LA FRANCE DEMANDE A JEAN PING DE RÉCUSER LA VIOLENCE AU GABON

Les Gabonais se sont rendus aux urnes le 27 août. Ils ont exprimé leur volonté souveraine et restent dans l’attente de connaître le nom de leur nouveau président.

Il est donc essentiel que le processus de consolidation des résultats au niveau national se fasse dans une pleine transparence. La confiance des Gabonais, source de légitimité du nouveau Président, sera renforcée par la publication des résultats détaillés. A ce propos, l’Union européenne réitère l’appel fait hier par l’Observatrice-en-chef de la Mission d’observation électorale de l’UE à publier les résultats par bureau de vote.

Nous invitons l’ensemble des acteurs à faire preuve de retenue, œuvrer pour maintenir la paix civile dans le contexte post-électoral et faire recours aux voies légales afin de résoudre tout différend.

Source : Union Européenne

Diffusé le 31 aout 2016, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Monde. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

89 réponses à LA FRANCE DEMANDE A JEAN PING DE RÉCUSER LA VIOLENCE AU GABON

  1. ALI BONGO VAINQUEUR AVEC 49,85% dit :

    ALI BONGO VAINQUEUR AVEC 49,85% ET JEAN-PING AVEC 48% EN 2e POSITION SELON LES RESULTATS DE CENAP.
    CONTENTIEUX SUR LE DECOMPTE DU HAUT OGOUEE ,FIEF D’ALI BONGO OU IL Y AURAIT EU UNE FRAUDE MASSIVE

  2. VAL DE NANTES , dit :

    DEUX POIDS DEUX MESURES ,LE CONGO n ‘avait pas attiré autant d’attention sur son élection présidentielle que celle qui se déroule AU GABON , où la communauté internationale semble y mettre ses narines .

  3. Ollombo-Abala dit :

    Je souscris mon compatriote à croire que nous sommes maudits!!

  4. Eveil dit :

    La France s’est fixé comme objectif, COUILLONNER le Con-go jusqu’à l’infini. Ce Con-go pour eux, dernier pays parmi les derniers. La queue du nsoussou. Ils le disent d’ailleurs eux-mêmes ouvertement, ces cochons grattés, que les con-go-laids: [SE LAISSENT FAIRE.]

    Que voulez-vous, ils s’en foutent éperdument puisque leurs intérêts ne souffrent d’aucune injonction ou menace quelconque…

    Les MBOCHIS du clan et assimilés, NEGROS ETERNELS, sont aussi contents. ALORS!

  5. Eveil dit :

    (…fixée?!)

  6. Sangha dit :

    Ali le fera lorsque le voleur d’à côté Sassou Nguesso fera de même !

    Tous ceux qui se sont tus pour Sassou vont se trouver dans cette difficulté. « POURQUOI L’OUVRIR SUR LE GABON ALORS QU’ILS L’ONT FERMEE POUR LE CONGO »

    ALI à malin, malin et demi !!!!

  7. VAL DE NANTES ,on est tous maudit ;;;; dit :

    Nous africains, de cette partie maudite de L’ AFRIQUE noire ,nous produisons des monstres politiques .
    L’Afrique centrale est politiquement à brûler ,pour la faire renaître des cendres humaines et donc compatibles aux normes des règles démocratiques ….
    Difficile pour l’heure de nous prendre pour des humains , au vu du refus contagieux d’accepter l’alternance politique , qui est signe d’évolution mentale .
    Cette évolution socialise l’être , au sein du milieu sociétal et social ,pour son épanouissement psychoaffectif .
    cette donnée psychoaffective transparaît sur la face d’un pays ,où tout le monde se retrouve , grâce à la volonté exprimée par les urnes .
    Les africains de cette partie du continent , sont en dépression continuelle , par de manque de reconnaissance de leur réelle existence .
    Se faire voler une volonté politique est source des souffrances morales qui détruisent le vivre ensemble .
    PONA EKOLO , quoi qu’en dise , TSALISSA OKOMBI, cette association n’a pas les remèdes pour réparer les séquelles psychologiques découlant du viol politique dont le peuple CONGOLAIS se victimise actuellement .

  8. VAL DE NANTES ,on est tous maudit ;;;; dit :

    lire ;;; par manque de

  9. UNITE dit :

    UNITE dit : Ali Bongo ne partira que si Sassou qui a triché, au vu et au su de cette communauté internationale partait. Elle s’attendait à quoi? Pire, c’est Sassou le grand tricheur qui demande à Ali Bongo une alternance au Gabon? C’est se foutre de la gueule de tout le monde.

  10. Guenin dit :

    Ali Bongo élu
    Des militaires partout !
    Tant mieux
    Le problème du Congo devra être réglé avec celui du Gabon
    VIVE ALI BONGO !!!!

  11. VAL DE NANTES , dit :

    @guenin ;;;;;incompris ;;;; soyez explicite ,,,,,,,,,,

  12. Bakala dit :

    Alors là, le biafrais surpasse l’enfant venu du Dahomey. 99,98% de participation dans le haut-ogoué et plus de 95% des voix.

    Même Sassou ne pouvait s’arroger un tel score à Talangaï ou la Cuvette Centrale.

    Ce biafrais doit partir par tous les moyens même si Ping est l’allié de Sassou.

    Oui, Sassou est très proche de Ping. Un de ses proches collaborateurs, Alexandre Barro est le beau-frere de Tchibota Antoinette I.e l’époux de la petite soeur de cette dernière.

  13. Bakala dit :

    À la fin, c’est Bokassa qui avait raison. Il a eu le courage de s’auto-proclamer empereur et de désigner ses compatriotes ses sujets.

    Bongo et Sassou, bien qu’ayant transformé leurs compatriotes en sujets et leurs pays respectifs en propriétés personnelles comme le roi Leopold 2 fit du Congo son bien, n’ont le courage de Bokassa. Tout apparait comme s’il n’y a que eux qui ont le droit de gouverner le Congo et le Gabon.

    Jusqu’à quand les populations vont accepter cet asservissement ?

  14. Guenin dit :

    @Val de Nantes

    C’est pourtant clair mon cher !

    Ali Bongo a copié Sassou Nguesso à quelques % près

    La communauté internationale (UE et Gaule) a reconnu l’escroquerie de Sassou Nguesso au Congo. Pour le Gabon pareil comportement deviendra vite intenable ! Elle devra vite pousser au dialogue.

    J’espère même qu’Ali Bongo jettera bientôt Ping en prison (même sort que Mokoko).

    Pour être logique avec elle-même cette communauté internationale devra lier le sort du Gabon avec celui du Congo (même si notre opposition nguirisée est paralysée). !

    VIVE ALI BONGO —PING EN PRISON COMME MOKOKO !!!!

  15. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Ce n’est pas à l’Union Européenne de s’exprimer pour les Affaires qui concernent la France.

    C’est à la France que revient le dernier en vertu des Accords de Matignon signés entre Michel DEBRE et Léon MBA.

    Ces Accords sont en accord avec la Constitution du 04 Octobre 1958.

    NB : L’U.E est en train de jouer le « JEU » de la France voilà la vérité.

    Pour le Gabon, la France veut soutenir le « BON » Sous-préfet.

  16. Delbar dit :

    Il ressort que la province d’origine de Bongo aurait voté à plus de 99 %.
    C’est évidemment une plaisanterie ou plutôt un bourrage d’urnes.
    Même dans les pays où le vote est obligatoire, comme en Belgique avec amendes à la clef, on
    atteint à peine 88 %.
    On demande un contrôle et il est refusé.
    Que dire de plus.
    Ce sont des pitres.
    En Algérie quand le FIS avait gagné le premier tour des élections, le pouvoir a tout annulé.
    Au moins ces gens là avaient l’honnêteté d’annoncer la couleur …

  17. Anonyme dit :

    @ Bakala

    Pensez-vous que la démocratie aurait été renforcée au Gabon (et en Afrique Centrale) avec la victoire de Ping sachant que ce dernier est soutenu par l’autocrate d’Oyo ? Je pense que non. En effet, je vois mal Sassou soutenir une véritable démocratie juste à sa frontière…
    Le malheur du peuple gabonais est celui d’avoir participé à une éléction aux relents de status-quo. Il y a, eu selon moi, la victoire (volée) d’un vrai autocrate face à un faux démocrate (entouré d’autres barons ayant contribué à paupériser le Gabon…).
    Il faut qu’émerge dans les classes politiques africaines (surtout en Afrique Centrale) des hommes neufs qui ne seraient pas englués dans des scandales de corruption et le clientélisme.
    Mais les populations (souvent sous-éduquées) aiment à voter des candidats qui même sans véritables projets de société, promettent à tout va des prétendus « grands soirs » qui malheureusement ne viendront jamais, tant que ces prétendus candidats « du changement » seront des pions du colonisateur.

  18. Delbar dit :

    A anonyme
    Sur le fond vous avez peut-être raison mais ce raisonnement permet aux dictateurs de se maintenir en affirmant qu’ils agissent pour le bien du peuple.
    C’est au peuple de choisir ses dirigeants et peu importe nos appréciations.
    Ils doivent rendre des comptes ensuite au peuple.
    La democratie n’est pas le meilleur régime politique mais il n’en existe pas de meilleurs.

    Très cordialement

  19. Le Rêve n'est plus permis dit :

    Robert POATY PANGOU dit :
    31/08/2016 à 18:40
    Mes très chers frères,

    Ce n’est pas à l’Union Européenne de s’exprimer pour les Affaires qui concernent la France.

    C’est à la France que revient le dernier en vertu des Accords de Matignon signés entre Michel DEBRE et Léon MBA.

    Ces Accords sont en accord avec la Constitution du 04 Octobre 1958.

    NB : L’U.E est en train de jouer le « JEU » de la France voilà la vérité.

    Pour le Gabon, la France veut soutenir le « BON » Sous-préfet.

    Monsieur Robert POATY PANGOU,
    Il faut soutenir le pasteur qui a déclaré L’INDEPENDANCE.

    Le référendum sera comme le veut la France.
    Comment continuez-vous à penser que la France vous donnera L’INDEPENDANCE (référendum+ d’autodétermination) sur un plateau en or?
    Arrêter de rêver comme le candidat gabonais MALHEUREUX.
    IL FAUT SE BATTRE pour les libertés.
    Mr Robert POATY PANGOU,
    vous êtes « Française » au masculin?

  20. Anonyme dit :

    @ Delbar

    Je suis entièrement en accord avec vous car c’est cela même l’essence de la démocratie. Mais le problème en Afrique c’est que des individus ayant commis toutes sortes de crimes (de sang, économiques, etc.) ont la possibilité de se présenter à des élections (présidentielles, senatoriales, legislatives, etc.).
    Je pense que la république se doit d’avoir des représentants exemplaires, et ni Ali Bongo ni Jean Ping ne sont exemplaires…
    Il faut que les bases de la démocratie véritable (justice impartiale etc.) soient posées, d’où l’apport en hommes neufs dans le système, que j’évoquais précedemment, qui inciteraient aux réformes démocratiques allant dans le sens des interets des populations.
    Dès le départ les dés étaient donc pipés, étant donné que dans une véritable démocratie ni l’un ni l’autre n’auraient pu être acceptés comme candidats comptes tenu de toutes les casseroles qu’ils trainent…(des procès auraient dû être intentés contre eux pour tous leurs détournements et autres…)
    Pour moi, le prétendu vainqueur et son challenger ne sont que des imposteurs, et ce pour le plus grand malheur des populations gabonaises (il y a des coups de feu sporadiques à Libreville en ce moment)…

    Cordialement

  21. Le Rêve n'est plus permis dit :

    Anonyme (20:16)
    Non
    Votre analyse est bonne en amont.
    Maintenant que on veut savoir qui a gagné, il faut être honnête.
    Il y a un jeu de : »LES ELECTIONS POUR LES TERRITOIRES N’ONT PAS DE SENS ».
    Soyons objectifs: L’ONU ne reconnaît pas ses territoires.
    Il faut lutter pour l’Indépendance. SEULE LA LUTTE LIBÉRE.

  22. SASSOUFIT,DEGAGE dit :

    France 2 qui fait son titre principal sur la situation du Gabon,alors que pour la meme situation au Congo cette chaine était totalement muette.

  23. Le Rêve n'est plus permis dit :

    Le Gabon, le Congo Brazzaville…NE SONT PAS DES PAYS. Il faut s’approcher de l’ONU ou du président français… pour savoir que ils sont « DES TERRITOIRES qui SONT chacun la Propriétés DU Président de l’ancien Colonisateur.

  24. Anonyme dit :

    @ Le reve …

    Il est clair qu’il devait y avoir alternance au Gabon…et que le hold up electoral du préténdu vainqueur est plus que patent (tout comme celui d’un certain Mr 8%).
    Mais je voulais surtout évoquer le problème des hommes qui représentent la cité, et à qui nous citoyens remettons notre confiance à travers les suffrages. Si ces hommes ne sont pas honnêtes et si le système judiciaire qui régit la cité n’est pas équitable et impartial alors nous élirons de nouveaux despotes qui pilleront le pays parce que les bases démocratiques n’existeraient pas au préalable. En d’autres termes, une élection ne suffit pas, fût-elle transparente, à décréter un pays démocratique.
    A votre avis, sous nos tropiques, combien de personnes manifestent pour réclamer des procès pour les crimes économiques (scandales Sundance, Panama papers et autres ventes de pétroliers en douce ?)…commis par les kleptocrates du pouvoir et autres affranchis passés à l’opposition ?

  25. Delbar dit :

    L’assemblée nationale serait en feu !

    Pourquoi les médias français ne relaient-ils pas de la même façon ce qui se passe au Congo ?

    Pourquoi le Congo est-il abandonné ?

    Pourquoi le peuple congolais semble-t-il aussi passif par rapport à d’autres ?

    Ce soir je n’ai que des questions avec évidemment des pensées pour nos frères du Gabon qui
    se battent.

  26. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher frère « Le Rêve n’est plus permis »,

    Vous savez, le français pas difficile à lire.

    Ce qui est difficile s’est la compréhension de ce qu’exprime l’auteur que vous lisez.

    çà, c’est difficile.

    Je veux dire ceci : quand on n’a pas compris un Auteur, on se renseigne.

    Pour le Référendum, il faut lire le Texte fondamental c’est-à-dire la Constitution du 04 Octobre 1958 et les Accords de Matignon qui vont avec pour mieux appréhender ce que j’exprime.

    Dans ce texte, l’Indépendance ; c’est comme Ahmed Sékou Touré pour la Guinée Conakry l’a voulu et c’est comme le FLN en Algérie l’a voulu point.

    Ces deux pays sont les seuls Indépendants des 15 Ex-colonies françaises.

    Pour accéder à l’Indépendance, le Gabon comme le Congo doivent passer par un Référendum point.

    Ainsi, dès lors que nous ne sommes pas ou que nous n’avons pas encore compris que nous ne sommes pas Indépendant et qu’il faut y aller, alors tout sera fait par la France.

    L’initiative pour aller à l’Indépendance nous revient. C’est ce qui est écrit dans la Constitution du 04 Octobre 1958.

    Quand la Guinée Conakry a dit NON, la France n’y s’était jamais opposée.

    Quand l’Algérie a exigé d’accéder à l’Indépendance, la France ne s’y est pas opposée.

    Sans l’Indépendance après Référendum, c’est la France qui dirige.

    Hier, c’était DE GAULLE. Aujourd’hui, c’est François HOLLANDE.

    Je me répète : L’initiative pour aller à l’Indépendance nous revient. C’est ce qui est écrit dans la Constitution du 04 Octobre 1958 en ce Article 86 alinéa 1 applicable lors du début du processus en 1960.

    Je pense m’être mieux exprimé.

    Je vous invite à lire et à chercher comprendre les Textes lus.

  27. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « Anonyme »,

    Je ne sais pas qui êtes-vous. Mais votre réponse à « Le rêve est permis » est acceptable.

    Et il faut retenir que la tenue des Référendums pour les Indépendances des 13 pays est un passage obligé qui seul donnera le Droit à chaque Peuple de chaque pays d’agir effectivement.

    Aujourd’hui, se sont les Textes signés avec la France en 1960 qui font foi.

    Je sais ce que j’affirme.

  28. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Pour ma part, le site de Congo liberty est un lieu d’information et de formation à nous Tous.

    Ce site, donc ce lieu n’est pas un lieu de distraction ni d’injure.

    Retenons que le 15 Août 1960 est un « FAUX » dès lors que le Référendum n’a pas encore eu lieu.

  29. VAL DE NANTES , dit :

    Avec une base militaire au GABON ; il eût été une folie de grandeur de croire que la FRANCE confît le pouvoir à PING dont les velléités langagières ont plus inquiété que rassuré le colon ..
    Le pouvoir au GABON selon la FRANCE, a un nom c’est BONGO ;
    Tout intrus doit s’en abstenir , au risque de s’aliéner la mère patrie .PING présente un archétype néo colonialiste bon teint , mais sa naissance est une contre indication aux désideratas français .
    Ce soir , nous africains avons pu diagnostiquer la source de mal profond , de nos malheurs communautaires .
    La FRANCE applique à ces colonies une démocratie différentielle , matinée de brutalité diplomatique .L’ONU est bien son machin, où elle défait et fait des résolutions selon ses intérêts .

  30. pésa_i_mbua_i_mbua_mé_manga dit :

    La situation au Gabon vient confirmer ce que disent les Tenants de la scission du Congo à savoir l’impérative nécessité d’organiser un référendum d’autodétermination au sein des Etats de l’AEF et l’AOF. Ce référendum clarifiera la question de l’indépendance inachevée des Etats de l’AEF et AOF vis-à-vis de la France.
    Tous les MAUX qui frappent les dits Etats sont liés à cette situation qui date depuis 1960 où la France réussit à maintenir sous coupe les Africains via des pseudos indépendances.

    J’en appelle notamment aux Congolais de cesser avec la culture de l’indignation et d’avoir le courage de reconnaître la vraie source de nos maux et d’agir en conséquence!

    Tant que les Congolais, Gabonais, Tchadiens,… ne le feront pas, ils continueront à subir les affres de l’escroquerie française!

  31. Bulukutu dit :

    Lu pour vous.

    Xavier Noc

    © Koaci.com – Mercredi 31 Août 2016 – Alors que les résultats de la présidentielle se font attendre du côté de la cité de la démocratie, c’est l’une des autres informations du jour. Un membre de l’Union Européenne présent au Gabon dans la cadre de la mission d’Observation serait soupçonné de corruption apprend mercredi matin KOACI.COM de sources des services gabonais.

    Selon les toutes premières informations reçues en exclusivité, Xavier Noc, analyste électoral, aurait passé quatre heures de temps avec Zacharie Myboto, soutien du candidat indépendant Jean Ping, mardi soir en sa résidence de Libreville.

    Alors que des preuves accablantes de corruption nous sont annoncées et seront sous peu diffusées, plane un scandale de corruption en faveur du candidat Ping.

    Nos sources nous promettent sous peu de nouveaux éléments accablants qui pourraient peser sur la crédibilité du rapport d’observation de la présidentielle du 27 aout, rendu public lundi depuis Libreville par l’Union Européenne (UE).

    Bonnet blanc, blanc bonnet.

    A suivre…

    Sylvain Moussavou, Libreville

  32. Anonyme dit :

    SASSOU VAINQUEUR AVEC 949,85% ET MOKOKO AVEC 1% EN 2e POSITION SELON LES RESULTATS PUBLIES SUR TELEFOFOU CE 31 AOUT 2016 PAR LA CENI.
    CONTENTIEUX SUR LE DECOMPTE DU POOL BOMBARDE, FIEF DU FILS ADOPTIF DE SASSOU OU IL Y AURAIT EU UNE FRAUDE D’INTIMIDATION MASSIVE.

  33. A nous les hommes de convictions et démocrates convaincus. dit :

    Delbar dit:

    L’assemblée nationale serait en feu !

    Reponse:Effectivement le peuple gabonais est furieux de l’imposture françafricaine

    Pourquoi les médias français ne relaient-ils pas de la même façon ce qui se passe au Congo ?

    Reponse: Parcequ’au congo, Jean Yyves Olivier, Jean Paul Pigasse, Vincent Bolloré et autres mercenaires français sont bien ceux qui dictent à sassou la ligne à tenir.Et derrière tous ces mercenaires, le benefice est partagé avec Hollande, Valls, la chiraquie et toute la gauche caviar.

    Pourquoi le Congo est-il abandonné ?

    Reponse: La première partie de la reponse est au dessus et parcequ’aussi le peuple congolais est lâche et apeuré. Manipulé par les tenants du pouvoir.

    Pourquoi le peuple congolais semble-t-il aussi passif par rapport à d’autres ?

    Reponse: La première partie à cette interrogation est aussi contenu ci-dessus.Manipulé et bien quadrillé par les escadrons de la mort de sassou nguesso.Dans chaque quartier au congo, les vigiles du pouvoir sont omniprésent et surveille et recueille tout mouvement de tous les citoyens.Meme en Europe tes collegues blancs filent les congolais pour le compte de sassou nguesso.L’ancien directeur de renseignement de sarkozy est un exemple palpable de ceux qui oeuvrent pour le tyran de l’alima.

    Ce soir je n’ai que des questions avec évidemment des pensées pour nos frères du Gabon qui
    se battent.

    Reponse: Effectivement nous sommes tous gabonais de bonnes foies en ces moments de tristesse dû à la barbarie françafricaine.

  34. Le Rêve n'est plus permis dit :

    @Anonyme dit : Qui peut porter plainte…?
    Il y a le Roi honorifique (Pasteur) qui travaille pour l’Indépendance peut le faire.
    Pour info:
    Il y a une plainte CONTRE .. à la CPI (en guerreHollande).
    Oui, la CPI est Aussi fait pour les PRÉSIDENTS BLANCS et Noirs.

    Il faut LUTTER POUR LA LIBÉRATION du Sud Kongo.
    Le Sud Kongo a déclaré son indépendance, il porte plainte contre …
    Il faut soutenir le pasteur.
    YouTube « république de la Tribu-Kongo »

  35. VAL DE NANTES , dit :

    LE GABON ou la photocopie congolaise.Les originaux sont détenus par les français .

  36. VAL DE NANTES , dit :

    ON dit quoi,,, BIENVENUE AU CLUB des peuples dépressifs ,amis GABONAIS ;la longue descente aux enfers commence , sous la direction d’un pilote français et copilote gabonais .

  37. Bulukutu dit :

    Bonnet blanc, blanc bonnet! La France peut jouer les démocrates en exigeant le recomptage des voix. Elle peut mettre les projecteurs sur une élection qui a des relents de sincérité, car les deux candidats sont inféodés au système françafricain. Pour la modernité politique et la véritable alternance politique, il faudra repasser. La France se place en arbitre d’un combat dont elle sortira vainqueur, quelque soit le résultat. Comme on dit: « on est ensemble,… dans la galère ».

  38. Bakala dit :

    @Anonyme,
    J’ai révélé que Sassou était le beau-frère d’Alexandre Barro Chambrier, un très proche de Ping. Les deux ont eu les mêmes beaux-parents. N’est-ce pas trop dit pour comprendre que Ping et Sassou sont le tabac de la même pipe?

    Passons à la communauté internationale,

    Elle est amusante. Ping et Bongo sont leurs candidats comme Mokoko et Sassou l’etaient lors de la mascarade électorale congolaise. Si Ping ne prend garde, il sera conduit à prononcer la même phrase que Mokoko à savoir: la France m’a trahi.

    Cette communauté internationale feint de hausser le ton contre Bongo parce que ce dernier avait posé des actes jugés hostiles à la france-à-fric tel que le redressement fiscal de plus de 850 millions de dollars contre Total Gabon.

    Donc quand ils parlent de recompter les voix par bureaux de vote, je suis perplexe tant cette demande a été déjá rejetée par Bongo. Il reste la voix insurrectionnelle. Or, ils inter disent aux gabonais d’y avoir recours alors qu’ils l’avaient utilisé en Côte d’Ivoire pour asseoir Ouattara dramane allassane.

    Si cette communauté internationale veut que la volonté des gabonais soit respecté, ils ont les moyens d’aider ce peuple en usant des mêmes outils comme en Côté d’Ivoire. S’ils ne le font pas c’est que l’élection de Bongo ne les dérange pas.

    Au Kenya, ils avaient soutenu l’opposition contre l’ancien président tricheur pour imposer Odinga comme premier ministre. En Côte d’Ivoire, ils avaient fait un coup d’état pour Ouattara. Alors, trêve de plaisanterie avec les recours judiciaires devant la cour constitutionnelle dirigée par la belle-mère de Bongo. Déjá en 2009, elle avait validé la fraude électorale de Bongo. Qu’est-ce qui la conduirait à changer d’avis aujourd’hui?

  39. OYESSI dit :

    Je sais qu’Ali Bongo n’a pas été élu.De source sûre,dès Dimanche, il négociait déjà son départ sachant qu’il aavit été battu dans les urnes mais les faucons du PDG l’ont tenu en respect comme ceux du PCT l’avaient fait avec sassou.
    Si les voix de l’éléctorat Gabonais sont comptées comme l’exige la France, elle sera bien obligée de demander à sassou d’en faire autant. Nous mettrons bien la pression. Attendons de voir comment celà va se terminer au Gabon où l’opposition qui compte et qui a su taire ses égo est unie derrière Ping.

  40. OYESSI dit :

    Ce n’est pas seulement par les liens de mariage que Sassou par l’entrémise de Tchibota son épouse a avec Chambrier Barro Alexandre, proche de Ping. C’est plus profond que celà.
    sassou est de père Béninois ex Dahomey, Chambrier Barro Alexandre est de mère Béninoise ex Dahomey et de père Myéné de l’Estuaire, le Dr Chambrier Eloi.

    Il faudra qu’un jour, dans notre constitution en ce qui concerne l’éléction Présidentielle, qu’il soit bien inscrit que ne peuvent être candidats que des congolais nés de père et mère Congolais eux même nés de père et mère congolais ayant eu des parents congolais de telle sorte que les congolais dont un des parents est étrangers ne puissent être candidats qu’à la cinquième génération, c’est à dire celle des arrières, arrières petits fils du couple.

    Cas pratique. Sassou né d’un Beninois,ni lui, ni ses enfants, ni ses petits enfants, ni ses arrières petits enfants ne peuvent être candidats à une léction présidentielle. Seuls ses arrrières arrières petits enfants pourront être candidat.

    Le cas des deux congo et le Gabon sont des cas typiques dans la sous région où des étrangers qui sont au pouvoir n’ont aucun respect pour les vrais fils du pays qui ne peuvent prétendre avoir une autre terre que celle qu’ils ont et ne peuvent aller ailleurs.

  41. Londi dit :

    Il y a des voies sans issue qui ne correspondent qu’à une perte de temps et une bouée supplémentaire pour le petit dictateur. Le partitionnement du pays ? Minimum 15 ans dans le meilleur de cas. A-t-on le temps matériel et la force morale d’attendre une échéance aussi lointaine quand on a un peuple que l’on tue ? Tous les enfants du sud, sont-ils tous de petits saints qui se lèvent sous le son des matines et se couchent avec l’Angelus après une journée exempte de tout anicroche ? Non et non. L’homme est un loup pour l’homme. Sinon comment justifier des alliances PCT / MCDDI (communistes / capitalistes ) si ce n’est que la poursuite des ambitions personnelles.
    Le fameux dialogue inclusif est une voie sans issue. On ne peut négocier que sur un rapport de force. Pour l’instant, nos leaders sont incapables de créer ce rapport.
    Je le dis et redis, seul le peuple responsable peut créer ce rapport de force. Nous avons le devoir de constituer cette force d’avant-garde qui se donnera pour objectif de le mobiliser horizontalement et verticalement.
    La dernière impasse, ce sont nos prières à la France. Comprenons, une fois pour toutes, que les états ne se déterminent qu’en fonction des intérêts. On n’a jamais vu un pays aller sauver un peuple de la dictature pour les beaux yeux de son peuple. Je suis prêt à relever tout avis tendant à prouver le contraire. Le salut ne viendra pas des étrangers. Il doit venir du peuple.

  42. Bulukutu dit :

    @Londi. Pourrais t-on dissocier la question de la partition du pays de celle de l’indépendance réelle et de son processus ? Car on ne pourra pas faire éternellement l’autruche en faisant semblant d’être dans un pays libre. Nos rêves de démocratie et de justice sociale, resteront fictives tant que nous n’aurons pas régler cette question. Nos discussions devraient alors tourner autour de cette de l’indépendance réelle et des modalités pour achever ce processus (calendrier à établir et à diffuser), puis sensibilisation sur cette question. C’est essentiel, car ce la gesticulation intellectuelle. On est comme dans un bocal (indépendance fictive), à tourner en rond de manière continue et à se retrouver encore au même 50 ans plus tard.

  43. Anonyme dit :

    Gabon, « deux poids deux mesures » dans la médiatisation ou encore la couverture post-electorale.
    Les pseudo-medias français (donneurs de lecons) qui etaient restés sourds et muets au pic de la crise post-électorale au Congo-Brazzaville et au Tchad nous consacrent maintenant des émissions entieres et sans répit (24h sur 24) sur la situation post-électorale au Gabon. Pourquoi?????? Pourquoi tant d’attention sur la situation Gabonaise, mais pas celle du Tchad ou du Congo-Brazzaville???? Qu’est ce qui fait de Ali Bongo plus mauvais ou encore pire que Sassou Nguesso ou Idriss Deby????? Comment voulez-vous que l’on vous (medias français) prenne au serieux quand vous faites une couverture médiatique partiale et sélective en fonction de vos intérêts nationaux et individuels???? Martin Luther King disait, «Injustice anywhere is a threat to justice everywhere».Vous n’avez aucune crédibilité, aucune probité morale d’une presse libre,transparente, équitable, et surtout respectable. Alors, arretez de nous péter les tympans avec des tintamarres assourdissants digne de casse de résonance. Vous etes a la solde des dictateurs.

  44. Bulukutu dit :

    Lire. … C’est de la gesticulation intellectuelle. On est comme dans un bocal (indépendance fictive), à tourner en rond de manière continue et à se retrouver encore au même point 50 ans plus tard.

  45. Con-go-laid dit :

    @ Londi,

    Cela fait combien de temps qu’on attend?

    A vous prendre au décompte, Sassou 2 est là depuis quand encore? 15 ans + déjà, relatifs, oui ou non?

    Et en totalité?

    Vous attendez donc toujours, n’est-ce pas?

    Qu’espérez-vous prouver au juste?

    Ecoutez, on va vous aider en une simple phrase: LA VIE HUMAINE N’A PAS DE ‘VALEUR’. (Marchande!)

  46. Con-go-laid dit :

    L’esclavage était officiellement banni il y a longtemps, aux Etats-Unis d’Amériques.

    A bon entendeur!

  47. Lucien Pambou dit :

    Chers compatriotes,

    Nous voici enfin dans ce que j’ai essayé avec modestie d’expliquer. Nous sommes dans des démocraties tropicales, concept qui peut paraître injurieux, mais qui explique bien ce que nous vivons en ce moment en Afrique et surtout en Afrique centrale. Au Congo, au Tchad, au Gabon et demain peut-être au Cameroun, les élections sont contestées par l’opposition et la majorité estime les avoir gagnées. Quel est le problème posé et que, nous Africains, n’arrivons pas résoudre ?

    Nous sommes des pays à couverture démocratique mais tropicalisée. C’est à dire: dans la majorité, comme dans l’opposition, les concepts d’alternance sont utiles pour des discours de présentation et de façade. Chaque pays, bien entendu, est différent: le Tchad n’a rien à voir avec le Congo et encore moins le Gabon ou le Cameroun car le nombre d’ethnies et leurs influences dans la vie politique sont différentes. Le dire, c’est mettre en évidence les concepts de clanisme, de tribalisme qui traversent les partis politiques de la majorité et de l’opposition en Afrique. Les principaux responsables politiques en Afrique introduisent les rapports politiques de force et de domination hérités de leurs parents et des rapports de leurs tribus à d’autres avant la colonisation, et malheureusement après l’indépendance.

    Certains estiment que l’alternance politique ne doit pas avoir lieu car c’est ainsi, au nom d’un clanisme familial, tribal et politique les choses ne doivent pas changer. Pour d’autres, l’alternance politique est nécessaire car c’est leur tour. On l’a vu au Congo avec Lissouba où certains de ses partisans évoquaient le concept de ya ba colère vé. Je l’exprime mal dans la langue nationale mais en traduisant en Français, les partisans du Président Lissouba voulaient tout simplement dire « c’est notre tour ». Comparaison n’étant pas raison, on voit bien que la situation congolaise est différente de la situation tchadienne et gabonaise même si, et avec justesse, certains internautes estiment que c’est la France qui est à la manœuvre et qu’elle ne comprend pas pourquoi ce que la France et l’Union européenne exigent de Bongo (re-comptage de voix) ne le serait pas pour Sassou Nguesso du Congo. La géopolitique est subtile et les analyses sur les pays d’Afrique centrale ne doivent pas être situées au même niveau car les rapports def orce entre chacun des présidents de l’Afrique centrale avec la France ne sont pas les mêmes. la France n’a pas contesté l’élection d’Idriss Déby, alors que l’opposition a dit qu’il y avait des irrégularités. La même France a demandé aux Congolais et au Président Sassou que les élections se tiennent en fonction des attentes de la souveraineté nationale, alors que l’opposition congolaise a estimé qu’il y avait des irrégularités et qu’il y a un prisonnier, nommé Jean-Marie Mokoko, dont la vidéo a circulé sur les réseaux sociaux.

    Je n’ai pas d’appréciation à avoir sur les élections gabonaises, congolaise, tchadienne et demain camerounaise, si ce n’est que de dire: la démocratie universelle en Afrique centrale n’est pas encore là. Nous sommes dans une démocratie tropicalisée dans laquelle on pourrait trouver une voie de règlement des conflits sous l’arbre à palabres, comme nous savons le faire de façon très théorique et à grande voix, pour ne pas dire à grande gueule.

    Je ne suis pas naïf car je connais politiquement la situation dans les différents pays et les enjeux de la stabilité politique de ces pays ou non pour la France, de Hollande aujourd’hui et de la Droite demain s’il y a alternance. Mais réveillez un peu mes chers compatriotes, vous êtes naïfs. Vous vivez bien cette hypocrisie à la France , que vous ayez des diplômes ou non, et que vous y soyez depuis un certain temps (42 ans comme moi et je suis arrivé dans ce pays très jeune, avec mon bac en poche). Ce rappel n’est pas inutile car j’ai l’impression que certains de mes compatriotes congolais ne vont pas au fond de l’analyse, préférant l’entre-soi et l’invective comme méthodes d’analyse des espaces politiques africains. Les dirigeants politiques aux Affaires n’ont rien à faire de vos jérémiades ou de vos empathies momentanées ou permanentes à leur égard.

    En tant qu’ancien co-fondateur et premier Secrétaire générale du CRAN (Conseil représentatif des Associations noires de France), j’avais demandé une réflexion globale des intellectuels africains sur les concepts de démocraties et de ce que peuvent et doivent être les partis politiques dans les pays africains contemporains. Il y a eu quelques réflexions de la part de certains Africains, mais pas de contribution globale et de synthèse permettant un début de réflexion. Vous savez pourquoi ? Parce que, malgré nos dénégations et notre volonté de bien faire, nous sommes tiraillés par nos appartenances tribales et claniques quand nous analysons la situation politique dans nos pays d’Afrique centrale. Malgré les tentatives de rassemblement de dernière minute, le fond tribal est là. Bien sûr, vous allez me dire que non, mais la vérité est tellement pesante et prenante qu’elle vous étouffe en essayant de dire le contraire. Mes chez compatriotes, ce ne sont ni invective, ni insulte, mais le constat d’un apprenti analyste et géopoliticien congolais.

    Désolé, je n’ai pas relu mon texte pour corriger les fautes d’orthographe, grammaticales et syntaxiques.

  48. Anonymous dit :

    A voir : from orphanage to presidency.

    Ali Bongo, le biafrais, sur sa terre natale.

    http://africanleadership.co.uk/blog/?p=4128

  49. Anonyme dit :

    SASSOU NGUESSO NE PARTIRA PAS COMME CA SAUF LES PIEDS DEVANT, VOUS AVEZ COMPRIS…

    ARRÊTEZ DE PLEURER, FAISONS SEULEMENT UNE COLLECTE DE FOND CLANDESTINE POUR ARRÊTER QUELQUES FUSILS DE PRÉCISION CHIRURGICALE. ET LA SUITE ON CONNAIT, DES SNIPER POUR NEUTRALISER JDO, SASSOU, NDENGUET, OBARA, MBOULOU, MABIALA, ETC.

    AVEC 15000 EUROS SEULEMENT, LE SERVICE D’ACHAT DE CES FUSILS, LEUR TRANSFERT ET PUIS LE SOLDE DES SNIPERS EST RÉGLÉ.

    AGIR AGIR ET AGIR MAINTENANT

  50. LE CONGO2016 dit :

    MOKOKO, KOLELAS, MABIALA, MOUNARI, ILS DOIVENT PRENDRE DES LEÇONS CHEZ JEAN PING, QUANT ON REPRÉSENTE LE PEUPLE ON RESTE FERME JUSQU’A LA FIN. PAS ENVOYER LE PEUPLE A LA MORT ET A LA FIN SE RANGER VERS L’OPPRESSEUR C’EST UNE TRAHISON GRAVE.
    JEAN DÉCLARE LE VENDREDI JE SUIS LE PRÉSIDENT.

  51. Anonyme dit :

    SASSOU NGUESSO NE PARTIRA PAS COMME CA SAUF LES PIEDS DEVANT, VOUS AVEZ COMPRIS…

    ARRÊTEZ DE PLEURER, FAISONS SEULEMENT UNE COLLECTE DE FOND CLANDESTINE POUR ACHETER QUELQUES FUSILS DE PRÉCISION CHIRURGICALE. ET LA SUITE ON CONNAIT, DES SNIPER POUR NEUTRALISER JDO, SASSOU, NDENGUET, OBARA, MBOULOU, MABIALA, ETC.

    AVEC 15000 EUROS SEULEMENT, LE SERVICE D’ACHAT DE CES FUSILS, LEUR TRANSFERT ET PUIS LE SOLDE DES SNIPERS EST RÉGLÉ.

    AGIR AGIR ET AGIR MAINTENANT

  52. UNITE dit :

    UNITE dit : Sassou = Ali Bongo. Pendant que le Gabon brûle, Sassou et ses partisans veulent distraire le peuple congolais pour nous plonger dans un tribalisme du nord opposé au sud. Nous rappelons à Sassou et ses partisans, qu’il a volé la victoire du peuple congolais, comme le fait Ali Bongo. A la seule différence que sa corruption a fait que certains ont lâché prises. Mais ce ne sont pas les 92% qui lui ont dit Non, qui seraient représentés par un leader politique quelque soit son charisme.. Les congolais du nord au sud, de l’est à l’ouest par contre lui disent ceci : Sassou, exiger l’alternance pour Ali Bongo, c’est exigé l’alternance politique pour vous mêmes. Rechercher un dialogue en RDC, alors que vous n’arrivez pas à balayer devant votre propre porte est insensé et ridicule. En conclusion, nous disons à cette communauté internationale que : Sassou = Ali Bongo¨. Le peuple congolais est aussi meurtri que le peuple gabonais par les assassinats, emprisonnements de ces deux dictateurs. Il paraît judicieux d’exiger de ces deux dictateurs, des solutions qui tiennent compte des aspirations de ces populations lors de leurs votes. Refuser de le faire ne conduira à la longue qu’aux révoltes de ces populations exacerbées.

  53. IGOR AGORA dit :

    Que peut faire quelqu’un qui est ligoté et jeter au fond d’un trou à rats? Quant à Jean PING -je n’ai pas la possibilité de visionner les vidéos sur internet – à ce que je sache, Il n’est pas en tête des cortèges des manifestants ! Le peuple du Congo Brazzaville est sans doute plus peureux et moins déterminé que celui de Libreville . Peut-être que les gabonais surpassent le problème ethnique-dans lequel sont englués les congolais de Brazzaville – pour trouver la solution qui fait l’unanimité : Faire partir cette famille dont certains membres se fournissent en glace depuis l’Europe par avion spécial pendant que le gabonais moyen se débat pour avoir sa pitance quotidienne . De plus, visiblement ceux qui se disent opposants-opposants à Bongo Ali mais pas au système dont ils ont tous tiré d’immenses bénéfices – ont mis leurs égos au placard pour atteindre l’objectif commun . Au Congo, hélas, chacun veut prendre le siège du calife et personne ne veut être second.

  54. OYESSI dit :

    @ Anonymous dit :

    03/09/2016 à 03:14

    Merci beaucoup pour le document sur Ali Bongo dans son orphélinat avant d’être adopté par feu Albert Bernard Bongo devenu le musulman Omar Bongo seule condition posée par Khadafi pour lui donner de l’argent que le FMI lui refusait pour construire son Transgabonais d’où se célèbre phrase à l’endroit du Directeur Général du FMI de l’époque. » Même si je dois pactiser avec le diable , je le ferai pour construire le transgabonais » et il a pactisé avec le diable pour devenir musulman et avoir l’argent.

  55. Kassava de Tsibakala dit :

    Chers compatriotes,
    @ Cher Lucien Pambou,

    Dès d’entrée de jeu pour cette publication que je dédie spécialement au compatriote Pambou, j’aimerai bien lever une équivoque, dont certains pourraient me prêter une cécité de vouloir en découdre de tout temps avec notre héros des Sciences Po.

    En vous lisant cher Mr. Pambou, je me suis pris dans le passé parfois assez de temps et aussi de la peine à vouloir cerner le mobile de vos interventions ici et là. Il y a des fois, j’ai pensé aux petites piques de pédagogie populaire, une forme de mise à niveau des Sciences Po spécialement réservées aux africains ; de fois je pense à une vulgaire intrusion institutionnalisée de la Françafrique en travers de votre personne afin de bien fortifier les clivages intercommunautaires au sein des populations des pays de l’Afrique centrale.

    Vraiment, je ne sais pas trop vous situer, car les sons de cordes tirées de votre guitare dans cette dernière livraison ne nous apportent non plus aucune hauteur dans la réflexion.

    Vous n’avez fait que décrire la situation sociétale en Afrique centrale qui prévaut actuellement dans une lecture verticale des faits. Il vous a manqué le courage politique d’établir une pyramide des maux qui donnent du plomb à la démocratie dans cette spéciale partie du globe terrestre. Car un peu partout en Afrique, les choses semblent avancées, mais curieusement pas dans notre sous-région. Vous ne trouvez pas cela d’assez étrange ?

    Vous paraissez à mes yeux, d’être un fervent défendeur de l’existence d’une démocratie proprement dite tropicalisée. Et selon votre lecture des faits, vous semblez vouloir demander aux nombreux intervenants dans nos débats publics de ne pas se plaindre de la situation qui prévaut en Afrique centrale. Corrigez moi s’il vous plait, si ma conclusion est erronée car il serait inutile, selon vous, de demander aux tenants des pouvoirs actuels tout comme à leur opposition de mieux se prévaloir des vertus des règles de la démocratie universelle.

    Déjà le fondement de votre jugement sur la tropicalisation de la démocratie en Afrique centrale est tronqué. Dans vos analyses, vous vous servez avec maestro de très petites et fines pincettes pour ne nous sortir les défaillances sociétales et les caricatures de gouvernances actuelles des pays francophones de l’Afrique centrale. Vous oseriez même nous faire avaler que la nuit des temps des périodes pré démocratiques en Afrique ne furent caractérisées defacto que par un tribalisme endémique dans nos sociétés. Un vivre ensemble entre ces différentes peuplades ne pouvait pas être envisagé et ne devrait être à priori qu’illusionaire.

    Le propre du nègre est son reflexe d’identité en repli communautaire, selon vous.

    Non cher frère, si vous élargissez un peu plus votre champ de réflexions en lieu et place de vos pincettes, vous retrouverez facilement l’architecture qui fait peiner les peuples d’Afrique centrale francophones à accepter la démocratie dans sa dimension universelle. Ne venez pas ici faire un raccourci d’analyse, en nous livrant un soi-disant ethnocentrisme primaire à l’aveuglette de l’homme africain du centre.

    Le plus grand drame des peuples d’Afrique centrale restera incontestablement l’impact qui s’était produit lors de la toute première rencontre entre les peuples de cette région et les premiers citoyens européens venus de la France.

    Oui chers compatriotes, les premiers français qui ont foulé les sols africains étaient des aventuriers, des bandits de grand chemin, des commerçants de tout acabit, des escrocs reconnus de la cour impériale qui n’avaient pas de bonne réputation dans le sens de l’ancienne bourgeoisie française, des personnes qui ne possédaient aucune place respectable ni distinction en France.

    Comme cette architecture de l’ancienne politique coloniale n’avait jamais été révisée par les tenants des pouvoirs de l’actuelle Ve république, la politique de la France vis-à-vis de l’Afrique centrale est demeurée sous cette logique. Elle est vue depuis l’Elysée comme un vulgaire comptoir d’outre mer.

    La France officielle n’a rien à avoir avec l’Afrique centrale, selon l’Elysée.

    Une forme de grand casino à ciel ouvert, permettant aux citoyens français de maximiser leurs chances dans diverses activités. Il n’existe pas de coopération d’Etat à Etat entre la France et nos pays. Moins encore de coopération entre le Parlement français et les parlements des états de l’Afrique centrale. Aucun sérieux politicien français ne songera un jour à changer cette donne.

    En un mot il n’y a aucun module universel en matière de coopération entre Etats, qui pourraient dicter des règles de coopération d’un bon niveau entre la France et ses anciennes colonies. Il n’existe de nos jours aucune réglementation de bons alois entre les gens civilisés, qui pourraient interpeller la nation française toute entière à se servir de modèle ou d’inspiration pour coopérer en partenaires égaux avec ces anciennes colonies.

    Que ce soit dans l’administration, dans la juridiction et même dans la gouvernance des choses étatiques tout court.

    Les rapports entre les anciennes colonies françaises et la France ne sont gérées que par une petite cellule de 10 à 15 fonctionnaires affectée dans un sous-département à l’Elysée. En claire, les rapports de la France avec ses anciennes colonies n’engagent pas le peuple français en entier, mais seulement que le chef de l’Etat français, qui lui de son côté ne communiquent qu’avec les représentants des entreprises en quête de gros gains en Afrique centrale.

    Pour revenir à votre analyse qui fait état d’une démocratie tropicalisée, vous comprendrez aisément que votre conclusion doit maintenant paraître très alambiquée. Nos démocraties sont dictées par les manipulations directes commanditées par des groupes influents de l’industrie française. Les premiers aventuriers français venus en Afrique l’avaient compris depuis la nuit des temps, qu’i fallait diviser les autochtones pour bien les malmener. Et depuis là, la donne n’a jamais changé.

    La France en tant que pays ou Etat ne soutiendra jamais l’émergence d’une démocratie universelle en Afrique francophone. Les ex-colonies continueront toujours à faire dirigées par des intérêts des entreprises françaises couverts par cette cellule lugubre et mafieuse d’Elysée.

    C’est un devoir impératif des intellectuels de tout bord et surtout aux africains de se cramponner aux valeurs de la démocratie universelle s’ils veulent sortir la gestion des ex-colonies françaises de cette cellule mafieuse de la présidence française.

    Ne plongez pas dans le jeu français de soi-disant « démocratie tropicalisée ». C’est faux !

    Les valeurs démocratiques ne se marchandent pas. Elles sont universelles.

    Vive le Congo

  56. Bakala Telema dit :

    Gabon : Hirmana Loïse Sassou N’guesso, nièce de la défunte Edith Bongo salue la victoire de Jean Ping

    Voilà qui est clair: les Sassou & nguesso roulent pour Ping comme nous l’atteste cette déclaration de cette fille qui a la langue pendue qui s’attaque à tout ennemi de sa famille. Avant Ali Bongo, c’était la coiffeuse ouest-africaine de Antoinette tchibota qui avait fait les frais de sa mauvaise après que cette dernière ait critiqué le hold-up électoral de son dictateur de parent.

    ce que dit cette fille est ce que les Sassou & Nguesso pensent tout bas car, derrière cette fille se cachent des adultes. En effet, comme le dit un proverbe de RDC « quand un enfant insulte un adulte, il faut toujours chercher à voir s’il y a un adulte derrière avant de s’en prendre à l’enfant ».

  57. BURKINI dit :

    Cher Bakala telema,

    Les Nguesso peuvent soutenir qui ils veulent…le problème aujourd’hui au Gabon, c’est de savoir qui de Ping ou Ali a gagné l’élection. Seul le recomptage peut le déterminer !
    Nous Congolais ne pouvons pas accepter que d’autres Africains soient massacrés comme nous le sommes, même si c’est par un président qui est contre Sassou.
    Si l’opposition congolaise était unanime derrière un seul homme, notre fou national aurait trépassé. malheureusement, ils sont tous à la remorque de Sassou.
    Le candidat de la France dans cette élection était Ali, car le pouvoir de Hollande n’a jamais reçu Ping, comme d’ailleurs aucun opposant africain qu’il soit de Congo ou du Tchad par exemple. Mais la pression populaire fait qu’elle adopte aujourd’hui la voie du milieu. A nous Congolais de tirer les enseignements de la crise gabonaise.
    Les Africains ne doivent plus mourir pour leur choix politique.

    Patriotiquement

  58. Bakala Telema dit :

    Outre le fait que Sassou et Alexandre Barro Chambrier, un proche de Ping, ont eu des beaux-parents communs, j’apprends que Kiki, le fils de Sassou, a des beaux-parents communs avec le fils de Ping. Tous les deux ont pris épouse dans la famille Mboussou.

    on comprend mieux la réaction de cette fille contre Ali Bongo.

  59. Bulukutu dit :

    Blanc bonnet, bonnet blanc. Ping ou Ali, c’est le tabac de la même pipe. Le trio Ping-Bongo-Nguesso a quadrillé l’espace françafricain de la sous région. Circulez, il n’y a rien à voir. La France souffle sur les braises. Quelque soit l’issue, elle est sûr de préserver ses intérêts.

  60. LE CONGO2016 dit :

    UN HOMME INTÈGRE NE CHANGE PAS
    KOLELAS TU PEUX EN DEVENANT CHEF DE L’OPPOSITION LES PROBLÈMES DU CONGO SONT RESOLUS?
    DES BÊTISES DES VRAIS BÊTISES, APRÈS QUE T’AI MIS CHEF DE L’OPPOSITION IL VA TE TUER C’EST SA TA FIN. UN OPPOSANT NE SE DÉTOURNE PAS DE SES VALEURS, DÉFENDRE LE PAYS. LES FRANÇAIS JOUENT AU FANFARONS AU GABON ILS APPELLENT ALI DE RECOMPTER LES VOIES, QUI A DONNÉ CES FAUX RÉSULTATS A ALI N’EST PAS LES FRANÇAIS? IL EST TEMPS DE CHANGER L’AFRIQUE CENTRALE QUI N’EST RIEN D’AUTRE LE LAIT ET LE MIEL DE LA France.
    REGARDE JEAN PING IL NE CHANGE PAS SA POSITION, TU VEUX DÉFENDRE QUELLE POPULATION AU MOMENT OU SASSOU EST EN TRAIN DE DÉTRUIRE LE POOL.
    BOWAO, MOUNARI, MOKOKO, MAVOUNGOU MABIO, MIERASSA, NTSATY MABIALA, VOUS DEVREZ SUIVIRENT L’EXEMPLE DE JEAN PING, IL CONTINUE DE SE DÉCLARER VAINQUEUR DES ÉLECTIONS, CAR CECI C’ES LA VARIÉTÉ DE LA France VEUT CACHER AU MONDE ENTIER.
    IL EST TEMPS DE RENTRER DANS LE MÊME BATEAU DE LA LIBÉRATION DE L’AFRIQUE CENTRALE.
    https://www.theguardian.com/world/2016/sep/03/gabon-tensions-ease-but-high-police-presence-after-disputed-election
    http://www.aljazeera.com/news/2016/09/gabon-opposition-leader-jean-ping-won-election-160903041118321.html
    http://qz.com/771404/violence-breaks-out-in-gabon-after-controversial-presidential-election-results/
    http://europe.newsweek.com/gabons-growing-crisis-495326
    https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/09/gabon-security-forces-must-stop-using-excessive-force-amid-postelection-tension/

  61. KI NIONSI dit :

    Sassou n’a t-il pas demandé à ses souaves d’aller voter en faveur de Bongo dans la H. O?

    Un tricheur de la trempe du despote d’OYO est capable d’une telle félonie.

    Affaire à suivre!

  62. Anonyme dit :

    La propagande française anti Ali Bongo, laisse penser que son candidat c’est Ping. D’où les cris d’orfraie qu’on entend ça et la. En comparaison, nous n’avons entendu vous le mêmes tapages médiatiques lorsqu’il s’agissait du Congo ou du Tchad.

  63. OYESSI dit :

    @ Anonyme,

    Les français savaient que Bongo n’était pas élu en 2009 et Sarkozy s’est imposé pour en faire un président malgré ses casseroles avec son affaire de nationalité.

    Une fois de plus, les français l’ont couvert en refusant de livrer à l’opposition son acte de naissance qui en fait est inexitant à Nantes, mais ils savaient que sociologiquement Ali ne passera pas et comme tel, ils s’en seraient débarrassé tranquilement.

    Hélas, le soldat Ali a gonflé en partie son électorat par les congolais et Tékés de la cuvette de l’ouest qui vont voter en grand nombre à chaque éléction depuis Bongo père.

    L’astuce est simple, parlant tous la même langue, le téké et le Mbéré ( Ombamba dans le Haut Ogooué), les officines de la triche tapis à l’immigration leur établissent des passeports valable 6 mois pour leur permettre de voter, ils sont Gabonais pendant ces 6 mois et après ils sont en situation irrégulière et ne peuvent renouveler ces passeports qui leur sont confisqués à la moindre tentative de renouvellement car cette serie bien précis est listé.
    C’est ce que fait sassou avec nos frères de la RDC, sauf que ceux là sont tellement futés qu’ils
    réussissent à se faire Congolais de Brazzaville avec la complicité de la police et de leurs soeurs qu’ils livrent aux barons du pouvoir.

    Tout le contentieux de cette élection au Gabon se situe à ce niveau. C’est pourquoi le camp d’Ali ne veut pas que les voix soient recomptées et les renvoient à la Cour constitutionelle tenue par le belle mère d’Ali appelée communément au GABON madame irrécevable. Les français, beaucoup présents dans la police Gabonaise savent très bien cette supercherie.

    C’est pourquoi ils savent que si les voix sont recomptées, eh bien le pouvoir échappera à Ali et ce serait un moyen de s’en débarrasser car il est devenu un maillon à problème de par sa nationalité douteuse ce qui pose problème dans le sytème de la françafrique car tôt ou tard cette affaire de la nationalité d’Ali sera mise à découvert.
    Je ne pense pas que la France a un candidat entre Ping et Ali car ils sont blanc bonnet, bonnet blanc, la france prends celui qui leur pose moins de problèmes; La dynastie Bongo a beaucoup servi la france et elle veut changer le fusil d’épaule. Ali paraît trop léger pour continuer à gérer leur intérêts comme notre faiseur de coup d’état sassou ou encore Idriss déby.

  64. OYESSI dit :

    L’ordi se déchargeant ar manque de courant, je n’ai pu relire post. Lire: cette serie bein précise listée; Ali paraît trop léger pour continuer à gérer leur intérêts comme notre faiseur de coup d’état sassou ou encore Idriss déby vrais fossoyeurs de meur pays.

  65. OYESSI dit :

    Décidemment!!!!! Par manque de courant…..relire mon post…. cette série bien …..de leur pays
    Merci

  66. Bulukutu dit :

    Lu pour vous et dans la foulée de ce que dit anonyme post du 04/09/2016 à 12h46. Le scénario ivoirien se précise au Gabon.

    Libreville, la capitale gabonaise, est verrouillée, et de violents affrontements ont éclaté depuis l’annonce mercredi des résultats de l’élection présidentielle contestée de samedi. Bien avant que les investigations sur les résultats ne commencent, Paris exige que le Président Ali Bongo remette le pouvoir à son candidat préféré, Jean Ping, dans cette ancienne colonie française riche en pétrole.

    Les tensions politiques étaient vives avant l’annonce des résultats des élections ; des chars étaient dans les rues et de vastes zones de Libreville étaient désertées. Les habitants faisaient leurs provisions et rentraient directement chez eux après le travail, craignant des combats de rue.

    Après l’annonce mercredi de la victoire de Bongo – il aurait reçu 49,8 pour cent, contre 48,2 pour cent pour Ping, ce qui suffit à lui assurer la victoire, selon la loi électorale gabonoise – des partisans de l’opposition ont affronté les forces de l’ordre. Ils ont brûlé l’Assemblée nationale mercredi soir.

    Jeudi, le Parti socialiste (PS) en France a publié une déclaration publique exigeant carrément que Bongo cède le pouvoir à Ping.

    « Voilà plus d’un demi-siècle que la famille Bongo gouverne le Gabon, » a-t-il déclaré. « Une alternance serait signe de bonne volonté et un exemple. »

    Le clan Bongo – qui gouverne le Gabon en étroite collaboration avec l’impérialisme français depuis la prise du pouvoir en 1965 par Omar, le père d’Ali, après une intervention militaire française au Gabon contre Jean-Hilaire Aubame – s’est refusé de répondre à cette déclaration. Cependant, après l’incendie de l’Assemblée nationale, il a envoyé des troupes attaquer le quartier général de campagne de Ping et lancé une vague d’arrestations. Selon le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya, plus de 1.000 personnes auraient été arrêtées.La situation au Gabon reste extrêmement instable ; des rapports contradictoires ressortent à propos des événements dans les principales villes du pays.

    Les forces de l’ordre ont tué plusieurs personnes en donnant l’assaut au QG de Ping. Selon lui, 26 responsables y seraient toujours détenus, dont René Obiang, l’ancien secrétaire général adjoint du Parti démocratique gabonais (PDG) de Bongo, mais qui l’a quitté l’année dernière ; l’ancien vice-président gabonais, Didjob Divungui Di Ding ; et les dirigeants d’un parti d’opposition, l’Union nationale (UN), Zacharie Myboto et Paul-Marie Gondjout.

    Ping, qui s’est réfugié à l’ambassade française avant l’annonce de la victoire de Bongo, tente de rallier le soutien de la presse et des milieux dirigeants en Europe.

    Le Monde a publié un long entretien bienveillant avec Ping, qui compare la situation au Gabon à celle en Syrie, où l’OTAN arme des milices oppositionnelles afin de renverser le Président actuel, Bachar al-Assad. Interrogé pour savoir s’il était en sécurité, Ping a répondu : « Personne n’est plus en sécurité au Gabon. Nous avons un tyran qui tire sur sa population comme Al-Assad. Qui peut être en sécurité dans ces conditions ? Personne ! »

    Ping a exigé que Bongo fasse recompter les voix sous surveillance internationale. Interrogé sur ses relations avec les autorités françaises, il a répondu : « Je fais tout pour avoir d’excellentes relations avec les Français de gauche comme de droite ».

    L’avocat de Ping à Paris, Eric Moutet, a fait écho à ces remarques auprès des Échos : « M. Jean Ping réaffirme vigoureusement, en accord avec l’Union européenne et les États-Unis, que le recomptage, bureau par bureau, devient le seul moyen de garantir désormais la loyauté du scrutin. »

    En prétendant intervenir pour assurer la démocratie et l’alternance pacifique au Gabon, Paris commet une fraude réactionnaire. Le PS lance une opération impérialiste de changement de régime. Face à l’escalade des conflits au sein de la clique Bongo, il intervient afin de soutenir une faction dissidente du régime Bongo et de façonner ainsi une base plus stable pour sa domination de ce pays, qui est au cœur des dispositifs de la Françafrique.

    On n’a qu’à regarder la carrière de Ping. Ce fils d’un homme d’affaires franco-chinois influent et d’une mère gabonaise est l’ancien beau-frère d’Ali Bongo, ayant marié, puis divorcé, la sœur d’Ali, Pascaline Bongo, qui a été le principal conseiller financier de son père Omar jusqu’à la mort de ce dernier en 2009.

    Selon La Diplomatie, Ping aurait de vastes propriétés en France et en Côte-d’Ivoire, dont le président Laurent Gbagbo a été renversé par une intervention française en 2011, alors que la France lançait une vague de guerres néocoloniales en Afrique suite à la guerre de l’OTAN en Libye. Il dirige le cabinet de conseil Ping & Ping avec son fils.

    Ping connaît bien les circuits financiers corrompus par lesquels l’industrie pétrolière et les partis bourgeois français ont pillé les richesses pétrolières du Gabon. Il a bénéficié de ce système, dans lequel une petite part des profits servait à acheter une minuscule clique autour de Bongo lui-même. Omar Bongo a amassé une fortune d’environ 450 millions d’euros ; sa mort a déclenché des combats acharnés entre ses enfants autour du partage de ses avoirs.

    Entretemps, les conditions des masses au Gabon, dont l’économie produit plus de 10.000 dollars par habitant, ne sont pas très différentes de celles de pays africains subsahariens où les travailleurs et les paysans vivent de l’équivalent de quelques dollars par jour.

    L’impérialisme français intervient non pas pour défendre la démocratie, mais pour préserver cet ordre social néocolonial. Paris a estimé que ses intérêts sont menacés non seulement par la montée du mécontentement social avec le régime Bongo, mais par les liens tissés entre ce régime et la Chine, dont l’influence est en pleine essor à travers l’Afrique.

    Depuis l’arrivée d’Ali au pouvoir, le régime Bongo aurait récolté des dizaines de millions de dollars du constructeur chinois Sinohydro, qui a remporté des contrats clés au Gabon malgré l’influence traditionnelle des entreprises de construction françaises dans leur ancien « pré carré » africain.

    L’intervention de Ping après les élections aura été préparée avec de hauts responsables français, qu’il a rencontrés à Paris en octobre dernier. Il a vu le première secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le sénateur Jean-Pierre Cantegrit, la conseillère Afrique de François Hollande, Hélène Le Gal, le diplomate Jean-Christophe Belliard, et Ibrahima Diawadoh, et la conseillère Afrique du Premier ministre Manuel Valls.

    Ping a collaboré étroitement avec le PS et avec le régime ivoirien installé par l’armée française en 2011. Jeune Afrique a publié des détails d’un appel téléphonique intercepté lundi entre Ping et un responsable ivoirien, Mamadi Diané, lors duquel les deux hommes ont discuté de comment déstabiliser Ali Bongo après les élections.

    Diané : « Mon frère, comment va ? »

    Ping : « Oui, j’ai reçu le papier, on va l’envoyer ».

    Diané : « Non, non, il y a autre chose, plus important. Il faut que tu réussisses à avoir deux ou trois personnes de la commission électorale qui disent qu’il y a trop de tripatouillages et qui démissionnent. »

    Ping: « Oui … »

    Diané : «Tu comprends, ça va mettre la pagaille totale. Si on peut faire ça ce soir, ça va être extraordinaire ».

    Ping : « OK, merci. »

    Diane a dû démissionner après la publication de cet extrait de la conversation.

    Stéphane Hugues et Alex Lantier

    Wikistrike

  67. UNITE dit :

    UNITE dit : Sassou = Ali Bongo. Pendant que le ministre de la justice du Gabon démissionne, suite aux horreurs et arrestations arbitraires d’honnêtes citoyens gabonais, au Congo Mabiala, ministre de la justice du Congo Brazzaville demande au parquet de diligenter des procédures contre des personnes innocentes. A croire que les congolais sont devenus des esclaves de Sassou et ses partisans qui peuvent en disposer à leur gré.
    Les intellectuels congolais doivent comprendre que, ce qui se passe au Gabon a été vécu au Congo. Le parallélisme des faits doit nous conduire à nous ressaisir, afin que le vote de notre peuple soit admis par Sassou le perdant. Les assassinats, les arrestations arbitraires, les violences, que refusent de poursuivre le parquet de Mabiala doivent être dénoncés à l’échelle internationale. Nos juristes dont nous reconnaissons le travail dans le silence de leurs cabinets, doivent redoubler d’efforts en s’associant aux gabonais, pour que tous leurs auteurs et complices puissent en répondre devant les juridictions internationales, étant entendu qu’au Congo la seule justice qui existe c’est celle de Sasssou contre ceux qui lui disent Non.

  68. VAL DE NANTES , dit :

    L’ Afrique centrale, pour la FRANCE est une enclave des sauvages, sinon des esclaves pour laquelle la démocratie est un luxe dont ils ne peuvent assumer les règles .
    SASSOU n’a de comptes à rendre qu’à son maître dont il assure les intérêts économiques .
    C’est aussi la FRANCE qui ordonne à SASSOU de goulaguiser MOKOKO accusé d’intelligence trop poussée avec le peuple congolais .
    Ces protestations hypocrites sont tellement inoffensives qu’elles sont devenues risibles et inaudibles chez les oreilles de ces dictateurs labellisés made FRANCE ;
    L’ajout financier au budget français provenant de cette partie de l’afrique centrale explique l’attitude inhumaine de la FRANCE , mais ô combien, préjudiciable en cas de sécation des chaines de l’esclavage ,

  69. teddebrazza dit :

    ALI doit partir, il a clairement perdu preuve a l’appuis, les opposant congolais n’ont jamais donné de chiffres, ils se battent entre eux pour etre leader de l’opposition, ping est le poulain de sassou, la france, l’ue et les usa sont pour sassou, sassou va en mission de négociation partout.
    sassou oyé
    la francafrique est encore la

  70. A nous les hommes de convictions et démocrates convaincus. dit :

    le jour ou le peuple va se levé, ce ne sera plus le miel ni le lait sinon du VINAIGRE

    Alain Mabanckou sur tv5

    #Gabon2016 #CongoBrazza #RDC : La révolution du Bassin du Congo. C’était sur TV5

  71. Anonyme dit :

    Bande de cosson! Bande cosson!

  72. Bulukutu dit :

    Bloquer Pointe Noire, bloquer Port gentil et vous verrez qui va crier au loup! Résistez, résistez, résistons.

  73. Les événements de Gabon ont crédité la démarche du Général Mokoko et on discrédité l’imparfait Kolelas ! Ce ministre Gabon sait lire les signes de temps et démissionne , tandis que l’imparfait Kolelas à attendu que patron sassou le démette du Gouvernement et son coup d’aller au conseil constitutionnel nous montres toute l’ambiguïté de ce garçon fainéant qui en réalité est en affaire avec son patron sassou ! Chers compatriotes fanatiques de l’imparfait la lucidité nous demandent à dénoncer ces grands enfants Kolelas Sans mérite surtout sans expérience professionnelle , qui font du mal au pays , car la situation des populations est vitale !

  74. Anonyme dit :

    Ah bon? Se laisser emprisonner c’est cela votre bonne démarche? Vous verrez que Ping, l’opposant allié de Sassou va solliciter l’arbitrage de la cour constitutionnelle gabonaise. Si au Gabon, le principal opposant à Bongo est l’allié de Sassou, au Congo qui est le principal à Sassou?

  75. Anonyme dit :

    Lire… Qui est le principal opposant à Sassou?

  76. Anonyme dit :

    LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE NOIRE EST-ELLE IMPOSSIBLE ET OU POSSIBLE?

    LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE NOIRE EST-ELLE IMPOSSIBLE ET OU POSSIBLE? C’EST COMME SI L’ON DEMANDAIT AUX LETTRÉS, INSTRUITS, ÉLITES, INTELLECTUELS, POLITICO-INTELLECTUELS, AUX CHEFS ET SAGES FICTIFS DES TRIBUS, AUX POLITICIENS, AUX OFFICIERS DE LA FORCE PUBLIQUE ET DES ARMÉES, AUX DÉMOCRATES SANS CONVICTIONS, NI CAP SOCIÉTAUX ET AUX DICTATEURS AFRICAINS, DE DEVOIR TRAITER EUX-MÊMES LES PROBLÉMATIQUES QU’ILS ONT ENGENDRÉES.

    LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE NOIRE EST-ELLE IMPOSSIBLE ET OU POSSIBLE? C’EST COMME-CI VOUS DEMANDIEZ A UN BIOLOGISTE OU A UN NATURALISTE DE DEVOIR NETTOYER DANS L’ESPACE ET LE TEMPS SCIENTIFIQUE, L’ANUS D’UNE HYÈNE.

    LA DÉMOCRATIE EN AFRIQUE NOIRE EST-ELLE IMPOSSIBLE ET OU POSSIBLE? VOUS SAUREZ COMME MOI, SCIENTIFIQUE, BIOLOGISTE, NATURALISTE, ENVIRONNEMENTALISTE ET PHILOSOPHE QU’IL S’AGIT BIEN D’UNE OPÉRATION SCIENTIFIQUE ET COMPLEXE A LA FOIS ET BIEN SÛR A L’ECHELLE TOUT SIMPLEMENT AFRICAINE ET NÉGROÏDE INADAPTÉE.

  77. Eyomas dit :

    Le congolais qui a dit que l’opposition congolaise doit prendre les leçons auprès de jean Ping a eut tout faux, finalement , ce dernier a fait du Parfait Kolelas , il a porté le différend électoral devant la cour constitutionnel qui est inféodée à Ali Bongo, la France est clairement du côté de Jean Ping, mais elle n’ira pas plus loin , ça se passera comme au Congo Brazzaville, ah les Congolais vous avez critiqué Parfait Kolelas Pour rien

  78. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Nous sommes des gens sérieux. Et nous devons tous le rester.

    Personnes n’ignore que de tous ceux qui sont allés à ces votes du 20 Mars 2016 et qui ont contesté les résultats de ce Pouvoir, seul Parfait KOLELAS avait compris ce qu’il fallait faire.

    Pour Jean PING, il a fallu que la France l’oblige pour comprendre.

    Retenons que c’est grâce à la démarche de Parfait KOLELAS qui a pu rendre publique les PV sorties des ces urnes là jusqu’à l’Association des Conseils Constitutionnels Francophones que la crédibilité de Denis SASSOU NGUESSO est très entamée aujourd’hui.

    Si Jean PING n’avait pas déposé dans les délais, toute tentative n’aurait plus de sens auprès de la communauté internationale.

    Nous comprenons aujourd’hui pourquoi Parfait KOLELAS avait saisi ce Conseil Constitutionnel.

    Pour la communauté internationale, quand vous êtes engagé dans un processus, il faut y aller jusqu’au bout.

    Car pourquoi avoir accepté que les candidatures soient validées par ce Conseil et à la fin ne plus reconnaître ses compétences, c’est ridicule quand même.

  79. UNITE dit :

    UNITE dit : Différence entre Kolélas et Ping.: Kolélas accepte de se faire voler la victoire alors qu’il savait pertinemment que cette cour constitutionnelle est dirigée par un proche de Sassou; Alors que . Ping dans une conférence de presse met en garde dès le départ la présidente de la cour constitutionnelle, et dit qu’il n’acceptera jamais que sa victoire soit volée par Ali. La preuve est que ses partisans étaient debout dès l’annonce de la victoire de cette élection par Ali.

  80. Londi dit :

    @bukulutu,

    bien sûr que l’on peut dissocier ces 2 questions. L’indépendance réelle ? Elle ne donne pas. Elle se conquiert comme l’ont fait les Vietnamiens et les Algériens vis-à-vis de la France. Nous devons en être conscients. Les États n’établissent que des relations basées sur des faits rationnels : sauver des équilibres économiques, sociaux et politiques dans leurs pays respectifs. Tout ceci est sans ampathie aucune. Nous devons construire nos armes pour conquérir nos indépendances. Mais honnêtement, le sujet de priorité 1 reste le départ de Sassou.

  81. LE CONGO2016 dit :

    Atteindre un but, c’est quelque chose qui demande une concentration. D’abord bien définir to objectif et calculer les risques et les avantages. Une fois démarré on ne regarde plus derrière, dans le cas contraire c’est l’echeque (c’est le cas de Lissouba qui fait marche arrière vers la France ou ce que veut faire Kolelas).
    C’Est nous qui faisons la rechasse de la France, dans d’autres mots c’est la France qui a besoin de nos richesses et non le ‘inverse.
    La France est tellement pauvre qu’elle va jusqu’à oublier la valeur de nos vies.
    Débarrassez vous de l’écoute des medias françaises c’est l’opium, c’est le lavage des cerveaux, car le mensonge a répétition on fini par y croire.
    Débarrassons nous de la peur car avec la France nous déjà mort. La jeunesse est belle et bien engagée mais cette opposition qui a pour seul but se disputer la place du chez de l’opposition il n’y a pas d’avenir c’est des hommes de moins d’ambition et de faible esprits.
    En nous débarrassant d’esclavagisme français chacun de nous et tout au plus les générations avenir trouvons tous leur compte.
    SASSOU ET SA BANDE DES TERRORISTE ARMÉS DIRIGÉS PAR OKOI EST L’ŒUVRE DE LA France

    AVEC LA France NOUS AURONS RIEN ET RIEN. CESSEZ DE CROIRE QUE LE CONGO N’EST PAS INDÉPENDANT, EST UNE PROPRIÉTÉ DE LA France, CAR C’EST LA OU SE TROUVE LE PIÈGE. A LA France DE PENSER TOUT CE QU’ELLE VEUT MAIS NOUS NOUS SOMMES UN PAYS RECONNU PAR L’ONU DONC NOUS SOMMES INDÉPENDANT.

    TOUTES NOS FORCE DANS LES RUE SANS ARME POUR CHASSER SASSOU ET FERMER L’AMBASSADE DE LA France.

    NOUS SOMMES A L’ÉPOQUE DE LA MONDIALISATION NOUS TROUVERONS TOUJOURS AVEC QUI TRAVAILLER

    HIER C’EST LA France QUI DISAIT QUE LES CHINOIS SONT SEULEMENT BON A CULTIVE LE RIZ MAIS MAINTENANT OU SOMMES NOUS. LA France N’AI T’ELLE PAS UN BÉBÉ DERRIÈRE LA CHINE. NOUS SOMMES INTELLIGENTS ET CAPABLE DE RENVERSER LA VAPEUR.

    ALORS KOLELAS ,N. MABIALA MOUNARI, MAVOUNGOU MABIO, BOWAO MONTREZ QUE VOUS ÊTES DES HOMMES DIGNE DE SE NOM

    NOUS TOUS DANS LES RUES, SASSOU PARTIRA

  82. teddebrazza dit :

    ah les francais vous ont ue, sassou vous a ue tant pis pour vous ,otsobé le muene poroporo lékoubé un homme fort, intelligent, stratege, un maitre hors catégorie

  83. LE CONGO2016 dit :

    NE SOYONS PAS DUPE LE TERRORISTE SASSOU EST UNE FABRICATION FRANÇAISE. NOUS SOMMES A L’ÉPOQUE DES DRONES. LA DIASPORA CONGOLAISE PEUT SE PROCURER UN OU DEUX PETITS DRONES ÉQUIPÉS DES BONNES CAMERA. LES FAIRE SURVOLER LE PORT FRANÇAIS DU PÉTROLE AU CONGO AU NOM DE KOSSA ET NOUS VERRONS TOUS COMBIEN DE FOIS LA France PILLE LE CONGO ET POURQUOI SASSOU EST LE DIEU DES FRANÇAIS.

  84. Hallo hallo dit :

    Je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer?
    En même temps une cour constitutionnelle nommée par le 1er SUMO gabonais pouvait elle invalider la réélection du SUMO?
    On peut se demander à quoi servent les élections en Afrique francophones?il faut faire des nouvelles constitutions où les gagnants sont perdants et vice versa. C’est triste

  85. OYESSI dit :

    C’est un non évènement qui ne mérite même pas de commentaires car le match était joué d’avance quand Mbouarantsouo l’ indéboulonnable de la Cour Contitutionnelle placée par son concubin Omar Bongo avec qui elle a eu 2 ou 3 enfants avait déjà dit que dans le cas d’espèce de cette élection, c’était difficile d’inverser les résultats.

    La messe était dite surtout que les résultats contestés par Ping venaient du Haut Ogooué département dont elle est native. Egale à elle même, ces résultats n’ont pas eu un moindre régard de la part de cette Cour aux ordres.

    Ayant quadrillé toute la ville avec sa milice aux ordres et ayant ménacé d’arrêter Ping, on ne pouvait s’attendre qu’à ce coup d’état comme en 2009. C’est dommage que les pays de la CEMAC soient devenus un nid de tous les voyous d’Afrique où les élections ne sont devenues qu’une fête de la tabaski où les moutons doivent être égorgés.

  86. IGOR AGORA dit :

    Et maintenant ? Les bancs semblent-ils se ferment . Le Gabon comptent ses morts . Jean PING va être progressivement lâché par ceux qui semblaient le soutenir et l’encourager dans la légitime voie de la protestation si vol d’élection il y a . Que va faire PING au regard de tous les citoyens assassinés par ses encouragements . Et les citoyens, auront -ils la m^me capacité de détermination pour aller jusqu’au bout ? Autrement, voilà encore des africains morts pour rien .

  87. jean boko dit :

    lokuta monene oyo akanisa ki France ako changer waya , a cause du soutien Francais au dictateure de l’afrique Francophone la France va perdre une partie impotant de l’afrique après le Rwanda sera la grande bataille de la RDcongo et si kabila est vaincu alors la France perdra encore et encore laRDC parce que le soutien Francais au regime kabila est tres tres mal persu par la population car la perte de la RDC c’est la perte de la France pour l’afrique Francophone après la RDC sera le tour de Brazzaville peut etre dans après 5 ans comme la France na que des interest mais pas des investissements beaucoup des pays tombera au main des americain merci

  88. A nous les hommes de convictions et démocrates convaincus. dit :

    Chers compagnons de la lutte.Il y a des cables diplomatiques qui alertent de l’envergure des attaques des miliciens du tyran sur les dejà meurtries peuples du pool.Tenons à aidé par tous les moyens les resistants à l’ogre de l’alima et ses mercenaires français et autres de tous bord.

Laisser un commentaire