Congo-Brazzaville : répression dans le Pool. A qui profite le crime ?

pasteur-ntoumi-et-sassou-nguesso

Pasteur-Ntoumi-et-Sassou-nguesso

Depuis le 5 avril 2016, la région du Pool, au sud de Brazzaville, est à nouveau la cible de violences armées. Officiellement, les forces armées congolaises (FAC) sont à la recherche du pasteur Ntumi, un personnage au discours messianique, considéré comme l’ennemi public numéro 1 du Congo. En réalité, il est le cheval de Troie du Président Denis Sassou Nguesso depuis décembre 1998.

Pour comprendre la situation, il faut revenir à octobre 1997, à la fin de la guerre de reconquête du pouvoir déclenchée en juin par Sassou Nguesso qui avait perdu le pouvoir cinq ans plus tôt. Ce conflit l’oppose à Pascal Lissouba, Président démocratiquement élu, et à son Premier Ministre Bernard Kolelas. Ces derniers, défaits militairement et poussés à l’exil, se réfugient dans le Pool dont est originaire Bernard Kolelas. Denis Sassou Nguesso, s’autoproclame Président.

En décembre 1998, des hommes armés entrent dans les quartiers sud de Brazzaville avec semble-t-il pour objectif de renverser le nouveau régime. Ils sont promptement repoussés par les fidèles de Sassou Nguesso et se replient à nouveau dans la région du Pool. En représailles, le Président et ses miliciens déclenchent une répression sanglante contre les populations, qualifiées de « complices », des quartiers sud de la capitale. Des escadrons de la mort y sèment la terreur. Les populations sont déplacées et les quartiers pillés. Le Ministre de la communication d’alors, François Ibovi, déclare sur RFI :« Nous allons ratisser, nettoyer Bacongo, quartier par quartier, rue par rue, maison par maison… ». Les miliciens de Sassou sévissent de 1998 à 2002. Les morts se comptent par milliers1. Les survivants n’ont d’autre choix que se réfugier dans l’arrière- pays du Pool, situé dans le prolongement sud de la capitale2.

Entre-temps, une « rébellion » y est apparue. Celle-ci a un chef, inconnu jusqu’alors : le pasteur Ntumi. C’est lui qui aurait commandité l’assaut de décembre 1998. Ses hommes s’appelleraient les Ninjas. Ce sera le prétexte des guerres contre la région du Pool et des massacres des populations civiles entre 2002 et 20053.

De Ntumi, on ne sait presque rien sinon qu’il se dit rédempteur du peuple martyrisé du Pool. Il possède des armes pour tous ses hommes, des véhicules tout-terrain neufs, des moyens de communication satellitaires lui permettant de communiquer avec l’extérieur. Les témoignages rapportent alors l’innommable : Ntumi et ses hommes rançonnent et violentent les personnes possédant un bien. Pour asseoir sa religion, il détruit les cultes Kongo, assassine les guérisseurs (N’Gangas) et saccage les églises catholiques. L’idée d’une instrumentalisation de Ntumi pour instiller la peur au bénéfice de Sassou Nguesso germe alors 4.

La suite des évènements confirme cette hypothèse. Un dialogue entre Ntumi et le pouvoir se met en place, sous médiation gabonaise, pour mettre un terme à cette « rébellion ». En 2007, à la suite de cette médiation, le pasteur Ntumi est nommé « Délégué général chargé de la promotion des valeurs de paix et de la réparation des séquelles de guerre » avec rang de ministre. Une résidence lui est même réservée dans les quartiers sud où il peut s’installer avec ses hommes armés. La supercherie éclate au grand jour.

C’est donc ce même Ntumi que l’on retrouve au cœur des évènements actuels dans un contexte marqué par deux coups de force de Sassou Nguesso : un coup d’Etat constitutionnel pour lui permettre de briguer un nouveau mandat présidentiel, suivi d’un hold-up électoral.

L’opposition rassemblée, le pasteur Ntumi y compris, s’oppose à la révision constitutionnelle. Une cour constitutionnelle inféodée et le soutien international plus ou moins tacite5 conforte le Président qui organise un referendum pour valider la modification de la constitution. Massivement boycotté par la population, au prix d’une soixantaine de morts, le résultat est sans appel : 92% des électeurs approuvent un changement de la constitution….

Fort de « l’onction populaire », Sassou Nguesso peut se représenter aux présidentielles organisées à huis clos (suspension d’internet, des communications téléphoniques, des SMS, coupure des signaux radio dont ceux de RFI, quadrillage militaire et policier du pays etc). Une nouvelle fois, le résultat est sans surprise : officiellement 62% des Congolais lui ont accordé leurs suffrages. Les chiffres compilés dans les bureaux de vote par l’opposition laissent pourtant entendre un autre son de cloche : le dictateur a été éliminé dès le premier tour, recueillant 8% des voix. La veille de la proclamation des résultats, le 4 avril 2016, des coups de feu et explosions sont entendus dans les quartiers sud de la capitale. Dans une zone militarisée à outrance, les auteurs de ces actes ont pu agir sans peine et disparaître aisément dans la nature… Le coupable est tout trouvé, vous en connaissez déjà l’identité : le pasteur Ntumi. La chasse à l’homme fait oublier les élections frauduleuses. Les regards ainsi détournés, les opposants et les militants de la société civile peuvent être embastillés.

Cela fait désormais six mois que la région Pool est isolée et peu de témoignages en parviennent. Tous font néanmoins état de violences commises par les forces armées congolaises. La plupart des organisations humanitaires ne peuvent se rendre dans la zone. Aux bombardements des hélicoptères succède l’exode des populations vers des zones plus sûres. D’après le régime, elles fuient les exactions des miliciens du pasteur Ntumi. Ce dernier courre toujours alors que son arrestation est érigée en cause « nationale ». Plutôt que se perdre en conjectures, plusieurs questions s’imposent : à qui profite la situation ? Pourquoi l’armée congolaise est-elle incapable de retrouver Ntumi alors que le département est densément quadrillé ? Comment le pouvoir, en pleine crise économique, finance-t-il cette guerre ?

Compte tenu du maillage militaro-policier du pays, il n’y avait pratiquement aucune chance que des opposants se sachant surveillés, ni même le pasteur Ntumi, tentent un coup de force voué d’avance à l’échec. Dans ces conditions, Denis Sassou Nguesso, détenteur du monopole de la violence d’Etat, porte l’entière responsabilité de cette nouvelle crise. A-t-il, comme le pensent certains, réactivé sa créature Ntumi pour détourner l’attention sur son grossier hold-up électoral et les élections législatives prévues en 2017 ? Une certitude : l’élection présidentielle frauduleuse et sa contestation sont passées au second plan. L’opposition est laminée. Ses principaux leaders sont sous les verrous ou traqués sans relâche. Dans ce climat de terreur, la population n’ose pas protester contre les effets de la terrible crise économique qui frappe le pays de plein fouet à cause de la chute des cours du pétrole dont les revenus alimentent environ 80 % du budget de l’Etat. Dans un silence assourdissant de la communauté internationale, le régime peut poursuivre sa croisade dans la région du Pool et contre toutes les formes de dissidences. Jusqu’où laissera-t-on faire ?

Olivier Bidounga et Benjamin Moutsila (Fédération des Congolais de la Diaspora)

Mail : manalilian@free.fr / Tél :  0683121292

Laurent Duarte (Campagne Tournons la page)

Mail  :  afrique.democratie@secours-catholique.org / Tél : 06 50 39 17 83

1 Marc Le Pape et Pierre Salignon (Médecins sans frontières), « Une guerre contre les civils- Réflexions sur les pratiques au Congo Brazzaville (1998 – 2000) », rapport, octobre 2001.

2 Patrice Yengo, La guerre civile du Congo-Brazzaville (1993-2002). « Chacun aura sa part« , Paris, Karthala, 2006

3 Catholic Relief Services, Caritas Congo & Secours Catholique-Caritas France, « Le département du Pool en République du Congo : une population abandonnée », rapport, novembre 2004.

4 Fédération des congolais de la diaspora, « Sassou Nguesso ou l’irrésistible pion de la françafrique », l’Harmattan, Paris, 2009.

5 Tournons la Page, communiqué de presse du 22 octobre 2015 « Le Président François Hollande plante un couteau dans le dos du peuple congolais » : http://tournonslapage.com/republique-du-congo-communique-de-la-campagne-tournons-la-page/

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Congo-Brazzaville : répression dans le Pool. A qui profite le crime ?

  1. VAL DE NANTES , dit :

    IL profite aussi bien au clan des sanguinaires qu’à la FRANCE .C’est le duo gagnant ,leur tiercé le pool, leur donne de quoi à s’engraisser .
    Le pool apparaît comme LE TAPIS qui cache les vices et crimes de ce maudit clan ,sous le magistère de HOLLANDE ,la photo symbolisant la remise de la lettre de créance en témoigne .

  2. Gabio dit :

    Moi, je ne qualifierai jamais ce salaud de « president », comme l’ont fait les auteurs de cet article. C’est un criminel usurpateur qui ne merite que mepris et le sort de son semblable samuel do.

    C’est curieux, c’est comme s’ils etaient tous (association Biayenda, Nkouta Daniel, federation congolais de la diaspora) envoyes en mission sur internet par leur fameux « president » sassou et ses associes (kolelas, tsati…) pour discrediter le resistant pasteur Ntumi.

    Le probleme du Congo, c’est sassou, rien d’autre. Sans cet imbecile, il n’y aurait pas eu de Ntumi, des cobras, des explosions de Mplila, des ninjas, des cocoyes… Toutes ces choses ont ete creees par lui ou en reponse a ses actions. Vouloir chercher les causes ailleurs constitue la mauvaise foi.

  3. DOMINIQUE dit :

    LE PLUS GRAND PÉCHÉ DE DANIEL NKOUTA….
    C’EST D’ÉCRIRE DES ARTICLES POUR RACONTER DES MENSONGES AU PROFIT DE SASSOU NGUESSO. IL Y A QUELQUE TEMPS, NOUS NOUS RAPPELONS QUE CE DANIEL NKOUTA , UN AMI DE NORBERT NDABIRA, AVAIT TOUT FAIT POUR TENTER DE PENETRER CEUX QUI S’OCCUPENT DU DOSSIER DES DISPARUS DU BEACH, AFIN DE CHERCHER DES APPUIS RELATIFS À LA DISCULPATION DE SON AMI NORBERT NDABIRA. ET, IL SAIT QUE NOUS AVIONS BLOQUÉ LES ISSUS DE CE COTÉ LÀ… TOUS LES JOURS, IL REVIENT AVEC DES ARTICLES DE DIVERSION…
    1*/ DANIEL NKOUTA, TU DOIS SAVOIR QUE LES CONGOLAIS SAVENT QUE LES MASSACRES DANS LA RÉGION DU POOL, CEUX DE 1997 APRÈS LE COUP D’ÉTAT SANGLANT DES PÉTROLIERS FRANÇAIS CONTRE PASCAL LISSOUBA, AVAIENT BIEN COMMENCÉ AVANT QUE LES JEUNES RÉSISTANTS DU POOL NE PARTENT ADHÉRER AUX PRIÈRES DU PASTEUR NTUMI DANS LA CONTRÉE DE MPANGALA , ET CE DERNIER AVAIT FUI LE CARNAGE DU GENERAL NKONTA SUR LE CFCO PARCE QUE LE PASTEUR NTUMI ETAIT AVANT À MADZIA KONDA MAMBU SON VRAI VILLAGE….
    2*/ EN 1997, À LA CRÉATION DE LA VRAIE ORGANISATION DE LA RÉSISTANCE (CNR) PAR LES RÉSISTANTS DE LA BOUENZA, DU NIARI, DE SIBITI ET DE LA ZONE DE KINDAMBA NGUERI, LE PASTEUR NTUMI N’ETAIT MÊME PAS À CETTE RÉUNION. C’EST PAR PLÉBISCITE QUE TOUS LES PARTICIPANTS À LADITE RENCONTRE, LUI AVAIENT DÉSIGNÉ COMME LEADER DU MOUVEMENT DE LA RÉSISTANCE…
    3*/ DANIEL NKOUTA TU ES NATIF DE BOKO. ALORS, NOUS DISONS QUE LA FAMILLE BIOLOGIQUE DU PRESIDENT ALPHONSE MASSAMBA DEBAT TE SERA RECONNAISSANT SI TU DIS CHEZ SASSOU NGUESSO DE LEUR RESTITUER AU MOINS LES RESTES MORTELS DU VIEUX DÉBAT.. POURQUOI IL CONTINUE DE CONFISQUER CE QUI NE LUI APPARTIENT PAS. TOI QUI AIME LE POOL MIEUX QUE LES CONGOLAIS, COMMENCE PAR CE DOSSIER……
    4*/ DANIEL NKOUTA, À TOI DE SAVOIR QUE LES CONGOLAIS SAVENT QUE LES TUERIES DANS LA REGION DU POOL REMONTENT À PLUS DE 40 ANS, QUAND DANS L’AFFAIRE KINGANGA LES JEUNES DE BACONGO SONT MASSACRÉS DEVANT LA RADIO-CONGO, CES JEUNES À MAINS NUES; QUAND LES NDOUDI GANGA, MASSAMBA DEBAT, CARDINAL EMILE BIAYENDA, SAMBA DIA NKOUMBI,ETC.. SONT CONDUITS AU PETIT MATIN ; QUAND LES FRANKLYN BOUKAKA, TADET, ETC…SONT TOUS MASSACRÉS, ETC.. IL N’Y AVAIT PAS LÀ DE PASTEUR NTUMI….
    5*/ ENFIN, DANIEL NKOUTA, IL FAUT SAVOIR QUE CE N’EST PAS LE PASTEUR NTUMI QUI INTERDIT AUX ONG HUMANITAIRES, AUX JOURNALISTES, À LA COMMISSION DES NATIONS UNIES POUR LES DROITS DE L’HOMME D’ALLER FAIRE UNE ÉVALUATIONS SUR LES MASSACRES DANS LA RÉGION DU POOL. SI TOI TU NE LE SAIS PAS, ALORS À TOI DE NOTER QUE LES CONGOLAIS SAVENT QUE CE SONT LES RÉSEAUX FRANCAIS ET SASSOU NGUESSO QUI NE VEULENT PAS QUE CE TRAVAIL DE VÉRITÉ ET DE SAUVER DES VIES HUMAINES SE FASSE DANS LA RÉGION DU POOL…

  4. Gil-LeNdunga

    Pourquoi vous faites ça? Quelles solutions a proposé votre papier ?J’interviens parce que la manière lapidaire de traiter ce qui s’est passé au Pool de Décembre 1998 à 1999, ne sert pas la cause que vous voulez défendre. J’en ai peur, le personnage de Ntoumi altère votre réflexion.Ce qui se joue actuellement dépasse nos propre personnes.
    Celui qui vous répond est un ami, un très bon ami. À force de vouloir trouver les autres mauvais et traitre, on escamote allègrement la vérité.
    Les cadres du POOL se battent tout le temps pour le leadership et cette attitude frise l’aveuglement. Je ne donnerai pas ma main à couper pour NTOUMI, car je ne sais pas ce qui s’est passé au Pool à partir de fin juin 1999. Mais de de décembre1998 à juin 1999, j’y étais, je peux dire que j’étais un témoin oculaire. Vous rappelez-vous qu’il y avait quelque chose que NTOUMI avait baptisé la Radio Royale? J’ai fait partie de ceux que les Nsiloulous avaient réquisitionné pour monter cette radio. Je peux vous donner les détails à la virgule près. On reparlera de tout cela une fois.
    Les jeunes qui étaient arrivés à Brazzaville et plus exactement à Makelekele et à Mpissa, peints de charbon, vêtus comme ces malades mentaux qu’on avait l’habitude de voir dans nos rues, n’étaient pas des ninjas, ou ne se faisaient pas appeler ainsi. Ils marchaient dans la rue à la file indienne, s’écartaient des femmes. Ils se faisaient appeler « nsiloulous » et c’était le jeudi 17 décembre, si mes souvenirs sont bons.
    Mais on semble souvent oublier que les exactions dans le Pool avaient commencé avant cette date fatidique du jeudi 17 décembre, jours d’entrée de ces fous de Ntoumi dans les quartiers sud de Brazzaville.
    Aujourd’hui je n’écrirai pas toute l’histoire, telle que je l’ai vécu, semaine après semaine, jusqu’a ce que je quitte le pool pour me retrouver de l’autre de la frontière en RDC.
    Oui il y avait des choses surréaliste. À Loukami 1, YOKOSHI d’un pistolet va tuer à bout portant 3 personnes, des adultes en âge avancés, mais pas vieux; les plaies des nsiloulous blessés au combat ne guérissaient pas au dispensaire de Loukami et le bruit, venant de la populations qui avait atterri là, des milliers si l’on compte Loukami 2, courraient qu’il y avait là des sorciers qui la nuit allaient lécher ces plaies (SIC!) et YOKOSHI, un bon après midi les fit venir et les descendit sans autre forme de procès. On ne m’a pas dit: j’ai vu de mes propres yeux.

    1º: Ntoumi a saccagé les églises. Faux. Aux mois de décembre 1989, Janvier 1999, il avait pris ses quartiers à la Paroisse de Linzolo abandonnée, c’est là que j’ai vu Ntoumi pour la première, une situation d’abord ubuesque??? – À la paroisse de Kikembo, ou Loulombo (je dois vérifier – je sais que le curé était polonais), comme saccage, il a pris le moteur électrique qui était là pour l’emmener à Binienia…..
    2º:Venons à ces fameuses valises satellitaires??. Une vue de l’esprit.n La vérité est qu’il y avait un monsieur à Louveté, membre du MCDDI, on l’appelait je crois Malonga, qui avait une valise satéllitaire. Depuis le départ de KOLELA, c’est ce monsieur qui lui envoyait des nouvelles. C’est donc ce monsieur qui va informer KOLELA de ce qui se passait au POOL. Et ce monsieur sous ordre de Kolela va contacter Ntoumi, et chaque fois que Ntoumi voulait envoyer un message à Kolela, il était obligé de passer par ce monsieur. Ntoumi va bientôt comprendre que ce monsieur voulait le manipuler au profit du MCDDI. J’étais à Loutete pour la conclusion assez dramatique de cet épisode de la valise satéllitaire Ntoumi ne va pas pardonner le jeu de Malonga qui passera par « la gifle de St Michel ». Et Ntoumi récupéra la fameuse valise. On m’a pas dit. J’étais là.
    Le contact entre NToumi et Kolela va donc être directe et ce dernier va pouvoir faire la déclaration que l’on. Des ninjas de Kolela vont alors rejoindre le mouvement de Ntoumi. C’était en Avril 1999. Vont commencer alors à s’affronter deux éducation, deux cultures: ceux qui ne pouvaient pas se battre les mercredi et qui ne mangeaient que des bananes et les autres qui avaient toutes les libertés. Ceux qui priaient toutes les nuitsvers 4 heures du mations et les autres qui suivaient malgré eux. Il eut aussi tous ces jeunes qui rejoignirent le mouvement sur le tard et dont se plaignit Moukongo Moutou, après l’attaque d’un camp militaire au Nord de Brazzaville, vous vous souvenez. Je vis Mounkongo Mountou, blésse. de passage à N’Koué où il tint un discours avant de reprendre la route pour Binienia.
    A Binienia, j’ai assisté à la punition , « la gifle de St Michel », d’un des commandants parce qu’il était avéré qu’il avait maltraité des populations. C’était terrible à vous fendre le coeur. dans des gens ont failli s’évanouir.
    Je sais, je suis cadre du Pool, un département où il y a toujours plus d’un candidat à la présidentielle. Nous avons un gros. On ne supporte pas que ce soit un autre qui nous prend la vedette.On aurait bien voulu peut-être….Quoiqu’il en soit vérifions toujours ce que nous voulons dire, même si on n’aime pas. l’autre…Nous y reviendrons un jour, quand il y aura moins de passion…et que se regardera dans un miroir…
    Merci pour votre patience.

  5. Correction: Je voulais dire que nous avons un égo srdimensionné…..

  6. GILBERT SANGATA, VOUS N'AVEZ PAS TOUT DIT, MAIS VOUS ETES PROCHE DE LA VERITE! dit :

    WILLY AVANT DE MOURIR:

    IL N’Y A QUE 3 BANDITS ARMES AU CONGO:
    SASSOU, NTUMI ET MOI WILLY MATSANGA.
    Au moins WILLY, toi tu étais un ROBIN DES BOIS SOUS TROPIQUES!!!
    REPOSES EN PAIX!

  7. CD JUMEAU dit :

    @ GABIO,

    Monsieur,
    Merci pour votre post, je suis totalement d’accord avec ce que vous dites, sur toute la ligne. Tout! Mot après mot.
    Le terroristes-usurpateur-génocidaire, SASSOU NGUESSO Denis, est une malédiction ancré sur notre pays, c’est un démon de la guerre qu’il faudrait éliminer en plusieurs étapes ainsi que toutes ses semences sataniques (femmes, collabos, enfants, neveux petits fils, et interdire ce nom sur tout l’étendu du territoire national) . Concernant les KOLELAS, les TSATY… qui se sont volontairement attachés à cette chose maudite qu’est SASSOU NGUESSO Denis, ce sont des complices, des traitres… Tous ces hommes maudits doivent le payer cher. Avec eux, le Congo n’avancera JAMAIS! NOUS EN AVONS PLUS QUE MARRE ET NOUS SOMMES PLUS QUE FATIGUES.

  8. jean boko dit :

    SASSOU NGUESSO A LE SOUTIEN TOTALE DE LA FRANCE MAIS LE PEUPLE DU COBGO NA PAS LE SOUTIEN FRANCAISE LE MAL EST BIEN LA .FRANCE A SI APONA NAYE SASSOU DEPUIS DES NUIT DES TEMPS PARCE QUE SASSOU APESA CONGO ATALATE

  9. Alerte générale dit :

    //// URGENT //// : Mboutou-Mboutou phase terminale, faillite généralisée. L’explosion sociale et une mutinerie aux portes du pouvoir ! ….Trois images de la faillite d’un Etat barbare.

    *** FAC : Le Congo ne tient plus ses engagements avec ses partenaires, par manque de blé. Tenez, tous les stagiaires retenus pour suivre, sur titre, les stages militaires en Russie et au Maroc sont jusque-là encore dans le doute, du partira ou ne partira pas !

    Pas d’argent, alors que la rentrée dans ces écoles à eu lieu depuis le 1er octobre dernier. Éhindi ééhhh. Allons seulement plus loin ensemble ! Désobéissez ! Réagissez !

    *** Sénégal / Cameroun : Les Étudiants Congolais au Sénégal (Dakar) et Cameroun manifestent devant l’ambassade du Congo au Sénégal, ils réclament le paiement de leur bourse. Génération sacrifiée par la folie et le vol organisé d’un homme Sassou Nguesso.

    **** Pointe-Noire : L’hôpital A Sicé en mode <>
    Les agents de l’hôpital sont en grève. Les salaires impayés depuis plusieurs mois pour une catégorie du personnel payés en  »delestatage ». La catastrophe guette la ville océane. Mon Dieu !

    *** Sassou Nguesso a reçu personnellement un des patrons de la Fédération Nationale des agents de la santé et des affaires sociales du C.h.u, syndicat affilié à la C.s.t.c (Confédération syndicale des travailleurs du Congo) pour lui intimer l’ordre de surseoir à leur grève.

    **** La préfecture de Pointe-Noire est plongée dans le noir !
    Sans argent, Honoré Paka, le Préfet de la capitale économique, Pointe-Noire est aux abois. Le groupe électrogène qui alimente cette préfecture en électricité est en panne depuis une semaine.

    Auparavant, les difficultés d’approvisionnement en carburant était récurrent. Conséquence , les agents des différents services de l’administration publique qui s’ y trouve sont obligés de « déféquer »dans les herbes. Et pour cause, le suppresseur qui fait fonctionner les Wc par le canal de ce groupe est aussi en panne ! C’est la Nouvelle République ….

    /// URGENT /// : Rififi dans le Sassouland. Les écuries et les clans sont dans les tranchées, les  »traites » sont devenus la cible de leurs commanditaires….. Tic Tac Tic Tac
    A suivre.

    *** Le Colonel Thomas Bakala Mayinda le Dg des Renseignements généraux, homme des sales besogne de Okemba et Denget a échappé à une tentative d’assassinat par des hommes en armes au domicile de sa deuxième épouse la nuit dernière.

    La société de gardiennage SCAB assure la sécurité chez la 2ème femme de Bakala, cette dernière ayant été visitée par des hommes en armes dans les véhicules de la DGSP (garde prétorienne de Sassou Nguesso ) … Bizarre ! Thomas Bakala Mayinda était chez sa première femme, quand il a reçu le coup de fil de sa deuxième, Il s’y est déporté avec des éléments du COMUS, qui ont fait fuir la DGSP, ceux ci ont laissé sur place 2 véhicules avec des armes et téléphones.

    Les véhicules ont été récupérés le lendemain matin par la DGSP. Par contre les armes et les téléphones ont été confisqués par Bakala Mayinda.

    *** Paul Marie Mpouelet a lui fait l’objet il y a 5jours à 4h du matin d’une incursion des hommes armés à son domicile. Lui aussi à eu la vie sauve que grâce à la présence des gardiens, certainement armés à son domicile. Paul Marie Mpouelet qui depuis se vautre dans la canaillerie du pouvoir est très proche de Thomas Bakala Mayinda.
    A suivre ….

    Soki Olia Mosouni Ya Bato Loba !

  10. Alerte générale dit :

    Le tyran Sassou Nguesso dans ses montages grossiers

    Pour la session criminelle prévue pour condamner le Général du peuple J3M, les autres prisonniers politiques, les proches du Ministre Okombi Salissa, les 41 innocents soupçonnés de faire parti des FALC, le Ministre de l’injustice Pierre Mabiata a présenté un devis de 563 millions pour la cause.

    Afin de mettre tous ces prisonniers politiques hors jeu, JDO, Mabiata et Oko Ngakala se sont concertés pour des des condamnations allants de 4 à 10 ans.

    Suivra ensuite le cas Okombi Salissa, Bowao, Kifoussia et les autres soupçonnés d’être prochent des FALC.

    Anais Polo la Tutsi du Congo Brazzaville

  11. Alerte générale dit :

    OEIL DU CONGO

    Staline Hitler Mr 8% ordonne la réquisition des explosifs appartements aux sociétés minières.
    La peur a changé de camp, tous les explosifs (dynamites) de la société des mines de MFOUATI (SOREMI) et celles de la cimenterie en construction de l’homme d’affaire nigérian (Dangote) dans le département de la Bouenza, ont été sous l’ordre du Haut Commandement de l’armée, déplacés et transportés à Madingou.
    Les sociétés citées n’ont donc plus le droit d’en faire usage jusqu’à nouvel ordre.

    Anais Polo la Tutsi du Congo Brazzaville

  12. DICTATEUREXIT dit :

    /// URGENT /// : Rififi dans le Sassouland. Dernier développement affaire Thomas Mayinda Bakala, l’arroseur arrosé. Les écuries et les clans sont dans les tranchées, les  »traites » sont devenus la cible de leurs commanditaires….. Tic Tac Tic Tac
    A suivre.

    Selon nos sources, la présence des hommes en armes supposés proches de la DGSP au domicile du Colonel Thomas Bakala Mayinda avait pour objectif le dépôt des armes de guerre, selon le mode opératoire cher au Procureur Oko Ngakala et ses commanditaires. Peur sur la ville manifestement, une nuit de longs couteaux est à craindre dans les jours semaines qui viennent.

    Pour mémoire,
    *** Le Colonel Thomas Bakala Mayinda le Dg des Renseignements généraux, homme des sales besogne de Okemba et Denget a échappé à une tentative d’assassinat par des hommes en armes au domicile de sa deuxième épouse la nuit dernière. La société de gardiennage SCAB assure la sécurité chez la 2ème femme de Bakala, cette dernière ayant été visitée par des hommes en armes dans les véhicules de la DGSP (garde prétorienne de Sassou Nguesso ) … Bizarre ! Thomas Bakala Mayinda était chez sa première femme, quand il a reçu le coup de fil de sa deuxième, Il s’y est déporté avec des éléments du COMUS, qui ont fait fuir la DGSP, ceux ci ont laissé sur place 2 véhicules avec des armes et téléphones.
    Les véhicules ont été récupérés le lendemain matin par la DGSP. Par contre les armes et les téléphones ont été confisqués par Bakala Mayinda.

    #Sassoufit

  13. DICTATEUREXIT dit :

    /// Urgent //// : Actions d’autodéfense et préventive des FALC.

    DANS LA GUEULE DU POOL ….
    Un pont a été détruit ce matin sur la nouvelle route entre Loulombo et Mangola aux environs de Mindouli.

  14. Kuna dit :

    Avec toutes ces armes détenues par des officines à la solde du pouvoir satanique de Sassou, et comme il affectionne le principe de Machiavel: diviser pour mieux régner ne soyons pas étonnés lorsqu’ils vont dr carnader bango na bango. Tant mieux que ces bandits procèdent à leur propre élimination. Le Congo est devenu une véritable poudrière. Pourvu que le peuple n’en paie pas le tribu. Ah j’allais oublié un détail. Il semble que @Gabio voir le diable , des collisions et des complots partout. On se croirait au vieux temps de la Stasi de triste mémoire.

  15. CD JUMEAU dit :

    QUI MARCHE AVEC (ou qui fréquente) UN VOLEUR EST UN VOLEUR!

    Tenez! Il semblerait que @GABIO ne soit pas le seul à voir le diable, des collisions et des complots partout, mais plusieurs combattants de la liberté dénoncent la même chose ici. Même NTUMI qui était au meeting de certains hier, nous a déclaré que « les mêmes que nous avons soutenu, nous font croire qu’ils sont opposants la journée alors que la nuit ils vont chercher le fromage chez leur papa satan ». Ah bô bah nani tâta NTUMI kâ tâma zondzila? Alors, je peux comprendre que certains soient des KOLELISTES et d’autres des MABIALISTES comme les y obligent certainement leurs tribus mais, chers fanatiques, NOUS SOMMES TOUS DU POOL, faites au moins semblant de ne pas trop montrer votre fanatisme et votre soutien aveugle à des charlatants qui se disent opposants, au risque de les ressembler. Bountsâna boua bouingui béno! Beaucoup de tristesse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.