1977-2017 # 40ansSassoufit !

Cardianel Emile BIayenda et le Président NGouabi assassinés en mars 1977

Pour le réveillon de la Saint Sylvestre, Denis Sassou Nguesso a dansé jusqu’au petit matin devant un petit cercle d’intimes médusés. Inconscience, irresponsabilité ?

De retour, sans tambour ni Trumpette, d’un voyage catastrophique aux Etats-Unis, l’usurpateur avait présidé un long conseil des ministres le même 31 décembre. Aucune sanction n’avait été retenue à l’encontre du ministre Moungalla (surnommé Zizi par certains), ni à celle du ministre Ayessa (Beau-Papa). Après cela, alors que nombreux quartiers de Brazzaville ne parvenaient pas à se relever des cruelles inondations qu’ils avaient subies, place était donnée à sa fête du Nouvel An. Nul n’avait pu déceler, dans son comportement, la moindre trace de l’affront qu’il avait essuyé aux Etats-Unis et dont toute l’Afrique s’amusait !

Entré dans la nouvelle année, comme toujours dans le champagne millésimé, Sassou Nguesso ne saurait faire toutefois abstraction de l’importance symbolique de 2017.

Cet an neuf est celui des 40èmes et des 20èmes  commémorations, douloureuses et sanglantes pour la plupart. Elles correspondantes aux périodes les plus sombres de la jeune histoire congolaise : celle des assassinats qui installèrent le CMP (Comité Militaire du Parti) la même année et celles des guerres civiles qui débutèrent le 5 juin 1997 pour se poursuivre en nettoyage ethnique jusqu’en 1998 et qui firent 400.000 victimes.

Déjà, le 1er janvier 2017 correspondait au 40ème anniversaire de la reconnaissance de l’Etat du Vatican par la République Populaire du Congo. Le Cardinal Emile Biayenda, petit soldat du Vatican sacrifié dans la lutte contre le communisme, l’avait obtenue de Marien N’Gouabi qui montrait-là un important signe d’inflexion dans l’orientation marxiste du pays qu’il présidait encore.

Ce signal fort, qui devait renvoyer à leurs chères études les pseudo-marxistes purs et durs, déclenchera une vague d’assassinats, plus cruels les uns que les autres, savamment cachés jusqu’à maintenant par les historiens de l’Afrique et les grands médias internationaux.

40ème commémoration de l’assassinat de Marien N’Gouabi dont il faut appeler au souvenir le 18 mars prochain. 40ème commémoration de l’assassinat du Cardinal Emile Biayenda le 23 mars ; suivi le 25 mars de l’exécution d’Alphonse Massamba-Débat après sa condamnation par la Cour martiale instituée par le CMP,  aux commandes de l’Etat dès le 19 mars 1977. Des dizaines d’arrestations furent lancées et 10 condamnations à mort furent prononcées sans appel, le 6 février 1978 et exécutées le lendemain.

Massamba Débat

Quatre décennies de justice expéditive et aux ordres d’un même homme, sauf durant une courte parenthèse. Quarante années après, les méthodes n’ont pas changé. La prison de Brazzaville est remplie d’hommes incarcérés sans jugement, au bon vouloir du despote ou de son neveu Jean Dominique Okemba.

Un devoir de mémoire s’impose à tous. Ce retour en arrière est incontournable pour la bonne compréhension des évènements que nous avons connus et que nous subissons encore. Il convient d’en appeler aux témoignages des acteurs survivants de cette époque. Il faut également communiquer sur les documents, anciens ou récents, auxquels il est possible d’avoir accès pour ces commémorations des évènements de 1977 et de 1997.

Sassou Nguesso pourrait être tenté de reproduire ces drames humains silencieux, tus par les grandes puissances et par le Vatican. Il convient à chacun de nous de participer à cet effort de communication, de vérité et de prévention en révélant au monde entier la véritable face de ce pouvoir diabolique et assassin.

2017 ne doit pas être la répétition des boucheries précédentes de 1977 et de 1997, avec les mêmes vingt années d’écart. Ce pouvoir est fini et aucune chance de sursis ne saurait lui être accordée !

2017 Sassou Nguesso ne doit plus commettre de crimes.

2017 Sassou Nguesso doit partir !

2017 #40ansSassoufit !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 04 janvier 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

56 réponses à 1977-2017 # 40ansSassoufit !

  1. Anonyme dit :

    Ne restons pas enfermé dans le piège qui consiste à considérer que nous avons en face de nous un état et des institutions plus ou moins normales et avec lesquelles il serait encore possible de discuter ou du moins essayer de ramener à la raison.
    Alors que nous avons à faire à une mafia, une bande de voyous, manipulateurs, voleurs et assassins, camouflés sous des habits de politiciens qui eux n’ont rien à faire des règles de droit. Ce n’est qu’une mafia familiale qui à fait main basse sur un pays le Congo et qui le saigne à blanc pour son seul intérêt et permet à ces mafieux par le pouvoir officiel qu’ils détiennent d’être à l’abri de sanctions éventuelles.
    La corruption à outrance, les milices, la désinformation, la peur, le tribalisme, la division, la précarité des population etc… sont les armes de sassou, d’ailleurs le tribalisme au Congo ne sert que sa propre famille car les Mbochis qui ne lui sont pas utiles ne sont pas mieux considérés que les autres mais maintenus dans la peur que si sassou s’en va ils seront massacrés par les autres ethnies.

    Cette mafia familiale ne partira jamais de son plein gré, dans la mafia aucune sortie n’est prévue.

    Rien ne fera changer le tyran de l’Alima et d’ailleurs le fils spirituel kiki le pétrolier est prêt en embuscade à prendre la relève pour assurer la dynastie des « gaies sots » sur le Congo.

    Par contre sassou craint l’information (la vraie) et l’unité de la population.

    Ingeta, ingeta , ingeta

  2. VAL DE NANTES, L'assassin est devenu et président du CONGO et celui de la LIBYE ; inédit dit :

    EH OUI des douloureux souvenirs dont je ne me suis jamais remis .BAKONGOS BABOMI NGOUABI;
    Le mensonge distillé comme un venin dans le corpus congolais , dont beaucoup en murent , innocemment .Le pays, depuis lors, a été comme maudit car l’assassin continue à broyer sa proie depuis 40 ans .
    D’une manière lapidaire , c’est 40 ans de complicité collective au service d’un homme immoral , pour transfigurer notre pays .
    Passons du CONGO réel au CONGO MENSONGER et donc irréel , sinon IMPUR .
    L’assassin est là , son avion est orphelin à MIAMI , saisi par NTUMI , selon les mbochis , qui confondent TRUMP à NTUMI .

  3. Garcia Dekodia GDK dit :

    Je rends hommage en premier lieu à mon très cher grand oncle feu NKouka-Mbemba Daniel, jadis Ministre de la santé et des affaires sociales du Président Ngouabi . Il aura été en charge de l’autopsie du corps du Président sus-cité ainsi que de celui du cardinal Emile Biayenda, sans oublier celui de Kikadidi et de bien d’autres.

    Merci aux historiens de replacer l’histoire dans son contexte ravivant ainsi nos mémoires. Elle doit être relue dans son entièreté.

  4. VAL DE NANTES, L'assassin est devenu et président du CONGO et celui de la LIBYE ; inédit dit :

    lire ….. MOURURENT AU LIEU DE …. MURENT ;;; Collège de FRANCE no now ????? .

  5. VAL DE NANTES, Le CONGO DE JADOT le maréchal dit :

    40 ans qu’il encule tout le monde sacré MONSTRE d’ALIMA .Sa fin à la cuecescu est déjà actée car , c’est le choix qu’il s’est imposé .DONT ACTE;
    On ne peut indéfinement défier un peuple ,et se prélasser , une fois repu du pouvoir ,dans les eaux d’ALIMA .
    IL le sait , sa fin serait comme le flash over embrasement généralisé d’un feu dans un local ,où il ne resterait rien des NGUESSO .La patience pachydermique de notre pays finira , par payer .
    ATTENDRE est la femme du mot ESPOIR ;
    Chers compatriotes ne mourrez pas aujourd’hui , car après SASSOU , c’est la farniente .
    Nous allons retrouver notre CONGO laissé par JADOT le maréchal , mwana moké , ah le stade EBOUE pour ceux qui y étaient .BREF LE VRAI CONGO , celui que nous allons retrouver en le passant au karcher , pour en extraire toutes les déjections des NGUESSO , j’y crois très fort
    Même si on est mal , très mal …….

  6. Mieri dit :

    Excellent article, car plus on etale et detaille la nature criminelle et sanguinaire de Denis Nguesso et ses séides, ,mieux ce dernier sera connu et reconnu par tous pour ce qu’il est et mis à nu devant tous.
    Ce travail inlassable ne doit Jamais s’arreter si on veut que ce regime tombe.

  7. Kuna dit :

    Qui tue par l’épée perira par l’épée. C’est la dure loi de la nature. Peu importe le moment, la manière et le lieu. Ce qui est sûr c’est que cela arrivera. A bon entendeur, salut.

  8. inconnu dit :

    on accuse toujours Sassou !!! ok mais ce n est pas correct ET C EST INJUSTE !!!! qui a tue OLUKA RAMENE VIVANT A L ETAT MAJOR PLUS TARD DIAWARA, IKOKO ET LEURS COMPAGNONS QUI A TUE KINGANGA . QUI A ETE PARMI LES MASSACREURS DES BAMILEKES AU CAMEROUN ? QUI A TUE LE CAPITAINE BIKOUMOU………..SI VOUS VOULEZ DENONCER EH BIEN DENONCER TOUS CE QUI ONT DU SANG DANS LEUR MAINS.PAS UNIQUEMENT SASSOU CAR LA C EST MAL CONNAITRE L HISTOIRE DU CONGO
    SOUS LA PRESIDENCE MASSAMBA DEBAT IL EUT BCP DE CRIMES POLITIQUES. LA SEULE PRESIDENCE QUI NE FUT PAS ENTACHE DE SANG APRES TOUTES SUIVANTES FUT CELLE DU PRESIDENT FULBERT YOULOU.
    EN 1963 IL AVAIT PREFERE PARTIR AU LIEU DE FAIRE TIRER SUR LE PEUPLE MANIPULE QUI RECLAMAIT SA DEMISSION
    PAR AMOUR DE SON PAYS ET ESPRIT DEMOCRATE IL S EN ALLA . ET C EST BIEN APRES LUI QUE TOUS LES VILAINS MAUX QUE LE PEUPLE CONGOLAIS CONNAIT AUJOURD HUI ARRIVERENT
    LA PRESIDENCE DU PROFESSEUR PASCAL LISSOUBA A ETE AUSSI TROUBLE COMME TOUTES AUTRES D AILLEURS A L EXCEPTION DE CELLE DU PRESIDENT FULBERT YOULOU
    .

  9. Ratatouille de Dindon à L'urine de Serpent dit :

    Ah ouais, c’est ravissant de nous rappeler concisement cette différente époque de Germain Ndzabana et autres Decker Tsatsakani qui soufflaient le chaud et le froid du football congolais. La jeunesse avait alors mieux pour se préoccuper que les armes pourries, la bierre, le lotoko et la drogue. A part peut-être, Romiald Mizékakani…

    Mais, trop c’est trop, nous allons définitivement régler le sort de Takou, sa suite et son employeur cochon gratté une bonne fois pour toutes, par tous les moyens sans exception aucune. Et c’est le devoir premier de tout un congolais où qu’il soit à ce jour, de ne pas lésiner sur la méthode, dans l’optique de zigouiller net ces `Judas Iscariot` contemporains. Le Ngué-sot doit être surpris comme un canard devant une brosse à dent.

    S’il vous plait, le cas échéant, veuillez garder à l’esprit que Thierry le moux ngaya-là, alias Zizi-Mandéfou pour les intimes, tentera en vain de de recouvrir de boue très noire, afin de s’exfiltrer lui-même. Ne le ratons pas du tout, ni personne d’autre du clan…

    Oh PVI, les chieurs franc-maçons ont reporté le procès des biens mal acquis avec Théodorin Obiang; ENCORE!

    La maudite France sorcière est décidément très NULLE. Arrêtons la tourmente par leur valet, le NEGRO humilié, le plus stupide et sauvage sur tout le globe terrestre, au 21è siècle: El Mbochiotte dit Takou Ngué-sot.

  10. Ratatouille de Dindon à L'urine de Serpent dit :

    (…*se recouvrir de…)

  11. Gabio dit :

    Mr Ossebi, vous oubliez 1987, l’annee ou Katali fut assassine. 1987 fut aussi l’annee des massacres d’ikongono et des villages environnant, des centaines d’humains tomberent sous les balles des kalach tirees par les elements de Konta Moukono sous les ordres de l’usurpateur et criminel recidiviste.

    On doit pas oublier ces compatriotes victimes du plus grand criminel de notre histoire. Cet imbecile payera pendant plusieurs generations ses odieux crimes. Sa descendance doit se preparer a y faire face surtout qu’elle l’accompagne dans ces crimes.

  12. Bulukutu dit :

    La fête avant la fin. C’est sous le signe du crépuscule de son pouvoir que le préfet-zident célèbre son nouvel an. Tel le Titanic, ils font la fête une dernière fois pour conjurer le sort.

  13. David Londi dit :

    Notre pays a connu une période exempte de crimes politiques, la seule et l’unique, elle part de 1959 à 1963, période du mandat de Fulbert Youlou. A l’époque les défections se faisaient au gré des opportunités politiques à l’instar de la IVe République en France.

    C’est pendant la période allant de 1964 à 1969, lors de l’arrivée de Massamba Débat, homme droit et intègre qui n’a pas trempé dans ces assassinats, au pouvoir et l’adoption du socialisme scientifique, qu’arriveront les premiers crimes politiques depuis 1936, année de la mort de Matswa André à Cayennes (assassinat colonial). Les jeunes loups venus de la FEANF pour beaucoup vont animer un débat politique sur les thèmes débatus au sein de l’organisation panafricaine. Deux grandes tendances vont se détacher : les Pro-Lissouba contre les Pro-Noumazalaye. Une lutte politique acharnée qui verra ses premières victimes. Tous ceux qui ne se reconnaissaient pas dans l’une ou l’autre des deux (2) tendances (Les premiers assassinats politiques dans notre pays) :

    Abbe Anselme MASSOUEME, Me Lin Lazare MATSOCOTA, Me Joseph POUABOU, Jean BIKOUMOU (965)
    Me Jean Marie NGANZARI (1967)
    KOUVOUAMA-DIA-NGANDOU (1968)
    .

    En 1969, Ngouabi arrive au pouvoir, tendance Pro-Noumazalaye avec la complicité des deux autres compères, Yhombi et Sassou, qui n’aura comme objectif principal principal que la « déssudification » de tous les grands corps de la République (Administration et Armée), virer tous les cadres du Sud occupant des fonctions stratégiques. Ce trio va donc ériger le Tribalisme en mode de gouvernement. Nous assistons donc progressivement à une « obumitrisation » du pays, ce néologisme mis en valeur par le M22 en 1972 pour dénoncer cet état de fait. Pour camoufler cette chose, le trio va importer une idéologie dont il maîtrise mal les concepts fondamentaux avec l’aide des anciens de la FEANF, le marxisme, un système politique dans lequel le peuple souverain n’a pas directement voix au chapitre. C’est ainsi que l’on voit fleurir des slogans du genre : « Le parti doit diriger l’Etat ». Cette idéologie sert de vernis ou de paravent à une tribalisation éhontée du pays. Au cours de cette période, nous allons assister à des assassinats politiques dont la liste, présentée ci-dessous, n’est certainement pas exhaustive :

    Lieutenant Pierre KINKANGA, Albert MIAWAMA, NKOUTOU, Jean Marie MANGO (Assassinés en 1970 à Brazzaville) ;
    Franklin BOUKAKA, Adolph ITSOUHOU (Assassinés en 1972 à Brazzaville)
    Sous-lieutenant Prosper MATOUMPA MPOLLO (Assassinés en 1972 sur la route du Cabinda, KOUILOU) ;
    Aspirant Jean Marie DOUNGANGOYE (Assassiné dans la Foret de Bangou à Kindamba)
    Sergent Jean Pierre BAKEKOLO, Lieutenant Ange Farimaka DIAWARA, Sous-lieutenant Jean Baptiste IKOKO, Sous-Sergent Jean Pierre OLOUKA et Sergent TALA (1973).

    Cette folle course à l’obumitrisation finit par des conséquences socio-économiques que le chef de l’Etat et du trio infernal ne peut plus assumer et cause sa mort juste au moment où il se rend compte de son bilan calamiteux. Ci-dessous, la liste non-exhaustive de ces assassinats:

    Commandant Marien NGOUABI, Thaddée KOURISSA, Capitaine Luc KIMBOUALA NKAYA, Sergent ELOUO, Sous-lieutenant MBORO, Sergent OUANDO, Pasteur MASSAMBA DEBAT, Cardinal Emile BIAYENDA, Victor DOTE, KANDZA (1977);
    Herbert MASSAMBA, Eloi Marien BADILA (1977);

    MIZELE, SISSOULOU et 7 de ses compagnons (1978);
    Capitaine Barthelemy KIKADIDI (1978) ;
    Capitaine David MAFOUTA (1980);
    Commandant Antoine MABOUAKi (1981) ;
    Capitaine « Marie-Marie » AKWALA (1983) ;
    Capitaine Pierre ANGA (1988);
    Lieutenant Ernest BOUKAKA « Maitre Charlie » (1990) ;
    Colonel Victor TSIKA-BAKALA (1990);
    Professeur Grégoire MAVOUNIA (1991) ;
    Marien NGOUABI Junior (1991);
    Roger MASSEMA (1992) ;
    Antoine NGAYOT, commandant MOUANDA (1993) ;
    Colonel Frederick NKOUNKOU (1998);
    Sergent TOUNGA et 352 compagnons (1999).

    A cette liste, il faut ajouter les 400.000 victimes de 1997 – 2000 dans le Pool en attendant un bilan de celle de 2015-2016.

    La guerre de Sassou, pour conserver le pouvoir, nous coûte cher, très cher. Les apprentis opposants qui privilégient des stratégies politiques à deux (2) balles devraient en tenir compte au lieu de courir à la soupe et trahir la confiance du Peuple. Nous pouvons aussi affirmer, à la lumière de cette impressionnante liste, que la tribalisation du système ne peut avoir que des conséquences néfastes dans tous les domaines : économie, société et politique. C’est cette duperie qui n’est pas un fait social mais politique qu’il faut combattre à chaque instant. Pour tous ceux qui sont morts, nous avons le devoir de résister. Nous ne pouvons pas ignorer leur sacrifice. Agissons !

  14. VAL DE NANTES, au cinéma LUX ET STAR dit :

    La belle époque du CONGO, c’est celle où le connard de SONI SASSOU n’était pas au pouvoir .J’en viens même à regretter la disparition de MONOPRIX ET PARISHANGA .
    Nous rentrons du centre ville avec l’odeur des pommes , et des midélés etc .SASSOU SONI est venue effacer d’un trait cette époque d’insouciance , du cinéma LUX ET STAR A POTO POTO pour ceux qui y étaient ;
    Pardon aux broussards ,dont beaucoup des ministres actuels , de n’avoir pas connu ce CONGO uni , de DELIMA à ouénzé ;
    Ce CONGO qui embrassait tous les enfants du nord et sud , du mwana foot d’où émergeait le vivre ensemble .
    IL a suffi l’arrivée d’un criminel au pouvoir , pour que cette maquette cosmo- ethnique s’écroule .
    C’était notre CONGO d’enfance , sans SASSOU ;

  15. VAL DE NANTES, MERCI DAVID LONDI tu m'as touché . dit :

    @DAVID LONDI
    Ce chapelet des morts m’est insupportable ,pour notre petit pays .Et merci de nous rafraîchir la mémoire , surtout quand tu cites mon grand FARIMAKA de GOMA TSETSE;
    MON YAYA A MOI .
    Cette page de l’histoire nous survivra et à la génération FUTURE d’en tirer toutes les conséquences .

  16. Pascal Malanda dit :

    Cher VAL DE NANTES,

    Ton récit « La belle époque du CONGO… » m’a provoqué une vague de nostalgie. Un petit récit qui m’a fait couler des larmes. Comment avons-nous, enfants de Poto-Poto, laissé détruire cet immense patrimoine de fraternité et de convivialité ?

    Tu es un vrai enfant de Poto-Poto. Tu n’as pas oublié le stade Akouala, et au centre-ville Grasset Sport Afrique, les petits magasins portugais, la boulangerie Léon, la papeterie Hachette des arcades où Marien Ngouabi venait (seul, sans gardes du corps) feuilleter des livres après avoir parcouru à pied la distance de l’état-major où il résidait. Tu n’as pas oublié notre vaste espace depuis la Radio Congo, le Stade Eboué, la basilique Sainte-Anne, la maison commune, le magasin Bata jusqu’à la rue Itoumbi (Moukondo n’était pas encore né). On peut continuer sur des pages la description de cet univers englouti dans la méchanceté d’une poignée de compatriotes ( ?) mal intentionnés.

    Oui, cher VAL DE NANTES, nous avons eu une enfance insouciante dans un pays où le rêve était permis. Et puis un jour, tout a basculé, tout s’est emballé. Je l’avoue, je n’étais pas un fan de Marien, mais j’admirais sa simplicité, son courage, sa franchise. Dès qu’il s’est rendu compte que la situation socio-économique lui échappait (comme aujourd’hui), il a fait appel à Massambat-Débat, son prédécesseur qu’il avait pourtant détrôné. Il souhaitait partager avec lui le pouvoir et reconstruire le pays. C’était trop beau !!! Des barbares les ont assassinés tous les deux et sont venus nous polluer la vie avec un esprit moyenâgeux. Depuis lors, ils nous ont plongés dans les ténèbres d’un cauchemar sans fin.

    Cher VAL DE NANTES, c’est nous, enfants de Poto-Poto qui devons nous lever pour dire : ASSEZ !!! C’est nous qui devons retrouver l’endroit où le train du CONGO ETERNEL a déraillé et montré que la nation unie n’était pas la chimère qu’on nous offre aujourd’hui.

    Merci à toi, enfant de Potal, frère de culture, pour ce moment plein de souvenirs et d’émotions.

  17. GDK dit :

    Si opposé que nous soit un homme d’esprit, nous lui rendons toujours un secret hommage ; et ce qu’on révère dans les gouvernants, c’est une intelligence présumée supérieure à celle des autres. La sottise, au contraire, ressort d’autant mieux qu’elle est revêtue de pouvoir, ou de titres nobiliaires.

    Une pensée pieuse à nos morts, ces hommes d’esprit !

  18. GDK dit :

    La véritable grandeur est ordinairement affable, douce, populaire. Celle, au contraire, qui n’est que d’emprunt, est farouche, inaccessible, délicate sur ses privilèges, aigre, brusque et dédaigneuse ; faut-il être surpris qu’elle excite si souvent l’envie et les murmures ? On l’honore en apparence, mais dans le fond on la hait ; on lui rend certains hommages, parce qu’on la redoute, mais ce ne sont que des hommages forcés ; et l’on sait bien, en son absence, s’en dédommager par les satires quelquefois les plus méprisantes !
    Les maximes de honnête homme, soucieux du vrai 🙂

    « A luta continua »!

  19. GDK dit :

    Oop’s ! Lire: les maximes de l’honnête homme….

  20. GDK dit :

    …CES HOMMES D’ESPRIT D’ANTAN !!!!!!

  21. EH OUI! ON AVAIT PRESQUE RIEN! MAIS ON ETAIT HEUREUX! PATRIOTE ATTERRE dit :

    Au stade LOUIS AKOUALA, MOI c’était TOSTAO!
    Et la Maman du Ministre JL. MALEKAT venait nous tirer les oreilles parce que nous préférions le mwanafoot à la messe!…

  22. Mars 1977- Mars 2017, bientôt 40 ans que la République avait été secouée par des crimes de sang, ceux des assassinats d’éminentes personnalités d’état du Congo, le président Alphonse Massamba-Débat, le cardinal Emile Biayenda et le commandant en chef le président Marien NGOUABI par le concept devoir de mémoire un projet de culte œcuménique qui sera célébrer au mois de mars 2017 est en cours . Afin de commémorer dignement cet triste Evénement et de permettre au peuple congolais de la région parisienne de prier Dieu afin que ce dernier tienne ses promesses à l’endroit de ce peuple martyrisé par une tyrannie , plusieurs confessions chrétiennes vont se retrouver et profiter de l’occasion pour le louer dignement Vers la commémoration du 40e anniversaire de leur assassinat https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fyoutu.be%2FWmdQKq-NEIg&h=zAQGwOMSn

  23. GDK dit :

    Steles et monuments pour nos morts !

    Arrivera le moment où, de nombreuses cérémonies seront célébrées en l’honneur de nos morts, de ceux qui sont morts pour la patrie, nous ouvrirons le moment venu, une souscription publique (mesure incitative), pour l’erection en perspective, des steles et monuments qui leur seront dédiés , grace en partie aux participations financières que nous aurons récoltées .
    Les sommes que nous récolterons à cet effet, devront être proportionnelles à nos espérances et enjeux. Nous inciterons à ce qu’ils soient CHEVALIERS DE LA LEGION D’HONNEUR à titre posthume. Plusieurs associations y seront d’ailleurs associées.

    Les hommages rendus aux morts sont la parure des vivants.

    LE PROJET DE CULTE OECUMENIQUE (rassemblant plusieurs confessions chrétiennes et autres qui ne le sont pas forcément), auquel vous faites allusion, est une bonne initiative !

  24. Bonguissa dit :

    LE CONGO n’était pas du tout aussi heureux sous MASSAMBA- DÉBAT avec sa sinistre JMNR, sa sinistre prison MAKALA ,avec ses assassins MATSOKOTA ,CASTRO et autres …. .Il ne faut pas avoir la mémoire sélective….Bon sang

  25. Confucius dit :

    L’orage et la pénombre, ne sont pas la même chose.
    Ne dites pas et n’insinuez point ce que les gens n’ont pas dit.
    Quelle insulte – Merde!

  26. Aké dit :

    Quand est-ce que les parents de ces morts porteront plainte contre leurs assassins? De 1992 à 1997, il y a eu changement de régime, aucune plainte. Aucun d’eux ne s’est manifesté. Au Burkina Faso, les sankara, notamment Mariam Sankara avait porté plainte. Au Gabon, la famille Randjamé avait porté plainte. Au Congo,il n’y a jamais de plainte, même entre 1992 et 1997.

    Quelle conclusion faut-il en tirer?

  27. inconnu dit :

    Apres mon dernier post ou j ai amene David Londi a eclaire tout le monde c est qui est bien pour la comprehension de notre histoire et savoir qui est qui et qui avait FAIT quoi
    Je viens de nouveau vous dire ici que L ancien President Ngouabi n etait pas que un enfant de coeur .
    L ANCIEN PRESIDENT MARIEN NGOUABI EST CELUI QUI AVAIT INTRODUIT LE COUP D ETAT AU CONGO , C EST CELUI QUI DETOURNA L ARMEE CONGOLAISE DE SON ROLE REPUBLICAIN DE PROTEGER LE PAYS CONTRE UNE AGRESSION EXTERIEURE DE NE PAS SE MELER DE LA POLITIQUE
    NGOUABI ERIGEA LE TRIBALISME AVEC SES CONSEQUENCES COMME METHODE DE GOUVERNEMENT ET DE CONFISCATION DE POUVOIR C EST AUSSI LUI QUI AVAIT EXHACERBE LES ANTAGONISTES NORD SUD
    AU POUVOIR IL LANCA CE QU ON APPELA A L EPOQUE L EPURATION PUIS LA RADICALISATION , POLITIQUES PAR LESQUELLES IL EXPURGEA DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L ARMEE ET AUTRES ADMNISTRATIONS LES CADRES ORIGINAIRES DU SUD POUR LES REMPLACER QUE PAR DES CADRES DU NORD SANS TENIR COMPTE DES COMPETENCES.
    LES CONSEQUENCES SONT QUE DANS L ARMEE AINSI QUE TOUTES LES AUTRES ADMNISTRATIONS JUSQU AUJOURD HUI LES CADRES SONT DU NORD ET LES POSTES DE CAMMANDEMENT SONT TENUS PAR LES CADRES DU NORD . LES BOURSES DES FORMATIONS ET D ETUDES ETAIENT ATTRIBUES A 95%AU AUX ORIGINAIRES DU NORD. ET CE JUSQU A MAINTENANT .
    LE CADRE DU SUD FUT TRANSFORME EN SUBALTERNES SANS ENVERGURE SANS POIDS INCAPABLE DE DECISIONS QUI POUVAIT SERVIR DE LOIS DE CIRCULAIRES OU DE DIRECTIVES ET ETC…….
    TOUJOURS LUI NGOUABI AU COURS D UN DISCOURS N HESITA PAS A DIRE QUE « LE POUVOIR NE SE DONNE PAS IL S ARRACHE  » D OU PEUT ETRE LES DIFFERENTS COUPS D APRES QU ON AVAIT EU
    A L EPOQUE DU GOUVERNEMENT DE MASSAMBA DEBAT IL PASSA TOUT SON TEMPS A VOULOIR LE RENVERSER. COMME L UNE DE SES TENTATIVES EN 1966 QUAND MASSAMBA ETAIT ALLE A MADAGASCAR POUR UNE REUNION DE L OUA.
    DIAWARA LE CHEF DE LA DEFENCE CIVILE S OPPOSA A LUI EN LE MENACANT D UNE GUERRE ENTRE LES FORCES ARMES CONGOLAISES (F.A.C ,A L EPOQUE) ET LES FORCES DE LA DEFENCE CIVILE QUI ETAIENT MIEUX ENTRAINES ET EQUIPEES PAR LES CUBAINS Q NGOUABI COMPRENANT LE RAPPORT DE FORCE EN DEFAVEUR DES FAC RECULA
    EN FAIT C ETAIT MIEUX SAUTER CAR IL FIT UNE ANALYSE OBJECTIVE DE SES ECHECS ET COMPRIS QUE L OBSTCALE A FRANCHIR POUR LE MENER AU POUVOIR ETAIT ANGE DIAWARA AVEC SA FORCE LA DEFENCE CIVILE
    AINSI IL USA DE LA CAROTTE SEDUIT DIAWARA COMMANDANT QU IL MIS DANS POCHE. CELUI CI ABONDONNA MASSAMBA DEBAT C EST COMME QU IL VA REUSSIR A RENVERSER MASSAMBA DEBATQUI JUSQUE LA DIRIGEAIT ET GERAIT BIEN LE PAYS
    DONC LE COUP LE TRIBALISME LE PIETINEMENT DE LA CONSTITUTION LA MAUVAISE GESTION DU PAYS ET TOUS LES CALAMITES QUE NOUS CONNAISSONS AUJOURD HUI SONT BIEN L OEUVRE MR NGOUABI ARRIVE AU POUVOIR PAR UN COUP D ETAT.
    EVIDEMMENT IL A SERVI DE MODELE D EXEMPLE A TOUS LES OPPRESEURS DU PEUPLE CONGOLAIS. AUJOURD HUI
    SI LE CONGO N AVAIT PAS CONNU LE PREMIER COUP D ETAT PAR AVEC SES CONSEQUENCES ,LES PREMIERS ACTES DE TRIBALISMES LES ¨PREMIERES EXHACERBATIONS ANTAGONISMES NORD SUD .L EPURATION , LA RADICALISATION L INTRUSION DE L ARMEE DE LA VIE POLITIQUE ECONOMIQUE ET SOCIALE DU PAYS
    LE CONGO DE YOULOU ET MASSMABA SERAIT BIEN AVANCE SUR TOUS LES PLANS.CE CONGO AURAIT ETE PRESQUE UN CONGO SANS TRIBALISME SANS HAINE DE L AUTRE SANS GABEGIE OU TOUT LE MONDE AURAIT ETE A SA PLACE

    PARLEZ NOUS PLUS TOT DU PRESIDENT FULBERT YOULOU QU IL FAUT ELEVER AU RANG DE GRAND BATISSEUR ET HEROS NATIONAL , DE MASSAMBA DEBAT
    CES HOMMES LA AVAIENT AIME LEUR PAYS
    PARLEZ NOUS DU YOULISME OU DE DE DEBISME ILS SONT DE BONS EXEMPLES MAIS LE NGOUABISME C EST LA SOURCE DE TOUS NOS MAUX C EST LUI QUI LES AVAIT CREER POUR LE PLUS GRAND MAL DE TOUS LES CONGOLAIS QU ILS SOIT DU SUD DU NORD D EST OU D OUEST.
    IL FAUT RENDRE A CESAR CE QUI EST CESAR ET AU PRESIDENT CE QUI EST AUX PRESIDENTS

  28. Etoile Dumatin dit :

    Quand on assassine les autres sous prétexte qu’ils gênent, ils faut se rendre compte du futur. Dans ce monde rien n’est éternel. Et si on le rendait à votre progéniture?

  29. zabazaba dit :

    N’ oublions pas que Ngouabi a été victime du tribalisme qu’ il a lui même semé, d’ après les archives de la conference souveraine, le lieutenant Mboro lui a donné des details precis sur les reunions tenues par Yombi, Sassou, Okoko, Assemekong et autres, selon toujours ces mêmes sources quand Ngouabi a posé la question à Yombi sur ses reunions nocturnes celui-ci lui a repondit qu’ ils voulaient créer une associassion, imaginons seulement si c’ était maître Matongo,Kolelas, Mouzabakani, Placide Lenga, Mounsaka qui tenaient ces reunion nocturnes je pense que le president Marien Ngouabi aurait bondi sur l’ occasion pour denoncer la préparation d’ un coup d’état au cours d’ un meeting qu’ il affolait d’ organiser. Il a été seulement victime de son tribalisme envers les bakongos alors que ses vrais ennemis étaient simplement autour de lui.

  30. Anonyme dit :

    Paulin MAKAYA vient d’être accusé d’assassinat et d’atteinte à la sécurité de l’état par le Pro Cul Terreur de Brazzaville oko gakala …. rien ne s’arrêtera donc dans ce pays de merde ?

  31. Anonyme dit :

    Les Congolais sont trop gentils avec toute cette merde qui nous détruit à petit feu, il faut lancer une fatwa contre toute cette mafia, ne leur laissons plus un seul instant de répit et de liberté.
    Ce n’est plus tolérable….

  32. Mouchicachica Le Petit Poussin - Milicien ou Militaire ? dit :

    inconnu et zabazaba,

    Vous tapez très juste sur M. Ngouabi à propos. On ne l’oubliera jamais! C’est bien sous son règne par ailleurs, qu’effectivement le phénomène « yaka noki noki, tiket na yo ekofutama awa, pesa kaka kombo na mokumbi mpepo », a connu son avènement fracassant, pendant que son essor bruyant fut quasiment un cas de figure exceptionnel pour ne pas dire une grande première, sur toute l’étendue du globe terrestre, dans le business de l’aviation commerciale. En tout cas, il faut être un apparenté de l’être humain ‘du haut de la hampe’ pour le faire: sans blague! Et, nous y voilà – on connaît la suite…

    Sans l’ombre d’aucun doute, Marien Ngouabi était un grand tribaliste. Même si, (désolé), ces gens-là osent embrouiller en ‘adorant’ les femmes du Sud et se souviennent toutefois opportunément selon une pédagogie cacophonique et très peu civique, de circonvenir leurs instincts animals inéluctables. Au fond, ce n’est que de la malice ou la ruse à dessein.

    Méfiez-vous dorénavant par conséquent, des petits ‘militaires/miliciens’ quels qu’ils soient, voulant postuler à la magistrature suprême, dans le Congo de demain. Il faudra reconsidérer sérieusement et profondément certains souhaits ou voeux ardents à tue-tête et éviter à tout prix les mêmes erreurs douloureuses. Sinon, ce serait trop facile et naïvement risqué pour la énième fois…

    Sur ce, tolérance Zero!

    Mais, le démocrate congolais tranchera demain et n’aura plus que lui-même à qui s’en prendre cette fois-là.

    1 homme averti, en vaut 2, dit-on!

  33. MPONDO MBIMI dit :

    A VAL DE NANTES et PASCAL MALANDA

    Merci pour ces souvenirs ! Quelle belle époque !

    Oui belle époque que beaucoup ne connaissent pas et n’ont pas vécu par la faute d’un tyran sorti droit des entrailles de Belzébuth pour détruire notre beau Congo.

    Mineur à l’époque je ne taxais papa, maman et mes grandes sœurs que pour m’adonner à l’insouciance de ma passion des BD : Akim, Zembla, Blec le rock, Buck John et autres.

    Premiers jeux africains à Brazza…. courses cyclistes avec les Niebou
    Les rayons de Monoprix (au carrefour de la gare) et de Parisangha ne m’étaient pas inconnus avec des étals des produits frais venus de la lointaine Occident, où je m’approvisionnais en pommes golden croquantes et raisins frais bien juteux.

    Et pourtant nous n’étions pas d’une famille riche, mais je pouvais me le permettre parce que le coût de la vie était d’un équilibre acceptable, et non de l’actuel démesure.

    Puis vinrent les Premiers jeux Africains… participation aux spectacles ; la venue du roi Pélé (2 fois)au stade de la révolution, qui congratula brillamment notre vaillant gardien Maxime MANTSIMA et son homonyme François MPELE. Le football était une religion à lui seul avec les rivalités : Diables-Noirs, Etoile du Congo, Cara, Patronnage ….

    Les courses cyclistes rythmaient aussi la vie des Brazzavillois avec ses vedettes les Niebou, Nkaya le sprinter, les de L’Anunziata Janot et son frère, l’indomptable NZALAMOUANA Denis dit Sankara et l’inoubliable vieux NKoua dit Vieux Manoir qui n’en loupait jamais une pour susciter l’hilarité générale.

    Aux passions de l’enfance succédèrent ceux de l’adolescence avec la fréquentation des séances de « Matinée » aux cinémas Star, Lux et même Vox au marché de Moungali et ABC. Le cinéma Vogue à côté de la grande poste nous ouvrait aussi ses portes occasionnellement quand on voulait faire les « matalana » à côté des « Mindélés » et enfants de certains notables.

    Les « Salut les copains » achetés assidument à La Maison de la Presse et bien d’autres bouquins et romans policiers déclenchèrent l’appel de l’Occident. Egalement entretenu par un Centre culturel Français réceptif de tous les enfants sans distinction ni élitisme.

    Eh oui le Président Marien NGOUABI se promenait tout seul à pied ou en voiture et prenait même des auto-stoppeurs.
    C’était un autre temps, une époque d’un Congo promis à un avenir resplendissant !

    Puis vint le Diable !

    Celui que l’Abbé Fulbert YOULOU avait prédit : « Un jour vous applaudirez même des fous qui vous gouverneront. »

    SASSOU a diaboliquement assassiné le Congo dans son ensemble !

    Notre beau football fait figure d’épouvantail (jamais qualifié à une phase finale de coupe du monde en 40 ans), plus de courses cyclistes et les autres sports ne font que de la figuration. Pas une seule médaille aux Jeux Olympiques….
    Plus une seule salle de cinéma dans tout Brazza et Ponton…. Aucune bibliothèque municipale… agonie de la culture.

    En contrepartie de tout ça : un abêtissement général assuré par des milliers d’églises sorties des cuisses de Jupiter plutôt que de l’esprit créateur du Divin père.

    Et ce fou est là ! Criminel à foison, usurpateur, destructeur du tissu social, kleptomane clanique, champion du monde des trucages électoraux, tortionnaire immonde et exécrable, pédophile incestueux !

    Un MONSTRE indigne du simple vocable « homme ».

    Dont on doit se débarrasser absolument pour que le Congo puisse à nouveau un jour resplendir.

  34. MPONDO MBIMI dit :

    LIRE PLUTOT

    A VAL DE NANTES et PASCAL MALANDA

    Merci pour ces souvenirs ! Quelle belle époque !

    Oui belle époque que beaucoup ne connaissent pas et n’ont pas vécu par la faute d’un tyran sorti droit des entrailles de Belzébuth pour détruire notre beau Congo.

    Mineur à l’époque je ne taxais papa, maman et mes grandes sœurs que pour m’adonner à l’insouciance de ma passion des BD : Akim, Zembla, Blec le rock, Buck John et autres.

    Les rayons de Monoprix (au carrefour de la gare) et de Parisangha ne m’étaient pas inconnus avec des étals des produits frais venus de la lointaine Occident, où je m’approvisionnais en pommes golden croquantes et raisins frais bien juteux.

    Et pourtant nous n’étions pas d’une famille riche, mais je pouvais me le permettre parce que le coût de la vie était d’un équilibre acceptable, et non dans l’actuelle démesure.

    Puis vinrent les Premiers jeux Africains… participation aux spectacles ; la venue du roi Pélé (2 fois)au stade de la révolution, qui congratula brillamment notre vaillant gardien Maxime MANTSIMA et son homonyme François MPELE. Le football était une religion à lui seul avec les rivalités : Diables-Noirs, Etoile du Congo, Cara, Patronnage …. et ses stars à profusion.

    Les courses cyclistes rythmaient aussi la vie des Brazzavillois avec ses vedettes les Niebou, Nkaya le sprinter, les de L’Anunziata Janot et son frère, l’indomptable NZALAMOUANA Denis alias Sankara et l’inoubliable vieux NKoua dit Vieux Manoir qui n’en loupait jamais une pour susciter l’hilarité générale.

    Aux passions de l’enfance succédèrent ceux de l’adolescence avec la fréquentation des séances de « Matinée » aux cinémas Star, Lux et même Vox au marché de Moungali et ABC. Le cinéma Vogue à côté de la grande poste nous ouvrait aussi ses portes occasionnellement quand on voulait faire les « matalana » à côté des « Mindélés » et enfants de certains notables.

    Les « Salut les copains » achetés assidument à La Maison de la Presse et bien d’autres bouquins et romans policiers déclenchèrent l’appel de l’Occident. Egalement entretenu par un Centre culturel Français réceptif de tous les enfants sans distinction ni élitisme.

    Eh oui le Président Marien NGOUABI se promenait tout seul à pied ou en voiture et prenait même des auto-stoppeurs.
    C’était un autre temps, une époque d’un Congo promis à un avenir resplendissant !

    Puis vint le Diable !

    Celui que l’Abbé Fulbert YOULOU avait prédit : « Un jour vous applaudirez même des fous qui vous gouverneront. »

    SASSOU a diaboliquement assassiné le Congo dans son ensemble !

    Notre beau football fait figure d’épouvantail (jamais qualifié à une phase finale de coupe du monde en 40 ans), plus de courses cyclistes et les autres sports ne font que de la figuration. Pas une seule médaille aux Jeux Olympiques….
    Plus une seule salle de cinéma dans tout Brazza et Ponton…. Aucune bibliothèque municipale… agonie de la culture.

    En contrepartie de tout ça : un abêtissement général assuré par des milliers d’églises sorties des cuisses de Jupiter plutôt que de l’esprit créateur du Divin père.

    Et ce fou est là ! Criminel à foison, usurpateur, destructeur du tissu social, kleptomane clanique, champion du monde des trucages électoraux, tortionnaire immonde et exécrable, pédophile incestueux !

    Un MONSTRE indigne du simple vocable « homme ».

    Dont on doit se débarrasser absolument pour que le Congo puisse à nouveau un jour resplendir.

    P.S : Autres dégâts du MONSTRE d’EDou

    – Médiocratisation de tout le système scolaire et universitaire, alors que le Congo était le pays le plus alphabétiser d’Afrique.

    – Destruction de tout le système de santé, alors que l’Hôpital Général (CHU) était le plus beau fleuron médical de l’Afrique Centrale.

    – Assassinat programmé du CFCO (chemin de fer), à l’époque l’un des meilleurs chemin de fer d’Afrique.

    – Instauration généralisée de la kleptomanie en système de gouvernance et de gestion de la chose publique.

    – Clanisation du commandement de toutes les forces publiques…

    pour ne citer que cela.

  35. VAL DE NANTES, TUEZ LES TOUS ET REVENEZ SEUL , c'est qu'applique SASSOU SANCHO dit :

    @ MPONDO MBIMI
    Eh oui , nous n’étions pas riches , mais quelle joie .eh oui NIEBOU , mon cher ami ce coureur qui nous a fait vibrer ;Ce centre ville jadis parfumé , contrairement à celui d ‘aujourd’hui , on y trouve des ngandas , des endroits insalubres , à 14h plie , plus personne ne s’y erre .
    Le centre ville est réduit comme peau de HUGUES ;
    LA MADELEINE lieu d’où sort ,une lumière occidentale , sinon , le reste ressemble à la morgue .
    On parle d’un transfert de centre ville à KINTELE , nous leur souhaitons bon vent , au cas où ils prendraient le large , après avoir sucé à gogo , la partie sud de BRAZZA ;
    D’ailleurs leur MEIN KRANF en fait l’apologie .
    Voilà , ce CONGO déchiqueté que laissera à la postérité , celui se prétend le ROI DU CONGO au prix des milliers des morts congolais , pour un résultat dont les congolais ne se relèveront pas de sitôt .
    NGOUABI parfois nguembo , pendant le concert de SUPER BOBOTO A MOUNGALI
    TUEZ LES TOUS ET REVENEZ SEUL EH OUI QUI A VU CE FILM ; est brazzavillois ;;;;;;
    C’était mon frère MPONDO , j’en ai des larmes notre CONGO sans SASSOU SANS LARI SANS MBOCHIS SANS PETROLE …..
    Faut il être pauvre pour s’aimer ?????????????????????????????????

  36. AUX AMATEURS DE LA COMPTABILITE MACABRE DU CONGO! LES 2 PREMIERS COUPS POLITIQUES AU CONGO ETAIENT BIEN L'OEUVRE DE YOULOUPATRIOTE ATTERRE dit :

    1- Le premier ce fut l’éviction du Progressiste TCHICKAYA par Youlou avec l’aide de H. BOIGNY après un rapport de AZOUME le recruteur de SASSOU dans les réseaux FOCCART. C’EST BIEN YOULOU QUI A VENDU LE CONGO AUX RESEAUX FOCCART et plus grave par les manœuvres d’un Béninois agent de H.BOIGNY qui va recruter un jeune qui s’appelait SASSOU DENIS chargé de la sécurité au portail de la Présidence. Il parait que KOLELA n’est pas très clean sur sa mort par poison….
    C’EST CA L’IRONIE DE L’HISTOIRE PUISQUE LA DÉCISION D’ASSASSINER MARIEN NGOUABI SERA PRISE A ABIDJAN.

    2- Le Second est bien connu, c’est celui qui conduira aux tristes événements de 1959 avec l’achat de conscience du député YAMBOT.
    ALORS INCONNU REVISITEZ LES ANCIENS… pour connaître l’histoire tumultueuse du Congo.
    On voit bien qu vous n’êtes pas CORBEAU!!!!

    NOUS ENFANTS DE POTO POTO NOUS CONNAISSONS LA FRATERNITÉ INNOCENTE QUI NOUS LIAIT ALORS GARDEZ LE VENIN DE LA HAINE TRIBALE POUR D’AUTRES.

  37. Anonyme dit :

    Et pendant ce temps le tyran de l’Alima continue inlassablement son travail de destruction massive.
    Paulin MAKAYA vient d’être accusé d’assassinat et d’atteinte à la sécurité de l’état par le Pro-Cul- Terreur de Brazzaville oko gakala ……. qui sera le prochain ??? Mokoko sans doute.

    Combien de temps encore les Congolais resteront que de simples spectateurs de leur propre agonie.
    Rien ne s’arrêtera donc dans ce pays, qui est devenue un pays de merde…..

  38. Okotaka Ebalé dit :

    Le pauvre moineau de potal est en extase hors du monde sensible, celui des grands oiseaux. Etait-il éventuellement l’un des premiers qui cria, ‘Youlou a tout volé’ ? Ce dernier avait bien prédit que vous applaudirez un fou. Mais celui-ci, le potin, dans la béatitude de la griserie, il ne tarde tant qu’il absolve un diable avec deux (2) misérables petites fantaisies de choucas au plumage noir.

    P A T H E T I Q U E !

    Pas étonnant du tout qu’Il a fallu naguère plus qu’un oiseau pour refouler ce fou d’Edou, des Etats-Unis d’Amériques.

  39. mwangou dit :

    @ Bonguissa … »LE CONGO n’était pas du tout aussi heureux sous MASSAMBA- DÉBAT avec sa sinistre JMNR, sa sinistre prison MAKALA ,avec ses assassins MATSOKOTA ,CASTRO et autres …. .Il ne faut pas avoir la mémoire sélective….Bon sang »
    Vous avez tout à fait raison de le souligner. je ne savais pas cependant qu’il y avait un assassin du nom de Matsokota, que je croyais être la victime de cette période. La terreur s’appelait Castro, Mabouaka à qui, j’ai eu le culot de m’adresser pour qu’il nous donne sa version d’histoire de cette époque, et Ngayot. Ceci remonte à l’après guerre de 1998 – 2002: Mabouaka qui avait bien voulu nous recevoir, nous étions deux, mon ami de cette rencontre n’étant plus de ce monde, nous avait dit ceci:  » Oui, j’en sais des choses sur ce pays. Mais vous voulez qu’on en parle! Etes-vous prêts à accepter la prison?… J’en sais des choses, mais je vous dis seulement que moi, je n’étais qu’un acteur, comme au cinéma… quand on regarde un film, l’action de l’acteur n’est possible que par les actions des autres qu’on ne voit pas…Il nous révéla, que des militaires et des députés devraient passer aussi devant la barre pour répondre de leur assassinats, lesquels étaient connus comme étant commis par Castro et Mabouaka… ». Sous Massamba-Débat, le ciel n’était pas qu’au beau fixe; il y a eu beaucoup de pleurs et des grincements de dents…
    @ Inconnu… d’accord on peut accorder à Massamba-Débat d’avoir su continuer la gestion saine de la chose publique héritée de Youlou; y compris d’voir concrétiser les projets économiques de Youlou, dans un esprit de continuité de l’Etat, notion qu’ils avaient reçue de l’école coloniale… Mais Massamba-Débat a été le premier à ouvrir la boite de la sensibilité tribale, faisant le jeu des tribalistes qui se tenaient embusqués, attendant leur tour…Il n’avait pas été franc pour reconnaître que Youlou avait pris l’assez juste mesure de la donne politique de l’époque, ce qui l’avait conduit à lancer l’idée d’une pause sociopolitique par rapport au jeu démocratique, en proposant la création d’un grand rassemblement politique sous forme de parti unique. Cette idée sera l’un des prétextes saisis par l’opposition pour le contester jusqu’à sa démission. Youlou quitte le pouvoir, mais aussitôt, les fameux révolutionnaires, récupèrent tout son travail politique, et lance le parti unique, en récupérant jusqu’au slogan « Tout pour le peuple »…Le MNR est le résultat de la réflexion politique de Youlou, pensait-il à l’époque, pour stabiliser la situation sociopolitique et le reste, passer à la vitesse supérieure pour le développement économique: parmi les projets économiques, il y avait la cimenterie à Loutété.
    De mon petit constat, j’avance que des individus très complexés, arrivés au sommet de l’Etat, n’ont pas pu se débarrasser de leur complexe, et ont voulu se valoriser en assiégeant la dignité des autres, car leur complexe était/est souvent d’infériorité: Il s’agit de Massambat-Débat, de son successeur Ngouabi, et de Sassou Nguesso. Leur point commun, c’est d’avoir vécu une enfance difficile, à la limite de ce qu’on qualifierait aujourd’hui, d’enfance marginale ou enfant de la rue. sassou nguesso l’a révélé à demi mots dans son livre « le fleuve, le manguier et la souris », dont on dit au passage que, pour un instituteur formé, il ne sait pas ce qu’est un fleuve, l’Alima n’étant qu’une rivière…
    Nous avons fort à faire avec notre histoire, surtout que nous sommes trop sensibles à nos micros cultures.

  40. Robert Moké dit :

    (Deux ‘premiers’ [coups] politiques) !!!???

    C’est quoi, la politique ???

  41. CD JUMEAU dit :

    Merci à tous les anciens pour ces beaux souvenirs partagés ici. Les souvenirs d’un Congo-uni où il faisait bon vivre. Même avec peu des moyens, les Congolais n’avaient rien à envier des civilisations occidentales qui passent leurs temps à mener les guerres des conquêtes, ces hommes blancs qui ont tout mais qui manquent l’amour de l’autre. Quant à nous autres qui sommes nés que vers la période de la fusillade de Marien NGOUABI, nous n’avons pas connu grand chose sinon le début de l’effondrement du pays avec aussi, la destruction des milliers des vies humaines. Néanmoins, je me souviens de MONOPRIX où mon père m’y emmenait (au centre-ville, Poto-Poto), BATA et le cinéma RIO (Marché Total, Bacongo) et j’avais connu le pain qui coutait 25F à la boulangerie. Nous étions ces enfants qui lisaient les BD… Tintin au Congo, Rodéo Tex Willer, Asterix, Oncle Picsous… J’avais pu admirer les sauts de Maitre CHARLIE en parachute, certains matchs de foot (mais j’étais plus athlétisme) avec les gens que coutoyait mon père comme les WAMBA la José, le BONAZEBI ‘Saviem’, les MAMOUNOUBALA Jacques des aiglons CARA (décédé il y a quelques mois, paix à son âme)… Dans les quartiers, tout le monde partait à l’école et redoublait la classe quand il n’avait pas le niveau, les foyers congolais mangeaient le matin, midi, soir et l’eau (source de vie) coulait à flot dans les robinets. Je regrette de ne pas avoir connu les autres coins de Brazzaville à part mon Bacongo + Makélékélé et juste un peu le centre ville (Poto-Poto). Mais, d’après les dires des compatriotes et à l’unanimité, le congolais, dans son ensemble, vivait épanoui, le congolais était intègre (on se distinguaient très facilement des Zairois), le congolais aimait sa vie au Congo… jusqu’au jour où est venu s’installer le DIABLE au commande de notre pays et à mis en place un maléfice pour tout broyer. C’est à partir de là que ce qui était le rêve congolais, où on voyait même un président de la république circuler seul dans sa voiture, a viré à un épouvantable cauchemar. Dans mon quartier (Mpissa, Bacongo), l’eau n’a plus coulé depuis déjà vingt (20) ans.

    Mais aujourd’hui chers compatriotes, nous, le peuple du Congo, nous allons lutter pour qu’un jour nous refondons cette nation Congolaise (Lari, Téké, Mbochi, Bembé, Vili…) en lui redonnant ses valeurs d’antan et mieux encore.

    L’année 2017, c’est l’année que nous avons choisi pour quitter les États-Unis et nous installer en France (MAY GOD BE WITH US), d’une certaine manière plus proche du Congo, ce pays que nous voulons voir UNI comme au temps d’OPANGAULT, YOULOU, DEBAT. Nous savons que le dictateur-usurpateur qui bombarde le Pool actuellement sera vaincu ainsi que tous ses lieutenants qui terrorisent le peuple. Pour cela, NOUS DISONS ET RÉPÉTONS AUX RESPONSABLES DE L’OPPOSITION (aux rares vrais opposants) D’ARMER TOUS SIMPLEMENT LE PEUPLE, DE NOUS ARMER, NOUS, LE PEUPLE COURAGEUX, POUR QUE NOUS NOUS LIBÉRONS DE SES OPPRESSEURS BARBARES ET LEUR SOUTIEN LA FRANCE. La seule chose que j’aime de ces français c’est RIEN sauf leur langue, en parlant et non en écrivant -D’abord il faut distinguer les noms féminin et masculin avec les « le- la » mais ensuite, les complications des accords en écrivant, pourtant muets à l’orale. LA FRANCE N’AIME PAS LES AFRICAINS, TOUT CE QUI L’INTÉRESSE CE SONT NOS RICHESSES.

    Nous savons aussi qu’il y a des soldats du camp ennemi qui rejoignent la résistance, à l’exemple de ce soldat qui se présente comme JACKS OKOUYA. Cet homme semble très révolté contre ses anciens maîtres et il donne des informations très très utiles avec précisions. Il semble détenir des secrets bien gardés qui pourront précipiter la chute des dinosaures de Brazzaville. Il à aussi l’air un peu courageux et assume son entière responsabilité dans plusieurs opérations macabres qu’il avait mené aux cotés de l’ennemi contre le peuple, ce qui est déjà une faute avouée donc à moitié, disant au quart, pardonnée. L’homme qui se présente comme JACKS OKOUYA a aussi dit d’avantage des choses sur ce que nous savions déjà à propos des faux combattants (les BAKWA, les MAKOSSO…), ces faux combattants affamés qui tiennent des postures selon la position du vent, comme d’ailleurs leurs semblables responsables pourri-tiques (les KOLELAS, les TSATI) qui eux aussi suivent le vent. L’information la plus URGENTE que nous savions dèjà aussi et qui a été révélée par le soldat qui se présente comme OKOUYA c’est que le président qui est en prison est bien le gagnant des élections présidentielles de Mars 2015. Je sais que les KOLELISTES voulaient créer une sorte de confusions entre celui qui était arrivé en premier et le deuxième, donc, entre le président MOKOKO et leur KOLELAS,en voulant placer ce dernier en tête. Mais, ils n’ont JAMAIS convaincus personnes à part eux-mêmes! Et pire encore, ils avaient aussi tenter de mettre le DIABLE en deuxième position et J3M en troisième. Je vais vomir! Pouah!!! Et puisque nous y sommes, il se trouve aussi que le DIABLE, alias Mr 8%, même ses huit pour cent ont été un bourrage des urnes à certains endroits, selon toujours notre très gentil repenti soldat se présentant comme JACKS OKOUYA.

    Le peuple vaincra! Vive le Congo!

    Sorry for the mistakes, I don’t have time to read again and again.

  42. David Londi dit :

    Dresser la liste de toutes et tous ceux qui ont donné leur vie ne relève pas d’une démarche macabre, loin de là. Dans tous les villages de France et de Navarre trône, sur la place centrale, un monument aux morts avec la liste de toutes les victimes de 14-18 et de 39-45. C’est tout simplement leur sacrifice pour la patrie. C’est donc un geste de reconnaissance.
    Les premiers assassinats politiques au Congo ont bien eu lieu en 1965. Massamba Débat en a été acquitté, la cour ayant estimé que les seuls responsables étaient ses collaborateurs : Noumazalaye, Lissouba, Ndalla, Hobbes sa, etc.). La conférence nationale, en 1991, l’acquittera définitivement de ces faits.
    MassambaDébat, n’ayant pas une assise populaire stable et éreinté par l’activisme des jeunes pousses de l’armée, pétries d’ambition, des débats interminables entre les tenants du socialisme scientifique et lui, pro socialisme bantou, tout ceci exaspéré aussi par l’opposition de droite (Mouzabakani, Kolela, Kinganga) et les laris qui lui reprochent l’éviction de Youlou, le poussera à s’appuyer sur la défense civile pour faire le pendant avec une partie de l’armée qui lui était hostile. Ici l’on retrouve donc les Mabouaka, Castro et Diawara). En effet le duo de Mabouaka et Castro sera la terreur à Bacongo.
    Youlou a bien bénéficié du soutien de H. Boigny, soutien dont il va vite se détacher après son échec aux élections législatives auxquelles sera élu Tchikaya à cause de l’hostilité des Matsouanistes qui ne pouvaient pas cautionner ses copinages avec les assassins de Matsoua. Il va donc se recentrer sur les réalités politiques congolaises en devenant un pro Matsoua.
    Tous les pays nouvellement indépendants, à l’exception notable de Sékou Touré, ont été embrigandés dans le réseau Foccart et la thèse qui consiste à dire que Youlou a vendu le Congo au réseau Foccart est applicable à toute l’Afrique subsaharienne francophone, colonisée par la France.
    Le trio Ngouabi,Yhombi et Sassou a bien instauré le tribalisme comme mode de gouvernement et inauguré l’ère des coups d’état. Cette philosophie a bien été pensée, théorisée et appliquée par les cadres militaires et politiques de la partie septentrionale du pays. Gagner des élections par la voie démocratique était démographiquement impossible. Là où J.Opangault avait échoué avec le MSA, eux ils voulaient réussir. Mobiliser les Nordistes par de petites piqûres toutes les fois que cela était possible : Ngouabi, en évoquant la guerre de 1959 et Sassou avec son « les Bakongos ba bomi…) ». C’est dit !

  43. M dit :

    Eh bien le devoir de mémoire s’impose à tous. Certains esprits ne l’on pas encore compris ou disant n’ ont toujours voulu le comprendre car parcequ’ ils sont corromputs ou trop idiots et incaples à la moindre analyse. Sassou Nguesso est l’énnemi nr 1 du Congo. Ce Monsieur et sa clique sont des des grands criminels, des individus sans foi ni loi qu’il faut vite se débarasser par tous les moyens.

  44. @ LONDI! C'EST PLUS REFLECHI! MAIS MARIEN NGOUABI DEVAIT IL SE LAISSER ASSASINER PAR LES SBIRES DE DEBAT POUR PLAIRE AUX BAKONGO??? PATRIOTE ATTERRE dit :

    NON ÉVIDEMMENT!
    Tout le monde le sait maintenant! MAMAN MBOUALE avait pour compagnon un KONGO qui n’est pas le géniteur de Marien ORPHELIN très jeune! Fils de OSSERE.
    Formé à l’école française, MARIEN NGOUABI détestait les milices et celles-ci le lui rendaient bien! Patriote jusqu’aux bouts des doigts son assassinat manqué fit quand même une victime : LE JOUEUR DES AIGLONS CARA mitraillé dans sa Volkswagen à Ouenzé. Il possédait la meme voiture.
    Donc il y a de la légitime défense!
    Soldat d »élite et je le regrette personnellement pour lui, il a commandé les militaires GAP qui ont assassiné le Capitaine BIKOUMOU accusé de préparer les troupes pour accueillir les mercenaires venant de KINSHASA pour rétablir YOULOU au pouvoir sous MASSAMBA DÉBAT. En tout cas, les fonds passaient par lui pour envahir le CONGO.

    MALGRÉ LES VICISSITUDES DE L’HISTOIRE, JE M’ACCROCHE A DÉBAT ET NGOUABI COMME MODÈLES DE PATRIOTISME POUR LE CONGO!

  45. David Londi dit :

    Désolé, je n’ai pas relu mon post. Il y a quelques erreurs :
    C’est tout simplement leur sacrifice pour la patrie = C’est tout simplement leur sacrifice que la nation veut honorer;
    Mobiliser les Nordistes par de petites piqûres toutes les fois que cela était possible : Ngouabi, en évoquant la guerre de 1959 et Sassou avec son « les Bakongos ba bomi…) » = Mobiliser les Nordistes par de petites piqûres toutes les fois que cela était possible : Ngouabi, en évoquant la guerre de 1959 et Sassou avec son « les Bakongos ba bomi…) s’inscrivait dans la stratégie de placer cette vision dans le débat politique pour mieux mobiliser nos compatriotes du nord !

  46. David Londi dit :

    Hombessa, au lieu de Hobbes ! Désolé !

  47. En Bref dit :

    Bien !

    Tous les ambassadeurs américains sous Obama ont été sommés par DJ Trump, de quitter leur poste au plus tard ce 20 janvier, sans exception…

    (Sans période de grace !)

  48. David Londi dit :

    @Patriote attérré,
    je te remercie avant tout d’avoir pris le temps de lire mon post. Maintenant, venons-en à l’essentiel. Je n’ai nullement l’intention d’accuser ou de juger, des années plus tard, les acteurs politiques de cette période. Je laisse ce soin à l’Histoire avec un grand H. Mon combat se focalise autour du tribalisme parce que je suis fortement convaincu qu’aucune partie ne gagnera contre l’autre. J’essaie donc, à mon modeste niveau, d’analyser cette période trouble de notre jeune République. Il est permis, dans toutes les démocraties, des joutes politiques, c’est la nourriture de la démocratie. Je reproche au trio Ngouabi, Yhombi et Sassou d’avoir introduit le poison qu’est le tribalisme comme mode de gouvernement. Ce sont des faits.

    Cette stratégie a exaspéré les relations nord / sud ou plus précisément Bakongos / Laris contre les Mbochis alors que tout le monde sait que cette vision des choses est une vaste duperie. Le tribalisme comme système de gouvernement n’est pas un fait social, il est plutôt un fait politique. Nous avions vu, dans les années 60, des alliances se faire et se défaire au gré de formation des majorités pour gouverner. C’est ainsi que le PPC de Tchikaya, plutôt centriste, va s’allier avec le MSA d’Opangault de tendance SFIO, ancêtre du parti socialiste français dont il était d’ailleurs une section pour faire échec à l’UDDIA de Youlou.

    Malheureusement la guerre de 1959, une centaine de morts, mythe fondateur et structurant de la duperie du tribalisme jusqu’aujourd’hui de la vie politique congolaise : d’un côté les Bakongos / Laris et de l’autre les Mbochis, nous coûte de milliers de morts. Nous aurions pu dépasser et terrasser cette construction politique dans les années Massamba Débat (63 – 69) au moment où le débat avait quelques élans plutôt idéologiques, même si elle n’avait pas disparu dans certains esprits, mais le monstre avait été réveillé par Ngouabi dès son premier discours comme pour sonner le rappel autour des fâcheux évènements de 1959 pour consolider l’unité des fils du nord. Cela était-il nécessaire ? Dans quel but ? Ngouabi a réssuscité un monstre qui l’a mangé. C’est vraiment dommage.

    J’ai combattu sa politique quand j’étais à la FEANF dans ma section AEC de Belgique surtout lors de la grève des Etudaints de 73-74 quand beaucoup de mes amis se sont retrouvés affectés à l’enseignement interrompant ainsi leurs études, moi, j’avais eu la chance, après mon bac, de bénéficier d’une bourse pour la Belgique. Je le combattais politiquement parce que les prémices d’un développement industriel mis en place par Massamba Débat étaient progressivement laissés en jachère, le taux de scolarisation qui était l’un des plus élevé d’Afrique baissait, faute de politique d’éducation lisible, etc. Je l’ai aussi combattu sur le terrain du Tribalisme et adhérais au constat de mes compatriotes du M22 parce que ertains d’entre eux étaient de ma promotion comme Ebundi Pierre, Malonga (ancien enfant de troupe et ami intime), Mbemba, etc. A l’époque Sassou était à la sécurité d’Etat, il avait d’ailleurs signé mon passeport.

    Ce qu’il faut reconnaître à Ngouabi c’est qu’il a eu la clairvoyance de se rendre compte que le monstre qu’il avait contribué à ressusciter plongeait le pays dans un marasme social, économique et politique insurmontable. C’est fort, mais sa bête est devenue un tyrannosaure !

  49. AU CONGO, LES ESPRITS SIMPLES PENSENT TOUJOURS QUE L'AUTRE EST PLUS TRIBAL QUE SOI-MEME!! PATRIOTE ATTERRE dit :

    @cher Ami LONDI,
    Je ne suis pas historien! mais ce que j’ai pu lire en consultant les archives d’une époque où je n’étais pas encore né m’a laissé sans voix. Pendant la guerre, le petit WILLY MATSANGA me racontait des histoires que je prenais pas pour argent comptant, et ce n’est que ces 6 derniers mois avec les archives de ANTOINE HAZOUME que j’ai pu me rendre compte mon ignorance de la plupart des facteurs déclenchant des crises socio-politiques du Congo.
    Je suis ingénieur et Économiste financier alors je conseille à tous ceux qui ont pour métier les recherches historiques d’essayer de LIRE LE FONDS HAZOUME. JE N’AI PLUS LE MÊME REGARD SUR YOULOU ET HOUPHOUET BOIGNY.
    ANTOINE HAZOUME a été à l’origine de la brouille entre F TCHICKAYA et H BOIGNY en faisant passer le premier pour un dangereux progressiste malgré une amitié de 30 ans. Les réseaux FOCCART ont mis par la suite le grappin sur le Congo par cette faille dont les nous connaissons encore les répliques.
    J’ai vécu à Abidjan et un jour le sergent chef IB commença à donner des informations sur les coups montés au Congo et en Angola à partir d’Abidjan et quelle ne fut pas ma surprise quand il donna donna des détails sur la Décision d’éliminer MARIEN NGOUABI à cause des revendications de plus en plus pressantes sur le pétrole.
    Le mot d’ordre était  » Il risque de donner le mauvais exemple aux autres ». La suite nous la vivons encore dans notre chair.
    Enfant de Poto- Poto, c’est en 1997 que j’ai découvert que certains de mes voisins étaient MBEMBE ou BALALI ou KUNI etc…On s’en fichait royalement. Pour nous c’était les meilleurs qui étaient admirés. Nos idoles: BOUKAKA, AKOUALA ONGAGNA EXCELLENT, DIAWARA; LOKALINGA GAVO MOTEUR, Pr MBOUAMOUE, HENRI LOPES, JP NGOMBE, SEKOU TRAORE et malheureusement aussi le SINISTRE ADADA.
    EH OUI MARIEN NGOUABI un Homme responsable et modeste, pour qui je faisais des kilomètres pour voir ses sauts de parachutiste et ma mère me tannait les fesses à mon retour!
    JE SUIS CONVAINCU QUE CET HOMME N’ÉTAIT PAS UN TRIBALISTE. ET JE SUIS UN SUDO-NORDISTE AVEC DU SANG MÊLÈ SUR 3 RÉGIONS.
    TELLE EST MA VÉRITÉ.
    PS: SASSOU fut recruté dans le giron de la FRANCEAFRIQUE par ANTOINE HAZOUME quand il était à la sécurité de Youlou, YOMBHI par la CIA à Moscou donc ces gens ne partageaient que la région avec MARIEN NGOUABI.

    Bien à vous!

  50. David Londi dit :

    @ mon ami AU CONGO, LES ESPRITS SIMPLES , merci pour ces informations. Je ne remets pas en cause ce que vous écrivez. Je pense qu’il faut embrasser l’Histoire du Congo dans sa totalité avec ses contradictions. Les informations que vous me donnez sont cohérentes mais elles n’expliquent pas les raisons profondes des transformations politiques au Congo. Un regard critique sur cette évolution vous conduira aux coclusions que les années 69-70 ont marqué un tournant dans l’Histoire politique du Congo. Beaucoup d’observateurs ont dénoncé cette situation, les plus importants d’entre eux sont les fondateurs du M22 avec Diawara en 1972. J’essaie, modestement, de traquer les faits (je suis aussi ingénieur et économiste, spécialité Management des e-Organisations) parce que je suis convaincu que ce débat est incontournable pour dépasser la duperie du Tribalisme. C’est une fumisterie inventée par les hommes politiques pour se maintenir au pouvoir. Cette Histoire est à construire et nous devons objectivement et rigoureusement en présenter les faits, rien que les faits. Mes parents ont élevé un jeune garçon venu de Makoua et nous avons des relations de frères. Le sens de mon militantisme est de dézinguer cette duperie parce que je sais qu’elle fait mal sur les plans économique, social et politique. C’est avec intérêt que j’irai consulter le document que vous avez présenté !

    Bonne journée !

  51. Sentiment Awa - `C'est Pas La Peine Kobomba ~ Bolingo Ekomi Na Point Carré` dit :

    « MAIS MARIEN NGOUABI DEVAIT IL SE LAISSER ASSASINER PAR LES SBIRES DE DEBAT POUR PLAIRE AUX BAKONGO??? »

    Supposons, soit, pour les besoins de l’argumentation!

    Mais, et Youlou alors? Sans vouloir graver à nouveau ici tout ce que vous osez regorgiter sur lui selon votre estime et, de par une histoire que vous aviez semble-til tout simplement lue d’un certain auteur, pour ne pas le citer, ou bien socialement contée certes de manière affable et désintéressée par des amis ou autres relatifs, n’avait-il pas lui, en outre, un pouvoir politique? Ou devait-il tout bonnement et affectueusement célébrer en toute douceur la messe au palais, quoi qu’il en était? Quoi, parcequ’il était prélat?

    Bon, sérieusement! Toujours est-il que, il est paisiblement parti à la fin en toute civilité (même par virtuelle comparaison), sans aller exposer ses ennemis politiques morts au stade de la Révolution ou chercher à embraser le pays comme le lui demandait le colon: il dit ‘non’… Quelle classe rare, tout de même, qu’on le reconnaisse ou pas, au delà des pressions tout azimut!

    Ecoutez, jeune homme, vous ne pensez néanmoins pas que les aînés ici qui ont vécu de visu cette histoire à leur époque, en toute conscience, n’ont rien de mieux à faire que de venir balancer une recette de Béchamel rapide et facile sur le feu Marien Ngouabi, par « simplicité d’esprit », ou que sais-je encore, fantasme tribal? Et pourtant même, cela nous vous empêcherait de l’admirer comme vous l’éprouviez autrefois, et du reste le resentez encore.

    Quels autres bouquins aviez-vous lus là-dessus, cher compatriote, deux, trois, ou plus? Si je puis demander, par curiosité! Comprenez aussi par là la médisance légendaire de certains, si l’on considère qu’il y a également eu des livres au Congo qui stipulaient, on aurait dit (carrément), entre autre: `Oko montre la mer à Tati`!

    A moins de me tromper, mais si l’on vous suis bien par votre présente posture, `si` vous, vous aviez à choisir entre le commandant Marien Ngouabi et l’abbé Fulbert Youlou, votre choix est très clair, selon les informations que vous croyez avoir glanées ici et là. C’est votre libre choix, bien entendu!

    Enfin, je pense que Londi a su brosser succinctement l’essentiel pour éclairer votre lanterne.

    Je ne le dirais jamais assez, le Congo a du chemin de croix, avec son peuple, du pain sur la planche. Autrement, c’est pratiquement la même histoire depuis toujours. Si ce n’est pas Fulbert Youlou, c’est Paulin Makaya, sinon, c’est nous les tribalistes… Elle est donc bien réelle, en tout cas, ne pas la négliger, cette sale réalité très désagréable. Ça démange de partout!

    (`Hambe mpelo mpe, menga me nandi`, me disait la meilleure maman de toute la terre…)

    Tout simplement_

  52. Sentiment Awa - `C'est Pas La Peine Kobomba ~ Bolingo Ekomi Na Point Carré` dit :

    (…cela *ne vous empêcherait de…)

  53. Sentiment Awa - `C'est Pas La Peine Kobomba ~ Bolingo Ekomi Na Point Carré` dit :

    (…si l’on vous *suit bien…)

  54. INCONNU dit :

    @mwangou JE SUIS CONTENT D AVOIR SOULEVE UN QUESTIONNEMENT VOIR UNE MINI DISCUSSION SUR L ORIGINE DE LA PROBLEMATIQUE POLITIQUE QUI RUINE LE CONGO JUSQU AUJOURD HUI
    SI ON VEUT CONSTRUIRE CE PAYS ALLER DE L AVANT IL EST IMPERATIF QUE LES CONGOLAIS REGARDENT ET COMPRENNENT LEUR PASSE POUR EN TIRER DES LECONS POUR L AVENIR
    QUAND J AI LU TON POST JE VOIS SURTOUT QUE NOUS SOMMES COMPLEMENTAIRES
    CONCERNANT LA PRESIDENCE DE MASSAMBA BIEN QUE CELLE CI FUT BONNE SUR LE PLAN ECONOMIQUE IL FAUT AUSSI RAPPELLER C EST DEBAT QUI INTRODUISIT LE TRIBALISME DANS LE POOL ENTRE LES BAKONGOS ET LES LARIS ALORS QUE LES PEUPLES DU NORD NE FAISAIENT PAS CETTE DISTINCTION EN FAISANT UN DISCOURS EN LARI TRANSMIS A LA RADIO OU IL FUSTIGE LES LARIS . » BALARI KOPU LOU LARI LA TOUKA » ETC….
    CE DISCOURS ETAIT UNE REPONSE A DES MANIFESTATIONS QUI SE DEROULAIENT A BAKONGO POUR RECLAMER LE RETOUR DE YOULOU. EVIDEMMENT IL AURAIT PU REAGIR AUTREMENT MAIS SE PRENANT POUR DIEU IL DIT CE JOUR LA CE QU IL NE FALLAIT PAS DIRE. CES DECLARATIONS NE TOMBERENT PAS DANS DES OREILLENT DE SOURDS PLUS TARD D AUTRES S EN SERVIRONT POUR SEMER LE MAL PARTOUT
    QUANT AUX CRIMES QUI ONT ENTACHES SA PRESIDENCE, IL S AGISSAIT DE LA CONSEQUENCES DE L INSTAURATION D UN SYSTEME DE PARTI UNIQUE ET L INTRODUCTION A UN CERTAIN DEGRE DES METHODES STALINIENNES DE GESTION DE PARTI UNIQUE IMPORTEES PAR UNE GRANGE DE L INTELLIGENTSIA CONGOLAISE DE L EPOQUE.
    SOUS LA PRESIDENCE YOULOU EXCEPTE LA PERESECUTION DES MATWANISTES LE PAYS N AVAIT PAS CONNU DES CRIMES DE SANG COMME CE FUT LA CAS AU COURS DE TOUTES LES PRESIDENCES QUI SUIVRONT.
    LA PRESIDENCE DE YOULOU A ETE UNE PRESIDENCE EXEMPLAIRE .

  55. INCONNU dit :

    @SENTIMENT AWA NGOUABI FUT UN ASSOIFFE DE POUVOIR QUI NE PENSAIT QU A LUI MEME PAS AU CONGO SON PAYS.
    S IL Y PENSAIT , SUITE AU MOUVEMENT DU M22 IL N AURAIT PAS TUE CEUX LA QUI L AVAIT AIDE EN 1968 A RENVERSER MASSAMBA DEBAT JE VEUX DIRE DIAWARA ET SES COMPAGNONS ,
    DE CRIER A LA RADIO COMME IL L AVAIT FAIT EN DISANT QUE LE POUVOIR NE SE DONNE PAS IL S ARRACHE CONFIRMAIT BIEN SES TENTATIVES SOUS MASSAMBA DEBAT
    CET HOMME AVAIT BEL ET BIEN INTRODUIT LE COUP D ETAT AU CONGO AVEC SON COROLLAIRE DE MAUX C EST UNE EVIDENCE
    S IL AIMAIT SON PAYS IL AURAIT RECTIFIE LE TIR APRES LE MOUVEMENT DU M22 EN CONVOQUANT PAR EXEMPLE UN GRAND CONGRES POUR ECLAIRCIR LES CHOSES AU LIEU DE CONVOQUER PLUS DES TRIBUNAUX POUR JUGER ET CONDAMNER A MORT SES FRERES
    CE NE FUT PAS LA LA REACTION D UN PATRIOTE
    BREF C EST UNE QUESTION D HISTOIRE , MALHEUREUSEMENT ETANT DONNE QUE NOS HOMMES POLITIQUES N ONT JAMAIS OU N ECRIVENT PAS DE MEMOIRES POUR L HISTOIRE DE NOTRE PAYS, NOUS N AVONS PAS AUTRE CHOSE QUE DES RECITS ORAUX MAL RETRANSMIS ET DEFEORMES A INTERPRETER POUR ESSAYER DE COMPRENDRE NOTRE HISTOIRE . VOILA POURQUOI CELLE CI EST SI FLOUE

  56. Alerte générale sur la diversion du tyran pour entacher la célébration d'un des moments de notre Mémoire Historique dit :

    Attention, Attention, Alerte générale sur la Mémoire Historique.

    Je voudrais simplement rappeler aux compatriotes congolais que faisons très attention et ayons nous à l’esprit d’être très avisé sur les manœuvres de diversion du sanguinaire tyran sassou nguesso pour nous détourner de nos moments tragiques tels le mois de MARS.
    Tous observons avec effroi la propagande orchestrée à coup d’achat de conscience monnayant billets de banques pour nous vendre l’ organisation courant mois de mars un spectacle dit de la SAPE.
    Nous ne sommes pas contre la SAPE bien entendu.Mais nous sommes contre l’instrumentalisation de cette activité à des fin politiques et entacher la célébration des tragiques événements de mars 1977 qui constituent l’un des moments de notre MÉMOIRE HISTORIQUE.
    Les organisations des victimes et de la société civile devraient prendre à cœur ces faits et faire barrage à cette diversion tyrannique de plus.

Laisser un commentaire