LE DICTATEUR SASSOU-NGUESSO DÉFINITIVEMENT HUMILIÉ PAR SA TRUMPerie !

Sa vie durant, tout au long de ses décennies au pouvoir, Denis Sassou Nguesso s’est plu à s’entourer d’imbéciles et d’intrigants. Pas forcément de sa région, pas forcément de sa propre famille, c’était la médiocratie congolaise : sa médiocratie !

Finalement, peut-être a-t-il compris qu’il ne peut s’en prendre qu’à lui-même, s’il est aujourd’hui la risée de l’Afrique entière et qu’il a perdu le peu de crédit qui lui restait ? Africains en général, et Congolais en particulier, auraient tort de s’en réjouir. Le camouflet, bien mérité, reçu dans sa quête pathétique d’une reconnaissance américaine, nous déshonore tous presque autant que lui… ! Les peuples n’ont-ils pas les dirigeants qu’ils méritent ?

Nul ne sait vraiment où il se trouve ! Quelque part sûrement sur le chemin de son retour à Canossa. Ces dernières quarante-huit heures, les informations les plus folles ont circulé en même temps que leurs contraires et ce fut le plus improbable des scénarii qui s’est joué sous nos regards stupéfiés. Certes, prise également dans cette tourmente, notre opposition active s’est manifestée et, aux premières heures de ce 29 décembre, elle savait qu’elle avait gagné cette bataille ; celle de la non-rencontre avec un Donald Trump que certains traitaient encore de clown, il y a peu… !

Pourtant plein d’assurance, lundi dernier l’usurpateur avait embarqué, conquérant, à destination des Etats-Unis dans son insaisissable avion de location ; insensible tyran, il abandonnait derrière lui une malheureuse population dans un pays inondé par des pluies diluviennes. Il avait été salué par la souriante ambassadrice Sullivan, nommée par Obama-président-placebo en Afrique, sous le regard sceptique d’un Henri Djombo regrettant toujours le refus canadien à sa demande de visa d’émigration. PigasseNews, de son côté, s’empressait de faire ses choux gras d’une visite qui pourrait sauver son empire de presse. Sous les clairons d’un Thierry Moungalla plus arrogant et suffisant que jamais, Denis Sassou Nguesso toujours avide d’honneurs et de reconnaissance allait droit au devant de son plus cuisant échec : ce déplacement avait été concocté par un Denis Christel inassouvi de dizaines de millions de dollars qu’il pouvait soutirer à son père ! Une escroquerie supplémentaire à porter à son crédit infâme !

Arrivé sur le territoire américain, le vieux dirigeant s’est fait balader comme un bleu. Malgré toutes les déconvenues, mercredi, dans l’après-midi à Palm Beach, ville balnéaire de Floride, où se situe Mar-a-Lago la résidence de vacances de Donald Trump, le ministre congolais des Affaires étrangères, Jean-Claude Ngakosso, stupidement tentait d’entretenir l’espoir d’une rencontre. Hélas, trois fois hélas ! Le ridicule en a été multiplié d’autant !

Lorsque l’usurpateur retrouvera enfin le territoire national, l’heure des comptes sonnera. La tête d’un Moungalla ou d’un Ngakosso ne saurait redorer son blason, ni sauver les meubles. Certes, ce serait amusant de découvrir un cas ou deux d’emprisonnements en partie justifiés, mais il en faudrait beaucoup plus pour que sa crédibilité personnelle soit retrouvée. Quel Chef d’Etat dorénavant pourra se rendre, à Brazzaville, auprès de celui qui s’est humilié à attendre, dans une chambre d’hôtel de New-York ou de Floride, le bon vouloir d’un homologue, fût-il prochain président des Etats-Unis ? Denis Sassou Nguesso a toujours revendiqué, enveloppes à l’appui, un droit de se mêler des affaires d’autrui ; raisonnablement pourra-t-il le faire encore ?

Le doute n’aura pas épargné ses parrains français, insulaires et du Gay d’Orsay, médusés de le voir courir après l’onction yankee. A l’instar d’un Richard III qui proposait « mon Royaume pour un cheval », ils pouvaient bien l’imaginer s’écrier : « tout mon pétrole pour voir Trump ! » De quoi mettre, le vieillissant homme d’Oyo sur un siège éjectable ! C’est plus qu’évident que ses relations avec les pétroliers français ne manqueront pas d’en pâtir !

Aussi, ceux qui autour de lui composent le « système Sassou» et qui l’ont toujours reconnu comme « Chef » de leur bande (de pilleurs et de profiteurs) seront sûrement tentés de le mettre sur une voie de garage définitif. Cependant, le pays est dans un tel état de décomposition avancée que nul nouveau venu ne pourrait résister au mécontentement populaire.

Et pour finir, laisser encore gonfler ce dernier, gavé encore plus par ce dernier épisode américain, exposerait définitivement plus encore le gang mafieux ; Sassou, membres du clan familial et tous les complices ! Denis Sassou Nguesso l’a bien compris : le vent a tourné indiscutablement et dangereusement ! Fétiches, gris-gris et prières sataniques ne sont plus d’aucun effet ! La page de ses quarante années de pouvoir se tourne irrémédiablement et pas le moindre demi-idiot capable de lui succéder !

La voie empruntée depuis plus d’une année n’était pas la bonne ! Il est encore temps de sauver le peu qui pourrait être sauvé ! L’inutile escalade doit cesser ! Les Nguesso n’ont maintenant nulle part où aller !  Qui voudrait les accueillir ? Et à quoi bon échauffer les esprits pour que le pays s’embrase ; le Congo n’a que trop souffert !

Le dialogue va s’imposer très bientôt à tous. Denis au fond de son cuisant échec a retrouvé un peu de l’humanité qu’il n’a jamais eue. Déjà, dans sa souffrance et dans ses craintes, il a pu avoir pitié de lui-même, ce qui est énorme en-soi. Ne croyons pas qu’il pourrait en avoir pour les trois millions de Congolais qu’il a abaissé à l’extrême pauvreté. Ce dialogue, qui est plus proche que jamais, se dessine parce que Denis l’usurpateur se retrouve défait complètement, comme il l’était Avenue Rapp en 1995-1996 durant sa traversée du désert ! Et parce que les Congolais, maltraités comme jamais, n’ont plus rien à perdre !

La raison et le dialogue sont les toutes dernières chances pour le Congo. Il convient à chacun d’en être conscient. Sinon les hyènes et les chacals, pendant que les sangs couleront pour longtemps, livreront armes et munitions alors que les cargaisons, qui prendront le large, les paieront doublement !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 29 décembre 2016, par www.congo-liberty.com

Le Président Trump libèrera-t-il le Congo de Sassou Nguesso ? Par Mingwa BIANGO

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

31 réponses à LE DICTATEUR SASSOU-NGUESSO DÉFINITIVEMENT HUMILIÉ PAR SA TRUMPerie !

  1. Anonyme dit :

    Merci MONSIEUR Rigobert OSSEBI.

  2. Donald Trump le planta cara al feroz dictador africano Sassou-Nguesso dit :

    Lu dans la presse mondiale Hispanique:

    diariolasamericas.com:

    La República del Congo vive un conflicto interno precisamente por los 32 años en que el dictador ha estado en la esfera del poder.(CORTESÍA)
    MIAMI.– En medio de una semana política donde la crisis con Rusia ha ocupado los espacios noticiosos, en Estados Unidos ha pasado prácticamente desapercibido el hecho de que el presidente electo Donald Trump le ha plantado cara a uno de los más tenebrosos dictadores africanos.

    Trump se negó a recibir al ‘presidente’ de la República del Congo, también conocida como Congo-Brazzaville o el viejo Congo francés, Denis Sassou-Nguesso, quien esperaba reunirse el martes con el magnate inmobiliario, en su calidad de “enviado espacial de alto nivel de la Unión Africana para Libia”, según un comunicado distribuido en la capital africana por su oficina de prensa.

    Pero aparentemente, tras indagar sobre el pasado de Sassou-Nguesso, el presidente electo decidió dejar pasar la oportunidad, según la revista francesa Paris Match. De todos modos no está claro si el encuentro estuvo alguna vez en agenda, porque el equipo de transición de Trump ha dicho que no tenían ni idea de que el dictador africano estaba siquiera en Nueva York para ver al presidente electo. “A Nguesso no le quedó otra que regresar de manos vacías a casa porque ni en la Casa Blanca lo han recibido”, puntualizó la revista.

    Todo comenzó el 26 de diciembre, cuando la oficina de prensa del dictador emitió un comunicado en el cual se decía que “el presidente Denis Sassou-Nguesso es esperado el 27 de diciembre en los Estados Unidos donde será recibido, en su calidad de presidente del comité de alto nivel de la Unión Africana sobre la Libia, por el presidente electo de Estados Unidos Donald Trump”.

    Y detallaba: “Las conversaciones entre los presidente Donald Trump y Denis Sassou-Nguesso tienen como objetivo buscar la forma y los medios de salir de la crisis en Libia y, en un sentido más amplio sobre el resto de África y otras cuestiones internacionales”.

    El comunicado estaba firmado por el jefe de despacho del dictador y trascendió fuera de las fronteras del Congo después que el portavoz de la presidencia lo incluyó en uno de sus habituales tuits propagandísticos.

    Denis Sassou-Nguesso, de 73 años, asumió el poder unilateralmente en 1979 y se mantuvo allí hasta el año 1992 cuando fue apartado por un golpe palaciego. Sin embargo, regresó en fuerza cinco años después y desde entonces ha estado al frente de los destinos de la excolonia francesa. Su fortuna está evaluada entre 200 y 400 millones de dólares, pero los observadores del país petrolero consideran que pudiera ser mucho mayor.

    De hecho, en el año 2013 las autoridades judiciales francesas abrieron un proceso contra el dictador africano al detectar que había invertido ilegalmente en Francia 60 millones de dólares en inmuebles. Un año después, el diario británico The Daily Telegraph reveló que Sassou-Nguesso había gastado 1.3 millones de dólares en ropa en tiendas parisinas en un plazo de 10 meses.

    La República del Congo vive un conflicto interno precisamente por los 32 años en que el dictador ha estado en la esfera del poder. Según informes sobre derechos humanos del departamento de Estado y la organización humanitaria Freedom House, las milicias irregulares próximas a Sassou-Nguesso se caracterizan por las atrocidades contra la oposición. Las violaciones son particularmente feroces fuera de las ciudades donde es más difícil el escrutinio de la prensa mundial y organizaciones de derechos humanos. El Gobierno nunca ha podido controlar a los grupos irregulares oposicionistas y es particularmente incisivo contra la población que los respalda.

    Según el portavoz del presidente electo, Hope Hicks, dijo a la agencia Reuters, un encuentro entre los dos jamás fue acordado y no habrá ninguno por el estilo antes de la toma de posesión el 20 de enero.

    Por otro lado, durante la campaña Trump nunca ha manifestado gran interés en África más allá de una mención a la tragedia de los refugiados somalíes durante un mitin en Minnesota. El presidente electo ha conversado con varios jefes de Estado tras las elecciones de noviembre pero el único líder africano ha sido el presidente egipcio, Abdel Fattah al-Sisi.

    Sin embargo, es poco probable que el dictador congoleño tenga alguna vez la posibilidad de ver personalmente al ahora presidente electo. Trump ha nombrado como secretario de Estado a Rex Tillerson, el presidente de la petrolera Exxon/Mobil, quien conoce a Sassou-Nguesso bien y no es de su agrado. Resulta que en la década pasada, la petrolera estadounidense descubrió varis pozos de petróleo en la República del Congo pero al final el dictador decidió conceder su explotación a los franceses.

  3. Anonyme dit :

    Sassou, le père rigolo

  4. Le problème a toujours été sassou nguesso dit :

    Les Moungalla, ngakosso, ayessa et autres beni oui oui ne sont que les pauvres exécutant de la volonté de leur roi.Ils ne peuvent démissionner parce que le tyran n’accepte pas çà et d’ailleurs c’est lui même qui a toujours été à la manœuvre.Donc tout ce monde dans leurs maisons chuchotent et se régalent bien de la déculotté de leur roi.

  5. Donald Trump le planta cara al feroz dictador africano Sassou-Nguesso dit :

    La presse de Miami dit:

    La República del Congo vive un conflicto interno precisamente por los 32 años en que el dictador ha estado en la esfera del poder.

    Traduction:

    La République du Congo vit un conflit interne précisément pour les 32 ans que le dictateur est resté aux sphères du pouvoir.

    Ce que la presse Americaine décrit tout court, la presse française corrompu ne sait le dire.Le monde evoluant, nous allons nous afranchir de cette france terroriste.

  6. Jean OKOMBA dit :

    « Le camouflet, bien mérité, reçu dans sa quête pathétique d’une reconnaissance américaine, nous déshonore tous presque autant que lui ». Que racontez vous avec de telle phrase? Je suis très content au contraire que sassou nguesso, l’arrogant dictateur congolais qui ne respecte pas les droits humains soit humilié de cette manière. Je regrette pourquoi les américains ne l’ont pas laisser dans l’avion pendant une semaine comme les français l’ont fait en septiembre 1979 en maintenant Jean Bedel Bockassa dans l’avion pendant 48h. Sassou Nguesso mérite ce genre de camoufler pour qu’il se dégonfle un peu. Donc arretez avec ce genre d’affirmation. Sassou Nguesso est un criminel multirecidiviste on ne peut pas avoir pitié de lui s’il subit ce genre d’humiliation. Aujourd’hui nos compatriotas sont certains dans les forets du Pool et d’autres ont grandit il y a 40 ans sans pères à cause de lui. s’il vous plait pas de simpathie envers cet incervelé. c’est pas lui Mandela!

  7. Mark dit :

    C’est encore au peuple congolais de payer le fisco diplomatique de Sassou aux USA. Le feuilleton ne fait que commencer. Des grosses têtes y compris dans son entourage vont tomber. Son ministre des affaires étrangere n’a pas voulu prendre le risque de rentrer à Brazzaville avec son chef. Ngakosso est resté aux USA. La situation que Sassou vécue Sassou aux USA est grave.

  8. Bulukutu dit :

    Avec les milliards qu’ils ont amassés, ils peuvent s’acheter une planète pour s’y réfugier.

  9. Didier Ruffin Ngakosso dit :

    Jean Okomba, je n’aime pas vos interventions dans ces sites. Vos réactions sont souvent extremistes. Il faut toujours aimé le pays et le Président. Ce qui s’est passé aux USA ne devrait pas vous réjouire en tant que congolais ou africain. On humilie notre Président Denis Sassou Nguesso et vous faites cela l’objet de votre plaisir? C’est du vrai n’importe quoi. On vit où? Nous devons être solidaire avec lui même dans le mal. C’est cela être citoyen aussi. Donc arretez s’il vous plait d’écrire ce genre d’idée. L’incident s’est passé, aidez les congolais a tourné rapidement cette page. C’est tout.

  10. TONA dit :

    Monsieur Jean OKOMBA a raison. Un soi disant président qui ne respecte son peuple n’aura aucun respect de la Nation. Depuis 1968 qu’il est au sommet de l’état, cet homme ne fait que du mal au peuple Congolais. Tenez, il était aux affaires du pays quand Ngouabi, Massamba Débat, Biayenda, Nkombo et beaucoup d’autres ont été sauvagement assassinés, mais au grand jamais il n’a reconnu les faits c’est toujours la faute aux autres. Le peuple qui devait compatir suite à sa débâcle Américaine, a refusé de modifier la constitution, ce monsieur n’a rien voulu savoir du peuple. De même son gouvernement a le toupet de qualifier le peuple du POOL de « terroriste » et le bombarde alors, quel respect voulez-vous qu’on lui accorde ? Il est allé aux Etats-Unis avec son propre « peuple » alors il n’a qu’à maintenant faire ce qu’il veut puisqu’il n’a jamais écouté ce que le Congo tout entier lui dit. Regardez ce qu’est entrain de faire sa garde rapprochée. Une garde qui piétine sur le peuple qui ne demande rien d’autre que la liberté. Qu’ont fait Paulin Makaya, Okombi, Mokoko, Ntsourou et beaucoup d’autres pour qu’ils se retrouvent en prison ? Ces personnes ont des parents qui aimeraient être ensemble avec leurs enfants mais sassou veut qu’ils restent en prison alors pourquoi respecter un tel président ? Heureusement, aucune armée étrangère ne peut faire la guerre aux Congolais, si c’était le cas, croyez-moi seuls les gradés du Nord se retrouveraient au front puisque le peuple Congolais est divisé. Qui pourra défendre aujourd’hui la Nation Congolaise avec à sa tête sassou ? Personne, même pas les « terroristes » du POOL et sassou ira au front avec ses enfants. Aucun respect pour sassou, lui qui se croît le plus fort des Congolais. Qu’il aille au diable car le Congo est humilié.

  11. PAROLE DE DIEU VIVANT dit :

    Didier Ruffin Ngakosso, je comprends que tu sois le cousin du Ministre des affaires étrangères et tu es épargné de la souffrance du peuple congolais à cause de votre vol et pillage de deniers publics. Elsas mérite cette humiliation, Il a humilié J3M et Paulin Makaya, Dieu ne le laissera jamais

  12. Mac OKO dit :

    « …Le camouflet, bien mérité, reçu dans sa quête pathétique d’une reconnaissance américaine, nous déshonore tous presque autant que lui… »

    Désolé M. Ossebi, mais je ne me sens nullement déshonoré par un homme (ou plutot un monstre) qui s’est tout simplement auto-proclamé président du Congo une certaine nuit d’avril 2016 pendant qu’une pluie de bombes s’abattait sur la tête de ses concitoyens.
    Avant même l’escapade américaine de M. Sassou nous n’avons connu qu’humiliations et déshonneur… dites-nous si ce que Sassou a subit avec Trump est à la même mesure que le déshonnneur que portent et subissent ceux qui ont été bombardés la semaine dernière à Mabaya, Koubola et les autres localités…Que ces femmes et fillettes abusées par les miliciens dans les villages du Pool… Que ces corps meurtris par 6 mois de privations, de fuites et d’errance dans les fôrets… Que ces cadavres sans sépultures que l’on a enfouis sous quelques centimètres de terre dans la précipitation… Que tous ceux qui subissent la torture et les assauts des chiens de guerre de cet autocrate… Que ceux qui ont connu les inondations et les érosions ce 25 décembre 2016.

    Le déshonneur de Sassou ne nous touche plus depuis belle lurette, car le peu d’honneur qui lui restait, il a pissé dessus un 20 octobre 2015 en changeant la constitution pour rester sur un fauteuil manifestement est trop grand pour lui..

  13. Mokengeli dit :

    Deux solutions sont proposées à SASSOU-NGUESSO :
    1 – Se suicider. Il est militaire et trouvera bien une arme chez lui pour « faire l’affaire ». Il y a aussi beaucoup d’arbres autour de ses innombrables palais…pour se pendre. Pas la peine d’écrire un testament; sa famille n’aura rien car elle s’est assez servie sur le dos de la république.
    2 – Aller en exil dans un pays qui lui ressemble. La Corée du nord serait le plus indiqué.

  14. Mark dit :

    @ Didier Ruffin Ngakosso.

    L’ambassade des USA à Brazzaville en est pour rien dans cette affaire puisque celle ci est encore sous les ordres d’Obama et non Trump. Les américains en sont donc pour rien. Ils n’ont pas humilié Sassou. Ce sont les diplomates bidons de Sassou qui ont humilié le chef. Comment l’ambassade du Congo aux USA peut elle faire deplacer le Président sans avoir réçu des garanties de la part de l’équipe Trump? C’est de l’incompétence. ll faut comprendre que se sont des diplomates bidons qui sont à cheval entre l’ambassade et les petits boulots à Washington, afin d’arrondir leurs maigres salaires congolais qui ne repondent pas au train de vie aux USA. Quand Sassou ne veut pas mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, comment voulez vous que les choses puissent marcher?. Sassou a fait le choix de travailler avec des cadres bidons et incompétents sur des bases éthniques, c’est donc le prix à payer. Il faut donc l’assumer que de chercher des boucs émissaires. Les USA sont un grand pays developpé. Le peuple américain est un peuple civilisé. Les choses ne se passent pas comme au Congo. On ne peut donc pas visiter le Président des USA sans une invitation obtenue par voie diplomatique. Ce que Sassou a fait, c’est comme s’il quittait Oyo pour aller visiter quelqu’un à Mindouli. Pour un pouvoir crédible, entouré des cadres solides, le Ministere congolais des affaires étrangeres, la Présidence de la République du Congo et l’ambassade du Congo aux USA seraient entrés en contact direct avec le protocole de Trump pour decrocher une invitation officielle. Sassou lui-même aurait appelé Trump pour confirmer son arrivée aux USA. C’est pas ce qui a été fait. Ils sont passés par des intermediaires moyennant de l’argent du trésor public congolais. Les intermediaires les ont donc escroqué. En réalite, ni Trump, ni un membre de son protocole, personne était au courant de cette visite. Il n’ yavait donc pas d’invitation. Voilà Sassou qui attérit aux USA comme un aventurier. Etant donné qu’aux USA les choses ne fonctionnent pas comme au Congo, il ne pouvait donc pas être réçu sans rendez-vous.
    Un autre point qui explique l’idiotie de Sassou, ses ministres, diplomates et autres, comment pensez-vous aller aux USA traiter un dossier aussi sensible comme celui de la Libye avec un Président des USA qui n’est pas encore officiellemet Président? Jusqu’ aujoud’hui, c’est Obama qui est le Président des USA et l’ambassadeur du Congo aux USA est supposé le savoir.
    Autre chose, si Sassou n’arrive pas à assurer la paix dans son propre pays, encore un peitt pays comme le Congo, avec quel moyens peut il le faire dans un monde arabe à la con comme la Libye? Si les occidentaux avec les moyens humains, materiels et financiers n’arrivent pas à mettre de l’ordre dans une Libye qu’ils ont détruit, que peut faire alors Sassou? AH! je comprends, Sassou va faire usage de ses fétiches d’Edou.

  15. Madami Ma Kongo dit :

    Arrêtez de soutenir le sanguinaire Sassou et ses multiples ambitions de l’homme des cancrelats. Il extermine le peuple du Pool. Les femmes sont violées et humiliées. Les cancrelats pillent tout. Gare à vous le clan Sassou. Les écoles du Pool sont détruites, les villages incendiés et de nombreuses populations brûlées par les cancrelats de Sassou..
    Sassou, niama, tu emporteras les cercueils de ta mère et ta fille dans ton exil en Arabie Saoudite ou à Bangui.
    Niama! Individu! Mama na yo, bâtard!
    Vous tous qui détestez les BACONGO vous n’êtes que des maudits.

  16. Anne Honhim dit :

    Si l’autocrate de Mpila avait réussi à rencontrer Trump, croyez-vous que le Congo aurait été honoré ? Que NENNI, NIET, NADA, NON !!! C’est M. Sassou seul qui aurait été auréolé et glorifié par cette rencontre. Cette petite « défaite » de vieux Ebola, met en joie le peuple Congolais et les autres Africains car elle symbolise la défaite d’un dictateur en mal de reconnaissance, et dont la chute est espérée bien au delà des frontières du Congo. L’an dernier, presque à la même époque Sassou et ses thuriféraires du chemin (dit) d’avenir avaient nargué les Congolais parce qu’un Chef d’Etat occidental lui avait donné la permission de « consulter son peuple », et cette fois encore il a voulu remettre une couche de crédibilité sur son vernis de dictature, mais mal lui en a coûté… kiékiékiékié 🙂 😀 😀 😀
    Sassou est juste « mort » de honte, par contre nos compatriotes et parents, eux meurent pour « de vrai » depuis des décennies par sa faute, ou pire parce qu’il l’ordonne.
    Cher auteur de cet article, souffrez que cette fois-ci dans « le sang et les larmes des autres » que M. Sassou veut faire goûter à tous les Congolais qui s’opposent à sa dictature, nous ayons pu extraire quelques larmes dues au fou rire provoqué par sa royale humiliation…

  17. Miéri dit :

    L’article m’a intéressé car il narre l’ubuesque pitrerie dont Mr Denis Nguesso a eu le mauvais goût de ne pas nous épargner en cette fin d’année 2016.
    Deux remarques cependant :
    1- Je pense que continuer à désigner la période entre 1994 et 1996 où ce Mr préparait son coup de force à Paris comme « sa traversée du désert » c’est lui rendre trop d’hommage et valider un contresens historique et factuel ainsi que valider ses éléments de langage
    2- Le dialogue que vous évoquez ne me semble pas si évident en termes d’organisation, de participants et de contenu: dialoguer avec qui?? existe-t-il une vision partagée du devenir du Congo dans la classe politique urbi et orbi??

    Sassou est le pitre en chef accompagné de ces vuvuzellas, mais ceux ci se retrouvent aussi bien dans son camp que dans celui de la fameuse « opposition « , donc le personnel politique actuel est « has been » et responsables du délitement continu de notre pays.

  18. Gabio dit :

    Tout ce qui deshonore ou humilie l’usurpateur, pilleur et criminel honore les congolais et Les africains. On ne doit pas avoir honte du deshonneur d’un dictateur recidiviste, ca doit nous rejouir au contraire. Le jour ou l’occasion de presentera, nous l’humiliorons pire que ca, nous le trainerons nu sur toutes les rues okemba ou sassou, il nous dira, sous la chicotte sur ses fesses deja brulees par le maquillage ou il a cache les restes de massamba debat.

    En tout cas moi, sa deculottee me rejouit, cet imbecile merite plus que ca. Il merite une correction a la Samuel do

  19. Singe Mayo dit :

    Oui, tout à fait, « cet imbécile », et encore que le terme soit très léger pour qualifier celui-là!

  20. Anonyme dit :

    Ce Singe stupide de SASSOU, doit comprendre certaines règles basiques de la vie. Qu’il y a un début et une fin pour chaque chose, mais dommage pour ce GRAND-CANCRE cela soit ainsi.

    C’est un grand cadeau de fin d’année qu’il vient de recevoir de la part de TRUMP. La famille sassou doit se méfier sur le terrain Américain, qui est très différent de la France.

    Rendez-vous dans quelques heures, pour le message-de-merde de fin d’année, de ce STUPIDE-SINGE-DE-MERDE.

  21. Anonyme dit :

    L’HUMILIATION DE SASSOU, EST LA COUPE DE CHAMPAGNE QUE LE PEUPLE-OPPOSANT PEUT S’OFFRIR GRATUITEMENT POUR CETTE FIN D’ANNÉE.

    SANTEEEEEEEE!!!

  22. Qui Cherche - Trouve dit :

    Très bien, ce Cancre Absolu ces jours-ci, lorsqu’il se retrouve solitairement dans ses toilettes, assis pantalon plus caleçon baissés aux genoux et postérieur tout poilu exposé sur le WC, il doit pleurer à grosses gouttes plus qu’à la mort de sa fille. La déconfiture de taille qui annonce le pouvoir qui s’échappe lentement mais sûrement est trop humiliante pour lui… Il risque de faire un AVC avant la corde. Tant pis!

  23. VAL DE NANTES , SASSOU va se rendre en COREE CHEZ LE PETIT FILS DE GRAND KIM LL SUNG dit :

    DITES A SASSOU que TRUMP l ‘attend , à MIAMI ;
    Oui ,, mais comment s’y rendre ,,,???
    LOUER UN AVION PIN PAN NEUF , c’est du pipi de chat pour SASSOU LE VISITEUR INATTENDU ;
    L ‘ivoirien national CLEMENT MOUAMBA se pose la question de savoir d’où vient tout cet argent pour organiser des voyages surprises ?
    MOUAMBA L’ IVOIRIEN EN VIENT même à admirer , les NGUESSO pour leur facilité à sortir des milliards pour peu de choses .
    EH OUI LA MOUAMBA , au pays des NGUESSO , l’argent public sert à financer des actions supranationales et surtout familiales …
    Tu verras , qu’ils iront voir par surprise le petit fils de KIM ILL SUNG en COREE pour dorer la soutane présidentielle de l’agrégé en visites surprises et humiliantes DENIS HONTE NGUESSO;

  24. Santu Pétélo dit :

    Tant mieux, qu’il fasse caca déjà!
    Sinon à la PENDAISON , ce serait une humiliation de trop d’y déféquer publiquement. Même si bien il sera sur la route de l’au-delà vers l’enfer dans les minutes qui suivront…

    Mais bon, ‘what difference does it make?’
    La honte dans la jungle, ça ne connaît pas!

    Pète toujours_

  25. Anonyme dit :

    Les Congolais doivent savoir que leur HUMILIATION, sur tout les plans est causée par cette FRANCE-POURRITURE, qui nous a infliger de force ce BÂTARD et IDIOT de SASSOU comme président, pour leurs intérêts.

    NE L’OUBLIER JAMAIS, CHER PEUPLE CONGOLAIS.

  26. VAL DE NANTES , DENIS HONTE SASSOU , PUEUR DES ODEURS DES CAVADRES CONGOLAIS dit :

    SASSOU HONTE NGUESSO rentre brutalement chez TONTON DONALD , celui ci en colère lui dit,,, NO ,,, NO,, I don’t know you ;;;;; you must go out ;;;
    en français , pour les nuls ,;;; je ne te connais pas ;;; tu dois sortir ;;;
    Et tout s’écroula , entre temps l’avion a été caressé par les avocats américains .SASSOU pris de panique , en pensant vite à son pouvoir volé au peuple congolais , a senti sa fin arrivée .IL LOUA très vite un foker pour se poser à OYOBEEK et là il commença sa veillée américaine , jusqu’à présent il y demeure .
    Le choc est si profond que les calmants et les bisous de ngouli n’ont de prise sur sa santé mentale .
    L’homme est tellement imbu de sa personne qu’il croyait marcher sur la mer , en faisant confiance aux barils de pétrole qu’il trimbale dans son subconscient , et qu’il était capable d’entuber n’importe qui .
    TRUMP l’a remis à sa place d’un président paysan sans carrure mondiale issu d’un pays vampirisé par ces soins .
    Un petit pueur des odeurs des cadavres congolais dont il a voulu couvrir de parfum trumpien .

  27. SANTU PAULO MATAKU dit :

    @ VAL DE NANTES, croyez vous ce bâtard de sassou va s’adresser à la Nation, demain soir comme d’hab???

  28. Balle à Terre dit :

    ?!?!? De rien. Sans rancune aucune! Pour les GROS bébés limités.

  29. Limingui Britos - La Main de Moungalla dit :

    La Mbochiote et rien que la Mbochiote, comme le dit ici un internaute…
    sassou-La-Honte Denis, a bien sur fait un petit degat dans ses larges culottes, mais la puanteur est d’un large champ que jusqu’alors a New York, on ne cesse de se demander comment a t-on pu laisser ce type de Mbochi s’approcher des cotes atlantiques américaines…
    Bon, a présent, Moungalla n’a qu’a se préparer a ouvrir sa puante bouche…

  30. VAL DE NANTES silence conspiratif dit :

    SILENCE conspiratif de certains ténors de ce site ,,,suivez mon regard ,,,,
    Ils sont où LES OY …. ROB PO… LUC P….ETC
    PENDANT QUE ça chauffe , ils attendent qu’on leur grille des cuisses de poulet pour qu’ils passent à table ,,,,???
    EN VACANCES A CUBA ,,,?????

  31. Piri dit :

    Ruffin Ngakosso, on vit dans un Congo où Sassou tue des congolais, où Sassou vole l argent du pays pour laisser mourir son peuple. Sassou, c’est ton président parce que tu l a voté. Pour nous qui ne l avions pas voté, il est dans les oubliettes. Qu il ne soit pas reçu, c’est son problème avec sa famille. Que vaudrait la vie des familles sacrifiées dans le sud du pays, pour regretter le fait que Sassou soit même arrêté en Amérique?

Laisser un commentaire