ARRESTATION D’OKOMBI-SALISSA : LE SILENCE DE PARFAIT KOLELAS EST ASSOURDISSANT…Par Patrice Miakassissa

Okombi-Kolelas

Debout peuple Congolais !
Au jour le jour, le spectacle devient affligeant sinon consternant. Ces images de nos leaders exhibés menottés devant la presse nous sont insupportables. Pris dans une folie destructrice, le pouvoir du Congo-Brazzaville a décidé de nous faire passer pour des cancres aux yeux du monde entier.
Nos libertés fondamentales sont violées tous les jours et à tout instant sans que nous ne réagissions. Même les droits de la défense sont royalement ignorés. Les leaders d’hier se taisent en dehors de notre pasionaria Claudine Munari qui seule ose affronter les foudres de la dictature. Au Congo-Brazzaville, le sexe fort n’est pas celui que l’on pense.
Devant ce qui est devenu une parodie à défaut de tragédie, le silence de Parfait Kolelas est plus qu’assourdissant comparable à celui d’une cathédrale en plein hiver. Son ami, son frère d’hier, André Okombi Salissa, embastillé, emprisonné, ne déclenche de sa part aucune compassion ni réprobation même en regardant la direction du vent. Mais, nous savons que le vent avait tourné depuis longtemps. Où est passé cette complicité de façade avec celui que vous appeliez mon frère « Tout bouge » ? Chez les Kolelas, seuls les liens de sang comptent même dans la transmission de parti politique. Nous venons ainsi de comprendre que la politique au Congo n’est pas une affaire de conviction, d’intérêt général, mais de positionnement en vue de préserver les intérêts familiaux. La petite PME politique familiale doit prospérer même au détriment des cadavres des ses propres partisans. Pire qu’un aveugle est celui qui voit mais qui n’a pas de vision. L’histoire nous montre aussi que l’on ne peut faire d’un âne (même dopé) un cheval de course. Clap de fin.
Ce pouvoir nous humilie et nous continuons à tendre l’autre joue afin de recevoir encore et encore des claques. Serions-nous devenus masochistes ? Il fut un temps où Marien Ngouabi disait « Quand ton pays est sale, tu dois te lever et le laver avec ton sang ». Notre démocratie est en danger, souillée, bafouée, piétinée, sans qu’aucun de nous ne lève son petit doigt pour dire STOP SASSOU. Le pays tout entier est pris dans une sorte de léthargie, anesthésié, incapable de la moindre réaction : c’est l’arrêt cardiorespiratoire. Un massage cardiaque externe s’impose pour relancer ce grand corps malade. Face à la barbarie et l’humiliation que l’on nous impose, les mots ne suffisent plus. Il faut passer à l’action. Et cette action s’appelle le soulèvement populaire. N’est-ce pas l’oppresseur qui détermine l’arme de l’opprimé ?
Ces mafieux qui gouvernent le Congo sont allés trop loin dans ce qu’il convient d’appeler une provocation contre tout le peuple congolais qui a dit NON. Notre république (res publica : chose publique) est en danger de mort au risque de basculer dans une monarchie. Ainsi, les Congolais déjà réduits au simple rôle de chanteurs de louange ne seront plus que jamais officiellement confortés dans leur statut.
Il est temps que nous réfléchissons aux solutions idoines à notre problème qui est la restauration de l’ordre démocratique. Tant que cette situation perdure, persiste, c’est que nous n’avons pas essayé toutes les stratégies. Je préfère « la folie des passions à la sagesse de l’indifférence » dixit Anatole France.

Il est temps que le peuple congolais se lève. Unis par le même destin, faisons face avec dignité, abnégation et courage à cette tyrannie qui fait de nous des moins que rien. Nous méritons mieux tant notre pays regorge des ressources humaines, financières, matérielles et minières inestimables.
C’est Albert Einstein qui écrivait : « Le monde que nous avons créé est un produit de notre pensée. Nous ne pouvons pas le changer sans changer notre façon de penser ».
Changeons !

—-

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Diffusé le 23 janvier 2017, par www.congo-liberty.com

Les photos d’André Okombi-Salissa face à ses bourreaux au Tribunal de Brazzaville (23 JANVIER 2017)

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

76 réponses à ARRESTATION D’OKOMBI-SALISSA : LE SILENCE DE PARFAIT KOLELAS EST ASSOURDISSANT…Par Patrice Miakassissa

  1. Makoutou Kélélé dit :

    Guy Brice Parfait Kolelas n’ était même pas à l’assemblée pour ne pas participer à cette mascarade, moi la question que je me pose où sont passé le front 400 pour Okombi salissa et le plan B pour le général ? nous attendons la révolte dans les quartiers nord de Brazzaville, Parfait Kolelas est serein et droit dans ses bottes

  2. LE PATRIOT dit :

    Pensez que Ntsaty Mabiala et Kolelas Parfait qui freinent le changement au Congo, mais un peu du sérieux de sens décernement.
    Pourquoi les agents de l’ordre portent ils les cagoules? Par ce que se sont des légionnaires de légion étranger française portant les noms congolais.
    Il y a une seule solution au Congo Brazzaville, la fermeture de l’ambassade de la France au Congo, la sortie du Congo de la francophonie, switcher sur l’anglais. Couper toutes relations avec la France, pendant une durée au moins de 5 ans.
    Kabila de la RDC a compris que le criminel sassou trimballé le diable Français avec lui c’est pour cette raison qu’il a humilié se criminel. RFI alias télé foufou internationale en a parlé ?
    L’union européenne a dit « nous pouvons qu’agir sur la France qui a des relations particulière avec le pouvoir de Brazzaville »
    Les USA ont dit « la solution de Congo se trouve en France »
    Le CANADA « votre problème c’est la France, mais nous pouvons pas nous ingérer sur les affaires de la France »

  3. kongo dit :

    celui que vous traiter de vendu a longueur de journée doit maintenant défendre celui qu’il a viré de l ‘IDC groupement qu’il a créer soyez cohérant ,après tout c’est une affaire entre des franc maçons ,okombi mokoko bowao munari leur grand maitre c’est bien sassou le grand maitre du loge au Congo ,Kolelas répondras de ces fautes et péchés devant son Dieu puisqu’il est chrétien

  4. kongo dit :

    lire cohérent   

  5. Voilà les réactions des illuminés de parfait kolélas qui tombent , comme quoi nous avons au pool des diplômés parmi ces illuminés soutiens indefectibles de l’escroc parfait kolelas ! Alors que parfait ne cesse de légitimer la barbarie et la pure médiocrité de sassou . Ces malhonnêtes diplômés qui souvent ont des diplômes inutiles, ils sont tous juristes , économistes , sociologues , historiens sans spécialisations ,à la quête d’un siège de député dans l’assemblé de sassou . J’en connais certains personnellement cet écoeurant de voir ces imbéciles venir déverser des contre vérités sur ce site , alors que parfait à fait pire que son père en traîtrise .

  6. mwangou dit :

    Quelqu’un nous a dit sur ce site, je le cite de mémoire: » quand on est ami à sassou nguesso, il faut rester fidèle, sinon il vous le fait payer ». C’est peut-être cela qui guide les politiciens congolais, qui ne sont politiciens que par la volonté de sassou nguesso. Pourquoi s’en prendre à ces députés pour avoir « voté » cette levée d’immunité? Voulez-vous insinuer par là que sassou nguesso avait besoin de ce vote? Vouloir donner une forme quelconque à un fait, c’est savoir se projeter dans le futur. Sassou nguesso sait se projeter dans le futur en tentant de bien maitriser le présent. Ceux qui profèrent des menaces contre lui dans le futur, doivent savoir que lui ou un autre, comptable de ces faits, aura le beau jeu de s’en référer à la décision de la justice.
    @ Mahouka J. et Locko Balossa. Il n’y a pas plus d’illuminés au Pool qu’ailleurs dans la république du Congo. et nos diplômes ne sont pas plus inutiles au Congo qu’ailleurs en Afrique et dans le monde. Car il n’y a que ça comme type de formations… Tant que nous serons dans ce système de corruption, on se plaindra toujours des uns qui ne font pas assez, et des autres qui ne font rien du tout…je ne suis pas membre de parti politique. Mais je sais ce qu’endurent ces politiciens dans ce système. Au Congo, ou on s’engage en politique, alors il faut savoir qu’on est allé se jeter dans la gueule du loup sassou nguesso, ou on reste en dehors, alors il faut savoir se tenir. Pour être en accord avec soi-même, il vaut mieux choisir cette dernière posture. Sous sassou nguesso, c’est se fourvoyer que de penser qu’on peut œuvrer pour le bien de la population en intégrant la bulle politique. Et si vraiment et honnêtement, on était dans cette naïveté de la croire, on s’apercevra très vite des contraintes, et il sera trop tard pour s’en défaire. Sassou nguesso n’est pas M. Ngouabi. … Alors, à moins de préférer compter les morts, ne demandez surtout pas aux politiciens de tenter quoi que ce soit…
    Sassou nguesso est le plus fort dans son élément. Et cet élément, c’est le massacre. Il y croit, plus qu’à ses fétiches, ses prestations d’allégeance à tel ou tel autre dieu ou satan… Sassou nguesso ne croit qu’à la kalach et rien d’autre. Il y consacre le budget de l’Etat. Aucun politicien n’a le budget de l’Etat à sa disposition. Même un ministre n’a pas à sa disposition le budget de son ministère. Tout ce qu’il voit, c’est l’argent de la corruption sous forme de solde, salaire.
    @ Tous, surtout à ceux qui détiennent des vérités sur le système, il faut ne faut pas trop jouer avec le feu, en insultant, en livrant quelques morceaux de son cru, et en menaçant de tout déballer si…. Vous courez le risque de partir de vous évanouir avec vos infos…, comme feu Bouissa Matoko, feu Willy Mantsanga, et bien d’autres avant eux… Quand on se met à proférer des menaces contre sassou nguesso, sachez que lui a le budget de l’Etat pour vous traquer. Et avant que vous ne soyez assommé, livrer tout, vous aurez votre cœur en paix… Pour vous dire, cessez vos insultes, insinuations, et menaces sur les politiciens y compris sassou nguesso. Chercher seulement à informer sans insulter ni menacer.

  7. Anonyme dit :

    Mr miakassissa
    Vous demandez que le peuple se soulève
    Qu’est ce que vous attendez pour donner ce mot d’ordre comme kolela ne l’a pas fait d’une part
    D’autre part à ce que je sache vous avez de la famille au Congo
    Pourquoi vous ne demandez pas à vos parents de descendre dans la rue si pour vous kolélé à trahi créez un parti avec tant d’autres qui pensent que kolélé n’est pas à la hauteur de sa mission
    Franchement même nos parents qui ne sont pas passés par les académies ne raisonnent pas comme vous
    Soit vous êtes de mèche avec le pouvoir soit vous êtes fous

  8. mwangou dit :

    @ Le Patriot : on lit : « L’union européenne a dit « nous pouvons qu’agir sur la France qui a des relations particulière avec le pouvoir de Brazzaville »
    Les USA ont dit « la solution de Congo se trouve en France »
    Le CANADA « votre problème c’est la France, mais nous pouvons pas nous ingérer sur les affaires de la France » ».
    Valls est copain à sassou nguesso. Fillon est copain à sassou nguesso. La France est en période préélectorale. Pourquoi vous là-bas, vous ne vous insérez pas dans cette campagne en informant les français par tous les moyens disponibles et légaux dans ce pays, sur les liens entre la misère des africains et la corruption dans la classe politique française.
    Par exemple, pourquoi ne pas attaquer Fillon sur sa prétendue foi et tradition chrétienne, alors qu’il est lien au grand maitre luciférien congolais? Valls aussi serait mis dedans…
    les moyens d’information à votre disposition sont la distribution des tracts, l’organisation des conférences, l’affichage, ainsi de suite… vous vous y connaissez mieux que je ne peux le prétendre…
    Le reste, c’est à vous de voir.

  9. Iwarangot dit :

    Mon cher Miakassissa, ne répondez pas à cet anonyme. Vous voyez qu’il n’a même daigné décliner son patronyme, c’est un poltron, une racaille de la pire espèce. C’est qui se cachent pour accomplir les basses fonctions. Honte pour le Congo !

  10. Iwarangot dit :

    Mon cher Miakassissa, ne répondez pas à cet anonyme et même pas à mwangou (qui s’est fabriqué un nom pour les besoins de la cause). Un anonyme est un poltron, une racaille de la pire espèce. C’est eux qui se cachent pour accomplir les basses besognes.
    Un jour, lorsqu’ils perdront un être cher au CHTU, ils comprendront que le pays est au fond du gouffre.

  11. le fils du pays dit :

    Je remets ce que j’ai dit il y a quelques semaines et un intervenant sur cette page avait cru que Mr Nkombo avait bien fait en procedant au lavage des mains des criminels

    le fils du pays dit :

    09/01/2017 à 16:47

    Mr Ngouabi a commis la maladresse de ramener au centre du pouvoir dans son sac a dos ceux qui seront quelques années après ses propres assassins(Mr Yhombi et Mr Sassou alias 8%).Monseigneur Nkombo a enfonce le clou avec la connerie de lavage des mains des criminels patentes qui pillent,détruisent le Congo et déciment ses populations avec la complicité de leur employeur l’empire français.J’ai la forte conviction que le Congo aura son Kwasi Akuffo et Kutu Acheampong deux criminels Ghanéens passes aux armes par Jerry Rawlings depuis le Ghana respire.
    Aux professionnels Congolais de droit de lancer les poursuites judiciaires contre tous les pilleurs du Congo,ils sont au club Pct et associes et tous les étrangers qui inondent le Congo sur invitation de la fripouille d’Edou et son entourage pour les fins de pillage du patrimoine commun des Congolais..
    Notre commentaire:Tous ceux qui croient en la France qui est leur principal et pire ennemi sont tous des naïfs.
    Je le reitere une fois de plus que les Congolais seuls se libereront de l’empire francais et son valet Mr Sassou(executeur des ordres de son employeur la france) par la methode Algerienne,Cubaine,Vietnamienne c’est a dire la force brute.
    Le reste c’est une perte de temps et d’energie qui pourront etre utilises a organiser les Congolais pour une lute armee.

  12. David Londi dit :

    Est-il encore nécessaire dépiloguer sur le cas Kolélas ? Tout a déjà été dit et il ne reste plus à celles et ceux qui le suivent comme des moutons d’en tirer toutes les conséquences.

  13. DeCabri dit :

    Le silence est de diamant, la parole est de cuivre.

  14. Kuna dit :

    Avez vous déjà vu les carpes s’entendre? Seuls les piranias savent mettre leur frénésie pour venir à bout d’une proie. L’affaire du Congo ou plutôt le sort des Sassou et de ses bâtards d’enfants auraient pris fin en septembre 2015 si à l’issue de la grande manifestation les soit disant leaders de l’opposition avaient ordonné au peuple d’aller prendre le palais. Leur hésitation leur mésentente leur manque de vision et de détermination nous a plus apporté de larmes et du sang. Nous avons l’opposition la plus idiote.

  15. Humanité dit :

    Le vrai adage est le suivant :  » La parole est d’argent mais le silence est d’or ». Ce qui signifie que la valeur du silence est supérieure à celle de la parole.

  16. Xavier dit :

    Excellent coup de gueule !!!!

  17. Réalité dit :

    Ouais! Comme tel avec une construction brève et métaphorique, il n’y a sûrement pas de mauvais proverbes.

  18. Kata Lee dit :

    Joli crochet de bec !

  19. zabazaba dit :

    Le pouvoir pécétiste a toujours agi de la sorte, quand il est en difficulté il trouve une personnalité politique pour les sortir de cette situation et le jeter ensuite en prison, qui ne se souvient pas de la bravoure militaire de Mouzabakani dans l’ abdiquation des miliciens de la defense civile du camp de la méteo en 1968, des manoeuvres ideologiques montées par Tchystère dans la chute de Yombi en 1979, du rôle joué par Bikikinta lors de l’ arrestation de Pierre Anga en 1978, du travail accompli par mgr Kombo afin d’ éviter la fin de Sassou pendant la conference nationale en 1992, de Kolelas qui a servi de parapluie pour éviter la mort politique du pct sous LIssouba en 1993, du front 400 d’ Okombi dans la guerre de juin 1997, du colonel Ntsourou dans la guerre du pool en 1999. A la fin des bons sevices rendus toutes ces personnes se sont retrouvés en prisons pour certains, d’ autres empoisonnés voués à l’ exil. Demain quand ce pouvour se retrouvera sûrement et certainement en difficulté il utilisera toujours les mêmes artifices et surtout qu’ il a actuellement la seule armes imparables pour amadouer ces politiciens et militaires: la nguirisation.

  20. Mr Mwangou regarder les images du procureur de la république d’oyo avec l’avocat sénégalais d’okombi . Et ton champion parfait kolélas est complice de cette barbarie ! soyons honnêtes chers frères ! Contrairement à vous moi un pure Fils du pool ,mes parents sont originaires du district de kindamba ,près de vinza ,mon père est du village komba et ma mère du village Mounoko , j’ai hérité un grand terrain à Massembo Loubaki qui est aussi devenu mon village d’adoption . Mais je ne supporte plus les crimes des enfants kolélas surtout parfait qui fait tués les jeunes pendant le référendum et l’élection présidentielle pour enfin prendre acte de l’élection truquée de sassou en échange de beaucoup d’argent .

  21. Jeanne Bouhoulou Biographe dit :

    Quelle confusion ?!?!?!?!?!?!?!

  22. GUY-FERNAND LOULENDO dit :

    Chers amis,

    La lutte contre la tyrannie de Takou Nguesso doit nous unir surtout nous qui sommes à l’étranger.
    Comme l’a dit un compatriote, les congolais du Congo sont muselés, ils pensent plus à survivre qu’à combattre. c’est à nous, congolais de l’extérieur de croiser le fer avec l’oyocratie pcq nous jouissons de la liberté et de moyens.

    Nous forts croyez moi, le net est un moyen puissant qui dérange le pouvoir. utilisons tous les moyens à notre disposition.

    Nous devons agir sur tous les plans:

    – les politiques doivent faire leur travail, des discours, des réunions;, peut être des négociations
    -les combattants aussi doivent faire leur travail, terrorisé la pouvoir de bzv,, brutaliser et harceler les nguesso, faire les attentats ciblés au Congo et partout ou peuvent se trouver les hommes du pouvoir de Takou nguesso.

    Nous devons marcher sur ces 2 pieds, violence et politique et takou nguesso cèdera.
    soutien aux combattants d’Europe soutien aussi aux opposants politiques. Le mouvement des combattants doit grandir et s’amplifier.

    Comptons sur nos propres forces, les pays occidents ne voient que leurs intérêts, si Takou nguesso sert leurs intérêts, ils le soutiendront toujours au détriment de notre bien être.
    Nous devront imposer le changement de régime à la France sans leur demander une permission qui ne viendra jamais.

    Agissons, agissons chers amis on a pas d’autres choix, l’oyocratie prendra fin.

  23. kongo dit :

    nous avons tout compris si vous attendez l’ordre de PARFAIT KOLELAS pour envoyer les kongos à l’abattoir vous pouvez toujours attendre si ,vous voulez que l’on sauve le Congo nous y allons tous c’est fini le temps ou les kongos se sacrifier pour l’intérêts des plus malins c’est à dire des satanistes francs macons assoiffé de sang on a compris votre manège.
    j’encourage guy brice parfait kolelas à rester sur cette ligne;plus de sacrifices humains pour pour les politiciens

  24. Blaise Okouya dit :

    Mitterrand parlant des trotskystes du PS, leur disait, » la revolution, on la fait quand elle vient. Quand elle ne vient pas, vous les trotskystes, vous créez un petit parti qui attend qu’elle vienne. Vous perdez votre temps, pendant ce temps vous n’améliorez pas la situation. »

    C’est juste, et ça explique le comportement des Mokoko et autres Okombi Salissa. Voila des gens qui connaissent le diable SASSOU mieux qui quiconque et qui vont laisser faire la modification de la constitution et comme des moutons vont concourir aux élections présidentielles.

    Pathetique …

  25. DEMAIN dit :

    Chers frères et sœurs de notre beau pays riche pays le CONGO BRAZZAVILLE.
    Nous devrons saluer la bravoure des nos hommes politiques (opposants politiques) . Qui luttent dans pays totalement miné, un pays ou un seul mot contraire a la vision du criminel sassou vous coute votre vie, une voie de vote contre ce criminel vous coute votre vie exemple le département du pool
    Un pays ou toutes les armes militaires d’une nation sont sous le contrôle d’une milice française pour la protection de leur terroriste sassou.
    Un pays ou ceux qui devraient être les forces de l’ordre porte des cagoules pour organiser les enlèvements les tueries les violes.
    Un pays ou le trésor national n’existe plus, si non que tout par en France les miettes pour le terroriste sassou.
    LA POLITIQUE QUE MÈNE LA France AU CONGO EST SOUTENUE PAR PLUS DE 95% DES FRANÇAIS SANS DISTINCTION DES COUCHES SOCIALES.
    NE PRENEZ PAS DES RISQUES POUR ALLER DANS LES MILIEUX PUBLIQUE POUR INFORMER LES FRANÇAIS CAR ILS SONT PLUS INFORMÉS QUE VOUS.
    DURANT LA GUERRE DU VIETNAM LA POPULATION AMÉRICAINE S’EST RETROUVÉE DANS LA RUE POUR PROTESTER CONTRE LEURS CLASSE GOUVERNANTE, D’AILLEURS C’EST L’UNE DES RAISONS DE LA FIN DE CETTE GUERRE. Les anglais se sont mis dans les rues contre le problème de l’Iraque.
    C’et les français n’étaient pas d’accord pourquoi ils ne protestent pas?
    MÊME SI VOUS VOTEZ UN CLOCHARD EN France IL FERRARA PAREILLE, SI NON PIRE.
    IL FAUT PLUTÔT ORGANISER LES MARCHES POUR DEMANDER LE DÉPART DE LA France DU CONGO. ET UNE FOIS QUE LA France SERA PARTIE, UNE PUNITION SPÉCIALE SERA RÉSERVÉE AUX MBOCHI, D’AVOIR FAIT UN PACTE AVEC LE DIABLE POUR AVOIR DÉTRUIT LE PATRIMOINE NATIONAL.

  26. clarté dit :

    Etre Chêne ou Roseau quand le vent souffle, telle est la question fondamentale.

  27. MPONDO MBIMI dit :

    DeCabri

    « Le silence est DeCabri et la parole est de cuivre ». C’est nettement mieux non ????

    Kongo !

    je vous cite : « J’encourage Guy Brice Imparfait Kolelas à rester sur cette ligne ; plus de sacrifices humains pour les politiciens. »

    Aaaahhh Bravo Kongo !

    Satan NGUESSO peut donc continuer de massacrer des gens dans le Pool. A moins que tu considères que les gens qui meurent dans le Pool ne sont pas des humains ???

    C’est vraiment super comme raisonnement !

  28. Doigté dit :

    Ni l’un ni l’autre. De préférence, être le vent!

  29. CD JUMEAU dit :

    Je suis surpris que certains soient surpris par le silence de cet homme, j’ai nommé Parfait OLELAS, qui est le fils de son père adoptif, le sanguinaire Denis SASSOU NGUESSO (chef terroriste, 77 ans). Que pouvait-on attendre d’un homme qui fermait déjà sa gueule pendant que plusieurs de ses camarades de l’opposition d’où il se réclamait, comme le président (élu) MOKOKO, les MAKAYA, les NGOUABI entaient pris en otages et détenus par le gouvernement illégitime dirigé par son père? Vous le savez aussi que OLELAS reste silencieux dans le dossier concernant le génocide dans le Pool, pendant que sa ville de KINKALA où il est député et la région du Pool sont occupées et bombardées par les terroristes de Brazzaville, soutenus par la FRANCE. Lui (OLELAS) et sont père biologique resteront ces abominables espèces qui auraient largement contribué à nos malheurs, notamment en détournant la jeunesse et les gens de certains âges par les pires mensonges, et les sacrifier pour leurs ventres. Je réalise encore à quel point cette famille est une pouasse pour le Congo! Et, mes 2 parents continuent de croire en cet abominable personnage doublé de ruse (Kani, béto mwana wa tâ KOLELAS). Pouah!!!

  30. DeCabri dit :

    MPONDO MBIMI,

    Bêeeeehhhhhhh !

  31. LULENDO de Ponton dit :

    Je lis : « Peuple congolais debout! ».

    Non et non . Le combat peut se mener à 2, 3 ou 10 personnes. Il n’est plus besoin de sacrifier la vie des populations traumatisées depuis des années.

    Le pays vit dans la servitude et l’oppression . Pour en finir, il faut des actions d’une autre nature.

    Le plan B tarde pour l’heure. dent pour dent, œil pour œil ! Telle est morale au Congo .

    Le plan est B est désactivé et les combattants sont frustrés.

  32. Mark dit :

    Continuer à acculer Sassou, parents et amis. Acculer Kolelas c’est se tromper de cible. Kolelas n’est pas dieu pour créer un miracle. La situation sur le terrain n’est pas aussi facile que critiquer quelqu’un devant son ordinateur. Mettons nous à la place des autres. Le combat est rude et nécessite l’implication de tous les congolais et non une seule personne. Le problème du Congo ne sera jamais réglé par une simple prise de parole de Kolelas. Tous les congolais doivent prendre conscience de la situation du pays et chercher à retrouver la raison. Si Kolelas ne fait rien, un autre congolais qui pense détenir la solution au problème du Congo peut agir. La position de Kolelas (qu’il soit opposant ou fils adoptif de Sassou), n’a aucun rapport avec le mal que vit le Congo. Evitons les petits jeux qui consistent à vouloir exposer les autres tout en mettant à l’abri sa propre vie. Une fois de plus, la lutte nous concerne tous. Agissons ensemble. Le mal du Congo vient du Congo et la solution viendra du Congo. Nous ne reussirons jamais cette bataille dans la division et en pensant que le mal du Congo viendrait de l’extérieur. Si les congolais du nord au sud pouvaient prendre conscience, ils parviendront à trouver une solution au problème de leur pays. QUI VEUT PEUT.

  33. David Londi dit :

    Pourquoi faut-il critiquer Kolelas, Tsaty, Dzon ?

    Je l’ai écrit ici à plusieurs reprises, le système Sassou repose sur 3 piliers :

    1) l’instrumentalisation du tribalisme qui est une vaste comédie qui plombe ce pays dans tous les domaines économique, social et politique. Contre ceci, le combat est de longue haleine mais il faut le mener. Cette instrumentalisation favorise le népotisme, le patronage au détriment de la méritocratie au profit d’une classe : les assoiffés véreux de pouvoir.

    2) la corruption des lobbies internationaux, activité dans laquelle Sassou concentre plus d’argent que le budget national pour se payer une immunité internationale. Ici, la lutte est plus ardue mais la diaspora compte quelques victoires dans ce domaine (Sassou : persona non grata dans les grandes capitales occidentales). Il faut continuer à développer des stratégies de communication efficientes et travailler sur l’unité de la diaspora pour continuer à parler d’une seule voix ;

    3) la corruption interne : opposition et cadres syndicaux, militaires et policiers. C’est dans ce domaine que nous devons chercher à décrédibiliser ces leaders « cfativores » qui bloquent toutes les énergies agissantes dans le pays. C’est le point sur lequel se sont appuyés des lobbies internationaux véreux pour faire valider la victoire volée de Sassou. Toute la presse internationale titrait, je cite, un leader de l’opposition, arrivé en 2ème position a reconnu la victoire de Sassou « . Autrement dit, l’opposition réelle fragilisée, chose qui ne s’est pas passée au Gabon, par exemple. Nous pouvons agir sur ce pilier avec pour objectif de faire émerger une nouvelle classe d’hommes politiques transéthniques. Sassou ne resterait pas au pouvoir 1 an de plus s’il perdait ses précieux alliés : Kolelas et Tsaty Mabiala. Les disqualifier c’est scier le 3ème pilier du système Sassou.

  34. Anonyme dit :

    En réponse à « DEMAIN » que je cite
    « LA POLITIQUE QUE MÈNE LA France AU CONGO EST SOUTENUE PAR PLUS DE 95% DES FRANÇAIS SANS DISTINCTION DES COUCHES SOCIALES.
    NE PRENEZ PAS DES RISQUES POUR ALLER DANS LES MILIEUX PUBLIQUE POUR INFORMER LES FRANÇAIS CAR ILS SONT PLUS INFORMÉS QUE VOUS. »

    Vous pouvez avoir vos opinions mais il ne faut pas dire d’inepties, voir d’idioties, car c’est justement le problème que nous rencontrons, que les opinions internationales ne connaissent pas, ou très peu, ce qui se passent au Congo, il y a une omerta sur ce pays aussi bien politique que médiatique..
    Pour les politiques c’est différents et encore ceci ne concerne qu’une petite partie d’entre eux.

    Faites l’expérience comme je le fait, en France descendez dans la rue et questionnez au hasard les Français lambda sur le Congo Brazza et vous serez surpris car pour la plus part ils n’en connaissent même pas l’existence. Le Congo Brazzaville est bien souvent assimilé à la RDC.
    Même dans le métier du journalisme pour ceux qui ne sont pas des spécialistes du continent Africain les lacunes sont criardes.
    Justement le combat à gagner est celui de la communication et de l’information auprès des opinions internationales, que l’information sorte du petit microcosme Congolais.
    Arrêtons de nous regarder le nombril et penser que tout le monde a les yeux braqués sur les pauvres petits Congolais que nous sommes, ce qui est totalement faut.

  35. David Londi dit :

    @Kongo,

    je ne savais pas que :
    – l’on bombarde dans le Kouilou, la cuvette, les plateaux, la sangha, etc. sauf dans le Pool ;
    – le massacre s’apparentant à un génocide n’était qu’une chimère, une vue d’esprit ;
    – nos soeurs ne sont pas violées et nos villages détruits dans le Pool ;
    – les écoles fonctionnent normalement dans le Pool et que le taux d’alphébétisation est tombé de 90% à 70% et qu’il faut plus d’une génération pour tout reconstruire (1997 – 2016).

    Vous pouvez rester assis et attendre que les autres réagissent alors que le feu est chez vous mais, permettez-moi de vous dire que vous ne portez pas cette région dans votre coeur. En cela je comprends parce que vous soutenez Kolelas qui fait exactement le même raisonnement. C’est irresponsable !

  36. David Londi dit :

    Lire : alors que le taux d’alphabétisation est passé de 90 à 70% …

  37. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Parlons un peu du 20 Octobre 2015 puis nous comprendrons mieux les choses.

    Essayons de parler aussi du 05 Juin 1997, là aussi nous pourrions mieux appréhender les faits.

  38. mwangou dit :

    @Iwarangot
    @Mahouka Jacques
    Que je m’excuses auprès de votre susceptibilité qui vous pousse 1) à vouloir me démasquer, 2) à m’exiler bien loin de cette région « martyrisée » dont vous semblez détenir le secret d’appropriation.
    Je sais aussi bien que vous les performances du CHU de Brazzaville, avec un nombre exaltant de décès quotidiens pour ses nombreux professeurs en médecine, qui donne le tournis: au moins 30 décès/jour; ce qui entretient un rythme aussi frénétique des sorties à la morgue pour les cimetières d’au moins 20/jour. Quant à savoir si vous êtes le seul brazzavillois à y avoir tenté l’expérience d’une mort annoncée, je vous en laisse la triste fierté.
    J’habite et j’ai travaillé à Brazzaville. Je suis à la retraite… Vous ne voudrez pas que je vous demande votre intercession dans mes malheurs de retraités que vous devez connaitre si vous êtes au Congo et à Brazzaville…
    Je crois qu’il est arrivé assez souvent sur ce site que je donne des informations sur la situation au Pool depuis le 4 avril 2016. je ne suis pas ni je n’ai pas été journaliste. Le 4 avril, j’ai eu ma dose de bruit des armes, et à 5 h du matin, ouvrant mon portail pour observer l’activité dans la rue, j’avais eu droit à un petit scénario d’un petit malheureux militaire qui jouait à voir un ninja. A ce moment, je ne savais rien du tout des raisons de ce vacarme qui durait depuis 1 h du matin…A 11h30, devant la reprise des tirs après l’accalmie intervenue entre 8h et 10h30, pendant laquelle les rues étaient bondées de monde, sac ou valise avec soi, se précipitait à quitter le quartier Bacongo pour le fameux « Brazzaville Nord », j’avais dû me résoudre à m’insérer dans ce mouvement.
    Vous m’avez mal compris. Mark m’a compris. Savez-vous que des jeunes avaient été arrêtés par la police au motif qu’ils incitaient à la contestation du pouvoir; ils passaient des dvd enregistrés à Paris par des opposants, dvd où l’on entendait des gens parler et menacer sassou nguesso de la prison par la CPI? Ces projections attiraient du monde au marche Total. Qui aujourd’hui fait le lien entre ce qui est arrivé au Congo et à la région du Pool et ces dvd de propagande?
    Si vous êtes au Congo, vous devriez savoir que sassou nguesso est non seulement un peureux qui produit la peur, mais un très sensible qui élabore sa stratégie politique à partir des discours des jeunes dans la rue.Pour sassou nguesso, les plus dangereux ne sont pas les intellectuels. Pour lui, ce sont tous ces jeunes désœuvrés dans la rue qui font la vraie politique et donc sont les vrais opposants. Et ses vrais opposants sont à Bacongo, c’est-à-dire le Pool sud.
    Les insultes ne changeront rien… Et je redis ici, ce que disent les jeunes dans la rue à Brazzaville, comme au stade, c’est plus important pour sassou nguesso, que ce qui se dit sur internet, ou par des intellos…
    Pourquoi chercher qui est qui ? Le fait de savoir que sassou nguesso n’a pas peur des Congolais, ne vous suffit-il pas pour élaborer vos stratégies? Ne se souvient-on pas que les Brazzavillois qui étaient si enthousiastes à l’idée de se débarrasser enfin de sassou nguesso, avaient eu les jambes sciés par la fameuse déclaration de Hollande, ce mois d’octobre ou fin septembre 2015, et assistaient presque impuissants à la jubilation des partisans journalistes de la télévision congolaise; ce qui ouvrit large la voie du changement de la constitution.
    sassou nguesso est immunisé contre les insultes, contre les malheurs de Congolais, contre tout. C’est en partant de ce constat qu’il faudra s’armer contre son cynisme. Et le dire, ne signifie en rien qu’on n’est pas congolais.

  39. David Londi dit :

    @Mwangou,

    tout mon soutien et toute ma reconnaissance pour ce que vous faites et votre engagement sur le terrain au prix, certainement, d’une prise de risques dont ne font pas preuve certains leaders de cette opposition introuvable. Bravo !

  40. CD JUMEAU dit :

    @MARK 25/01/2015 à 9:49.

    Cher Monsieur,

    J’aurai pu me limiter à votre seul post ci-dessus pour vous faire remarquer les contradictions que j’ai pu noter dans vos propos, mais je vais vous citer dans vos autres posts pour montrer comment vous entretenez aussi ces contradictions.

    Je crains que vous, Monsieur MARK, déclarez tout dans un sens quand il s’agit de OKOMBI (dont je ne suis pas un supporteur ni de près ni de loin) et le contraire dans l’autre sens quand il s’agit de OLELAS.
    Vous avez déclaré il y a peu de temps que le sieur OKOMBI (qui n’est même pas un député du Pool sous les bombes) aurait pu rejoindre la résistance de NTUMI pour montrer qu’il était vrai opposant. Mais curieusement, vous ne suggérez pas la même chose à OLELAS le député de KINKALA et pire encore, vous acceptez maintenant que « la situation sur le terrain n’est pas aussi facile »… Vous dites « mettons-nous à la place des autres (les leaders sur le terrains, je suppose) ». Mais, est ce que pendant la cabale d’OKOMBI vous avez essayé de vous mettre à sa place quand vous vouliez qu’il sorte sont FRONT, alors que inexistant aujourd’hui, dans un pays où on trouve plus d’hommes en en tenues militaires que de fonctionnaires de l’état au kilomètre carré? A moins que vous nous apprenez qu’ OKOMBI n’a pas été arrêté sur place au Congo mais en Gambie chez JAMMEY?
    Vous avez déversé une colère inouïe sur ce « repenti » OKOMBI dont nous avons pourtant vu son changement. Pour vous, il serait le pire homme au Congo vu qu’il avait travaillé avec le terroriste sanguinaire SASSOU NGUESSO. Mais curieusement, vous ne voyez rien de tout ça quand il s’agit de OLELAS et pire encore, lui continue, de travailler avec son père adoptif, le célébrissime homme des situations macabres.
    Vous déclarez aussi que « Acculer OLELAS c’est se tromper de cible… OLELAS n’est pas Dieu pour créer (FAIRE) un miracle… LA POSITION DE OLELAS N’A AUCUN RAPPORT AVEC LE MAL QUI VIT AU CONGO ». Fin de citation. Surtout cette dernière phrase m’a tué! Mais Monsieur MARK! Qu’est ce que vous êtes entrain de nous dire là??? Vous nous faites quoi là??? Dites nous Monsieur, c’est quoi un leader politique et quel est son rôle dans un combat politique (lui le soi-disant opposant)? Certes que cet abominable personnage qu’est OLELAS ne peut pas faire un miracle mais il peut se positionner, lui et ses fanatiques, en dénonçant le féroce loup dictateur et lui contraindre de se retirer au moins du POOLaillé. Le respectable doyen David LONDY vous a aussi expliqué que SASSOU NGUESSO compte sur ces précieux alliés qui sont les OLELAS les TSATY ABIALA… sur lesquels il faut donc aussi accroître nos pressions pour fissurer et abattre cette puissante dictature.

    OUI, LE MAL DU CONGO VIENT AUSSI DE L’EXTÉRIEUR!

    Enfin, je vais ajouter aussi que le silence complice du gouvernement de la FRANCE suite à ces nombreuses arrestations des (vrais) opposants Congolais, sans qu’aucune mesure ne soit prise par ce pays contre Brazzaville, sans qu’aucune réunion ne soit convoquée par la soi-disant communauté internationale ou même l’UA, sans qu’aucune sanction ne tombe ou même pas une simple dénonciation officielle, ça montre très clairement que le régime de HOLLANDE incube les crimes du barbare SASSOU NGUESSO. Leurs médias aussi. Voilà!

  41. Robert POATY PANGOU dit :

    De grâce mes très chers frères,

    Concentrons nos forces sur l’extermination sans procès des Laris qui est en train de se passer dans le Pool.

    Avions-nous déjà oublié les 353 Disparus du Beach ?

    Avions-nous déjà oublié qu’il y eu des enfants Kongos qui ont été tué et brûlé au Palais du Peuple ?

    Ces drames là, vous voulez les oublier ?

    NON, mes faisons très attention.

    Il y a t-il un Procès pour ce qui encours dans le Pool ?

  42. Kongounis dit :

    Ne faites pas ds procès d’intention à Parfait Koléla. Vous savez que face à certaine situations, le silence est meilleur que des parole inutile. Peut- être que Parfait Koléla lui-même n’est pas exempte du complot qui est ourdi contre les principaux opposants; aussi attend -il son tour peut- être, qui sait. Moi je suis plutôt d’accord avec mon cher Makoutou Kélélé qui s’interroge sur l’inertie et le silence du tristement célèbre Front 400 qui bondait ses muscles contre les pauvre congolais de la partie méridionale en 1997? à la suite de l’arrestation de leur ancien commandant… un pays ne se construit pas sur des préjugés mon cher Patrice Miakassissa, si tel est vraiment ton nom.

  43. Robert POATY PANGOU dit :

    Attention mes très chers frères,

    En 1997, Guy Parfait KOLELAS n’avait pas des armes et il n’était pas au FRONT.

    Vous voulez nous faire oublier la Tragédie encours dans le Pool ?

    C’est cela l’objet de cet Article ? Non, je pense que NON.

    Alors, sortez Parfait de cette amalgame inutile.

    Attendez : c’est le Patron du FRONT 400 qui fait arrêter son Agent , et c’est de Parfait qu’on parle.

    Vraiment vous avez une « mani » de distraire et divertir les gens.

  44. Anonyme dit :

    Monsieur Poaty Pangou ,le sujet de l’article est bien « le silence assourdissant de Brice Parfais Kolelas » donc c’est bien de lui dont qu’il est question. Par contre en ce qui concerne le divertissement pas de leçon, svp, car sur ce point vous êtes passé maître en la matière.
    Lorsqu’on s’engage en politique et que l’on veut être un leader il faut savoir assumer et prendre les risques nécessaires aux buts que l’on se fixe, sinon il faut rester dans l’ombre avec les autres compatriotes.
    Qui empêchait Monsieur Parfais Kolelas de prendre position et de dénoncer l’arbitraire de la levée de l’immunité d’Okombi Salissa et du comportement « débile » du procureur qui est la honte personnifiée …. personne.
    Qu’en est-il de la charte qu’ils ont tous signés au beau temps de l’IDC Frocad ou ils s’engageaient à une défense mutuelle en cas d’agression de l’un des signataires de cette charte.

  45. Signé 'Tribaliste' dit :

    L’animosité ridicule envers les Mabiala, Kolélas, Poaty etc, lectures après lectures, démontre bien sans l’ombre d’aucun doute, que l’on à affaire et à faire ici avec des gamins d’esprit, mal-masqués, et de très mauvaise foi…

    [SI] – S’il fallait même poser la question suivante:
    Qui serait plus comptable aujourd’hui toute responsabilité confondue, sous les 32+ ans de merde minée de Takou Ngué-sot, parmi les « opposants » Parfait Kolélas, Michel Mokoko, Tsaty Mabiala et André Okombi, pour ne citer que les quatre? Sans jongler ni malhonnêteté!

    Mais on peut également vous retourner vos raccourcis aberrants et risibles: Etes vous « fanatiques » de Mokoko ou Okombi puisque, à tue-tête vous proclamez le premier, ‘président’ et le second, ‘repenti absous absolu’. N’est-ce pas, à suivre votre propre rationnel?

    Et, vous croyez tout de même rassembler du monde avec ça? Opiniâtre, vraissemblance ou hallucination? Bonne chance!

    Ecoutez, sans faire un jeu de mots, je réputais presque pour faux tout ce qui n’était que vraisemblable. Comme si le sujet de cette tragédie congolaise doit n’être pas vraisemblable. Autant que le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable. Et pourtant le vraisemblable est un piège que le mensonge tend à la vérité. L’imagination est d’autant plus dangereuse qu’elle est plus sage, vraisemblablement. Il faudrait partout un peu de vraisemblance, même dans les actes vertueux. Alors, les ‘serments’ balancés ici par certains sont-ils donc un moyen imaginé pour donner la vraisemblance au mensonge? Hélas, l’homme con-go-laid est ainsi fait, il espère depuis de cette manière-la contre toute vraisemblance. Enfin, ‘notre’ pauvre France et son valet auront vraisemblablement encore un an au moins à respirer, avec vous, et avec RFI et tout autre radio-trottoir ‘nguirisé’, cités encore comme des références. Mais le droit, même chez les bonobos hors-la-loi, a aussi sa phraséologie standard. Pour dire, par-delà la vraisemblance, l’art est la vérité dévoilée – la contre-illusion.

    Pour ne pas vous repousser avec rudesse par courtoisie, vous êtes tout simplement mais dangereusement hypocrites.

    Que du temps à perdre. Dommage!

  46. Anonyme dit :

    @ CD JUMEAU

    Oui mon cher Jumeau,

    Le mal du Congo n’est plus Sassou, c’est finalement Kolelas? . Il n’y a pas de contradictions dans ce que j’ai dit. J’ai été précis sur le cas Okombi: Okombi est un ancien soldat de Sassou qui se retrouve entre les mains de son commandant. En fait vous vous prenez la tête pour rien. En vous lisant, je ne sens pas le fond de votre pensée. Je ne comprends pas ce que vous voulez exactement faire passer comme message. Dites moi réelllement ce que Kolelas doit faire devant ce qui se passe au Congo afin de bien passer votre message. L’article parle de Kolelas et vous dites qu’Okombi ne s’est pas fait arrêter en Gambie, ne trouvez pas que vous apportez de la confusion? Mokoko est votre président, Okombi est votre leader repenti, je vous avais compris. Dans l’un de vos posts, vous avez dit que tous les opposants congolais ont travailé avec Sassou et qu’il faut pardonner les repentis comme Okombi. Message reçu.. Pourquoi n’êtes vous donc pas prêt à pardonner Kolelas qui n’avait jamais dirrigé un front pendant une quelconque guerre au Congo ? Ne trouvez vous pas que c’est vous qui êtes dans la contradiction?

  47. CD JUMEAU dit :

    Monsieur RPP,

    J’ai lu votre post mais faute de temps, je reviendrai plus tard pour échanger brièvement avec vous. Mais avant cela, je dois vous dire que vous pouvez déjà prétendre à votre prix Nobel de la distraction parce que s’il y a un grand distracteur ici, c’est bien vous.

  48. David Londi dit :

    @Signé Tribaliste,

    ce pseudo annonce effectivement la couleur. Je n’oserai contester votre parti pris mais il est essentiel de revenir sur certains repères essentiels. Entre 1997 et 2000, il y a eu 400.000 morts au Congo Brazzaville (cf. Un spécialiste chez Yves Calvi sur LCI ), dans la foulée un rapport sortait sur le projet Mouebara, entreprise diabolique de Sassou planifiant le génocide dans le Pool (vous pouvez facilement y avoir accès sur internet).

    Les Kolelas, père et fils, ont certainement été au courant de la tragédie qui se déroulait dans cette région. Cela n’empêche pas cette famille, foulant aux pieds les milliers de victimes, de s’emparer des postes juteux au coeur du pouvoir Sassou, le bourreau du Pool, et d’être assuré de sa protection bienveillante (un ministère attitré, interchangeable entre frèreses et soeur) pendant que les barbouzes violent, tuent et détruisent toute vie humaine, animale, matérielle et même la capacité de reconstruire (le taux de scolarisation est tombé à un niveau jamais atteint dans cette région). Comment peut-on qualifier cet état de choses : non assistance à personne en danger.

    La famille Kolelas est complice de tout ce qu’entreprend Sassou dans ma région parce qu’ils gouvernent ensemble et par solidarité gouvernementale approuve tous les plans et projets du tyran. Les Kolelas sont un pilier du système Sassou, je l’ai déjà démontré, ici.

    Mr le Tribaliste, depuis les indépendances les forces vives et créatrices n’ont jamais pu s’exprimer dans ce pays, nous avons échoué à construire une nation à cause de la duperie du tribalisme. Je ne m’étendrai pas sur la démonstration de cet état de fait, je l’ai déjà fait. Une vérité, tant que nous serons dans cet état d’esprit, nous continuerons à végeter dans le sous-développement économique, social, politique et intellectuel. Nous sommes déjà une curiosité en Afrique.
    Bonne soirée !

  49. CD JUMEAU dit :

    @ Monsieur MARK (se présentant en Anonyme),

    J’ai bien peur que vous ayez lu tous mes propos de travers, ou alors vous faites exprès.

  50. revelino dit :

    Je l’ai souvent dit et je le redis à nouveau : nous avons la classe politique que nous méritons. Le drame congolais est notre incapacité quasi maladive à avoir le recul nécessaire pour analyser à froid les problèmes qui se posent à nous. Comme CD Jumeau a su le dire à Mark, notre soutien est toujours à géométrie variable. Sommes-nous vraiment incapables d’avoir d’autres grilles d’analyse que celles qui nous imposent nos soutiens inconditionnels à des acteurs politiques qui ont montré leur incapacité à produire des rapports de force au profit de l’intérêt général et toujours apte à mettre en avant leur propre intérêt. Prenons de la graine auprès de notre ainé David Londi. Croyez-vous qu’il soit facile pour des ressortissants du Pool de prôner l’unité du pays et des solutions au bénéfice de tous alors que ce sont leur qui subissent les affronts d’un pouvoir moribond ? Que vous souteniez Parfait Kolélas ou tout autre politique, prenez le temps nécessaire de prendre du recul. Nous nous libérerons ensemble ou nous mourrons tous. Il n y a pas d’autres alternatives. Quand je me retrouve à Brazzaville, je passe mon temps à prêcher la bonne parole dans des quartiers Nord du pays afin qu’il comprenne que nous sommes tous dans le même bateau. De par mes parents, je suis de l’Ouest. Mais, est-ce important ? De mon point de vue, je dis non. Je ne suis pas que le produit de l’éducation de mes parents mais de toutes les personnes du Congo venant d’horizon divers et variés. C’est ça qui fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Je ne me regarde pas à travers le prisme de la tribu mais à travers le prisme de la nation congolaise à naître. C’est pourquoi, je ne cesse de parler de l’escroquerie du pouvoir de Sassou chaque fois que je suis en vacances à Brazzaville. Alors, cessons d’apporter des soutiens à des politiques qui n’ont aucune solution pour sortir le pays de l’ornière mais essayons ensemble de trouver des voies et moyens pour sortir notre pays de l’obscurantisme dans lequel il est plongé.

  51. Anonyme dit :

    @ CD JUMEAU,

    Quand vous me confondez à un Anonyme, je comprends qu ‘il ya quelque chose qui ne marche pas. Vous avez attaqué mon post et je vous ai demandé de dire ce que Kolelas devrait faire pour venir à bout du mal congolais causé par Sassou, ce serait plus sage et plus intelligent que de nous éterniser sur des critiques inutiles qui n’arrangent que Sassou. Imaginer si toutes ces critiques étaient productives, le Congo serait déjà liberé. Intervenir, debattre et proposer. Les critiques font l’objet des débats stériles. En plus, je ne suis jamais passé par in anonyme pour répondre à quelqu’un. Quand vous attaquez quelqu’un, soyez prêt à vous defendre. Me prendre pour un anonyme sans chercher à repondre à ma question n’est pas un signe de quelqu’un qui est prêt pour un débat mon cher JUMEAU.

  52. Mark dit :

    @ CD JUMEAUX

    Oui, CD JUMEAUX,. Les derniers posts en Anonymes sont les miens. Je m’excuse donc sur ce point. J’ai utilisé un ordinateur qui me m’appartenait pas. N’ étant pas enregistré sur cet ordinateur, cela a affiché anonyme et j’ai pas fait attention a cela. Je viens donc de le réaliser et je prend le soin d’écrire mon nom. Une fois de plus, mes excuses. Maintenant, vous pouvez répondre à ma question. Quand vous dites que j’ai lu tous vos propos de travers, je vous apprends que je ne suis pas le genre. Ce que je vous ai dit, c’est ce qui est écrits dans vos posts passés. je vous conseille de les relire et vous allez realiser vos propres contradictions.

  53. Mark dit :

    Les deux derniers Anonymes @ CD JUMEAUX, lire Mark

  54. dfip dit :

    Qu’est ce que vous voulez que ça me fasse qu’on fusille un misérable. Au moment où on parle on a milles milles innocents qui meurent. Cette phrase est de Clemenceau à propos d’un mutin condamné à la peine de mort. En ce qui me concerne mes pensées vont à ces mères, ces pères qui continuent de pleurer leurs enfants parce qu’un misérable type, Okombi s’est permis de prendre des armes pour les tuer et installer au pouvoir son mentor.

    À ceux qui prennent La Défense de cet hurluberlu, qu’ils se mettent juste à la place de ses mères….

  55. dfip dit :

    ces mères…

  56. Signé 'Tribaliste' dit :

    J’en étais certain! Essayons simple.

    Ironie du sort. Précipitamment, on se fourre le doigt le plus long entre l’index et l’annulaire dans le mauvais trou. C’est officiel. C’est regrettable comme vous continuez de lire littéralement et non pas sérieusement. Les pondérés bienveillants eux, font le contraire, favorablement. Encore, on relance pour la énième fois; depuis quand dénoncer le déséquilibre flagrant de VOS critiques aveuglantes et unilatérales, pendant que la réciproque n’est pas de mise chez vous, c’est supporter le/les critiqué(s) et de facto être tribaliste? Mais ça marche comment chez vous??? Ah ah ah, ouf! Souffrez que je rigolasse un peu. Et si les uns ont tout simplement compris les manèges des autres? Puisque c’est la mode là-bas; (vous étiez violemment à la mangeoire, nous aussi, on passe paisiblement à table maintenant).

    Mais bon, on connaît cette vieille musique il y a des lustres, on vous appréhende à juste valeur depuis, sans leurre aucun. Le catalyseur dramatique est ailleurs. Oui, de grâce, faites vous l’économie de nous bourrer le crâne, notre caboche est utilement pleine…

    Néanmoins, les fous sont libres de se donner la tape dans le dos ou d’applaudir qui ils veulent, même dans la démocratie recherchée par tous (ou presque), sans zébrer leurs commentaires: c’est le Congo de Youlou. Oh-oh! Pardon, de Marien Ngouabi, voulais-je dire! OK, les anciens catéchistes décideront pour eux-mêmes, selon leur test de loyalité. (Débat?)

    Eh, Maya Maya International a depuis deux pistes. Si (JE) décide d’aller prendre le pouvoir, ce n’est pas Kolélas qui m’en empêcherait, encore moins son défunt papa. Mais peut-être le clan MBOCHI et tous ses acteurs de théâtre locaux et étrangers, sans oublier les tortues et leurs marchés ambulants. Chiche, gardez-vous s’il vous plait de me dire, ‘qu’attendez-vous?’ Jean-Paul ‘Sarcasme’ risque de se retourner dans sa tombe. Les opportunistes qui refont toujours surface à la fin rien que pour ‘le gâteau’, ça donne des boutons.

    Il faut être à deux pour danser le tango!

    Les vivants, verront.

    TAKE TWO (2)

  57. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Aujourd’hui Denis SASSOU NGUESSO vient d’offrir à André OKOMBI SALISSA la meilleure occasion de dire tout devant public, ce qu’il a fait pour lui depuis le 05 Juin 1997 jusqu’à ce jour.

    Par ailleurs lisant l’article écrit par notre frère dans Paris Match pour mieux connaître les relations entre André OKOMBI SALISSA et Parfait KOLELAS d’une part et d’autre part entre André OKOMBI SALISSA et Denis SASSOU NGUESSO.

  58. Robert POATY PANGOU dit :

    Congo-Brazzaville : de trahison en trahison, la guerre du Pool
    Paris Match| Publié le 08/11/2016 à 16h19 |Mis à jour le 14/11/2016 à 18h08
    Guy Milex M’Bondzi

    Partisans du candidat à la présidentielle de 2016 Jean-Michel Moloko, lors de son meeting à Brazzaville le 18 mars 2016Marco Longari / AFP
    Le journaliste Guy Milex M’Bondzi révèle les coulisses de la crise électorale au Congo-Brazzaville qui a provoqué le blocage politique et la guerre du Pool.
    A l’approche de la présidentielle de 2016, le débat politique devient houleux au Congo-Brazzaville. Les partisans de Denis Sassou-N’guesso veulent changer la Constitution pour « faire évoluer les institutions » et « permettre au Président de la République d’achever les différents chantiers amorcés à travers le pays ». L’opposition congolaise ainsi qu’une bonne partie de l’opinion publique nationale et internationale ne soutiennent pas ce projet qu’ils accusent de « consacrer la suprématie d’un seul homme et de tirer la démocratie vers le bas ».
    Le projet suscite des interrogations au sein même du camp de Denis Sassou-N’Guesso. Les partisans du Président accusent de trahison leurs camarades et alliés hostiles au changement de Constitution. La majorité présidentielle est divisée. Certains n’osent pas lever le petit doigt, ce n’est pas le cas d’André Okombi Salissa, Charles Zacharie Bowao, Guy Brice Parfait Kolelas, Claudine Munari et du Général Jean-Marie Michel Mokoko.
    Quand l’IDC vole la vedette au Frocad
    En République du Congo, depuis au moins une décennie, une opposition dite « traditionnelle » anime le débat politique. Son chef de fil, Mathias Dzon, est soutenu par d’autres hommes politiques non moins percutants, à l’instar du statisticien Clément Mierassa et de Guy Romain Kinfoussia. Pour défendre la Constitution du 20 janvier 2002 que le Président Sassou s’attèle à remplacer, cette opposition a créé le Mouvement Citoyen pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel avant de se fondre dans le Frocad qui poursuit le même but.
    Une autre plateforme va voir le jour. L’Initiative pour la Démocratie au Congo (IDC) s’oppose également au changement de la Constitution, mais à la différence du Frocad, elle est animée par les «dissidents» de la majorité au pouvoir: André Okombi Salissa, Guy Brice Parfait Kolelas, Charles Zacharie Bowao, Réné Serge Blanchard Oba etc.

    Guy- Brice Parfait Kolelas et André Okombi Salissa lors d’une conférence de presse à Brazzaville le 18 mars 2016© Marco Longari / AFP
    Ces nouveaux dissidents de Sassou, sortis pour certains fraîchement du gouvernement et détenteurs d’un certain patrimoine politique, financier et matériel, veulent se démarquer de l’opposition « traditionnelle ». Ils ne souhaitent pas être associés avec les leaders du Frocad. Ces derniers ne veulent pas davantage se laisser diriger par des personnes ayant servi le gouvernement. Les leaders de l’IDC et du Frocad se critiquent mutuellement. En plus, susurre-t-on à l’IDC, «si jamais le Président Sassou est amené à quitter les affaires, il n’est pas question de laisser le pouvoir entre les mains de l’opposition traditionnelle. Mieux vaut les absorber au sein d’une « nouvelle majorité » (sous-entendu celle désormais incarnée par les dissidents).
    C’est pour cette raison qu’André Okombi Salissa et Guy Brice Parfait Kolelas, chef du Codeha, ne coupent véritablement pas le cordon ombilical qui les lie à la majorité présidentielle. Ces deux leaders caressent même le rêve d’être soutenus par leur vraie obédience politique: la majorité au pouvoir.
    Au sein de l’IDC, certains voudraient un leader originaire du Nord, qui serait André Okombi Salissa. « Il ne faut en aucun cas laisser un sudiste succéder à Sassou ! », raconte-t-on à mi-voix, dans les milieux de l’opposition congolaise. Guy Brice Parfait Kolelas prendra connaissance de cette stratégie, à ses dépens au moment de la proclamation des résultats de la présidentielle de 2016 quand tous les cadres du Nord se ligueront contre lui. Alors, Okombi Salissa et Guy Brice Parfait Kolelas seront devenus les opposants les plus populaires et l’IDC, leur plateforme, sera celle qui mène quasiment le jeu politique du côté des forces hostiles au changement de constitution.
    Le Meeting du 27 septembre 2015

    Meeting du 27 septembre 2015 au Boulevard, Brazzaville© Roch Bouka / Reuters
    Après le combat à fleuret moucheté opposant les leaders de l’IDC et du Frocad, ceux-ci parviennent à se mettre sur une même longueur d’ondes. Ils organisent un dialogue conjoint à Diata, parallèlement à celui de Sibiti supervisé par le pouvoir. Pour renforcer à nouveau leurs liens, ils tiennent ensemble un meeting au Boulevard, le 27 septembre 2015. Peu avant la tenue dudit meeting, une rumeur, faisant état d’une marche en direction du palais présidentiel à la fin de cette grand-messe politique circule jusqu’aux oreilles du chef de l’Etat. Pour s’enquérir de la situation, Denis Sassou-N’guesso, selon certaines indiscrétions, dépêche son gendre Jean De Dieu Kourissa auprès d’André Okombi Salissa. Ce dernier aurait certifié sur l’honneur que « le meeting ne sera pas sanctionné par une marche ». « Le jour où ce sera la cas, je donnerai l’information au Président pour qu’il prenne ses dispositions ». Vrai ou faux ? Toujours est-il, contre l’avis des autres leaders de l’opposition, André Okombi Salissa s’assure de prendre la parole en dernier lors du meeting du 27 septembre 2015. A l’en croire, pour avoir le contrôle total de la foule à la fin du meeting. Dans son message de clôture, Okombi demande aux populations de rentrer calmement chez elles sans casser, ni marcher vers le palais. Etait-ce une façon pour lui d’honorer la parole donnée à Denis Sassou-N’guesso ?
    Selon un politologue qui assiste au meeting: «Si l’ordre de marcher vers le palais avait été donné, le pouvoir serait tombé le jour-même». Interrogé, un proche d’Okombi affirme: «Dans sa démarche, le Chef souhaitait donner des avertissements à Sassou. Il pensait qu’à la dernière minute, ce dernier se raviserait et ne changerait pas la constitution ».
    L’échec de la contestation du 20 octobre 2015
    En dépit des menaces proférées par l’opposition, le pouvoir passe à la vitesse supérieure et convoque le référendum constitutionnel pour le 25 octobre 2015. L’IDC et le Frocad dénoncent ce qui s’apparente à un entêtement de la part du pouvoir.Un meeting est annoncé pour le 20 octobre.La veille, les services de sécurité quadrillent les résidences de certains leaders, particulièrement celles d’Okombi et Kolelas, et certains endroits stratégiques de la capitale. Une rumeur court à Brazzaville: la police détiendrait des informations selon lesquelles des partisans et proches du président et vice-président de l’IDC auraient prévu de sortir le jour du meeting les armes et munitions de guerre qu’ils possèderaient de manière illégale. « Un des visiteurs de Parfait Kolelas à son domicile de La Glacière peu avant sa mise en résidence surveillée, distille l’information selon laquelle quelques PMAK auraient été graissés au sein du domicile d’où il sort », raconte-t-on dans les quartiers Sud de Brazzaville. A en croire les Hautes Sphères, le Président de la République prend cette affaire très au sérieux et parle d’ouverture d’une information judiciaire lors de son entrevue avec Monseigneur Anatole Milandou, qui lui a rendu visite pour tenter de lever les sièges maintenus aux domiciles d’André Okombi Salissa et Guy Brice Parfait Kolelas.
    C’est sur ces entrefaites que le 20 octobre 2015, dès 4h du matin, sans avoir l’information que les leaders de l’IDC ont été embastillés par la police et sans recevoir l’ordre d’un leader quelconque, les quartiers Sud de Brazzaville se mettent en ébullition. Le mouvement est spontané et les premiers pneus brûlent sur l’avenue Simon Kimbangou entre le PSP de Trois Francs et la place dite du BRDM. Visiblement, c’est la nouvelle annoncée par le gouvernement qui en est le déclencheur. Très vite, le mouvement gagne d’autres quartiers de la capitale et certains départements du pays. Les services parviennent tant bien que mal à rétablir l’ordre public dans la capitale politique, avec le Général Jean François Ndengue sur le terrain.
    Selon une information qui circule sous le manteau à Brazzaville, l’échec de la contestation du 20 octobre 2015 est imputable à Paul Marie Mpouele, René Serge Blanchard Oba et dans une moindre mesure, à Maître Rapaël Boboutou. Tous cadres de l’IDC et du Frocad viennent d’appeler les populations au calme, à travers les chaînes de télévisions et radios nationales et internationales, et d’annuler certaines activités de l’opposition. Bon nombre pousse l’outrecuidance jusqu’à affirmer qu’ils ont été corrompus par le pouvoir. Le plus visé, à tort ou à raison, par ces accusations est Paul Marie Mpouele, jugé proche des services, plus précisément du patron des Renseignements généraux, le Colonel Thomas Bakala Mayinda. Comme si besoin en est, le Président français, François Hollande, affirme sur les ondes d’une radio internationale que « le Président Sassou a le droit de consulter son peuple par un référendum constitutionnel ». Une douche glaciale qui met sous l’éteignoir toute la contestation. « Méconnaissance totale de la Constitution du 20 janvier 2002 », rétorque l’opposition congolaise qui entrevoit en cette sortie médiatique inopportune du Président français, une haute trahison de la part de la France.

    François Hollande reçoit Denis Sassou Nguesso à l’Elysées le 7 juillet 2015Dominique Faget / AFP
    Un autre acteur entre en scène : le Pasteur Ntumi propose d’arracher Parafait Kolelas des griffes de Sassou. Il réside alors avec sa communauté entre Soumouna, Nkampa et Mayama dans le Pool. Le Pasteur fait le déplacement à Brazzaville pour venir s’enquérir de la résidence surveillée de Guy Brice Parfait Kolelas. Il propose, d’après certaines indiscrétions, de « mener une action à La Glacière en vue d’arracher Parfait Kolelas des griffes de Sassou ». L’opération de libération n’a pas lieu, entre autres, selon certaines confidences, parce que « Kolelas ne souhaite pas se retrouver entre deux feux au risque d’être lui-même tué ».
    A lire aussi :Piteuse semaine pour Hollande, « l’ami africain »

    L’ancien leader rebelle Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi, en juin 2008 à KinkalaGuy Gervais Kitina / AFP
    Selon des sources proches du dossier, pendant le blocus de son domicile, Parfait Kolelas reçoit discrètement des proches du Président Sassou, dont le Général Nianga Mbouala Ngatsé, Commandant de la Garde républicaine. Ce dernier lui conseille de ne pas s’acoquiner avec le Pasteur Ntumi qui, pour des raisons de leadership dans le Pool, peut en arriver à le neutraliser physiquement. Bien entendu, Guy Brice Parfait Kolelas croit aussi à la même chose. Dans la foulée de ce siège de plusieurs jours, croit savoir un proche de Parfait Kolelas que nous avons rencontré, certains caciques du PCT, Michel Ngakala en tête, prennent attache avec le patron de la Codeha pour lui proposer le deal d’accompagner le Président de la République à l’élection présidentielle en vue.
    L’arrestation de l’opposant Paulin Makaya
    De son côté, l’opposant congolais Paulin Makaya, fait cavalier seul dans son opposition contre Denis Sassou-N’guesso. Il a créé son propre parti politique et refusé de rejoindre l’opposition traditionnelle. Makaya participe tout de même au dialogue parallèle de Diata. Le 20 octobre 2015, il est le seul leader de l’opposition à descendre dans la rue, après le pont du Djoué, avec les populations des quartiers sud de Brazzaville. Il sera arrêté quelques jours après pour « incitation au trouble à l’ordre public et détention illégale d’armes ». Des armes sur lesquelles la police tombe au moment de la perquisition de son domicile à Madibou. A la surprise générale, ses collègues de l’opposition se gardent de lui venir en aide. Et pour cause, au cours d’une réunion tenue au siège de l’UPADS peu après le 20 octobre 2015, Paulin Makaya, avec beaucoup de prétention, traite tous les leaders de l’opposition de « poules mouillées ». Il leur reproche de ne pas avoir rejoint la population dans la rue comme lui. André Okombi Salissa, Parfait Kolelas, Claudine Munari et Pascal Tsaty Mabiala le vivent comme un pied de nez et ne lui pardonnent pas ses propos.

    S’agissant du constat amer d’après lequel les habitants des quartiers sud de Brazzaville ont contesté pendant que ceux des quartiers nord se sont terrés chez eux, André Okombi Salissa, selon certaines indiscrétions, confie en privé: «les jeunes des quartiers nord aiment l’argent. Ils ne peuvent rien faire sans avoir reçu le moindre sou». Un autre leader de l’opposition d’ajouter: «et pourtant nous leur avons promis de les laisser piller le centre-ville pendant quelques jours !»
    L’annonce de la présidentielle et la décision de l’opposition de participer à cette élection
    Ayant promulgué la nouvelle Constitution le 6 novembre 2015, se trouvant dans un imbroglio juridique avec à la clé deux Constitutions circulant dans le pays, le pouvoir convoque de façon anticipée la présidentielle pour le 20 mars 2016. Une partie de l’opposition traditionnelle opte pour un boycott pur et simple, sans plan B. Certains leaders du Frocad, Pascal Tsaty Mabiala et Claudine Munari, mais aussi de l’IDC, Okombi Salissa et Parfait Kolelas, décident de se porter candidats à ladite élection même s’ils ont conscience de n’avoir aucune chance d’être proclamés gagnants par le pouvoir – seul organisateur de l’élection.
    A vrai dire, confient-ils en privé: «On y va pour avoir la possibilité de contester l’élection». Sur le plan politique, les leaders de l’IDC et du Frocad organisent une convention pour, entre autres, décider s’ils participeront à la présidentielle en rangs dispersés ou opteront pour une candidature unique. C’est finalement l’option des candidatures multiples qui est entérinée.
    L’arrivée du Général Jean Marie Michel Mokoko

    Jean_Marie Michel Mokoko en meeting le 18 mars 2016 à Brazzaville© Marco Longari / AFP
    L’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle par Jean-Marie Michel Mokoko et son entrée dans la capitale politique congolaise bouleversent les pronostics. Denis Sassou-N’guesso n’est pas le seul à en être hostile. Les candidats de l’IDC-Frocad ne voient pas d’un bon œil la candidature de Mokoko, qu’ils préfèreraient voir dans le rôle d’arbitre républicain, comme ce fut le cas lors de la Conférence Nationale. Ils veulent un Mokoko neutre au cours de cette échéance électorale et attendent de lui qu’il garantisse avec l’armée la transparence du scrutin et des résultats.
    De plus, André Okombi Salissa veut être l’unique candidat de l’opposition dans le nord du pays. La candidature de Mokoko lui fait donc ombrage. S’il est une chose que les leaders de l’IDC-Frocad ne pardonnent pas à Jean-Marie Michel Mokoko, c’est son discours lors de ses prises de contact avec le peuple. Ce dernier affirme avec beaucoup d’orgueil: «si j’avais été là lors de la contestation du 20 octobre 2015, les choses se seraient passées autrement et la Constitution n’aurait pas été changée». Ces propos inopportuns de Mokoko, qui apparait bâton à la main en libérateur, jettent doublement un froid dans les relations déjà peu sincères qu’il entretient avec les leaders de l’IDC-Frocad. Mokoko en fera les frais quand, en marge de la proclamation de la présidentielle de 2016, il appellera à la désobéissance civile et que Parfait Kolelas et Pascal Tsaty Mabiala s’inscriront dans une démarche contraire.
    La préparation de l’insurrection populaire
    Pour une frange de l’opposition: «si jamais Sassou triche à l’élection, il faut se préparer à une insurrection populaire». « Mais si nous mettons le peuple dans la rue, celui-ci peut croiser le fer avec la police voire même la garde républicaine », spécule-t-on dans certains laboratoires de l’opposition. Décision est donc prise de mettre à contribution certains cadres des Forces armées congolaises (FAC) pour tenir en respect la police et la garde républicaine le moment venu. A ce qu’il parait, le Général Jean-Marie Michel Mokoko est approché par les leaders de l’IDC pour jouer un rôle déterminant dans une éventuelle intervention de l’Armée, si jamais le pouvoir venait à ouvrir le feu sur les manifestants dans le cadre de la contestation des résultats de la présidentielle. Au cours d’une réunion secrète avec les autres leaders de l’IDC, Mokoko n’est pas capable de parler de ses appuis au sein de l’armée congolaise ni de donner de véritables garanties sur sa capacité à faire mouvoir les troupes pour ce qu’ils appellent de commun accord: «la défense de la démocratie».
    Jean Marie Michel Mokoko a du mal à rallier à sa cause les généraux perchés au sommet de l’Armée et de la police. N’étant plus Chef d’Etat-major général des FAC depuis plus de 23 ans, il n’a plus le contrôle de l’armée. Il a aussi promis l’élimination de la quasi-totalité des membres du Haut-commandement militaire en fonctions dans le cadre d’un coup d’Etat supposé et traine une réputation d’officier rigoureux capable de déposséder de leurs biens les dignitaires du pouvoir qui se sont enrichis illicitement. Il ne peut donc pas faire mouvoir ne serait-ce qu’une section de l’Armée nationale. «N’ayant pas trouvé de répondant du côté de Mokoko, Kolelas et Okombi jettent leur dévolu sur le Révérend Pasteur Ntumi qu’ils approchent», croit savoir une source bien introduite.
    Parfait Kolelas, qui n’a jamais fait et ne maîtrise rien à la guerre, refuse de prendre une telle responsabilité au cas où la lutte politique culminerait à des affrontements armés. Dans tous les cas, le Pasteur Ntumi est incontournable dans le pays. Ancien chef de guerre courageux, il possède sous son commandement plusieurs jeunes prêts à mourir pour sa cause ainsi que la cause nationale. Même quand le Général Mokoko prépare soit disant son coup d’Etat, dans sa vidéo, il parle « d’aller chercher le Pasteur Ntumi ». C’est donc une force qui compte. Une force à laquelle aucun homme sérieux qui veut prendre le pouvoir au Congo ne peut se soustraire.

    Selon les informations qui circulent alors à Brazzaville, les leaders précités de l’IDC mettent à la disposition de Ntumi des moyens, y compris même des ressources humaines. En cela, pendant près de trois semaines, un recrutement et des rites (pour préparer les futurs guerriers sur le plan spirituel) ont lieu à Soumouna, un des fiefs du Pasteur Ntumi situé à quelques kilomètres de Brazzaville. En passant, les usagers de la route Brazzaville-Kinkala se rendent bien compte de l’évidence des faits.
    Quand les résultats de la présidentielle opposent entre eux les challengers de Sassou
    En dépit de quelques restrictions et bavures observées lors de la campagne électorale, le 20 mars 2016, l’élection se déroule dans la paix. L’opinion nationale et internationale est sur le qui-vive en attendant les résultats de la présidentielle. A cet égard, l’opposition prépare un organe parallèle chargé de compiler les résultats et de les proclamer avant la commission électorale officielle. Les premières tendances donnent le Général Jean-Marie Michel Mokoko en tête suivi de Guy Brice Parfait Kolelas et de Denis Sassou-N’guesso. Quelques temps après les tendances changent. Guy Brice Parfait Kolelas arrive en tête de l’élection, secondé par Jean-Marie Michel Mokoko, tandis que Sassou reste troisième. Ces résultats ne seront jamais publiés par l’organe mis en place par l’opposition, semble-t-il, parce que Bowao et Okombi, qui veulent à tout prix conserver le pouvoir au Nord, préfèrent que ce soit le Général Mokoko qui arrive en tête des résultats.
    L’information revient aux oreilles de Parfait Kolelas qui en est choqué. Il le vit comme une discrimination de la part de ses camarades de l’IDC qui préfèrent soutenir un candidat ne faisant pas partie de leur plateforme.

    Meeting de Guy Brice parfait Kolelas à Brazzaville le 17 mars 2016© Marco Longari / AFP
    Du côté du gouvernement, comme il fallait s’y attendre, les résultats donnent le Président Sassou gagnant dès le premier tour. Guy Brice Parfait Kolelas arrive en deuxième position tandis que le Général Mokoko est troisième. S’entretenant avec certains dignitaires du pouvoir, quand Kolelas insiste sur le fait qu’un deuxième tour doit l’opposer à Mokoko, il s’entend dire: « Si tu tiens à un deuxième tour avec Mokoko, saches que tout le Nord y compris les pays du Niari se ligueront contre toi». Tout donne l’allure d’un «tout sauf Kolelas à la tête de l’Etat!». Profondément déçu et bouleversé, Parfait Kolelas, le seul capable de servir à Sassou une révolution de type burkinabé pour avoir la maîtrise des masses de Brazzaville, fait le choix de ne pas mettre les populations dans la rue, au risque de déblayer la voie pour l’accession au pouvoir d’un autre candidat: Jean-Marie Michel Mokoko en l’occurrence. C’est, semble-t-il, dans cet état d’esprit, que le pouvoir emmène Guy Brice Parfait Kolelas à infléchir sa position. Ce qui l’incite un jour à déclarer au siège du PNUD, en présence de Jeffrey Feltman, un représentant de la Communauté internationale: «Sassou est têtu, il m’a fait accepter l’inacceptable !».
    L’attaque du 4 avril 2016
    Pendant que le candidat de la Codeha (Youki) ne veut plus rien savoir d’une insurrection populaire qui sacrifierait les siens et pourrait baliser la voie de l’autre, il se trouve que le dispositif qu’il a contribué à mettre en place – dispositif en tête duquel se trouve le Pasteur Ntumi -, fonctionne toujours. Les futurs insurgés ne désarment pas. Kolelas fera tout sans succès pour que les forces mises en place n’attaquent pas Brazzaville. Pendant toute une semaine, il multipliera des tours à Soumouna pour dissuader le Pasteur Ntumi et ses hommes. Peine perdue ! Il semble que certains leaders originaires du Nord, et autres cadres de l’Armée ayant intégré la dynamique d’insurrection, encouragent le Pasteur Ntumi. Ces hommes confient même à ce dernier: « en faisant recours à la Cour constitutionnelle, Kolelas a trahi l’esprit de notre accord ! ».
    N’ayant plus la maîtrise de l’homme de Soumouna, Parfait Kolelas estime de son côté que le Pasteur Ntumi l’a trahi et ne répond plus désormais de lui. D’autant que, selon des informations en sa possession, le Pasteur Ntumi a été approché par des membres de la famille présidentielle, dont Arlette Soudan Nonault. Laquelle, selon des témoins présents lors de son entretien avec le Pasteur Ntumi et son frère Gozardio, s’y rend pour s’enquérir des accords signés avec le gouvernement, mais aussi, pour se rendre compte des conditions de vie des ex-combattants.
    Le Dimanche 3 avril 2016, Soumouna est vide alors que le Pasteur Ntumi a coutume d’y tenir une messe tous les dimanches et que le samedi il s’y trouve toujours. A l’observation, lui et ses hommes ont quitté les lieux pour aller se préparer à attaquer Brazzaville. Selon une anecdote très courante dans les quartiers sud de Brazzaville dans la nuit du 3 au 4 avril 2016, les militants de Ntumi auraient rencontré à proximité de Brazzaville, un homme lige de Parfait Kolelas, le Commandant Stoye. Ils lui demandent de se joindre à eux. Ce dernier soutient ne pas avoir reçu l’aval de son chef qui attend la décision finale de la Cour constitutionnelle. Fâchés, les ninjas du Pasteur tentent de le désarmer. Pour s’en sortir, il accepte de les accompagner à condition qu’on lui laisse le temps de rassembler les petits. C’est à ce moment qu’il prend la clé des champs et vient en parler nuitamment à Parfait Kolelas. Info ou intox ?
    Toujours est-il, des langues revêches abondent en le même sens: « la nuit où Stoye est venu voir Parfait Kolelas, ce dernier a, à son tour trahi Ntumi en décrochant son téléphone pour appeler le Général Jean François Ndengue et l’informer de l’imminente attaque des ninjas. Il aurait même supplié le Général Ndengue de le protéger». Des informations battues en brèche par les proches de Kolelas qui taxent les colporteurs de telles informations de «gens devenus fous».
    Le 4 avril 2016 sans trop de peine, les ninjas du Pasteur Ntumi, à la tête desquels se trouvent son frère cadet, Gozardio, Castro, Macoye, Indien… font irruption dans Brazzaville. Lors de leur passage au marché Bourreau, peu avant qu’ils ne brûlent le PSP et la mairie de Makélékélé, on les entend s’adresser à la population en ces termes: « beto mu bungu dia beno kua tuijiri » (c’est pour vous que nous sommes là). De l’avis de ceux qui les ont approchés à hauteur du quartier Terinkyo, «ces derniers se plaignaient de ce que des hommes armés préparés comme eux dans les quartiers nord de Brazzaville, n’ont pas fait leur part du boulot ». Ils les entendent dire à ce sujet: «Ils sont où tous ces gens qui ont fait miroiter des choses au Pasteur Ntumi et lui ont dit qu’il suffisait juste d’un déclencheur pour que la mayonnaise prenne? Aujourd’hui, nous sommes entrés à Brazzaville, personne d’entre eux ne fait ce qu’il avait promis. Ils ont menti au Pasteur et nous ont trahis».
    C’est, semble-t-il, après avoir réalisé le poids de toute cette trahison que les ninjas rebroussent chemin.
    Le nom d’un officier général circule sur toutes les lèvres des ninjas du Pasteur Ntumi, pas de la police mais de l’Armée. Il serait celui qui les aurait armé lors de leur entrée à Brazzaville. Ledit général aurait été en contact téléphonique permanent avec Gozardio tout le long de la préparation et de l’attaque du 4 avril 2016. Pour éclairer la lanterne publique, le 20 octobre 2015, les populations des quartiers sud avaient reproché à celles du nord de Brazzaville de ne pas avoir fait leur part. Le même scénario se répétée le 4 avril 2016, à la différence que cette fois-ci, il s’est agi d’une insurrection armée en toile de fond de laquelle se profilait une Transition (selon l’opposition), un coup d’Etat (selon le pouvoir).
    A lire aussi : Congo-Brazzaville: la partie de chasse de Sassou Nguesso
    Si la mayonnaise avait pris, l’Armée aurait joué les sapeurs pompiers ou les justiciers et pris le pouvoir. Il semble même que des consignes aient été données dans ce sens, voilà pourquoi les ninjas du Pasteur Ntumi parlaient de se charger uniquement de la police et de la GR. L’insurrection armée ayant échoué, le tout s’est soldé en répression militaire dirigée contre les ninjas du Pasteur Ntumi dans le Pool. Selon ce qui se dit, après l’échec de l’entrée des ninjas à Brazzaville, Parfait Kolelas en veut à mort à Okombi Salissa.
    En somme, la guerre qui a cours actuellement dans le département du Pool n’est rien moins que la résultante des dégâts collatéraux de l’accaparement du pouvoir par Denis Sassou-N’guesso, qui s’est lui-même rendu coupable de Haute trahison en changeant la Constitution et la tentative de renversement de ce dernier par certains cadres de l’opposition et de l’Armée. Ni plus, ni moins.

  59. Ta Malanda dit :

    Le problème de Parfait Kolélas est celui de vouloir s’entourer des personnes qui ne peuvent lui faire de l’ombre ; c’est à l’image de ceux qui tentent de le défendre à travers des sujets de diversion.

    Prenons l’exemple de Robert Poaty, celui qui a fait des enfants Kongo et des disparus du Beach un fond de commerce politique, et qui est incapable de prendre une initiative d’envergure face à la barbarie dans le Pool, alors qu’il a la possibilité d’aller se balader à Brazza, et même de prendre le même avion que la muse du tyran.

    Le raisonnement de RPP consiste à renvoyer Okombi à son passé de collaborateur du tyran, oubliant au passage qu’il est l’un des dignitaires du MCCDI, à l’époque où le tyran approvisionnait les ninjas en arme et munition, pour affronter les milices de Lissouba.

    Si on part de sa logique, les populations du Niboland seraient tentées de dire à propos de la crise du Pool : « c’est bien fait pour eux, ou c’est un retour de bâton », en mémoire aux événements de 1993.

    On pourrait aussi tenir le même raisonnement contre Ntoumi qui a été aidé par le même tyran à s’attaquer aux ninjas de Kolélas ou à faciliter la réalisation de l’opération Mouébara.

    Kolélas est donc entouré d’opportunistes et illuminés, comme RPP, qui tiennent plus à leur survie qu’aux causes dont ils se servent comme un fond de commerce.

    Dans la même logique que Robert Poaty, un autre illuminé, sous le pseudo révélateur de « Tribaliste », confirme implicitement les motivations des défenseurs de PAKO en écrivant :

    « Kolélas n’empêcherait aucune personne d’aller profiter des deux pistes de l’aéroport de Maya Maya bâties zone dansement peuplée, sans analyse de risques environnementaux, pour aller faire son expérience de la république bananière :

    – Jouer au figurant auprès de l’Oyocratie, avec le statut d’opposant pour mener une vie paisible
    – Ou dénoncer les manipulations du système et rentrer en résistance pour être accusé d’atteinte à la sureté de l’Etat, avec au passage un dépôt d’arme à votre domicile et une humiliation en prime

    RPO, vous qui réclamez la vérité à Okombi, pouvez-vous nous expliquer comment étaient financés et armés les ninjas ?

    Comment procédiez-vous au recrutement de ces jeunes dont certains ont fini par retourner la veste et s’attaquent aujourd’hui à leurs parents du Pool ?

    Bien entendu, je n’attends pas de vous une réponse dans la mesure où beaucoup de ces jeunes sont nos frères égarés, et nous connaissons bien le milieu de Pako.

    Il était simplement question de souligner que, dans la situation du Congo, les esprits bien pensants devraient faire la différence entre la défense des principes humanistes ou démocratiques, avec les règlement de comptes et des positionnements opportunistes, dont le seul but est de paraître comme étant le meilleur courtisant auprès du diable, en se servant de la détresse des populations qui ne demandent qu’à vivre en paix et avec le fruit de leur travail, et non de la prostitution politique.

  60. David Londi dit :

    À toutes celles et tous ceux qui soutiennent l’insoutenable, je tiens à dire avec la plus grande gravité qu’il ne faut pas 6 mois pour commettre un génocide. Cela fait plus de 6 mois que les forces scélérates tuent, saccagent, brûlent et violent. Cela fait plus de 20 ans que les écoles dysfonctionnent dans le Pool, une génération. Cela fait plus de 20 ans que Sassou planifie méthodiquement, en coupes réglées, la disparition de cette région rebelle à ses yeux.

    Cela fait plus de 20 ans que toutes ces situations existent et cela fait plus de 20 ans que la famille Kolelas collabore avec le bourreau, le génocidaire. Des rapports ont été produits suite à des études menées par des organismes internationaux, très alarmants sur l’état de santé physique et mental (des traumats non traités qui minent la population ) et de l’éducation (environ 15 ans pour reconstruire un tissu social et une école déchirés). Comment, dans ces conditions, travailler avec le promoteur et l’acteur principal sinon par appétit du gain ? Pendant que le feu est chez eux, ils observent le sens du vent, pourtant soufflant à grosses bourrasques, ils attendent que les voisins réagissent pour l’éteindre. Ils font des calculs politiciens à 2 balles pour un meilleur positionnement dans l’édifice Sassou, le génocidaire.

    En vérité, ils n’aiment pas cette région parce que leur amour pour l’argent est trop fort sinon comment accepter de participer à une réunion, un conseil de ministres présidé par celui qui extermine vos corrégionnaires, vos villes et villages, tout ce qui est vous ? Les décisions ou décrets signés par le gouvernement auquel vous appartenez vous engagent à 100%.

    Les Kolelas, par leur participation aux gouvernements successifs, sont responsables et coupables de toutes les exactions qui se déroulent dans cette région depuis plus de 20 ans. Ils devront rendre des comptes, le moment venu.

  61. David Londi dit :

    @Robert Poaty,
    vous vous dites « Homme politique « , sachez que la politique ne se fait pas systématiquement dans le cynisme, elle a aussi un côté noble parce que vous pouvez tromper un peuple une fois, peut-être 2 mais pas tout le temps.

  62. delo dit :

    le congo c est bien le pays des diplomés idiots ou les superstitions et autres betises du genre la franc maçonnerie fait parti des croyances de tout le monde!!!!!
    ON NE PARLE QUE DE LA FRANC MACONNERIE TOUT LE TEMPS A TOUTES LES SAUCES A TOUT BOUT DE CHAMP A CHAQUE COIN DE LA RUE DANS UN BAR AU MARCHE ETC ETC….
    L ADESHION DES CONGOLAIS A CES CROYANCES ET CULTURES D UN AUTRE AGE EST TOTALE AU ¨POINT D AFFECTER LEUR FONCTIONNEMENT AU QUOTIDIEN S Y AJOUTE LES SECTES EVANGELIQUDES QUI PROFLIFRENT COMME DE LA MAUVAISE HERBE A CHAQUE COIN DE LA RUE AFFECTANT LA AUSSI LA PENSEE ET LA FACON D AGIR DES CONGOLAIS
    LE LOISIR DES CONGOLAIS ? C EST ALLER A LA MESSE FAIRE SA PRIERE ET ENCORE ET ENCORE……… C EST TOUT QUE LES CONGOLAIS SAVENT FAIRE AU JOUR D AUJOURD HUI
    ALORS DANS CES CONDITIONS IL NE FAUT PAS S ETONNER QUE SASSOU SOIT ENCORE LA

  63. Anonyme dit :

    RPP l’opportuniste qui argumente à longueur de commentaires qu’il faut un référendum pour obtenir l’indépendance mais ne dit, ni ne fait, quoi que se soit pour venir dans l’immédiat secourir les populations qui souffrent et qu’il est censé défendre.
    Certainement que cette population meurtrie a tout le temps d’attendre cet éventuel référendum organisé par RPP dans un futur, des plus incertain, pour espérer sortir de ce marasme.
    Ces populations n’ont qu’une envie principale, qu’on les libère d’un monstre qui les asservie mais il est vrai que dans certaines de vos interviews Monsieur RPP, vous vous positionnez clairement comme n’étant pas un opposant à sassou.

    RPP vous défendez votre fond de commerce qui est sassou, car sans lui vous n’existez plus.

  64. Anonyme dit :

    delo dit
    Monsieur « delo » un peu dure et brutal votre commentaire mais faut l’avouer ce n’est pas faux, c’est cela aussi la réalité du pays.

  65. Signé 'Tribaliste' dit :

    Une POUFIASSE supplémentaire, surnommée ‘Ma Malanda’, en règles menstru’, écrit tout bêtement:

    [Dans la même logique que Robert Poaty, un autre illuminé, sous le pseudo révélateur de « Tribaliste », confirme implicitement les motivations des défenseurs de PAKO en écrivant :

    « Kolélas n’empêcherait aucune personne d’aller profiter des deux pistes de l’aéroport de Maya Maya bâties zone dansement peuplée, sans analyse de risques environnementaux, pour aller faire son expérience de la république bananière :
    …bla bla bla – nanani nanana…]

    Plus loin,
    ‘delo’, plus futé, assomme ô si bien:
    [le congo c est bien le pays des diplomés idiots ou les superstitions et autres betises du genre la franc maçonnerie fait parti des croyances de tout le monde!!!!!]

    Il ne sera donc nullement besoin ici de dignifier pour une fraction de seconde, la POUFIASSE étourdie sous la corvée de patates pourries, avec une quelconque réplique ‘explosive’. Il en a assez, vraissemblablement.

    Remarquez simplement et interrogez-vous patriotiquement, honnêtes gens, sur toute cette longueur d’archives diverses postées ci-dessus par RPP:
    Où sont donc passées les autre régions, pour cette bataille ‘nationale’, sur le terrain??? UMM!!!

    Tactique de nier en bloc et embrouiller avec les charognards habituels. Nauséabond! ‘To léka.’

    Ooohhh patate, les vaches attardées ne pigent que dalle!

    POUAH!

  66. Mado dit :

    @Signé ‘Tribaliste’, vous êtes l’archétype de diplômés idiots, décrits par @delo, dotés d’une faculté à insulter ou s’intéresser à des futilités, plutôt que de tenir un discours intelligible.

    Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que notre tribaliste, se livre à l’exercice de prédilection des diplômés idiots : le culte de l’apparence et la volonté d’impressionner, sans en avoir la consistance.

    En parcourant les différents commendataires, s’aperçoit qu’il y a une vraie difficulté à répondre sur le fond, mais une habileté à tourner en rond, sans faire avancer le débat.

    Depuis quand, le fait de pouvoir donner un avis sur un sujet de société, aussi grave que celui du Congo où beaucoup de charlatans se font passer pour des politiciens devrait conduire nécessairement faire penser à une conquête du pouvoir ?

    On se croirait dans un univers intégriste où la faculté de critiquer serait prohibée.

    Comme disait un sage indien : « Les têtes vides, à l’insulte facile, sont plus dangereuses que les têtes nucléaires. »

  67. Imposteur dit :

    Regardez-vous bien, PUNK l’imposteur!

    Vous êtes le prototype 001 du cancre inutile, jaloux et prétentieux. Faites-vous vous-mêmes, par le canal anal soit le segment périnéal. Allez avancer vos *ébats* de collégiens dans les chiottes. Microbe. Lâche!

  68. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Guy Milex M’Bondzi nous a livré des informations dans son Article paru dans Paris Match.

    Si ce qu’il dit n’attire pas votre attention, alors là….

    « Congo-Brazzaville : de trahison en trahison, la guerre du Pool
    Paris Match| Publié le 08/11/2016 à 16h19 |Mis à jour le 14/11/2016 à 18h08
    Guy Milex M’Bondzi »

  69. Anonyme dit :

    RPP, arrêtez de nous donner des leçons, ce n’est pas parce que vous avez recopié cet article de Paris Match qu’il faut vous répondre. Surtout venant de vous, vous qui ne répondez jamais aux questions que l’on vous pose, vous ne manquez vraiment pas de culot.
    Ce travail d’ailleurs intéressant de Monsieur Guy Milex M’Bondzi, pour les compatriotes qui se tiennent au courant et s’intéresse au pays le connaissent déjà depuis sa parution, on ne vous a pas attendu pour en connaître la teneur.
    D’ailleurs ils est étonnant et curieux que se soit vous qui preniez fait et cause pour cet article car certaines tournures ne vont certainement pas le sens de vos prises de position.

  70. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Je pense qu’il est que chacun de nous se souvienne de Kébissila lors du procès sur les attentats à la bombe du Cinéma Star à Poto-Poto.

    Kébissila a eu courage de dire ce qu’il en savait de cet attentat.

    Kébissila a refusé l’interprète qui lui avait été désigné.

    Kébissila a renversé le cour du procès.

    Aujourd’hui il revient à André OKOMBI SALISSA d’agir comme Kébissila.

    Voici une occasion qui lui est offerte pour tout dire.

    Là, ce n’est pas Parfait KOLELAS qui va l’empêcher de parler.

  71. Robert POATY PANGOU dit :

    Mes très chers frères,

    Le CMP avait empêché Barthélemy KIKADIDI de s’exprimer ce qu’il avait vu le Vendredi 18 Mars 1977 à l’Etat-Major.

    Il avait été purement et simplement abattu alors qu’il se cachait comme André OKOMBI SALISSA l’a été.

    KIBOUALA NKAYI avait lui aussi été abattu sans procès.

    Aujourd’hui une extermination des Laris est en cour dans le Pool. Il n’y a pas de Procès.

    Aujourd’hui André OKOMBI SALISSA bénéficie d’un procès que certaine victimes du 05 Juin 1997 n’ont pas pu avoir.

    Et voilà qu’on trouve le moyen d’aller chercher les « POUX » sur la tête de Guy Parfait KOLELAS.

    Quelle tactique !

  72. CD JUMEAU dit :

    @ tâ POATY Robert, 25/01/2017 à 15:54

    Je vous cite: C’est le Patron du FRONT 400 qui fait arrêter son Agent. Fin.

    Si j’ai bien compris Monsieur RPP, il s’agirait donc du (vrai) Patron du Front (SASSOU NGUESSO, terroriste, 77ans) qui aurait fait arrêter son Agent (Monsieur OKOMBI), aux ordres de ce premier en 1997 lors de la guerre civile.

    Monsieur, je constate seulement que si le Patron du Front fait arrêter son Agent, aujourd’hui en 2017, ça prouve très clairement que les deux hommes sont en opposition, ça prouve clairement que le Patron ne contrôle plus « son » agent, ça prouve clairement que le Patron, avec son armée de mercenaires et de terroristes, a peur de « son » agent et enfin, ça montre clairement que l’agent n’est plus « son » agent mais son ADVERSAIRE. Contrairement à d’autres qui se réclament des opposants mais qui, après avoir fait un recours à la Cour Constitutionnelle, circulent librement dans des GROS 4X4 sans la moindre inquiétude.

    Par contre Monsieur, vous êtes le seul Congolais qui intervenez ici à visage découvert, en soi-disant désaccord avec la cruelle politique de SASSOU, critiquant la dictature tout en prônant l’idée de l’indépendance du Sud Congo, alors que vous êtes en mesure de faire des aller-retours au Congo du même SASSOU en toute liberté et même, votre sécurité est assuré là bas puisque vous vous déplacez tranquillement entre Pointe-Noire et Brazzaville. Alors que même les simples leaders d’opinions ainsi que les combattants sont fichés dans tous les aéroports du pays par la Gestapo de 8%.
    Donc Monsieur le distracteur, dites-nous actuellement qui de VOUS (qui faites des aller-retours au Congo en toute liberté) et de OKOMBI (qui vivait caché pour sa sécurité) est le vrai employé de celui que vous appelé le (vrai) Patron du Front 400???

    Comment tâ MPANGOU, vous qui prônez indépendance de l’Etat du Sud Congo devant un chef terroriste capable de tuer un élève de CEGE pour juste manifester son opignon, tchia fouasso béno lou tâma koué zébah kou hatâ dia Mou’Bakou (le renard) sans y laisser vos plumes???

    Votre ami MOUDILOU venait de se faire prendre dans le piège que lui-même a aidé à construire. Livrez nous vos vérités avant que votre SASSOU ne vous broie!

    Je ne suis pas supporteur de OKOMBI. Non relu.

  73. Jules NGOYO dit :

    Robert Poaty, j’ai toujours du mal à établir un frontière entre l’incarnation de la bêtise et la perturbation de la structure mentale, concernant votre profil psychologique.

    Quand vous avez du mal à faire la différence entre le contexte de 1977 où l’on exécutait des opposants avérés ou potentiel, avec la situation d’aujourd’hui où les bourreaux sont obligés d’y mettre un peu de formes, cela témoigne de votre fragilité.

    De plus, vous osez dire que Okombi bénéficierait d’un procès, alors qu’il s’agit simplement d’un maquillage de la neutralisation à petit feu des hommes que le pouvoir considère comme redoutable, à votre âge, il y a lieu de se poser des questions.

    Dans ce jeu qui consiste à profiter de la misère et de l’incrédulité des pauvres populations du Pool, PAKO vous a bien doublé en se faisant passer comme opposant, ce qui vous oblige à courir derrière lui, après l’échec de votre théorie de la scission.

    J’espère que vous avez des proches ou enfants qui vous suivent et peuvent vous aider à gagner en sérénité.

  74. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « CD JUMEAU »,

    Si vous avez bien lu le Titre de cet Article vous comprendriez mieux ce que je dis.

    Pourquoi parler de Parfait KOLELAS dans l’arrestation d’André OKOMBI SALISSA ?

    Je dénonce ici cette manière diabolique de vouloir porter les responsabilités sur d’autres personnes.

    En outre quand vous lisez l’Article de Guy Milex, vous comprendrez encore mieux les relations entre André OKOMBI SALISSA et Denis SASSOU NGUESSO.

    Vous voulez qu’on démontre quoi ?

  75. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher « Jules NGOYO,

    Je vous dis ici que c’est le drame du 05 Juin 1997 qui est en train de rattraper tous les Acteurs de bêtise.

    Denis SASSOU NGUESSO est rattrapé lui-même comme tous ceux qui l’ont accompagné.

    Je répète que Barthélemy KIKADIDI, KIMBOUALA NKAYA eux, n’ont pas le temps de s’exprimer sur le 18 Mars 1977.

    KEMBISSILA face aux juges, il a pu renverser le cour de tout un procès.

    Voulez-vous nous faire oublier l’extermination des Laris qui est en cours dans le Pool ?

  76. L'affaire fillon ou la sulfureuse france mafieuse dit :

    Suggestions:

    Vu l’offensive médiatique du club d’oyo et associés je suggère aux associations de la diaspora qui s’inscrivent dans l’ordre de la lutte contre la tyrannie de mettre en place les actions également médiatiques pour contrer celles du clan criminel d’oyo et de bien saisir ce scandale français de l’affaire Fillon ou Penellopegate pour dénoncer la mafia française qui soutient les dictateurs africains.Rappelons-nous que l’affaire Fillon n’est que l’arbre qui cache la foret, Au fait, les sulfureux politiques et hommes d’affaires français habitués a vivre de détournement et de l’ escroquerie des fonds en afrique et ailleurs mais cette fois ci par querelle de prise de pouvoir en france une partie de la mafia mécontente du partage du gâteau a décidé de lâcher prise.Ceci n’est qu’un debut.
    Alors soyons nombreux a commenté et relayer ces scandales et faits mafieux pour la lutte de liberation des peuples noirs d’afrique francophones opprimés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.