Quels buts visent les attaques contre l’Eglise catholique au Congo ? Par Gabriel SOUNGA-BOUKONO

cathedrale-facade-brazzaTout d’un coup, on assiste à un déchaînement des attaques contre l’Eglise catholique au Congo. Insidieuses, ouvertes, inspirées, frontales : l’Eglise en tant qu’Institution est descendue en flamme, ses agents voués aux gémonies. Ils sont dépeints en véreux, en corrompus, en affairistes, en sournois visant le pouvoir, en personnes entretenant une confusion suspecte sur le présent et l’avenir du Congo, en opposants même.

Répondre à chacune des attaques qui ont vu le jour ces jours-ci sur les réseaux sociaux et les médias serait impossible. Réfuter chaque ligne de venin publiée au nom de la bonne foi et de l’attitude correctement immuable de l’Eglise catholique est impossible. Mais laisser faire également. Car ce serait accréditer les hypothèses les plus viles et les plus dangereuses, de celles qui nous ont conduits aux pires catastrophes de notre histoire. Nous, Association cardinal Emile Biayenda-France (ACEB) avons décidé de nous poser en défenseurs sinon de la vertu de l’Eglise catholique au Congo, du moins de la nette séparation des pouvoirs entre ce qui relève du domaine souverain de l’Etat et de la démarche reconnue et admise des citoyens. Car les catholiques ne constituent pas une entité à part au Congo : ils souffrent avec les populations qui ont du mal à atteindre les deux bouts, à recueillir la moindre goutte d’eau du robinet,  meurent de manque d’aspirine dans les hôpitaux ou qui fuient, balluchons sur la tête, devant les exactions des soudards de Ntoumi, autoproclamé pasteur d’une Eglise qui n’est pas fondée sur la fraternité et l’amour, mais la prédation et la violence, la destruction du peu de bien qui nous est acquis en tant que Nation.

Le disant, nous ne fermons pas les yeux devant les exactions de nos forces de l’ordre qui, dans la confusion créée par Ntoumi depuis le 4 avril dans les quartiers sud de Brazzaville, et dans le Département du Pool, ne se conduisent pas toujours de manière irréprochable face aux populations civiles. Nous voulons appeler l’opinion nationale à se retrouver autour de nos problèmes les plus sérieux sans céder à la démagogie de ceux qui voudraient nous voir divisés, encore une fois, en un Nord et en un Sud antagonistes par atavisme.

C’est pourquoi nous réaffirmons les quelques points essentiels suivants, qui infirment aussi au passage les accusations portées contre la hiérarchie catholique congolaise qui s’est toujours montrée citoyenne malgré les violences subies depuis les années 1960, l’assassinat du Cardinal Emile Biayenda en 1977, les violences plus ou moins voilées subies.

1.    L’Eglise catholique n’est pas un parti d’opposition

Les enseignements des différents magistères insistent sur le fait que l’Eglise catholique, au Congo comme ailleurs, exerce son mandat dans la délimitation bien reconnue des pouvoirs qui reviennent à l’Etat et de ses prérogatives propres qui sont dans l’assistance spirituelle à ceux qui adhèrent à sa foi ou qui acceptent ses services en toute connaissance de cause. Depuis l’indépendance et même bien avant, l’Eglise catholique au Congo a formé avec abnégation des milliers de cadres grâce à ses écoles,  lycées (Javouhey, Chaminade) et séminaires (Mbamou, Loango, Makoua), soigné des millions de Congolais dans ses centres de santé, apporté sa contribution chaque fois que l’Etat lui demandait de mobiliser pour le Bien commun. Mais dans le sens de justice qui lui est reconnu aussi, elle dit son point de vue lorsque des dérives risquent de conduire les Congolais dans des tensions les uns contre les autres. Elle le fait notamment, en rappelant constamment le devoir de respecter la vie des citoyens, de promouvoir leur bien-être, de veiller à la juste répartition des Biens de la Nation, et notamment des fruits de l’exploitation de notre pétrole et de notre bois, nos principales ressources. Que les partis politiques bâtissent leurs stratégies sur l’un ou l’autre de ces aspects est une coïncidence fortuite, pas une identité de visées ni une accointance complice.

L’Eglise catholique ne parle pas au nom d’une tribu

Les catholiques congolais se recrutent sur tout le territoire de la Nation. Qu’ils appartiennent à des tribus différentes est un fait, mais un fait qui s’annule en Eglise vécue comme « famille des fils et filles de Dieu ». Nos pasteurs ont mandat de servir là où ils sont établis, et d’abord par volonté de la hiérarchie et non désir servir d’abord ses parents. L’Eglise du Congo compte trois expatriés qui servent hors de leur pays ; les autres  Evêques sont placés à la tête d’entités diocésaines où ils n’agissent pas d’abord comme envoyés de leurs tribus. L’oublier, c’est chercher à nous diviser à tout prix. De par ses structures et son organisation, l’Eglise catholique du Congo renforce l’unité des Congolais : beaucoup de ses agents du Nord ont été formés à Mbamou, dans le Sud ; beaucoup de ses agents originaires du Sud ont été formés à Boundji, dans le Nord, ou à Makoua. Ce fait nous regarde comme un défi heureux devant les tentations de nous replier et de nous regarder en ennemis. Ainsi, l’Archevêque de Brazzaville peut aller dire la messe, bénir des grottes mariales, célébrer baptêmes, mariages et funérailles partout sur le périmètre de sa juridiction diocésaine : il est partout chez lui, partout chez ses diocésains qu’il ne regarde pas en hommes et femmes du Nord, en proches ou non du pouvoir politique. Un catholique, c’est celui qui adhère à la foi de l’Eglise, point barre.

  L’Eglise catholique n’est pas corrompue

Sans constituer une entité coupée des réalités de notre pays, l’Eglise catholique que nous servons tous a toujours prôné la saine gestion de la chose publique, et condamné l’enrichissement illicite qui se fait sur le dos de nos populations pauvres. L’Etat, auquel nous obéissons tous catholiques ou non, a eu des gestes forts que nous avons appréciés : construction du clocher de la basilique Sainte-Anne du Congo endommagée par la guerre de 1997 et la vieillesse ; construction du siège de l’Association des Evêques d’Afrique centrale ; convoyage des pèlerins aux divers événements de l’Eglise à Rome ou dans le monde… Ces gestes sont des gestes citoyens ; ils ne constituent pas un achat des consciences catholiques. Qui plus est, aucun de nos Evêques ne s’illustre par un train de vie d’opulence. Et si un de nos jeunes prêtres peut avoir dépassé les limites de la sobriété, l’opprobre ne doit pas retomber sur la totalité d’une Institution reconnue comme « experte en humanité ».

L’aventure de Ntoumi n’est pas une aventure d’Eglise

Des voix ont tenté de faire croire, à la suite d’une déclaration hâtive de quelques prêtres, que l’Eglise catholique avait partie liée avec cet homme. Nous récusons de la manière la plus formelle que nos Evêques, originaires du Pool ou non, aient eux quelque complaisance envers Frédéric Bintsamou dont les premières victimes ont toujours été ses propres parents, un de nos Évêques ayant même subi des violences insensées à Soumouna, son ancien fief. Ntoumi reste un danger pour les Congolais,  et nous appelons nos compatriotes à tout mettre en œuvre pour l’amener à la raison. Que ses griefs contre le Président Sassou-Nguesso ne soient pas motifs pour paralyser toute une Nation qui souffre de pénurie de carburant et de vivres, du fait de l’arrêt du trafic sur la voie ferrée. Ntoumi n’est pas un catholique ; les catholiques ne se reconnaissent pas dans son action insensée. Son objectif est de détruire l’Eglise catholique, d’installer sa secte, de déscolariser les enfants du Pool, d’appauvrir, d’abrutir les gens sous sa coupe et de les exploiter, pendant que son business à lui prospère. Que cela soit dit une fois pour toutes. Nous, Association Cardinal Emile Biayenda-France, nous le disons ainsi. Que les opposants politiques exercent leurs prérogatives ; que le pouvoir du Président Denis Sassou Nguesso leur réponde, mais que cela ne soit pas une occasion de nous diviser, de chercher des boucs émissaires ou encore d’insulter nos Evêques.

A Bobigny, le 18 novembre 2016

Pour l’Association Cardinal Emile Biayenda-France

Gabriel SOUNGA-BOUKONO

Président

 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

39 réponses à Quels buts visent les attaques contre l’Eglise catholique au Congo ? Par Gabriel SOUNGA-BOUKONO

  1. mgr lubeladio prete catholique arme en 1665 tue en 1669 dans le pool au cours d'une bataille style mindouli 1998.plaidoyer pour une exclusion definitive du pool de toute activite democratqiue au congo. dit :

    EXCELLENT ARTICLE HONTE AU POOL

  2. KONGO-DIA-NGUNGA OU LE KONGO DE LA CLOCHE dit :

    MERDE NE VENEZ PAS DISTRAIRE LE PEUPLE CONGOLAIS DE LA RAISON ET DE LA SAGESSE QUI REFUSE LA COMPROMISSION DE L’EGLISE CATHOLIQUE DU CONGO-BRAZZAVILLE DANS LES AFFAIRES DE MONSIEUR 8%.

    QUE L’EGLISE DU CONGO N’AGISSE AU NOM D’UNE TRIBU NI EN TANT QU’UNE ORGANISATION POLITIQUE DE L’OPPOSITION, L’ON CONNAÎT TRES BIEN LE COMPORTEMENT DE CERTAINS PRÊTRES PROCHES DU POUVOIR.

    SI CET ARTICLE ENTEND REMETTRE EN CAUSE LE PRECEDENT AYANT PARLE DE L’EGLISE DU CONGO FACE A LA SORCELLERIE, C’EST VRAIMENT UNE FORTE MALADRESSE QUI, PAR AILLEURS DENOTE LA NAIVETE ET LA CREDULITE DE CE QUI SE PASSE REELLEMENT AU PAYS.

    TOUTE ORGANISATION INSTITUTIONNELLE COMME L’EGLISE CATHOLIQUE EST CONSTITUEE DES HOMMES ET DES FEMMES QUI PEUVENT L’HONORER OU LA DECREDIBILISER.

    AUJOURD’HUI LE DISCOURS DE L’EGLISE CATHOLIQUE, SES PRISES DE POSITION, LES INITIATIVES QU’ELLE PREND, LA QUALITE DES HOMMES QUI LA REPRESENTENT NE SONT VRAIMENT A LA HAUTEUR DES ATTENTES DES PAUVRES POPULATIONS MARTYRISEES NOTAMMENT CELLES DES REGIONS SUD DU CONGO.

    ON S’EN FOUT DU DICOURS EQUILIBRISTE OU ON NE SAIT QUOI ET CE QUE L’ON VEUT C’EST LA JUSTICE, L’EQUITE, L’HUMANITE ET LA PAIX QUI NE SONT POSSIBLES QU’EN SE DEBARASSANT DES PERVERS COMME MONSIEUR 8% ET SES COLLABORATEURS DONT CERTAINS FONT LA HONTE DE L’EGLISE CATHOLIQUE DU CONGO.

  3. VAL DE NANTES , dit :

    ET, à SASSOU VOUS DIRIEZ Quoi ?
    La victime redevient le bourreau ,soignez vous .

  4. KONGO-DIA-NGUNGA OU LE KONGO DE LA CLOCHE dit :

    OU EST TU TATA EMILE BIAYENDA,

    TOI QUI PARLAIT VRAI DES CHOSES DE L’ESPRIT,

    QU’ INCARNAIT TON EGLISE CATHOLIQUE,

    ET QUI SAVAIT PROTEGER LES PLUS DEMUNIS,

    EN DENONCANT LE FLOU ARTISTIQUE DU MARXISME

    LENINISTE,

    TOI QUI SAVAIT CONCILIER L’EVANGILE ET LE KIMUNTU.

    TON EGLISE OOO TATA BIAYENDA A FAILLI

    ELLE EST DEVENUE UN INSTRUMENT DE COMPROMISSION,

    ET DE PROPAGANDE DU REGIME SANGUINAIRE.

    OU ES TU TATA NKOUNKOU AUGUSTE DE GOMA TSE TSE,

    TOI QUI ETAIT LE DEFENSEUR DES OPPRIMES,

    TOI QUI N’A JAMAIS CRU A L’AVENEMENT D’UN CONGO REVOLUTIONNAIRE

    SOCIALISTE ET POPULAIRE,

    CEUX QUI VOUS ONT SUCCEDE FONT LA HONTE DE L’EGLISE

    QUE VOUS A SU DOMPTER EN LUI DONNANT AVEC RAISON,

    UNE COLORATION FORTEMENT CONGOLAISE HUMANISTE ET CHRETIENNE.

  5. marc mbiemo dit :

    C’est dommage l’auteur de cet article n’a rien compris du jeu de Sassou. C’est une infamie. Je comprends pourquoi la cause du Cardinal Biayenda avance pas au Vatican. A cause des énergumènes comme ceux qui ont produit un document qui démontre la complicité de certains congolais au pouvoir criminel et corrompu de Brazzaville la fin du tyran Sassou qu’on veut défendre est proche. Ce qui se passe au Pool n’est pas de la responsabilité de Ntumi est bien un résistant défenseur de la souveraineté du peuple.

  6. BILODIA dit :

    bonjour, l’auteur de cet article M. Gabriel SOUNGA-BOUKONO est sincèrement hors sujet c’est vraiment ignoble que l’église catholique ne sert plus à rien ,le cardinal Emile BIAYENDA doit se retourner dans sa tombe. L’auteur se moque du CONGO , de la région du pool , de son association ou du cardinal E. BIAYENDA ? pourquoi l’église catholique n’intervient elle pas auprès de SASSOU pour une sortie de crise dans le département du pool ? A quoi sert l’église au Congo ? est -elle complice de ce qui se passe dans notre pays ?

  7. LUKOKI dit :

    Mais quelle gourde, l’auteur de cet article !

    Tous les Congolais voient et connaissent le degré de la corruption de l’Eglise catholique. Elle n’a aucun esprit critique ni le courage de dénoncer les crimes d’un chef de clan. Au contraire, elle dialogue et accueille un assassin et fraudeur récidiviste. Elle accepte volontiers ses cadeaux trempés dans du sang des compatriotes.

    Cet homme a tué, tue et tuera encore. Pourquoi d’après vous, Eglise catholique, s’accroche t-il au pouvoir par tous les moyens? Ce n’est pas le bien des Congolais ni pour le triomphe de la démocratie. Sassou s’accroche au pouvoir pour éviter la prison !

    Le problème Sounga-Boukono, , ce n’est pas Ntoumi. Mais Sassou et l’Eglise catholique qui n’est pas à la rescousse du peuple souverain. Elle est du camp du despote.

    Quelle mauvaise foi !

  8. Du grand n’importe quoi que cet article.

  9. DEMAIN dit :

    N’attrape pas le serpent par la queue, et sa sert a rien de répéter les même choses plusieurs fois. Si toi tu refuse de voir la vérité, les congolaise connaissent la verite.Le seul terroriste au Congo c’est sassou et il travaille pour le compte de la France au détriment des congolais.Si le criminel sassou n’a pas changé la constitution illégalement, n’a pas vole la victoire du peuple, et s’autoproclamé président. Le Congo serai en paix le Pool l’un des meilleurs places a vivre au Congo. ACTUELLEMENT LA SOLUTION LA PLUS SIMPLE ET SAGE C’EST LE RETRAIT DES MILICIENS ET LES MERCENAIRES DE LA France VIA SASSOU AU POOL, ET QUE LES CONGOLAIS SE RETROUVE SUR UNE MÊME TABLE, SANS AUCUNE PERSONNE AU DESSUS DE LA LOI POUR TROUVER UNE SOLUTION MEILLEUR ET DURABLE, ET EN SUITE SACHE LE QUE L’ORDRE MONDE VA CHANGER MÊME LES SANCTIONS N’ARRÊTERONT PLUS L’AVANCÉE DES RUSSES. LA RUSSIE EST LA PLUS GRANDE PUISSANCE MILITAIRE DE NOS JOURS. LA France QUI EST TON PROTECTEUR SERA OBLIGER DE COMPOSE AVEC LA RUSSIE. UN JOUR NOUS VERRONS LE JOUR CAR NOUS LE SAVONS QUE NI L’AMÉRIQUE NI L’UNION EUROPÉENE NE VIENDRA EN AIDE AUX CONGOLAIS MEURTRIE PA SASSOU.

  10. Anonyme dit :

    L’homme d’église quel qu’il soit ne peut rester indifférent devant la misère des plus démunis et il est en droit et a le devoir comme tout homme sur cette terre de désigner le mal et l’injustice.
    En choisissant cette haute fonction au sein de l’église ces hommes ont choisit de servir et d’être au plus prêt de ceux qui souffres et leur statut qui leur confère une autorité morale les rend encore plus responsable.

    Depuis 33 ans que ces hommes d’église côtoient le tyran et son système mafieux ils en connaissent tous les rouages, ils ne peuvent donc pas se prémunir d’une quelconque neutralité devant autant de barbarie.
    Dans le monde des grands hommes d’église ont su parler lorsque le besoin s’en faisait sentir ce qui n’est pas le cas hélas de ceux qui séjournent au Congo et qui acceptent la compromission avec un tyran.

    « Si tu es neutre en situation d’injustice, alors sache que tu as choisi le côté de l’oppresseur. »
    Desmond TUTU

  11. Anonyme dit :

    Ce Gabriel SOUNGA-BOUKONO prend vraiment les Congolais pour des CONS…..

  12. Grand Paul DOUNGA DOUNGA dit :

    Eéééééééééééééééhhhhhhhhhh MAMéééééééééééééhhhhhhh !!!!!

    Gabriel SOUNGA-BOUKONO TU N’AS PAS HONTE ???????????

     » TALA MWA NSONI NTANGOU YA NKAKA  »

     » TALA KA MWA SONI TANGO MOSUSU  »

    EN TOUS CAS, BRAVO DE CONFIRMER LA COMPROMISSION DE L’EGLISE AU CONGO.

    COMBIEN SASSOU T’A PAYé POUR ECRIRE CE TISSU DE MENSONGES ???

    TOUTE PERSONNE LISANT TON ARTICLE COMPRENDRA TROIS CHOSES :

    1 – OU TU ES COMPLETEMENT MALADE, dans ce cas, il faudrait vite t’enfermer dans un asile, ou peut-être t’envoyer chez NTUMI pour qu’il te soigne.

    2 – OU TU ES UN IDIOT QUI NE CONNAIT RIEN DE CE QUI SE PASSE AU CONGO, dans ce cas tu aurais mieux fait de te taire.

    3 – OU TU AS ETE NGUIRISé, dans ce cas, tu aurais dû être plus explicite et avouer que tu es un apôtre de SASSOU…. pardon de SATAN.

    QUI TUE AUJOURD’HUI LES PAYSANS DANS LE POOL ???

    QUI ENVOIE LES HELICOS BOMBARDER LE POOL ???

    QUI FAIT BRULER LES VILLAGES DANS LE POOL ???

    QUI KIDNAPPE ET FAIT VIOLER AUJOUR’HUI FEMMES, ENFANTS ET VIEILLARDS DANS LE POOL ???

    QUI PROVOQUE L’EXIL DANS LES FORETS DE PAUVRES PAYSANS QUI SE RETROUVENT SANS TOITS, SANS NOURRITURES ET SANS MEDICAMENTS ???

    En fermant les yeux sur ces principales questions, tu t’ériges en véritable DESHONNEUR POUR TON EGLISE.

    EN VERITE ET EN VERITE,

    – SOUS PRETEXTE DE VENIR DEMENTIR LA CORRUPTION DONT L’EGLISE EST ACCUSEE (TOUTES LES EGLISES ET L’EGLISE CATHOLIQUE EN PARTICULIER)……. ,

    TU ES EN FAIT VENU FAIRE FEU DE TOUS BOIS SUR LE REVEREND NTUMI, L’ACCUSER PUBLIQUEMENT ET LE RENDRE RESPONSABLE DE TOUS LES MORTS ET TOUTES LES MISERES DU POOL AUJOUR’HUI.

    A te lire prêchant de manière à peine voilée l’isolement, l’arrestation et l’incarcération de NTUMI, on croirait entendre SASSOU-NGUESSO lui même, dans sa dernière interview télévisée à Maya-Maya il y’a quelques jours.

    Sous couvert de l’église, tu croyais ainsi qu’en « noyant un poisson déjà mort » on allait pas dénicher ta supercherie, ton arnaque, ton subterfuge, TON IMPOSTURE INTELLECTUELLE ???

    ¨Pour faire ce sale travail d’inquisiteur de NTUMI tu te pares de la cape d’ASSOCIATION CARDINAL BIAYENDA.

    Loin de te couvrir de vertu, cette cape ne fait que prouver ton ESCROQUERIE qui avait un besoin impérieux de légitimation.

    Eeeehhhh OUI ! Le Cardinal BIAYENDA DOIT SE RETOURNER DANS SA TOMBE !

    MAIS AU FAIT QUI A TUE LE CARDINAL BIAYENDA ???

    TU AURAIS QUAND MEME PU NOUS DIRE QUE C’EST NTUMI !!!

    Comme l’a dit un internaute plus haut, avec des défenseurs comme toi, LA SANCTIFICATION DU CARDINAL BIAYENDA N’EST PAS PRET DE SE FAIRE.

    TON IMPOSTURE ou plutôt TON INQUISITION atteint le comble quand tu te présente comme DEFENSEUR DES VERTUS DE TOUS LES PRETRES DE L’EGLISE CATHOLIQUE, alors même que jamais TOUS N’ONT ETE MIS DANS LE MEME SAC.

    Par exemple Monseigneur Louis PORTELLA n’a jamais été mis en cause.

    S’il y’a des canards boiteux, tous les prêtres ne sont pas corrompus. Mais cela vous feignez de l’ignorer SCIEMMENT POUR COUVRIR LES VRAIES POURRITURES DE L’EGLISE CATHOLIQUE DU CONGO.

    Dans son article publié sur Congo-Liberty le 04/11/16, Rigobert OSSEBI a fustigé l’abbé Prosper Mesmin MASSENGO dont les accointances avec le pouvoir en place ne sont pas un secret dans tout Brazzaville. C’est PROSPER MASSENGO qui fait PROSPERER LA CORRUPTION AU SEIN DE L’EGLISE DU CONGO en terrorisant ses frères et ses Evèques.

    Alors : – QUID de cet Abbé MASSENGO qui a béni dans le jardin du tortionnaire en chef de la République du Congo, le Général de Police Jean-François Ndenguet, une réplique de la Grotte de Lourdes ???

    VOUS FUSTIGER NTUMI MAIS PRESQUE PAS UN MOT SUR LE CRIMINEL MULTI-RECIDIVISTE SASSOU NGUESSO, CELUI LA MEME QUI A TUE LE CARDINAL BIAYENDA DONT VOUS VOUS PRETENDEZ DEFENSEUR DE LA MEMOIRE.

    RIDICULE !
    HONTEUX !
    PUANT….. comme NTSOUNGA-BOUKONO !

    Peux tu au moins nous dire :

    – DANS QUEL PAYS AU MONDE AS TU DEJA VU QUE POUR ARRETER UN PSEUDO TERRORISTE IL FAILLE BOMBARDER AVEUGLEMENT TOUTE UNE REGION, BRULLER DES VILLAGES ENTIERS, VIOLER DES FEMMES ET FILLES MINEURES, ET TUER DES CENTAINES DE PERSONNES BEBES, ENFANTS, FEMMES, VIEILLARDS ET AUTRES ???

  13. Soleil BRILLANT dit :

    Vous reconnaissez au cours de cet article que l’église catholique a reçu de prestigieux cadeaux tel que le siège des évêques, de la part de Sassou. Le comble de tout cela est que vous en parlé avec fierté. Cet homme (Sassou), qui a tué votre cardinal, vous fait des cadeaux, et vous acceptez. Il me semble même que le jour de l’inauguration de cet immeuble, Sassou avait été invité dans la cathédrale où est enterré la cardinal qu’il a assassiné. Je suis au regret de vous dire que l’église catholique, a perdu son honneur.

  14. Pierre MOUKALA dit :

    Quelle consternation pour un chrétien ,avec autant de légèreté, tenter de justifier l’inconséquence des hommes dits de Dieu, qui ont vocation à porter la parole des plus fragiles.

    Que vaut-il de revendiquer le statut de chrétien, quand on est dans l’incapacité de faire un discernement ou de nommer la barbarie dont les causes sont connues de tous, avec des victimes souvent ciblées dans le même environnement.

    Qu’en est-il réellement de ceux qui se présentent comme chrétiens, et qui se caractérisent souvent par une intense activité autour de structures ecclésiastique?

    J’ose espérer que la cause de la béatification du cardinal soit portée par d’autres structures beaucoup plus en phase avec les exigences intellectuelles et morales.

    Autrement, un enquêteur du Vatican qui tomberait sur le raisonnement de Monsieur le Président pourrait se poser des vraies questions à propos des connexions entre l’église et le pouvoir dictatorial au Congo.

    Il ne resterait alors qu’à s’interroger sur les connexions entre le cardinal et les milieux du pouvoir qui ont conduit à son assassinat.

    Dans des situations aussi complexe que celle du Congo, bien que Ntoumi soit un homme peu recommandable, un esprit de bon sens devrait commencer par distinguer la cause des conséquences.

    Que nous parlions de la barbarie à l’encontre de nos parents dans Pool, des événements de 1977….. il s’agit d’une même cause ayant pour effets collatéraux le gout du sang et les larmes autres comme Antsou, Kikadidi, Biayenda…

    Il y a plusieurs incohérences dans le texte de Monsieur le Président et l’on pourrait passer des heures à les décortiquer.

    Pour résumer, le rôle des prélats ne peut se limiter à des postures de fonctionnaires de Dieu en charge d’annoncer la Bonne Nouvelle sans discernement, ni engagement dans un environnement dont ils ont vocation à transformer.

    Les catholiques font référence à une doctrine sociale qui est dans l’esprit de la 2e lettre de Paul à Timothée, exhortant d’annoncer l’évangile à temps et à contretemps, d’avoir une conduite irréprochable :
    « Proclame la Parole, insiste à temps et à contretemps, réfute, menace, exhorte, avec une patience inlassable et le souci d’instruire. »

    Nous avons eu dans l’histoire, des exemples de clergés ayant joué un rôle actif dans la défense des droits des opprimés victimes de régimes dictatoriaux comme au Chili.

    Dans ce pays, l’église a été aux cotés des opposants politiques pour contribuer à des changements plus favorables à l’épanouissement de la condition humaine. Il s’agit d’un rôle beaucoup plus d’acteur que d’arbitre.

    Notre Président de l’association doit sortir de la logique d’une religion de « slogans » pour prôner une religion d’engagement et d’actions au service des plus fragiles et de la défense des droits des opprimés.

    Car, il faut venir de mars pour réduire la question de lutte contre le tribalisme à aux paroles ou pratiques de l’église consistant recruter des chrétiens du Nord au Sud ou à la présence des étrangers dans le clergé.

    Au Congo, la réalité indéniable est que le pouvoir entretien une fracture tribale à l’avantage des mbochis.

    En plus de l’aspect économique, et social, la fracture se prolonge à travers l’état de siège et le quadrillage des quartiers Sud de Brazzaville, particulièrement en soirée, pendant que la partie Nord savoure nuit et jours les retombées du pilage de la rente pétrolière.

    Cet état de siège ne pourrait trouver de justification dans une hypothétique intrusion des miliciens de Ntoumi dans ces arrondissements, alors que toutes les entrées sud de la vile sont verrouillées depuis le fameux 4 avril, et même bien avant .

    Comment peut-on se revendiquer missionnaire et ne pas dénoncer ce genre de dérives qui illustrent une tyrannie à son paroxysme, avec l’utilisation des moyens de l’Etat au service d’une cause tribale de conservation du pouvoir.

    Le rôle de l’église qui est porteuse de l’espérance n’est pas de jouer au spectateur, mais de nommer les maux de la société et de contribuer y remédier à travers des missions concrètes.

    Si un chef religieux était parti rendre hommage à Heinrich Himmler, chef de la SS à son domicile (l’équivalent du patron de la police congolaise poursuivi pour crime contre l’humanité), au cœur de l’holocauste, il est évident que l’on se serait posé des questions sur sa moralité.

  15. ZEBROWSKI dit :

    Nous nous connaissons bien Gabriel. J’appartiens à ton association « Cardinal Émile BIAYENDA France ». Qui es tu pour juger Ntumi? Que sais tu, toi qui vis en France depuis 40 ans, de la souffrance et des déchirures de tous nos frères qui, eux vivent à Brazzaville? Est ce Ntumi qui a enterré vivant le Saint Cardinal Émile BIAYENDA dans une nuit de l’effroi au cimetière d’Itatolo le 22 Mars 1977 ? Je regrette de dire que ce n’est pas Ntumi qui est le complice du pouvoir, mais bien l’Église catholique qui est au Congo et quelques uns de ses « propriétaires »dont tu fais tristement partie. Le Révérend Ntumi est doté d un charisme de soignant comme le fut en son temps Simon Kimbangu. C’est la raison pour laquelle de nombreux jeunes viennent lui demander son aide pour sortir de la dépression, du désespoir, et du suicide. C’est toute une génération des jeune qui a vu son destin fracassé par 40 ans de cette dictature sanguinaire, qui assoit son pouvoir sur la terreur. Je suis un enfant de l’Eglise catholique et j’aime cette Mère qui m a donné la foi. Mais il faut le dire ici et le déplorer, que de très nombreux membres du clergé congolais ne sont pas à la hauteur de leurs grands anciens qui surent offrir leurs vies pour la Justice et la Vérité, pour le Christ : Bien sûr l immense Cardinal Émile BIAYENDA, mais aussi son ami Georges Firmin Singha, Barthélémy Batantu et mon père spirituel tant regretté, Ernest Kombo. Quant à moi, fils de l’ Eglise, je me sens en parfaite union de prière et d’action avec ce héros qui est le très révérend Ntumi que j’admire et que je respecte. Nos évêques aux Congo ont oublié leur mission prophétique. Enfant de l’Eglise catholique, je me sens aussi un enfant du révérend Ntumi. Hervé ZEBROWSKI ( membre de l’Association Cardinal Émile Biayenda France).

  16. Kuna dit :

    Bravo Gabriel Sounga-Boukono!
    Si votre objectif était de susciter ce débat qui s’égrène sur les réseaux sociaux avec hargne et rage, alors j’avoue que vous avez réussi votre exploit et je dis bravo. J’ajoute que les aigris de toujours sont des va-t-en-guerre sans gros bagages idéologiques. Je ne comprends pas la nervosité à fleur de peau des intervenants. Le président de l’Association Cardinal Biayenda a posé une question simple suite aux attaques dont est victime l’Eglise catholique: « Quels buts visent les attaques contre l’Eglise catholique au Congo? » Les aigris de toujours n’ont lu que le paragraphe sur Ntoumi. Cette réduction de l’esprit prouve que certains ne savent pas débattre. Hervé Zebrowski me fait penser à Judas qui faisait partie des douze apôtres, fidèles disciples de Jésus. Eh oui, les traîtres, on les trouve partout. Car comment peut-il désavouer son président? J’approuve cet article. J’approuve le courage de Sounga-Boukono. Il est plus facile de se cacher devant son clavier et de vociférer, de critiquer aveuglément. La critique est toujours facile. Enfin avant de vous quitter, un seul conseil: « N’ayez pas la mémoire courte. Ayez un minimum de reconnaissance sur ce que l’Eglise catholique du Congo a fait pour de nombreuses générations avec ses propres moyens. »

  17. Anonyme dit :

    Komité, Mr SOUNGA BOUKONO Gabriel
    je suis stupéfaite par ton post, que Dieu t’assiste

  18. Bulukutu dit :

    Appeler le préfet-zident par président est une preuve qui ne trompe pas, et nous révèle de fait, le caractère téléguidé de ce tissu d’insanités. C’est ignoble de vouloir récupérer la mémoire du cardinal Émile Biayenda à des fins politiques. Preuve que le pouvoir de l’argent est très nocif pour les congolais. Si c’est cette association qui milite pour la canonisation du cardinal, je comprends pourquoi ce dossier traîne. Il ne faut pas laisser ce combat à des gens aussi corrompu, car ils le décrédibilisent. Le pouvoir de Brazzaville essaie de gagner les cœurs des Congolais en passant par l’église catholique. Isoler la souffrance du Pool, la noyer dans un tissu de mensonges afin que les ressortissants de ce département ne reçoive pas la compassion de leur compatriote. En bref, c’est juste de la politique politicienne made on PCT. Rien de nouveau sous soleil. Un article pour rien, qui jette l’opprobre sur ceux la même que l’église est censé aider et protéger. Mais l’aurez compris ce n’est pas leur problèmes, ils s’en fiche. Ailleurs, les hommes d’église se rangent systématiquement du côté des oppressés, mais au Congo, c’est une autre histoire. Pays de merde….

  19. VAL DE NANTES , dit :

    DIEU a longtemps quitté LE CONGO BRAZZA, pour faire place au dieu des mbochis Sassou.Les effigies de ce dernier s’affichent sur les murs de tous les commerçants , quelle que soit la taille de leurs magasins .
    Quand l’excès du narcissisme pathologique atteint le seuil du raisonnable .Nous sommes dans la dramaturgie phobique .
    QUE le sieur SOUNDA se fasse violence pour se libérer de la cécité tribalo encéphalique ,avant de nous offrir des posts d’outre tombe .

  20. CD JUMEAU dit :

    Monsieur SOUNGA-BOUKONO, HALTE! STOP! ARRÊTEZ!

    Si vous pensez que NTUMI est un bandit, un danger pour le Congo, ou un terroriste comme l’a déclaré le gouvernement illégale de BRAZZAVILLE… DITES-NOUS DONC QUI EST votre président-usurpateur, Denis SASSOU NGUESSO??? DITES-NOUS QUI IL EST LUI, Monsieur??? JE PENSE TRÈS SINCÈREMENT QUE VOUS ÊTES UN IMPOSTEUR ET VOUS FAITES PARTIE D’UNE MÊME ÉQUIPE QUE Denis SASSOU NGUESSO, LE VRAI TERRORISTE, LE VRAI CHEF DU GRAND BANDITISME, LE VRAI SEIGNEUR DE GUERRE A LA TÊTE DE LA MILICE TRIBALE (EX FAC) ET, LE VRAI DANGER POUR LE CONGO! NTUMI EST UN RÉSISTANT COMME TOUS LE RESTE DES CONGOLAIS QUI RÉSISTENT CONTRE LA TERREUR ET LE GÉNOCIDE (DANS LE POOL).
    SI LES RARES VRAIS OPPOSANTS POUVAIENT FAIRE COMME CE TRÈS BRAVE NTUMI, OU S’ILS POUVAIENT TOUT SIMPLEMENT NOUS ARMER, NOUS LE PEUPLE COURAGEUX, BRAZZAVILLE SERA REPRIS, EN TRÈS PEU DE TEMPS, DES MAINS DES TERRORISTES ET VOUS AUTRES, Monsieur SOUNGA-BOUKONO, VOUS SEREZ POURSUIVIS POUR COMPLICITÉ. MERDE!

  21. Anonyme dit :

    EMILE BIAYENDA ÉTAIT-IL ASSASSINÉ OU MORT DE MALADIE TU AS UNE COURTE MOIRE NE VIENS PAS DISTRAIRE LES GENS ESPÈCE DE TRIBAL IL FAUT AVOIR DU RESPECT POUR LE CARDINAL ET EN CEUX QUI CONCERNE CEUX QUI SE PASSE AU POOL IL FAUT QU’IL EST QUELQU’UN QUI DOIT SE LEVER ET DIRE NON DE LA BARBARIE DU POUVOIR ALORS RESTE TRANQUILLE ET NE FAIS PAS EMBROUILLE

  22. TROP C'EST TROP dit :

    La vie semble s’arrêter en République du Congo. Tous les indicateurs de la vie nationale sont au plus grand rouge. Aucun secteur d’activités de notre pays n’affiche un visage de sérénité. Ils accusent tous des signes d’essoufflement. Le Congo, notre beau pays présente un paysage fatidique et désastreux.
    Le pays n’est qu’un champ de ruines et se trouve en état de total abandon. Le désordre dans nos départements, la faillite dans le secteur économique du pays, la misère qui touche les 98% de la population, la terreur dans le Pool constituent les traits les plus frappants de l’œuvre grandiose que le règne Sassou a bâti en République du Congo.
    L’œuvre de destruction systématique instituée au cœur de l’activité de l’état, a précipité le pays dans un véritable gouffre chaotique sans issue, la corruption, l’anarchie, l’embourgeoisement, l’impunité, l’arbitraire, le totalitarisme, la tyrannie, la rapine, la voracité, la concussion, l’individualisme, l’injustice, l’insouciance, l’exploitation, l’aliénation, l’incurie, le gaspillage, le clientélisme, etc…
    Depuis lors, le soleil qui apporte les rayons du bonheur aux habitants de la planète, a cessé de se lever dans les horizons du pays.
    Aujourd’hui, plus qu’hier, notre pays, le Congo vit dans une atmosphère de fin de règne. La démission de l’Eta et totale. Le pays est comparable à une jungle, sinon a de l’herbe séchée et broutée.
    Le tissu économique est en parfaite décomposition, le chômage bât tous les records et affecte plus de 90% de la population, la tension inflationniste brûle tous les baromètres, l’appareil judiciaire est en état de grippage grave, l’insécurité des personnes et des biens, la faim, la misère, la prostitution sous toutes ses formes, la toxicomanie, les maladies et autres épidémies sont autant des fléaux qui s’abattent sur la vie de la population, au point que le nombre des morts qu’on déplore quotidiennement est enregistré au rythme d’une véritable hécatombe.
    Le Congo est un pays où la vie ne sourit plus à personne. La société congolaise, gagnée par le profit et l’individualisme, est en manque d’humanisme cruel. Si bien que les vivants commencent réellement à envier les morts. Mais, tout le monde vit dans l’espoir d’une délivrance qui tarde à venir.
    Du coup la misère entraînant l’extrême pauvreté, le saccage au Pool et la brimade des cadres sélectionnés en clan déferlé un vent important dans son sillage un régime autocratique sans réelle assise d’expression populaire, provoque une mobilisation d’énergies fortes au peuple opprimé qui croit fermement être désormais devant la porte de cette délivrance tant attendue.
    Les ambitions obsolètes de la 4ème République, qui anime la vie de l’Etat moribond et agonisant, la pression forte du côté du peuple opprimé qui réclame mordicus la tenue du dialogue sincère en vue de hâter l’avènement de nouvelles ambitions d’une démocratie restaurée en lieu et place de celle de la dictature sourdine de monsieur Sassou. Ce dernier s’accroche et est obligé de sacrifier le PC- Parti Etat pour endosser celui de PCT-Parti enfants (privé).
    Cela entraine une chose qui se répercute sur la scène politique de notre pays, renvoie les échos qui sont généralement interceptés par le peuple en terme de graves bruits de ménage, le Chef de l’Etat opère une démocratie de façade en vue d’assurer la pérennité de son régime.
    Dans sa formule actuelle, quoique fort contesté par le peuple, est la seule carte politique valable que Monsieur Sassou exhibe en employant des moyens militaires non conventionnels.
    Le Congo est vide de toute sa substance dans son effort de vouloir concilier le réel et l’irréel, le vrais et le faux, le bien et le mal, au point que les véritables sujets de fond sont restés pendant à ce jour en terme de grandes interrogations au cœur de la conscience.
    Il est aisé de comprendre la raison fondamentale de la tenue du dialogue, posant un vrai débat de fond. Nous sommes appelés à initier ce débat dans le but de rechercher à cimenter la cohésion nationale dans un océan de culture et de traditions aux sensibilités divers.
    C’est dans cette optique qu’est née le FPRD afin de poursuivre la lutte armée tant que n’auront pas cessé la présence de l’armée dans le Pool et les tracasseries dont sont victimes les congolais sur le territoire.
    Arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’état, celui qu’on croyait être l’homme providentiel, qui allait promouvoir les conditions d’une véritable paix social dans le pays, s’est révélé immédiatement comme un bon plongeur au service d’un clan et de ses enfants, peu soucieux de l’intérêt supérieur du peuple à qui il va même priver jusqu’aux miettes, le juteux gâteau pour lequel il s’était battu à forger son chemin dans le roc. Monsieur Sassou a fait saigner de sa veine droite, toute l’économie du pays pour se constituer une fortune personnelle considérée comme l’une des plus importantes du monde.
    La corruption érigée en système de gouvernement dans un pays qui avait tous les atouts pour promouvoir les conditions d’un réel développement, avait été l’élément essentiel qui allait conduire à la dérive. Si bien que l’importance de la fortune accumulée par la classe dirigeante du pays, grâce à ce système de corruption, est à la hauteur même de l’état de pauvreté dans lequel se trouve la population congolaise. Ainsi, le paradoxe est curieux quand on sait que le Congo est riche, mais où la population est extrêmement pauvre.
    Pour couvrir ce système honteux qui allait permettre à la clique au pouvoir de s’enrichir, toute une architecture morale basée sur le sophisme aliénant fut planifiée dans le but de dérouter et d’aveugler les consciences, de manipuler et d’embrouiller les esprits.
    C’est dans ce contexte qu’est née le CNRTV avec ses puissants instruments de propagande, distraire en dirigeant le peuple sur des fausses pistes pendant qu’ils se renflouent les poches.
    Tout a été fait pour écarter le peuple du festin national auquel il avait droit, ainsi, depuis plusieurs décennies, ils ont fait chanter et danser le peuple congolais pendant qu’eux-mêmes ont la bouche pleine.
    Voilà comment tout un peuple est pris en otage et réduit à la misère la plus noire.
    Nous encourageons les généraux et autres officiers pour leur assistance multiforme, pour divers services rendus au Front Patriotique pour la Restauration de la Démocratie. Par ce geste patriotique, nous tendons la main aux autres afin de se rallier au mouvement pour qu’ils soient amnistiés après la chute de ce régime.
    A cet effet, un appel au front commun est officiellement lancé à tous les congolais patriotes. La prise de conscience, la détermination de soi et la mobilisation de l’ensemble des congolais s’imposent, soyons tous unis du nord au sud, évitons l’esprit du fanatisme aveugle, car la famine, la misère et la souffrance n’ont pas de clan tribal.
    Le Front Patriotique pour la Restauration de la Démocratie est l’allié sûre de tous les congolais pour l’unité, la réconciliation nationale et la restauration de la démocratie chèrement acquises pendant la Conférence Nationale.
    Le FPRD

  23. Un prêtre catholique à Brazzaville dit :

    Il y a une confusion depuis le départ, sur la question posée; confusion entre l’Eglise catholique comme institution au Congo et certains catholiques évêques ou prêtres. Ce qui circule sur les réseaux concerne certains évêques et prêtres et non l’institution et l’ensemble du peuple de Dieu rassemblé dans cette Eglise au Congo. L’auteur de cet article devrait donc parler de ces individus et non de l’Eglise catholique, car les positions officielles de l’Eglise catholique n’ont pas changé, et personne ne peut dire le contraire, si l’ont suit les messages des évêques depuis 2014. Officiellement, l’Eglise a été contre le changement de la constitution, contre l’organisation des élections dans le flou. Aujourd’hui l’Eglise appelle au dialogue inclusif: voilà ce qui est officiel, et c’est par là que se limite sa tâche. Il y a d’autres démarches que l’Eglise est en train de mener dans l’ombre pour le bien du peuple, que l’on ne peut pas étaler sur le Net.
    Pour le reste, il faut reconnaître les maladresses de certains évêques et prêtres. Il serait mieux que ceux qui se sentent attaqués viennent démentir eux-même sur les faits; car s’ils ne le font pas, cela veut dire qu’ils sont conscients de leurs erreurs.

  24. S. NKALA dit :

    L’article de son Excellence, le Président de l’Association Cardinal Emile Biayenda-France s’inscrit dans la suite logique de l’appel du petit timonier d’Oyo, demandant aux populations du Pool de se joindre à lui dans la traque de Ntumi

    C’est donc une façon de relayer le message du tyran auprès d’une diaspora exerçant sa liberté de penser, et faisant la différence entre les opprimés et les agresseurs qui ont à leur actif l’assassinant du cardinal Biayenda.

    Pour une personne qui serait en France depuis 40 ans, il donne l’impression de saisir la perche tendue par le diable pour aller, d’ci peu, trouver un lieu de repos à Brazza, en qualité parisien-sapeur-président.

    A moins de nous prouver l’existence d’un dogme d’infaillibilité des évêques du Congo auquel les réseaux sociaux ou la diaspora devraient se conformer, il est donné à tout esprit de bon sens d’avoir une appréciation sur les grands enjeux sociaux de son environnement.

    Dans le cas du Congo, nous sommes tous embarqués dans un train où on ne peut être neutre.

    Et, les locomotives de cette barbare sont bien identifiées.

    Martin Luther King disait à son époque : « Celui qui accepte passivement le mal est tout autant responsable que celui qui le commet. Celui qui voit le mal et ne proteste pas, celui-là aide à faire le mal ».

    Ces évêques devraient aussi méditer cette parole de Yehuda Bauer qui disait :
    « Tu ne dois pas être une victime, tu ne dois pas être un oppresseur, mais avant tout, tu ne dois pas être un spectateur ».

  25. Anonyme dit :

    @Kuna. Le nombre d’aigris comme vous les désignez, devrait vous faire réfléchir sur le camp que vous avez choisi. Si se mettre du côté des opprimés, c’est être aigris, alors oui, nous sommes aigris par tant d’ignominies et cinisme. Le Congo est devenu un repère de nihilistes qui n’ont aucun sens des valeurs et aucune morale.

  26. INDIGNADOS dit :

    @Un prêtre catholique à Brazzaville,

    Il y a également de la confusion dans votre post parce que, l’église en tant qu’institution est représentée par les hommes dont vous reconnaissez la maladresse de certains.

    Il se trouve que la critique porte sur ceux la même qui sont à la tête de l’instruction et qui devraient incarner le message révélée, la parole faite homme dans leur être.

    Si l’église à son rôle institutionnel de rappel des principes de la foi, sans avoir un regard actif sur les conséquences de la non prise en compte des aspirations du peuple, nous nous situons dans ces conditions face des fonctionnaires et non des missionnaires.

    Or, l’expérience nous montre à travers le monde des exemples de prise de positions plus vigoureuses.

    AU Congo, le non respect de la constitution et les élections mal organisées, pour ne se limiter qu’à ces situations, ont engendrés des conséquences en termes de vies humaines et de déstructurations de foyers.

    Vouloir faire la réplique du modèle de l’église occidentale dans sa forme actuelle, après une longue histoire, dans des milieux comme l’Afrique où nous sommes confrontés à d’autres réalités, cela est sans un intérêt pour l’avenir du pays ou du continent.

    Il ne faut donc pas s’étonner que des charlatans comme Ntumi puissent prospérer, et que des hommes véreux comme le Satan d’Oyo puissent en profiter pour sécuriser leur pouvoir, en éliminant au passage toutes les menaces potentielles.

  27. UNITE dit :

    UNITE dit : Je suis chrétien. J’ai honte de certains évêques du Congo Brazzaville qui sont redevables à Sassou, à cause des cadeaux faits par ce criminel à cette église. Tchibota antoinette qui est en plein dans des pratiques fétichistes, est celle qui préside les cérémonies religieuses de monseigneur Milandou à la cathédrale de Brazzaville. Ce post sent les propos de monseigneur Milandou qui est venu en France pour le centenaire de monseigneur Guilmard.
    Lorsque on est chrétien ,on dénonce les assassinats de Sassou . On ne traite pas Ntumi de rebelle. Lorsque Biayenda a été enterré vivant, alors que Sassou était ministre de l’intérieur, Ntumi était il rebelle? Rappelez vous des hommes d’église tués à Mindouli, Ntumi en était il l’auteur.
    Honte à vous SOUNGA BOUKONO. Ces propos que vous tenez pour faire plaisir à Sassou et ses sbires, n’honorent pas la mémoire du cardinal Emile Biayenda qui a été tué par Sassou et ses complices que vous glorifiez aujourd’hui.

  28. Mudumango dit :

    Mâ Gaby,
    Qu’a justifié cette sortie?
    – Montrer que l’Eglise catholique, à travers vous, s’aligne sur le discours Sassou qui accuse Tâ Ntoumi?
    C’est avouer, publiquement, ce que tout le monde n’a jusqu’ici que sussurré à tue-tête sur les connivences Catholique avec l’assassin de Tâ Biayenda! ET LA VOUS AVEZ RATER L’OCCASION DE VOUS TAIRE!

    Des villages entiers sont rayés de la carte et des populations désinteressées de la politique, décimées dans le Pool, c’est pas Tâ Ntoumi ni ses hommes qui n’ont aucun moyens, qui le font!
    Vous avez une drôle de manière de culpabiliser les victimes pour victimiser les auteurs de crimes de génocide. POUR RAPPEL TA NTOUMI N’A PAS DE DOSSIER DE PRESUME AUTEUR DE CRIME CONTRE L’HUMANITE A PARIS, MAIS CELUI POUR QUI VOUS SEMBLEZ PRENDRE PARTIE L’A BIEN.
    Syndrome de Stockolm ou naiveté?
    BANTU BA TA FUA KU MA HATA, MA GABY! BAU BENE BA TA KWE SE BO, MIA TUTOMENE ZABA NA NTANGU YEKO TU ZONZA MIO! KEBA KUAKU!
    DIBUNDU MPE YATI DIA SOBA KWA, KA DIA SALA DINA DIA BULEKE BUAKU KO, MIPELO MIA MINGUI MIA YIKA KIMUNTU KIA YINGANA HA KINZAMBI, NA KITANTU, NA BIMVUAMA BIAU BA KWE LANDI! Certainement difficille pour toi de l’entendre mais c’est la triste réalité, sauf si toi aussi te sois retrouver de ce côté là, chose qu’on n’ose imaginer!
    Tu pensais dédouaner l’Eglise paradoxalement tu lui pas service, au contraire. Il en ressort plus de suspiscion que d’apaissement!
    BU NI TULA KO MBO NI KU BINDULA LAMI

  29. mgr lubeladio prete catholique arme en 1665 tue en 1669 dans le pool au cours d'une bataille style mindouli 1998.plaidoyer pour une exclusion definitive du pool de toute activite democratqiue au congo. dit :

    je pense notre brave compatriote gabriel sounga boukono n’a fait recadrer les choses.mr bitsangou fait de la jacquerie ce qui est aux antipodes des valeurs promues par l’eglise catholique.mr bitsangou est le seul dit pasteur au congo dont l’eglise na jamais celebre des mariages des baptemes des campagnes d’evangelisation …ou lancer des invitations pour le culte de miracle et de guerison comme le faisait il y a quelques annees mgr malonga de la paroisse catholique saint pierre de bacongo.je ne suis pas catholique mais je fais reference a l’eglise catholique qui avait experimente les premiers signaux du changement climatique au congo.il y avait eu 120 morts suite a une bousculade dut a une pluie hors saison.

    cetait les premeirs signes du changement climatique au congo. meme si les gens de bacongo disaient a cette epoque que « les corbeaux vous ont demande leurs dettes car ils vous ont protege lors des bombardements de p lissouba ».a cette epoque p lissouba etait le grand diable du pool. auj mr lissouba ayant demissionne de son poste de grand diable du pool, les laris ont recrute denis sassou ng comme etant le nouveau grand diable du pool.

    donc mgr malonga avait ete l’objet de toutes les attaques. je ne sais pas si vs vs souvenez.

    ce qu’il faut dire est la chose suivante

    LE POOL N’AVAIT PAS LE DROIT DE DYNAMITER LE CFCO.LE PREJUDICE CAUSE EST TEL QUE LE POOL DOIT VERSER DES INDEMNITES AU CFCO ET A SA CLIENTELE.LE POOL DOIT VERSER DES INDEMNITES AUX PARENTS DELEVES DU POOL.NOEL ET BONNE ANNEE APPROCHENT.

    MESSIEURS ET MESDAMES DU POOL.VOTRE IMBECILITE A TROP DURE.

    gabriel sounga boukono vous a clairement dit que les faits et gestes poses par frederic bitsangou n’engagent en rien l’eglise catholique.et avec l’autorisation de mr gabriel sounga boukono je vous interdis formellement(frederic bitsangou massengo thiasse et compagnie ) d’associer le nom du cardinal biayenda dans votre lutte contre sassou ng.il faut respecter sa memoire.

    il n ya pas d’esprit « d’emile biayenda a brazzaville » comme l’a dit mr massengo thiasse a geneve.mr massengo thiasse a dit a geneve qu’il ne devait sa vie sauve que « grace aux orientations recues de l’esprit du cardinal emile biayenda ».c’est quand meme etonnant pour un soit dit juriste.

    IL N Y A PAS « D’ESPRIT DU CARDINAL BIAYENDA A BRAZZAVILLE ».L’ACEB DOIT VOUS ATTRAIRE DEVANT UN JUGE POUR USAGE EXCESSIF DU NOM D’UN DEFUNT. en 1998 c’etait « saint michel » et auj c’est maintenant le cardinal.et demain? ns savons tous qu en 2021 le pool se battra.

    LE CARDINAL BIAYENDA EST CONTRE VOUS DES L’INSTANT OU VS LE GENEZ DEVANT LE PERE GUTH. ILS S’APPELENT. VS PLEUREZ LE CARDINAL ET VS NE PLEUREZ JAMAIS POUR LE PERE GUTH. vous manquez meme de justice.quand on pleure le cardinal il faut aussi pleurer le pere guth. moi les deux me manquent.

    quant aux dix eveques assassines a mindouli en 1998 a la chevrotine nul ne pleurera pour eux.ils etaient partis a mindouli pour rencontrer les memes ninjas sous la direction du meme bitsangou. auj 16 ans apres ils demandent un autre dialogue.ns disons NON LE POOL SE BAT TROP.

    ce n’est pas le cardinal biayenda qui vous a demande de dire non au changement de la constitution et ce nest pas non plus lui qui vs a demande de faire acte de candidature.le cardinal biayenda est stupefait .comment peut on diriger un pays en s’appuyant sur une constitution non votee rejetee?c’est completement absurde.vs epousez une fille que vs n’aimez pas.quand meme.vs aviez dit a haute voix qu elle est vilaine et voila que vous voulez l’epouser…quand meme

    COLLEZ LA PAIX AU CARDINAL BIAYENDA BANDE DE MERDIERS QUE VOUS ETES. VOUS ALLEZ PAYER CHER LE SABOTAGE DU CFCO.

    VIVE L’EGLISE CATHOLIQUE
    VIVE MGR MBUYU
    VIVE MGR MILANDOU
    VIVE TOUT LE MONDE CURES EVEQUES ARCHEVEQUES VOUS TOUS….

    IL FAUT INTERDIRE OFFICIELLEMENT L’USAGE DU NOM DU CARDINAL BIAYENDA. LE POOL EST ASSEZ GRAND POUR SE TROUVER UN ESPRIT PROTECTEUR.

  30. Bitswa bia koongo dit :

    ce Sounga Boukono est vraiment malade. tu veux faire avaler au peuple congolais que ce génocide dans le pool est par la faute de tata Ntumi? mais pour qui tu te prends? tu es plus catholique que ces pauvres enfants du pool qui meurt sous les bombardements, viole? le cardinal victime de sassou doit se retourner dans sa tombe pris de colère. aujourd’hui le cardinal Emile Biayenda est Ntoumi. et tu arrête de parler en son nom ou association à la con. l’Eglise catholique est corrompue, accepte les dons de sassou un diable à la queue longue. le comportement de monseigneur Milandou et Mesmin Prosper Massengo le prouve. où est l’Eglise, sassou fait de l’épuration ethnique. tata Ntumi est un résistant pas terroriste. un humaniste qui se bat pour la cause du congo juste et fraternel égalitaire, un vraiment congolaise et deviendra SAINT un jour. et je pense même que bientôt nous devrions abandonner l’Eglise catholique pour repartir aux fondamentaux c’est à dire aux Ngunza de nos ancêtres au Matsuanisme. Sounga Boukono continue à écouter l’appel de sassou pour tuer Ntoumi et tu sera content. mais moi j’appelle le peuple congolais tout entier de faire bloc tous derrière Ntumi pour mettre sassou hors d’état de nuire. Sassou doit mourir tuer par le peuple. Amen.

  31. Guy Serge BOUANTSA dit :

    @Un prêtre catholique à Brazzaville dit :
    « Aujourd’hui l’Eglise appelle au dialogue inclusif: voilà ce qui est officiel, et c’est par là que se limite sa tâche. »

    Objection et contre-exemple :

    Portraits des 17 nouveaux cardinaux créés par le pape François
    le 09/10/2016 à 18h22

    Dieudonné Nzapalainga, défenseur de la paix en Centrafrique

    Sur le terrain, celui qui est désormais le benjamin du Sacré Collège multiplie les déplacements dans les quartiers touchés par les violences ethniques pour prodiguer des paroles d’apaisement. Il n’hésite pas non plus à mobiliser les acteurs internationaux, comme lors de cette tournée diplomatique en Europe, en 2014. Il y a un an, il a plaidé de toutes ses forces pour l’organisation d’un voyage du pape à Bangui. Pari gagné : François s’y est rendu, malgré toutes les mises en garde de son entourage, en novembre 2015.

    http://www.la-croix.com/Religion/Pape/Portraits-17-nouveaux-cardinaux-crees-pape-Francois-2016-10-09-1200794956

    IL FAUT AVOIR LE COURAGE DE RECONNAÎTRE QUE LES ÉVÊQUES DU CONGO, A COMMENCER PAR MGR MILANDOU NE SONT PAS A LA HAUTEUR DE LEUR TACHE.

  32. Guy Serge BOUANTSA dit :

    Le Congo est absent de ces nominations, alors que le pays traverse une longue période de crises cycliques occasionnant des milliers de morts.

    Cela traduit purement et simplement le fait que l’action de l’église du Congo n’est pas à la hauteur des enjeux et des missions que l’on pourrait attendre des évêques dans des situations de conflit.

    Le Président SOUNGA se pose de mauvaises question, au point où son article pu la proximité avec l’Évêché du Congo, bénéficiant des largesses d’un homme sur lequel pèse des soupçons de crime contre l’humanité

    Voici ce que l’on peut lire sur les motivations du Pape François, en créant de nouveaux cardinaux.

    Les 17 nouveaux cardinaux, reflets de l’universalité de l’Église

    Les choix opérés par le Pape reflète son intérêt pour les périphéries, son souci de représenter l’universalité de l’Église. Il jette aussi la lumière sur deux situations politiques qui le préoccupent beaucoup : la Syrie et la République centrafricaine.

    En créant cardinaux Mgr Zenari, nonce apostolique à Damas, et Mgr Nzapalainga, archevêque de Bangui, le Pape reconnait le travail inlassable en faveur de la paix accompli par ces deux hommes dans leur pays respectif. Il marque le souci du Pape de promouvoir l’engagement de l’Église auprès de la société en faveur de la concorde malgré les drames de la guerre.

    http://fr.radiovaticana.va/news/2016/10/09/les_17_nouveaux_cardinaux,_reflets_de_luniversalit%C3%A9_de_l%C3%A9glise/1263974

  33. Ubuntu dit :

    Il faut abandonner le catholicisme. Cet article nous montre â quel point cette religion est un cheval de Troie pour dominer les africains ét les congolais en particulier.

  34. Anonyme dit :

    « Lorsque les blancs sont venus en Afrique, nous avions les terres et ils avaient la Bible.
    Ils nous ont appris à prier les yeux fermés : lorsque nous les avons ouverts, les blancs avaient la terre et nous la Bible… »

    JOMO KENYATTA (ancien et premier Président du Kenya)

  35. Papoula dit :

    Gabriel SOUNGA-BOUKONO,pour l’Association Cardinal Emile Biayenda-France? Les Congolais ont’ ils quelque chose à gagner que de continuer à se laisser manipuler par un dictateur,génocidaire, semi illétré, un usurpateur naît de parents tous deux étrangers qui se livre aux génocides du peuple Congolais, les fait souffrir pendant plus de 40 ans? « La vie humaine est sacrée et inviolable ». La justice humaine tout comme la réligion sont formelles là dessus. Les Congolais qui aident ce tyran génocidaire, psychopathe qui tue les gens, marche sur les cadavres et est dans sa nouvelle phase d’opération d’épuration éthnique sont’ ils conscients du mal, malheur qu’ils portent à leur pays,à leurs citoyens, parents, à l’unité nationale et la paix véritable? Savent’ils que cet effroyable , inhumain ce qu »ils acceptent de faire et ils creusent aussi leur propre tombe et celles de leurs projénitures? Vous vous dites représentant de l’association Cardinal Biayende et vous prenez partie pour pour son assasin; le barbare, sauvage Sassou Nguesso au comportement sorcier, inhumain? Vous donnez tant d’honneur à ce manipulateur qui s’est remis à massacrer ouvertement le peuple,les innocents depuis Octobre 2015 et en accélérant la représaille sanglante, meurtrière depuis le 04 Avril comme il l’avait fait dans les les temps en se servant de la petite phrase « Bakongo babomi Marien « ? Mr Gabriel SOUNGA-BOUKONO, vous ignorez que « c’est Sassou Nguesso en tant que un fils d’étrangers qui n’a pas voulu s’intégrer et en mal de reconnaissance, respect au pays d’acceuil de ses parents et ministre de la defense patron du CMP est celui qui avait planifié comme de nos jours les deux semaines sanglantes en 1977. Entre le 18 mars 1977 et le 2 avril 1977 Sassou Nguesso entant patron réel du CMP avait fait crapuleusement tuer cardinal Emile Biayenda dans la nuit du 21 au 22 mars, enterré vivant, à l’instars d’autres victimes, tel que le président Massambat Débat pour éffacer les traces sur le meurtre du Président Marien Ngouabi?C’est lui qui dirigeait personnellent l’ enterrement du Cardinal Biayenda et donnait les ordres sur place, comme il l’a fait il y a peine queques années avec les gens tués par les obus des hélicoptères et les armes lourdes à la maison de Ntourou. Ignorez vous les intrigues,la tactique criminelle, diabolique du chef des tortionnaires et criminels de CMP qui consistent à faire passer ses crimes contre l’humanité sur le dos des autres? Il est temps de grandir, de s’affranchir de la tutelle du fou Sassou Nguesso car il n’ y aura plus dorénavent du pardon pour les complices, les traitres à la solde de Sassou Nguesso et clique. Cela est regretable pour une partie de nos frères du Nord du Congo qui se laissent encore tromper que Sassou Nguesso est leur sauveur. Personne n’est plus dupe et on ne pardonnera plus ces cadres, intellectuels, magistrats,officiers superieurs ,géneraux, ministres, professeurs d’université et autres congolais de toute catégorie sociale corrompus, originaires de toutes les région du Congo qui font maintenir, renforcer le système Sassou Nguesso pour continuer à jouir de leurs privilèges et font tout pour que les génocides, crimes auxquels se livre le système Sassou Nguesso, en l’occurence, les circonstance de la mort Cardinal Emile Biayenda, ne soient pas largement connus à travers le Congo et le monde. Il est judicieux qu’une prise de conscience génerale se développe au sein de la population congolaise dans son ensemble. Sassou Nguesso est le grand mal, le danger pour le Congo. Il est l’hittler de l’Afrique, du monde actuel et sa chutte sera ineluctable, terrible. Ceux qui persistent dans la logique de l’accompagner, de se faire complice dans ces crimes contre l’humanité, finiront aussi par le payer chèr de leur sottise, inconscience. Nous le savons nous tous que Ntoumi n’a rien avoir avec la crise du Pool; comme Ntsourou ne l’était pas pour le cas des explosions des armes de destruction massive il y a à peine quelques années à Brazzaville. Le vrai responsable de cette crise du Pool est Sassou Nguesso qui est le véritable danger permanent du Congo depuis plus de 40 ans, qui ne ne cesse de faire venir des mercenaires du monde entier pour venir l’aider au génocide des Congolais qu’il n’a jamais curieusement aimé. Sassou Nguesso et sa clique sont les seuls responsables de la crise du Congo, du drame du Pool qui, »pour divertir les gens contre une élection qu’il n’a pas gagné, à fait ouvrir le feu dans le pool pour orienter les regards et les cameras non vers sa forfaiture électorale, mais vers des bandits qui n’existent que dans sa tête » Cela révèle de la vraie sorcellerie , de la grande folie « que d’ arriver à ouvrir la bouche et avancer un grossier mensonge que » c’est le Pasteur « Ntumi » qui a attaqué les institutions de la république, sème des troubles à l’ordre public et menace la paix chèrement acquise par les armes. »Le dictateur Sassou Nguesso qui invite le cadres, les gens du Pool du Congo à traquer Ntoumi;en un mot à l’aider aux massacres de leurs propres parents et la destruction des structures économiques et sociales du Pool  » est un pompier pyromane, un individu qui a perdu la raison et le sens des valeurs. » Il est un terroriste, un danger pour le Congo et l’humanité. Sassou Nguesso dit qu’il n’y a pas de crise dans le Pool.Le seul terroriste au Congo c’est sassou et il travaille pour le compte de la France et contre les congolais. Le drame du Pool n’incombe pas du tout à la responsabilité de Ntumi qui est bien un résistant, défenseur de la souveraineté du peuple.En changeant illégelement la constitution, en volant la victoire du peuple et en s’autoproclamant président, Sassou Nguesso a mis encore en peril la paix au Congo et surtout dans le Pool. Sassou Nguesso qualifie de simple banditisme et non de crise político -militaire dont est injustement victime la région du Pool. Quelle idiotie! Quelle manque de culture! Sassou Nguesso ne connait pas la signification du mot crise. Comme l’a déja écrit quelqu’un, »quand on ne sait plus où dormir parce que les mercenaires de la Bête de l’Alima ont brûlé tout votre village, il y a crise du logement qui vous expose aux éléments et aux maladies, plus quoi manger parce qu’on a abandonné ses champs, crise alimentaire qui pourrait vous faire mourir de faim, plus comment faire pour poursuivre des études, crise éducative mettant en péril l’avenir de milliers de petits bakongo, etc. Il y a crise dans les familles Bakongo à Brazzaville car il faut nourrir de nouvelles bouches dans une situation de crise économique avec incertitude des salaires et des pensions de retraite payés désormais de façon aléatoire ». Il n’ y a pas seulement la nouvelle crise du Pool, mais il y a une crise générale au Congo. Le Congo est confronté à des difficultés financières depuis la chute des cours du baril de brut très préduciable pour le Congo qui ne compte que sur le pétrole, le bois pour son économie. Personne ne saurait taire la crise économique qui terrasse le Congo avant et après le processsus électoral. Le criminel président autoproclamé et son clan incarné se sont mis à s’enrichir illicitement tout amazout, tout en appauvrissant le Congo et le peuple Congolais dès la reprise du pouvoir par un coup d’ état très sanglant en 1997. Depuis un bon temps la CNSS n’a par exemple pas du tout l’argent pour payer les retraités.Les salaires passent pas régulièrement et accusent le plus souvent des arriérées de plusieurs mois. Les entreprises ne cessent de ferme, comme cela est le cas de ECAIR, une compagnie aérienne financée en pompe pendant 5 ans par l’argent du trésor national. »les problèmes de chômage chonique, de retraites impayés, le délabrement du système de santé et scolaire,les détournements immences et incessants de l’argent des recettes publiques, sans oublier les problèmes d’ eau et d’ électricité,pour ne citer que ceux là, ne constituent’ ils pas la crise permanente avec lequelle le pouvoir du tyran Sassou Nguesso nous étrangle, nous tue partout où nous sommes? La mauvaise gestion de nos finances publiques par Sassou Nguesso, Monsieur 8 % et ses affidés depuis de nombreuses années commence à se faire sentir négativement au plan national.L’une des conséquences de cette mauvaise gestion est le tarissement des ressources budgétaires, qui oblige le Congo de vivre de pain sec. Aujourd’hui, les faits démontrent que le Congo est mal géré par un clan qui vit de collusion, de corruption, de concussion, d’enrichissement illicite et de gaspillage des ressources.la magouille et de l’escroquerie au sommet de l’Etat dirigé par Sassou Nguesso sont si nombreuses, grandes que 570 milliards de FCFA, le montant consigné dans le compte courant du Congo logé auprès de la BEAC sont épuisés au titre des avancest. »Le tyran dictateur sanguinaire et sa famille ont tout volé, laissant rien au peuple. « La crise est là et prend des dimensions de plus en plus dangeureuses depuis un bout de temps que le dictateur, génocidaire tente de la cacher ou non.La crise du Pool, quant’ elle a repris pratiquement à partir du projet de nouvelle Constitution permettant au tyran Sassou-Nguesso de se représenter pour un 3e mandant après environ 32 ans du pouvoir marqué par la malgouvernance et de non respect des droit de l’homme. Celui ci était vivement contesté par plus de 90% de la population et était adopté, par tricherie, en à l’issue du référendum de dimanche 25 octobre avec des faux résultats. La dérive autoritaire et sanguinaire du régime illégal congolais s’est dès lors accentuée de la manière la plus brutale et visible. Des centaines des manifestants pacifiques étaient vivement reprimés, tués Pointe-Noire, Brazzaville et un peu ailleurs, des opposants étaient incarcerés arbitrairement, le cas le plus connu est celui de Paulin Makaya qui était accusé d’avoir organisé et participé à une marche contre le référendum constitutionnel d’octobre dernier. Après les élections du 20 Mars 2016, »un climat de terreur, de peur se durcie au Congo Brazzaville. Les résultats de l’élection présidentielle tombent le 25 mars à 3 heures du matin. Les Congolais à qui on avait imposé une interruption totale des communications (téléphone et internet) pendant quatre jours, descendent dans les rues de Brazzaville pour dénoncer le vol électoral.Les opposants, principalement le général Mokoko demande au peuple: de se mobiliser pour réclamer les votes confisqués et volés, car qu’il était impossible au candidat Sassou-Nguesso d’être élu au premier tour avec toutes ces irrégularités. Un appel à la désobéissance civile pour est lancée et une date est fixée pour la ville morte. Les miliciens du Front des patriotes d’ Aimé H. Mouagni, député du pouvoir et ancien cobra, qui venait de de créer avec fracas sa milice pour défendre le pouvoir de Sassou Nguesso et les agents de la Garde républicaine (GR), de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP) et de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST) se mettent à sèmer la terreur dans les rangs de l’opposition. « Ils surveillent la population, arrêtent, torturaient : sans cadre légal, en toute impunité ». Tôt dans la matinée du 4 avril 2016 des coups de feu sont entendus dans des quartiers situés dans le Sud de Brazzaville.Deux postes de police sont incendiés. Le pouvoir publie une déclaration à la télévision publique et accuse Ntoumi et les ex-miliciens Ninja Nsiloulou. Après avoir fabriqué dans la matinée le prétexte de créer un motif pour détourner l’attention et parer à une insurrection du peuple surtout des sudistes proches de Brazzaville, la cour constitutionnelle valide la réélection de Sassou Nguesso, contestée par l’opposition et le peuple Congolais à plus de 90%. Prétextant ainsi de cette attaque armée montée de toute pièce, l’opération injustifiée de represailles et de recherche de Ntoumi est lancée le meme jour , sous les ordres du tyran Sassou Nguesso qui se fait couronner le soir.L’opération « Mouebara 2 » qui perdure maintenant depuis 8 mois est entammée, après les opérations « Colombe I », « Colombe II », « Hadès », « Hérode », « Mouebara » pour exterminer les Congolais du Pool. Ce véritable programme d’épuration et de purification éthniques avait débuté en 1998 et avait entre autre occassionée l’affaire des disparus de Beach. Dans un article paru le mardi 5 avril 2016 dans le journal opinion-internationale.com, il est à lire: »Alors que Denis Sassou Nguesso a vu sa victoire validée par une Cour constitutionnelle acquise à sa cause, le régime prévient toute désobéissance civile par la militarisation de l’espace publique et le déplacement forcé des populations hostiles » à son vol électoral. » Ainsi, après avoir parlé du terrorisme, Sassou Nguesso le chef des terroristes Sassou Nguesso qui dirige le terrorisme d’état au Congo a parlé le 9 novembre dernier du soit disant bantisme mené par Ntoumi et les ex Ninjas qui sont en réalité des resistants contre l’épuration éthnique de Sassou Nguesso et clan. Entretemps la repression avec sa vague d’arrestations arbraires des opposants, sympatisants des paris d’opposition, enlevements, massacres des civils s’est endurcie. »L’arrestation du Général Jean-Marie-Michel Mokoko (J3M) le 16 juin, s’est décidée selon certains observateurs, après l’échec de la visite de conciliation que l’ambassadeur de France, M. Vidon avait menée auprès du général J3M ». l’opposant Dr. Augustin Kalla Kalla torturé, pris pour mort et est abandonné sous la pluie devant la morgue.Ce très proche collaborateur d’André Okombi Salissa actuellement en fuite, avait été enlevé le 29 septembre 2016 par un groupe de gangs de la Direction Générale de la Sécurité Présidentielle ( DGSP). D’autre part, s’il n’est question que du banditisme tel que le dit le tyran Sassou Nguesso,, pourquoi utiliser les armes lourdes, chars, helicoptères de combat,avions de chasse qui pulversent les bombes et obus et fauchent les populations civiles, les habitations sans ménagement. S’ il n’ y a pas crise pourquoi les populations qui ont vécu pendant plus de quinze ans avec Ntumi fuient-elle ? Ntoumi ne dispose pas de tant d’armes ni d’hommes pour faire fuir tant de gens de la grande région. Les faits sont plausibles que ce sont les bombardements, la guerre, les massacres que mènent les soldats, miliciens, mercenaires de plus de 5000 tueurs de Sassou Nguesso dans le Pool qui sont à l’origine de la crise. Ntumi qui n’est qu’un alibis pour cacher l’épuration éthnique contre les Laris-Bacongo. L’ affaire du 4 avril est encore un montage, une manipulation de la dictature Sassou Nguesso qui sans cesse utilise pendant des années des intrigues pour brouiller la piste de ses crimes contre l’humanité. Le massacre des citoyens Congolais à la maison de Ntsourou, il y a quelques années est un exemple parmi de nombreux d’autres. En réalité Sassou et sa clique ne sont pas préoccupés à la capture de Ntumi. Sassou Nguesso et sa clique du nom Ntoumi que pour divertir les gens contre une élection qu’il n’a pas gagné, à fait ouvrir le feu dans le pool pour orienter les regards et les camera non vers sa forfaiture electorale, mais vers des bandits qui n’existent que dans sa tête. »Quand on traque un suspect, on ne crée pas le chaos autour de lui en bombardant, en rasant districts et villages. On mène discrètement une enquête avant de lancer une seule opération juste à propos. Les bombardements aveugles et l’action des forces terrestres du pouvoir illégitimes qui violent, massacrent les gens au passage, brûlent les villages, les écoles et les hôpitaux, sont la cause principale de la fuite des populations du Pool dans la forêt et la capitale Brazzaville. Le mercredi 9 novembre par exemple; pendant que Sassou Nguesso donnait sa conférence de Presse, « les jeunes du mouvement citoyen Ras-le-Bol s’étaient donné rendez-vous pour dénoncer ce qui se passe dans le Pool, alerter l’opinion nationale et internationale, et exprimer leur solidarité à l’endroit des victimes. « Il s’agit là d’une situation qui nous désole parce qu’on pense qu’à tout problème, on pouvait trouver une solution d’une autre manière. Mais ce n’est pas en bombardant. Il y a d’autres méthodes. Ça vraiment, ça nous a interpellés disaient les jeunes. Raison pour laquelle nous avons convoqué ce sit-in qui devait se tenir au bureau d’information de l’ONU », avait expliqué l’un des responsables du mouvement. Le sit-in n’a pu être organisé. Les autorités préfectorales n’ont pas accordé l’autorisation au mouvement citoyen Ras-le-bol qui déplore cette attitude » Il faut dans quelle soit disant démocatie se trouve le Congo. Il faut savir connaitre les méthodes, la manipulation de Sassou Nguesso. »Déjà en 1977, Sassou Nguesso avaient grossièrement accusé les Laris, les Bakongos d’avoir tué Ngouabi. » Bakongo babomi Marien ».Le tyran Sassou Nguesso; criminel multirécidiviste s’était déjà illustré comme assassin des présidents Marien Ngouabi, Alphonse Massamba Debat, de monseigneur Emile Biayenda ainsi que des nombreuses personnes innocentes incriminées par la cour spéciale revolutionnaire CMP qu’ il dirigeait exécutées au petit matin, à une époque où le nom de Ntoumi n´ était pas du tout connu. Maintenant encore, Sassou Nguesso chef des tortionnaires et criminels de CMP, envoie des helicoptères de combat,avions de chasse, des miliciens, mercenaires torturer, extorquer, voler les biens, violer et massacrer, bruler les habitations, écoles, centres de santé etc des pauvres Congolais dans le Pool. Sassou Nguesso n’a jamais rompu avec la violence aveugle depuis ces années. Aucun esprit saint ne peut justifier les crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture de Sassou Nguesso depuis des décennies à l’endroit des populations du Pool, des citoyens congolais. Rien ne tourne normalement dans la tête du chef des tortionnaires, criminels et génocidaires qui a volé le vote du peuple et qui se maintient comme d’habitude au pouvoir par la force des armes.Attentions à ceux qui continuent à se faire complice de ce président putschiste, autoproclamé qui est un fou psychopathe.Il y aura à la longue des comptes à rendre. Les agissements Sassou Nguesso qui évoque » qu’il y avait toujours la fête dans le Pool à son passage dans les localités de cette région qu’il a soumis à la violences armées car il y a été mal élu,illustrent la haine, le tribalisme insensée, maladive qu’il a pour les Laris, les Bacongo. Sassou Nguesso n’est pas un président, mais grand bandit, criminel, terroriste qui tient à la poursuite du génocide, de « l’opération Mouébara » amorcé en 1998- 2003 qui avait engendré l’affaire des disparus du Beach.Congolais , arrêtons nos discussions stériles et cessons unanimement à vénerer un monstre criminel, génocidaire, un Hitler qui a vendu notre pays et fait de ses richesses sa propriéte privée et celle de sa famille, clique. Sassou Nguesso est un chef de l’Etat illégitime. Il est temps de nous concerter, réunir et agir concrétement compte tenu de la gravité de la situation du Congo qui souffre « de la crise du Pool, d’enlèvements nocturnes, arrestations et détentions arbitraires, torture, traitements cruels, inhumains ou dégradants,commis sur des sympathisants, des partisans de l’opposition au régime illégitime ». Congolais nous devrions reconnaitre qu’il y a eu beaucoups d’erreurs dans notre pays. Nous avons manqué de vigilence et aussi de courage face à nos devoirs et responsabilités entant que citoyens. Nous avons trop laissé la politique aux gens désoeuvrés comme le putschiste président illégal, autoproclamé et génocidaire Sassou Nguesso. Sassou Nguesso est un monstre tueur semi illétré. Il est un est auteur de ce jeu machiavélique et cynique qui condamne la république du Congo à l’auto destruction. Dans d’autres cieux, un bandit de grand chemin et criminel, génocidaire de ce genre ne pouvait pas devenir président et surtout y rester au pouvoir si longtemps. Monsieur Sassou Nguesso est un fou, un grand criminel qui a une haine maladive , éffroyable du mukongo. Il est depuis des années, le diviseur de peuple du Congo. Il ne peut pas moralement, juridiquement diriger le Congo.Nous devrons mener une lutte tenace contre le terrorisme d’état de Sassou Nguesso.Face à l’épuration éthnique du Pool qu’íl continue d’entretenir,il est temps de nous réunir comme humains responsables et stopper la folie meurtrière du régime du Congo.Sassou Nguesso est un fils d’étrangers qui fait souffrir le peuple congolais. Il´est une vraie menace pour les Laris- Bakongo et les Congolais car il n’ y a jamais eu de réelle volonté de vivre ensemble chez ce Tyran sanguinaire et sorcier qui est entrain de bombarder dans le Pool maison par maison, village par village et district par district. Il est temps que tous les Congolais qui sont éguarés s’éveillent. Il faut voir s’il n’est pas temps de soutenir Ntoumi et entammer pour la légitime défense une insurrection armée ferme , résolue dans le Pool qui est la seule de renverser sans retard le régime sanguinaire de Sassou Nguesso et écarter parallèlement Jean Dominique, Jean Dominique Okemba, Jean-François Ndengué qui sont déjà en train de peaufiner leur stratégique de coup d’État intelligent pour prendre le pouvoir » Il est temps de fermer le chapitre du régime sanguinaire de Sassou Nguesso et envoyer le tyran criminel, génocidaire et sa clique dans les prisons de la CPI.

  36. MOUSSAHOU NGUEMBOU dit :

    TSOUNGA – BOUKONO, président de l’association Cardinal BIAYENDA.

    Vous avez oublié de dire que c’est NTUMI qui a tué le Cardinal BIAYENDA.

    Quel trou de mémoire ! Sans doute aviez vous abuser des vins de messe ou de poudre blanche nasale, ou certainement aviez vous fumer la moquette de votre salon avant d’écrire autant d’absurdités.

    Plus d’un malade mental s’est déjà fait mettre une camisole de force pour moins que ça.

  37. revelino dit :

    @ M Tsounga-Boukono,

    Que Ntumi soit une personne peu recommandable, ça peut se discuter. De grâce, vous n’allez pas mettre sur la tête de Ntumi toute la responsabilité du fiasco congolais. Ce n’est pas possible.

    Sassou symbolise la descente aux enfers du Congo. Jamais un individu aura fait tant de mal au peuple congolais comme Sassou. Les congolais contestent le changement de la constitution, Sassou les massacre. Quelle cruauté !

    Non, cher ainé. Nous sommes suffisamment assez grand pour comprendre qui est la source de nos malheurs. Et cela dure depuis plusieurs décennies. Que certains hommes d’église ne soient pas à la hauteur des souffrances du peuple congolais, cela ne vous autorise pas à ne pas reconnaître la responsabilité patente de Sassou sur le naufrage congolais. Depuis son apparition sur la scène politique congolais, le Congo va de mal en pis. De plus, on ne jette pas l’opprobre sur homme, fusse t-il mauvais, pour dédouaner un criminel notoire qui a pour seul fait d’arme l’assassinat du peuple congolais.

  38. Français Filou dit :

    « Takou reste un danger pour les Congolais, et nous appelons nos compatriotes à tout mettre en œuvre pour l’amener à la maison d’arrêt. »

  39. le vantard dit :

    Disons ensemble GRAND MERCI à l’auteur de l’article: il a donné l’occasion aux enfants du Congo de dire tout le bien qu’ils pensent du catholicisme congolais.

    Surtout ne faisons pas semblant d’oublier que beaucoup d’entre les dirigeants de la maison catholique n’ont embrassé cette  » profession  » que pour échapper aux durs travaux champêtres. Aussi quand le propriétaire du nguiri se présente à eux ….hummm ; on a tout compris. CIAO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.