LIBÉRERA LE CONGO. TOUTE LA POPULATION CONGOLAISE NE SERA PAS RASÉE AUX DEVANT LE MONDE ENTIER. C’EST LE COURAGE DU PEUPLE QUI PEUT BRAVER LA LÉGION ÉTRANGÈRE FRANÇAISE, SASSOU N’EST QUE L’AUTOROUTE DE LA France.

  17. Pésa_i_mbua_i_mbua_mé_manga dit :

    À Mr BANKOUDA,
    Vous dites:  »Ainsi, les démocraties initiées sont étouffées pour des raisons fallacieuses….avant l’alternance. »
    En disant cela, vous n’avez fait qu’une partie du chemin de votre analyse. Il vous reste à IDENTIFIER de façon EXHAUSTIVE CEUX qui ÉTOUFFENT et les VRAIES (et non les fausses) RAISONS de cet étouffement.
    Je suis partisan de la création de l’Etat du Sud Congo (ESC) non pas par haine des frères et sœurs du Nord, mais par souci de protéger et d’offrir enfin l’opportunité aux Sudistes de s’épanouir et de vivre en paix. Cette aspiration s’est imposée face aux dérives des Nordistes. Des Nordistes incapables de tirer les leçons du passé pour favoriser l’émergence d’un véritable vivre-ensemble harmonieux au Congo. Ils ont manqué l’occasion de réinitialiser tous les compteurs du Congo pour faire bâtir du Nord au Sud et d’Est à l’Ouest enfin LE CONGO avec TOUS les Congolais.
    Ainsi, JE REFUSE d’attendre de voir les Nordistes prendre conscience (jusqu’à quand devrais-je attendre???) de s’éloigner de SASSOU NGUESSO Denis. Je ne suis pas de la trempe de certains Congolais qui en appellent aux Nordistes et attendent d’eux qu’ils condamnent et se désolidarisent de leur mentor. J’AI OPTÉ pour la prise en mains des miens, de leur protection à titre conservatoire en ADHÉRANT et en APPELANT LES MIENS À FORMALISER la division de FAIT Sud/Nord.
    L’autre dimension dans cette quête pour l’instauration d’un espace de paix et propice à l’épanouissement de tous est la question de l’indépendance des Congolais à l’égard de la France. Cette dimension est absente dans votre analyse. D’où, mon interpellation en début de cette réaction. Les Congolais divisés demain en Deux États ou pas, ne pourront jamais s’épanouir en raison des relations qui lient l’entité Congo à la France. Aucune problématique du Congo ne peut trouver solution sans avoir clarifier cet aspect. Là encore les Tenants de la scission du Congo avec les référendums qu’ils proposent sont les seuls à avoir identifiés les vrais nœuds du Congo. Alors, pourquoi évitez-vous d’en parler? Vous qui êtes Juriste de surcroît.

  18. Certes la France à une grande responsabilité dans le maintien de sassou au pouvoir ! Mais la soit disante élites congolaise qui accompagnent sassou dans la démolition du pays , excepté Le général Makoko , Mgr Portella et Alain MaBanckou , contrairement à parfait kolelas, Henry Lopes , Tsaty Mabiala Dzon , Mbéri Martin , Bowao , Kiffoussia ect … Qui privilégient leurs petits confort que les offres Sassou , les congolais sont unanimes sur le problème sassou à plus de 90% ! Nous devons dénoncés tout ces mafieux congolais .

  19. Mark dit :

    Entre Oyessi et Mwangou, J’espère que personne n’est agent de la DST du terroriste de l’Alima. Faites signe de vie après votre rencontre afin de nous rassurer que l’un n’aurait pas kidnappé l’autre. J’encourage cependant votre initiative.

  20. Pésa_i_mbua_i_mbua_mé_manga dit :

    À LIRE ABSOLUMENT!!!
    La réaction des enfants du KOUILOU face à l’arrestation du Colonel Aimé PORTELLA:
    http://independancesudcongo.blogspot.fr/2016/08/aime-portella-jete-en-prison-par-denis.html?m=1

  21. OYESSI dit :

    @ Marck,

    Vous pouvez compter sur moi que je ne suis agent de qui que ce soit. De l’opposition oui. Je l’espère autant pour mon frère Mwangou à qui je fais confiance.

    Si d’aventure, je suis kidnappé ce dont je doute fort, vous serez vite au courant car j’ai des gardes fous qui font que mon absence prolongée de la maison est vite signalée car c’est connu que je suis foncièrement contre le pouvoir clanique du nord depuis le départ de Massambat Débat du pouvoir et l’arrivée de Ngouabi au pouvoir avec son lot de yaka noki noki et ce pour avoir plusieurs fois de faire le jeu du nord en refusant de le servir sur tous les plans.
    Je suis un rebelle même aux yeux de ma femme et mes enfants ainsi que mes parents connaissent de quel bord je me trouve.
    Je vais peut être vous faire rire, mais quand je vais chez moi, je ne voyage que de nuit pour passer la zone d’oyo de nuit parce que je suis énervé de voir une vasière devenir ville par la fait d’un clan pendant que le congo s’enfonce dans la misère. Et quand on me parle du pouvoir du nord et ses nordistes, j’enrage.

    Par contre Mwangou et moi vous avertirons quand nous nous serions vus et çà ne saurait tardé dès que je suis à Brazza, car pour le moment j’en suis hors.

  22. Agent Double dit :

    Ça sent le roussi.
    Télescope.

  23. Mark dit :

    @ OYESSI

    Message récu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.