GABON : Jean Ping candidat unique de l’opposition…belle leçon aux politichiens Congolais !

Le principal opposant pour la présidentielle gabonaise, Jean Ping, entouré de Guy Nzouba Ndama (gauche) et Casimir Oye Mba (droite), lors d'un meeting à Libreville le 16 août 2016

Le principal opposant pour la présidentielle gabonaise, Jean Ping, entouré de Guy Nzouba Ndama (gauche) et Casimir Oye Mba (droite), lors d’un meeting à Libreville le 16 août 2016

Gabon: Jean Ping confiant après le ralliement de deux ténors de l’opposition

Les choses se précisent au Gabon à l’approche de la présidentielle du 27 août. Deux ténors de l’opposition, Guy Nzouba Ndama et Casimir Oyé Mba, retirent leurs candidatures et appellent à voter Jean Ping contre Ali Bongo. L’accord de l’opposition a été officialisé lors d’un meeting à Libreville. L’ancien président de la Commission africaine se dit prêt à affronter le chef de l’Etat dans les urnes.

« Il s’agit de partir ensemble en campagne avec moi comme chef de file », assure Jean Ping. Le candidat de l’opposition insiste sur le fait que la campagne se fait désormais « ensemble ». « Je suis chef de file parce qu’il faut un général. Et le général ne va pas seul dans une bataille comme celle-là. Il y va avec ses coéquipiers », ajoute-t-il.

Concernant la nature de l’accord signé avec Casimir Oyé Mba et Guy Nzouba Ndama, Jean Ping reste vague. « Vous allez connaître les détails de cet accord, promet-il. Cet accord est un accord qui nous permet d’aller en campagne, d’envisager tout le déroulement, avant, pendant et après. »

L’ancien président de la Commission de l’Union africaine s’est aussi montré serein quant à l’issue de la présidentielle du 27 août. « Quel que soit celui qu’on aurait pris à la tête de cette coalition, il aurait gagné, parce qu’Ali [Bongo] ne peut pas gagner, martèle l’opposant. Il ne va gagner qu’avec la fraude, mais nous l’attendons au tournant. Il a d’ailleurs déjà proclamé qu’il gagnera avec 53% des voix ! Tout le monde le sait ! Et nous savons qu’il a des procès verbaux déjà préparés. La stratégie, c’est de le battre, de protéger nos urnes, nos résultats, d’avoir des brigades anti-fraudes, de veiller à tout. Et nous allons le coincer par tous les moyens. » Lire la suite sur RFI

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Monde. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

57 réponses à GABON : Jean Ping candidat unique de l’opposition…belle leçon aux politichiens Congolais !

  1. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    A Brazzaville en 1992:

    En Juillet 1992 il y avait près de 10 Candidats.

    2 sont allés au deuxième tour.

    1 a été élu.

    Aux USA comme en France il n’y a jamais un seul candidat face au sortant.

  2. Anonyme dit :

    A ADADA SI TU ES GARCON DANS TON PANTALON, POSTULES POUR L’UA AU LIEU DE AU LIEU D’ESPIONNER NOS ENFANTS A PARIS!!!

    Quelle bassesse!
    HENRI LOPES NE SE RABAISSAIT PAS A JOUER LES INDICS….

  3. Enjeux éducatifs sur un réseau global dit :

    MR 8% EST DICTATEUR OU A CONFISQUÉ LE CONGO BRAZZAVILLE DEPUIS 11.863 JOURS A NOS JOURS

  4. OYESSI dit :

    C’est toujours une bonne nouvelle d’entendre que deux ainés ont mis leur égo de côté et se sont mis d’accord pour laisser à un petit frère le soin d’aller au combat.

    Sauf qu’en face d’ Ali, il reste encore huit candidats et le vote au Gabon n’est pas différent de celui du congo axé sur les départements donc sur un repli éthnique. De ce que je connais du Gabon où je suis resté 14 ans durant,

    Guy Nzouba Ndama est natif de l’Ogooué Lolo lieu de naissance du PDG. D’éthnie Pouvi,et au pouvoir depuis longtemps, il n’a rien fait dans sa province. Mieux, c’est lui qui a soutenu Ali en 2009 sachant qu’il avait une situation de filiation douteuse et avait été battu par Mba Obame. Beaucoup de Gabonais le lui reproche quand ils savent aussi qu’ Ali Bongo a passé beaucoup de choses au parlement que les Gabonais remettent en cause quand il est président de l’Assemblée Nationale.
    Son deal avec Ali était que celui ci lui passât la main en 2016 lors de la désignation du candidat PDG à cette éléction. Ali n’a pas attendu que le congrès se réunisse pour désigner ce candidat. Il a brûlé la politesse et s’est autoproclamé candidat à Port Gentil passant outre les statuts du PDG d’où conflit entre Ali et Nzouba Ndama jusqu’à ce qu’il quitte avec fracas le perchoir de l’Assemblée Nationale. Il n’a pas un électorat assez conséquent pour apporter à Ping

    Le PDG a beaucoup de cadres au gouvernement qui vont se battre jusqu’au bout pour lui barrer la route. Le Ministre de l’Intérieur est de cette province et il a déjà déclaré que tant qu’il sera là, Ali Bongo ne sera pas battu. Déjà le fichier éléctoral fait grand débat où des villages de 50 habitants au recensement officiel se retrouvent avec 100 à 300 électeurs. C’est dire que le ton est donné depuis pour nommer Ali président puisqu’il a promis battre les autres chaos.

    Quant à Casimir Oyé Mba, natif de l’Estuaire dans le district de Ntoum à quelques kilomètres de Libreville, et d’éthnie FANG , la plus nombreuse du Gabon, c’est un technocrate qui n’est pas trop politique. En 2009, candidat à l’élection présidentielle, il a abandonné son électorat deux jours avant le vote arguant que les élections étaient mal organisées. Pour avoir été premier ministre, donc comptable en partie des malheurs des Gabonais, il n’a vraiment pas la côte qui vole haut.

    Pour moi, leur ralliement à Ping apportera plus un effet psychologique sur l’électorat de l’opposition déjà acquis à la cause du changement. Il faut maintenant le transformer par un effet d’entrainement dans l’électorat encore hésitant parce que dans le subconscient sociologique des masses, ce genre d’annonce crée toujours un déclic qui fait douter même ceux des électeurs qui pensaient voter Ali Bongo.
    Ping et les autres arriveront ils à le concrétiser? Attendons de voir après le 27 Août quand les urnes auraont parler.

    Mais à bien voir comment se passent les élections dans notre sous région de la CEMAC, je crains fort que les méthodes sassou ne fassent école. Déjà Ali Bongo a fait un tours à Oyo, laboratoire de la combine. Qui vous dit qu’Ali Bongo n’a pas été prendre la copie de ce qui s’est passé au congo. Au Tchad, Idriss Itno Deby l’a appliquée et çà a marché, pourquoi çà ne marchera pas au Gabon où Ali Bongo a toute l’administration d’organisation des élections sous sa botte sans compter que la Cour Constitutionnelle est dirigée par sa belle mère pour avoir fait deux mouflets avec Bongo père.
    Elle est réputée être Madame irrecevabilité dans toutes les requêtes de l’opposition.

  5. BURKINI dit :

    @ RPP,

    Pour nuancer ton propos, sache qu’au Gabon, il n’ y aura qu’un tour à cette élection présidentielle, ce qui est différent de la configuration congolaise de 1992. Alors, avant de s’exprimer, vous ferez mieux de vous renseigner avant.
    Au Congo, si le but était de faire partir Sassou, comme actuellement au Gabon pour Ali Bongo, l’opposition congolaise aurait dû choisir un candidat unique, et la situation commande aujourd’hui, qu’il n’y est qu’un seul chef de file de l’opposition, c’est à dire, celui qui peut transcender les clivages ethniques.
    Lorsque les Congolais l’auront compris, soutenue par la France ou pas, Monsieur 8% tombera !

  6. Mark dit :

    La date du deuxième tour de l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville n’était jamais publiée sur le calendrier électoral. Cela veut dire la victoire du terroriste d’OYO était acquise d’avance. Il fallait être dupe pour ne pas comprendre cette mafia. Le cancre s’était auto proclamé président dès le premier tour. C’est pour dire même si l’opposition avait présenté un candidat unique, l’homme de l’Alima n’allait pas céder son pouvoir. Bien que candidat unique de l’opposition, Jean Ping ne sera pas le futur président du Gabon. Il sera victime de la mafia de Bongo et la France. La RDC a 50% de chances de se debarrasser de Kabila. Les congolais de la RDC sont plus patriotiques que leurs cancres voisins de Brazzaville. Le congolais de Brazzaville est prêt à commercialiser le sexe de sa fille ou celui de sa femme à Sassou pour recevoir un petit poste en retour. Je me demande où est le cancre Mberi Martin qui croyait séduire Sassou.

  7. OYESSI dit :

    @ March,

    Je valide, au Gabon les dés sont pipés. Allez à Gabonreviews.com, pour mieux suivre ce que pensent les Gabonais.

  8. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon cher  » BURKUNI »,

    Le Gabon, je connais. En 2008 à Bordeaux, j’ai été avec mes amis Gabonais pendant toute la campagne électorale .

    J’ai été avec eux à Paris lors de la réception offerte par Bongo.

    La Constitution du Gabon, je l’ai lu donc je connais.

    Pour être Candidat, il suffit de remplir les conditions.

    Le nombre de candidat n’a aucune importance.

    Seuls comptent, les critères pour être élu.

    Les électeurs seuls savent ce qu’ils ont à faire.

    Le candidat unique à souvent des conséquences négatives sur la mobilisation des électeurs .

    Les électeurs ne sont pas des « moutons ».

    NB : Sans Indépendance, le Gabon tout comme le Tchad, la Centrafrique et le Congo, ne sont pas libres.

    Et si ce retrait était synonyme d’un signal ?

  9. Mode Cheval dit :

    Que devient aujourd’hui, (17 août 2016), le conseiller spécial de Sassou, Jean Marie Michel Mokoko? Est-il encore en prison? Au fait, combien de votes avait-il réellement obtenus au nord du pays, chez lui, à la présidentielle des barbares?

  10. OYESSI dit :

    @ RPP,

    Mon cher frère,

    « Le Gabon, je connais. En 2008 à Bordeaux, j’ai été avec mes amis Gabonais pendant toute la campagne électorale »

    « J’ai été avec eux à Paris lors de la réception offerte par Bongo »

    Quand on a été que dans les milieux du pouvoir, c’est difficile d’avoir une autre lecture des évènements si ce n’est celle du pouvoir. Beaucoup d’entres nous sont toujours éblouis par les fastes du pouvoir surtout quand on a sa soeur mariée à un président.

    Le Gabon ne s’arrête pas à la présidence ou dans les receptions pour le connaître. Quelles villes du Gabon ou quel département vous aviez visité et pendant combien de temps pour prétendre connaître le Gabon.

  11. OYESSI dit :

    @ Mon cher frère Mode Cheval,

    « Au fait, combien de votes avait-il réellement obtenus au nord du pays, chez lui » Il s’agit ici de Mokoko.
    Je me suis toujours posé cette question récurrente pour qu’on sache exactement l’ordre réel d’arrivée dans cette élection, mais cette question est devenue taboue au motif que C’est SASSOU qui est 1er, KOLELAS 2er, MOKOKO 3er selon le compte de Bouka, en parler signifie qu’on
    vaudrait chercher des histoires pour rien.

    Du coup ces résultats sont devenus une affaire de ping pong. Boawo n’ayant communiqué que les résultats 80% des candidats de l’opposition parceque ceux du nord ne lui étaient pas parvenus entièrement parce que sassou et son PCT avaient réquisitionné les urnes et partant les résultats.

    Je connais par exemple le cas de Boundji où sassou était laminé au point où les cadres de ce coin, ADADA en premier voyant leur poste être mis en question avaient purement et simplement réquisitioné toutes les urnes parce que leur champion faisait piètre figure.

    Pour le compte de Mokoko, ces voix comme beaucoup au nord n’ont jamais été comptabilisées. A Makoua, Ngouabi qui a voulu s’opposer à ce diktat est aujourd’hui en prison.

    C’est dire que cette affaire de voix de Mokoko au nord arrange certains dans l’opposition et fâche le candidat sassou et le pct qui n’ont pu réunir 8% sur l’ensemble du pays. Si le decompte était fait comme dans les pays à démocratie, je paris que nous aurions eu l’alternance au congo.

    Comme c’est vous qui posez la question, peut être que vous aurez une reponse. Je sais que d’aucuns vous repondront que ce n’est plus le moment de parler des chiffres oubliant justement pourquoi nous en sommes aujourd’hui à parler de M.8% si ce n’est parceque la victoire a été volé aux forces du changement.
    Et quand j’entends des gens entre autre MOKOKO parler du dialogue inclusif sans d’abord poser au préalable comme condition le recomptage des voix sorties des urnes et leur proclamation, je me dis que M.8% a des beaux jours devant lui car ne pas revenir au point du conflit signifie implicitement que M.8% est reconnu comme président.

  12. VAL DE NANTES , dit :

    L’influence maléfique de SASSOU sur ses opposants réceptifs aux nguiris , ne permet pas d’idéaliser un électron monocolore à une bataille présidentielle .
    Le Gabon , nous prouve qu’une fois de plus que nous avons beau être bantou , nos comportements politiques différent .;;
    Certains peuples sont plus animés par la rationalité politique que par le bricolage des ego, souvent dotés d’un ersatz ethnique .
    La monétisation des tribus , lors de ces élections présidentielles , est l’un des premiers facteurs de motivation à participer à cette élection .
    TSATOU MABIALA , n ‘a pas hésité à monnayer ces électeurs , pour se construire une vie sociale
    à l’abri des soucis financiers .
    La classe politique congolaise est aux années lumière des autres classes politique de la sous région .
    SASSOU exerce un magistère mental à ce personnel politique défaillant .;;;
    D’où la détermination des enfants de la diaspora , à jouer leur propre jeu politique , et nous en avons assez de cette procuration politique .

  13. Anonyme dit :

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS DISONS QUE L’AFRICAIN N’EST PAS ENCORE ENTRÉ DANS L’HISTOIRE HUMAINE. VOUS VOUS COMPORTEZ TOUJOURS COMME DES PRIMITIFS ET DES SAUVAGES. LES AFRICAINS RÉFLÉCHISSENT LENTEMENT ET SONT INCAPABLES DE CONSTRUIRE EUX-MÊMES LEURS PAYS ET LEUR CONTINENT. EN EFFET, LE CERVEAU DES ÉLITES ET DIRIGEANTS AFRICAINS SONT GÉRÉS PAR NOUS, EUROPÉENS.

    VOUS AFRICAINS, ARRÊTEZ DE CITER VOS DIPLÔMES ET VOS POLITICIENS QUI NE SERVENT A RIEN SI CE N’EST QUE POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS ET ABRUTIR VOTRE PEUPLE DE SAUVAGES.

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS N’AVONS PAS PEUR DES NOIRS ET DES AFRICAINS BIEN AU CONTRAIRE – NOUS AVONS PEUR QUE DES ASIATIQUES, DES INDIENS ET DES ARABES PARCE QU’ILS ONT AU MOINS UN CERVEAU COMME NOUS ET EN PLUS ILS ONT LE SENS DE LA DIGNITÉ ET DU COURAGE.

    CHERS AFRICAINS, NE VENEZ PAS NOUS POLLUER ICI SUR NOTRE TERRE D’EUROPE OU D’OCCIDENT AVEC VOS PENSÉES PRÉHISTORIQUES, REPARTEZ CHEZ VOUS ET RESTER NOS ESCLAVES CHEZ VOUS PAS ICI, CAR CELA DÉRANGENT CERTAINES SENSIBILITÉS AFRICAINES AFFRANCHIS DU NÉOLITHIQUE AFRICAIN AU XXIE SIECLE.

    REPARTEZ CHEZ VOUS, POINT BARRE

  14. Bulukutu dit :

    [Si le decompte était fait comme dans les pays à démocratie, je paris que nous aurions eu l’alternance au congo]. M. Oyessi, nous savons tous que le préfet-zident a perdu la bataille des urnes, mais cela ne l’empêche pas de s’imposer au nez et à la barbe de ceux qui ont gagné l’élection. Donc, un décompte fait comme dans un pays démocratique n’aurai rien changé, puisque la solution est militaire et l’a toujours été. D’où le plébiscite de Mokoko dans les régions les plus favorables à l’alternance politique, parce que lui aussi est un militaire de haut rang dont on a cru qu’il était le seul capable de tenir tête au prefet-zident. Son aura de militaire général aurait dû agréger une bonne partie de l’armée, mais tout cela c’est du passé.

  15. Mode Cheval dit :

    Oui OYESSI,

    Espérons toujours que l’on finira bien par avoir une réponse nette et sûre, à quelque chose près tout au moins, d’une manière ou d’une autre, tôt ou tard, ne serait-ce que pour les archives et la vraie histoire.

    C’est tout simplement implacable et inadmissible !

  16. Bulukutu dit :

    @ anonyme. Prenez au moins la peine de choisir un pseudonyme et assumer vos propos. Pauvre tâche. C’est quoi cette méduse qui ose s’aventurer, sur la terre ferme? Repart dans ton marigot plein de serpents et ne reviens plus jamais.

  17. Quel est le point commun entre Jean Ping et Ali Bongo? Ils sont tous les deux, les candidats de la France-afrique ou du "Gabon appartient à la France". dit :

    Quel est le point commun entre Jean Ping et Ali Bongo? Ils sont tous les deux, les candidats de la France-afrique ou du « Gabon appartient à la France ».
    Quel est la différence entre Jean Ping et Ali Bongo? Jean Ping est le candidat des réseaux Sassou Nguesso ou de l’ex dictateur du Congo Brazzaville alors que Ali Bongo est l’antithèse de maintien de Sassou Nguesso comme pyromane de la cemac et assassin de son père adoptif « Omar Bongo ».
    Peuple congolais, libérons-nous nous-même, et restructurons nos forces militaires et notre économie (une economie diversifiée et dynamique) et la sous-region aura alors peur et respect de nous congolais de Brazzaville

  18. LES POLÉMISTES PARLENT AUX POLÉMISTES D'AFRIQUE ET D'OCCIDENT dit :

    LA VÉRITÉ BLESSE MAIS LA VÉRITÉ EST-ELLE UNE SCIENCE MATHÉMATIQUE (CQFD)

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS DISONS QUE L’AFRICAIN N’EST PAS ENCORE ENTRÉ DANS L’HISTOIRE HUMAINE. VOUS VOUS COMPORTEZ TOUJOURS COMME DES PRIMITIFS ET DES SAUVAGES. LES AFRICAINS RÉFLÉCHISSENT LENTEMENT ET SONT INCAPABLES DE CONSTRUIRE EUX-MÊMES LEURS PAYS ET LEUR CONTINENT. EN EFFET, LE CERVEAU DES ÉLITES ET DIRIGEANTS AFRICAINS SONT GÉRÉS PAR NOUS, EUROPÉENS.

    VOUS AFRICAINS, ARRÊTEZ DE CITER VOS DIPLÔMES ET VOS POLITICIENS QUI NE SERVENT A RIEN SI CE N’EST QUE POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS ET ABRUTIR VOTRE PEUPLE DE SAUVAGES.

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS N’AVONS PAS PEUR DES NOIRS ET DES AFRICAINS BIEN AU CONTRAIRE – NOUS N’AVONS PEUR QUE DES ASIATIQUES, DES INDIENS ET DES ARABES PARCE QU’ILS ONT AU MOINS UN CERVEAU COMME NOUS ET EN PLUS ILS ONT LE SENS DE LA DIGNITÉ ET DU COURAGE.

    CHERS AFRICAINS, NE VENEZ PAS NOUS POLLUER ICI SUR NOTRE TERRE D’EUROPE OU D’OCCIDENT AVEC VOS PENSÉES PRÉHISTORIQUES, REPARTEZ CHEZ VOUS ET RESTER NOS ESCLAVES CHEZ VOUS PAS ICI, CAR CELA DÉRANGENT CERTAINES SENSIBILITÉS AFRICAINES AFFRANCHIS DU NÉOLITHIQUE AFRICAIN AU XXIE SIECLE.

    CQFD

    REPARTEZ CHEZ VOUS, POINT BARRE

  19. OYESSI dit :

    @ Bulukutu,

    J’aime bien vos raccourcis et vos conclusions toujours hatives. Si le decompte était fait comme dans les pays à démocratie, je paris que nous aurions eu l’alternance au congo. Cette phrase de moi est bien à sa place. Je dis bien dans les pays à démocratie.

    Dans ces pays là, l’armée est républicaine et ne se mêle pas aux histoires politiques. C’est au Congo que l’armée n’est pas républicaine et penser que Mokoko a été soutenu pour arriver au pouvoir parce que c’est un militaire, c’est ne pas connaître comment est struturée notre armée où tout est aux mains du seul Département de la Cuvette plus précisement dans la tribu Mbosi.

    Vous savez que fait sassou quand il voyage? Il fait venir NDENGUET, MOIGNY, OKOI et NYANGA BOUALA chacun son tours et fais croire à chacun d’eux qu’il laisse le pouvoir à chacun d’eux tout en remettant à chacun un nguiris. Derrière lui, tous se surveillent pour voir qui veut faire un coup, résultat personne d’entre eux ne tente quoi que ce soit à son absence et reste tous en contact avec lui pour comptes à rendre.
    Dans un tel dispositif, dites moi commen un Mokoko peut trouver une faille. Ceux qui ont cru que Mokoko pouvait prendre le pouvoir parce que militaire ne connaissait pas comment fonctinne sassou. Mokoko le sait. C’est peut être en celà que les gens ont pensé que Mokoko était l’homme providentiel.

    Et si la solution n’est que militaire, n’allons jamais aux élections et attendons seulement les coups d’état pour s’attendre à ce qui ne sera jamais une alternance. Vous ne savez pas que cette armée est devenue la milice de sassou et s’il ya coup d’état,ce sera un Mbochi qui l’aurait fait et non un Makoua comme Mokoko qui a peut être un aura au sein de l’armée mais qui ne la contrôle pas.

    C’est cette facilité à penser qui ne nous permets plus d’analyser ce que nous devons faire pour arriver à l’alternance. Quand on est perdu en brousse, on ne continue pas d’avancer, il faut revenir au croisement des pistes pour retrouver la chemin du village sinon vous dormez en brousse. C’est du passé qu’il faut s’inspirer pour construire l’avenir sinon, on avancera pas mon cher Bulukutu.

  20. OYESSI dit :

    @ Mode cheval,

    Les archives on s’en fout au congo. Demande aux jeunes aujourd’hui où se trouvait la première case de Brazzaville où logeait le sergent Malamine.
    Qu’il te disent où se trouvait GROSPERIN,la plus belle clinique de Brazzaville. Il n’ y a plus rien en mémoire de la naissance de Brazzaville. C’est même par gène que le Palais des gouverneurs n’est pas rasé et le satde Eboué transformé en parcelle d’habitation.
    Sassou le bâtisseur infatigable n’aime pas ce qui n’a pas été fait sous son règne.

    Quand on a à la tête de la république un instituteur avec niveau 3er, que peut on en tirer, l’histoire, c’est la sienne, le congo n’existe qu’à partir de lui.
    De cette éléction, nous n’aurions que des chiffres tronqués. Ce serait donc une histoire tronquée comme c’est devenu une habitude avec sassou et son pct.

  21. M dit :

    L’opposition congolaise doit rester unie comme au Gabonet tout faire pour mobiliser lew pewuple contre la dictature.Sassou Nguesso, le président autoproclamé, criminel, génocidaire, qui a encore truqué les élections au su du monde entire pour se maintenir au pouvoir et sa clique doivent dégager une fois pour toute, car ils restent un danger permanent pour la paix, développement, démocratie au Congo et la sous région.
    Le tyran du Congo, « Sassou Nguesso et sa bande de tueurs, de voleurs, de cleptocrates,qui, après avoir étalé et mis en pratique leurs cultures faites de pillages et de massacres humains (en coutumes ethno-tribalo-claniques) et la dépravation des moeurs qui, aujourd’hui, sont devenus la référence en vigueur dans le pays comme philosophie et mode de vie, ne peuvent pas changer avec tous les dialogues, appels à la raisons du monde.Avec le tyran Sassou Nguesso au pouvoir et sa clique, rien de bon n’est à attendre pour le peuple congolais. La terreur, les assassinats, arrestations arbitraires vont davantage s’accentuer. Sassou veut réecreér une dangeureuse milice nationale (police municipale) Il entretient des mercenaires venus de de tous les coins. De la centrafrique notamment « Miskine, le dangereux criminel, fort des mercenaires qui l’accompagnent, plus de 1000, est désormais l’adjoint du Général Nianga Ngatsé Mbouala. Tous ces hommes portent l’uniforme congolais de la Garde présidentielle, et les recrutements continuent en RCA jusqu’au Tchad chez les Saras, tribu de Miskine. » Voici encore ici une haute trahison dont l’opposions doit denoncer et exiger le départ sans conditions de Sassou et clan, à l`instars du problème des disparus du Beach, des génocides dans le Pool et de tous autres crimes contre l’hunanité, au lieu de nous parler sans cesse de dialogues stériles, qui ne sont en géneral que de manoeuvres qui trahissent les aspirations du peuple.
    http://zenga-mambu.com/2016/08/08/rehabilitation-de-la-milice-populaire-sous-couvert-de-la-police-municipale
    Pas de négociation avec Sassou et clique qui sont les responsables de la crise politique que connait notre pays. Mobilisons nous pour et mettons en echec « le système présidentialiste pernicieux implanté chez nous et qui risque de continuer à engendrer des Sassou même après Sassou.  »
    http://congo-liberty.com/?p=16205
    Il faut rendre le Congo ingouvenable afin de nous débarasser de la dictature, l’esclavagisme des Sassou.Ne comptons pas sur l’aide venant d’ailleurs:L’aide venant d’ailleurs est verrouillée. »S’il y a un domaine dans lequel le dictateur Sassou-Nguesso est passé maître en la matière, c’est bien dans celui de la corruption et de l’achat des consciences.
    http://www.sukissa.co.uk/?p=19348

  22. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « OYESSI »,

    Je suis fier d’avoir été parmi ceux qui ont ramené la Démocratie à Brazzaville.

    Cette Démocratie a permis d’élire le Premier Président élu au suffrage universel direct, je citerais Pascal LISSOUBA.

    Je suis d’avoir aidé les Matsouanistes à s’inscrire puis voter en 1992.

    Je suis fier d’avoir ce jour là à Kinkala d’avoir posé un acte majeur avec les responsables locaux du MCDDI.

    Acte qui a permis que le recensement soit repris pour le Pool et recensement qui avait été étendu sur l’ensemble du pays.

  23. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon cher « OYESSI »

    Le 15 Janvier 1992, quand l’armée a voulu bloquer le processus démocratique encours, je me suis levé pour défendre cette Démocratie en défendant les Jeunes de Bacongo et Makélékélé qui sans armes avaient dressé les Barricades bloquant ainsi les militaires qui voulaient arrêter le Premier Ministre André MILONGA ce qui aurait mis un terme à la Transition.

    Après avoir agit ainsi et grâce au Pouvoir que j’avais, on peut être fier de soi.

    Le Pouvoir est indispensable quand il faut résoudre les problèmes qui nécessite d’avoir le Pouvoir.

    Avec ce peu de Pouvoir que j’avais, j’ai agit et efficacement.

  24. Lucien Pambou dit :

    le débat politique concernant l ‘opposition congolaise est interessant mais il ne permet pas de comprendre pourquoi les principaux hommes et femmes politiques se comportent ainsi.c ‘est une opposition sans projets sans programmes et sans moyens financiers durables.un autre probleme; l ‘opposition congolaise est elle sufisamment courageuse et autonome pour changer d ‘alliance internationale c ‘est a dire détourner la main tendue qui est celle de tous les hommes francophones vis avis de la France.Qu ‘on me prouve le contraire et que l ‘on démontre que l ‘opposition congolaise est capable d’imagination
    Débattons au fond , nous savons le faire..il y ‘a une constante dans tous les posts sur congo liberty.la tribalisation de la vie politique du congo avec des quartiers identifies de Diata à Mfilou en passant par talangai.je suis triste car le vili que je suis vous voyez comment la tribalisation nous hante a toujours vecu a moukoundji Nguoaka sans problemes et dormant souvent a potal

  25. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon cher « OYESSI »,

    Après notre responsabilité pendant la Transition qui s’était arrêtée le 31 Août 1992, c’est au Président Pascal LISSOUBA et à la « Bande des 4 » qu’il faut demander les comptes.

    On ne s’amuse jamais avec le Pouvoir.

    Le Pouvoir est une prison.

  26. LES POLÉMISTES PARLENT AUX POLÉMISTES D'AFRIQUE ET D'OCCIDENT dit :

    RAPPEL

    LA VÉRITÉ BLESSE MAIS LA VÉRITÉ EST-ELLE UNE SCIENCE MATHÉMATIQUE (CQFD)

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS DISONS QUE L’AFRICAIN N’EST PAS ENCORE ENTRÉ DANS L’HISTOIRE HUMAINE. VOUS VOUS COMPORTEZ TOUJOURS COMME DES PRIMITIFS ET DES SAUVAGES. LES AFRICAINS RÉFLÉCHISSENT LENTEMENT ET SONT INCAPABLES DE CONSTRUIRE EUX-MÊMES LEURS PAYS ET LEUR CONTINENT. EN EFFET, LE CERVEAU DES ÉLITES ET DIRIGEANTS AFRICAINS SONT GÉRÉS PAR NOUS, EUROPÉENS.

    VOUS AFRICAINS, ARRÊTEZ DE CITER VOS DIPLÔMES ET VOS POLITICIENS QUI NE SERVENT A RIEN SI CE N’EST QUE POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS ET ABRUTIR VOTRE PEUPLE DE SAUVAGES.

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS N’AVONS PAS PEUR DES NOIRS ET DES AFRICAINS BIEN AU CONTRAIRE – NOUS N’AVONS PEUR QUE DES ASIATIQUES, DES INDIENS ET DES ARABES PARCE QU’ILS ONT AU MOINS UN CERVEAU COMME NOUS ET EN PLUS ILS ONT LE SENS DE LA DIGNITÉ ET DU COURAGE.

    CHERS AFRICAINS, NE VENEZ PAS NOUS POLLUER ICI SUR NOTRE TERRE D’EUROPE OU D’OCCIDENT AVEC VOS PENSÉES PRÉHISTORIQUES, REPARTEZ CHEZ VOUS ET RESTER NOS ESCLAVES CHEZ VOUS PAS ICI, CAR CELA DÉRANGENT CERTAINES SENSIBILITÉS AFRICAINES AFFRANCHIS DU NÉOLITHIQUE AFRICAIN AU XXIE SIECLE.

    CQFD

    REPARTEZ CHEZ VOUS, POINT BARRE

  27. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très frère « Lucien Pambou »,

    Denis SASSOU NGUESSO, 58 Ans après 1958 repose le problème du « VIVRE-ENSEMBLE ». Ceci veut dire que plus personne ne peut plus condamner la création de l’Etat du SUD CONGO.

    Et à tout cela vient s’ajouter la vérité cachée sur le 15 Août 1960.

    C’est-à-dire que le processus devant conduire le Congo à son Indépendance s’est arrêté en chemin (le 15 Août 1960).

    Cette date n’est qu’une étape de ce processus.

    Processus qui ne s’arrête que après la tenue du Référendum.

    Le Référendum pour l’Indépendance , c’est le Peuple qui valide ou non les Accords de Matignon le 12 Juillet 1960 et conclus à Brazzaville le 15 Août 1960.

    Ce Référendum ne s’étant pas encore tenu, on ne peut pas parler de l’Indépendance du Congo. NON.

    Ainsi, tout pour le « BONGUI » est réuni.

  28. OYESSI dit :

    Mon cher frère RPP,

    Je connais votre parcours politique assez kilométrique. Sans vous le congo ne serait pas devenu ce qu’il est.
    Moi je vous ai posé une question sur le Gabon que vous estimez connaîttre et vous m’embarquez dans vos histoires à dormir debout.
    Ayez quand même le sens de la méthode mon frère RPP pour qu’on avance dans le débat. Si c’est la reponse à mon post, vous êtes hors sujet.

  29. Anonyme dit :

    OYESSI il faut vous habituer, RPP ne répond jamais aux posts qui l’interroge, du moins il y répond comme vous le dites en étant toujours à côté de la plaque ou hors sujet.

  30. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « OYESSI »,

    Vous dites ceci :

    « Quelles villes du Gabon ou quel département vous aviez visité et pendant combien de temps pour prétendre connaître le Gabon ».

    Je vous répond :

    Ali BONGO n’est pas né Gabonais. Mais dirige les Gabonais.

    J’ai été à Libreville. J’ai échangé politique avec des Amis Gabonais.

    Penses-tu que tous les Gabonais connaissent la Constitution du Gabon ?

    Sais-tu qu’il y a gens qui Anglais à Brazzaville alors qu’ils jamais été en Angleterre ?

  31. Robert POATY PANGOU dit :

    ERRATUM

    Lire : Sais-tu qu’il y a des gens qui Anglais à Brazzaville alors qu’ils jamais été en Angleterre ?

  32. DOMINIQUE MAFUETA dit :

    ATTENTION, ATTENTION, ATTENTION, VOUS AVEZ LÀ UN ENSEMBLE DES ANCIENS BARONS DU PDG LE PARTI D’OMAR BONGO. CEPENDANT, D’AUTRES CANDIDATS EXISTENT AU GABON… DE PLUS, AU REGARD DE LA CONFIGURATION ACTUELLE DU GABON, NOUS POUVONS DIRE QUE LES OPPOSANTS ONT FAIT UN GRAND PAS EN AVANT. CEPENDANT, BEAUCOUP RESTE ENCORE À FAIRE, CAR NOUS AVONS DÉJÀ VU AU TCHAD LE PEUPLE VOTÉ D’AUTRES CANDIDATS; AU CONGO-BRAZZAVILLE LE PEUPLE VOTÉ KOLELAS ET MOKOKO; EN RD CONGO LE PEUPLE VOTÉ ETIENNE TSHISEKEDI, AU GABON MÊME LE PEUPLE VOTÉ ANDRÉ MBA OBAME, ETC… MAIS, DANS TOUTES CES SITUATIONS LA COMMISSION ÉLECTORALE SOUMISE À LA DICTATURE, A PUBLIÉ DANS CHAQUE CAS ANNONCÉ, DES RÉSULTATS QUI NE REFLÈTENT NI LA JUSTICE NI LA VÉRITÉ… DONC, LES OPPOSANTS DOIVENT SE BATTRE POUR L’INTÉGRITÉ DE LA STRUCTURE QUI ORGANISE LES ÉLECTIONS. POURTANT, SI L’UNION AFRICAINE SE RESPECTAIT, SI AUSSI LES NATIONS UNIES INSTAURAIENT UN PEU DE JUSTICE, L’AFRIQUE DEVAIT CONNAITRE LA PAIX DURABLE PAR LA POLITIQUE DES SANCTIONS ET DE L’ISOLEMENT DES DICTATEURS….
    PAR AILLEURS, AU CONGO LE SCRUTIN A DEUX TOURS COMME EN FRANCE. CEPENDANT, AU GABON LE SCRUTIN N’A QU’UN SEUL TOUR COMME EN RD CONGO. CELA N’EST PAS DIFFICILE À COMPRENDRE. DE PLUS, AU GABON IL Y A DES CANDIDATS PLUS INTÈGRES QUE TOUS CES ANCIENS BARONS D’OMAR BONGO QUI SONT PROCHES DE LA FRANCAFRIQUE….

  33. Londi dit :

    @Lucien Pambou,

    La légitimité de l’opposition dans une démocratie consiste à conférer à l’opposition le droit à s’organiser, à se réunir, à s’exprimer, à l’accès aux médias (presse, radio, livres, T.V et à accéder au pouvoir dans le cadre d’une élection. Et à faire valoir son programme et surtout à tenter de se faire élire lors d’élection.

    Sous une dictature, Selon la force ou l’intensité de la dictature, tendance à éliminer (tous les degrés sont possibles) toutes les forces d’opposition et de contestation…Tous les moyens sont bons pour arriver à ce résultat. Chaque grande dictature s’est créée des polices secrètes au nom prestigieux, comme les tontons macoutes, le kgb ou la stasi… et inquiétant.

    La dictature la mieux réussie est celle ou règne la paix, le silence, l’apparente unanimité dans l’appui au dictateur…

    Ces 2 paragraphes montrent les limites d’action d’une opposition dans un apys comme le Congo. Je vous ai répondu, dans mon précédent post, sur la faiblesse de l’opposition au Congo. Ce pays a vécu plus de 40 ans sous une dictature dont le monopartisme était la règle. Il n’était point question d’avoir une tête qui dépasse ou une bouche qui tente de la ramener quand le parti avait décidé. Le parti dirige l’état. Dans ces conditions, l’opposition ne pouvait s’exprimer qu’au sein de la diaspora (tiens, cela me rappelle quelque situation) avec la FEANF dont la section AEC représentait et défendait les intérêts du Congo dans ce panafricanisme. Au Congo, avaient droit de cité, l’UJSC, le PCT et aucun autre mouvement n’était toléré. De 1963 à 1991, l’opposition était inexistante au Congo. Pendant toute cette période nous avions évolué sous la dictature du prolétariat dans un pays avec un prolétariat balbutiant. Même si les évènements des 13, 14, 15 août ont vu émerger une protestation syndicale qui a précipité la chute de Youlou. Cet épisode fermé, le syndicalisme a été embrigandé au sein du monopartisme, muselé. Le seul environnement d’enrichissement avéré, au Congo, est le pouvoir ou sa proximité. La classe moyenne au Congo est presque inexistante, passant des plus riches (les oligarches du pouvoir) aux plus pauvres (le peuple), schéma récurrent dans les pays sous-développés.

    L’opposition étant écarté du pouvoir, je parle de la vraie opposition, ne peut amasser assez d’argent pour assurer les moyens de sa lutte parce qu’elle est loin de la manne financière accaparée par le pouvoir et ses acolytes. La classe moyenne étant inexistante, les partis politiques ne peuvent instaurer le système de cotisation pour leurs membres. Dans les démocraties, l’état prévoit une aide aux partis en fonction de leur pourcentage aux élections législatives et présidentielles pour compenser, en partie, les dépenses consenties pendant les campagnes électorales. Au Congo, même s’il y a un semblant de cette aide, elle ne doit pas être mirobolante pour assurer l’indépendance de l’opposition. Ceci explique, en partie, le fait que tout le monde va à la soupe, comme on dit au pays aux « nguiris ». Le petit dictateur en joue d’ailleurs d’où la nécessité pour la diaspora d’épauler cette opposition financièrement. La deuxième problématique tourne autour du premier point que j’ai développé sur la longue durée du monopartisme au Congo. La plupart des dirigeants de l’opposition actuelle ont évolué sous ce système même celles ou ceux qui avaient fait leurs premières armes à l’AEC.

    Une fois, rentrés, le seul choix qui s’offrait à eux était d’intégrer le monopartisme ou de ne pas exister politiquement avec toutes les frustrations que cela comportait. Des réflexes se forgent et se cultivent conformément au contexte. Donc de 1963 à 1991, le cadre congolais, dans la plupart des cas était celui qui allait crier avec tout le monde des slogans du genre « Tout pour le Peuple rien que pour le Peuple » de concert avec le petit dictateur de Brazzaville et le PCT. Il n’y avait pas le choix. les choses étaient ainsi on ne peut leur jeter la pierre. Il fallait survivre dans un environnement politiquement hostile. Heureusement la chute du mur de berlin, le discours de la Baule de Mitterand suivi de la conférence nationale a commencé à voir émergée une opposition, hésitante et balbutiante, essentiellement centrée autour des entités les plus structurées qui avaient échappé à l’embrigandement des partis et encouragées par les requins au pouvoir, l’éthnie. Un problème. La plupart des membres de ces partis avaient, par la force des choses, gravité ou étaient de mèche avec le pouvoir. L’apprentissage de la démocratie est rude, il n’y a qu’à se rappeler de la révolution française. Notre opposition doit s’affranchir, en effet, de la dépendance financière et de l’ethnocentrisme, conditions sine qua non pour réussir notre émancipation politique. En définitive, une opposition dans une dictature d’une indépendance financière qui serait une force déterminante pour le renversement de celle-ci. Point n’est besoin de dire que ce n’est pas l’objectif du pouvoir.

    Dans ces conditions, il ne reste qu’une force, celle d’un peuple déterminé : Le vrai peuple a donc un droit moral de se servir de la force, s’il le faut, pour renverser un système inique et injuste. C’est l’unique moyen à sa disposition pour instaurer la vraie démocratie, la « démocratie populaire… ».
    A propos de nouvelles alliances. Rien ne garantit que la solution se trouve dans le changement des alliances parce que les états ont des comportements rationnels, basés sur les intérêts réciproques. Le salut ne viendra donc que du Peuple.

    Quand nous aurons démontré notre détermination face au petit dictateur de Brazzaville, la communauté internationale commencera à s’intéresser sérieusement à notre sort, pas avant. Les alouettes ne tomberont pas toutes rôties du ciel et puis Rome n’a pas été bâtie en un jour. Nous avons le devoir d’épauler cette opposition qui se construit et évolue contradiction après contradiction.

    Monsieur Pambou, il y a encore du pain sur la planche ! Bonne soirée !

  34. Lilou dit :

    Arrêtez d’insulter l’opposition congolaise qui fait ce qu’elle peut ! Elle n’arrive pas à avoir du poids parce qu’il persiste des collabos au sein de la population, des personnes qui aiment ses petits privilèges etc… Sassou est encore là parce que le peuple n’a pas soif de changement. Un leader qui impact doit être porté par des gens mais si il n’y a personne, que faire ? Je comprends tout à fait l’opposition qui n’est pas des politichiens comme dit l’article n’attendent qu’un peuple déterminé pour se lever or, les congolais n’aiment pas assez son pays pour se lever comme un seul homme et rétablir l’ordre démocratique.
    Maintenant concernant le Gabon, il faut dire que les fameux politichiens en ont inspirés d’autres puisque l’opposition gabonaise fait la même chose en désignant un candidat unique. Maintenant le cas du Gabon et du Congo sont deux choses différentes. L’alternance démocratique dépend du peuple !

  35. Delbar dit :

    Face à un tel régime, il ne peut pas y avoir d’opposition mais une résistance.
    Dès que vous déplaisez et que vous risquez de gêner, c’est la case prison.
    Le Colonel Ntsourou, le Général,Mokoko et biens d’autres en sont des exemples.
    Je ne parle pas des sans grades et inconnus qu’on arrête sans aucun mandat.

    Un ami congolais, dont je suis obligé de taire le nom, me disait  » on ne
    s’oppose pas à la vermine, on l’a détruit .  »
    Je ne partage pas nécessairement cette position car je suis pour la non violence
    mais je peux comprendre ceux qui la partagent.

  36. Delbar dit :

    Lire  » la détruit « 

  37. LES POLÉMISTES PARLENT AUX POLÉMISTES D'AFRIQUE ET D'OCCIDENT dit :

    LA VÉRITÉ BLESSE MAIS LA VÉRITÉ EST-ELLE UNE SCIENCE MATHÉMATIQUE (CQFD)

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS DISONS QUE L’AFRICAIN N’EST PAS ENCORE ENTRÉ DANS L’HISTOIRE HUMAINE. VOUS VOUS COMPORTEZ TOUJOURS COMME DES PRIMITIFS ET DES SAUVAGES. LES AFRICAINS RÉFLÉCHISSENT LENTEMENT ET SONT INCAPABLES DE CONSTRUIRE EUX-MÊMES LEURS PAYS ET LEUR CONTINENT. EN EFFET, LE CERVEAU DES ÉLITES ET DIRIGEANTS AFRICAINS SONT GÉRÉS PAR NOUS, EUROPÉENS.

    VOUS AFRICAINS, ARRÊTEZ DE CITER VOS DIPLÔMES ET VOS POLITICIENS QUI NE SERVENT A RIEN SI CE N’EST QUE POUR DÉFENDRE NOS INTÉRÊTS ET ABRUTIR VOTRE PEUPLE DE SAUVAGES.

    NOUS, EUROPÉENS, NOUS N’AVONS PAS PEUR DES NOIRS ET DES AFRICAINS BIEN AU CONTRAIRE – NOUS N’AVONS PEUR QUE DES ASIATIQUES, DES INDIENS ET DES ARABES PARCE QU’ILS ONT AU MOINS UN CERVEAU COMME NOUS ET EN PLUS ILS ONT LE SENS DE LA DIGNITÉ ET DU COURAGE.

    CHERS AFRICAINS, NE VENEZ PAS NOUS POLLUER ICI SUR NOTRE TERRE D’EUROPE OU D’OCCIDENT AVEC VOS PENSÉES PRÉHISTORIQUES, REPARTEZ CHEZ VOUS ET RESTER NOS ESCLAVES CHEZ VOUS PAS ICI, CAR CELA DÉRANGENT CERTAINES SENSIBILITÉS AFRICAINES AFFRANCHIS DU NÉOLITHIQUE AFRICAIN AU XXIE SIECLE.

    CQFD

    REPARTEZ CHEZ VOUS, POINT BARRE

  38. Lucien Pambou dit :

    A Monsieur Londi,

    Merci pour votre réponse claire et structurée et éminemment marquée par le sceau de l’histoire politique congolaise. C’est ce type de débat posé qu’il nous faut sur ces pages de Congo-Liberty. Il y a des éléments de réponses contradictoires que je peux apporter, mais l’essentiel de votre post est très éclairant et peut être le point de départ d’une réflexion très approfondie sur les institutions et les partis politiques dans notre pays.
    Merci encore Monsieur Londi pour la capacité qui est la votre à élever le débat et à sortir des invectives et des arguties habituelles.
    Merci encore et à très vite pour des commentaires concernant d’autres sujets.

  39. Londi dit :

    @Lucien Pambou, tout le plaisir est pour moi et merci d’avoir pris le temps de lire mon post. A bientôt !

  40. Bulukutu dit :

    @ Oyessi. Mes conclusions Hâtives et faciles vous disent Ceci: le Congo n’étant pas un pays démocratique, un décompte fait selon les règles des pays démocratique n’aurai rien changé au problème du congo. Car le problème est militaire par le fait du prefet-zident qui a lui-même militarisé le contexte politique. Jouer les démocrates dans un pays qui n’est pas une démocratie est une perte de temps. Jouer les démocrates dans un pays qui n’est pas indépendant est vain. Dès lors qu’elle doit être notre priorité ? La démocratie sans l’indépendance est une hérésie. De ce fait, ceci permet de clarifier l’objet de notre combat.

  41. Quel est le point commun entre Jean Ping et Ali Bongo? Ils sont tous les deux, les candidats de la France-afrique ou du "Gabon appartient à la France". dit :

    Quel est le point commun entre Jean Ping et Ali Bongo? Ils sont tous les deux, les candidats de la France-afrique ou du « Gabon appartient à la France ».
    Quel est la différence entre Jean Ping et Ali Bongo? Jean Ping est le candidat des réseaux Sassou Nguesso ou de l’ex dictateur du Congo Brazzaville alors que Ali Bongo est l’antithèse de maintien de Sassou Nguesso comme pyromane de la cemac et assassin de son père adoptif « Omar Bongo ».
    Peuple congolais, libérons-nous nous-même, et restructurons nos forces militaires et notre économie (une economie diversifiée et dynamique) et la sous-region aura alors peur et respect de nous congolais de Brazzaville.

  42. mwangou dit :

    Ah! A tous! Il y a les POLEMISTES de je ne sais où qui ont posté quelque chose que vous évitez tous avec complaisance. Alors même que ces POLEMISTES, s’acharnent à remettre ce post pour que vous y arrivez… mais rien à faire… Pourquoi ne S’INTERESSE T-ON PAS A CES POLEMISTES?

  43. CHRETIEN CONGOLAIS dit :

    Par ce que ces polémistes veulent qu’on s’intéresse à eux les minables. Le silence répond mieux aux insolents. L’idiotie étalée en public s’éteint tout seul tel un feu non alimenté en oxygène.Ils ne connaissent pas les congolais, ces polémistes; ils t’ignorent exprès comme on ignore un fou car il ne faut jamais courir derrière un fou au risque d’être confondu à lui. NE LEUR RÉPONDEZ PAS, QU’ILS DEMEURENT SEULS DANS LEUR FOLIE!

  44. LE PEUPLE CONGOLAIS EST PLUS INTELLIGENT QUE SES DIRIGEANTS OU SES POLITICIENS! PATRIOTE ATTERRE dit :

    CONGO UN DÉLINQUANT PRIMAIRE POUR PRÉSIDENT! QUEL MALHEUR!

    Le petit peuple n’a pas attendu longtemps après 97 pour se réconcilier et les familles sans tribus pures ne suivront pas les POATY PINGOUINS!
    D’ailleurs nous sommes les plus nombreux maintenant au CONGO, les « SANGS MÊLÉS » DU CONGO!

  45. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon cher « CHRÉTIEN CONGOLAIS »,

    Un chrétien Congolais ne pourra jamais utiliser les termes que vous utilisez.

    Ceux que vous prenez pour des simples « POLÉMISTES », sont en réalité des grands « DÉBATTEURS ».

    Ce qu’ils font fait éviter l’usage des armes.

    Il y a eu polémique sur la Souveraineté de la Conférence Nationale en 1991 à Brazzaville.

    Après un grand débat polémique, il s’était dégagé, que la Conférence Nationale avait sa souveraineté dans toutes les Décisions prises sous-forme d’Actes.

  46. CHRETIEN CONGOLAIS dit :

    Monsieur Poaty, c’est donc vous le polémiste qui demande aux gens de quitter l’occident et dit plus haut de ne pas venir polluer l’Europe. Avant d’intervenir il faut lire sur la toile à qui je fait allusion. Vous êtes souvent hors-sujet!

  47. VAL DE NANTES , dit :

    BEAUCOUP de polémiques bien coquillées qui, malheureusement dénaturent les contenus des phrases .IL n’en reste pas moins que , de ces débats très tatillons , peuvent surgir des idées innovantes profitables aux politiciens bien éclairés .
    Aux courageux internautes , bravo , ATTENTION à la casse orthographique et aux règles grammaticales ..car il y a de l’assassinat dans l’air ;;;;;
    ALLEZ, prêt , PATISSEZ ;;;;;
    Toujours à MARBELLA, où nous attendons sans tarder , l’arrivée des SASSOU ,la famille élue du dieu congolais .

  48. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « LE PEUPLE CONGOLAIS EST PLUS INTELLIGENT QUE SES DIRIGEANTS OU SES POLITICIENS! PATRIOTE ATTERRE »,

    Cette politique de SANG mêlé comme vous le dites, est celle pratiquée par les Portugais dans toutes leurs Ex-colonies.

    Mais cela n’a pas empêcher l’accession de ces Ex-colonies à leurs Indépendances.

  49. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « CHRÉTIEN CONGOLAIS »,

    Je vous ai cité un bel exemple qui s’est passé en 1991 à Brazzaville.

    « Il y a eu polémique sur la Souveraineté de la Conférence Nationale en 1991 à Brazzaville.

    Après un grand débat polémique, il s’était dégagé, que la Conférence Nationale avait sa souveraineté dans toutes les Décisions prises sous-forme d’Actes. »

    Aujourd’hui affirmer que le Congo n’est pas un pays Indépendant crée effectivement polémique.

    Mais comme les Textes qui le démontrent sont là, alors il faut maintenant que chacun puisse s’y mettre pour comprendre cette affirmation.

    Les Textes datant au moment des Faits sont là. Ils sont clairs et précis.

    NB : De ce débat, va naître la lumière. « VAL DE NANTES » a su le dire.

  50. le fils du pays dit :

    Mes prises de positions sont connues par ceux qui me lisent sur cette page depuis des années.
    Seuls les illusionnistes peuvent attendre une election transparente dans les zones contrôlées par l’empire français ou il place ses gouverneurs noirs.
    Le cas du Congo,je le répète il faut qu’il soit un enfer pour l’empire français,ses multinationales et son valet,seule voie pour arriver a la libération totale.Si la génération de Mr Sassou a choisi de se coucher devant l’empire français et le servir ,les jeunes gens ont une autre vision pour le pays.
    J’ai déjà suggéré une collecte a raison de 1 euro ou 600 francs de nos francs de colonie pour les Congolais de l’extérieur et ceux de l’intérieur chacun contribuera a l’hauteur de ses moyens pour l’acquisition du matériel.Dans l’histoire de ce monde,aucun valet n’a quitter le plancher de son propre gré ni celui de l’empire qui l’emploie moins encore par les conférences de presse des opposants.Les Iraniens ont chasse le sha,un valet de l’empire Usa,Fidel Castro et ses compagnons ont chasse Batista,un autre valet des Usa …
    C’est par la force brute que les Congolais chasseront Mister 8% et tout le système qui le maintient sur le perchoir

  51. teddebrazza dit :

    VOTRE OPPOSITION DE MOUTONS,TOUS SONT DES FILS DE SASSOU formé par lui, sassou a fait d’eux des hommes, pourquoi bowao ne parlait pas quand il était ministre, Mokoko a travailler pour sassou, sassou a fait de lui général, il n’avais aucun parti politique et est un pietre politicien, a makoua et mosseka il a perdu, sassou mis tout les moyens en jeux il a gagné, donc avalez

  52. mwangou dit :

    A teddebrazza. Vous avez raison sur toute la ligne, parce qu’il vous revient de défendre votre gâteau. mais sachez que sassou nguesso , président sortant, n’avait pas besoin de proclamer les résultats sous les nuages bien noirs… je me souviens d’un Mobutu, sûr de lui, qui demandait la tenue des élections dans son Zaïre, lançant ce défi à l’opposition, qui avait bien compris qu’il y avait un piège: à l’époque, le formatage des esprits sous le mpr triomphant était tel, que bien des Zaïrois surtout dans les provinces, étaient sous-informés et qu’ils étaient prêts à plébisciter Mobutu, en se disant qu’ils étaient toujours sous la tyrannie du mpr. dans notre cas, c’est plutôt le président sortant qui a eu peur et a tout fait pour tout brusquer… Là est le tort de sassou nguesso; c’est indigne d’un président sortant de tricher, alors qu’il avait l’avantage de son bilan politique et économique et que les autres avaient été ses obligés…
    Je vous comprend et ne vous tiens pas rigueur, car les Congolais sont ce qu’ils sont: voyez comment des professeurs d’université taisent leur science pour aller à la mangeoire, car se disent-ils, c’est l’argent du pays, on ne doit pas regarder les autres s’en donner à cœur joie. C’est surtout cela la réussite de sassou nguesso, transformer en mendiant des gens qui ont des opportunités de bien vivre sans participer à la ruine du pays…Ils ont choisi pourtant cette voie… Alors, on comprend chez vous que la démocratie ne soit qu’un vain mot.

  53. Gabio dit :

    Un candidat ou 15 candidats, sassou n’a aucune chance de gagner une election organisee normalement. Il est sorti des le premier tour en 4e position avec 8%. Il se serait proclame elu des le 1er tour quelque soit le nombre des candidats. Avec un seul candidat, il aurait dit qu’il a gagne tout le sud si le candidat etait du nord et vice versa dans le cas d’un candidat du sud.

    Nous avons a faire a une crapule qui est arrive au pouvoir par coup d’etat et se maintient par la force des armes et le depotisme. C’est un bandit voleur arme qui refuse de quitter malgre sa defaite electorale.

  54. Le jeu français au congo en particulier et en afrique en general dit :

    Si la gauche actuelle reste complaisante avec Sassou Nguesso, je n’exclus pas, moi qui suis pourtant de gauche, de tout faire pour que la droite l’emporte.
    Effectivement, nous ferrons tout pour que le parti socialiste perde les elections.Et arrivera la droite, ce que precisement affectionne sassou nguesso.Donc Hollande aura fait que sassou nguesso ramene la droite au pouvoir en france.Et c’est comme çà que les potentats dictateurs africains designent les presidents français depuis l’ère chirac jacques.
    Le parti socialiste repartira à l’opposition et reviendra avec la sensibilité mensongere denonciatrice suivi de manifs repondant de partout: Pauvres africains malmenés par les dictateurs.La pauvre masse africaine contribuera encore à ce que le parti socialiste reviene au pouvoir et une fois encore au pouvoir mettront en avant LES INTERETS ECONOMIQUES DE TOTAL, BOLLORE AVEC CES PORTS ET CHEMINS DE FER AFRICAINS, JEUNE AFRIQUE POUR EN DORMIR LES AFRICAINS HEUREUSEMENT QU’ON LE LIT PLUS.AUTRES MERCENERES GAUCHISTES FRANCAIS TELS LES PIGASSE JEAN PAUL, JEAN YVES OLIVIER ET TOUS LES AMBASSADEURS EN POSTES EN AFRIQUE.

    ET PATATA PATATI, BIS BIS BIS REPETITA A L’INFINI…….

    LA FRANCE CONTINUERA A PILLER ET SASSOU ET CLAN CONTINUERONT A TOUT OFFRIR ET LA FRANCE LES PROTEGERA TOUJOURS.

    LA SOLUTION: LEVONS-NOUS UNE BONNE FOIS POUR CHASSER SASSOU ET LES MERCENAIRES FRANCAIS ET LA FRANCE.

  55. LLL dit :

    Quelques réactions glanées sur un forum Gabonais afin d’éclairer les internautes congolais. Précisons que PING est le papa des deux enfants de Pascaline BONGO….

    Ulrich MAPE
    17 AOÛT 2016 À 12 H 33 MIN
    CANDIDATURE UNIQUE DE L’OPPOSITION GABONAISE
    Je suis, moi, un peu sceptique quant à la capacité de cette unité à renverser, à de-construire et en découdre avec le système pédégiste. Car la vraie difficulté est celle de l’absence d’un État de droit capable de garantir une véritable transparence électorale. Tout simplement parce que toutes les institutions de l’État sont aux ordres depuis près d’un demi-siècle.

    imagine2016
    17 AOÛT 2016 À 10 H 33 MIN
    Il semble que la poignée de personnes ayant décidé d’adouber Ping ait fait prévaloir surtout et en dernier ressort les moyens financiers de l’ancien président de la commission africaine.
    Adiahénot
    Anaclét Bissielou
    Ogoulinguendé
    Myboto
    Ntoutoume Emane
    Le Révérend Ngoussi
    Marc Ona essangui
    Nathalie Zemo ont décidé pour nous, pour l’opposition.
    Franchement, scrutez bien et dites moi très honnêtement si tout ce beau monde trié sur le volet par Myboto avait bien leur place autour de cette table ronde qui marquera à jamais une page très cruciale de notre histoire.
    Je n’apprécie pas Ping, ce n’est un secret pour personne, mais je réitère ma question, pensez vous très sérieusement que toutes ces personnes étaient les plus qualifiées pour décider de qui devait être le porte flambeau de l’opposition?
    je ne vais pas faire dans l’hypocrisie, je continue à me poser des questions sur la légitimité de ce dernier cercle d’élus.
    Pour ma part, je m’attendais à un collège de vrais notables, de sages d’un certain âge avec une certaine expérience accumulée aux fil des années, je pense précisément à ces notables de la chambre de commerce, des notables qui pour certains avaient servi à l’époque de Léon Mba et d’autres sous l’ère Bongo père.
    Je suis déçue et au risque de me faire lyncher, je vais dire ce que je pense au fond de mon cœur.
    le TSF (Tout sauf les Fangs) a joué.
    Myboto et ses enfants, Chantal qui jouit aujourd’hui d’une certaine aura pour avoir été la favorite du patriarche Bongo et son mari ont été à la manœuvre pour enterrer définitivement Oye Mba qui, je le reconnais ne bénéficie pas de la même popularité d’un Ping.
    Ce travail de sape a commencé lors du premier congrès de l’UN, on a vu des clans se former, et ce torpillage s’est poursuivi de manière méthodique depuis lors, plus précisément depuis qu’Oye Mba s’est déclaré candidat.
    Je ne suis pas dupe, et tous ceux qui pensent comme moi ne le sont pas non plus.
    J’ai mal pcq quelqu’un que je respectais, quelqu’un en qui j’avais toute confiance m’a dupée, a insulté mon intelligence, je m’en remettrai difficilement, comme quoi le tribalisme a encore de beaux jours devant nous ….C’est pour toi mon ami que j’ai ces mots, merci pour m’avoir prise pour une demeurée.
    J’irai voter le 27 Aout.

    AB
    Oye Mba est un poltron. Alors qu’il disait aller jusqu’au bout cette fois-ci. Ping a refuse de se rallier aux autres. Ils ont cédé croyant bien faire. Avec une une candidature unique ABO va se régaler. Ils finiront par se rallier a ALi. En gros même avec Ping la famille bongo contrôlera toujours le pays. Le type de l’ethnie majoritaire se retire au profit de petits groupes pauvre Gabon,
    A+

    AB
    Oye-Mba est un technocrate docile qui a peur de prendre des risques. Tu fais partie de l’ethnie majoritaire et tu te déculottes a chaque fois. Les meynes (PING) ne font même pas 2% de la population gabonaise. Alors qu’Oye-Mba avait reçu le soutien de Divungi di Nding un Punu (deuxième ethnie du Gabon) ancien VPR. Il a trouve le moyen de céder devant Ping. Ils vont se faire ballotter par Ali de vrais pauvres types.
    A+

  56. Son Mari Était Gabonais dit :

    [Le type de l’ethnie majoritaire se retire au profit de petits groupes pauvre Gabon,
    A+]

    Et ouais, c’est cette même merde qu’on tente de faire perpétuer malicieusement au Congo, sans véritable alternance, par des calculs ‘politichiens’…

    Mais, avec ce qui vient de transpirer dernièrement, et se poursuit encore d’ailleurs dans les coulisses et dans l’ombre de la mbochisation de l’Etat, la majorité au Congo n’acceptera PLUS s’il faut refaire la république, une autre ESCROQUERIE d’un énième nordiste (oui, NORDISTE!), pour la reconstruction initiale de ce pays, point.

    Tant pis pour les mamadous aberrants et les faux pacifistes aveugles retardataires: on appelera le chat par le chat, et le chien par le chien. Ou on est sérieux, ou on ne l’est pas, et donc ne le sera jamais.

    Sinon alors, vive le Sud-Congo!

  57. jean boko dit :

    ali bongo a le soutien de la France comme toute les dictateure de la Francophonie donc l’histoire sera le meme que ce du congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.