NON SASSOU, LE PASTEUR NTUMI EST UN RÉSISTANT. Par Patrice Miakassissa

image173904-592x296-1465205233

Le Pasteur NTumi, ancien ministre délégué de Sassou

A la suite de sa dernière conférence de presse, Sassou déclare qu’il n’a pas de crise dans le Pool. J’aurai pu dire que les bras m’en tombent, mais force est de constater que l’homme est dans sa logique habituelle: le déni. Le refus de voir qu’il n’est plus en phase avec les Congolais qui l’ont honni. Pourquoi diable a-t-il organisé une cérémonie pour les victimes militaire et civile tombées dans le Pool? Quelle arrogance depuis que la France, avec son double jeu, lui a permis de violer la constitution congolaise et qu’elle vient d’accréditer le nouvel ambassadeur du Congo qui a présenté ses lettres de créances à François Hollande le 9 novembre 2016. En Afrique dixit Nicolas Sarkozy, « la France sera toujours du côté des dictateurs ». N’empêche que cette normalisation dans la continuité constitue une mauvaise nouvelle pour les démocrates congolais. C’est un épiphénomène qui ne doit en aucun cas nous dévier de notre objectif principal : le retour de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique au Congo.

Ce que Parfait Kolelas avait préconisé dans ses propositions de sortie de crise sécuritaire dans le Pool, notamment « la localisation du Chef de la rébellion » et « la mise en place d’un cadre politico-judiciaire », vient d’être repris par Sassou. C’est à se demander à quoi joue Parfait Kolelas? La tragédie du Pool ne saurait servir de monnaie d’échange à un poste de leader de l’opposition rémunéré par le pouvoir en place. Après la pâle copie, l’original nous est servi par Sassou himself qui qualifie le Pasteur Ntumi de terroriste et refuse de voir la réalité en face. Maintenant point de doute la connivence est là. Nous disons à Sassou que le Pasteur Ntumi est un résistant et qu’aucun ressortissant du Pool digne de ce nom ne vous le livrera afin qu’il fasse partie de la longue liste de vos victimes. Certes, vous avez lancé un appel aux dirigeants du Pool qui profitent de vos largesses, mais le Pool profond restera sourd à ce diktat qui n’est autre qu’un appel à la délation. Un peuple fier, de convictions comme le nôtre, ne livre pas ses enfants pour des subsides ou du menu fretin. De Mabiala Mâ Ganga à Matsoua André Grenard nous avons toujours su résister à l’occupant jusqu’à le bouter dehors.

Votre tentative d’ethniciser le conflit du Pool ne passera, car personne n’est dupe de vos manœuvres habituelles. Tous les Congolais du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, sont maintenant unis pour vous dire trop c’est trop et STOP. Sassou tel un enfant gâté a toujours cru que tout lui était dû et ce qu’il disait, venait de Dieu sans intermédiaire. Entouré d’une cour qui lui chante des louanges à longueur de journée, il se croit permis de faire la pluie et le beau temps au Congo.

Le Congo-Brazzaville court un grave danger, celui d’avoir à sa tête un individu qui a perdu la raison et le sens des valeurs. Les bombardements, les déplacements et les massacres des populations du Pool ne sont qu’une vue de l’esprit car ainsi il en a décidé. Son appel à la délation nous rappelle des heures sombres de l’humanité pendant lesquelles un dictateur stigmatisé le peuple juif avec lequel nous devrions maintenant partagé le malheur de porter l’étoile jaune. Soyez rassurés que cela n’arrivera pas malgré vos complicités intérieures.

Lorsqu’un peuple est en proie à une violence aveugle de la part d’une dictature, l’action de résistance devient plus que nécessaire. L’État congolais depuis le 04 avril 2016 s’est lancé dans une propagande éhontée, mensongère, en qualifiant le Pasteur Ntumi de terroriste. Il n’en est rien. Ceux-là même qui hier pendant la guerre du 5 juin 1997 étaient qualifiés de terroristes en prenant par la force le pouvoir d’un régime démocratiquement élu, se muent aujourd’hui en donneurs de leçons. Comme disait Jean François Revel dans sa célèbre formule dans le terrorisme contre la démocratie « le terrorisme de l’un c’est le résistant de l’autre ». Les terroristes d’hier drapés dans des costumes de démocrates opportunistes d’aujourd’hui s’érigent en procureur de vertu. Demain ne seraient-ils pas des terrorismes eux-mêmes quand le peuple congolais aura retrouvé la plénitude de ses moyens en reprenant le contrôle du pays?

La notion ou la définition du terrorisme est très variable car tenant compte des intérêts des parties et des cibles choisies. Pour mieux justifier sa forfaiture du 20 mars 2016, le pouvoir dictatorial dans sa fuite en avant a choisi de créer un bouc émissaire en le nommant « terroriste » afin de coller à l’air du temps. Nous sommes conscients de cette basse manœuvre. Tout ceci n’est pas pour masquer la faiblesse d’un régime honni par 92 % de la population congolaise et, en proie à la malgouvernance, au népotisme, au tribalisme, au pillage des deniers publics, etc.

Au Congo-Brazzaville, nous assistons à un régime de terreur du gouvernement de fait. Il vise à terroriser ses opposants politiques qualifiés comme des ennemis du peuple, vieille rhétorique marxiste-léniniste, afin de pérenniser un pouvoir chancelant. C’est la dictature de l’opinion, de l’émotion, de la pensée comme jadis du temps de la guerre froide dans les pays communistes ou socialistes. Cela n’étonnera personne, car ce sont les mêmes personnages lugubres qui président aux destinées du pays depuis fort longtemps. La mutation du communisme à la démocratie n’avait été que de façade et contrainte devant la nouvelle donne géopolitique conditionnant l’aide au développement à l’association de tous les congolais à la gestion des affaires de l’État.

Devant l’affaissement et la déliquescence du leadership du monde occidental à l’origine de cette mue, notamment la France avec le discours de la conférence de la Baule du 20 juin 1991, les mauvaises habitudes ont repris. Les loups ont revêtu les peaux d’agneaux. Certains dirigeants européens se sont accommodés des miasmes de la Françafrique qu’ils répugnaient auparavant, tant l’argent n’a pas d’odeur et que tout Homme a un prix auquel il peut se vendre. Ainsi, la corruption des élites occidentales a pour corollaire la pérennité des dictatures africaines et l’appauvrissement des populations qui livrées à elles-mêmes cherchent le salut ailleurs en dehors de limites géographiques de leur contrée. De là, on assiste impuissants aux noyades multiples dans la méditerranée de la jeunesse africaine qui cherche le bonheur en Europe, continent dans lequel certains nationalistes nous ont décrétés persona non grata.

Dans le cas du Congo-Brazzaville, c’est l’armée nationale devenue milice privée à la solde de la famille Sassou-Nguesso qui attaque celui qui hier encore était un partenaire politique pour la paix avec rang de ministre délégué. C’est à ne plus rien comprendre en matière d’alliances politiques. Ils ont choisi le Pasteur Ntumi afin de l’isoler et le département du Pool pour exercer un terrorisme d’état. N’avait-on pas entendu dire de la bouche de l’actuel ministre de affaires étrangères que les populations du Sud de Brazzaville, les habitants de Bacongo et de Makélékélé majoritairement originaires du département du Pool, étaient habitués à la sédition. Les esprits étaient préparés et les coupables désignés à l’avance sans jugement ce qui est le lot des dictatures.

Le Congo est l’un des seuls pays au monde a ne jamais avoir connu depuis son indépendance une transition pacifique à la magistrature suprême. Même l’élection du Président Pascal Lissouba survient après un coup d’état de palais initié par la conférence nationale souveraine. Par la suite, nous sommes retombés dans nos travers.

Le système politique de terreur au Congo s’installe après le départ du Président Fulbert Youlou, avec les assassinats ciblés de nos hauts fonctionnaires dont Joseph Pouabou, Lazare Matsocota et Anselme Massouémé. Désireux d’assumer un pouvoir hégémonique et tribaliste, le PCT s’emploiera à l’utiliser comme un système de gouvernance avec des sordides assassinats des paisibles congolais au petit matin après des parodies de justice avec des cours révolutionnaires de justice ou des cours martiales. Le point culminant de ce terrorisme d’état est atteint avec les meurtres des Présidents Marien Ngouabi, Alphonse Massamba-Débat et du Cardinal Emile Biayenda. Aujourd’hui encore au nom de ce même terrorisme d’état l’on exécute encore des milliers de congolais dans le Pool et ailleurs tout en voulant nier la réalité. Les faits sont têtus. Le contrôle de l’armée privée congolaise, de la force privée et du système judiciaire à la botte créent les conditions de cet acharnement de ce régime de terreur vis à vis du peuple congolais. L’État congolais est le seul protagoniste de ce terrorisme qui est dirigé contre sa propre population pour mieux l’assujettir.

Le Pasteur Ntumi ne peut en aucun cas être qualifié de terroriste car ce dernier ne s’en prend pas aux populations civiles. Son acte de bravoure et de résistance l’emmène à défendre les millions de sans voix terrorisés par un régime finissant. Les massacres des populations du Pool sont des actes terroristes planifiés, contrôlés et exécutés consciemment par l’État congolais à travers son plan diabolique « Mouébara ». Cette stratégie d’assassinats d’opposants politiques et de répression des mouvements citoyens désireux de s’affranchir d’une classe dirigeante barbare est un terrorisme d’état. A bien y voir c’est la même stratégie qui se met conjointement en place dans les pays d’Afrique centrale à l’instar des régimes autoritaires d’Amérique du Sud d’antan, connu sous l’appellation « opération Condor ».

Le Congo-Brazzaville en organisant des disparitions forcées (les 353 disparus du Beach), les massacres du Pool, des tortures (Augustin Kalla-Kalla), des violations des droits humains, est coupable de terrorisme d’état et en cela sa responsabilité tant sur les plans national qu’international est gravement engagée. Les velléités ou les tentatives de sortie de la CPI récemment organisées avec l’appui d’une jeunesse en déshérence, en manque de repère, n’y changera rien. Plutôt tôt que tard, les coupables seront traduits devant les juridictions compétentes en la matière. Le Congo-Brazzaville est devenu un état voyou (rogue state).

C’est l’oppresseur qui détermine l’arme de l’opprimé. En cela, le Pasteur Ntumi est un résistant qui participe à la libération nationale. Il se défend en vue de l’instauration d’une démocratie effective au Congo devant un régime politique tyrannique, totalitaire. Cette résistance est donc justifiée contre l’oppression ethnique, sociale, économique, militaire, etc. Parallèlement, une résistance pacifique s’organise par le refus et la dénonciation du casse démocratique du siècle à savoir le vol de l’élection présidentielle du 20 mars 2016.

Le Pasteur Ntumi est un combattant pour la liberté et non pas un terroriste ni un bandit. C’est un résistant qui se défend contre des cibles militaires qui n’ont pour but politique que sa mort physique. Ainsi secrètement vous rêvez d’exhiber dans une mise en scène macabre son cadavre au Stade de Kintélé comme jadis vous le furent avec d’autres au Stade de la Révolution. Rien n’étouffera la contestation nationale, rien ne saurait arrêter un mouvement de libération nationale. Le combat pour la liberté est une cause par opposition aux moyens de lutte terroristes mis en place par le gouvernement congolais.

Le Pasteur Ntumi ne fait pas partie de ces chiens enragés qui ont décidé de détricoter le tissu social congolais. Comme dit la vox populi, « qui veut noyer son chien l’accuse de rage ». Alors, ne venez pas lui chercher les poux dans la tête, il n’a rien à se reprocher.

Avec cette dernière saillie, Sassou nous montre que quand les fous prennent le contrôle de l’asile, le pire est à craindre. Nous ne devrions pas laisser faire car comme disait le Pasteur Martin Luther King « nos vies commencent à prendre fin le jour où nous devenons silencieux à propos des choses qui comptent. »

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

 

Diffusé le 12 novembre 2016, par www.congo-liberty.com

 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

61 réponses à NON SASSOU, LE PASTEUR NTUMI EST UN RÉSISTANT. Par Patrice Miakassissa

  1. VAL DE NANTES dit :

    Fabriquer un corbeau violet dans les fours de MPILA ,afin de lui faire porter toute la misère de notre CONGO ,le contenu de la blague nous semble léger et ridicule .
    Que SASSOU nous trouve un alibi qui soit plus pertinent face à la gravité économique et sociale dans laquelle il a plongé le PAYS ;
    Ce disque sur NTUMI , est vite rayé et inaudible .Le cadavre CONGO bougera toujours , avec ou sans NTUMI ;;;;;;;

  2. VAL DE NANTES ,L'ARMÉE DES RIGOLOS dit :

    Envoyer des miliciens myopes dans la savane du POOL , pour traquer NTUMI , scandalise l’armée congolaise ;
    LE POOL a t’il une forêt dense à l’image de MAYOMBE pour que le faux bandit , ne soit pas débusqué .
    Si , cette armée des aveugles mbochis , se voit dans l’impossibilité de tuer NTUMI en pleine savane , on peut en déduire que le CONGO est sans armée ;
    LES SÉLÉKAS peuvent tranquillement s’emparer de la région de la likouala , sans qu’une mouche ne les perturbât ;
    Cette armée des godillots donne des informations inquiétantes à ces éventuels adversaires ;
    En résumé , tout tsamba bu , LE CONGO est à prendre .

  3. Anonyme dit :

    Val de Nantes, le plaisir est toujours immense à lire tes écrits, quelle plume! Décidément à te lire je me dis que le Congo va renaitre de ses cendres dans lesquels l’a plongé la bande de mpila-oyo-edou
    Matrin

  4. Anonyme dit :

    Excellent article de M. Miaksassissa

  5. mgr lubeladio lari et eveque de kinkala des annees 1665.il prit les armes et lutta contre le portugais dans le pool.il y fut tue.selon zenga mambu des annees 1665 il fut un "vaillant patriote" dit :

    mr ntumi n’etait pas ministre de sassou.il l’etait devenu suite a une corruption politique.il etait ministre de la republique. c’etait le prix a payer a cette epoque pour un retour a la paix dans le pool. helas avec le pool c’etait peine perdue.le pool s’est toujours battut comme en 1665 avec le pere lubeladio.

    LE POOL EST FOU.

  6. David Londi dit :

    Pendant que les Kolelas et Tatsy trahissent d’une façon éhontée le peuple qui leur a fait confiance, le comité des chefs d’états africains désigne Sassou Nguesso pour présider le conseil de haut niveau sur la Lybie qui se tiendra en Éthiopie (Xinhua). Il est plus que temps de se mettre au travail !

  7. Hugo Igor ELENGA KOUAYA dit :

    Je ne suis pas de ceux que Sassou Nguesso demande de dire noire quand ce que je vois est blanc, ou vert quand ce que je vois est bleu, ou rouge quand ce que je vois est gris ainsi de suite. Au Congo Brazzaville depuis que Sassou Nguesso comme la CNS l’a démontré avait fait tuer le président Marien Ngouabi le 18 mars 1977 et a réussi malicieusement à balancer ce crime odieux sur les kongo-lari avec la complicité de Yomby Opango, Louis Sylvain Goma et les autres membres du CMP pour proceder aux éliminations de temoins genants et des personnes inocentes Mgr Emile Biayenda, l’ancien président Massamba Débat et bien d’autres compatriotes, je suis de ceux des congolais qui n’ont jamais cru aux affabulations de Sassou Nguesso. Pierre Anga, paix à son âme, dans une video enregistrée qui depuis un certain temps circulle sur le net, décrit sans détour le comportement malicieux de Sassou Nguesso et ces méthodes perverses. Il tue, fait assassiné, commet des crimes, et désigne toujours les autres. Mais pas lui. Cependant il paye à grands frais les journalistes nationaux et internationaux pour distiller le mensonge et chercher à taire la vérité. Les évènements de 1977, 1982, 1986, 1987, 1997, 1998/2003, 2012, 2013, 2015, et maintenant la crise actuelle dans le pool sont si éloquents pour bien cerner ce criminel. Avant hier cétait les bakongo qui ont tué Marien,avant hier encore c´´etait, Ndalla Graille qui a posé les bombes au Cimena star, avant hier encore cétait Tystère Tchicaya responsable des explosión de maya maya, avant hier encore cétait Pierre Anga qui voulait faire un coup d’Etat, avant hier encore, cétait le Président Lissouba qui ne voulait pas organiser les elections, avant hier encore cétait kolelas et ses ninjas récupérés par Ntoumi, hier cétait le colonel Marcel Ntsourou qui a fait exploser mpila, hier encore cétait le même colonel Ntsourou qui allait organisé un coup d’Etat, hier encore les jeunes ont eu tort de s’opposer au changement de la constitution et ont été lachement assassinés à Pointe Noire et à Brazzaville par les miliciens et les mercenaires sassouistes. Aujourd’hui, il met le feu à Bacongo et dans le Pool, c’est Ntoumi qui est accusé. Non Arretons cette manière de faire la politique par le mensonge. La vérité est que Sassou Nguesso est responsable de ce qui se passe actuellement dans le Pool. C’est bien claire. Il voulait par ces actes barbares détourner l’attention des caméra sur sa personne après avoir volé la victoire du Peuple. Jamais au Congo on a proclamé les resultats des élections tard dans la nuit quand tout le monde est endormi. C’est un point de détail important pour comprendre la situation du Pool. Et il y a mensonge encore quand le PCT qualifie de terroriste Ntoumi et ses lieutenant ( il s’agit ici de la récupération d’un terme véhiculé par les média sur la situation en France ou dans d’autres pays d’afrique où règne Boko Haram et les islamistes) alors que Sassou Nguesso parle de bandits. Ça nous rappelle quoi? Ça nous rappelle des formules comme c’est Motando qui a tué, Marien, ce sont les bakongo qui l’ont tué, c’est Ontsou qui l’a assassiné. C’est l’impérialisme aux abois. C’0était en 1977, il y a un peu moins de 40ans. Donc il faut faire attention aux mensonges de la sauce sassou nguesso. Beaucoup de compatriotes souffrent pour ça. Les enfants Kikadidi, Kimboula Kaya, Ngouabi, Anga, et bien d’autres et leurs mêres sans compter les membres de leurs familles respectives souffrent de cette forme de faire la politique par le mensonge, le crime et l’impunité. Ces enfants ayant grandi sans la chaleur de leurs pères souffrent énornement aussi bien que leurs mamans forcées par la criminalité haut niveau de Sassou Nguesso sont devenues veuves trop tôt. Beaucoup d’entre elle n’avaient que moins de 30ans. Sincèrement Arretons ce jeu machiavélique et cynique et recherchons le vrai criminel. L’histoire de notre pays est claire la desssus. C’est aussi pour nous une manière de rendre hommage à ces fils de la nation victime de l’intolérance politique au Congo dont Sassou Nguesso est le principal chef d’orchestre. Une fois encore sassou nguesso a manti. Les bandits sont connus à Brazzaville: on les appelle les bébés rouge. On connait leurs parents et leurs domiciles. Là non seulement qu’on na pas mis les helico,mamba de guerre, chars et autres blindés à leur recherche, mais on se sert d’eux pour terroriser nos compatriotes, on les soutien dans leur barbarie. On ne pourchasse pas les bandits avec une armada militaire avec les moyens similaires utiliser par les nazis pour envahirent la France au debut des années 40. La encore Sassou Nguesso a menti comme il avait désigné en même temps Ontsou, Moutando, ou Kikadidi ou l’imperialisme aux aboies en 1977. On comprend ce jeu arretons.

  8. Anonyme dit :

    David Londi dit :
    12/11/2016 à 17
    Réaction
    c’est facile de critiquer mais, kolelas pense est le meilleur. La « diaspora » n’est pas capable radio FM.
    Vous quelle est votre part ?

  9. Hallo hallo dit :

    Comité des chefs d’états africains = associations de dictateurs. De cette médiation, il n’en sortira rien de bon. Du temps perdu.

  10. dfip dit :

    @david Londi

    On se fiche de Kolelas et de Tsatsy Mabiala. Ils font ce qu’il veulent. Se faire hara-kiri est leur droit. Ça s’appelle liberté absolue de conscience. Que ceux qui ont voté pour eux soit trompés, ils s’en rappelleront et c’est tant mieux. Ils porteront leur voix pour qui ils veulent demain. Il se peut qu’ils fassent fausse route. En quoi, je devrais en faire un probleme personnel et avoir pour eux Haine? Je ne vous rappellerai pas Le propos ô Combien celèbre de Voltaire sur la liberté de pensée et de dire.

    La question qui est posée dans ce papier est celui de votre chef de quartier Sassou qui designe son propre Ministre de bandit. Pourquoi devier la question?

  11. TONA dit :

    Ceux qui accusent KOLELAS de trahir l’opposition seront surpris d’apprendre un jour que c’est plutôt KOLELAS qui n’a pas voulu la duperie de ceux qu’ils croyaient être ses amis dans l’opposition. Au Congo, il y a eu un coup d’état dans un coup d’état et KOLELAS a été la première victime. Que certains Congolais réfléchissent avant de mettre le nom de KOLELAS sur scène. Que les jeunes du Nord Congo agissent au lieu de véhiculer souvent comme au PCT des informations fausses. Jeunes du Nord soyez sincères et agissez avec vos compatriotes du Sud. Regardez comment la population du Sud a accueillie MOKOKO partout au Sud. Ils étaient même prêts de le porter au pouvoir. Le ferriez-vous pour un militaire du Sud? KOLELAS ne fait que protéger ses électeurs et ne veut pas tomber dans l’erreur de son père jadis. Comme d’habitude, Mabilemono comme d’habitude veut mettre en pâture tous ceux qui ne veulent plus être dupés. Savez-vous que notre Général (Mokoko) ne peut gagner sans KOLELAS ? Réfléchissez

  12. Anonyme dit :

    @ Tona,

    Tu nous a vraiment manqué depuis mars 2016. Bon retour frangin.

  13. LE PATRIOT dit :

    A quand le depart du terroriste sassou et son system
    A quand la fermeture de l’ambassade de France au Congo
    NOS MEDIAS SOCIAUX DOIVENT FAIRE BEAUCOUP D’EFFORTS. ILS DOIVENT ASSOCIER LE VOLET INTERNATIONAL A L’INSTANT, A TEMPS RÉEL, TRÈS SIMPLE PRENDRE L’INFORMATION SUR (LA VOIX DE L’AMÉRIQUE ET RT.COM)
    OBJECTIF : SAUVER LES CONGOLAIS DU LAVAGE DES CERVEAUX PAR RFI LA RADIO MONDIALE DES TERRORISTES AFRICAINS
    ET DE TÉLÉ FOUFOU INTERNATIONAL AU NOM DE France 2, TV 5, ET TOUTES LES RADIOS SOUS DOMINANCE FRANÇAISE

    LA FRANCE NE CHANGERA PAS ELLE TOUJOURS SOUTENIR LE SYSTEME SASSOU (LA SOUFFRANCE DES CONGOLAIS)
    NE PLUS PERDRE LE TEMPS AVEC LA FRANCE. TOURNONS NOUS VRES TRUMP

  14. David Londi dit :

    @dfip,

    décidément, c’est une idée fixe chez vous. Je dois vous faire un dessin pour vous faire comprendre l’impact d’une attitude comme celle des Kolélas et Tatsy. Je ne prêterai pas à ce jeu, mr le salarié de la direction financière. Je me positionne sur un débat pour le faire avancer et non pour le faire reculer. Je vous le dis, ici, mr le salarié de la direction financière, vous êtes l’homme du passé qui ne raisonnez que sur les paradigmes éculés et qui rabaissent le débat au niveau école maternelle. Si vous n’êtes capable de raisonner sur des faits et d’en déduire les impacts, je n’y peux rien. Le sens de mon combat est de pouvoir travailler sur l’union de ce pays pour chasser des énergumènes comme Sassou, Kolélas et Tatsy. Il faut prendre un peu de la hauteur pour accéder à une objectivité.

    Verser dans des passions négatives (rejet et haine de l’autre), comme vous le faites, est la manifestation d’une impuissance devant une situation qui vous dépasse. Je veux aller de l’avant, j’ai fait un post sur l’article de notre compatriote Moussoki où j’ai fait une proposition, une base de discussion pour chasser Sassou et les traîtres qui jouent le jeu de pérennisation du système (Kolélas et Tatsy Mabiala).

    J’ai aussi développé les méfaits économiques et démocratiques du Tribalisme sur un de mes posts en réponse à l’article de notre compatriote W. Kivouvou. Voilà mes contributions. Se lancer dans des incantations stériles, haineuses ne correspond pas à ma vision des choses. De ce fait je ne me permets pas de porter des jugements de valeur sur des gens que je ne connais pas, j’essaie de faire l’effort dene traiter que les faits, rien que les faits. Je ne me base pas non plus sur les origines éthniques ou régionales de mes contradicteurs mais sur ce qu’ils disent ou écrivent.

    Je me suis aussi efforcé de faire un petit résumé sur l’Histoire du Congo de 1956 à 1990 dans l’un de mes posts (cf. post sur l’article de Moussoki) pour sortir des interprétations erronnées et repositionner le débat sur des faits, vérifiables pour avoir des échanges sains et constructifs. Personne ne détient la vérité absolue, les situations ne sont pas forcément binaires (Nord contre Sud et vice-versa), les bons d’un côté et les mauvais de l’autre autrment dit, les bons au sud et les mauvais au nord. C’est un peu plus complexe que cela, mr le salarié de la fonction financière. J’ai commencé à militer dès mes 15 ans à l’UGEEC, AEC et FEANF à partir de mes 19 ans. Je me suis inscrit dans le panafricanisme avec la conviction que la solution du développement démocratique et économique africain ne se définit pas au niveau d’un pays mais à celui du continent du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

    Comprenez que je ne puisse pas m’intéresser au petit débat congolo-congolais du Nord contre le Sud. Encore une fois c’est Sassou et son système qui agresse le Sud pour rester au pouvoir et non les Mbochis contre les Bakongos / laris. C’est ridicule de poser le problème en ces termes. En 1959, lors de évènements nés à partir du refus de Youlou (UDDIA) de convoquer les Législatives, des fanatiques socialistes du MSA (mouvement de Jacques Opangault) et PPC (mouvement de Félix Tchikaya) avaient déclenché l’insurrection qui avait fait une centaine de morts et plusieurs blessés. Dans une forme simplifiée, l’on appelait ceci la guerre contre les Mbochis et les Laris. Heureusement ces deux grands leaders Youlou et Opangault ont su dépasser ces moments douloureux pour gouverner ensemble jusqu’à assumer le geste d’être emprisonnés ensemble après les évènements des 13, 14 et 15 Août. Encore une fois, la solution est dans l’unité parce qu’il n’y a rien de pire dans une démocratie que le Tribalisme, nous devons passer au stade de la raison et non de l’émotion car les Etats sont mûs par la raison et les intérêts. Ne nous trompons pas de colère, Sassou et son système restent le but principal de notre lutte.

    Comprenez, une fois pour toutes, aucune région ne gagnera contre une autre et la division du pays en deux est une chimère. Nous sommes donc condamnés à vivre ensemble. Intégrer ceci c’est commencer à travailler sur des solutions plus rationnelles et plus plausibles. Je mène ce combat, à mon modeste niveau, comme un projet. De ce fait je détaillerai l’opportunité, la faisabilité, la mise en oeuvre et le déploiement de la proposition que j’ai déjà faite (cf. post sur l’article de Moussoki). J’ai atteint mon but sur Kolélas, je sais que de plus en plus de compatriotes comprennent que celui-ci est entré dans le système Sassou, il reste à convaincre le maximum de nos concitoyens de se détourner de ces faux prophètes.

    Je ne reviendrai donc plus sur le débat autour de cet énergumène. Il faut continuer à saper ce troisième pilier du système Sassou (l’opposition corrompue). Maintenant je ne ferai plus suite à vos interventions sur ce point sauf si vous amenez des propositions sur lesquelles nous pouvons débatre. Je reste ouvert. .

  15. Anonyme dit :

    Pourquoi cette fixation sur Kolelas et Tsaty que vous accusez, souvent ,de bloquer le soulèvement populaire contre le pouvoir de Sassou? Les rapports de force sur le terrain, sont ce qu’ils sont. Et vous savez que ce n’est pas responsable, à un homme politique, de demander à un peuple à mains nues d’aller braver un pouvoir armé qui ne se soucie pas des vies humaines, au risque de se servir d’eux comme chair à canon.Ce qui s’est passé en décembre 1998 et le 20 octobre 2015, étant encore dans la mémoire des populations du pool et de Brazzaville sud. Qu’ à cela ne tienne, pourquoi, ceux que vous considérez pour des vrais opposants, n’appellent t-ils pas à ce soulèvement populaire?

  16. S. NKALA dit :

    @David Londi, malgré votre volonté de faire avancer le débat, je constate qu’il y a beaucoup d’incohérences et de loupés dans vos analyses.

    Vous semblez vous focaliser sur l’attitude de Kolélas ou Tsaty pour expliquer l’affaiblissement de l’opposition, alors que le point de départ de l’échec à rechercher dans la décision de participer à un faux scrutin qui ne pouvait d’arranger les affaires du tyran.

    Vous êtes allergique aux noms de Tsaty et Kolélas, que je considère comme des aventuriers.

    Mais vous semblez ne plus faire allusion à ce marchand d’illusion qui a fini en prison, après avoir vendu sa posture du général aux populations du Sud, qui voyaient en lui la personne qui pourrait neutraliser à la machine à tuer de l’Oyocratie : Mokoko.

    Je me souviens d’une discussion où vous refusiez d’admettre son échec. J’espère que vous avez évolué sur ce point.

    Pour montrer les insuffisances de vos analyses, même si vous avez la prétention de vous situer au dessus de la mêlée, voici quelques exemples de vos commentaires disponibles sur ce site :

    • « Nous avons une longue bataille à mener, il nous faut protéger notre leader qui devient naturel, Mokoko.  »

    • « Personne ne peut gagner une présidentielle en Afrique s’il n’a pas de réseaux à l’international. Mokoko est certainement le candidat le mieux écouté à l’international et c’est d’ailleurs une des raisons qui fait que Sassou ne peut pas l’emprisonner, autrement il l’aurait fait depuis longtemps comme il l’a fait pour Makaya. »

    Alors, mon cher ami, essayez de ne pas trop vous la raconter. Nous venons tous ici pour essayer d’apporter une pierre à l’édifice, sans avoir la prétention d’être les plus érudit que les autres.

    Cependant, il y a des choses évidentes comme ce commentaire que j’ai posté il y a quelque temps et qui reste d’actualité :

    S. NKALA dit :
    14/04/2016 à 16:29

    Londi, je pense que vous devriez apprendre à faire la différence entre un monde idéal et l’aptitude ou la probabilité à faire faire évoluer les choses.

    De ce fait, vous continuez à persister dans l’erreur, comme bon nombre de personnes qui n’ont pas saisi les enjeux du scrutin du 20 mars 2016, attendant ainsi un miracle, face à un homme dont le mode de fonctionnement n’est plus à décrire.

    Dans la situation du Congo, les erreurs d’analyse portent souvent sur la difficulté à distinguer la bataille de communication et les moyens à mettre en œuvre pour déboulonner l’autocrate au service des mboshis et des multinationales(en priorité).

    Le chargé de communication de Mokoko avait, à juste titre trouvé les bons mots, en qualifiant sa candidature de « témoigne » et de prise de responsabilité face à l’imposture des « non civilisés ».

    Comme cela a été rappelé à plusieurs reprises avant la mascarade électorale, au delà de la volonté des vrais opposants de prouver que le régime d’Oyo Haram repose sur la ruse, la violence et la manipulation, l’idée de l’homme providentiel faisant l’unanimité du Nord au Sud reste une vue de l’esprit, tant que la milice tribale au service du tyran n’aura pas été neutralisée.

    Ce constat fait avant le scrutin du 20 mars se confirme au regard des résultats plus ou moins crédibles, mais assez proche de la réalité de la « CNEI/CTE ».

    Vous tirez des conclusions hâtives en parlant de plébiscite de Mokoko du Nord au Sud.

    Mais, la réalité est tout autre. Celle-ci illustre plutôt une fracture culturelle, voir de civilisation entre le Nord et le Sud.

    Beaucoup d’observateurs y voient une différence d’approche de la république, entre des congolais qui s’attachent au clan et d’autres populations qui ont toujours réussi historiquement à transcender les clivages ethniques, en se focalisant sur des enjeux d’alternance et de bonne gouvernance.

    Le problème n’est pas en soi la distinction faite entre ces des types de populations, mais celui du rapport avec leur culture à travers la transposition dans l’espace républicain des modes de vies inappropriées, plus proches de la société mboshi décrite par PONEL.

    La distinction porte sur les points suivants :

    1- Les peuplades du Sud et du Centre ont historiquement connu des formes d’organisation extra-claniques(Téké-Kongo). En se référant à l’histoire, il est quasiment impossible de trouver un degré de concentration du pouvoir au sein d’un groupe ethnique, des finances à l’armée, de la sécurité au pétrole, te que nous pouvons l’observer chez les mbochis

    2- Aucune personne honnêteté ne peut nier la concentration des leviers du pouvoir au Congo, au sein d’un système de cercle concentrique partant de la famille à la tribu ; tous les autres étant situés en périphérie. Tout ce système se maintient par de coup de force en tout genre depuis plus de 32 ans. On n’est dans pas loin de ce que PONEL qualifie en 1885(tendance à s’approprier de tout, isolement, sauvagerie, mensonge, aucune notion d’honnêteté…)

    On ne peut pas concevoir l’avenir du Congo, sans faire référence au bon usage de nos valeurs traditionnelles, quand elles peuvent contribuer au progrès et au bien être de la communauté.

    Cependant, s’il est statistiquement démontré l’existence la surreprésentation d’une catégorie de personnes, parmi celles qui font obstacle à la construction ou la consolidation de l’unité nationale, le problème devrait être traité à la source :

    – Mise en place d’un système éducatif favorisant l’intégration dans les valeurs républicaines et l’abandon d’un mode de vie archaïque

    – Le rééquilibrage des différentes composantes de la république dans la gestion des secteurs stratégiques (armée, sécurité, finances, gestion des marchés de l’Etat), afin de mettre fin à l’emprise mboshi qui est avérée

    La situation du Congo n’est donc pas liée au sort d’un homme, mais à la capacité des fils et filles du pays de s’assoir pour mettre des mots sur les maux dont souffrent le pays, afin d’aboutir à une période transitoire et préparer une vraie élection, sur la base des institutions consolidées.

    Donc, votre débat sur le candidat idéal me semble ne pas correspondre au contexte et relève d’une utopie saisissante.

    AUTREMENT, IL Y A UNE CHOSE SIMPLE A FAIRE :

    1- QUE LES MBOSHIS SOIENT EN PREMIÈRE LIGNE DE LA CHASSE EN TYRAN, EN COMMENÇANT PAR RENONCER AUX PRIVILÈGES DONT ILS BENEFICIENT PAR FAVORITISME ETHNIQUE

    2- QUE TOUS CEUX QUI ACCOMPAGNENT LE TYRAN EN SERVANT D’ALIBI A L’UNITE NATIONALE SUIVENT L’EXEMPLE.

    EN ENGAGEANT CET ÉLAN PATRIOTIQUE DANS LA LIGNÉE DE CEUX QUI SONT DÉJÀ AU FRONT, LE TYRAN NE TIENDRAIT PAS 2 JOURS DE PLUS.

  17. VAL DE NANTES dit :

    SI NTUMI est un bandit , alors que dit SASSOU de KIKI et de MADAME L’oseille ,MOUSSA , celle qui nous avait promis DE FAIRE DE MAYA MAYA un HUB commercial , transformé en un HUB DES DETTES aéroportuaires .
    Que le CANADA arrête de nous former des managers de grille pain …………..
    Qu’il demande des comptes à ces deux pourritures , ce qu’ils ont fait de leurs bébés …..Sachant que ces entités sont à la morgue économique , J’ai cité ECAIR ET SNPC .
    Comment SASSOU peut il se préoccuper du sort des gens qu’il n’aime pas à savoir les poolistes .
    Que le faux bandit ait attaqué le 04 avril , les quartiers où vivent ces parents et transformer cet événement en acte de terrorisme national et international .
    Que font les bébés noirs à TALANGAI ,?
    Qui aime défend , ce n’est pas le cas de SASSOU à l’endroit des poolistes .Ceci pour démontrer humainement , que l’empathie que manifeste SASSOU à ces pauvres poolistes est totalement hypocrite et hautement toxique .
    Taper les BANDITS que vous avez téléguidés , depuis MPILA , pour pourchasser votre corbeau VIOLET , qui vous a toujours servis de cache crimes , l’astuce est vite démontée.
    IL SEMBLE QUE cette fois ci , que ce corbeau violet n’ait plus envie , de servir de paillasson pour assouvir ton insatiable penchant sanguinaire ………
    Des criminels , SASSOU , IL Y EN A , autour de vous , on les ramasse à la pelle .celui qui vole des milliards , qui auraient servi à équiper des hôpitaux congolais , c’est un vrai criminel .Je pense à ALBERT NGONDO propriétaire du trésor public à 75 ans .
    Vous êtes mieux placé que nous , pour en savoir davantage , car la plupart viennent DE VOTRE CUVETTE hantée , lieu de votre nativité .
    Une naissance qui ressemble aujourd’hui au jour le CONGO a rencontré le diable .

  18. VAL DE NANTES dit :

    LIRE ..LE jour où le CONGO a rencontré le diable .

  19. Anonyme dit :

    Pour aller dans le sens de S. Kala, si l’élite Oyocratique lâchait le pouvoir, tous les courtisans sudistes ne pourraient plus continuer leur sales besognes.

  20. Vitou Vert Etroit dit :

    Pour dfip et autres, vous n’avez toujours pas compris depuis – il est au service téléguidé aux synapses déconnectés, et s’emploie systématiquement pour vous perdre le temps. Il est timbré. Sans nul doute! Ignorez-le et il moisira lentement mais sûrement si pas très vite de son propre poison. Parlez d’une bite toute petite (micro dick), lui avec tout venin craché s’intéressera obsessivement à Kolélas. Pas besoin d’une paire de lunettes de correction. Mais ‘Baseball bat’, éventuellement…

    ‘Bigot Ascaris Lumbricoide’! Connaissez-vous?

  21. TONA dit :

    Je persiste et je signe. Sans KOLELAS, MOKOKO ne peut gagner une élection au Congo. KOLELAS est l’opposant qui fait un grand effort pour que l’opposition ne s’enfonce d’avantage. Bowao et autres parents du Nord savent très bien que KOLELAS est celui qui a gagné la dernière présidentielle. Il refuse tout simplement de mettre dans la rue ses électeurs que nous autres NORDISTES attons pour chasser sassou. Seulement voilà KOLELAS a compris le manège sordide des opposants du NORD. Oui, je parle encore du NORD – SUD parce que c’est cette politique que sassou vend pour maintenir le semblant d’union du NORD. Mon ONCLE m’a dit, chez les BAKONGO il y a un proverbe qui dit : « les poches d’un idiot ne sont fouillées qu’une seule fois ». C’est exactement ce que KOLELAS a compris. Son seul problème est son autre petit peuple du POOL qui n’a jamais su analyser les situations sociopolitiques de leur région. A chaque fois que les petits politiciens du PCT jettent une boule puante (rumeur) sur un de leur leader, ces jeunes (du pool) se mettent à piailler comme des moineaux (trahison). C’est exactement ce qu’ils ont fait sur Maître MOUDILOU. Aujourd’hui ils le font sur KOLELAS. Réfléchissez avant de mettre vos leaders en pâture. A Brazza en particulier au POOL vos parents savent très bien que KOLELAS a bien fait de se retirer dans un groupe où personne ne bouge en particuliers les jeunes du NORD alors pourquoi mettre les BAKONGO dans les rues ? Déjà, NTOUMI n’a rien fait d’autre que rejoindre l’opposition et c’était son droit le plus absolu et alors quels sont les militaires du NORD qui l’aident pour renverser sassou ? Rien, nada, niet. Pourtant c’est bien au NORD où il y a au moins un général au km2. N’y a-t-il pas un général qui souhaiterait que sassou parte ? PEUPLE KONGO réveillez- vous au lieu de céder aux sirènes morbides des militaires du NORD.

  22. TONA dit :

    J’allais dire: que nous autres NORDISTES attendons;

  23. David Londi dit :

    @S. Nkala,

    « Vous semblez vous focaliser sur l’attitude de Kolélas ou Tsaty pour expliquer l’affaiblissement de l’opposition, alors que le point de départ de l’échec à rechercher dans la décision de participer à un faux scrutin qui ne pouvait d’arranger les affaires du tyran »,

    depuis 1998, il y a eu les élections boycottées par l’opposition, politique de la chaise vide. Qu’en est-il sorti ? Ne dit-on pas que les absents ont toujours tort ? N’est-il pas judicieux de tenter une autre stratégie quand la ou les précédentes ont échoué ? Cette expérience, malgré nos morts, a été un moment de communication et de mobilisation important. Il suffisait de lire la presse internationale, le black-out sur les communications pendant 4 jours qui constitue un des arguments du pouvoir sanguinaire du petit dictateur de Brazzaville. Ce moment-là m’a permis de mettre à nu la stratégie de certains hommes politiques dont on subit les conséquences jusqu’à présent. Les journaux comme Le Monde, L’express, Libération et d’autres médias comme CNN et des sites comme Médiapart et Afrique Education pour ne citer que ceux-là titraient « l’opposant, arrivé 2e de la course présidentielle au Congo, a reconnu la victoire de Denis Sassou Nguesso », qu’aurait-il fallu de plus pour décrédibiliser une opposition ? Le travail ne s’en trouvait que plus ardu pour les uns et les autres de relancer la dynamique issue de la campagne électorale. Je suis d’accord avec vous que la mère des batailles est la communication. Quand aux USA, Clinton a reconnu la victoire de Trump, la messe était dite, « ite missa est ». Les occidentaux raisonnent sur des schémas légalistes. Ils s’en foutent qu’une cour constitutionnelle soit corrompue ou pas. La constitution pour tout le monde est la loi fondamentale d’un pays. Quand vous reconnaissez les résultats de la cour constitutionnelle, tout le monde plie les caméras, boucle les journaux, éteint les projecteurs parce que la situation est pliée. Redémarrer un moteur dont la batterie est épuisée est une gageure qui n’est pas à la portée de tout le monde. Sur ce point, je conclurai que notre rôle est aussi de faire prendre conscience modestement aux uns et aux autres que certaines directions ou stratégies politiques sont fatales pour le combat dans lequel l’on s’est engagé depuis le coup d’état de Sassou.

    « Mais vous semblez ne plus faire allusion à ce marchand d’illusion qui a fini en prison, après avoir vendu sa posture du général aux populations du Sud, qui voyaient en lui la personne qui pourrait neutraliser à la machine à tuer de l’Oyocratie : Mokoko »

    je serai très intéressé d’avoir les références de ce post. Soit. Je ne me suis jamais positionné pour un leader politique quel qu’il soit par rapport à son aura ou son charisme ou encore et surtout pas à ses origines éthniques, régionales ou religieuses mais par rapport à sa philosophie politique, ses convictions et son itinéraire. Je me suis positionné sur Mokoko parce qu’il représentait le système transéthnique que j’appelle de tous mes voeux, ceci n’était plus arrivé au Congo depuis 1969 après la clôture de la période Massamba Débat pendant laquelle c’était plutôt des joutes gauche / extrême gauche et celle de Youlou / Opangault, caractérisée par des luttes entre appareils des partis (MSA, UDDIA et PPC) les plus influents très IVe République française. A ces moments-là, le Tribalisme dans son acception la plus négative n’était pas érigée en système de gouvernement. Ce système, érigé en stratégie de gouvernement par Ngouabi, Yhombi et Sassou a fait régresser le développement du pays amorcé par Massamba Débat de 1964 à 1969 (cf. mon post sur l’article de notre compatriote Moussoki). Je n’ai jamais caché mon soutien à Mokoko parce que cela faisait plaisir de voir quelqu’un qui cassait l’OBUMITRI (Organisation Bureaucratique Militaro tribaliste) comme l’avait qualifié Diawara en 1972, installé dans les rouages politiques et administratifs par le trio Ngouabi, Yhombi et Sassou. J’ai essayé de démontrer aussi à mon modeste niveau, les impacts négatifs d’un tel système sur l’économie (cf. mon post sur l’article de W. Kivouvou). Mon soutien à Mokoko reste donc intact. Je soutiens aussi Makaya pour les mêmes raisons, une autre façon de faire la politique au Congo, super ! C’est la voie de l’avenir. C’est mon souhait le plus cher.

    « Aucune personne honnêteté ne peut nier la concentration des leviers du pouvoir au Congo, au sein d’un système de cercle concentrique partant de la famille à la tribu ; tous les autres étant situés en périphérie. Tout ce système se maintient par de coup de force en tout genre depuis plus de 32 ans. On n’est dans pas loin de ce que PONEL qualifie en 1885(tendance à s’approprier de tout, isolement, sauvagerie, mensonge, aucune notion d’honnêteté…) »

    ce point, après les échanges que j’ai eus avec notre compatriote N’Gabaru, j’ai décidé de ne plus y revenir car cette notion de déterminisme culturel ou social m’insupporte vraiment. Je ne peux transposer la vision européano-centré de mon Afrique sur les réalités effectives de celle-ci. Les Etats les plus avancés socialement, économiquement et politiquement sont les pays scandinaves que d’autres Européens du Sud ont longtemps qualifié de « barbares ». Le Vatican avait organisé la controverse de Valladoïd (Espagne) pour statuer sur le fait que les Indiens avaient une âme ou pas. Arrivés en Afrique, ils nous tous mis dans la catégorie de sauvages (silva = forêt) alors qu’il y avait de brillants Royaumes ou Empires en Afrique. Alors sur ce point, vous me ramenez à la contradiction originelle, rabaisser l’Africain pour mieux l’eploiter, après tout ce sont des sauvages, proches des animaux donc l’on peut les exploiter ad vitam aeternam, ils ne sont pas comme nous. Cela me désole qu’au début du XXIe siècle que l’on garde les mêmes références. Dommage !

    Je suis d’accord avec vous sur les points suivants :

    « – Mise en place d’un système éducatif favorisant l’intégration dans les valeurs républicaines et l’abandon d’un mode de vie archaïque

    – Le rééquilibrage des différentes composantes de la république dans la gestion des secteurs stratégiques (armée, sécurité, finances, gestion des marchés de l’Etat) » mais je compléterai pour mettre fin au Tribalisme quel qu’il soit.

    « 1- QUE LES MBOSHIS SOIENT EN PREMIÈRE LIGNE DE LA CHASSE EN TYRAN, EN COMMENÇANT PAR RENONCER AUX PRIVILÈGES DONT ILS BENEFICIENT PAR FAVORITISME ETHNIQUE »

    ici, j’attends que vous m’apportiez la preuve que:

    – le peuple Mbochi à 100% bénéficie des largesses de Sassou
    – ce peuple est plus avancé économiquement que les autres peuples du Congo (hôpitaux, écoles, transport, etc.), à l’exception de l’enclave d’Oyo, que le reste du pays
    – aucun pseudo intellectuel ou leader du sud ne participe à la démolition du tissu social, économique et éducatif du Pool qui demandera plus d’une génération, 20 ans, à reconstruire (le niveau d’alphabétisation est passé de plus de 90% à environ 73% depuis 1998, une génération privée d’une éducation convenable, catastrophique). Ceci n’est pas étranger à mon allergie à Kolélas (père et fils) sinon cela me serait complètement égal..

    « EN ENGAGEANT CET ÉLAN PATRIOTIQUE DANS LA LIGNÉE DE CEUX QUI SONT DÉJÀ AU FRONT, LE TYRAN NE TIENDRAIT PAS 2 JOURS DE PLUS »

    je suis d’accord, un élan qui doit se déployer du nord au sud, de l’est à l’ouest. La dynamique d’union est la seule qui vaille la peine d’être développée, ne pas exclure mais intégrer.

    Bon dimanche, cher compatriote Nkala !

  24. Le Leki dit :

    @Londi,

    Vos discours sur l’unité nationale ne valent rien à côté des textes de Jacques Loubelo ou des hymnes nationaux ou des pionniers que nous avions eu à fredonner sans y comprendre grand chose.

    Finalement, vous êtes encore au stade de psalmodier ces belles paroles qui semblent ne pas prendre corps dans le vivre ensemble des congolais, au regard de la barbarie entretenue de façon institutionnelle.

    Tant que vous n’aurez pas compris la corrélation entre la lutte contre la dictature au Congo et la déconstruction d’un système s’appuyant sur une base ethnique mbochi ou une complicité tacite, sinon un silence coupable, votre littérature restera des moments de masturbation intellectuelle bien trompées dans les délires des eaux de l’Alima.

  25. UHem mesut dit :

    Changer de capitale politique et laissez les bakongos tranquille.

  26. Papoula dit :

    Le dictateur Sassou Nguesso invite le cadres, les gens du Pool à traquer Ntoumi. En un mot à l’aider aux massacres de leurs propres parents et la destruction des structures économique et sociales du Pool « . « Le Congo-est en grand danger, celui d’avoir à sa tête un individu qui a perdu la raison et le sens des valeurs. » Sassou Nguesso dit qu’il n’y a pas de crise dans le Pool. Il qualifie de simple banditisme et non de crise político -militaire dont est injustement victime la région du Pool. Quelle idiotie! Quelle manque de culture! Sassou Nguesso ne connait pas la signification du mot crise. Comme l’a déja écrit quelqu’un, »quand on ne sait plus où dormir parce que les mercenaires de la Bête de l’Alima ont brûlé tout votre village, il y a crise du logement qui vous expose aux éléments et aux maladies, plus quoi manger parce qu’on a abandonné ses champs, crise alimentaire qui pourrait vous faire mourir de faim, plus comment faire pour poursuivre des études, crise éducative mettant en péril l’avenir de milliers de petits bakongo, etc. Il y a crise dans les familles Bakongo à Brazzaville car il faut nourrir de nouvelles bouches dans une situation de crise économique avec incertitude des salaires et des pensions de retraite payés désormais de façon aléatoire ». Il n’ y a pas seulement la nouvelle crise du Pool, mais il y a une crise générale au Congo. LE Congo est confronté à des difficultés financières depuis la chute des cours du baril de brut. Personne ne saurait taire la crise économique qui terrasse le Congo avant et après le processsus électoral. Le criminel président autoproclamé et son clan incarné se sont mis à s’enrichir illicitement tout amazout, tout en appauvrissant le Congo et le peuple Congolais dès la reprise d pouvoir par un coup d’ état très sanglant en 1997. Depuis un bon temps la CNSS n’a par exemple pas du tout l’argent pour payer les retraités.Les salaires passent pas régulièrement et accusent le plus souvent des arriérées de plusieurs mois. Les entreprises ne cessent de fermer. »La mauvaise gestion de nos finances publiques par Sassou Nguesso, Monsieur 8 % et ses affidés depuis de nombreuses années commence à se faire sentir négativement au plan national.L’une des conséquences de cette mauvaise gestion est le tarissement des ressources budgétaires, qui oblige le Congo de vivre de pain sec. Aujourd’hui, les faits démontrent que le Congo est mal géré par un clan qui vit de collusion, de corruption, de concussion, d’enrichissement illicite et de gaspillage des ressources.la magouille et de l’escroquerie au sommet de l’Etat dirigé par Sassou Nguesso sont si nombreuses, grandes que 570 milliards de FCFA, le montant consigné dans le compte courant du Congo logé auprès de la BEAC ont épuisé au titre des avances, faute d’argent. »Sassou et sa famille ont tout volé, laissant rien au peuple. « La crise est là depuis un bout de temps et perdure que le dictateur tente à la cacher oui ou non.Quant à la nouvelle crise du Pool, elle a recommancé pratiquement à partir du projet de nouvelle Constitution permettant au tyran Sassou-Nguesso de se représenter pour un 3e mandant après environ 32 ans du pouvoir marqué par la malgouvernence et de non respect des droit de l’homme. Celui ci était vivement contesté par plus de 90% de la population et était adopté, par tricherie, en toute illégalité à l’issue du référendum de dimanche 25 octobre avec des faux résultats. La dérive autoritaire du régime illégal congolais s’est dès lors accentuée de la manière la plus brutale et visible. Des centaines des manifestants pacifiques étaient vivement reprimés, tués Pointe-Noire, Brazzaville et un peu ailleurs, des opposants étaient incarcerés arbitrairement, le cas le plus connu est celui de Paulin Makaya qui était accusé d’avoir organisé et participé à une marche contre le référendum constitutionnel d’octobre dernier. Après les élections du 20 Mars 2016, »un climat de terreur, de peur se durcie au Congo Brazzaville. Les résultats de l’élection présidentielle tombent le 25 mars à 3 heures du matin. Les Congolais à qui on avait imposé une interruption totale des communications (téléphone et internet) pendant quatre jours, descendent dans les rues de Brazzaville pour dénoncer le vol électoral.Les opposants, principalement le général Mokoko demande au peuple: de se mobiliser pour réclamer leurs votes confisqués et volés. car qu’il était impossible au candidat Sassou-Nguesso d’être élu au premier tour avec toutes ces irrégularités. Un appel à la désobéissance civile pour est lancée et une date est fixée pour la ville morte. Les miliciens du Front des patriotes d’ Aimé H. Mouagni, député du pouvoir et ancien cobra, qui venait de de créer avec fracas sa milice pour défendre le pouvoir de Sassou Nguesso et les agents de la Garde républicaine (GR), de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP) et de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST) se sont mis à sèmer la terreur dans les rangs de l’opposition. « Ils surveillaient la population, arrêtaient, torturaient : sans cadre légal, en toute impunité ». Pendant la nuit la cour constitutionnelle valide la réélection contestée par l’opposition et la majorité des Congolais de Sassou Nguesso. Tôt dans la matinée du 4 avril 2016 des coups de feu sont entendus dans des quartiers situés dans le Sud de Brazzaville.Deux postes de police sont incendiés.Le pouvoir a publié une déclaration à la télévision publique et accuse sans prendre le temps pour enquete Ntoumi et les ex-miliciens Ninja Nsiloulou d’avoir Chose complètement dingue et qui ne peut se produire que presqu’ au de Sassouu Nguesso, le pouvoir illétime prétextant de cette attaque armée , reprend sous les ordres du tyran Sassou Nguesso d’attaquer le Pool et y mener des opération de represaiiles. Disons mieux l’opération « Mouebara 2 », après les opérations « Colombe I », « Colombe II », « Hadès », « Hérode », « Mouebara » pour exterminer les Congolais du Pool, véritable programme d’épuration et de purification ethniques débutées depuis 1998 et qui avait entre autre occassionée l’affaire des disparus de Beach. Dans un article paru le mardi 5 avril 2016 dans le journal opinion-internationale.com, il est à lire: »Alors que Denis Sassou Nguesso a vu sa victoire validée par une Cour constitutionnelle acquise à sa cause, le régime prévient toute désobéissance civile par la militarisation de l’espace publique et le déplacement forcé des populations hostiles. » Ainsi, après avoir parlé du terrorisme,Sassou Nguesso le chef des terroristes Sassou Nguesso qui dirige le terrorisme d’état au Congo a parlé le 9 novembre du soit disant bantisme mené par Ntoumi et les ex Ninjas qui sont en réalité des resistants contre l’épuration éthnique de Sassou Nguesso et clan. Entretemps la repression avec sa vague d’arrestations arbraires des opposants, sympatisants des paris d’opposition, enlevements, massacres des civils s’est endurcie. »L’arrestation du Général Jean-Marie-Michel Mokoko (J3M) le 16 juin, s’est décidée selon certains observateurs, après l’échec de la visite de conciliation que l’ambassadeur de France, M. Vidon avait menée auprès du général J3M ». l’opposant Dr. Augustin Kalla Kalla torturé, pris pour mort et abandonné sous la pluie devant la morgue.Ce très proche collaborateur d’André Okombi Salissa actuellement en fuite, avait été enlevé le 29 septembre 2016 avait par un groupe de gangs de la Direction Générale de la Sécurité Présidentielle ( DGSP).
    D’autre part, s’il n’est question que du banditisme tel que le dit le tyran Sassou Nguesso,, pourquoi utiliser les armes lourdes, chars, helicoptères de combat,avions de chasse qui pulversent les bombes et obus et fauchent les populations civiles, les habitations sans ménagement. S’ il n’ y a pas crise pourquoi les populations qui ont vécu pendant plus de quinze ans avec Ntumi fuient-elle ? Entre autre, Ntoumi ne dispose pas de temps d’armes, hommes pour faire fuir tant de gens de la grande région. Les faits sont plausibles que ce sont les bombardements, la guerre, les massacres que mènent les soldats, miliciens, mercenaires de plus de 5000 tueurs de Sassou Nguesso dans le Pool qui sont à l’origine de la crise. La faute ne revient pas du tout à Ntumi qui n’est qu’un alibis pour cacher l’épuration éthnique contre les Laris-Bacongo. L’ affaire du 4 avril est encore un montage, une manipulation de la dictature Sassou Nguesso sans cesse utilisée tel que pendant le massacre des citoyens Congolais à la maison de Ntsourou, il y a quelques années. En réalité Sassou et sa clique ne sont pas préoccupés à la capture de Ntumi. « Quand on traque un suspect, on ne crée pas le chaos autour de lui en bombardant, en rasant districts et villages. On mène discrètement une enquête avant de lancer une seule opération juste à propos. Les bombardements aveugles et l’action des forces terrestres du pouvoir illégitimes qui violent, massacrent les gens au passage, brûlent les villages, les écoles et les hôpitaux, sont la cause principale de la fuite des populations du Pool dans la forêt et la capitale Brazzaville. Le mercredi 9 novembre par exemple; pendant que Sassou Nguesso donnait sa conférence de Presse, « les jeunes du mouvement citoyen Ras-le-Bol s’étaient donné rendez-vous pour dénoncer ce qui se passe dans le Pool, alerter l’opinion nationale et internationale, et exprimer leur solidarité à l’endroit des victimes. « Il s’agit là d’une situation qui nous désole parce qu’on pense qu’à tout problème, on pouvait trouver une solution d’une autre manière. Mais ce n’est pas en bombardant. Il y a d’autres méthodes. Ça vraiment, ça nous a interpellés disaient les jeunes. Raison pour laquelle nous avons convoqué ce sit-in qui devait se tenir au bureau d’information de l’ONU », avait expliqué l’un des responsables du mouvement. Le sit-in n’a pu être organisé. Les autorités préfectorales n’ont pas accordé l’autorisation au mouvement citoyen Ras-le-bol qui déplore cette attitude » Il faut dans quelle soit disant démocatie se trouve le Congo. Il faut savir connaitre les méthodes, la manipulation de Sassou Nguesso. »Déjà en 1977 avaient grossièrement accusé les Laris, les Bakongos d’avoir tué Ngouabi. Le tyran Sassou Nguesso; criminel multirécidiviste s’était déjà illustré comme assassin des présidents Marien Ngouabi, Alphonse Massamba Debat, de monseigneur Emile Biayenda ainsi que des nombreuses personnes innocentes incriminées par la cour spéciale revolutionnaire CMP exécutées au petit matin. Sassou Nguesso qui était le promoteur du climat d’intimidation et de dure répression au Congo, chef des tortionnaires et criminels, personne principale de CMP à une époque où le nom de Ntoumi n´ était pas du tout connu, envoie encore aujourd’hui ,des helicoptères de combat,avions de chasse, des miliciens, mercenaires torturer, extorquer, voler les biens, violer et massacrer, bruler les habitations, écoles, centres de santé etc des pauvres Congolais dans le Pool. Sassou Nguesso n’a jamais rompu avec la violence aveugle depuis ces années. Aucun esprit saint ne peut justifier les crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture de Sassou Nguesso depuis des décennies à l’endroit des populations du Pool, des citoyens congolais. Rien ne tourne normalement dans la tête du chef des tortionnaires, criminels et génocidaires qui a volé le vote du peuple et qui se maintient comme d’habitude au pouvoir par la force des armes.Attentions à ceux qui continuent à se faire complice de ce président putschiste, autoproclamé qui est un fou psychopathe.Il y aura à la longue des comptes à rendre. Les agissements Sassou Nguesso qui évoque » qu’il y avait toujours la fête dans le Pool à son passage dans les localités de cette région qu’il a soumis à la violences armées car il y a été mal élu,illustrent la haine, le tribalisme insensée, maladive qu’il a pour les Laris, les Bacongo. Sassou Nguesso n’est pas un président, mais grand bandit, criminel, terroriste qui tient à la poursuite du génocide, de « l’opération Mouébara » amorcé en 1998- 2003 qui avait engendré l’affaire des disparus du Beach.Congolais , arrêtons nos discussions stériles et cessons unanimement à vénerer un monstre criminel, génocidaire, un Hitler qui a vendu notre pays et fait de ses richesses sa propriéte privée et celle de sa famille, clique. Sassou Nguesso est un chef de l’Etat illégitime. Il est temps de nous concerter, réunir et agir concrétement compte tenu de la gravité de la situation du Congo qui souffre « de la crise du Pool, d’enlèvements nocturnes, arrestations et détentions arbitraires, torture, traitements cruels, inhumains ou dégradants,commis sur des sumpathisants, des partisans de l’opposition au régime illégitime ». Congolais nous devrions reconnaitre qu’il y a eu beaucoups d’erreurs dans notre pays. Nous avons manqué de vigilence et aussi de courage face à nos devoirs et responsabilités entant que citoyens. Nous avons trop laissé la politique aux gens désoeuvrés comme le putschiste président illégal, autoproclamé et génocidaire Sassou Nguesso. Sassou Nguesso est un monstre tueur semi illétré. Il est un monsieur qui ne devrait pas du tout devenir président de république. Dans d’autres cieux, un bandit de grand chemin et criminel, génocidaire de ce genre ne pouvait rester au pouvoir si longtemps. Monsieur Sassou Nguesso est un fou, un grand criminel qui a une haine maladive , éffroyable du mukongo. Il est depuis des années, le diviseur de peuple du Congo. Il ne peut pas moralement, juridiquement diriger le Congo.Nous devrons mener une lutte tenace contre le terrorisme d’état de Sassou Nguesso.Face à l’épuration éthnique du Pool qu’íl continue d’entretenir,il est temps de nous réunir comme humains responsables et stopper la folie meurtrière du régime du Congo.Il faut voir s’il n’est pas temps de soutenir Ntoümi et entammer pour la légitime défense une insurrection armée ferme , résolue dans le Pool qui est la seule de renverser sans retard le régime sanguinaire de Sassou Nguesso et écarter parallèlement Jean Dominique, Jean Dominique Okemba, Jean-François Ndengué qui sont déjà en train de peaufiner leur stratégique de coup d’État intelligent pour prendre le pouvoir » Il est temps de fermer le chapitre du régime sanguinaire de Sassou Nguesso et envoyer le tyran criminel, génocidaire et sa clique dans les prisons de la CPI.

  27. Sibiti dit :

    Sassou Nguesso! Pourqoui tu donne pas accès aux organisations humanitaires, aux obsevateurs des organisations internationales, aux médias dans le Pool si ce qui s’ y passe n’est que du soit disant banditisme mené par Ntoumi et ses hommes? On connait tes méthodes qui tu pratiques depuis déjà 40 ans avant que Ntoumi ne soit pas encore adulte. Ntumi est accusé de faits qui se sont déroulés dans la nuit du 4 avril 2016, au lieu de déclencher la guerre contre le Pool et aller y jetter des bombes, stationner des soldats-miliciens, des mercenaires qui sèment les messacres y a t’ il eu une enquête ?
    S’en prendre à Ntoumi est trop facile et relève réellement une manque de maturité psychique. Le Pool ne souffre nullement pas de la loi de terreur qu’impose Ntumi, qui ne peut pas entre autre posséder assez d’armes, ni d’hommes pour envahir toute la région du Pool et en partie de la Bouenza. Que le fou Sassou Nguesso et sa clique cachent, ce qui finira par bien se faire savoir, il y a des hélicoptères de combat , avions de chasse qui ne cessent de bombarder des localités, il plus d’une demie année. Pourquoi continuer de parler encore des soits disant terroristes devenus subitement des bandit qui sément la terreur dans le Pool. Alors qu’ il est question d’ épuration éthnique commencée quand Ntoumi n’ était pas encore là et qu’il faut stopper sur le champ . Ne laissons pas Sassou Nguesso continuer à bombarder le Pool, à permettre à ses milliers de miliciens, mercenaires à se livrer aux génocides.Comment Ntoumi peut il avoir les coudées libres et semer tant de malheurs dans le Pool, la Bouénza à la fois, où plus de 5000 soldats, miliciens, mercenaires du pouvoir illégitime, sanguinaire de Sassou Nguesso, sensés de protéger les populations y sont déployés? « Ntumi est accusé de faits qui se sont déroulés dans la nuit du 4 avril 2016. Des faits ponctuels qui se sont déroulés à Brazzaville ont déclenché non pas une enquête et une opération de police mais une guerre avec des chars, des camions blindés et des hélicoptères de combat pilotés par des mercenaires ukrainiens. La réaction du régime Sassou Nguesso, l’ homme qui se croit trés fort et intouchable, est vraiment trop disproportionnée: Elle est insensée,car une opération de police se fait sous enquête menée par des juges d’instruction et non par des bombardements aveugles, pendant des mois,qui inéluctablement ne peuvent que tuer sans distinction et non à capturer qui que ce soit, si le but réel n’est pas la poursuite du génocide( l « opération Mouébara » amorcé en 1998- 2003 par Sassou Nguesso) et resté jusqu’à présent impunis qui engendré l’affaire des disparues du Beach.Des milliers de Congolais anonymes ont été enlevés et mutilés depuis le 17 Octobre 2015 parce qu’ils se sont opposés à la stratégie d’installation d’une monarchie au Congo.Cela mérite d’interpeller les esprits »Nous devrons prendre courage, dresser une stratégie et mettre hors d’état de nuire les vrais terroristes qui sont le tyran génocidaire Sassou Nguesso et sa clique. Il faut attaquer le tyran et sa clique sur le plan judiciaire, sur le plan militaire et sur le plan médiatique.Il faut » unir leurs forces, pour aider le Pasteur NTUMI, qui est pour l’heure, le seul résistant capable de changer la donne dans ce pays, que Sassou et les siens ont pris en otage, en usant de la force des armes, lesquelles armes demeurent le seul moyen pour vaincre ces usurpateurs.Il faut soutenir les combattants, le travail de Me Massengo par les photos, filmes, témoignage. La diaspora doit multiplier les initiatives en informant à fond les médias et l’opinion publique d’Europe, d’Amerique. Il faut créer une radio mobile pour informer les populations du Congo qui n’ont pas accès à l’internet. Il faut soutenir l’effort de tous les résistants contre la dictature sanguinaire de Sassou Nguesso

  28. David Londi dit :

    @Le leki,

    je pense avoir exposé et dit tout ce que j’avais à dire sur le Tribalisme et ses inconvénients. Ne nous trompons pas de colère et restons focaliser sur le départ de Sassou et tout système. C’est mon principal objectif, et pour cela nous avons besoin de tout le monde. C’est bien plus constructif de chercher des solutions autour d’un débat constructif sur la base des propositions concrètes. Le reste n’est que l’écume des jours. Ne me ramenez plus sur ce sujet.

  29. Le Leki dit :

    @ David Londi,

    Lu pour vous:

    BrazzaNews
    2 h ·
    Au pays de Denis Takou Nguesso seuls les mbochis sont intelligents ?
    Liste de nouveaux professeurs de médecine alors que les congolais meurent dans les hôpitaux:
    Nouveaux professeurs mbochi agrégés de medecine : Pr Ag Gaston Ekouya Bowassa, Gilbert Fabrice Otiobanda, alain Maxime Mouanga, Ossou-Guiet Paul macaire, Séverin Odzebe, Clotaire Itoua, Meo Stephane Ikama et Bertrand Elenga Mbola.

  30. Sitou Mpaka dit :

    Cher Miakassissa j’apprécie votre talent de l’écriture , effectivement nos élites doivent garder leurs lucidité , contrairement à parfait Kolelas qui ne pense qu’à son ventre et le bien être de sa petite famille avec l’argent de corruption! On regardons sassou j’ai l’impression de voir un dérangé mental qui était dans le déni de réalité , pendant que les bombardements pleuvent et les déplacés du pool est une réalité ! Enfin cher Patrice je partage ton avis sur Ntoumi que ce Monsieur est un combattant de la liberté , et non la théorie du complot de parfait Kolelas qui sans cesse incriminé Ntoumi , alors que c’est lui le grand sorcié !

  31. Anonyme dit :

    David Londi dit :
    13/11/2016 à 03:00
    Dit [[Personne ne détient la vérité absolue, les situations ne sont pas forcément binaires (Nord contre Sud et vice-versa), les bons d’un côté et les mauvais de l’autre autrment dit, les bons au sud et les mauvais au nord. C’est un peu plus complexe que cela, mr le salarié de la fonction financière. J’ai commencé à militer dès mes 15 ans à l’UGEEC, AEC et FEANF à partir de mes 19 ans. Je me suis inscrit dans le panafricanisme avec la conviction que la solution du développement démocratique et économique africain ne se définit pas au niveau d’un pays mais à celui du continent du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.]]

    Laisser kolelas. Il travaille car Ntoumi c’est l’enfant de Sassou.
    Le pool levera son linge.
    S. Nkala a répondu en parti.

    J’ajouterai que la séparation de l’ex République Congo est consommée.
    Les demandes sont encours et on y travaille.

    Pour le débat, l’erreur de l’opposition c’est de chercher à écarter kolelas. Il n’est pas mon favoris. Mais quand il veut une convention, il faut y aller et pourquoi pas de donner des idées, de changer l’ordre du jour. Enfin je veux qu’il y est débat et voir comment avancer.

    -Vous recherchez l’unité, vous n’êtes pas des démocrates.

    -Vous dites que personne ne détient la vérité, vous ne cessez de dire que kolelas n’a pas la vérité
    -Vous parlez de l’unité, mais voici sept (7) mois que sassou/les mbochis font la guerre au poil (faux événements du 4-4-2016 pour justifier le présent massacre)

    JE PENSE QUE N’UNITE SERA RÉELLE QUAND DES BANDITS VONT TRANSFÉRER LES COMBATS DANS LE NORD.

    Beaucoup concluent la séparation en de États. C’est la réalité qu’il faut formaliser.

    Ce n’est pas un complexe, monsieur @David Londi. Car si les kongos-lari-teke-bembe…vili voulaient faire la guerre pour avoir la paix, ce « peuple » qui semble être étranger dans ce pays n’aura pas un esprit de complexe.

    Il est bon de se séparer. Chacun gardera entre ses mains le sang versé.
    Paix et paix et encore paix à tous.

  32. LE PATRIOT dit :

    NOTRE SALUE AU CONGO C’EST LE PRÉSIDENT TRUMP OBAMA N’A RIEN FAIT POUR L’AFRIQUE, DURAND LE POUVOIR D’OBAMA
    KADHAFI A ÉTÉ TUÉ
    GBAGBO A ÉTÉ REVERSÉ MÊME APRÈS AVOIR GAGNÉ LES ÉLECTIONS ET TRANSFÉRÉ A LA CPI
    LA GUERRE AU CENTRE AFRIQUE
    SASSOU CHANGE ILLÉGALEMENT LA CONSTITUTION AVEC LA COMPLICITÉ DES FRANÇAIS
    SASSOU VOLE LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AVEC LA COMPLICITÉ DES FRANÇAIS
    SASSOU SE LIBRE A DES MASSACRES EN GRANDE ÉCHELLE DANS LE SUR CONGO
    http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/us-president-elect-donald-trump-support-assad-putin-syria-remove-rebel-backing-a7413346.html
    RAPPROCHONS NOUS DU PRÉSIDENT TRUMP

    FINI AVEC LA FRANCE

  33. Rouge à Lèvres au Cochon dit :

    @ TONA,

    As-tu pigé le message de « Vitou Vert Etroit » @ 11:28; de qui parle-t-il selon toi?

    Le diable est dans le détail!

  34. VAL DE NANTES dit :

    SOUVENEZ VOUS chers amis , je vous avais dit que SASSOU souffrait d’un complexe d’intelligence à l’égard des poolistes .La preuve nous en est donnée , par un chapelet des agrégés MBOCHIS inutiles en médecine , favorisés par la subvention exceptionnelle qu’accorde SASSOU à cette cohorte des francs maçons LE CAMES ;
    Le CAMES ou lieu de promotion intellectuelle des cadres incompétents mbochis .
    Le professeur BATCHI , en est le comploteur au niveau de cette exécrable et nullissime institution. .
    La qualité des soins dans un pays se mesure , au progrès de l’amélioration des conditions sanitaires des malades .Ce qui n’est pas le cas , au CONGO , en dépit d’un foisonnement des agrégés exotiques .
    Ces faux professeurs ne valent pas un clou devant notre compatriote PATRICK TSENGUE TSENGUE .
    EN EUROPE , ces fausses sommités n’ont pas leur place .Car leur qualité d’enseignement est à l’image des médecins qui sortent de leurs universités .

  35. Delbar dit :

    Si ces  » professeurs  » étaient de si bonne qualité, il faudra nous expliquer pourquoi tous les cadres de Sassou se font soigner à l’étranger !

    Enfin ceux qui pensent que l’élection de Trump est une bonne chose pour l’Adrique commettent
    une erreur.
    En effet celui-ci ne s’intéresse absolument à l’Afrique et selon les analystes, il n’a aucune connaissance de ce continent et ne s’y intéressera pas.
    Ce n’est pas la Russie ou la Chine qui feront vaciller la dictature au Congo, ni d’ailleurs la France.

    Ainsi sans volonté populaire, je pense que Sassou a encore de beaux jours au pouvoir.

  36. Hallo hallo dit :

    Agrégés en medecine, pffffffffffffffffffff
    Les blancs n’ont pas toujours envie de rigoler.

  37. dfip dit :

    @Vitou Vert Etroit
    Message reçu 5/5.

  38. Hallo hallo dit :

    Si « oui pour sang » se dit encore président et massacre par milliers des pauvres civils dans le pool, la faute à nos frères du nord. Bowao, tout mou, ndzon……..sont des alliés de 8%. Ce n’est pas à cause de kolelas ou tsaty ou encore munari que l’opposition a échoué.

  39. Ender End dit :

    Merci ya Aimé.

  40. VAL DE NANTES dit :

    @VALIDATION MR HALLO

  41. Kouilou dit :

    Le CAMES n’est qu’une caisse enregistreuse des décisions et volontés du tyran Sassou Le Congo est la risée du continent Africains. Il n’y a qu’au Congo où l’on trouve autant d’officiers que d’hommes de troupe et maintenant il nous sort une liste de soit disant Professeur Agrégé de médecine. Honte à tous ces bras cassés qui se disent Agrégé. Au fait au Congo de Sassou le ridicule ne tue pas.

  42. Anonyme dit :

    Les enfants du pool, ne restez pas dans l’abstrait.
    Soyons pragmatiques et concrets, la pleurnicherie, y en a marre!
    Les filles et fils du pool, venez sur le profil « Royaume Kongo », pour débattre et trouver des solutions pour notre région.

    Le véritable pouvoir est économique et non politique. Ne nous trompons pas d’objectifs.
    Les enfants du pool ne sont pas obsédés par le pouvoir politique, concentrons nous à développer nos villages par nous même, en formant une véritable plateforme de développement des ressortissants de notre région.

    La création des associations des ressortissants du pool de la diaspora dans tous les pays du monde, pour lesquelles un congrès des différents présidents des associations de tous les pays se réunirait pour établir les actions à mener dans notre région dans le domaine économique, social et culturel, afin de redonner au pool sa véritable dénomination de la locomotive du Congo.

    Laissons la politique aux nuls et consacrons nous à l’essentiel, le bien être des nôtres longtemps martyrisés à cause du pouvoir politique qu’ils veulent à tout prix garder pour un seul but: s’enrichir. Nous valons plus que cela!

    Je ne doute pas de notre génie créatrice, Kimpa vita, Mabiala ma nganga, Matsoua,Simon Kimbangu, youlou, Massamba Debat et tant d’autres ont tracés le sillon, alors cultivons!

  43. Anonyme dit :

    Anonyme dit :
    14/11/2016 à 20:39

    Idées acceptée.y
    Comment aller sur le profil « Royaume Kongo »?

    Nous pourrons mettre en place un site avec mot de passe.

  44. Anonyme dit :

    Profil facebook « Royaume Kongo », l’espace est ouvert mais demandez tout de même l’invitation et likez!
    En avant pour le developpement du pool!

  45. Anonyme dit :

    @Anonyme. [En avant pour le développement du pool!]. J’ajouterai « En avant pour le développement de tout l’espace Kongoo, car ce royaume ou cet empire concerne aussi tout le sud du Congo – Mfoa.

  46. Vitou Vert Etroit dit :

    @ dfip,

    Merci frangin!

  47. Anonyme dit :

    Mais c’est trop ouvert?

    Profil facebook « Royaume Kongo »
    Il y a un souci de sécurité. Il fut le regler

    Profil facebook est un espace public

  48. spander dit :

    Le probleme de Ntoumi tel qu il a ete pose par Sassou n existe pas.Sassou veut mener le peuple congolais et la communaute internationale dans une mauvaise direction qui serve ses interets .c est à dire faire oublier le hold up electoral et se faire reconnaitre comme reelu legalement. evidemment personne n est dupe.
    Par contre Parfait Kolela devrait etre plus clairvoyant que ça , car des initiatives personnelles mal conçues sans consulter son camp, peuvent l amener à jouer le jeu de Sassou ce qui risque d etre prejudiciable pour lui et le pool
    Sur Ntoumi il doit faire gaffe , une demarche maldroite de sa part que Sassou pourrait exploiter à son profit pour eliminer physiquement Ntoumi lui retombera sur la tete ,
    Sassou le lui mettra sur le dos pour accentuer les clivages dans le pool ;le peuple du Pool se retournera contre lui avec tous les consequences imaginables et inimaginables
    Donc Parfait kolela fait attention à ce que tu fais ne propose rien à Sassou qui puisse mettre en danger physiquement NTOUMI et tu sais bien qui est l agresseur et qui est l agressé alors agit en patriote et homme responsable. ne trahis pas les siens !!!!!

  49. spander dit :

    @anonyme , je suis d accord avec toi. je viendrai sur cette le site. ces initiatives doivent deja commencer dans la diaspora. car meme au congo il a eu enormement des gens qui avaient pareil idees . seulement les bandis de mpila pensent toujours que si nous avons le pouvoir economiques eh bien nous allons leur prendre le pouvoir politique ainsi enormement d intitiatives dans le pool avaint sabotées par eux.
    quand une collectivite dans le pool decidait de construire ou un pont ou autres chose il fallait demander des autorisations pour construire soit un pont ici , une route par là et etc…. des autorisations bien entendu qui ne venaient pas . ils savaient parfaitement ceux qu ils faisaient.: nous bloquer dans la voie du prgres et de l emancipation

  50. spander dit :

    @sibiti oui nous devons aller dans ce sens il s agit de soutenir ntoumi et de creer une radio libre , nous avons des intellectuelles autres soi disant c est maintenant qu ils doivent se servir de leur cerveau pour se mettre du pool pour la liberation du pays contre la dictature de Sassou

  51. spander dit :

    FINIT LES DISCOURS ET LES PLAINTES EN TOUT GENRE . UN ADAGE DIT QUE AIDE TOI ET LE CIEL T AIDERA , NTOUMI DOIT PLUS SE SENTIR SEUL., ET IL DOIT COMPTER AVEC LA DIASPORA A SES COTES
    POUR DONNER UNE REPONSE ADAPTE EFFICACE A SASSOU IL NOUS FAUT CREER UN MOUVEMENT DE LIBERATTION DU CONGO OU KONGO IL AURA A SA TETE BIEN LE PREMIER RESISTANT MR NTOUMI
    LA CREATION D UN MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO N A QUE DES AVANTAGES C EST DE POUVOIR ETRE RECONNU PAR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET DONC BENEFICIER D AIDES DIVERSES

    jE REPETE ICI NOUS DEVONS PROCLAMER LE NAISSANCE DE MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO CONTRE LA DICTATURE FASCISTE DE MR SASSOU NGUESSO
    LE MOUVEMENT AURA UN CHEF DES REPRESENTANTS UN SIEGE UNE AILE MILITAIRE POLITIQUE CULTURELLE SOCIALE UNE JEUNESSE DE MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO ? DES TRAVAILLEURS DU MOUVEMENT DE LA LIBERATION DU CONGO DES FEMMES DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO ET ETC…. NOUS DEVONS AVOIR UN LOGO DES TEE SHIRTS A VENDREE DANS LA COMMUNAUTE POUR COLLECTER DE LA MONAIE AU SERVICE DE CEUX QUI SONT SUR LE FRONT ? POUR FAIRE VOYAGER NOS EMISSAIRES POUR NEGOCIER DE GAUCHE A DROITE ET CHERCHER DES AMIS QUI PEUVENT SOUTENIR NOTRE CAUSE .
    AVANT LA FIN DE CE MOIS DE NOVEMBRE LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO DOIT VOIR LE JOUR . NOUS ALLONS METTRE SA TETE AVEC L ACCORD DE TOUT LE MONDE MONSIEUR NTOUMI QUI EST EN PREMIERE LIGNE .
    CHER FRERE DU POOL IL S AGIT DE SAUVER LE POOL ET DE DONNER UNE REPONSE A SASSOU . SI NOUS NE VOULONS NOUS LE POUVONS CAR NOUS AVONS BEAUCOUP DE RESSOURCES INTELLECTUELLES
    SASSOU NOUS A CHERCHE LA GUERRE IL A PRIS NOTRE HUMANISME ET NOTRE PIETE RELIGIEUSE POUR DE LA FAIBLESSE EH BIEN CHERS FRERES ET SOEURS A PARTIR DE MAINTENANT LE DISCOURS A CHANGER NOTRE COMPORTEMENT VA MANGER.
    L ANCIEN PRESIDENT FULBERT YOULOU DISAIT LA FORCE DUCROCODILE SE TROUVE DANS QUEUE EH BIEN MOI JE VOUS DIS ICI QUE LA FORCE DE NTOUMI ET POOL DE SE TROUVER ICI DANS LA DIASPORA.

    IL NOUS FAUT ORGANISER RAPIDEMMENT UNE CONVENTION POUR CREER LE FRONT DE LIBERATION DU CONGO LA PERMIERE ETAPE PUR CHASSER SASSOU ET CLIQUE
    A MIATRE TONY MOUDILOU NOUS CONNIASSONS TES CAPACITES D ORGANISATIONS ET J AI TA REPONSE FACEBOOK A UN CERTAIN JE NE ME RAPPELLE PLUS DE NOM . a TOI DE PRENDRE AVEC D AUTRES CETTE RESPONSABILITE D ORGNISER UNE CONVENTION POUR LA DECLARATION DE LA NAISSANCE DU MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO. LES GENS AU CONGO ATTENDENT BEAUCOUP DE LA DIASPORA QUAND ILS ENTENDRONT QU UN MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO LES GENS VONT REPRENDRE CONFIANCE ET LEVER LA TETE . LE MOUVEMENT DE LIBERATION DICTERA CE QUE LE PEUPLE DEVRA FAIRE .
    EN AVANT LE POOL LEVONS LA TETE ET LANCONS LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO .
    A TONY MOUDILOU QUELQU UN QUE TU CONNAIS BIEN ET QUI TE CONNAIS POUR TES CAPACITES TE PROPOSENT POUR CETTE NOBLE MISSION. LE POOL DOIT ETRE LIBERE
    CA SUFFIT L HUMILITION DE L HOMME DU POOL LE CLAN D OYO. JE TE CONCTATERAI MON CHER TONY

  52. spander dit :

    LE MOUVEMENT DE LIBERATION DOIT NAITRE ET ETRE PROCLAME AVANT LA FIN DU MOIS C EST LA REPONSE QUE L HOMME DU POOL DONNE A SASSOU.
    IL VA CANALISER LES ENERGIES DE LA DIASPORA AU SERVICE DE CONTRE LE POUVOIR TYRANIQUE DE SASSOU.
    MOBILISONS HOMME DU POOL SI LES FRERES DU SUD PEUVENT NOUS REJOINDRE ET C EST TANT MIEUX
    VIVE LA LIBERTE VAINQUONS LA DICTAURE MBOCHI COMME UN SEUL HOMME
    REAGISSONS FRERES ET SOEURS . FAISONS DES EGLISES ET AUTRES LIEUX DE PRIERE NOS LIEUX DE RASSEMBLEMENTS POUR NOUS ORGANISER ORIENTER LA LUTTE
    COMUNICONS EN LARI POUR EVITER LES INFILTRATIONS
    REAGISSEZ CHERS FRERES ET CHERS NOUS DEVONS SURVIVRE ET VAINCRE LA TYRANIE DE SASSOU

  53. macktchicaya dit :

    TRES CHER MIAKS

    A t’entendre et te lire l(idée me viens de rappeler que les traîtres sont nombreux partant de DZION Mathias à Kiniombi et finir par Kolélas,,, il y a des choses qui nous resterons gravées dans l’esprit et de génération en génération nous remettrons à la portée de tous un jour,,où le pays sera libéré. Franchement j’ai lu ce texte et ma joie est celle de me sentir encore édifié par tes propos et l’exactitudes des exemples que tu prends , restes y impartial raconte ainsi la vie politique du pays.L’opposition congolaise de façade face à ce système tombe des nus et l’horizon commence à s’éclaircir le moment est venu de savoir qui sont les vrais enfants de la mère Kongo.

  54. Anonyme dit :

    spander dit :
    16/11/2016 à 17:22 dit [[
    @sibiti oui nous devons aller dans ce sens il s agit de soutenir ntoumi et de creer une radio libre , nous avons des intellectuelles autres soi disant c est maintenant qu ils doivent se servir de leur cerveau pour se mettre du pool pour la liberation du pays contre la dictature de Sassou
    …]]

    Nous pensons que votre réaction trahit la vérité.
    Il ne faut pas dire ce qui se fera demain.
    Mr Ntoumi est un produit, un enfant de Mr Sassou.
    S’il était du côté du Pool, à plusieurs fois il a eu la possibilité de faire des « actions* dans la partie nord.

    La politique est un art. Il est possible de voir dans l’avenir. Dieu n’est plus avec Mr Ntoumi.

    Il faut un espace sécurisé pour parler.
    Ici c’est pour communiquer, dans l’espace sécurité c’est pour confirmer et conclure.

    SOYEZ SAGE.

    LE POOL n’est pas un terrain d’entrainement.

    Si Ntoumi est pour le Pool, ça se saurait.

  55. Anonyme dit :

    LE PATRIOT dit :
    13/11/2016 à 02:33
    A quand le depart du terroriste sassou et son system
    A quand la fermeture de l’ambassade de France au Congo

  56. Lucien Pambou dit :

    Chers compatriotes,

    Ma théorie des réseaux, critiquée au départ par tous ici, se comprend car il y a deux éléments fondamentaux: le réseau et les trajectoires. Il vous suffit de mettre dans le réseau et les trajectoires les personnes que vous voulez et les critères d’analyse que vous voulez et vous retombez fondamentalement sur vos pieds.

    Les intellectuels congolais et ceux qui se prétendent comme tels sont manieurs d’idées et nourris au bavardage politique français: la tchatche. Moi-même, sans être un intellectuel, mais validant ma position de manieur d’idées, n’échappe pas aux reproches que je viens de faire aux soient-disant intellectuels congolais.

    Depuis l’indépendance le Congo a un problème avec ses intellectuels, du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest, du Centre, c’est à dire du Congo: comment accéder aux affaires pour en profiter un maximum et se constituer un patrimoine grâce à la fiscalité, aux emprunts extérieurs de l’Etat, aux donations des organisations internationales, aux emprunts extérieurs et aux salaires ministériels versés. Voilà ce que nous sommes, nous Congolais. Nous sommes incapables de construire des avions, des voitures et d’organiser socialement et économiquement l’économie informelle car le volet politique est pour nous le seul moyen de nous enrichir et d’imposer un dictât. certains aujourd’hui parlent de l’Etat Mbochi avec Sassou, d’autres évoquent hier un Etat partisan de Lissouba et du Niboland. Voilà ce que nous sommes, nous Congolais. Arrêtons notre cinéma. Nous sommes anti-tribalistes et ethniques quand nous sommes à Paris et à l’extérieur et on le devient quand on rentre au Congo appelé par un frère, un oncle, un cousin ou un ami.

    Nous sommes incapables techniquement et technologiquement d’apporter des réponses concrètes au développement de ce pays. Des deux côtés du Congo, de la RDC au Congo Brazzaville, on n’a aucun ingénieur des ponts et chaussée capable de construire un pont reliant les deux pays. Le colonisateur français nous a parfaitement bien compris. Nous sommes bavards, comme je le suis en ce moment, incapables de rationalité et plus versés dans l’émotion.

    Il y a un problème au Pool. Celui-ci est-il politique, militaire, terroriste ou tout à la fois ? Les Congolais intellectuels doivent réfléchir sur les moyens juridico-politiques et internationaux de résoudre ce problème en prenant en compte deux contraintes fortes: le Congo est souverain dans ses frontières et le Président de la République Sassou estime que ce n’est pas un problème de guerre civile mais de terrorisme de la part de Ntoumi. Que les intellectuels congolais diplômés de droit international et les autres sur cette toile, se saisissent de la question de façon méthodique et apportent un début de de réponse.

    Revendiquer c’est bien apporter les solutions c’est mieux. Pour ma part, la solution doit être congolo-congolaise et chaque partie doit faire un pas vers l’autre. Voilà un début de proposition de ma part, qui ne mange pas de pain, mais qui a le mérite d’exister.
    La diaspora congolaise, et à travers elle la diaspora africaine, est nulle car elle n’est pas présente sur le sol français, dans les critiques sur les blogs en France contre la politique française en Afrique. Elle passe son temps à bavarder de façon cachée et anonyme (je ne fais pas injure à anonyme sur Congo Liberty).C’est bien d’organiser, comme le fait Mapingou, une conférence dans un hôtel, pour dénoncer Sassou et pour fêter le 85ième anniversaire du Président Lissouba, et après, que fait-on ?

    J’ai fait une proposition au débat global sur la situation politique au Congo qui est la suivante: nous cinquantenaires et soixantenaires (catégorie d’âge à laquelle j’appartiens), il faut que nous renoncions une fois pour toutes d’essayer de devenir Ministres dans ce pays que l’on appelle Congo et laissons la place à nos fils et petits-fils. Nous pouvons avoir une fonction intellectuelle et politique de conseil, mais arrêtons de penser que nous allons forcément assumer des fonctions ministérielles. Voilà une des raisons pour laquelle nous ne réfléchissons pas de façon rationnelle pour l’avenir de ce pays. Nous cinquantenaires et soixantenaires, évitons de commettre l’erreur de nos aînés qui sont actuellement au pouvoir.

    Dépassons ces clivages ethnico-tribaux et réalisons-nous là où nous sommes et dans le pays dans lequel nous vivons. Pour ma part, je vis en France depuis quarante ans, je suis fonctionnaire de la république ayant passé des concours, ancien conseiller municipal de Droite LR de ma ville entre 2008 et 2014 (vous pouvez vérifier), toujours membre de mon parti et je vais voter demain pour la primaire, ancien éditorialiste d’Africa 24, non payé à sa mesure au début au nom du panafricanisme pour aider Africa 24 et son directeur de chaîne Constant Nemale à décoller (de 2011 à 2014), je pense avoir réussi ma mission et avoir donné un style dans l’analyse à cette chaîne. je suis président d’associations dans ma ville et j’interviens sur les blogs dont blastingews, sur lesquels je critique de façon radicale la politique française. Certains d’entre vous savent aussi que j’ai été longtemps chroniqueur sur Africa n°1 et que j’ai été cofondateur du Cran.

    Tout ceci pour vous dire que je n’attends rien des privilèges que pourrait m’apporter une fonction ministérielle au Congo. J’entends en revanche apporter mon expérience de conseil à des jeunes qui seraient en responsabilité sur les plans de la méthode et de l’analyse économique car c’est mon métier théorique, être prof d’économie.

    voilà chers amis quelques éléments de présentation de moi et de vous car je vous soupçonne d’attendre la chute du régime de Sassou pour vous précipiter au Congo et occuper des postes pour lesquels certains d’entre vous ne sont pas faits intellectuellement et pratiquement. Je n’ai ni le monopole du savoir, ni du savoir-faire, mais je vous connais mes chers compatriotes, vous et moi nous sommes pervers et vicieux. Très peu de gens vous parlent directement. Lucien Pambou le fait, ça ne veut pas dire que j’ai forcément raison, mais je vous connais et on se connait.

  57. spander dit :

    @LUCIEN PAMBOU
    VOUS AVEZ BIEN PARLE SUREMMENT MAIS CE N EST PAS TOUT. QUAND VOUS PROPOSEZ QUE LE PROBLEME CONGOLAIS DOIT ETRE REGLE DANS UN CARDRE CONGOLO-CONGOLAIS, JE CROIS QUE VOUS VOUS MEPRENEZ SUR CETTE PROPOSITION . VOUS AVEZ OUBLIE JUSTEMENT QUE IL Y A DEJA EU UN PRECEDENT AU LENDEMAIN DE LA DERNIERE GUERRE C ETAIT LE CARDRE CONGOLO-CONGOLAIS QUI AVAIT ETE PRIVILEGIE ET VOUS VOYEZ LES RESULTATS AUJOURD HUI.
    DONC CE N EST PAS UNE BONNE CHOSE. COMME LES DICTATURES ENGENDRENT TOUJOURS LEURS PETITS DICTATEURS POUR LEURS SUCCEDER LE CONGO NE FAIT PAS EXCEPTION
    SASSOU PREPARE SA PROGENITURE AINSI ,CHEZ NOUS IL FAUT PLUS TOUT ENVISAGER LE PROBLEME AUTREMENT: LA CREATION D UN MOUVEMENT OU UN FRONT DE LIBERATION DU CONGO QUI UNIRA TOUTES LES FORCES VIVES QUI OEUVRENT POUR LA FIN DE LA DICTATURE.
    SI LES REUNIONS OU CONFERENCES QUI SE TIENNENT PAR ICI OU PAR LA ONT POUR FINALITE LA CREATION D UN TEL FRONT OU MOUVEMENT ALORS, ELLES ONT UN SENS ET DOIVENT CONTINUER
    SINON FAUT Y METTRE UN TERME. JE PENSE QUE LES CONGOLAIS SI REELLEMENT SONT MATURES ET ONT PU MESURER LA DANGEROSITE DE LA DICTATURE DE MR SASSOU ALORS IMPERATIVEMENT ILS DOIVENT PENSER EN TERME DE CREER LE FRONT OU LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO ON A PAS D AUTRES CHOIX C EST INEVITABLE.
    N OUBLIEZ PAS LE PEUPLE CONGOLAIS DANS SA MAJORITE ATTEND DE LA DIASPORA
    QU ELLE LANCE UN MOUVEMENT DE LIBERATION DU CONGO, LE TEMPS PRESSE

  58. Lucien Pambou dit :

    @Spander

    je n ai pas le monopole des solutions concernant le pool et mr ntoumi

    S’il n ‘ya pas de solution nationale il faut faire intervenir les organisations internationales l onu et le conseil de sècurité pas l UA car l’union africaine est out sa présidente mme kosana est incapable d ‘apporter les réponses aux conflits sur le continent DARFOUR sud SOUDAN centrafrique bOKO HARAM ETC

    CDLT

  59. Ubuntu dit :

    Si M. Sassou estime que c’est un probleme de terrorisme ét non d’épuration ethnique, qu’il laisse les ong non affidées à son pouvoir apporter de l’aide aux populations civiles. Pourquoi ne laisse t-il pas se faire un couloir humanitaire pour permettre aux populations victimes du terrorisme d’être secourues? Nous sommes en 2016, les tueries â huit clos, c’est finie.

  60. Uhem mesut dit :

    Ntumi, si vous nous lisez par personnes interposés, je vous prie de recevoir ce message. Vous ne pouvez plus vous contentez de résister. Piur votre survie, vous n’avez plus d’autres choix que de prendre Brazzaville pour faire chuter la dictature. La férocité avec laquelle les populations du pool, sont traquées et massacrées temoigne de la crainte du pouvoir â l’égard descressortissants de ce département. Cet acharnement est proportionnel au degré de peur qu’inspire les Bakongo au pouvoir dictatorial. Prenez Brazzaville. Une seule incursion sonnera le clip de fin.

  61. Uhem mesut dit :

    Lire. Pour votre survie… Â l’égard des ressortissants… Sonnera le clap de fin. Désolé pour les coquilles.

Laisser un commentaire