Conférence de presse de Marc Mapingou, avec les interventions de Massengo-Tiasse et Mafimba-Motoki, ce 28 novembre 2016 à Paris



Production de ZIANA-TV

Diffusé le 28 novembre 2016

Ce contenu a été publié dans NOS VIDEOS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Conférence de presse de Marc Mapingou, avec les interventions de Massengo-Tiasse et Mafimba-Motoki, ce 28 novembre 2016 à Paris

  1. Bissa Bo dit :

    Question aux freres Mapingou, Massengo et Mafimba Motoki:
    A Antananarivo (Madagascar), ce vendredi 24 Novembre 2016, Monsieur Hollande a dit  » lui, la FRance et la francophonie, ne permettraient aucune place a ceux qui violent les ordres constitutionnels ou les changent.
    Lui Hollande de France, et les amis de la francophonie sont tellement attachés au respect des reglges democratiques en Afrique et ailleurs ».
    Question: Que voulait donc dire monsieur Hollande? On y comprend pas (le gros francais).

  2. MONAMA dit :

    Les congolais seraient ils idiots pour donner une tribune à Massengo Tiassé pour raconter les inepties? Tiassé repartira à Brazza et toi?

  3. Anonyme dit :

    Marc MAPINGOU, tu fais honneur au peuple congolais à l’image de Mokoko qui a ccepté d’aller en prison plutôt que de vendre son âme. Merci Mapingou pour avoir dit les choses en les nommant, c’est la première fois qu’un homme politique congolais affirme haut et fort que ce qui se passe dans le Pool est une épuration ethnique, un nettoyage ethnique, il a désigné avec colère et indignation les choses. C’est ce que l’on attend d’un homme politique et non pas la démagogie. Parfait Kolélas et Tsaty Mabiala ont été incapables d’utiliser les expressions « épuration ethnique » dans le Pool. Merci Mapingou, que tous les mânes de tous nos ancêtres veillent sur toi, il ne t’arrivera rien, Dieu est avec toi, du côté de la raison.
    Merci bcp à Guy Mafimba pour sa brillante intervention, à Alexis Miayoukou pour son professionnalisme. Dieu a choisi son camp, celui de la raison

  4. Que des vies anéanties, des carrières brisées des congolais par la seule cupidité de sassouffit et son clan et la complicité de la France… Aujourd’hui tous les congolais sont des exilés. Comment un seul instant un dialogue avec Satan. Ce qui reste aux congolais c’est de s’unir et engager une lutte multiforme contre ce système diabolique.

  5. TOUT FAIRE POUR CHASSER LE TERRORISTE D'ETAT ET DICTATEUR ASSASSIN SASSOU NGUESSO ! dit :

    Scandale: Selon un journal Allemand, l’Afrique verse 400 milliards d’euros par An à la France.

    Par Ivoirebusiness – Scandale/ Françafrique. Un journal économique allemand accuse la France de piller chaque année 440 milliards d’euros aux africains à travers le Franc CFA.

    Cet esclavage économique est important pour l’essor de l’économie française. À chaque fois que ce trafic est susceptible de faillir, la France est prête à tout pour le reconquérir.

    Si un dirigeant de la zone CFA ne répond plus aux exigences de la France, Paris bloque ses réserves de devises et plus encore, la France ferme les banques dans ce pays jugé de «rebelle». C’est fut le cas de la Côte d’Ivoire avec Laurent Gbagbo.

    Franc CFA quand les Allemands s’en mêlent : Un journal économique allemand accuse la France de piller chaque année 440 milliards d’euros aux africains à travers le Franc CFA.

    « Le gouvernement français recueille auprès de ses anciennes colonies chaque année 440 milliards d’euros de taxes. La France repose sur les recettes venant d’Afrique, pour ne pas sombrer dans l’insignifiance économique, prévient l’ancien président Jacques Chirac.

    Dans les années 1950 et 60, la France a décidé les colonies françaises d’Afrique à devenir indépendante. Bien que le gouvernement de Paris a accepté les déclarations d’indépendance formelles, elle a appelé les pays africains à signer un soi-disant «pacte pour la poursuite de la colonisation ». Ils y ont convenu d’introduire la monnaie coloniale française FCFA ( «Franc pour les colonies françaises en Afrique »), maintenir les écoles françaises et système militaire, et d’établir le français comme langue officielle.

    Le Franc CFA est la dénomination de la monnaie commune de 14 pays africains membres de la zone Franc. Cette monnaie qui constitue un frein à l’émergence de ces pays a été créée en 1945, date où la France a ratifié les accords de Bretton Woods et procédé à la mise en oeuvre de sa première déclaration de parité au fonds monétaires international (FMI). Cela s’appelait à l’époque «Franc des Colonies Françaises d’Afrique».

    En vertu de cette loi, 14 pays africains sont encore obligés de stocker environ 85 pour cent de leurs réserves en devises à la Banque de France à Paris. Ils sont sous le contrôle direct du Trésor français. Les pays concernés n’ont pas accès à cette partie de leurs réserves.

    Les 15 pour cent des réserves ne suffisant pas à leurs besoins, ils doivent emprunter des fonds supplémentaires du Trésor français au prix du marché.

    Depuis 1961, Paris contrôle toutes les réserves en devises étrangères du Bénin, du Burkina Faso, la Guinée-Bissau, Côte-d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo, Guinée équatoriale et le Gabon.

    En outre, ces pays doivent chaque année transférer leur «dette coloniale» pour l’infrastructure construite en France à Paris comme la Silicon Afrique 3 a rapporté en détail. La France prend environ 440 milliards d’euros par an.

    Le gouvernement à Paris dispose également d’un droit de premier refus sur toutes les ressources naturelles nouvellement découvertes dans les pays africains.

    Enfin, les entreprises françaises doivent avoir la priorité dans l’attribution des contrats dans les ex-colonies. En conséquence, il y a le plus d’actifs dans les domaines de l’approvisionnement, de la finance, le transport, l’énergie et l’agriculture dans les mains des sociétés françaises.

    L’élite dirigeante dans chaque pays africain doit remplir ces créances obligatoires sans aucun autre choix. Les dirigeants africains qui refusent sont menacés d’assassinat ou de renversement de leur gouvernement.

    Au cours des 50 dernières années, on a eu 67 coups d’Etats dans 26 pays africains. 16 de ces 26 pays étaient d’anciennes colonies de la France.

    Un exemple est le premier président du Togo Afrique de l’Ouest, Sylvanus Olympio, renversé par un coup d’Etat. Il avait refusé de signer le «Pacte pour la poursuite de la colonisation ». Mais la France a insisté pour que le Togo paie la compensatio pour les infrastructures qui avaient été construites par les Français pendant la période coloniale.

    La somme équivaut en une année à environ 40 pour cent des ménages du Togo en 1963, obligeant le pays juste indépendant à atteindre rapidement ses limites économiques.

    En outre, le nouveau président du Togo a décidé de supprimer et d’imprimer sa propre monnaie nationale, la monnaie coloniale française FCFA. Trois jours après cette décision, le nouveau gouvernement a été renversé par un groupe d’anciens légionnaires étrangers et le Président tué.

    Le chef des Légionnaires, Gnassingbe Eyadema, a reçu 550 euros de l’ambassade française pour l’attaque, selon le Telegraph britannique.

    Quatre ans plus tard Eyadema a été promu avec le soutien de Paris, nouveau président du Togo. Il a établi une dictature tyrannique dans ce pays d’Afrique occidentale et est resté au pouvoir jusqu’à sa mort en 2005.

    Dans les années suivantes, le gouvernement de Paris a gardé le lien avec les anciens légionnaires pour renverser des gouvernements impopulaires dans ses ex-colonies. Ce fut le cas du premier président de la République centrafricaine, David Dacko, renversé par les anciens membres de la Légion étrangère en 1966.

    La même chose est arrivée au Président du Burkina Faso, Maurice Yaméogo, et avec le président du Bénin, Mathieu Kérékou, auteur d’un putsch.

    Ce fut aussi le cas du premier président de la République du Mali Modiba Keita, qui a lui aussi été victime d’un coup d’Etat par d’ex-légionnaires en 1968.

    La raison, quelques années plus tôt, il avait simplement décidé de se séparer de la monnaie coloniale française. » Explications: http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/11/pourquoi-paulin-makaya-j3m-mokoko-et-tous-les-autres-prisonniers-politiques-sont-des-etres-libres.html

  6. mwangou dit :

    Incroyable mais vrai en apparence: l’entrepreneur Matsima a fait passer un communiqué télé-radiodiffusé dénonçant l’acte de barbarie des jeunes dont il a cité les noms et ceux de leurs parents; ces jeunes qui ont incendié son camion de transport et violé les femmes parmi les voyageurs; il a précisé qu’il les a fait attraper et remis à l’armée à Kindamba; les militaires se sont demandés comment il a fait pour une arrestation aussi nette…..
    Incroyable mais vrai en apparence : Asie de Marseille a fait publiquement par la presse parlée, le bilan de l’année 1 de sassou nguesso; 4 ministres ont bien travaillé; les félicitations particulières à l’adresse du ministre des finances qui a remis de l’ordre dans cette maison; une maison laissée en déliquescence par le ministre Ondongo, en dépit de sa qualité d’universitaire économiste. Il a promis de faire le point en rapport avec la rupture, la nouvelle politique (?) du président.
    Incroyable et insaisissable Asie de Marseiile! on attend la suite..

  7. Malembé Malembé dit :

    @ Monama

    Monsieur Massengo-Tiasse a eu une tribune libre (grace a Mapingou) pour parler contre Sassou (devenu dit-on dictateur), le meme Sassou que ce meme Massengo-Tioasse pria et supplia de toutes ses forces en 1993-1994-1995-1996-1996 de prendre les armes pour chasser Pascal Lissouba du pouvoir. Ce qui fut fait avec « maestro avec l’aide de Chirac, de Bongo, des angolais et autres tchadiens et zairois en 1997), et Massengo-Tiasse trouva largement son compte avec son maître Sassou. Enrichissement personnel assuré et honneurs en tous genres. Il etait au fait de sa gloire, sieur Massengo Tiasse.

    Mais avant cela, avant donc 1997, Massengo-Tiasse couvra Pascal Lissouba (et les siens) de toutes les insultes les plus ignobles (criminels, dangers pour la democratie, malade mentaux, ba-djokele, faut-ta-homba, etc, etc…).
    En 1997, le vrai democrate Sassou arriva au pouvoir., grace aux prieres et supplications de Massengo, Kolelas, Mbemba Martin et autres,

    Voila lui-là, aujourdhui, ce meme Massengo-Tiasse, aux cotes de Mapingou, qui aida le criminal Lissouba a etre librement elu comme president du Congo libre en 1992.

    De toutes ma vie, je n’ai jamais entendu un homme ou femme politique francais insulté une opposant politique. Les arguments icic utilizes ne sont pas l’injure.
    Massengo n’avait pas 20 ans quand il proferait des injures contre Lissouba et donc contre la democratie.

    A toi cher Monama, soit content que Mapingou lui ait donné cette tribune.
    Et soyons contents que lui Massengo-Tiasse lit ces lignes sur ce site.

    Que de pitie !!!!
    Mais en tant que frères et soeurs d’un même pays, faisons l’effort de pardonner.

  8. Mabiala Andre dit :

    Massengo Tiasse,pour e mmettre a brazza,qui est une dictature,il faur avoir l aval du systeme avec tout ce que cela sous entend comme tracasserie,comment tu ty etais tu pris pour avoir les agrements requis pour emettre?lou koue houni ba petit.Raconte nous plutot ce que tu fis a Mpissa ,le martyr que tu avais fais subir aux gens qui avaient trouves refuge chez les corbeaux.Explique nous comment tu avais tue des innocents ressortissant de ta propre region sur les odres de Sassou.,il ne faut pas distraire les gens,nous savons qui tu es.Tu fais semblant de ne pas comprendre comment tu as pu fuir,dis nous plutot comment tu a ete exfiltre pour venir distraire les gens en france.Tout ce que tu dis est connu de tous ,tu veux te faire une virginite pour bien infiltrer le milieu de paris et freiner ; action des vrais democrates,laisse tomber,nous sommes au courant de tout,tes justifications ,gesticulations sont vaines .Le Ntoumi auquel tu fais a llusion est un pion de sassou,son cheval de troie dans le Pool.ne nous prend pas pour des idiots

  9. Anonyme dit :

    Belle initiative Marc MAPINGOU, au moins tu as parlé de l’EPURATION ETHNIQUE CONTRE LES LARIS KONGOS. Nous congolais sommes fiers de vous, et non de ton parent de la Lékoumou, mOUAMBA qui raconte des inepties en méprisant les victimes du Pool, « il n’ y a pas massacres dans le Poool » avait-il dit à l’assamblée, du grand n’importe quoi. aU NOM DE L4ARGENT MOUAMBA A VENDU SON AME. PITIE

  10. UNITE dit :

    UNITE dit : Massengo Tiassé a la mémoire courte pour venir distraire les congolais en tenant des propos contre son mentor Sassou. Massengo Tiassé Vice président d’une institution dont maître Mbemba est le président. Taisez vous comme lui, puis qu’ensemble vous avez aidé Sassou à mettre fin à la démocratie au Congo, en chassant celui qui avait été élu. Taisez vous puisque vous avez été complice des guerres civiles de 1997, 1998, 1999 dans le pool. Taisez vous puisque vous bénéficiez encore des largesses de ce pouvoir en tant que Vice Président.

  11. Bissa Bo dit :

    @ monsieur Massengo-Tiassé
    Certains internautes l’ont déjà souligné plus haut dans leurs posts: vous semblez avoir une mémoire trés très courte. 1991, 1992-1997. et maintenant.

    Vous, Massengo, tenez aujourdhui un language étrange pour qualifier votre « mentor et maître Sassou Nguesso de criminel, de dictateur ». Ce Sassou qui a fait de vous et votre frere Mbemba Martin des richissimes hommes parmi les pauvres congolais.

    Très fraternellement, on a toutes les peines du monde à vous suivre. A vous croire, à vous écouter. Vous êtes très très spécial.
    J’espère que chaque matin et chaque soir, vous avez le courage de vous regarder droit dans vos yeux devant un mirroir pour voir qui êtes-vous vraiment.

    Comme l’ont souligné certains ci-haut, nous espérons que vous n’êtes pas envoyé par votre mentor Sassou ( celui-là même pour lequel vous aviez prié matins et soirs pour revenir au pouvoir, à quel prix !!!) pour venir infiltrer le milieu de la diaspora de France.
    Autrement, comme le dit UNITE, taisez-vous comme votre frere Mbemba Martin, et repartez jouir de vos richesses a Brazzaville, aux cotés de ceux qui ont fait de vous ce que vous êtes.
    Le devoir de croyants ou de chrétiens nous demande de pardonner. Mais le pardon aussi a ses préalables.
    Fraternellement

  12. Anonyme dit :

    Que DIEU vous protège Marc MAPINGOU, il neous arrivera rien, NZAMBI YA MPUNGU veille sur toi. J’ai pleuré en écoutant votre discours.

  13. mwangou dit :

    L’histoire, ça doit servir à quelque chose certainement; mais je ne sais pas trop bien si elle doit servir à casser une lutte dans le présent. Faut-il donner la priorité à des reproches et rappels sur les faits du passé, pendant que dans le présent il se passe des faits peu flatteurs?
    Ne craint-on pas d’être un jour dans le futur, sous la caméra des invectives, quand on risque fort de se voir attribuer la responsabilité partagée du fait simple et honnête, d’avoir fait des rappels historiques alors qu’il y avait des pillages et autres faits répréhensibles?
    Tout comme, sur la question monétaire, le post ci-dessus nous gratifie d’un rappel historique, pour aboutir à une conclusion du genre, « Le Franc CFA est la dénomination de la monnaie commune de 14 pays africains membres de la zone Franc. Cette monnaie qui constitue un frein à l’émergence de ces pays a été créée en 1945, »… Mais l’histoire est aussi là pour nous rappeler que les manifestations de la volonté d’indépendance de certains, ont eu pour effet la catastrophe économique et sociale… La Guinée, le Zaïre, Le Nigéria, l’Angola… D’en avoir après le FCFA, on a tout droit, mais que cela ne soit pas comme l’excuse attendue pour gommer la responsabilité des élites africaines dans la déconfiture globale des pays d’Afrique noire. A moins de dire que c’est le FCFA qui est à l’origine de la dilapidation de la rente pétrolière au Congo, Gabon, Angola, Guinée Equateur…
    Apprenons à faire bon usage de l’histoire.

  14. Bulukutu dit :

    @mwangou. Juste un petit rappel ou information. Le Nigeria est devenu la première puissance économique de l’Afrique. En clair, elle est la plus puissante devant le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Égypte,… et elle a sa propre monnaie. Sortons du FCFA qui est un autre cheval de Troie de domination en Afrique francophone.

  15. Anonyme dit :

    La vidéo est inaudible et muette. Cela s’est produit juste au moment où l’intervenant était entrain de développer une thèse assez pertinente, malgré tout, sur le parcours tumultueux du pays.

    D’après le discours, du moins ce qu’il en reste d’audible, l’orateur a démontré que le Congo revient de bien plus loin qu’on le croit. Il faut donc laisser aux vrais historiens le soin d’écrire son Histoire.

    Pour le reste, les internautes ne peuvent analyser la suite de la conférence car le micro s’est coupé à cet instant précis. Il s’agit sans doute d’une panne technique, ce sont les aléas du différé.

  16. Anonyme dit :

    Belle initiative Marc Mapingou, Guy Mafimba et les autres. Faut y croire à la libération du Congo-Brazzaville du gang des barbares

  17. endirectdebz dit :

    oyé otsombé oyé

Laisser un commentaire