INTERVIEW DE JOSEPH OUABARI MARIOTTI : Génocide dans le Pool ; Imbroglio et redynamisation de l’opposition ; Non aux élections législatives ; Cour Pénale Internationale ; IDC-Frocad ; Tsaty-Mabiala ; Parfait Kolelas…

Joseph Ouabari-Mariotti, ancien ministre de la Justice du Congo-Brazzaville, est une personnalité politique qui milite pour la restauration de la démocratie dans son pays. Il condamne le pouvoir de Brazzaville qui impose la guerre aux populations de la région du Pool ; il exhorte au ressaisissement de toutes les forces dites de l’opposition pour continuer le combat contre le pouvoir illégal de Sassou-NGuesso.

 

Diffusé le 6 novembre 2016, par www.congo-liberty.com

 

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à INTERVIEW DE JOSEPH OUABARI MARIOTTI : Génocide dans le Pool ; Imbroglio et redynamisation de l’opposition ; Non aux élections législatives ; Cour Pénale Internationale ; IDC-Frocad ; Tsaty-Mabiala ; Parfait Kolelas…

  1. Cher monsieur face au chef barbare d’OYO la docilité est interdite . Voilà pourquoi les Assisses ne decolle pas ! Ce Monsieur est opposant à la sauce de DZON ,Tsaty Mabiala ou parfait Kolélas . C’est comme le frère ONIAMI qui se réclame toujours de L’UPADS , alors qu’ils sont souvent vus dans les palaces Parisien avec Firmin Ayassa le proxénète de sassou .

  2. isidore AYA TONGA dit :

    C’est très bien dit JO, et merci !!! la lutte continue, on ne lâche rien, la victoire est proche !!!

  3. ABIGNA dit :

    Dans ces moments difficiles de la lutte évitons des étiquettes trop faciles, connaissant Ouabari, il est politiquement très éloigné des hommes comme Tsaty Mabiala et bien d’autres. N’affirmer pas ce dont vous n’avez pas la preuve; nous sommes dans une période ou Dieu fera découvrir quels sont des hommes et des femmes intègres qui militeront pour réintégrer le Congo dans le concert des nation démocratiques.

  4. dfip dit :

    Ntoumi est un résistant. Il se bat pour libérer le Congo. Pourquoi l’interviewer ne demande t-il pas à ce Mr en quoi la libération du Congo doit avoir et toujours comme épicentre le Pool?

    Ce monsieur et l’interviewer savent-ils combien de nos parents meurent par jour au nom de la résistance qui se cantonne dans le Pool dont la finalité est de libérer tout le Congo?

    Quel est ce General stratège qui introduit la guerre dans sa maison au lieu de l’amener à l’extérieur. Et constater que toute la mbochisphere se mette à soutenir Ntoumi devrait interroger les esprits avertis. Une mbochisphere qui veut que Sassou doit défait militairement par Ntumi? Je n’y crois pas.

    Un autre Pole de résistance n’est-il possible à Makoua. Lekana et Ilpfondo?

    Apparemment les trains quittent P/N pour arriver à Mfilou. Combien y’a t-il de km de rail entre P/N et le pool? Je suppose que les 3/4 de km de rail sont dans le pays du Niari et le Kouilou. Comment se fait-il qu’on laisse traverser les trains dans cette région. Les forêts n’y sont elles pas plus dense pour créer une autre résistance?

    Qui trompe qui décidément?

    Le complot est là sous nos yeux, mais par anti-poolisme primaire, les voilà tous devenus Ntumistes.

    Je prends date aujourd’hui.

    La mbochisphere militaire ne sortira jamais du Pool.

    Le fameux résistant ne sera jamais attrapé.

    La mbochisphère Intellectuelle continuera d’appeler Ntumi résistant, pendant ce temps, le plan Mouebara, connu de toute la mbochisphère Militaire et dont Bowao a été un des artisans continuera tel un metronome de s’appliquer.

  5. Avec sassouffit et son clan le congo aura tout vu et touché le fond des institutions illégitime une armée des mercenaires et de godillots, un gouvernement de toxicomanes et des putes. Que peut attendre le peuple la mort s’il ne se réveille pas

  6. Arrêtons de divertir les gens sur ce site , Ntoumi est pourchassé dans le pool , depuis 4 avril dernier . Et ce dernier ne veut pas se rendre à la justice des chiens ,comme aujourd’hui le général MOKOKO , Boukadia , Paulin Makaya qui sont humiliés par le chef Barbare d’oyo . N’inversons pas les rôles c’est sassou le gros problème du congo qui bombardes les populations du pool sans raison . Avouons -le nous avons un fou furieux à la tête du congo .

  7. Le fouineur dit :

    @dfip

    Il faut définir ce concept mbochisphere:

    Si mbochisphere n’englobe pas que tous Mbochis, mais aussi des personnages comme Adélaide moundele Ngolo, bakala mayinda, mvouba et autre Ntsoumou moukala, je valide.

    Il convient de noter que cette mbochisphere est politico-mediatico-facebooko, intellectuelle. À quoi il faut ajouter la. Mbochisphere médiatique dont Soudan, Pigasse et télé fou fou sont les vecteurs.

    Au plan Mouebara, à côté de Bowao, il faut rajouter à la conception Madzimba qui pendant la première guerre contre Ntumi était directeur de Cabinet du ministre de la défense. Évidemment tout ce monde est aujourd’hui pro-ntumi.

    Que s’est il passé entre-temps de contre Ntumi en 1997, ilS deviennent pro-Ntumi

    Que mwingua interviewe Bowao et Mazimba sur les événements de 1997. Vous y verrez un grand silence. Même Silence équivalent sur la mort de Ngouabi.

    La mbochisphere ne se renit pas. Elle s’adapte. Vous verrez qu’elle se recycle en s’appuyant toujours à un membre de la mbochisphere. Bowao en faisant semblant de le quitter se retrouve derrière un autre membre de la mbochisphere J3M. Autant pour Mazimba. Mafimba quitte Yhomvi pour se retrouver derrière qui? Okombi . Ouabari dans cet interview est plus proche de Bowao et de J3M que de Tsary Mabiala. Citez un seul membre de la mbochisphere au regard des actes posé par lui même Sassou, le parrain de la mbochisphere se soit trouvé aux côtés de Tsaty Mabiala, aux côtés de Kolelas du ce n’est pour l’entrisme et retourner auprès de la super structure.

    Combattre Sassou équivaut à combattre la mbochisphere. Hélas c’est pas gagné tant les 7 ème colonnes sont à toi us les niveaux.

  8. QUELLE CONFUSION SUR LES EVENEMENTS! UNE VOLONTE DE BROUILLER LA PISTE SUR LES RESPONSABILITES ACTUELLES DES UNS ET DES AUTRES! dit :

    BOWAO en 97 était un simple prof de philo! Et en 1998 pendant la première guerre du Pool SECRÉTAIRE ADJOINT DU GOUVERNEMENT.
    MARION MANDZIMBA DIRCAB DE LEKOUNZOU au Ministère de la DÉFENSE! Surtout pour ses connaissances maçonniques….

  9. La mbochisphere à la manœuvre pour sauver les siens. dit :

    Justement nous sommes dans la mbochisphere. Un simple prof de philo qui se retrouve Secretzire Geberal Adjoint, poste bien entendu dans la mbochisphere qui revient de droit a un petit prof de philo.

    Mazimba nommé DirVab pour ses connaissances maçonniques. J’hallucine.

    La mbochisphere? Elle est trop forte. Elle est trop forte, elle a réponse à tout. Hélas,

  10. QUELLE CONFUSION SUR LES EVENEMENTS! UNE VOLONTE DE BROUILLER LA PISTE SUR LES RESPONSABILITES ACTUELLES DES UNS ET DES AUTRES! dit :

    BOOF! HEUREUSEMENT QUE LE POOL A AUTRES CHOSES A PROPOSER QUE LES POUSSINS DE PAKO DANS LA LUTTE CONTRE SASSOU!
    PAKO était QUOI avant d’être Ministre de SASSOU!!! comme fils de OKOLELA AMBENDE BERNARD.
    En france ALAIN BAEUR conseillait SARKOZY; MARIO a été 2 fois DIRCAB et c’est un universitaire capé!
    OK! BOWAO est dans la politique depuis la classe de première au Lycée LUMUMBA avec son ami IBOVI jean Claude puis ce fut MOSCOU le creuset des PCTISTES passant par l’UJSC!
    La vérité ne fait de mal qu’aux faussaires et traitres! Et nous n’en avons plus besoin après le mal que KOLELA a fait à l’opposition.

    PS:JE NE SUIS PAS MBOCHIS MAIS VILI!

  11. UNITE dit :

    UNITE dit : Lorsque les populations innocentes souffrent de voir les leurs mourir sous les bombes et balles de Sassou, Ouabarri ferait mieux de trouver des voies et moyens pour traduire Sassou et ses sbires devant la CPI plutôt que de revenir sur « le prendre acte de Kolelas », ou les propos de Tsaty Mabiala sur sa reconnaissance de la victoire de Sassou. Face à un multirécidiviste, le dialogue à la formule d’EWO ne sert pas. Comment peut on accepter que Sassou tue quotidiennement des milliers de personnes, et après s’asseoir avec lui, afin que comme d’habitude ces politiques s’entendent pour une amnistie des crimes que Sassou et ses sbires ont commis. Ces personnes décédées dans des conditions atroces, méritent que tous les politiciens comprennent que la vie d’un être humain ne vaut pas les quelques 3 millions qu’on remet à leur parent pour acheter leur silence.

  12. Jean Claude EKAKA dit :

    @QUELLE CONFUSION…

    Bien que je sois critique à l’égard de l’attitude rocambolesque de PAKO, force est de reconnaître qu’il est le produit d’un système clientéliste, dont l’un des maîtres à penser n’est autre que le tristement célèbre tyran Oyoman.

    Que les Bowao aient commencé la politique au lycée ne peut surprendre personne, dans un système où la probabilité d’arriver au haut sommet est proportionnelle aux origines géo-ethniques.

    Il suffit de vous poser la question de savoir qui était le premier secrétaire de l’UJSC à son époque, et quelle était la répartition géographique des postes au sein du secrétariat général.

    De part le pedigree criminogène d’Oyoman, je ne pense qu’il faille attribuer le qualificatif d’intellectuel à tous ces diplômés qui ont eu à collaborer avec ce système clanique, qui utilisent quelques satellites collabos pour donner l’impression d’une unité nationale.

    Quand on est intellectuel, on ne se laisse pas embarquer dans une aventure criminelle d’un « mamadou», chef de gang des coupeurs de carotide, qui a le gout du sang et des larmes des autres depuis les entrailles…

    J’ai l’impression d’avoir affaire à une classe politique formée à l’école de la ruse et de la manipulation, qui cherche à faire de l’ombre à leur géniteur, en vu de l’émergence d’une nouvelle génération mbochistique ou mbochistico-compatible.

  13. dfip dit :

    @ QUELLE CONFUSION SUR LES EVENEMENTS! UNE VOLONTE DE BROUILLER LA PISTE SUR LES RESPONSABILITES ACTUELLES DES UNS ET DES AUTRES!

    On se fiche de Kolelas, il fait sa tembouille comme il veut. IL passera comme sont passés les Milongo, les Thystère et autres Kolelas Père. Le Congo demeurera, mais il le faut le sortir des mains de la mbochisphère.

    On ne le dira jamais assez pour citer Ngaburu.

    La veritable problématique est que nous sommes confrontés à un conflit de civilisation.
    Il y a des personnes qui savent ou ne peuvent régner que par la terreur.

    La mbochisphere est historiquement composée de ces hommes barbares qui n’ont jamais développés une conscience extra-clanique.

    Denoncer la mbochisphère, c’est libérer les hommes civilisés de l’emprise de ces barbares pour qui la démocratie est un luxe dont ils ne veulent en aucune manière s’encombrer. Il faut liberer Munari de la mbochisphere IDC FROCAD J3M dont les veritables patrons sont Bowao, Okombi et Mokoko sous le haut patronnage de Sassou. Qu’on m’explique comment Mierassa peut être Vice President du FROCAD et en même temps Porte Parole de la composante J3M. Au sein du Frocad, il defend quels intérêts, ceux de la composante J3M ou ceux du Frocad ?

    Ouabarri le dit bien dans son intrerview, il faut ramener Tstay Mabiala et Kolelas dans la mbochisphere IDC FROCAD J3M. Telle est la tâche a eux assignée par le Parrain en chef de la MBOCHISPHERE.

    Tout ce qui compte pour eux, c’est le pillage au profil d’un clan, avec la complicité des courtisans, sans scrupules, venus de tout horizon et qui restent bouches cousues face à ce terrorisme d’Etat. Vous ne nous direz tout de même pas que ce n’est pas la mbochisphère qui a plombé ECAIR.

    La mbochisphère se reconnaît toujours par les propos de type, je ne suis pas mbochi mais Vili… Comme OKO qui montre la mer à Taty… Je suis de madzia donc du pool et se permette de rajouter de temps en temps que j’ai grandi à BaKongo. Quartier inexistant au Congo Brazzaville.

  14. Alerte générale dit :

    OEIL DU CONGO

    ALERTE GENERALE : OPERATION « HORS JEU »

    Les Services secrets du pouvoir de Brazza adoptent le plan « Hors jeu »

    Suite aux multiples faisceaux d’informations à notre disposition, nos sources patriotiques nous indiquent avec précision la mise sur pied d’un plan machiavélique de neutralisation des activistes de la diaspora et de certains opposants congolais résident hors du Congo. Le non de code de cette opération est baptisé « Hors jeu ».

    En effet, c’est au cours d’une séance de travail initié par Staline Hitler Mr 8% que les instructions ont été donné à Jean Dominique Okemba Secrétaire Géméral du scabreux Conseil National de Sécurité de réunir l’ensemble des services de renseignements pour bâtir une strategie de neutralisation des foyers de contestations du régime après l’échec de l’infiltration de plusieurs cellules de la diaspora qui sont perçu par le régime de Brazzaville comme une réelle menace.

    En difficulté dans le Pool car le régime voit maintenant le diable partout, les faucons incompétents du régime qui malgré les moyens, manquent d’efficacité ont jugé utile de passer une autre manche.

    La mission de cette opération est confiée à trois Services Spéciaux (La Direction Générale de la Surveillance du Territoire, la Direction des renseignements extérieurs et les Services dirigés par les Colonels Bakala et Ndoudi).
    une autre mission est menée par une cellule sécrète clanique qui est contrôlée par Jean François Ndéngué sous la supervision de Jean Dominique Okemba constitué des réseaux d’anciens Cobras.

    D’emblée : « Hors Jeu « – Services secrets n’a strictement aucun rapport avec le renseignement classique, ni même avec les échanges d’information entre services internes et externes « Hors Jeu » est un Passeport pour neutraliser la diaspora et certains opposants Congolais établis hors du pays et qui sont restés droit dans leur botte.

    Car le régime de Brazzaville ne parvient pas à cerner la détermination de la nouvelle classe des jeunes Congolais qui ne faiblissent pas, elle reste très active sur les réseaux sociaux où cette nouvelle génération à remporté la bataille de la communication face au pouvoir en réduisant à néant les jeunes comunity mager recrutés à coûts de millions par le pouvoirs.

    Les éléments recrutés par les services du pouvoir de Mpila possèdent chacun une identité secrète : celle de l’un des différents agents mis en jeu. Ils les manipulent collectivement pour effectuer des rencontres dans des villes déterminées par le sort ou bien récupérer des paires d’objets. Ces derniers sont disséminés dans la diaspora et envoyés en mission de neutralisation. Des femmes des jeunes sans papiers ou désireux de se rendre en France sont recrutés pour cette opération avec des cibles précises.

    Dans leurs viseurs les groupes des combattants de la diaspora, les relais médiatiques et des réseaux sociaux de la Diaspora comme le responsables du site Brazza News, Zenga Mambu, Brazza Paris Info, les relais installés aux Etats Unis au Canada, en Italie, à Londres, les pays de l’Est, etc…
    D’autres cibles sont répertorier par les barbouzes de Mpila: Les intellectuels comme Alain Mabanckou, Magloire Ndoba, Ndongalla Boundzéki , Maître Massengo Tiassé… Les hommes politiques et d’autres hommes de l’ombre sont également sur la ligne de mire comme les soutiens politiques du Général Mokoko à l’étranger notamment sur la place de paris, les représentants de Ntumi. Les officiers, sous officiers et anciens combattants en exil sont également ciblés tout comme les anciens Cobras et déserteurs qui ont quitté le navire de Mpila sont aussi sous la sellette des services spéciaux du dictateur.

    Le Général Kéteka en Allemagne est nommément cité dans les fiches de renseignements. Autres personnages ciblés, le Ministre Bikinkinta qui vit à Londres, le Général Ferdinand Mbaou et d’autres …

    Le pouvoir par le biais des anciens éléments de la DGSE Française évoluant dans le privé depuis un moment ont été recruté pour Sassou par le biais de Bernard Squarcini et Jean Yves Olivier ami de Falcon (ce grand marchant d’arme), ils ont pour mission de s’approcher d’un certain nombre d’opposant pour leur vendre des projets d’achats d’arme et de mise en relation directe avec Debby ou Ali Bongo pour mener une opération de déstabilisation du Congo.
    C’est la cane à pêche que compte tendre les barbouzes pour attraper comme des poissons les opposants congolais qui seront par la suite livrer à Brazzaville et présenter lors d’un procès notamment au moment où on continue de fabriquer les preuves contre Mokoko.

    Chacun des éléments dispose d’une carte d’action. Les cartes d’actions permettent de mouvoir un personnage de ville en ville, d’échanger sa place avec un autre agent, de troquer un objet ou bien de le voler à un partenaire/concurrent.
    Moins d’une dizaine d’actions sont possibles, de sorte que le jeu se trouve très contraint et l’action de l’opération « Hors jeu » éfficace .

    Mode opératoire :
    L’empoisonnement, le sabotage des véhicules, la filature active, sauf que le pouvoir a recruté beaucoup d’amateurs qui ont déjà été détecté, puis certains agents notamment les filles une fois arrivées renoncent à la mission et changent d’identité.
    Le pouvoir a débloquer de moyens importants pour mener cette opération. Quand un agent a accompli une mission, tous les agents ayant participé à l’opération marquent un point, c’est le mot d’ordre.
    Comme dans l’excellent Origo, de Wolfgang Kramer, on progresse sur la piste de score non pas de case en case, mais de case libre en case libre. Cela permet parfois de fulgurantes ascensions c’est la promesse faite aux agents par le pouvoir finissant de Mpila.

    L’un des agents s’appelle Mister Black. Comme son nom l’indique, c’est un vilain personnage: au lieu de progresser sur l’échelle des scores, il recule. Dès qu’un joueur le rencontre, la partie s’arrête. Chacun dévoile alors son personnage, et ajoute à son score le nombre de missions qu’il a accomplie durant la partie.

    C’est comme ça que nous parvenons à notre niveau a démonter les pièges tendues par le pouvoir de Mpila qui butte à vaincre les FALC ( Forces d’Autodéfenses pour la Libération du Congo) du Président Ntumi dans le Pool.
    Le pouvoir veut couper soi-disant le Président des FALC des relais d’informations à partir de l’étranger ou ce dernier ferait passer ses messages. Ce pouvoir cris à tort ou à raison que la Diaspora à l’instar de Ntumi constitue une menace .

    Malheureusement, la piste de score est un peu courte. Le système de marque est à priori séduisant et astucieux. Il rend cependant le jeu encore plus chaotique qu’il ne l’est déjà, à cause du grand hasard gouvernant le choix des actions possibles.
    Néanmoins, il y a là, plusieurs bonnes idées que l’on est peu accoutumé à voir dans un jeu car le pouvoir de Brazzaville se retrouve lui-même « hors jeu ».

    Les possesseurs de téléphones portables (il y en a encore, paraît-il) peuvent en outre opter pour une variante amusante. Elle consiste à se faire expédier par SMS un certain nombre de missions supplémentaires.

    Nous n’avons pas testé cette option, mais d’ici peu nous affirme notre source patriotique au service du peuple et qui déjoue à l’intérieur les plans macabres du pouvoir. Ce dernier nous indique que la situation de crise actuelle profite à plusieurs chefs militaires et sécuritaires qui pompent chaque jours des milliers des francs sortis soit du trésor soir des fonds spéciaux gérés par JDO et Mboulou dans le cadre de la Sécurité Nationale .

    Chers compatriotes de la diaspora vous êtes désormais informé, prenez vos gardes, car le dispositif de la mission « hors jeu » a été déniché et mis en échec mais comme elle est constitué de plusieurs cellules et les différentes cellules ne communiquent pas les unes des autres nous sommes aux aguets pour contrer toutes les velléités.

    La France à intérêt de mettre hors d’état de nuire les agents double du pouvoir de Brazzaville qui veulent mener des actions de terrorisme d’Etat sur son sol.

    A bon entendeur salut Affaire à suivre.

    Anais Polo

    LES SACRIFICES HUMAINS: LA NÉBULEUSE FRANC-MAÇONNERIE FRANÇAISE MISE EN CAUSE AU CONGO BRAZZAVILLE. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/11/les-sacrifices-humains-la-nebuleuse-franc-maconnerie-francaise-mise-en-cause-au-congo-brazzaville.html

  15. MABIALA Mâ NGANGA dit :

    LA TRAHISON DE KOLELAS MISE A NUE PAR NTUMI.

    Que tous les fanatiques de KOLELAS qui en doutaient se taisent maintenant et à jamais.

    Dans son dernier message de ce dimanche, NTUMI a dit : « Bo ba tou ta koué té ba mfoumou bou tou ba sikirila mou pari, mou mpimpa bélé koué kota bala ba nzo zi ba koué mbongolo mbongo, bou bou voutou tsia moukounga hou sobélé, nzonza yi sobélé, heka ni bitsono bia bountsana twéka tanga… ».

    La référence est claire à la dernière lettre de PAKO concernant ses propositions louches et absurdes pour résoudre la crise du Pool.

    Tous les Vivien MANANGOU, Blaise NZONZA, Ghislain MBOUNGOU vous avez contester MABILEMONO qui a dit détenir des preuves confirmant la trahison de PAKO, et maintenant, venez donc contester NTUMI.

    LE FANATISME CLANIQUE BETE ET MECHANT A DES LIMITES.

  16. LE PATRIOT dit :

    Quand on pose des questions on doit savoir de quoi on parle. NE PAS CREE DES DIVISIONS QUI N’EXISTE PAS LE SUD EST UNIT ET SOUDÉ

  17. Anonyme dit :

    @UNITE dit :
    06/11/2016 à 17:52
    Je cite : debut [

    UNITE dit : Lorsque les populations innocentes souffrent de voir les leurs mourir sous les bombes et balles de Sassou, Ouabarri ferait mieux de trouver des voies et moyens pour traduire Sassou et ses sbires devant la CPI plutôt que de revenir sur « le prendre acte de Kolelas », ou les propos de Tsaty Mabiala sur sa reconnaissance de la victoire de Sassou. Face à un multirécidiviste, le dialogue à la formule d’EWO ne sert pas. Comment peut on accepter que Sassou tue quotidiennement des milliers de personnes, et après s’asseoir avec lui, afin que comme d’habitude ces politiques s’entendent pour une amnistie des crimes que Sassou et ses sbires ont commis. Ces personnes décédées dans des conditions atroces, méritent que tous les politiciens comprennent que la vie d’un être humain ne vaut pas les quelques 3 millions qu’on remet à leur parent pour acheter leur silence.] fin-citation

    faut-il porter plainte contre « le Président Dénis Sassou Ngésso et le Président François Hollande » devant le tribunal en France ? Il est possible de porter plainte contre le Président français, il y a aucun problème là dessus.

    Rediger la plainte et il y a déjà au moins un volontaire qui pourra porter cette plainte devant le Tribunal de France et puis, si possible à la Cours Internationale.

    Pouvez-vous participer à la rédaction d’un « brouillan de plainte »? Le faire en groupe par exemple.
    Quelqu’un est-il près à participer?
    Vous pouvez avoir une adresse email/postalle (au choix) pour la transmettre.

    Il faut passer aux actes. Le Pool aujord’hui et qui demain?

    @UNITE que pensez-vous, votre pensée sur votre volonté.

  18. dfip dit :

    @MABIALA Mâ NGANGA

    Une fois de plus, on se fout de Kolelas. Qu’il se fasse hara kiri si tel est son desir, on s’en balance.

    Pour une fois le propos de Ntumi est clair. Il demande a tous les Congolais de se lever, il a cité tous les departements de se lever comme un seul homme pour boutter hors d’etat de nuire le Kani en chef. Excellent message de Ntumi en ce qu’il nous permettra de voir le comportement de la mbochisphere.

    J’attends que BOWAO prenne la parole pour demander à ses partisans de se lever comme le demande NTUMI.

    J’attends que Mazimba qui est tres prolixe sur son facebook appele clairement à se amis de se lever comme un seul homme pour boutter hors d’etat de nuire le Parrain de la mbochisphere. .

    J’attends que Ouabarri dans son confort parisien lance un appel clair au soulevement des populations de sa contrée.

    J’attends un appel de OBA Serge Blanchard pour le soulevement de ses partisans dans la cuvette.

    J’attends qu’Okombi depuis son compte twitter lance un appel au soulevement des populations de Lekana et ses partisans de BZV.

    J’attends de Mierassa de demander publiquement à ses partisans de LEKANA et de BZV de se lever come un seul homme pour boutter Sassou.

    Je ne demande pas qu’il se mettent derriere NTUMI, car c’est trop leur demander, mais qu’ils relaient juste l’appel de NTOUMI.

    Apportez nous juste la preuve que la mbochisphere est une vue de l’esprit en emboitant clairement le pas au message de NTUMI.

  19. David Londi dit :

    Certaines approches historiques me gênent terriblement, spécialement celles qui consistent à inférioriser ou classifier systématiquement les Noirs ou les colonisés selon leurs aptitudes. J’ai eu à échanger là-dessus avec notre compatriote Ngabaru qui défend la thèse de Ponel, fin XIXème, sur les populations de la Shanga qu’il traitait de « barbares ».

    Ngabaru n’ignore certainement pas ce proverbe nigérian « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse ne pourront que chanter la gloire du chasseur. »

    Ponel développe un modèle d’analyse européo-centré de l’expansion coloniale, un récit sans failles d’une colonisation omniprésente et d’un empire omnipotent, qui laissait finalement peu de place aux populations colonisées, à leur point de vue, et surtout à leurs pratiques sociales et à leur marge de manœuvre face aux colonisateurs. La méconnaissance du colon sur nos cultures a été telle qu’il avait inventé des races « Balali », « Tékés » ou « Mbochis » comme si chez lui il parlait de race « Corse », « Picarde » ou « Bretonne ». Heureusement que la vision moderne sur ce sujet a affirmé que la notion de race n’avait aucun fondement scientifique. Ouf !

    Il est temps, à la lumière de notre propre capacité d’analyse, de restituer les capacités d’action des colonisés pour montrer qu’ils n’avaient pas seulement subi la domination coloniale et qu’ils n’étaient pas non plus enfermés dans une dialectique aussi simple que «collaborer» ou résister militairement. Il existait entre ces deux options toute une panoplie d’attitudes très diverses : des stratégies d’évitement telles la fuite dans la forêt, la montagne ou la colonie voisine, des formes d’action non violente : vols, refus de travailler ou de payer l’impôt comme l’ont fait les Matsouanistes. Et enfin, des résistances à bas bruit comme les moqueries, les insultes ou les crachats. Les jugements définitifs émanant du colon ne peuvent donc pas être repris sans faire appel à notre intelligence.

    Un autre terme me gêne aussi terriblement. Qu’entend-on par le néologisme « mbochisphère » ? Que recouvre-t-il ? Je serais très interessé d’avoir plus de précision sur ce terme dont le contenu m’échappe. Ne serait-il pas plus judicieux d’utiliser le terme de Sassousphère ?

    Il faut comprendre un point essentiel. Nous ne pouvons pas arriver à chasser Sassou si nous ne travaillons pas sur l’unité de ce pays. J’avais écrit, ici, que le système Sassou repose sur 3 piliers : une communauté internationale corrompue, une instrumentalisation du tribalisme et une opposition corrompue. Je ne jette pas la pierre à toute l’opposition mais, je le dis, Kolélas et Tatsy Mabiala font beaucoup de mal à celle-ci. Ces deux-là constituent le troisième pilier sur lequel s »appuie Sassou et qu’il faut affaiblir pour chasser le petit dictateur de brazzavile. Mr Ouabari n’a pas voulu le dire parce qu’il est dans une opposition classique mais ils doivent sortir de la plate-forme pour l’assainir. Il faut reconnaître que Kolélas bénéficie d’une grande popularité auprès de l’électorat du Pool, raison pour laquelle il faut travailler sur la prise de conscience de celui-ci pour le détourner de ce faux-prophète qui est loin d’être un homme politique dévoué à la cause du peuple. Je ne perds pas confiance, le résistant Ntumi qu’il qualifie de délinquant ou terroriste ne le traite pas autrement.

    A mon avis, notre opposition fait fausse route en ne basculant pas dans la stratégie de la résistance. Face à une dictature il n’y a pas de négociation possible, il faut résister. Le peuple doit prendre ses responsabilités en préparant les conditions d’une insurrection populaire. J’ai suffisamment développé ce point dans un certain nombre de mes posts, pour faire court, je ne reviendrai pas dessus.

  20. Jules NGOYO dit :

    @D. Londi, pouvez-vous nous expliquer pourquoi aucune mouche ne bouge ni dans l’armée, ni à Makoua, pendant qu’un ancien CEM croupit dans les geôles, alors que les siens promettaient de faire du corps à corps, si le tyran touchait à leur enfant.

    Comment peut-on comprendre qu’une partie de la population jubile et dans, quand les autres sont sous les feux des barbares ?

    Ce n’est pas en se voilant les yeux ou en ignorant notre passé que l’on pourra trouver des solutions de long terme au vrai vivre ensemble.

    Le sens de l’intérêt général extraclanique est aussi une culture que tous les peuples n’ont acquis dans l’histoire et cela peut avoir des incidences sur leur parcours et leur intégration aux sociétés plus évoluées.

  21. M dit :

    Ne nous fatigons pas inutilement avec le cas de Tsaty-Mabiala ; Parfait Kolelas. Cela estb une perte de temps. Concentrons nous `a la résistence à proprement dite.On ne peut plus concevoir que Sassou tue quotidiennement des milliers de personnes, qui laisse pleuvoir depuis des mois les bombe sur les habitants du Pool et s’asseoir avec lui pour un dialogue quelconque et lui permettre comme d’habitude de continuer ses crimes avec sa clique.Il faut que la justice,la démocratie triomphent cette fois ci.La manifestation de jeunes, membres du Front patriotique (FP) et du Mouvement réveil (MR2020), qui ont manifesté à Brazzaville, plaidant le retrait du Congo de la Cour pénale internationale (CPI) est une opération curieuse et honteuse qui a été initiée par le pouvoir sanguinaire de Sassou Nguesso et conduite par Destinée Hermellia Doukaga, ministre de la jeunesse qui était présente à la manifestation.Sassou Nguesso et sa clique qui sentent l’étau se reserrer sur eux, veulent tout faire pour que le Congo sorte de la CPI, afin qu’ils se mettent à l’abri des possibles poursuites judiciaires pour les crimes contre l’humanité, crimes de guerre et turture très nombreux . Le tyran et sa bande de criminels savent maintenant que les recettes de près de 20 ans de la manne pétrolière qu’ils ont en bonne partie dépensé comme des fous, dans l’achat des consciences et des âmes sur tous les continents ne suffisent plus pour leur garantir l’impunité tant souhaitée sur les crimes sciemment personnellement commis. Malgré le silence du Président de la France;François Hollande qui avait déclaré à propos de Sassou Nguesso: « Sur le Congo, que Sassou peut consulter son peuple; cela fait partie de son droit, et le peuple doit répondre. », malgré le mutisme des gouvernements de ce monde, de l’ONU et autres institutions internationales de défence de droit de l’homme, des grands médias sur la violation tout amazout des droits de l’homme qui s’est intensivée depuis le 17 octobre 2015, lorsque les forces armées- police tribales du dictateur Sassou Nguesso, on a tiré sur des paisibles citoyens au rond-point Lumumba à Pointe-Noire, puis à Brazzaville, et le génocide dans le Pool depuis avril de cette année,rien n’est définitivement fait pour leur assurer de l’impunité qu’ils veulent tant.En recommensant à procéder à la repression sauvage, aux arrestations arbitraires, tortures, enlevements des opposants et simples citoyens ayant pris part aux manifestations contre le référendum et qui se sont déroulées de la manière la plus pacifique qui soit, encore Nguesso en coupant dès le dimanche 20 mars toutes les communications (téléphone, Internet,SMS, Facebook au moment des élections ) pendant plusieurs jours et arriver à réaliser à nouveau son coup d’État constitutionnel, puis au génocide du Pool,Le régime de Sassou
    Nguesso,infatigable et indécrottable fraudeur électoral, issu du coup d’Etat du 15 octobre 1997 a franchi le cap impardonnable.
    Pour étouffer toute contestation de la victoire volée et en mettant en vedette une machination politico-judiciaire comme toujours, Sassou Nguesso et sa bande qui se sont lancés depuis le 4 avril de cette année à la répression sauvage au Congo et à l’épuration éthnique dans le Pool ne font pas autre chose que ce qu’avait fait Hitler avec son mouvement Nazi.
    Oui avec la manifestation des jeunes plaidant le retrait du Congo de la Cour pénale, Sassou Nguesso et sa clique sanguinaire commencent dorénavent à comprendre qu’il n’est plus simple, dans le monde actuel d’échapper à tant de crimes commis malgré la très grande opération de corruption qui touche tant de de corrompus à travers le monde avec l’argent du peuple congolais et l’ adoption d’un article complètement dingue dans la nouvelle constitution illégale. L’article 10 de la constitution du pouvoir illégitime de Sassou Nguesso stipule : “Sauf en cas de perte ou de déchéance de nationalité, aucun citoyen congolais ne peut être ni extradé, ni livré à une puissance ou organisation étrangère quel que soit le motif. » Pour referer ici qu’ à seul cas, la chasse récente contre le génocidaire Pierre Oba, actuel ministre des Mines du Congo-Brazzaville et ancien ministre de l’Intérieur, qui s’est glissé entre les mailles du filet judiciaire tressé par la Belgique et la France, alors qu’il est accusé de crimes de guerre commis entre 1997 et 1999 et des crime contre les disparus du Beach, les criminels génocidaires du pouvoir du Congo commencer à mesurer personnellement,qu’on ne peut jamais étoffer la vérité et échapper éternellement à la justice pour des motifs si cruciaux qui sont crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture.Les affaires de disparus du Beach, de bien mal acquis et torture à eux seuls, suffisaient normalement pour partir à la CPI, ou pour la prison à vie n’importe où. Mais quant à cela,Sassou Nguesso et sa bande de criminels génocidaires jugent utile de continuer à alourdir leurs forfaits en allant de nouveau se livrer aux « Opérations » de purification ethniques, qui jour pour jour, se poursuivent à ce jour, depuis 7 mois dans le département du Pool,ils ne peuvent pas compter sur les ramparts qu’ils se sont construit.Le monde ne peut pas éternellement indifférent. jusqu’à ce point. Trop c’est trop.On ne peut pas continuer avec les intriques, les mensonges du passée pour camouffler les choses. « Dans ce drame que connait le Pool et qui est de plus en plus devenu un génocide, il y a des coupables. Passibles de la Cour Pénale Internationale (CPI). La culpabilité personnelle de Sassou Nguesso et de ses dirigeants politico-militaires est évidente, nonobstant leur propagande visant à jouer les innocents et vouloir imputer tous le mal à Ntoumi et ses ex combattants Ninjas. Ntoumi et ses ex combattants Ninjas ne sont pas de terroristes, mais des résistants pour la cause du peuple, du Congo. Les terroristes sont le dictateur génocidaire, Sassou Nguesso et de ses dirigeants politico-militaires » qui se livrent aux arrestations arbitraires, tueries, au génocide que nous connaissons. Même en admettant la fallacieuse hypothèse selon laquelle le mobile leur aurait été imposé ce 4 avril 2016 par des prétendus « terroristes », la disproportion de la supposée riposte est si criarde et si absurde qu’elle les engage. Même quand on n’a point commandé les évènements, il reste qu’on est responsable de la manière dont on les traite ». Sassou Nguesso et sa clique sont des ingrats. Ils idiots, des criminels, génocidaires jusqu’à la moèlle. « Faut-il également faire remarquer que les fils du Pool ont été en première ligne de front parmi les cobras qui ont provoqué la chute du Président Pascal Lissouba en 1997 pour permettre à Denis Sassou-N’guesso de revenir aux affaires ? » Pour fermer la ´parenthèse, reprenons les écrits et reflexion d’un auteur: Lorsqu’on a tué Diawara et Ikoko, puis les paisibles paysans de Goma Tsé-Tsé, le pasteur Bintsamou Ntumu y était-il ? En 1977, quand on a tué le Président Marien Ngouabi et liquidé les cadres du Pool, Ntumi était-il là ?Lorsqu’on a commis des attentats dans les cinémas juste afin d’évincer Thystère Tchicaya, Ntumi y était-il ? Lorsqu’à Owando, Ikonongo et d’autres villages, on a brûlé, torturé, tué, enterré vivants, violé les femmes, obligé les pères et enfants et petits-enfants à commettre l’inceste avec leurs filles, les mères et leurs grand-mères, Ntumi y était-il ? Lorsqu’on a tué dans les quartiers sud de Brazzaville, à Pointe-Noire et dans toute la partie méridionale du pays, les contestataires du viol de la Constitution, Ntumi y était-il ? « Est ce Ntumi qui était responsable du carnage à la maison du colonel Marcel Ntsourou, qui était prêt à témoigner devant un juge français dans l’affaire des disparus du beach? Il faut savoir connaitre les intriques du pouvoir Sassou Nguesso.Il faut sauver le Pool, le Congo. Il faut mener sans repis une vraie resistance contre »le système Sassou qui repose sur l’instrumentalisation du mythe du tribalisme dans son sens le plus négatif (surestimation de son identité, rejet de l’autre et refus de l’alternance ), sur la corruption de la communauté internationale et sur celui de la corruption de l’opposition » et toutes les autres individues inconscients, qui livrent des informations aux chefs de la police GESTAPO du Congo; Ndengué, Okemba pour survivre.Peuple congolais de toutes les régions, de toutes les sensibilités politiques,de toutes les sensibilités philosophiques et religieuses nous avons l’obligation de nous réunir pour stopper le génocide du Pool et mener sans faille la résistance pour renverser le pouvoir illégitime, illégal du Congo et envoyer à la CPI et autres prisons le tyran génocidaire Sassou Nguesso et de ses dirigeants politico-militaires , complices, pour répondre de leurs crimes .

  22. David Londi dit :

    @Jules Ngoyo,

    la réponse est simple. Sassou a construit des prisons de la peur dans lesquelles tout le monde est enfermé. Tout le monde a peur de tout le monde même pour s’exprimer, ici, les gens prennent des pseudos. On a peur de son frère, de sa soeur, de son cousin, de son ami et de son voisin. La peur est l’arme la plus efficace en dictature, c’est le facteur de statu quo le plus efficace pour les dictateurs.

    Le challenge c’est tout mettre en oeuvre pour dépasser cet état de peur pour créer les conditions d’une insurrection populaire.

    Le Congo n’est pas encore une nation avec un sentiment d’empathie développé pour les autres. Le Pool est bombardé, les autres régions semblent indifférentes à ce qui s’y passe, même les limitrophes. Ce n’est pas leur problème. Si l’on prend l’hypothèse qu’au Nord ce sont les barbares et au sud, les civilisés, pourquoi les autres régions du sud, comme le Kouilou, le Niari, la Lékoumou ne bougent-elles pas ? Pourtant culturellement et historiquement proches. Devrais-je dire qu’elles sont devenues elles aussi barbares ? Il y a eu de violentes oppositions entre Youlou et les Matsouanistes (Laris) jusqu’à les exiler dans la partie septentrionale du pays, des situations conflictuelles entre les Bakongos et les Laris, à l’époque de la présidence de Massamba Débat, tout le monde se rappelle des Castro et Mabouaka. Pourrait-on, aussi dire qu’ils étaient des barbares ?

    Il y a eu plus récemment une opposition entre le Pool et le NIBOLEK pendant la présidence de Lissouba, sont-ce encore des barbares ? Le seul point commun dans toutes ces situations c’est la soif du pouvoir, la cupidité et l’égoîsme des uns et des autres. Il n’est point de théorie scientifiquement prouvée qui justifie ce terme de « barbare ». Nous avons tous été à l’école avec des compatriotes du nord, ils n’étaient ni moins ni plus idiots que nous, originaires du sud. J’ai été au petit séminaire de Mbamou avec les Emile Opangault, les Latoki, les Adzabi, les Ngollé, etc. Nous formions un groupe harmonieux dans lequel, je n’ai décelé le moindre retard culturel chez mes compatriotes du nord. Au séminaire moyen Saint Jean (seconde, première et terminale), nous étions mélangés, ceux venus de Mbamou et ceux des petits séminaires de Makoua et de Loango. Nous étions plus attachés aux promotions qu’aux différences régionales.

    L’Homme est un Loup pour l’Homme. Je ne nie pas l’impact culturel sur les comportements mais celui-ci ne peut pas être tenu pour l’élément principal qui déstabilise la vie politique congolaise. Celle-ci est pertubée par des hommes assoiffés de pouvoir qui érigent le tribalisme en système de gouvernement, un clan restreint qui ne couvre pas toute une région objectivement. Personne ne peut assurer, ici, que 100% des mbochis bénéficient de la manne du système Sassou. je parie même que la majorité n’en voit pas la couleur. Cela se saurait. Ceci est la deuxième raison après les prisons de la peur, l’instrumentalisation du tribalisme qui pousse à faire croire à toute une région ou groupe éthnique qu’il travaille pour eux. Apparemment cela marche si je me base sur des réactions haineuses de certains que je lis sur ce site.

    Un tel comportement n’aura qu’un résultat, conforter le pouvoir de Sassou. Je ne peux m’y résoudre parce que mon objectif principal reste et sera toujours le départ de Sassou, son clan et son système, système dans lequel j’inclus les pseudos-intellectuels ou hommes politiques du sud.

  23. janvierP dit :

    J’adhère 100% aux analyses conjuguées de
    – dfip (particulièrement celle de 06/11/2016 à 12:38, mais les autres aussi)

    – et de jules Ngoyo.

    Ce sont des questions simples, logiques.
    Et pourtant on répond, pour beaucoup malheureusement, que c’est normal parce que le congo n’est pas une nation ….trop léger comme argument.

    Oui Messieurs, comment pouvez-vous prétendre cela. ? Il faut au contraire fustiger ceux, apparemment majoritaires mêmes, qui attendent que la démocratie ou l’alternance tombent toutes cuites dans leur bec sans jamais y contribuer.

    Si tout le monde ou presque est convaincu que sassou est le vrai mal pour le pays, alors tout le monde devrait participer à cette lutte. Peut-être pas sous Ntumi, mais chez eux et/ou partout ailleurs.
    Pourquoi donc ntumi, s’il résiste vraiment ce que je doute par ailleurs (car comme a dit Dfip, un bon général ne va pas apporter la guerre chez lui) doit-il le faire seul (pour le bien du congo tout entier) ?

    Comme pour le développement d’ailleurs. Vous attendez que d’autres vous l’apporte. Moi j’affirme avec force que c’est aux congolais de le faire, malgré ou par delà les résistances.

    D’où notre propension perpétuelle à trouver des boucs émissaires et toujours extérieurement à nous mêmes. Quand chirac a osé dire que l’on était pas mûr,pour la démocratie, eh ben admettons-le . Quand sarkosy a dit qu’on était pas sortis de l’histoire, reconnaissons-le….Moi j’ai admis cela sans broncher puisque chaque jour nous leur en faisons la démontration. Certes tsati mabiala (ma nganga), certes kolelas ? Mais quid des autres hommes politiques ? Mokoko, salissa, bowaho Pareils et peut-être pires. Ils attendent la fin de sassou pour sortir enfin du bois ?

  24. David Londi dit :

    @JanvierP,

    je pense que vous n’avez pas lu mes précédents posts et de ce fait vous vous faites certainement une idée assez fausse de ce que je pense profondément.

    Ici, j’ai seulement voulu mettre en exergue un néologisme qui m’exaspère au plus haut point, la mbochisphère ou l’homme du nord est barbare.

    J’ai toujours soutenu le fait que les alouettes ne tombent pas toutes rôties du ciel. Avec une opposition aussi faible ou corrompue pour certains d’entre eux, le peuple doit prendre ses responsabilités. J’ai souvent fait des propositions dans ce sens assez documentées mais je ne cautionnerai jamais des propos qui ne contribuent qu’à diviser un peu plus le peuple.

    Pour le reste, je vous renvoie à mes posts sur ce site !

  25. Lucien Pambou dit :

    A Monsieur le Ministre JOSEPH OUABARI MARIOTTI et aux autres,

    méditez mon texte sur la démocratie à l’africaine et les réseaux. vous trouverez peut-être des éléments d’analyse, d’explication de ce qu’il se passe au Congo et de ce que nous sommes, nous-mêmes, membres de la diaspora en France, sans aucun projet programmatique et stratégique, sans aucune approche globale d’un Congo nouveau et global. Je propose que les anciens que nous sommes au delà de 50 ans laissons les jeunes diriger ce pays le Congo. Nous sommes des incapables, vous nos aînés et nous vos frères au delà de 50 ans.

    http://fr.blastingnews.com/international/2016/10/democratie-a-l-africaine-en-afrique-centrale-et-theorie-des-reseaux-et-des-trajectoires-001221667.html

    Cordialement.

    Désolé, pas relu.

Laisser un commentaire