REX TILLERSON, FUTUR SECRÉTAIRE D’ÉTAT AMÉRICAIN, LE PIRE ENNEMI DE SASSOU-NGUESSO. Par Rigobert Ossebi

rex-tillersonEXXON / Denis Sassou Nguesso. Episode 2 : la Revanche

De retour de Cuba, beaucoup plus tôt que prévu le jeudi 8 décembre dernier avec son joujou Falcon-Dassault 7X à 50 millions de dollars, Denis Sassou Nguesso ruminait encore la fin de non-recevoir de Raoul Castro sur sa demande d’asile dans son île. « Tu es devenu un Bastista pour les Congolais, il me sera impossible de t’accueillir à Cuba ! » Ingratitude castriste, le Congo avait servi, et particulièrement Pointe Noire, pendant près de vingt années de tête de pont pour les dizaines de milliers de soldats cubains qui devaient opérer en Namibie et en Angola.

En embarquant le lendemain pour Oyo, il prenait connaissance d’une information en provenance d’un « ami » de Moscou, sûrement du FSB (ex KGB), qui lui était présentée comme une excellente nouvelle. En fait, c’était la pire que Denis Sassou Nguesso pouvait recevoir…

Rex Tillerson, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général exécutif d’EXXON, était désormais favori pour devenir le premier Secrétaire d’Etat de Donald Trump, dès son investiture le 20 janvier prochain. Il était, certes, un ami de Vladimir Vladimirovitch Putin, mais le tyran d’Oyo ne pouvait attendre rien de bon de sa part. En fait, un contentieux très sérieux et secret existe entre la première compagnie pétrolière au monde, EXXON, et le dictateur congolais.

Nous étions en 1990. Dans la foulée des négociations et des accords de Brazzaville, le 13 décembre 1988, préliminairement au Tripartite Accord sur la Namibie signé le 22 décembre 1988 au siège de l’ONU à New York, la diplomatie américaine alors conduite en Afrique par Chester Crocker voyait au Congo Brazzaville des signes d’ouverture et de business, surtout pétrolier. L’Américain CHEVRON était  devenu l’associé d’ELF dans certains gisements et AMOCO était opérateur du permis Yombo. Une hirondelle ne fait pas le printemps et l’abandon progressif de la tenue militaire pour un costard croisé bleu pétrole ne fait pas forcément, de celui qui le porte, un démocrate. Un peu trop confiante dans la parole et les assurances données par un président qui depuis s’est fait une sérieuse réputation de ne jamais les tenir, la major américaine s’était installée dans un très modeste bureau à Pointe Noire ; juste un manager, des ingénieurs et une secrétaire congolaise Madame Elisabeth C..

Au large, par contre, dans l’offshore très profond EXXON s’était beaucoup investie, des dizaines de millions de dollars. La compagnie américaine avait un très grand avantage technologique sur toutes ses concurrentes. Elle était la seule capable, avec la Brésilienne Pétrobras, d’analyser correctement les données sismiques dans des horizons anté-salifères grâce à des traitements informatiques spécifiques. Au large de Pointe Noire, dans l’offshore très profond la géologie est identique à celle de l’offshore brésilien, commune à celle du Congo avant la dérive des continents. Sous les couches salifères (de sel) les Américains d’EXXON avaient découvert d’immenses gisements dans le permis Moho.

Très confiants dans la légendaire loyauté des dirigeants congolais, les ingénieurs s’étaient rendus dans l’immeuble du Ministère du pétrole, au Rond-point du Centre Culturel Français. Sous le regard ébahi du ministre Emmanuel Yoka, ils révélèrent l’énorme gisement découvert à Moho. Tonton Emmanuel Yoka qui était à l’origine, grâce à ses amis corses, du choix qui s’était porté sur le neveu Denis Sassou Nguesso pour renverser Marien N’Gouabi, s’empressa de communiquer les détails de la découverte à tous ces derniers.

L’occasion était trop belle, pour nos dirigeants et leurs complices, de rouler dans la farine leurs partenaires yankees. EXXON n’avait qu’un permis de prospection qui ne leur avait couté à l’époque que le prix d’un ou deux casiers de bière Primus ; la demande d’un permis d’exploration demandait à l’époque, chez EXXON, presque la réunion du Conseil d’Administration. Forts du climat politique qui prévalait, (chute du mur de Berlin, arrivée du sous-Secrétaire d’Etat Herman Jay Cohen, Ambassadeur Philips à Brazzaville), les dirigeants de la première compagnie pétrolière au monde ne pensaient rien à voir à craindre du petit Etat voyou qu’était déjà le Congo de Sassou Nguesso.

Tous les Etats dignes de ce nom, en droit minier, respectent la priorité du détenteur d’un permis de prospection pour l’attribution d’un permis d’exploitation ; tous les Etats sauf un : le Congo de Sassou Nguesso !

Les mêmes comploteurs qui s’étaient retrouvés pour le renversement de Marien N’gouabi, s’étaient mis d’accord pour attribuer « sans exploration préliminaire » le permis d’exploitation à ELF. Selon les rumeurs, un bonus de 50 millions de dollars aurait été payé par le pétrolier français qui très officiellement n’était au courant de rien. Il n’était d’autant plus au courant de rien qu’il ne disposait pas alors de la technologie pour explorer pareil gisement. Si ce bonus a été réellement payé, il n’avait alors effectivement laissé aucune trace dans la comptabilité publique officielle du Congo.

Politiquement, Sassou Nguesso usait fréquemment du coup de poignard dans le dos. Financièrement, il a toujours été passé maître dans l’art de ruiner autrui ; à commencer par le peuple congolais et le Congo tout en entier. Il s’était pas mal exercé dans l’art de gruger les investisseurs, du petit éleveur de poulets à l’industriel forestier. Récemment, avec les Chinois, il s’était cassé les dents ; le gros magot qu’il avait planqué en Chine a été confisqué par l’Oncle Mao. Mais, il faut reconnaître, qu’en cette année 1990, le général-instituteur avait réalisé un coup diabolique en b…… littéralement EXXON. D’ailleurs, profondément humiliée, la plus grande compagnie pétrolière au monde, ferma sans dire un mot ses petits bureaux de Pointe Noire et quitta le Congo, sur la pointe des pieds, sans y remettre le moindre orteil depuis plus de vingt-six ans.

ELF rangea tranquillement son permis d’exploitation dans un coffre-fort. Assurément, elle n’avait jamais rien su du trésor qui était caché au fond de l’eau et sous le sel de Moho. Les dirigeants qui avaient tripatouillé cette affaire n’étaient pas trop tranquilles et savaient pertinemment que dès qu’ils ouvraient la bouche, au téléphone, les – alors – magnétophones de la NSA se mettaient en route… TOTAL, sûrement pas informée de la magnifique arnaque au permis, réalisée par Sassou Nguesso et ses pygmalions, mit plus de quinze années avant de se lancer, officiellement, dans l’exploration de ce permis poussiéreux auquel personne n’avait touché. Prescription oblige ? En Mars 2010, un responsable Afrique de Total claironna que l’on y avait découvert 550 millions de barils, alors qu’en 1990 les petits ingénieurs crédules d’EXXON parlaient déjà de milliards de barils…

FIN de l’histoire ?

La confirmation de Monsieur Rex Tillerson au poste de Secrétaire d’Etat à Washington, dans quelques jours,  permettrait d’entrevoir un bien plaisant épilogue.

Denis Sassou Nguesso contrôle le Congo depuis bientôt une quarantaine d’années. Durant ces huit dernières années, nous avions espéré vainement que Barack Obama allait nous permettre d’en venir à bout.  Il en avait été de même avec François Hollande, président socialiste, qui alla dans un sens complètement opposé à celui que l’on espérait ; avec l’essentiel de son équipe, complètement à la botte du tyran congolais. Et « at last not the least », notre cher Vatican, dont nous attendions tant, qui a toujours encouragé, par son silence complice, ce pouvoir tueur de Cardinal, d’Evêques et de prêtres sans oublier les populations congolaises.

Alors, il serait absolument drôle et plaisant que cela soit à l’élection aux Etats-Unis d’un président, que l’on dit raciste et xénophobe, et à la nomination d’un Secrétaire d’Etat venu de l’industrie pétrolière que nous devrions peut-être notre libération du joug criminel et kleptocrate de Denis Sassou Nguesso.

Que l’on ne vienne pas nous chanter alors que nous serions dans un conflit d’intérêt manifeste dans l’Etat pétrolier du Congo. Trêve de prescription, vingt-six années après EXX0N pourrait peut-être revendiquer des droits sur le permis prospecté et nous pourrions oublier alors les actions judiciaires de Commisimpex, d’Odzali et autres créanciers. Les premiers barils de Moho Nord sortiront en Mars prochain, après dit-on 10 milliards de dollars d’investissements, mais qui sait où iront-ils ? Surtout si Denis Sassou Nguesso n’était plus à la tête du Congo… !

Egalement à Washington, le Conseil d’Administration du FMI devrait réfléchir à deux fois avant d’accorder un plan de sauvetage au Congo corrompu de Gilbert Ondongo, chef de délégation de la République du Congo et recherché au Portugal dans l’affaire Asperbras ( https://goo.gl/zKL3hc ), et à Calixte Ganongo, Ministre des Finances qui s’était illustré à la Direction Administrative et Financière de la SNPC qu’il a pillée complètement avec Denis Christel Sassou Nguesso. Dès sa nomination, pour laquelle tout Congolais devrait prier, Monsieur Rex Tillerson sera submergé d’informations sur ce Congo qui, sans aucun doute, lui tient déjà sûrement très à cœur… Madame Lagarde, qui a eu aussi tellement de soucis avec l’affaire Tapie à Paris, devrait veiller à ne pas en avoir également à Washington DC à cause de Sassou Nguesso le corrupteur qui a déjà bénéficié, indûment, d’un effacement de ses dettes par le même FMI. Il est vrai qu’il était dirigé à l’époque par l’irréprochable Dominique Strauss Kahn et représenté par Monsieur Yaya Moussa devenu l’homme de paille de Denis Christel Sassou Nguesso !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 12 décembre 2016, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à REX TILLERSON, FUTUR SECRÉTAIRE D’ÉTAT AMÉRICAIN, LE PIRE ENNEMI DE SASSOU-NGUESSO. Par Rigobert Ossebi

  1. Mark dit :

    Une fois de plus, c’est pas les USA qui gerent les affaires du Congo. C’est la France. Si la France veut qu’un fou puisse dirriger le Congo, les USA l’accepteront. La chute de Sassou passe soit par une action des congolais soit par celle de l’Elysée. Une fois aux affaires, l’administration Trump aura des dossiers plus sensibles à gerer. Je ne le vois pas s’interesser au dossier Congolais. PUTIN est un dictateur qui protège ses amis dictateurs. Les relations entre PUTIN et SASSOU sont bonnes. Si Trump est ami de Putin, les dictateurs de ce monde n’ont pas à s’inquieter. En plus, Trump est un homme d’affaire. Il va se retrouver devant un conflit d’interêts. Pour la protection de ses entreprises à travers le monde, je ne le vois pas mener une diplomatie dure. Si c’est FILLON qui sera le prochain président de la France, nous auront un autre ami de PUTIN aux affaires. TRUMP+PUTIN+FILLON= BONNES AFFAIRES POUR SASSOU. Je pense que Trump va beaucoup plus travailler pour les USA. Il ne va pas trop s’occuper des affaires du monde.

  2. LES LOUPS ET LES VAUTORS FINIRONT PAR TROUVER UN COMPROMIS! TYPOA UNTI B dit :

    Ne nous fions pas à ces Américains qui sont bien décidés à mettre en avant les intérêts de leur pays, à défaut de compromis il y aura compromission.
    Seule une GRÉVE GÉNÉRALE GÉANTE Sauvera le Congo.

  3. Peau Rouge dit :

    Ne vous en faites pas. Le petit jeu du moribond barbare mbochi sera à l’ordre du jour très vite et éventuellement même évoqué en guise de rappel déja par courtoisie, avant sa confirmation par le Sénat, si tout se précise comme prévu… Mais on attend de voir quelle réelle approche le nouveau patron de la MB adoptera pratiquement sur le volet africain en général – mais croyez-le, nous en sommes quasiment confiants depuis les primaires. Bref!

  4. Peau Rouge dit :

    Pas si vite, attention attention. Il est bien futé cet « homme d’affaire » aux relents exceptionnels et pas si orthodoxes que tous ses prédécesseurs pour être correcte, comme là-bas à la Défense!. Du reste, il est aussi diplômé de l’académie militaire de New York où il fut capitaine des cadets, non loin de la prestigieuse West-Point, pour ce qui ne le savent pas.

    En tout cas, certainement il n’est pas Obama ou quelque chose comme ça. Pour dire vra!. Donnons simplement le temps au temps sans toutefois capituler devant nos propres responsalibilités. Le Congo sera libéré par les congolais d’une manière ou d’une autre, avec tous les atouts et avantages nécessaires.

  5. Peau Rouge dit :

    c’est (*ceux qui…), pour les ‘grumpy’. Allez, corrigez vous-mêmes ailleurs, prochainement!

  6. JB ONDAYE TIRE LA SONNETTE D'ALARME SUR LA GESTION CATASTROPHIQUE DES RESSOURCES HUMAINES A PARTIR DE LA PRESIDENCE!!! dit :

    Après les échecs retentissants ECAIR, AERCO, ASECNA, ANAC etc. un MBOCHI se pose enfin des questions sur la qualité des RH que la PRÉSIDENCE MACONNICO-MBOCHI propulse à tout vent.
    JB ONDAYE vient d’organiser un s&minaire sur les Ressources humaines à la Présidence de la république par un un cabinet …. MAROCAIN.
    J »espère que les Marocains ont posé la question de savoir pourquoi un FRELUQUET INTELLECTUEL COMME OSSO est PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION PCA DE 7 SOCIÉTÉS ou l’État congolais a des intérêts.

    BAKABADIO aurait pu faire un présentation sur — La responsabilité historique des macons congolais sur l’imbécilisation accélérée des Congolais.–
    MOYIKOUA sur «  » L »entrisme maçonnique et le délitement de l’État au Congo »…

    BRAVO ONDAYE Tu seras seulement enfariné et non lynché quand des patriotes triompheront!!!

  7. MOUDILOU ENCORE A BRAZZAVILLE POUR ESSAYER D'ENFONCER J3M!!!! OEIL DE LYNX dit :

    ÉTONNANT FILS DU POOL! CAPABLES DU MEILLEUR COMME DU PIRE.
    QUELLE RAGE DANS LA SCÉLÉRATESSE!

  8. VAL DE NANTES , dit :

    MOUDILOU goulaguisé ,,,,,,,,,,,,,,,,,????????????????
    INCROYABLE , on se perd en moudilou .ON ne saura jamais de quoi est fait , ce personnage des BD, SPECIALISTE DE LA FICTION POLITIQUE CONGOLAISE .
    Je le croyais bouffé tranquillous sa semoule en région parisienne .LE voilà se faire gratuitement embastillé , par les NGUESSO dont il avait reçu un talisman anti ennuis .

  9. ANONYME dit :

    Cuba la vaillante est elle une démocratie, au point de recevoir la visite historique d’un president yankee ? Les USA’ capitalistes se rapprochent pourtant de Cuba la communiste au parti unique cinquantenaire, pour quoi pas le Congo qui s’est démocratisé et libéralisé depuis la CNS de 1992 organisée par le P.C.T ? À l’époque c’était bien un transfuge du FMI, en la personne de A.Milongo, qui a conduit la transition à la primature et les américains le savent que des réformes économiques favorables ont été menées dans notre pays. Ils sont des gens pragmatiques et des partenaires économiques réalistes, ils ne sont pas aussi simplistes qu’on veut nous le faire croire. L’Etat congolais entretient des relations normales avec les USA, même si on ne doit jamais se fier aux apparences, quand il s’agit de la plus grande puissance impérialiste du monde.

  10. LES DÉRIVES FRANCAFRIQUES DE GAUCHES/DROITES FRANÇAISES MAFIEUSES ET CRIMINOGÈNES, MODE D'EMPLOI ! dit :

    FRANCAFRIQUE MAFIEUSE ET CRIMINOGÈNE = DICTATEURS + FRANCOPHONIE CONSPIRATRICE + FRANCS CFA + BASES MILITAIRES FRANÇAISES + COUPS D’ÉTAT MILITAIRES ET POLITIQUES + PRÉSIDENTS FRANÇAIS + GOUVERNEMENTS FRANÇAIS + PARTIS POLITIQUES FRANÇAIS + INTÉRÊTS PARTICULIERS + CONFLITS D’INTÉRÊTS + FINANCEMENTS OCCULTES + PONTS DÉRIVATIFS + RÉTROCOMMISSIONS + MALLETTES ET VALISES AFRICAINES + RÉSEAUX POLITICO-MAFIEUSES + MAFIA + MARCHANDS D’ARMES ET DE MUNITIONS + CRIMES DE SANG + CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ + GÉNOCIDE + DÉNI DE DÉMOCRATIE + DÉNI D’ALTERNATIVE POLITIQUE + PIÈGE A PRISON POUR LES DÉMOCRATES AFRICAINS FRANCOPHONES + PIÈGES MORTUAIRES POUR LES RÉSISTANTS ET DISSIDENTS AUX DICTATEURS FRANCAFRIQUES + EXILS FORCÉS + IMMIGRATION FORCÉE + APATRIDES FORCÉS + ALIÉNATION FORCÉE + PROSTITUTION POLITICO-INTELLECTUELLE + CONSCIENCE ABUSÉE + CONSCIENCE SOUILLÉE + DIGNITÉ DÉCLASSEE + DÉCROCHAGE CHRONIQUE DE L’AFRIQUE FRANCOPHONE/A L’AFRIQUE ANGLOPHONE…. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/12/francafrique-mafieuse-et-criminogene-dictateurs-francophonie-conspiratrice-francs-cfa-bases-militaires-francaises-coups-d-etat-milit

  11. David Londi dit :

    Attention pas de philanthropie dans les relations entre pays. Les intérêts l’emportent toujours. Cette équipe de Trump est beaucoup plus pragmatique que les précédentes administrations. C’est le règne des faucons. Aucun état au monde ne s’est battu pour l’installation de la démocratie dans un autre. La liberté ne se donne pas, elle se conquiert !

  12. Bulukutu dit :

    Lu pour vous.

    Pierre Moussa, le président de la Commission de la Cémac, est en principe arrivé à Yaoundé ce dimanche 11 décembre 2016. Il est venu discuter avec les autorités camerounaises des contours du sommet de crise des chefs d’Etat de la Cémac, programmé les 21 et 22 décembre 2016 dans la capitale camerounaise, sur le marasme économique et financier qui frappe la sous- région. «La situation appelle immédiatement des mesures énergiques, si l’on veut éviter une dévaluation du franc Cfa en 2017», indique une source au sein de la Commission de la Cémac. Et de pointer un doigt accusateur sur la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Béac). A en croire notre source, la Béac n’a pas mis en place une politique rationnelle de gestion des devises issues de la vente des hydrocarbures, du temps où le prix du baril était à son meilleur niveau. De fait, l’incapacité à rapatrier au fur et à mesure les recettes générées des ventes pétrolières a maintenu une illusion de bonne santé financière au niveau du compte d’opération des pays de la Cémac au trésor français; et la priorisation des avances de trésorerie concédées par la Béac aux Etats membres a vite montré ses limites dès la chute des prix du baril de pétrole. Ce qui a favorisé un effritement rapide des réserves de change du franc Cfa au trésor français. A ce jour, ces réserves ne couvriraient plus trois mois d’importations des pays Cé- mac.
    Sauver les meubles
    Il faut arrêter la dégradation de la situation et relancer au plus vite la machine économique dans la zone Cémac. «Sinon, on va inévitablement vers la dévaluation du Franc Cfa en 2017», analyse-t-on à la Commission de la Cémac. Et de montrer la voie à suivre: «Les chefs d’Etat, au cours de leur sommet extraordinaire de Yaoundé, doivent choisir entre le retour de leurs pays respectifs au FMI ou l’implémentation d’une stratégie endogène dans le cadre du Programme des réformes économiques, monétaires et financières en zone Cémac (PREF-Cémac)». L’arbitrage entre les deux options s’annonce délicat. Selon l’économiste Dieudonné Essomba, «le Président Biya veut proposer un ajustement structurel à l’échelle régionale, autrement dit, le retour des experts du FMI, la baisse des salaires, la réduction des avantages, le gel des avancements, mais désormais appliqués à l’échelle régionale puisque tous ces pays sont, à des degrés divers, pratiquement en cessation de paiements». Une vision que ne partage pas le président Dénis Sassou Nguesso. Le président de la République Congolaise récuse tout projet d’aller au Fonds monétaire international. En sa qualité de pré- sident dédié du PREF-Cémac, il tente de convaincre ses homologues de la nécessité de mettre immédiatement en œuvre ce programme validé le 30 juillet 2016 à Malabo, lors du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cémac. Au vu de l’urgence de la situation, et compte tenu des contraintes de la sousrégion à mettre en œuvre une initiative attendue pour produire immédiatement des résultats, Denis Sassou Nguesso risque ne pas obtenir gain de cause. D’autant plus que certains pays sont presque déjà retournés au FMI, pieds et mains joints: la RCA et le Tchad. D’autres pays, notamment le Cameroun, y sont, bien que gardant quelque marge de manœuvre. Le Gabon n’aura pas de choix que de tendre la main au FMI dans les prochains jours. La Guinée Equatoriale a déjà accepté les restrictions budgétaires édictées par les institutions de Brettons Wood dans le cadre du marasme économique sous-régional actuel.
    Mythe de Sisyphe
    «Evidemment qu’un ajustement au niveau communautaire présente l’avantage de renforcer davantage la convergence de nos économies en les rendant plus solidaires, mais tout cela n’arrivera pas à masquer le problème fondamental de nos économies, radicalement incapables de se relancer dans un système concurrentiel», avertit l’économiste Dieudonné Essomba. Pour lui, «Ce sont des systèmes soumis à des crises récurrentes dont ils ne peuvent jamais sortir. Le FMI viendra donc procéder à un autre ajustement, puisqu’on ne peut plus faire autrement avec des pays incapables d’équilibrer leur balance courante, mais ce ne sera que partie remise, car après un certain temps, les pays retomberaient dans la crise, encore et encore ! Toutes les mesures proposées à cette situation sont donc un coup d’épée dans l’eau : nos systèmes ne sont pas réformables dans le cadre des paradigmes actuels». A bon entendeur…
    Voilà l’historique de l’économie congolaise en particulier et de la sous région en général. RÉGRESSION. Nous voilà donc revenu à l’état économique de la fin des années 90. Pays de M…

  13. Anonyme dit :

    Après avoir attendu une éventuelle aide de France, maintenant on en est à espérer qu’un éventuel haut responsable Américain puisse faire barrage au tyran de l’Alima. Et demain sur quelle aide extérieur allons nous espérer notre libération.
    Mais pourquoi attendre toujours des autres reconnaissons notre impuissance et acceptons notre sort.
    Cet escroc, ce parrain mafieux qu’est sassou, n’est un tigre de papier, il est fort parce que les Congolais sont faibles.

  14. le fils du pays dit :

    Congolais ne comptez sur personne, moins sur l’occident.
    Luttez pour que le Congo abrite un procès type Nuremberg en version tropicale ou tous les criminels du Pct et cies seront juges ainsi que tous ceux qui participent a la demolition du Congo(nationaux et étrangers).Je plaiderai pour de peines lourdes

  15. MEME CLEMENT MOUAMBA S'OFFUSQUE DES DEPENSES DE ONDONGO! C'EST TOUT DIRE! dit :

    La lettre du Continent vient de signaler un des rares actes de bravoure de Tonton la bite d’or!
    CLEMENT MOUMBA vient de refuser de prendre en compte les frais de transport de ONDONGO Ministre d’Etat qui pour se délacer au Maroc a pris un JET PRIVÉ!
    ONDONGO Économiste FACE D’ANANAS NE SE DÉPLACE PLUS QU’EN JET PRIVÉ MALGRÉ LA CRISE!
    Qui a dit que les congolais étaient des LOKO (fous) en Espagne qui dépensaient sans compter!
    Il y en a quand meme qui ont un tout petit reste de sens de responsabilité!!!!

  16. SASSOUFIT,DEGAGE dit :

    Mdr,tel est pris qui croyait prendre,Tony Moudilou n’aurait pas résisté à la charge des avocats du J3M,ce qui aurait mis en colère le pouvoir de Brazzaville.Pour sauver la face,le pouvoir aurait décider de le placer à la maison d’arret

  17. Anonyme dit :

    TILLERSON va régler le cas sassou, Rigobert OSSEBI a raison. le nouveau secrétaire d’Etat connait les crimes et magouilles du monstre d’Edou

  18. Hallo hallo dit :

    Francois Hollande m’à trop ouvert les yeux. Il paraissait tellement sincère que j’avais fini par croire qu’il était contre les dictateurs. Que des mensonges ÉNORMES. Qui aurait cru qu’il pouvait apporter un soutien à 8% dans une conférence de presse depuis l’élysée.
    Donc, concernant M. Rex Tillerson je préfère le juger sur les actes. Je n’ai toujours pas compris pourquoi les américains n’avaient pas sauver le régime de Pascal lissouba?
    Wait and see

Laisser un commentaire