MANIFESTE DU RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE AFRICAIN (Paris 18 septembre 1946)

Le Rassemblement démocratique africain (RDA) est une ancienne fédération de partis politiques africains fondée à l’issue du Congrès de Bamako en 1946. Il fait partie des trois principaux partis fédéraux (avec le Parti du Regroupement africain — PRA — et le Parti des fédéralistes africains — PFA) panafricains revendiquant la création d’unefédération des partis politiques d’Afrique au moment des indépendances. 

Source : Wikipédia

MANIFESTE DU RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE AFRICAIN

(Paris 18 septembre 1946)

La réaction agite devant l’opinion un épouvantail: celui du mouvement des peuples d’Outre-Mer vers la liberté.

Au lendemain de la victoire sur le fascisme, à laquelle ces peuples ont payé un lourd tribut, au nom de la liberté des peuples et de l’égalité des races, personne n’osait évidemment leur contester l’égalité des droits.

La première Assemblée constituante, entraînée par l’élan démocratique qui l’animait, inscrivait donc ces droits dans la Constitution et tous les partis prenaient l’engagement solennel de les respecter.

Cependant, certains milieux capitalistes de la revue «Marchés coloniaux» et du journal «l’Epoque» lançaient

quelques calomnies aussi odieuses que ridicules contre les Africains, dont on louait la veille les vertus héroïques sur les champs de bataille.

Au fur et à mesure que le souvenir de la lutte contre le fascisme s’estompait, les véritables sentiments, sous l’aiguillon des intérêts de classe, poussaient d’autres milieux à adopter la même attitude d’hostilité.

Et c’est ainsi que, au lendemain des élections du 2 juin, le MRP prit la tête de la lutte dirigée contre les droits des peuples d’Outre-Mer.

Il poussait même son hostilité jusqu’à «démissionner» de la Commission des T.O.M. Douala Manga Bell, le seul représentant africain qui figurait dans ses rangs, pour le remplacer par le député européen du Soudan M. Lattès.

Mais, de toutes parts, un soulèvement spontané unissait en un front commun tous les peuples, toutes les races, tous les partis politiques, toutes les organisations ouvrières, tous les mouvements culturels et religieux de l’Afrique Noire.

C’est grâce à cette union de tous les Africains que les partis politiques français restés fidèles à la parole donnée maintiendront dans la nouvelle Constitution les droits déjà reconnus et conquis sur les champs de bataille du monde entier:

  • Egalité des droits politiques et sociaux;
  • Libertés individuelles et culturelles;
  • Assemblées locales démocratiques;
  • Union librement consentie des populations d’Afrique et du peuple de France.

C’est en s’appuyant sur cette unanimité des Africains que notre ami Pierre Cot, rapporteur général de la Constitution du 5 mai, défendait récemment encore ces droits devant l’Assemblée avec la sympathie et l’amitié réelle qu’il n’a cessé de témoigner aux populations d’Outre-Mer.

Le parti MRP a cherché, cherchera encore à camoufler son attitude derrière certaines thèses «fédéralistes», alors qu’il refuse de reconnaître les droits les plus élémentaires à ces Etats fantômes devant la fermeté des élus d’Outre-Mer, il a même appelé à son secours le Parti radical en la personne de M. Herriot

Le «fédéralisme» du MRP ne peut tromper aujourd’hui aucun Africain. Il n’est en effet que le masque d’un régime d’autorité comme l’assimilation, que nous rejetons formellement, n’est qu’une chape de plomb jetée sur l’originalité africaine. Comme l’assimilation, il n’aboutirait qu’à figer l’Afrique dans son état d’organisation actuel, alors que la vie des peuples, comme celle des hommes, est un mouvement continu.

En revanche, nous ne nous laisserons pas davantage tromper par le «sentiment autonomiste» qui se fonde sur une vue utopique des réalités africaines et se manifeste aujourd’hui par l’opportunisme d’hommes qui n’ont pas su se défendre contre l’assimilation.

Notre adhésion à l’Union française, que nous proclamons solennellement, se justifie par une vue réaliste des problèmes politiques du monde, par une confiance dans le destin de l’Afrique et par la certitude que, malgré la réaction, nous obtiendrons les conditions libérales, démocratiques et humaines qui permettront le libre développement des possibilités originales du génie africain.

Des dizaines et des dizaines de milliers d’ Africain fraternellement unis à des Français ayant un véritable idéal démocratique se sont ainsi groupés en partis, mouvements ou unions démocratiques, progressistes ou populaires, partout, en Côte d’Ivoire, au Soudan, en Guinée, au Sénégal, au Niger, au Togo, au Dahomey, au Cameroun, au Gabon, au Congo, en Oubangui, et au Tchad.

C’est pour compléter cette œuvre que, face à toutes les manœuvres de la réaction, nous appelons à un grand rassemblement de toutes les organisations dont le développement rapide est le signe certain qu’elles poursuivent la réalisation de la démocratie politique et sociale en Afrique Noire, dont nous avons exposé les conditions dans le présent manifeste.

Nous avons décidé de convoquer ce rassemblement les 11, 12 et 13 octobre prochain à Bamako, au centre de l’Afrique occidentale, dans ce Soudan de la fermeté et de l’originalité africaine et où convergeront de Guinée, du Cameroun, du Tchad, de l’Oubangui, du Gabon, du Congo, les hommes porteurs du message d’union et de fidélité des Africains».

Vive l’Afrique noire,

Vive l’union des Africains,

Vive l’union française des peuples démocratiques

Ont signé le présent appel :

Félix HOUPHOUET – BOIGNY

Député de Côte d’Ivoire

Lamine GUEYE

Député du Sénégal-Mauritanie

Jean-Félix TCHICAYA

Député du Gabon – Moyen Congo

Sourou Migan APITY

Député du Dahomey –Togo

Fily Dabo SISSOKO

Député du Soudan-Niger

Yacine DIALLO

Député de la Guinée

Gabriel D’ARBOUSSIER

Ancien député du Gabon – Moyen Congo

manifeste-rda

Diffusé le 13 novembre 2016, par www.congo-liberty.com

De la République de Félix Eboué à la Françafrique de Charles de Gaulle. « critique de Mingwa Biango »

Ce contenu a été publié dans DISCOURS HISTORIQUES, Les Dossiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à MANIFESTE DU RASSEMBLEMENT DÉMOCRATIQUE AFRICAIN (Paris 18 septembre 1946)

  1. DISCOVERY dit :

    Quel horreur! Rassemblement de la honte pour l’Afrique. Tous ces signataires étaient de gros pantins au service des intérêt de la France, je n’ai aucune considération pour ces baliseurs de la France en Afrique.

    Vive SEKOU TOURÉ!

  2. Mingwa Biango dit :

    @ Discovery,

    Que Vive Sékou Touré comme vous le dites…mais un peu de modestie et nuancer votre propos.
    En effet, Sékou Touré a été un membre influent du RDA dont son parti le PDG était la section guinéenne. Le leader guinéen était encore membre du RDA après la nouvelle orientation de 1951 de ce parti panafricain. La rupture s’est véritablement faite entre Sékou Touré et Houphouët Boigny, juste avant le référendum de 1958.
    On peut critiquer le RDA à juste titre, mais on doit avant tout apprendre l’histoire pour ne pas faire des raccourcis !
    Sekou Touré et Djibo Bakary du Niger ayant fait le choix du NON au référendum de 1958, selon les idéaux du RDA , trahi par Houphouët-Boigny, leader dudit parti ? Tel doit être le débat à mon humble avis !
    C’est ma modeste contribution à celui-ci .

  3. PATRIOTE ATTERRE ! C'ETAIT DEJA HEROIQUE! dit :

    C’ÉTAIT TRÈS AVANCE POUR LEUR ÉPOQUE!

    IL FAUT TOUJOURS PRENDRE EN COMPTE LE CONTEXTE….

  4. Bulukutu dit :

    Quel discours emprunt d’une naïveté à couper le souffle. Signé par des bourgeois nègres qui ne se voyaient pas évoluer en dehors du carcan colonial. Si cette union avait été dirigée par des visionnaires, ils auraient tout de suite adhéré au projet de Nkwamé Nkrumah. Ce n’est pas pour rien que Thomas Sankara et d’autres ont repris la rethorique d’une union débarrassée du prisme colonial. Ce discours d’houphouet à hypothéqué l’avenir de 14 pays qui en souffre encore aujourd’hui. Ce n’est pas une question de contexte, car ailleurs en Afrique à la même époque, des africains ont rejeté la communauté. Je parle bien sur de l’Algérie.

  5. LE PATRIOT dit :

    NOTRE SALUE AU CONGO C’EST LE PRÉSIDENT TRUMP OBAMA N’A RIEN FAIT POUR L’AFRIQUE, DURAND LE POUVOIR D’OBAMA
    KADHAFI A ÉTÉ TUÉ
    GBAGBO A ÉTÉ REVERSÉ MÊME APRÈS AVOIR GAGNÉ LES ÉLECTIONS ET TRANSFÉRÉ A LA CPI
    LA GUERRE AU CENTRE AFRIQUE
    SASSOU CHANGE ILLÉGALEMENT LA CONSTITUTION AVEC LA COMPLICITÉ DES FRANÇAIS
    SASSOU VOLE LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS AVEC LA COMPLICITÉ DES FRANÇAIS
    SASSOU SE LIBRE A DES MASSACRES EN GRANDE ÉCHELLE DANS LE SUR CONGO
    http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/us-president-elect-donald-trump-support-assad-putin-syria-remove-rebel-backing-a7413346.html
    RAPPROCHONS NOUS DU PRÉSIDENT TRUMP

    FINI AVEC LA FRANCE

  6. Anonyme dit :

    Gabriel D’ARBOUSSIER écrit ce ci : »
    Notre adhésion à l’Union française, que nous proclamons solennellement, se justifie par une vue réaliste des problèmes politiques du monde, par une confiance dans le destin de l’Afrique et par la certitude que, malgré la réaction, nous obtiendrons les conditions libérales, démocratiques et humaines qui permettront le libre développement des possibilités originales du génie africain. »

    Nous pensons qu’il pensent à l’avenir. C’est ce que Loumouba va chercher à faire.
    Nous devrions non pas toujours critiquer, mais proposer une vision .

    Contrairement à Mr @David Landi qui a le pouvoir de dire des vérités, et qui se voit supérieur aux autres, dans l’espoir de continuer à dominer continuellement, oubliant que la partie du sud de l’ex RÉPUBLIQUE du Congo faisait parti de cet ancien pays, oui nous ne pensons à des fédérations d’à s l’Union africaine.

    LE PATRIOT dit :
    13/11/2016 à 19:51
    NOTRE SALUE AU CONGO C’EST LE PRÉSIDENT TRUMP OBAMA N’A RIEN FAIT POUR L’AFRIQUE, DURAND LE POUVOIR D’OBAMA

    Nous suivons vos poste.
    Quel est votre instruction? Docteur en sciences… humaine? La politique est un terrain de rapport de force. Quand Mr @David Landi se sent fort, conduit par Me Sassou, conscient du rapport de force en leur faveur, ils oublient que le pouvoir vient de Dieu.
    Pharaon a été suscité pour la gloire de Dieu. Quand le rapport de force est passé du côté de Moise, Pharaon a CÉDÉ. L’heure vient, elle déjà venue ou les tribus perdues vont revendiquer leur existence.

    Me @LE PATRIOT, il ne faut pas compter sur Trump(=Tempête : pour parler de la bible, c’est vers l’accomplissement des écritures que nous chrétiens, nous avencons. )
    Il faut avoir une stratégie.
    Nous lisons que une radio FM est utile. Il faut que vous puissiez aider et y réfléchir
    Il faut lutter (cercles fermesz)
    Il faut savoir que Me Ntoumi est le produit de Sassou. Il faut donc analyser le rôle de mr Ntoumi, me Sassou. La CPI passera par là.

    Faire un cercle fermé aidera le groupe pour une bonne analyse politique.

  7. Bulukutu dit :

    Nous ne voulons plus du pacte colonial. Il a vécu. Nous voulons évoluer hors du prisme colonial. Tous les présidents qui s’y sont essayés ont été soit, assassinés, soit déportés. Mais c’est justement à cause de ce qui est arrivé à ces présidents qu’il faut insister sur la nécessité de sortir du pacte colonial. Il n’y aura point de salut pour nous dans un rapport de dominants à dominés. Nous ne croyons pas à l’ampathie du colonisateurs a l’égard de ses anciens sujets. Nous connaissons le sens caché de la communauté. Nous n’en voulons pas. Nous voulons l’union des africains hors de la communauté.

  8. Anonyme dit :

    Mr @Bulukutu(14/11/2016 à 14:05) , vous constatez les faits et vous aller dormir. Il faut agir. Que proposer vous? Déjà merci de votre point de vue que nous partageons.

  9. Papoula dit :

    Le tyran Sassou N’Guesso désigné président du Comité de Haut niveau de l’Union africaine (UA), chargé de réconcilier et pacifier la Libye de feu le colonel Kadhafi. Cela est une blague? Comment peut on se permettre désigner un putchiste, génocidaire, chef des tortionnaire, criminel qui est occupé à òrdonné une opération éthnique contre une partie de son peuple?Comment peut on élire quelqu’un qui
    a volé le vote du peuple du Congo et qui se maintient comme d’habitude au pouvoir par la force des armes.
    Attentions pour ceux qui continuent à se faire complice de ce président autoproclamé, psychopathe qui auteur de nombreux crimes contre l’humanité, crimes de guerre et de torture et tentent de saboter la lutte du peuple Congolais. Le dictateur Sassou Nguesso qui invite le cadres, les gens du Pool du Congo à traquer Ntoumi;en un mot à l’aider aux massacres de leurs propres parents et la destruction des structures économiques et sociales du Pool  » est un individu qui a perdu la raison et le sens des valeurs. » Il estun terroriste, un danger pour le Congo et l’humanité. Sassou Nguesso dit qu’il n’y a pas de crise dans le Pool. Il qualifie de simple banditisme et non de crise político -militaire dont est injustement victime la région du Pool. Quelle idiotie! Quelle manque de culture! Sassou Nguesso ne connait pas la signification du mot crise. Comme l’a déja écrit quelqu’un, »quand on ne sait plus où dormir parce que les mercenaires de la Bête de l’Alima ont brûlé tout votre village, il y a crise du logement qui vous expose aux éléments et aux maladies, plus quoi manger parce qu’on a abandonné ses champs, crise alimentaire qui pourrait vous faire mourir de faim, plus comment faire pour poursuivre des études, crise éducative mettant en péril l’avenir de milliers de petits bakongo, etc. Il y a crise dans les familles Bakongo à Brazzaville car il faut nourrir de nouvelles bouches dans une situation de crise économique avec incertitude des salaires et des pensions de retraite payés désormais de façon aléatoire ». Il n’ y a pas seulement la nouvelle crise du Pool, mais il y a une crise générale au Congo. Le Congo est confronté à des difficultés financières depuis la chute des cours du baril de brut. Personne ne saurait taire la crise économique qui terrasse le Congo avant et après le processsus électoral. Le criminel président autoproclamé et son clan incarné se sont mis à s’enrichir illicitement tout amazout, tout en appauvrissant le Congo et le peuple Congolais dès la reprise d pouvoir par un coup d’ état très sanglant en 1997. Depuis un bon temps la CNSS n’a par exemple pas du tout l’argent pour payer les retraités.Les salaires passent pas régulièrement et accusent le plus souvent des arriérées de plusieurs mois. Les entreprises ne cessent de fermer. »La mauvaise gestion de nos finances publiques par Sassou Nguesso, La compagnie aérienne ECAIR crée à peine 5 ans est en faillite a`pres avoir engloutie tant d’argent du tésor public.Monsieur 8 % et ses affidés depuis de nombreuses années commence à se faire sentir négativement au plan national.L’une des conséquences de cette mauvaise gestion est le tarissement des ressources budgétaires, qui oblige le Congo de vivre de pain sec. Aujourd’hui, les faits démontrent que le Congo est mal géré par un clan qui vit de collusion, de corruption, de concussion, d’enrichissement illicite et de gaspillage des ressources.la magouille et de l’escroquerie au sommet de l’Etat dirigé par Sassou Nguesso sont si nombreuses, grandes que 570 milliards de FCFA, le montant consigné dans le compte courant du Congo logé auprès de la BEAC sont épuisés au titre des avances, faute d’argent. »Sassou et sa famille ont tout volé, laissant rien au peuple. « La crise est là depuis un bout de temps et perdure que le dictateur tente à la cacher oui ou non.Quant à la nouvelle crise du Pool, elle a recommancé pratiquement à partir du projet de nouvelle Constitution permettant au tyran Sassou-Nguesso de se représenter pour un 3e mandant après environ 32 ans du pouvoir marqué par la malgouvernance et de non respect des droit de l’homme. Celui ci était vivement contesté par plus de 90% de la population et était adopté, par tricherie, en à l’issue du référendum de dimanche 25 octobre avec des faux résultats. La dérive autoritaire du régime illégal congolais s’est dès lors accentuée de la manière la plus brutale et visible. Des centaines des manifestants pacifiques étaient vivement reprimés, tués Pointe-Noire, Brazzaville et un peu ailleurs, des opposants étaient incarcerés arbitrairement, le cas le plus connu est celui de Paulin Makaya qui était accusé d’avoir organisé et participé à une marche contre le référendum constitutionnel d’octobre dernier. Après les élections du 20 Mars 2016, »un climat de terreur, de peur se durcie au Congo Brazzaville. Les résultats de l’élection présidentielle tombent le 25 mars à 3 heures du matin. Les Congolais à qui on avait imposé une interruption totale des communications (téléphone et internet) pendant quatre jours, descendent dans les rues de Brazzaville pour dénoncer le vol électoral.Les opposants, principalement, le général Mokoko demandent au peuple de se mobiliser pour réclamer les votes confisqués et volés, car qu’il était impossible au candidat Sassou-Nguesso d’être élu au premier tour avec toutes ces irrégularités. Un appel à la désobéissance civile pour est lancée et une date est fixée pour la ville morte. Les miliciens du Front des patriotes d’ Aimé H. Mouagni, député du pouvoir et ancien cobra, qui venait de de créer avec fracas sa milice pour défendre le pouvoir de Sassou Nguesso et les agents de la Garde républicaine (GR), de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP) et de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST) se mettent à sèmer la terreur dans les rangs de l’opposition. « Ils surveillent la population, arrêtent, torturaient : sans cadre légal, en toute impunité ». Tôt dans la matinée du 4 avril 2016 des coups de feu sont entendus dans des quartiers situés dans le Sud de Brazzaville.Deux postes de police sont incendiés. Le pouvoir publie une déclaration à la télévision publique et accuse Ntoumi et les ex-miliciens Ninja Nsiloulou. Après avoir fabriqué dans la matinée le prétexte de créer un motif pour détourner l’attention et parer à une insurrection du peuple surtout des sudistes proches de Brazzaville, la cour constitutionnelle valide la réélection de Sassou Nguesso, contestée par l’opposition et le peuple Congolais à plus de 90%. Prétextant ainsi de cette attaque armée montée de toute pièce, l’opération injustifiée de represailles et de recherche de Ntoumi est lancée le même jour , sous les ordres du tyran Sassou Nguesso qui se fait couronner le soir.L’opération « Mouebara 2 » qui perdure maintenant depuis 8 mois est entammée, après les opérations « Colombe I », « Colombe II », « Hadès », « Hérode », « Mouebara » pour exterminer les Congolais du Pool. Ce véritable programme d’épuration et de purification éthniques avait débuté en 1998 et avait entre autre occassionée l’affaire des disparus de Beach. Dans un article paru le mardi 5 avril 2016 dans le journal opinion-internationale.com, il est à lire: »Alors que Denis Sassou Nguesso a vu sa victoire validée par une Cour constitutionnelle acquise à sa cause, le régime prévient toute désobéissance civile par la militarisation de l’espace publique et le déplacement forcé des populations hostiles » à son vol électoral. » Ainsi, après avoir parlé du terrorisme, Sassou Nguesso le chef des terroristes Sassou Nguesso qui dirige le terrorisme d’état au Congo a parlé le 9 novembre dernier du soit disant bantisme mené par Ntoumi et les ex Ninjas qui sont en réalité des resistants contre l’épuration éthnique de Sassou Nguesso et clan. Entretemps la repression avec sa vague d’arrestations arbraires des opposants, sympatisants des paris d’opposition, enlevements, massacres des civils s’est endurcie. »L’arrestation du Général Jean-Marie-Michel Mokoko (J3M) le 16 juin, s’est décidée selon certains observateurs, après l’échec de la visite de conciliation que l’ambassadeur de France, M. Vidon avait menée auprès du général J3M ». l’opposant Dr. Augustin Kalla Kalla torturé, pris pour mort et est abandonné sous la pluie devant la morgue.Ce très proche collaborateur d’André Okombi Salissa actuellement en fuite, avait été enlevé le 29 septembre 2016 par un groupe de gangs de la Direction Générale de la Sécurité Présidentielle ( DGSP). D’autre part, s’il n’est question que du banditisme tel que le dit le tyran Sassou Nguesso,, pourquoi utiliser les armes lourdes, chars, helicoptères de combat,avions de chasse qui pulversent les bombes et obus et fauchent les populations civiles, les habitations sans ménagement. S’ il n’ y a pas crise pourquoi les populations qui ont vécu pendant plus de quinze ans avec Ntumi fuient-elle ? Ntoumi ne dispose pas de tant d’armes ni d’hommes pour saccager toute la région, faire fuir tant de gens de la grande région du Pool. Les faits sont plausibles que ce sont les bombardements, la guerre, les massacres que mènent les soldats, miliciens, mercenaires de plus de 5000 tueurs de Sassou Nguesso dans le Pool qui sont à l’origine de la crise. Ntumi qui n’est qu’un alibis pour cacher l’épuration éthnique contre les Laris-Bacongo. L’ affaire du 4 avril est encore un montage, une manipulation de la dictature Sassou Nguesso qui sans cesse utiliser des méthode de désinformations, de la manipulation, des intrigues pour brouiller la piste de ses crimes contre l’humanité. Le massacre des citoyens Congolais à la maison de Ntsourou, il y a quelques années est un exemple parmi de nombreux d’autres. En réalité Sassou et sa clique ne sont pas préoccupés à la capture de Ntumi. « Quand on traque un suspect, on ne crée pas le chaos autour de lui en bombardant, en rasant districts et villages. On mène discrètement une enquête avant de lancer une seule opération juste à propos. Les bombardements aveugles et l’action des forces terrestres du pouvoir illégitimes qui violent, massacrent les gens au passage, brûlent les villages, les écoles et les hôpitaux, sont la cause principale de la fuite des populations du Pool dans la forêt et la capitale Brazzaville. Le mercredi 9 novembre par exemple; pendant que Sassou Nguesso donnait sa conférence de Presse, « les jeunes du mouvement citoyen Ras-le-Bol s’étaient donné rendez-vous pour dénoncer ce qui se passe dans le Pool, alerter l’opinion nationale et internationale, et exprimer leur solidarité à l’endroit des victimes. « Il s’agit là d’une situation qui nous désole parce qu’on pense qu’à tout problème, on pouvait trouver une solution d’une autre manière. Mais ce n’est pas en bombardant. Il y a d’autres méthodes. Ça vraiment, ça nous a interpellés disaient les jeunes. Raison pour laquelle nous avons convoqué ce sit-in qui devait se tenir au bureau d’information de l’ONU », avait expliqué l’un des responsables du mouvement. Le sit-in n’a pu être organisé. Les autorités préfectorales n’ont pas accordé l’autorisation au mouvement citoyen Ras-le-bol qui déplore cette attitude » Il faut voir dans quelle soit disant démocatie se trouve le Congo. Il faut savir connaitre les méthodes, la manipulation de Sassou Nguesso. »Déjà en 1977, Sassou Nguesso avaient grossièrement accusé les Laris, les Bakongos d’avoir tué Ngouabi. Le tyran Sassou Nguesso; criminel multirécidiviste s’était déjà illustré comme assassin des présidents Marien Ngouabi, Alphonse Massamba Debat, de monseigneur Emile Biayenda ainsi que des nombreuses personnes innocentes incriminées par la cour spéciale revolutionnaire CMP qu’ il dirigeait exécutées au petit matin, à une époque où le nom de Ntoumi n´ était pas du tout connu. Maintenant encore, Sassou Nguesso chef des tortionnaires et criminels de CMP, envoie des helicoptères de combat,avions de chasse, des miliciens, mercenaires torturer, extorquer, voler les biens, violer et massacrer, bruler les habitations, écoles, centres de santé etc des pauvres Congolais dans le Pool. Sassou Nguesso n’a jamais rompu avec la violence aveugle depuis ces années. Aucun esprit saint ne peut justifier les crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture de Sassou Nguesso depuis des décennies à l’endroit des populations du Pool, des citoyens congolais. Rien ne tourne normalement dans la tête du chef des tortionnaires, criminels et génocidaires qui a volé le vote du peuple et qui se maintient comme d’habitude au pouvoir par la force des armes.Attentions à ceux qui continuent à se faire complice de ce président putschiste, autoproclamé qui est un fou psychopathe.Il y aura à la longue des comptes à rendre. Les agissements Sassou Nguesso qui évoque » qu’il y avait toujours la fête dans le Pool à son passage dans les localités de cette région qu’il a soumis à la violences armées car il y a été mal élu,illustrent la haine, le tribalisme insensée, maladive qu’il a pour les Laris, les Bacongo. Sassou Nguesso n’est pas un président, mais grand bandit, criminel, terroriste qui tient à la poursuite du génocide, de « l’opération Mouébara » amorcé en 1998- 2003 qui avait engendré l’affaire des disparus du Beach.Congolais , arrêtons nos discussions stériles et cessons unanimement à vénerer un monstre criminel, génocidaire, un Hitler qui a vendu notre pays et fait de ses richesses sa propriéte privée et celle de sa famille, clique. Sassou Nguesso est un chef de l’Etat illégitime. Il est temps de nous concerter, réunir et agir concrétement compte tenu de la gravité de la situation du Congo qui souffre « de la crise du Pool, d’enlèvements nocturnes, arrestations et détentions arbitraires, torture, traitements cruels, inhumains ou dégradants,commis sur des sympathisants, des partisans de l’opposition au régime illégitime ». Congolais nous devrions reconnaitre qu’il y a eu beaucoups d’erreurs dans notre pays. Nous avons manqué de vigilence et aussi de courage face à nos devoirs et responsabilités entant que citoyens. Nous avons trop laissé la politique aux gens désoeuvrés comme le putschiste président illégal, autoproclamé et génocidaire Sassou Nguesso. Sassou Nguesso est un monstre tueur semi illétré. Il est un monsieur qui ne devrait pas du tout devenir président de république. Dans d’autres cieux, un bandit de grand chemin et criminel, génocidaire de ce genre ne pouvait rester au pouvoir si longtemps. Monsieur Sassou Nguesso est un fou, un grand criminel qui a une haine maladive , éffroyable du mukongo. Il est depuis des années, le diviseur de peuple du Congo. Il ne peut pas moralement, juridiquement diriger le Congo.Nous devrons mener une lutte tenace contre le terrorisme d’état de Sassou Nguesso.Face à l’épuration éthnique du Pool qu’íl continue d’entretenir,il est temps de nous réunir comme humains responsables et stopper la folie meurtrière du régime du Congo.Il faut voir s’il n’est pas temps de soutenir Ntoümi et entammer pour la légitime défense une insurrection armée ferme , résolue dans le Pool qui est la seule de renverser sans retard le régime sanguinaire de Sassou Nguesso et écarter parallèlement Jean Dominique, Jean Dominique Okemba, Jean-François Ndengué qui sont déjà en train de peaufiner leur stratégique de coup d’État intelligent pour prendre le pouvoir » Il est temps de fermer le chapitre du régime sanguinaire de Sassou Nguesso et envoyer le tyran criminel, génocidaire et sa clique dans les prisons de la CPI.

  10. Total vient de construire en Corée du Sud, la plus grande plate-forme pétrolière de 60000 tonnes d’acier et de haute technologie pour exploiter au large des côtes du Congo les puits pétroliers de moho nord. Elle a coûté 10 milliards d’euros et produira 100000barils par jour. Comment dans ces conditions voulez vous que la France lâche sassouffit

Laisser un commentaire