Le Colonel Marcel Tsourou assassiné dans la nuit du 16 au 17 février 2017 à Brazzaville.

Le colonel Ntsourou à la barre lors de son procès, à Brazzaville, le 2 juillet 2014.

Incarcéré le 16 décembre 2013 dans le rocambolesque procès des explosions du 4 mars 2012  , relâché puis de nouveau jeté en prison le 11 septembre 2014, le Colonel Tsourou retrouvé mort dans sa cellule a été transporté à l’hôpital militaire, où son décès a été confirmé par un médecin .

Il a été de ceux qui avaient largement contribué au retour de Denis Sassou Nguesso au pouvoir. Il a maintenant rejoint la longue cohorte des amis du tyran trahis, empoisonnés, assassinés lâchement comme Blaise Adoua, Yves Motando et tous les autres sans-grades abandonnés sur le bas-côté dans des destinées incertaines.

Marcel Tsourou croisera les esprits des 400.000 victimes congolaises tombées dans les massacres décidés par le tyran pour instaurer sa terreur et y asseoir son pouvoir. Les compagnons de cette prison insalubre et malsaine le rejoindront  peut-être bientôt, comme tout Congolais vivant encore dans l’enfer que le dictateur sanguinaire a établi dans notre pays.

QUE TOUS CEUX QUI FESTOIENT ENCORE AVEC SASSOU-NGUESSO SACHENT QU’ILS FINIRONT COMME MARCEL TSOUROU .

LA SEULE SOLUTION POUR LE BIEN DE TOUS EST DE METTRE FIN AU RÉGIME DE SASSOU NGUESSO.

Nous sommes tous inscrits sur la longue liste des personnes, hommes, femmes, jeunes et vieux, que Denis Sassou Nguesso veut faire disparaître pour assurer, à sa seule famille, un bonheur éternel.

Pour le dictateur, dans ses rêves, nous ne sommes que des cadavres… !

Comme ce fut le cas lors de la mort de Marien N’Gouabi, aucune lésion externe n’a été relevée, par les services du dictateur Sassou Nguesso, sur la dépouille de Marcel Tsourou (Voir ci-dessous le communiqué de l’Hopital militaire)

La Rédaction

Diffusé le 17 février 2017, par www.congo-liberty.com

SASSOU-NGUESSO, L’ASSASSIN INFATIGABLE . Par Olivier Mouebara

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

87 réponses à Le Colonel Marcel Tsourou assassiné dans la nuit du 16 au 17 février 2017 à Brazzaville.

  1. Kuna dit :

    « Sic transit gloria mundi »
    C’est triste d’apprendre ce genre de nouvelles qui chaque viennent nous rappeler le caractère criminogène de ce régime. On ne rentre pas en prison pour y mourir. Le régime de Brazzaville avec ce mort de plus, a des comptes à rendre non pas seulement à la famille du disparu, mais aux Congolais et à l’opinion internationale. Une fois encore j’exige la libération de tous les détenus politiques.

  2. GUY-FERNAND LOULENDO dit :

    Que le nain pseudo procureur diligente une enquête avec des résultats aussi rapides que ceux obtenus avec la pseudo enquête de l’affaire Paulin Makaya suite à la pseudo fusillade du 29/12/2016 et l’assassinat du MDC Dandou-Milandou Cédric.

    Je vais bien entendre quelles arguties cet incapable va encore nous sortir dans ses délires d’hommes frustré.

    Les déclarations de Toto ngakala feraient rire en dans d’autres circonstances, mais il y a mort d’homme, je n’ose pas rire, je suis pris de rage.

  3. Anonyme dit :

    Très bonne analyse Congo-Liberty, mes pensées à l’épouse de TSOUROU, ses enfants et sa famille, la lutte continue contre le sanguinaire

  4. Bonguissa dit :

    On ne dîne pas avec le diable même avec une très longue cuillère .TSOUROU comme bien d’autres, a été séduit par la fourberie .Il en paie le prix. Mais je pense à sa femme ,à ses enfants et aux siens qui l’ont tant aimé ,aujourd’hui en deuil

  5. CD JUMEAU dit :

    Denis SASSOU NGUESSO à tuer TSOUROU! Le criminel infatigable vient d’allonger sa liste macabre des assassinats des Congolais.

    Maudit sois-tu SASSOU NGUESSO!

  6. Ngolotou dit :

    Denis Sassou Nguesso et sa bande continuent à assassinner, à massacrer. Que tous les congolais et l’opinion internationale prennent acte de ce qui se passe dans la république du Congo, qui est devenue une prison ouverte. Combien d’opposants, des gens vont encore mourrir au Congo où Sassou Nguesso et clique ne vont que tuer, se livrer au génocide dans le Pool, se livrer à l’achat des conscience, à la corruption à grande échelle, jouer Avec l’argent des richesse du Congo?

  7. Hallo hallo dit :

    Il est parti sans rien révéler sur les disparus du beach comme promis. En même temps, vu son degré d’ implication présumé dans cette affaire, c’ était illusoire de ma part d’attendre qu’il fasse de la lumière sur ce dossier.
    Qu’il soit reçu, par les disparus du beach et les 400000 victimes du coup d’état de sassou, avec tous honneurs dus à son rang.

  8. Baghana dit :

    Panique dans les maigres rangs du pouvoir. La peur du soulèvement est là ! L’armée est à tous les carrefours.
    Après l’assassinat de Tsourou, Sassou a ordonné celui d’Okombi

  9. Nokilo dit :

    Voici comment le dictateur Sassou; 33 ans au pouvoir usurpé et sa clique qui ont mis davantage à feu et à sang la république du Congo veulent en finir avec prisonniers politiques, les opposants. En un mot avec le peuple congolais, dont une partie de ce peuple vivant dans la région du Pool subie une épuration éthnique depuis presque une année, après l’attaqwue montée par le Pouvoir le 4 avril 2016.En effet la dite attaque , attribué arbitrairement à Ntoumi,est l’oeuvre  » de Hydevert Mouagny et sa milice armée au service de Sassou-Nguesso. Hydevert Mouagny, qui est partisan d’une solution milicienne et armée à la crise politique actuelle, a fait infiltrer ses miliciens dans les quartiers sud de Brazzaville avec les armes lourdes qui venaient d’être récemment réquisitionné
    es au GPC. Plusieurs témoins ont reconnu à la tête des assaillants de ce matin, des personnes qui s’étaient affichées à la Télé avec Hydevert Mouagny. » Les Congolais, l’armée, la police doivent prendre conscience qu’en dehors des prisonniers, opposants, les habitants du Pool, le dictateur sanguinaire, Sassou Nguesso et son clan, finiront à s’attaquer à presque tous les Congolais pour rester au pouvoir. Que les Congolais, Le monde prennent en considération les tueries, massacres des Congolais, des disparus du Beach, des présidents Ngouabi, Massambat Débat, du Cardinal Biayenda perpétués depuis des années par le tyran Sassou Nguesso. Sassou Nguesso et sa clique sont des criminels contre l’humanité, des vrais terroristes qu’ il faut abattre sans plus attendre. Celui qui restera insensible à cette appel dans ce monde est l’ennremie de la démocratie et est personnellement un criminel contre l’humanité.

  10. CD JUMEAU dit :

    Peuple du Congo, le moment est venu d’arrêter le sanguinaire SASSOU NGUESSO!

    Le Congo est devenu une vaste prison à ciel ouvert où l’homme des ténèbres, que dis-je, le démon des ténèbres, démon SASSOU NGUESSO matricule 666, a le droit de vie et de mort sur les Congolais qu’il prend pour du bétail, il peut verser notre sang comme bon lui semble, il se nourrit du sang des Congolais, il s’accapare des richesses du pays, viol les femmes, tue les hommes tous les jours… C’est un démon qui est ancré dans notre maison Congo et seule la force pourra l’envoyer en enfer. Les Congolais doivent prendre les armes sans plus tarder, le capturer et le brûler. Je pèse bien mes mots.

    La juventud rebelde.

  11. Jean OKOMBA dit :

    Quand on est idiot on ne peut que mourrir de cette manière. Ils sont encore nombreux ces idiots fabriqués au Congo Brazzaville, c’est à dire ceux qui suivent sassou nguesso qui, durant toute sa vie ne cesse d’utiliser toutes les manières possibles pour attenter à la vie des autres. Sassou Nguesso a tuer presque toutes les categories des citoyens: officiers et simples soldats, civiles, Prélats, pretres, pasteurs protestants, hommes et femmes, enfants et vieillards. Tout cela les ntsourou et les autres le connaissaient. Quel était vraiment leur engouement pour soutenir cet assassins? Ntsourou ne savait pas que sassou nguesso était impliqué dans la mort du president ngouabi? si sassou nguesso est a fait assassiner ngouabi qui était president de la republique et qui l’avait aidé, toi ntsourou ta vie vallait quoi auprès de lui? Tu as refusé de servir André Milongo et Pascal Lissouba pour servir le diable sassou nguesso, et voilà nous en sommes. C’est vous qui avez donné le soufflé a celui là qui a echoué en 1992 et qui continue d’échouer maintenant, vous mériter votre Prix, la mort. on mort bien quand sassou vous tue. Ce message devrait faire reflechir beaucoup de congolais. il est temps d’abandonner ce sanguinaire, sinon votre propre vie est toujours en danger!

  12. Devrons-nous nous étonner encore de ces assassinats induits de divers manières par sassou nguesso dit :

    Le clan d’oyo dit bien ATSO LEWA donc ‘tous on meurt’ ce qui veut dire que tous ceux qui ont été et sont avec eux doivent mourir avec eux.

    Sassou elimine donc un à un tous ceux qui savent toutes ces combines de meurtres et de mafia.

  13. Kassava de Tsibakala dit :

    Chers compatriotes,

    un seul mot d’ordre sur le soulèvement populaire suffit, quelque soit le lieu d’où qu’il viendra …

    Vive le Congo

  14. sitou Mpaka dit :

    Cela me rassure la fin est très proche , les enfants kolélas , les Tsaty mabiala , Munari qui ont pactisé avec le diable , doivent comprendre qu’ils paieront très chère le prix de leurs médiocrité !!!

  15. Végétarienne dit :

    La lâcheté n’est pas un défaut pour eux. Liquider un homme qu’ils détiennent dans leurs geôles est un acte tout banal. Le connaissant soldat, ils auraient, par respect du règlement militaire, lui accorder au moins une mort de soldat. Ils l’ont liquidé sans égard. Mais le peuple congolais qu’ils ont pris en otage, et qui se retrouve obligé d’assister à ce macabre spectacle sait aujourd’hui, quelle est l’unique solution qui s’impose à lui. Ça sent pas bon, ce qu’ils ont installé comme climat dans tout le pays.
    Le soldat Ntsourou s’était certes trompé quand il avait fait le choix de ne plus être aux ordres d’un président civil (Lissouba), pour se rallier aux ordres d’un général qui de tout temps, n’en a cure du règlement militaire. Mais il a payé de sa vie, dans une cellule insalubre. Il a mon pardon!

  16. Anonyme dit :

    On n’a pas voulu d’insurrection populaire de peur de provoquer des morts au sein de la population mais de toutes les façons des morts il y en aura, encore et encore tant que sassou sera au pouvoir.

  17. KOO' NGOH dit :

    Sassou, si tu le tapes, alors fait-le fort, très fort même… Pas de demie mesure. Pas de chagrin.
    Les simulacres d’attaques couvertes de politesses politiques qu’ont esquissées les DZON, MOKOKO, Front 400 alias OKOMBI, et TSOUROU ne marchent pas avec sassou. Le résultat de leurs actions est la: la prison et la mort.
    TSOUROU avait eu tout le temps de sortir du Congo et ainsi pouvoir mettre sassou a nu sur l’affaire du Beach. Mais il ne l’a jamais fait. Idem pour DZON qui en connait assez sur l’organisation de la guerre dont il était l’allié de sassou. De MOKOKO, n’en parlons pas. Lui qui connait même dans les culottes ce que sassou portait a travers sa femme.
    Et dans deux matins, quand les DZON suivi de KOLELA et TSATOU MABIALA vont tomber les crânes bien fracassés avec un peu de bave au coin de la bouche, vous allez sortir pour vous étonner. Comme si vous ne savez pas que qui mange avec sassou prépare sa tombe. Rien que travailler avec sassou, parler avec, c’est un crime odieux pour lequel il faut aussitôt des repentances suivi d’une grande demande de pardon.
    Alors, que voulez-vous que l’on fasse avec cette gangue de malhonnêtes qui n’a jamais même dit pardon aux congolais pour leurs méfaits d’ensemble commis avec leur sassou?
    Non! Pas question d’un pardon quelconque…

    KOO’ NGOH

  18. CD JUMEAU dit :

    HONTE À LA SOI-DISANT COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE COMPLICE QUI LAISSE CE CHEF TERRORISTE NARGUER ET MASSACRER LE PEUPLE CONGOLAIS!

    Ça fait 33 ans que SASSOU NGUESSO, ce sanguinaire psychopathe sème la mort dans notre pays, ça fait 33 que ce démon pille, viol, détruit notre pays, choque notre peuple à tout moment… qu’avons nous fait à Dieu pour laisser ce fils de satan à la tête de notre pays? Regardez les pays moins riches que le Congo mais qui ont prospéré en 33 ans, comme le cas du Botswana, le Cap Vert… et même le Rwanda. Chez nous c’est toujours la dictature féroce, l’emprisonnement des opposants, les intimidations, les empoisonnements, les assassinats… C’est toujours les vielles méthodes connues de tous. Ce chef terroriste voudrait faire taire tout le monde pour laisser la place libre à son fils. Mais, nous, le vaillant peuple du Congo, nous n’acceptons pas une telle chose. SASSOU NGUESSO ne doit pas avoir une tombe au Congo, il doit être consumé par le feu car cette chose (lui) est une malédiction.

    Je demande aux avocats du président MOKOKO de demander un check up médical du président pour voir s’il n’est pas empoisonné. On ne sait jamais.

  19. Gabio dit :

    Oui, les morts il y en aura, encore et encore par manque d’eau potable, manque de nourriture, manque d’hopitaux et le tout dans un environnement pourri par l’incompetence de l’usurpateur du pouvoir et criminel eternel. Donc il tue a petit feu dans toutes les familles. Refuser l’insurrection populaire de peur de provoquer des morts, c’est accepter plus de morts par empoisonnement de l’environnement tant que sassou s’accrochera au pouvoir. Vaut mieux mourir une bonne fois et esperer vivre mieux demain. Mais bon, on viendra surement me demander d’aller prendre la tete de l’insurrection ou d’envoyer les miens qui seraient les plus concernes par le manque d’eau ou d’hopitaux

  20. KOO' NGOH dit :

    De toute cette bande de malhonnêtes, je m’en fou … Ils ont voulu être avec leur sassou, ils en tirent le grand profit a présent: la prison et la mort.
    Comment osez-vous venir vous mesurer a sassou sans une seule arme? Comment?
    Dire que vous avez connu la personne. vous avez mangé et bu ensemble. Vous l’avez servi en cirant ses bottes. Vous connaissez bien sa rancune. Et dans deux petits matins, vous vous levez, sans armes ni longs couteaux, sans soutiens ni organisations, pour prétendre dégager sassou de son assiette de toilette qu’est le Congo. Il faut être malade…
    sassou n’ira que par les armes, tel qu’il est venu. Un point un trait.

    KOO’ NGOH

  21. David Londi dit :

    Sassou a été à bonne école à Moscou des années 70/80, avec Mobutu et Bongo. Avec les Russes il a appris à éliminer méthodiquement des opposants, avec Mobutu pour savoir s’éclipser au bon moment pour faire exécuter ses victimes et enfin avec Bongo pour la corruption des opposants et de la communauté internationale.

    Nous devons tous être conscients que Sassou entâme la dernière phase de la normalisation de son hold-up électoral. Après avoir dépêché ses ambassadeurs, Kolelas et Tsaty, l’un en France et l’autre en Belgique pour envoyer un message fort de pacification de la vie politique congolaise. Pour matérialiser ceci, il a instauré un statut de l’opposition avec son financement, finalisant ainsi la mise en place de sa pseudo-constitution. Ainsi il va intégrer le concert des nations qui ne l’a pas encore ouvertement reconnu. Dans cette stratégie, les prisonniers constituent autant d’aspérités pour uneimage politique qu’il veut lisse. Cette exécution de NTsourou, l’échec de celle de Makaya et les faux procès planifiés pour Mokoko ne peuvent s’expliquer qu’à l’aune de ce processus de normalisation institutionnelle. Il débouchera ainsi aux élections législatives, le dernier étage de sa fusée du hold-up électoral, sans encombres et protestation d’une opposition qu’il aura décimée ou corrompue.

    Face à tout ceci, nous nous devons de réagir et être une force de proposition pour remobiliser une population orpheline de leaders. Encore une fois si nous ne pouvons pas nous attaquer directement au sommet de la pyramide, nous pouvons en déstabiliser la base. Encore une fois, le congo n’est pas le premier pays à se retrouver dans cette situation de dictature, des solutions existent. Il nous revient de les mettre en oeuvre.

  22. kimpéné ya CONGO dit :

    C’est une faute morale de Sassou N’guesso car le Colonel NTsourou Marcel n’a fait que servir Sassou N’guesso, si je ne me trompe alors Sassou N’guesso Nous tuera Tous car le fait de rappeler ce que le Colonel N’Tsourou a fait à Pointe-Noire lors de la Prise de cette Ville Economique pour que Sassou accède à la Victoire de sa Reconquête de 1997.
    Si Réellement, le Colonel N’Tsourou est mort, j’adresse toutes mes Condoléances à sa Famille et je pense que le Congo perd un Cadre de l’Armée Congolaise.
    Que Votre Famille et les Proches du Colonel Accompagnent le Résistant Militaire que Nous Perdons dans l’Armée dans l’armée Congolaise, PAIX à Ton Âme !

  23. VAL DE NANTES dit :

    KOO NGOH
    Je valide , et tu passes champagner à COLOGNE ;;;son parcours militaire se mesure sur le nombre des morts dont il a été responsable dans le pool .
    Je le dissocie des récents événements politiques qui ont endeuillé le peuple .Mais il n’en reste pas moins que cet homme fut le bras surarmé de SASSOU ;;;
    Ma mémoire a horreur de l’hypocrisie .
    En valeur absolue , cet homme aurait accompagné SASSOU DANS le dépucelage de notre constitution .

  24. John Allen NKRUMAR ZAKRUS dit :

    Colonel Marcel NTSOUROU, que votre âme repose en paix.
    Sincères condoléances à sa famille.

    COMPASSION !
    Au délà des erreurs que toute personne peut commettre dans son parcours de vie, tous les Congolais épris de justice, de liberté, de paix et de démocratie devraient afficher une ENORME COMPASSION au décès du Colonel Marcel NTSOUROU.
    Dans l’adversité qui oppose 92 % des Congolais, voire plus contre le dictatueur SASSOU NGUESSO et son clan, toutes personnes ennemies de notre ennemi ne peut être que notre AMI.
    Le Colonel Marcel NTSOUROU était l’AMI des Patriotes.
    Personne n’est exsangue de repproche sur terre. Et certainement pas tous ceux qui ont oeuvré aux destinées de notre pays depuis son indépendance « FACTICE ».
    Le Colonel NTSOUROU comme tous nos dirigeants a eu son lots d’erreurs, voir de fautes graves.
    Mais devant la triste mort injuste de tout homme, chaque enfant de Dieu ne peut avoir que de la commisération. L’heure n’est donc ni aux incriminations, ni aux procès à rebours et surtout pas à la calomnie de son âme.
    La vie d’un homme tient à peu de choses. Cette mort nous rappelle que nous ne sommes tous que des passagers sur terre.
    TOUS CEUX QUI ONT COMPLOTE A SA MORT, MOURRONS AUSSI. PEUT ETRE MEME PLUS VITE QU’ILS NE LE PENSENT.
    Peut-être que le DESTIN a rattrapé le Colonel Marcel NTSOUROU, mais l’HISTOIRE, la GRANDE HISTOIRE du Congo l’avait déjà GRANDI.
    En ce qu’il a été le PREMIER brave Combattant, non seulement à reconnaître ses erreurs, mais surtout à être le PREMIER VAILLANT HOMME A DEFIER OUVERTEMENT ET HAUTEMENT le criminel SASSOU NGUESSO depuis son retour au pouvoir en 1997.
    Lui qui avait tout, pour continuer à se la couler douce et continuer à « MANGER » tranquille, avait décidé de sortir du rang. Sans doute pour corriger ses fautes graves de 1997.
    IL voulait mettre fin au deuil des parents des 353 disparus du Beach en dévoilant ce qu’il savait.
    SATAN ne lui a pas laissé l’occasion.
    PAIX A SON AME

  25. KOO' NGOH dit :

    Avoir de la compassion pour la mort de qui? de TSOUROU ?
    Pas possible!… c’est comme nous demander d’avoir de la compassion pour la mort de notre bourreau. C’est comme nous demander d’avoir de la compassion un jour pour la mort de sassou. Non et non! Pas question!.
    Verser une larme pour TSOUROU ou compatir pour la mort de ce type, c’est trahir ma propre conscience. Car c’est avec les mains ensanglantées de TSOUROU que sassou s’est forgé un pouvoir horrifique et odieux.
    Et en plus remarquez-le bien, ce Monsieur TSOUROU, même en rupture avec son maitre, n’a jamais éprouvé une quelconque compassion pour tous ces morts dont il avait été l’auteur. Quelle conscience?
    C’est comme DZON: pas d’empathie, pas de pardon, pas de regrets… C’est comme si ce qu’ils ont infligé au Congo, il en avait le droit.
    Tout comme je ne verserais jamais une goutte de larme pour sassou, pour TSOUROU, c’est aussi la même chose.

    KOO’ NGOH

  26. MONIMAMBU dit :

    RIP pour cet homme qui a compris que mieux vaut tard que jamais, plutôt mourir en paix et en accord avec sa conscience que de servir aveuglement des hommes rusés, jusqu’au bout.

    A lire quelques commentaires ici, on serait tenter de croire que Sassou a réussi à inhiber les facultés cognitives de bon nombre de congolais, même ceux de l’étranger.

    Il pourraient prendre tous ceux qui ont eu à travailler pour lui, à obéir à ses odres, à tous les niveaux, les rassembler et les fusiller, les VAL, Okamba et autres applaudiraient ce qu’ils considèrent comme des morts idiots.

    Et, pourquoi pas carrément proposer à Sassou de passer de maison en maison, tuer à bout portant tous ceux qui ont eu à collaborer avec lui, avant de passer le flambeau à son fils, puisque c’est la finalité de la manœuvre.

    Dans ces conditions, les partisans du règlement de compte ou de la loi du Talion auraient le spectacle de leur rêve.

    Ce sont ce genre de comportement de nos dirigeants, et leurs approbation par ce qui se fait passer pour une élite ou une opposition qui amènent les occidentaux à penser que nous ne sommes pas rentré dans l’histoire et que nous sommes encore au stade d’applaudir ou à manifester de l’indifférence face à des actes relevant de la barbarie.

  27. Sébastien Mongala dit :

    Bon, vous voyez non? Ibata Pascal en un instant a déjà trouvé la cause de la mort.
    Il aurait pu se contenter de constater le décès. De toute façon dans son communiqué, il reconnaît que ce n’est même pas lui qui en a fait le constat. De deux choses l’une: ou bien il répète ce qu’on lui a demandé d’écrire, ou bien il est totalement nul.
    Comme pour Marien Ngouabi, on emmène un cadavre à la morgue, et on demande au corps médical de faire une « autopsie » sans examen du corps.
    Marcel Ntsourou était loin d’être mon ami, mais il faut souligner, il faut insister sur le fait qu’il est mort entre les mains du système sassou qui doit des explications non seulement à la famille ntsourou, mais à aux congolais…
    On ne peut pas se targuer d’être un état de « droit » et avoir tant d’adversaires politiques morts dans ses bras!
    Sassou et Cie n’échapperont certainement pas à la justice de Dieu, eux qui oublient que seule la justice élève une nation

  28. PIRI dit :

    Nous pouvons multiplier nos discours mais jamais nos morts ne reviendront en vie. Que faisons-nous? Au Congo,il n’y a plus que le civil Ntoumi qui peut faire face à Sassou? Peuple congolais,oublions que nous avons des militaires qui pourraient se sacrifier pour le peuple. Qu’est-ce que Ntoumi a fait pour tenir jusqu’à aujourd’hui,que nos soit disant militaires ne feraient-ils pas?
    Rappelez-vous de ce jeune qui est passé à la DRTV,l’élément était repris par Brazzanews,nous allons perdre tous nos vaillants compatriotes qui sont en prison. Que faisons-nous? Que devons -nous faire? Pourquoi cette lourdeur jamais connue au Congo? Aujourd’hui,ce n’est pas le Pool qui est seul attaqué pour que nous assistons. Les nôtres commencent à partir. Devons – nous demander aux laris de nous aider? Ils étaient bombardés,aucun téké,mbochi n’a ouvert la bouche;même les nibos qu’ils avaient protégé en 1997. Que faisons – nous maintenant? Attendrons-nous que Okombi,Mokoko,Ngouabi et autres meurent pour que nous réagissons au nord?
    Chers compatriotes, si nous ne le faisons pas maintenant, demain nous ne ferons rien et Sassou et sa famille va continuer sa course. Inacceptable!
    Que ceux qui se préparent à faire quelque chose soient discrets,car Sassou nous à coller des agents derrière. sachez à qui vous vous livrez.

  29. Anonyme dit :

    Quand ils sont venus chercher les communiste, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.
    Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester.

    Martin NIEMOLLERR,

    Ce qui empêche les gens de vivre ensemble c’est leur connerie, pas leurs différences.

  30. Moundouki dit :

    Vous êtes TROP IDIOTS, ça vous apprendra.

  31. Vérité dit :

    Premieres nouvelles: Tsourou a vomi beaucoup de sang.

    Nouvelles de Oko Ngakala et Ibiata: mort d’un malaise cardiaque.

    Recul dans passé – mars 1977

    Premières nouvelles : Yves Motando a tué Ngouabi

    Nouvelle version des premières nouvelles: Kikadidi a tué Ngouabi.

    Ibiata parle du « nommé Tsourou »
    Oko Ngakala parle aussi d’un « nommé Tsourou « .

  32. revelino dit :

    On ne se réjouit jamais des malheurs des autres quel qu’il soit le degré de méchanceté de ceux-ci. Nous devrions jamais le faire.

    Après la mort du Président Marien Ngouabli, après la mort du cardinal Emile Biayenda et après la mort du Président Massamba Débat, tous ceux qui ont aidé Sassou à revenir au pouvoir au prix de milliers de mort devraient savoir que celui-ci finit toujours par se retourner contre ceux qui l’ont fait roi et ceci dès l’instant où vous vous permettez de contrarier ses plans. Jadis, il eut besoin de vous pour faire le sale boulot maintenant il vous tue pour avoir osé le contrarier. Sa conception de la vie est simple: c’est lui ou la mort. C’est pourquoi, il finira par tuer tous les prisonniers politiques qui croupissent à la maison d’arrêt de Brazzaville.Ils sont une épine dans son pied. Il lui faut s’en débarrasser pour qu’il continue son plan macabre.

    Que fera le peuple ? Assistera t-il à l’assassinat programmé de tous ces leaders emprisonnés ?

  33. Ta Malanda dit :

    Sassou va employer les mêmes méthodes qui lui servent à s’offrir les services des hommes les plus compétents, pour ensuite les neutraliser, quand ils vont se rendre compte de la supercherie ou dès l’instant qu’ils tenteront de prendre des distances.

    Tout cela se déroule, comme à chaque époque sous les acclamations d’un public conditionné, qui ne retient de l’histoire que le sujet soumis à la vindicte populaire, pas les enjeux.

    Les choses sommes de façon séquentielle, afin de donner à rêver à un public formaté à l’idée du retour d’un saint tout puissant et immaculé messie qui viendra les délivrer des 33 ans de chemin de croix.

    Sassou est tellement machiaveliquement habile qu’il pourrait faire le tour des régions à neutraliser des hommes de valeur comme Ntsourou et autres, dans leur impuissance, les congolais continueront à rêver de l’homme providentiel, alors que, ceux qui connaissent bien la mécanique sont en train de trépasser.

    Heureusement que ce virus est plus répondu dans un milieu bien déterminé,mais surtout pas chez la majorité des congolais qui bien que résignés, n’en pense pas moins de ce régime dictatorial et barbare.

  34. CONGOLAIS dit :

    Il faut reconnaître que le discours rassembleur que prônent la majorité des congolais perd un peu de sa substance. C’est vraiment dommage.

  35. Avec Zazou Le Demonc Rate dit :

    Qu’il aille baiser Edith Sassou en enfer.

    Ses propres milliers de victimes à Pointe-Noire pour la cause de son ex-mentor devenu son tombeur, l’attendent de fourchette ferme chez Lucifer alias Belzébuth, pour le défenser profond à titre posthume là-bas, par le rectum.

    Milongo n’était pas bon, Lissouba n’était pas bon. Okay alors, Sassou a donc été très bien. N’est-ce pas?

    Tu as bien défendu sa démocrachie, il t’a bien remercié aussi.

    Les bakongos vrais ne sont pas bons; venez maintenant demander la charité, ne vous gênez surtout pas, la mort c’est pour tout le monde eh!

  36. Mokengeli dit :

    Y A T-IL ENCORE UN MILITAIRE REPUBLICAIN DANS LES RANGS DES F.A.C. ?

  37. BANA MAKOKO BO TELEMA dit :

    SASSOU A CHOISI DE DEFIER LES BATEKES.

    MAINTENANT LES BATEKES DOIVENT RELEVER LE DEFI.

    C’est dans la capacité à défendre BRAVEMENT ses ressortissants qu’on reconnait la grandeur d’une ETHNIE, d’un peuple.

    A QUOI SERT LE MAKOKO S’IL NE PEUT DILIGENTER DES ACTIONS CLAIRES ET CONCRETES POUR DEFENDRE LES MEMBRES DE SA TRIBU ???

    L’HEURE N’est plus au discours. Les simples paroles ne suffiront pas à sauver OKOMBI et autres.

    ON ATTEND MAINTENANT LES ACTES DES BATEKES, SINON TOUS VOS CADRES VONT MOURIR.

    Après NTSOUROU, ce sera OKOMBI, puis NTSIBA, puis MOUKALA-TCHOUMOU et bien d’autres qui vont être assassinés parce qu’ils ont travaillé avec SATAN NGUESSO et qu’ils connaissent beaucoup trop de ses secrets.

    Quant au neveu Franck MBANI, vu qu’il a partagé la cellule et sans doute les secrets de NTSOUROU sur les 353 disparus du Beach et bien d’autres assassinats du régime, SATAN ne le laissera pas vivant longtemps.

    BATEKES BO TELEMA ! BO LAKISSA KE BOZALI BATO ! BO ZALI BA NIAMA TE !

    SOKI BO TELEMI TE BA KO BOMA BA KONZI NA BINO NYONSO. ABOU…….

    A BON ENTENDEUR…….

  38. Ba Koloba Toujours N'importe Quoi - Po Badécourager dit :

    Sûrement! Un tout nouveau front-Makoko est si vite arrivé du côté des Plateaux.
    Imaginez vous-mêmes, en adoptant la tactique du général Pince, idéal avec la vraie vaillante composante – Ntumi au Pool, on pourrait prendre en tenailles les barbares de Mpila.

    La balle aux BATEKES!

  39. David Londi dit :

    @toutes celles et tous ceux qui qui se demandent que faire devant une situation pareille :
    1) mobiliser nos compatriotes en soutenant la résistance locale qui existe mais orpheline de leadership. L’immense foule des meetings contre le référendum et de la campagne électorale des pseudo-élections est toujours là. La situation économique et sociale est catastrophique, les grèves sont légion et les services publics de première nécessité absents ou inexistants. Les conditions sont donc réunies pour un soulèvement populaire ;
    2) mobiliser les ressources financières, nous sommes approximativement plus de 100.000 congolais installés légalement en France auxquels il faut ajouter ceux des autres diasporas. L’objectif est donc de construire un fichier pour une communication efficace. À travers les sites, nous n’atteignons qu’environ 1/5 de cette diaspora en étant très large. Mieux identifier la cible est la priorité de toute stratégie de communication. La cible ainsi identifiée et consolidée, une campagne de mailings est mise en place pour des contributions.
    3) professionaliser notre stratégie de communication grâce aux moyens financiers récoltés dans une transparence totale en organisant des points presse avec les médias qui comptent (le Monde, BBC, CNN, Washington Post, etc,).
    4) sortir du bénévolat pur et dur en créant une structure associative au pays et au sein de la diaspora dans laquelle tous les acteurs sont salariés. Les jeunes indicateurs dans les quartiers sont rémunérés par le système Sassou pour installer les prisons de la peur dans tous nos quartiers. Inversons le système en les retournant.

    La liberté n’a pas de prix mais elle a un coût. Ce coût, je l’estime à 1 million environ d’euros, c’est-à-dire une participation de 25 € pour 70.000 congolais de la diaspora pour une communauté totale de plus de 200.000 à l’étranger.
    Les auteurs sur le terrain sont prêts, je peux vous l’assurer mais ils ont besoin de financement et ceci dépend à cent pour cent de nous. Ne nous cherchons pas des excuses. Il faut laisser les stratégies militaires aux militaires, nous pouvons développer des stratégies aussi efficaces ou complémentaires en étant pas militaires. Arrêtons les jérémiades et passons aux actions. Actions speak louder than voice !

  40. zabazaba dit :

    Aujourd’ hui Ntsourou mort espérons que dans les jours à venir les congolais doivent s’ attendre à un tsunami de temoignages audio-visuels qu’ il a peut être laisser quelque part car vivant il ne pouvait pas les divilguer du fait de sa participation dans les alveoles du parcours criminel de Sassou mais mort il pourra bénéficier de l’ indulgeance des congolais.

  41. TSOUROU OKOMBI SALISSA ET MOKOKO SONT MORTS dit :

    AFFAIRES POLITICO-CRIMINELLES : DE TSOUROU A OKOMBI SALISSA ET A J3M MOKOKO ET AU SUIVANT.
    De Kinganga (1970), Ange Diawara et Ikoko (1972), Marien Ngouabi, Massamba Débat, Cardinal Bieyenda, Kibouala Kaya etc (1977), Xavier Katali ( 1985), Anga Pierre (1987), Colonel Eboundi (1997), André Milongo (2007), Ambroise Noumazalaye (2007) Monseigneur Ernest Kombo (2008), Jean-Pierre Thystère-Tchicaya (2008), Bernard Kolélas (2009), Général Yves Motandeau (2011) Général Blaise Adoua (2013), Colonel Jean Louis Epele (2017) …liste non exhaustive ….
    A qui le tour? Explications https://www.youtube.com/watch?v=6PEHcpleQqw

  42. Soyons reactifs pour liberer le congo dit :

    Si la radio mille collines française appelée RFI dit MORT EN DETENTION subtilement ils veulent dire la mort a été donnée.Donc un empoisonnement.
    Ceci veut aussi dire qu’à part le soutient indefectible que la france a apporté à sassou, cette fois-ci ils en ont dejà trop avec les crimes de sassou qui se retournent dejà contre la france.
    Ce que jusque là la france a orchestré chez nous comme crimes se retourne petit à petit contre la france elle meme.Et la situation en france sera invivable d’ici peu.
    Comme nous le souhaitons bien tous, pour notre bien congolais pour s’emanciper de l’emprise criminogene de sassou et ses maitres mafieux, il est imperatif qu’un bon soldat de la trompe des diawara et ikoko mette sassou et clans hors état de nuisance..

  43. VAL DE NANTES dit :

    QUE LES BAKETES se fâchent et coalisent leurs courroux avec ceux des poolistes , pour délivrer ce pays des barbares venus du SOUDAN ;;;;;
    NTUMI n’attend que vous ;;;;;;;
    Vous avez longtemps flirté avec ces mbochis , au détriment de ceux avec qui , vous aviez des origines communes , pour un partage inégal du pouvoir .
    Ayez le courage de regarder les poolistes dans les yeux afin de trouver votre place dans la république …
    La posture des porteurs d’eau au pouvoir mbochi ,vous en payez l’écu , aujourd’hui .
    REVENEZ AU BERCAIL …..

  44. Soyons reactifs pour liberer le congo dit :

    Les propositions de D.Londi vont dans le bon sens de la lutte de libération.Les associations dejà crées pour la lutte de libération au sein de la diaspora devraient faire siennes ces propositions pour les intégrer dans les feuilles de routes.Cette autre feuille de route n’exclut pas l’option de force circonstanciel opportune par des bons soldats anonymes.

  45. Boma sassou tika nioka dit :

    On le dira jamais assez! Qui des congolais encore vivant dans ce pays ayant vécu les moments de la CNS en 1991 ne savait pas ou ne sait pas que Sassou Nguesso est plus mauvais que le diable? Les plus jeunes et les enfants nés autour de 1991 sont excusables. Mais pas ceux ayant atteint la majorité en 1991.La CNS avait mis a un ce personnage diabolique qui seul dans notre pays connait le gout du sang humain et ne vit que par le sang et les larmes des autres.Eh oui, Marcel Ntsourou est responsable de sa propre mort. Il n’ y avait aucune raison de suivre Sassou Nguesso. Ntsourou était quand même un officier dans les années 1991 et pouvait bien connaitre la trame qui avait attenté à la vie du Président Marien Ngouabi et ensuite du Cardinal Biayenda et de l’ex Président Massamba Debat ainsi que les capitaines Kimbouala Kaya et Kikadidi sans oublier les autres hommes de rang et les civiles emportés il y a 40 ans par le complot du 18 mars 1977. Qui au Congo ne connait pas le rôle joué par Sassou Nguesso dans ce drame national? Comme officier Ntsourou, ne savait pas pourquoi en 1986 Sassou Nguesso a fait empoisonner le colonel Katali? Et ce que le capitaine Pierre Anga avait laissé comme testament avant que le même Sassou Nguesso le fasse assassiner en 1988. Tous ces tristes évènements qui ont laissé beaucoup d’enfants orphélins et de femmes veuves ne nous donnent ils passuffisamment de matière pour réflechir et savoir où mettre ses pieds? S’il y en a des congolais qui pensent que sassou nguesso l’a fait seulement aux autres et ne peut pas le faire pour moi, tant pis pour eux. Le cas Ntsourou n’est pas un fait isolé, mais entre dans la trame des victimes du multirécidiste criminel sanguinaire sassou nguess et vient encore nous le rappeler pour s’éloigner de lui. Nous avons dit dans notre pays, boma zairois tika nioka, aujourd’hui il est aisé de dire boma sassou tika nioka ou encore entre le diable et sassou nguesso, je préfererais peut ètre le diable puisque sassou nguesso pour moi est mil fois pire que le diable. Cet homme qui a dit j’assume n’a jamais rien assumé.Sinistre de la défense depuis 1975, il est à l’origine des crimes odieux qu notre pays a connu ces 40 dernières années. Alors que le général Norbert Dabira l’avait informé plusieurs sur les risques des explosions que courraient le camp de Mpila en plein centre urbain, il a fermé les yeux. Et quand l’hécatombe est arrivé, Marcel Ntsourou devient le bouc émissaire tout désigné alors que Dominique Okemba se la coule douce à Brazzaville. Et c’est pour fuire cette responsabilité sur ce triste drame qui a fauché la vie de nos compatriotes le 4 mars 2012 que pour la premiere il fait semblant de laisser le ministère de la defense en nommant à ce poste Mondjo. Mais ni le neveu de Marcel Ntsourou est responsable de sa mort. Tout le monde sait, Ntsourou est une victime de plus de Denis Sassou Nguesso.

  46. Hallo hallo dit :

    Plus personne n’est épargné par ce régime dictatrial. Même ceux qui ont aidé à réhabiliter ce régime en 1997 au prix de milliers de morts tombent les uns après les autres. Le régime broie sans pitié ses opposants internes et externes. Combien étaient ils à permettre un retour ethnique au pouvoir en 1997? C’est la désillusion aujourd’hui, les opposants internes sont soit empoisonnés soit dans l’anti chambre de la mort à la maison d’arrêt. Il y a un an, on avait une occasion formidable de nous libérer.
    Hélas!!! l’ethnie d’abord, le reste après, résultat?
    Chaque jour qui passe complique notre tâche.
    Allons toujours rester lymphatiques comme des femmes enceintes à se demander « qui sera le prochain sur la liste? ». Nos officiers ont ils juste appris à se servir du couteau et de fourchette dans les académies militaires, comme disait quelqu’un. On doit se ressaisir, ce n’est pas perdu.

  47. KOO' NGOH dit :

    A l’attention de DZON Mathias, OKOMBI et le Front400, MOKOKO, MUNARI, et les autres qui se sentent aujourd’hui OPPOSÉS à sassou, mais qui hier l’ONT AIDÉ À REVENIR AU POUVOIR AU PRIX DES MILLIERS DE MORTS…

    Mesdames et Messieurs,

    Soyez logiques et réalistes. Si vous êtes bien sincères et que vous continuez à vous réclamer à l’heure actuelle comme étant contre ce diable d’OYO, alors l’occasion est trop belle pour vous.
    1- Réunissez-vous, repentez-vous et de façon publique, demandez PARDON au peuple congolais.
    2- Déclarez publiquement que vous regrettez ce que vous avez commis d’odieux et d’immonde contre la population au bénéfice du diable sassou, et que vous jurez publiquement ne plus être avec lui en aucune façon que ce soit.
    3- Et surtout, dites que vous êtes prêts à déballer sur la place publique ce que vous savez de sassou et ce que constituaient vos missions, assignées par ce même diable sassou.
    Ce n’est que par un acte sincère, de bravoure et de repentance de ce genre, que le peuple reconsidèrera son estime et sa confiance envers vous.
    Vous allez donner ainsi par ce simple geste, l’ouverture de a voie, la pose effective des jalons de ce que l’ont appelle: VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION…
    Et de cette façon, la vraie lutte pour dégager à jamais le monstre d’OYO et le mettre au frais comptera sur une union sacrée de toutes les vraies filles et tous les vrais fils épris de liberté de ce pays.

    Soyez braves, car si ce n’est ainsi, vous périrez comme ce TSOUROU sans la moindre larmes et compassion des congolais.
    Merci!

    KOO’ NGOH

  48. MALCOLM XXL dit :

    Incriminer NTSOUROU aujourd’hui sur son action à Ponton pendant la guerre en 1997 au lieu de dénoncer tapageusement son assassinat par ses bourreaux, c’est comme accorder

    une « Autorisation de Tuer » à Satan NGUESSO. Ne venez pas ensuite vous plaindre quand il va tuer tour à tour OKOMBI, Paulin MAKAYA, BOUKADIA, Jean NGOUABI, et notre J4M national.

    ACCEPTER QUE TAKOU NGUESSO TUE NTSOUROU, C’EST COMME ACCE¨PTER QU’IL TUE AUSSI LES AUTRES. NE VOUS TROMPEZ PAS D’ENNEMI.

    Les Batékés doivent se lever et affronter leurs ennemis MBochis. Quitte à marcher sur Brazzaville pour prendre en tenaille les milichiens de SATAN déjà acculer au Pool.

    Si les Batékés se lèvent, NTUMI prendra Brazzaville en quelques heures.

    Que les Florent NTSIBA, MOUKALA TCHOUMOU et autres ne se fassent pas d’illusions en continuant à servir idiotement Satan qui paye ses serviteurs en monnaie de mort.

    Adoua, Motando, Pierre ANGA et beaucoup d’autres y sont passés. Et maintenant NTSOUROU.

    Quand allez vous prendre conscience ? Quand allez vous vous reveiller ?

    Debout Les Batékés ! Quitte à mourir, mourrez dignement !

    Montrez que vous êtes un grand PEUPLE ! UN PEUPLE PUISSANT !

    Mieux vous mourir dans l’honneur, que vivre dans la honte et l’indignité !

  49. Limingi - Britos La main de Moungalla dit :

    A OYO, ils ont fêté fort jusqu’aux lueurs du matin. Sassou ne faisait que rire au téléphone toute la nuit à chaque fois qu’ils étaient en contact avec lui. Ils lui ont rassuré que tout était évacué et bouclé: Brazzaville, Pointe-Noire et les grands axes qui mènent hors du pays… Que la région des Plateaux avec sa populace Teke était sous contrôle et calme…
    (C’est une information de source sure qui nous est parvenue)
    Alors, allez vous-même comprendre…
    Quant il était temps, les OKOMBI et les DZON Mathias jouaient à la fourberie au lieu de tout déballer au peuple pour s’écarter véritablement de ce diable…
    Et voila! Le sommeil les manquent à présent… Ils commencent a imaginer leur tour…
    Ça vous apprendra d’être avec le diable et de se taire par la suite…

  50. CD JUMEAU dit :

    Tiens! Mon aîné VAL DE NANTES que j’adresse mes salutations au passage a donc eu raison, dès la première heure, d’appeler à la réaction des Batékés. Je ne pense pas que cela soit un comportement tribaliste, alors qu’il a été pris à parti avec des insultes. Je constate que sa position est très partager ici. Bref
    Je me penche à cette hypothèse que nos Batékés doivent agir! Voilà.

  51. Delbar dit :

    Chers Amis Congolais,
    Nous savions tous que le Colonel était en danger. Lui-même n’était pas dupe et savait que son avenir était sombre.
    Mais il l’assumait.
    Il aurait pu, comme la majorité des militaires congolais, demeurer dans le confort de la lâcheté.
    Il est mort libre alors que tous ces couards crèvent de peur.
    J’ai eu l’honneur de passer un temps considérable avec lui.
    C’était un homme d’une intelligence incroyable et d’une culture générale sans borne.
    Je lui ramenait des livres sur le colonialisme et notamment des livres écrits vers le début du
    XXème siècle.
    Il voulait comprendre car selon lui, l’histoire était une source indispensable à la réflexion quant
    à l’avenir.
    Il adorait son pays et sa région natale. Je pense à sa maman qui doit, je pense, être encore en
    vie.
    Il était très protecteur avec ses « petits » et les assassinats du 16 décembre l’ont évidemment brisé.
    En prison, en 2012 et 2013, il était celui que tout le monde respectait, du directeur au plus petit
    détenu.
    Tout le monde était au garde à vous devant lui.
    Je me rappelle, alors que nous allions d’échecs en échecs avec ces juges pourris, qu’il me
    remontait le moral !
    Je me rappelle aussi cette soirée magnifique où il fut mis en liberté.
    Le Congo perd un grand serviteur.
    Quand celui qui l’a tué sera balayé, je reviendrai expliquer à la jeunesse que ces hommes
    emprisonnés à Brazzaville représentaient le vrai Congo.
    Ces êtres courageux sont le Congo, le Congo de la liberté, du respect de l’autre.
    Ils doivent savoir que leurs sacrifices ne demeureront pas impunis.

    J’adresse à toute la famille du Colonel mes sincères condoléances ; ils peuvent être très fiers
    de lui.

    Amitiés

    P.Delbar

  52. Lucien Pambou dit :

    A tous les Congolais,

    Il faut saluer la mémoire du décédé Tsourou, car la mort n’est jamais une bonne chose, et présenter les condoléances à toute sa famille. J’ai perdu en 2016 ma vieille mère et je sais ce que l’on ressent.
    Ma mère est morte de vieillesse et de maladie, Tsourou est un homme politique de premier rang et il est mort en prison car la justice congolaise, à tort ou à raison, lui reproche les événements de Mpila, ce qui lui a valu son incarcération. Le médecin chef Ibata dit qu’il est mort d’un arrêt cardiorespiratoire. Sommes-nous dans la réalité ou non ? Je ne suis pas médecin légiste. Y aura-t-il une autopsie complémentaire ? Attendons de voir. Je ne suis qu’un simple modeste analyste qui pose les questions et je m’appuie aussi sur les remarques que font d’autres analystes.

    Comme KOO’ NGOH le rappelle:
    « Avoir de la compassion pour la mort de qui? de TSOUROU ?
    Pas possible!… c’est comme nous demander d’avoir de la compassion pour la mort de notre bourreau. C’est comme nous demander d’avoir de la compassion un jour pour la mort de sassou. Non et non! Pas question!.
    Verser une larme pour TSOUROU ou compatir pour la mort de ce type, c’est trahir ma propre conscience. Car c’est avec les mains ensanglantées de TSOUROU que sassou s’est forgé un pouvoir horrifique et odieux. »

    Cette remarque me permet d’enfoncer le clou et de montrer à mes compatriotes que la notion de réseau, que je développe sur ces pages de Congo Liberty, a du sens, non pour excuser le régime politique de Sassou, mais pour expliquer comment, dans nos pays d’Afrique, les notions de démocratie coexistent avec celle de réseau. Je veux garder ma liberté d’analyse et d’exposition des faits sans empathie et sans récriminations. Ne me demandez pas de choisir d’être pour ou contre Sassou, j’ai simplement la modeste prétention de fonctionner différemment de certains de mes compatriotes et des Français blancs qui, culturellement, inspirent votre façon d’analyser des faits qui se présentent à vous.

    Je ne suis pas un analyste politique engagé, comme certains aimeraient que je le sois pour servir les projets de Denis Sassou Nguesso. Je constate que, dans le réseau congolais que j’analyse, Denis Sassou Nguesso est un des acteurs importants de ce réseau, qui, par stratégie et observation de la vie politique congolaise, a réussi à être un acteur politique majeur en appelant à lui des individus qui sont d’accord un moment et qui deviennent opposants après.

    Koo’Ngoh dit que ce n’est pas possible qu’il verse une larme pour la mort de Tsourou. Comme je ne suis pas dans l’empathie ou la désempathie, je lui laisse ses remarques. En revanche, les faits me donnent raison une fois de plus, que cela plaise ou non à certains de nos compatriotes. Mon analyse du réseau et des trajectoires tient pour expliquer des avantages et des inconvénients et le comportement des acteurs politiques au Congo Brazzaville.

    Cette analyse du réseau est applicable aussi à la géopolitique mondiale ou à la géopolitique entre deux pays, le Congo-la France, les Etats Unis et un continent, l’Europe. La compréhension des rapports de force au sein du réseau évite les bavardages inutiles et oblige à une réflexion plus stricte si l’on souhaite l’aménagement ou la disparition du réseau.

    Bonne lecture. Bon week end. Raisonnons de manière organisée, scientifique et historique et non à la manière française, comme on le voit en ce moment dans la classe politique à propos de l’Affaire Macron et sa déclaration sur la colonisation comme crime contre l’humanité loirs de son voyage en Algérie.

  53. CD JUMEAU dit :

    Je suis d’accord avec le PLAN LONDI… mais il n’est pas assez musclé compte tenu de la puissance de la dictature.

    Monsieur David LONDI,
    cher doyen, je me joins à la mise en place de votre plan et je suis près à apporter ma contribution. Mais cependant, je pense aussi que face la puissante dictature que nous avons en face, j’ai bien peur que tous ces efforts ne soit déployé vainement. Démon SASSOU contrôle la communication de la radio et télé foufou, il a une milice surarmée, il a des mercenaires et il dispose des véhicules lourds (chars, BRDM…) de l’ancienne F.A.C et des hélicoptères.
    On a pas besoin d’être militaire pour affronter démon SASSOU NGUESSO, tout comme on a pas besoin d’être militaire pour mener les opérations de défense ou de combat. Le Drian a bien été ministre de la défense français… il y a même eu une femme, Michelle ALLIOT-MARIE. Chez nous au Congo, il y a eu des civils comme les OKOMBI, les H. MASSAMBA qui furent responsables des fronts.
    Je suggère alors d’affronter démon NGUESSO militairement en apportant financement à NTUMI et un appuis logistique à tous ceux qui veulent ouvrir un front rebel, comme le citoyen CD JUMEAU et certains groupes de courageux chez moi à Bacongo. C’est à ce moment-là que le peuple, se sentant protéger, pourra se soulever et se lancer à l’assaut de démon SASSOU et de ses hommes dans nos quartiers, ensuite région par région. Tout ne peut être exposé ici!

    El pueblo vencera!

  54. Arlette KIMPILA dit :

    Le des barbares d’Oyo ne pourrait être inquiété par des concours de posts des intellectuels de pacotille, qui trouvent par ici le seul moyen de réviser leurs capacités rédactionnelles.

    Il n’y aura pas de déstabilisation de ce régime sans un travail de conscientisation et de debauchage des hommes qui servent de prêt ou de loin le système.

    Le régime ne peut pas tenir sans les principaux exécutant des basses manœuvre, qu’on ne pourrait indéfiniment importer.

    Toute la littérature puritaniste qui nous ramène indéfiniment au passé des anciens compagnons du tyran, que seul des vrais historiens et patriotes intègres jugeront, est en réalité le reflet d’une frustration de la nouvelle génération de la diaspora des illuminés, qui à une certaine époque aurait finie dans mouvements fétichistes ou messianiques.

    Pour avoir la possibilité d’encadrer , dans le cadre professionnel des personnes de haut niveau intellectuel dans plusieurs domaine, je ressens dans certains commentaires une inaptitude de mise en perspective, et beaucoup d’élan de frustration qui peuvent traduire des parcours individuels peu créatifs.

    Je me souviens d’une époque où cet espace représentait un cadre de discussions de bon niveau; un constat qui semble ne plus être d’actualité.

  55. Pasteur D. MIZELE dit :

    Que son (Colonel Marcel NTSOUROU) âme repose en paix.
    Sincères condoléances à sa famille.

  56. VAL DE NANTES dit :

    @ CD JUMEAU la vie se complique , quand les moutons deviennent carnassiers .Cette agressivité torrentielle dont j’ai fait l’objet m’a poussé à meubler mon frigo de champagne .La réalité des faits est la négation de la pensée ombrageuse , désarmée de bon sens et souvent imbue d’une hypocrisie dénudée .
    OUI , cet homme , si tant est que qu’il soit , réhabilité au sortir de son gnouf , il n’aurait pas hésité à revendre son âme à SASSOU pour des basses besognes .
    On ne m’en a parlé que du mal , d’où je ne lui accorde aucune once d’empathie , car les services qu’il aura rendus à son maître SASSOU , le POOL continue à en payer le prix .
    Où sont les 365 disparus du beach ? J’y avais 4 de mes cousins .Ma souffrance est mémorielle .
    Faire joli , sur ce site , pour attirer des mouches , ne rentre pas dans ma mission .Les POOLISTES NE SONT PAS DES LAPINS , pour monter en grade ……
    CD JUMEAU tu passes à COLOGNE , j’y suis encore , avant de rejoindre NANTES …….

  57. Anonyme dit :

    continuons à croire et à lutter tout en etant honnete et confiant de la strategie commune. cultivons l’amour et la confiance pour debarasser le Congo d’un système qui ne fait que trop durer. pensons alors pensons bien, mettons toujours l’interet superieur au delas des appétits personnels et egoistes.
    paix a son ame, toutes fois le salaire du peché c’est la mort. eteya ba oyo ba tikali

  58. Lucien Pambou dit :

    Tiens anonyme,

    je vais te provoquer un peu cher frère. Tu ne réponds pas à mon analyse sur les réseaux à propos de la mort de Tsourou ? Bizarre, toi qui est si prompt à l’agilité intellectuelle.

    Je suis un peu déçu frangin, mais je sais que tu vas réagir. Cela vaut aussi pour mes compatriotes car la mort de Tsourou est un réel cas d’école, applicable à la notion de réseau. J’attends tes remarques et celles de mes compatriotes congolais. Ne bottez pas en touche et discutez au fond de manière analytique. Je suis un simple, modeste, congolais, pas très intelligent, pas très informé et pas très instruit. Je ne me moque pas, même si certains posent que je m’amuse, pour moi on n’est rien, quel que soit ses diplômes, face à la masse importante de ses pairs diplômés et compétents. et surtout de mes compatriotes congolais qui sont plus intelligents et plus diplômés que moi et qui maîtrisent la langue de Molière et de la France sans accent.

    Cordialement.

  59. Lucien Pambou dit :

    Lire « certains pensent que je m’amuse » à la place de « certains posent que je m’amuse ».

  60. VAL DE NANTES dit :

    Le CONGO en a ras le cul , des officiers AVEUGLES qui se font MANGER sans la moindre égratignure DANS LA GUEULE de celui qui les bouffe ….
    Pleurer ces officiers inactifs , qui auraient dynamité la termite , nous en avons cure .Si nous les civils , nous avons maintenant la mission étrange d’enterrer nos officiers , lesquels vont nous protéger , en cas d’attaques de toutes natures ?????;.
    Non ; ils doivent casser le plafond de verre , pour un CONGO SANS SASSOU , il y aura du sang , des larmes CERTES , c’est le montant du courage ..
    DOLEANCES SUR DOLEANCES , on finira tous à WAWACKO , BOUKA ETC ….
    A cette allure , nous n’aurions plus des larmes , car deux victimes sont programmées à la moulinette , si l’on n’y prend garde . MOKOKO ET SALISSA

  61. Pierre MOUKALA dit :

    @Lucien Pambou

    Vous dites : « Comme je ne suis pas dans l’empathie ou la désempathie, je lui laisse ses remarques. »

    Il y a des moments où l’on devrait aller au-delà des considérations philosophiques ou intellectualistes.

    Votre champ de recherche ou d’analyse, celui des acteurs politiques africains, nous offre de la matière pour mieux appréhender la problématique de la réconciliation des bourreaux et des victimes notamment avec les exemples de l’Afrique du Sud avec la commission Vérité et Réconciliation, ou actuellement la Tunisie avec l’Instance Vérité et Dignité.

    L’existence et le succès de ce genre d’initiative nous donne à méditer sur l’écart qu’il peut y avoir entre des individus d’une même société, partagés entre des frustrés et des visionnaires, des clairvoyants et des pleurnichards attendant une délivrance de l’au delà, des leaders et des acteurs de second plan…

    De ce fait, voir des personnes qui se limitent à des émotions primaires sans mise en perspective n’est pas étonnant, puisqu’il s’agit de la matière sur laquelle l’on doit se baser pour imaginer des solutions qui prennent en compte la complexité du réel.

    C’est peut-être dans cette dimension que vous semblez vous situer, même si nous sommes obligés de vous rappeler cette parole de Desmond Tutu qui disait que :
     » Rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp, soutenir le statu quo.  »

    Bien qu’il soit difficile à quelques esprits de définir la frontière entre l’injustice et respect des droits humains, entre nécessité de réconciliation et renonciation à la barbarie, cela devrait plutôt être à votre portée.

    Pour prendre l’exemple de l’Afrique du Sud, grâce à la grandeur d’esprit des hommes comme Mandela et Desmond Tutu, un modèle de réconciliation nationale a été mis en œuvre avec les principes suivants :
    – bénéficieraient d’une amnistie tous ceux qui viendraient devant la commission « confesser » en quelque sorte leurs exactions – il s’agissait surtout de membres de la police qui avaient torturé, et parfois tué, des militants des mouvements de libération noirs, principalement le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela.
    – L’amnistie des requérants était soumise à deux conditions : d’abord de ne rien omettre de leurs crimes et délits dans leur déposition, ensuite d’avoir agi sur ordre de leur hiérarchie tout en croyant servir un « objectif politique »

    La Tunisie s’inspire actuellement du modèle Sud africain pour tenter de réconcilier les bourreaux du régime Ben Ali avec les victimes de la période dictatoriale de 1955 à 2013.

    Dans le cas du Congo, il est illusoire de s’imaginer une solution efficace de lutte contre la dictature qui exclurait d’office tous ceux qui ont travaillé avec le système Sassou.

    Nous devrions donc nous inscrire dans une logique d’anticipation.

    Ce système ne tient que grâce à des exécutants qui finissent au fur et à mesure par être neutralisés pour faire disparaitre des traces de la barbarie.

    Pour mieux lutter contre ce système, il convient de mener une stratégie de communication envers ses principaux tentants en contribuant à partager les valeurs d’égalités et de réconciliations, afin d’obtenir un maximum de désertion susceptibles de fragiliser le pouvoir.

    Toute autre démarche littéraire et « puritaniste » n’est que le résultat de frustration ou d’incapacité à faire face à notre tyran, en préférant s’attaquer à un mort, à des prisonniers en cellule ou en liberté, qui attendent leur heure de passage vers l’au delà, sur simple injonction d’un criminel multirécidiviste.

    Tout cela n’est que normal puisque nous naissons tous égaux, avec des parcours sociaux professionnels différents, qui viennent enrichir notre aptitude à affronter le quotidien ou à nous adapter à des environnements souvent complexes.

  62. Limingi - Britos La main de Moungalla dit :

    Les BATEKE commencent déjà a marchander la mort de TSOUROU avec sassou.
    Deux émissaires avec de grosses mallettes d’argent en liquide ont été envoyé par sassou; l’un a Brazzaville auprès des deux épouses du défunt, l’autre au village natal de TSOUROU.
    Les chefs BATEKE ne voient pas cela d’un bon œil, car il aurait voulu que le tout passe par eux et qu’ils fassent la distribution des fameuses sommes…
    Dieu!… le monde n’a plus ni conscience ni cœur…

  63. Limingi - Britos La main de Moungalla dit :

    Pour éviter que l’on ne puisse photographier les empruntes de torture sur le corps et la cuisse de TSOUROU, l’armée a intimé l’ordre au parents de leur remettre le corps de TSOUROU sous prétexte qu’il fut un militaire et qu’il doit être enterré par les militaires (avec ou sans honneurs).
    Et le BATEKE assistent… Dieu!

  64. Londi dit :

    @CD JUMEAU,

    cher cadet, je comprends la frustration engendrée par une telle situation surtout quand chaque jour qui passe apporte son lot de souffrances et de morts. Nous en savons tous quelque chose. Dans ces conditions, le réflexe naturel c’est de chercher tous les moyens même militaires pour sortir de cette situation. Je me suis posé les mêmes questions et imaginer la solution radicale d’opposer la force à la force de Sassou. Je me suis vite rendu compte que le combat était asymétrique, en faveur de sassou dans l’état actuel des forces en présence. Si un scénario auquel Sassou se prépare depuis plus de 40 ans c’est celui de la répression sanglante de toute force qui osera contredire ses plans. Ce monsieur a signé mon passeport, en 1973, quand, jeune bachelier, je me rendais à Bruxelles à 18 ans. Il connaît donc toutes les arcanes de l’organisation sécuritaire, militaire et politique du pays. Il est loin d’être un Blanc-bec dans l’art de fliquer, de réprimer et d’exécuter. Nous devons donc nous hausser à son niveau pour mieux le combattre (Sun Tzu, l’Art de la guerre, IVe s. av. JC : connaît toi, toi-même, connais ton ennemi et respecte le pour mieux le combattre et t’assurer de la victoire).

    Dans mon environnement professionnel, la notion de bilan revêt une importance capitale pour identifier les forces et faiblesses, les points à améliorer et l’identification des opportunités. J’ai donc pensé appliquer la même démarche dans le combat qui nous oppose à sassou. Voici ce que j’en ai déduit.

    Les forces

    1) le peuple congolais s’est massivement mobilisé derrière les leaders de l’opposition nationale pendant les campagnes contre le changement de la constitution et les élections présidentielles. Ceci traduit donc que ce peuple est prêt, baromètre important avant toute action de préparation d’une insurrection ;
    2) la diaspora a fait un travail important auprès des chancelleries et la communauté internationale pour ostraciser ce pouvoir (Sassou est persona non grata dans toutes les grandes capitales occidentales, les procès sur les disparus du Beach et des biens mal acquis suivent leur cours normal) ;
    3) les forces combattantes sur le terrain sont encore mobilisées malgré le contexte sécuritaire très difficile ;
    4) les réseaux sociaux, les sites, radios et tv web sont très actifs donc sassou ne peut rien faire à huis-clos comme dans les années 90 dans un monde interconnecté. Nous pouvons donc muscler notre communication.

    Les faiblesses

    1) des forces combattantes privées de leaders et abandonnées à elles-mêmes;
    2) une strategie de communication pas suffisamment efficiente : les grands médias écrits comme le Monde, Libération, Paris Match, La Croix, Le Soir, etc. n’en parlent que sur leurs sites respectifs. Les médias audiovisuels, sauf quelques très rares exceptions n’en parlent pas ;
    3) une opposition locale atone, embastillée ou corrompue qui laisse Sassou dérouler sa stratégie sans difficultés majeures. C’est ce que j’appelle le 3e pilier du système sassou ;
    4) une mobilisation de la diaspora limitée sur une population estimée, en France, à plus de 200.000 âmes;
    5) un manque de moyens financiers et de stratégie de lutte claire avec une miltiplication de structures sans objectifs clairement définis et en complète déconnexion, à mon avis, avec les femmes et les hommes qui luttent sur le terrain ;
    6) une persistance d’un certain tribalisme politique alors que nous savons tous que sassou prospère sur ce terrain.

    C’est donc naturellement que je me suis penché sur tous ces points pour faire naître ce projet en relation directe avec les forces combattantes locales. Elles m’ont remonté tous leurs besoins et attentes. Nous avons travaillé ensemble pour lancer ce projet (scope, objectifs, planning, budget, ressources humaines et matérielles et une stratégie de communication).

    Les points à améliorer

    1) muscler la stratégie de communication avec des points presse planifiés avec les grands médias;
    2) renforcer la communication entre la diaspora et les résistants locaux ;
    3) renforcer l’unité de la diaspora.

    Les opportunités

    1) la situation socio-économique du pays catastrophique;
    2) la mobilisation des combattants locaux est intacte ;
    3) la reconnaissance de l’élection de sassou n’est pas franche vis-à-vis de la communauté internationale;
    4) la répression croissante qui augmente la tension donc nécessitant des dépenses tant financières qu’humaines pour entretenir ce système répressif ;
    5) des prisonniers politiques qui commencent à attirer l’attention de la communauté internationale;
    6) la situation tragique de ma très chère région, le Pool que le tyran n’arrive pas à maîtriser.

    Cher cadet, toutes les stratégies peuvent être conjuguées sur le terrain comme l’ont fait les noirs américains pour la conquête des droits civiques : la non-violence avec Martin Luther King et la lutte armée avec les black muslims et les black panthers. Rien n’est à exclure. Il faut simple faire une bonne gestion de risques (facteurs de risques, risques, probabilités, impact, gravité et parades). Je reconnais là l’esprit de Bacongo, mon vieux quartier. Le projet est en phase préparation et nous avançons. Vous êtes le bienvenu.

  65. "*Muzombo* Zoba'' Ecrivait-il Autrefois dit :

    Eux « savent » écrire et adorent traiter les autres de « MESSIANISTES », de « BUNDU DIA TAKOU », etc, depuis l’âge de la pierre mbochie (en genre et en nombre), dès que l’on ne s’accorde, même rationnelement à leur tempo mono, d’outre tombe…

    En retour, ils attendent de vous et tout autre victime de la barbarie sans nom qu’ils ont accompagnée avec arrogance et moquerie sur la moquette mbochie (en genre et en nombre, donc), une compassion INCONDITIONNELLE, ouf, même sans répentance sur mesure de tous ces MONSTRES qu’ils ont plébiscités rien que par la haine viscérale de leurs compatriotes, au profit de la « verdure » en haut de la hampe.

    ~ Bo tala bilongi bikomi nde ya ba Christu; lelo bakomi nde kosambela, Nzambe limbisa masumu na bango eh, bazali kobanga liwaaah…~

    SASSOUFIT PAS?

    Allez crier au tombeau, terminus, tout le monde descend.

    Six Feet Under!

  66. enfant de Komono dit :

    Tsourou en s en fout , a t il eu le courage de tous dire ?? on s en fout . des news du General Mokoko ? please

  67. *Muzombo Zoba* dit :

    Lire: (toute victime…); si vous êtes encore vivants!

  68. Gabio dit :

    Plus con qu’un congolais, il y en a pas sur terre. Mais pourquoi voulez vous que l’assassinat de Ntsourou par le criminel sassou soit uniquement une affaire des batekes? Pensez vous que le genocide des laris perpetre par le meme criminel aux alentours de Kinkala est une affaire qui ne devrait concerner que les laris?

    Sassou est un tueur froid qui a deja endeuille les congolais de toutes les origines, personne n’est a l’abri de son venin mortel. Ngouabi, Massamba debat, cardinal, anga, katali et plusieurs d’autres avaient ete assassines par le meme criminel, on a pas vu les membres des ethnies de toutes ces victimes faire la guerre au criminel national. Au contraire, certains ont meme signe des alliances avec le diable jusqu’a aller l’acceuillir a maya maya avec un defile improvise des sapeurs sous les pieds de l’avion qui ramenait le criminel. En guise de reconnaissance, le criminel dota en kalach les etourdis sapeurs qui, devenus ninjas sous la houlette d’un certain Kolelas, massacrerent sans etat d’ame les pauvres bembes et autres dondos, kambas, kounis… pour plaire a leur allie criminel.

    Sassou se retourne toujours contre ses compllices. Avant Ntsourou, il s’etait deja tourne contre ses complices ninjas et cobras. Ainsi, Willy matsanga, motando, bouissa matoko…. ont paye leur traitrise. Les VAL DE NANTES ne s’etait jamais leve pour demander aux ethnies de ces victimes d’aller combattre seules le criminel national.

    Le genocide laris perpetre par le criminel sassou n’est pas une affaire qui ne concerne que les laris, c’est une tragedie nationale qui concerne tout le monde. Tout comme l’assassinat de Ntsourou n’est pas une affaire des batekes seulement.

  69. Anonyme dit :

    Voilà le régime dictatorial du Congo-Brazzaville je comprends pas comment le monde entier(international) peut laisser un fou sanguinaire dictateur entrain de massacrer les congolais et détruire le Congo pourquoi le monde (international) ne fait rien il faut dégager sassou pas avec un dialogue mais les armes chères congolaises regarder en Tunisie ce qui s’est passé en 2011 la révolution au Burkina fasse en 2014 prend exemple vous pouvez le faire sassou doit dégager du Congo

  70. EL MANISERO dit :

    @Gabio, ne perdez pas votre temps pour répondre à des personnes qui valent pas grand-chose, de par un raisonnement que l’on aurait pu imaginé que dans des cours de récréation de l’école primaire.

    Si vous aviez à faire à des personnes équilibrées, avec une pensée bien structurée, la logique aurait voulu que leurs discours aillent dans le sens d’une tribalisation des rapports des individus et de l’état ou de l’administration.

    Toute sorte d’engagement des individus envers les institutions étatiques seraient régies sur des bases tribales, de telle sorte qu’en cas e de difficulté, seule la tribu aurait les prérogatives d’agir.
    Dans ces conditions la question de Ntsourou pourrait donc être renvoyée aux seuls téké.

    Sans doute, vous aurez compris qu’il s’agit de la méthode du tyran, qui consiste à attaquer des cibles en prétendant à des tentatives de complots ethniques.

    Vous avez, à travers différents commentaires ici, le reflet des dommages collatéraux de plusieurs décennies de dictatures, qui amènent des victimes à s’identifier à leurs bourreaux, allant jusqu’à adopter la manière de penser.

    Il s’agit donc de personnes qui on besoin d‘une libération au même titre que le Congo tout entier.
    L’intensivité du mal est tel que, même à l’étranger, les dommages persistent.

  71. Pepemoungouele dit :

    Bo ko dima.
    A malin, mali et demi.

  72. Assietou Diarabi dit :

    Au Mali, chez les berbères?

    Osi ba ndimi, mom Cher!

  73. Rosalie Kamassengo dit :

    Je presente mes condoléances au Président Sassou Nguesso et directeur du CNS Jean Dominique Okemba pour le dèces de leur collaborateur,le nommé Marcel Ntsourou.Mais je voudrais savoir que ferez vous du corps du defunt? Vous avez poussé les parents faire Lekana pour organiser leur veillée au village.Preleverez vous pour vos fetiches comme sassou aime bien manger les testicules humains?

  74. Oyourou Nioumba dit :

    Je concours! Leur propre pilule est très amère, se rendent-ils ENFIN compte.
    Ils en sont réduits à la plainte pathétique et à la tangente astucieuse. DUR DUR.

  75. Bob Chico de Paris dit :

    On verra bien bientôt qui va être corrompu pour se taire à jamais, après cette mort affreuse.

    Waiting & Seeing, patience Dabani !

  76. Lucien Pambou a écrit:

    « La compréhension des rapports de force au sein du réseau évite les bavardages inutiles et oblige à une réflexion plus stricte si l’on souhaite l’aménagement ou la disparition du réseau. »

    Je comprends pourquoi tu te vantes d’avoir des amis mafieux corses, que tu voulais lâcher sur un compatriote avec qui tu eus maille à partir ici.

    Ce que tu écris n’est que digne des mafiosi. Mais les congolais ne sont pas dupes quant à ton camp à savoir celui des bourrea du peuple.

    Les partis politiques en Occident qui sont des réseaux permettent la contradiction interne; mais jamais on a entendu que ces contradictions ont conduit aux meurtres. Autrement, Rocard ne serait jamais premier ministre de Mitterand ou bien Juppé, un ministre de Sarkozy.

    Tout ce que tu écris est non seulement léger, mais aussi pathétique et honteux. Tu ne peux flatter Sassou jusqu’à se rabaisser à ce point. Pour toi, toutes les victimes de Sassou méritent leurs sorts puisqu’ils n’ont pas respecté les codes de la mafia.

    Lucien, tu es plus qu’un cynique.

  77. Le nul qui veut savoir dit :

    Arrêt cardio respiratoire? Quel diagnostic ridicule à mon sens puisque chaque mort présente tjr un arrêt cardio respiratoire. Ce qui est étonnant est le fait que ça soit un médecin général qui le déclare ce qui signifie en partie qu’ il ne sait pas ce qu’ il dit. Une autopsie doit être effectuée par 2 médecins légistes compétents apolitiques et différents dans leurs méthodes s impose. Et non celui qui est patenté à le faire, tellement incompétent qu’ il laissait tjr des cadavres sur sa table opératoire et posait tjr les mêmes diagnostics post mortem à la morgue du chu de bzv et ça m amuse de savoir qu’ il est professeur aujourd’hui. Un arrêt cardio respiratoire n’est pas un diagnostic mon cher général de papier… recyclez vous ou laisser la place aux jeunes ou aux plus compétents que vous.

  78. Lucien Pambou dit :

    Bakala Telema
    je ne suis ni cynique ni inhumain
    je suis seulement humain et j essaie sans toujours reussir d ‘expliquer la vanite la mediocrite des hommes politiques et la betise humaine a laquelle j appartiens.je suis comme tout le monde jai des amis qui m’aiment bien et qui sont prets a m aider en cas de besoin comme ce fut le cas lors du deces de ma mere. ces personnes sont blanches et noires .c est mon reseau comme vous bakala vous avez des amis

    Bakala grandissez au dela de la notion primale du réseau pour expliquer la realite complexe de la vie politique congolaise faite d amities et de trahisons
    .C’est ce que j ‘essaie de faire comprendre à mes compatriotes congolais
    la theorie du réseau m aide a comprendre la realite congolaise que vous refusez de voir
    je pourrais triompher avec la mort de tsourou en vous disant vous voyez j ai raison
    cela ne m interesse pas le triomphe facile
    je continue mon chemin analytique pour essayer d’expliquer mon outil analytique et ma methode intellectuelle
    je rest e un simple et modeste analyste de la vie politique congolaise sans pretention

  79. NZOBISé NTSOUROU dit :

    « ça ne fait rien, Sassou Nguesso me tue aujourd’hui, mais il me suivra bientôt » –
    Colonel Marcel NTSOUROU.

    TUER SASSOU PAR TOUS LES MOYENS !

    A DEFAUT IL FAUT L’ISOLER EN TUANT SON ENTOURAGE.

    A défaut de tuer Sassou lui même, il faut commencer à tuer tous ceux qui collaborent avec lui et qui l’encouragent ainsi explicitement ou implicitement à tuer les Congolais.

    Tuer ses enfants à la première occasion.

    Tuer tous les membres de son clan qui n’ont aucune compassion pour vous.

    Tuer tous les ministres qui le soutiennent dans son œuvre macabre.

    Tuer tous les membres du PCT sans pitié où qu’ils soient et quelque soit leur ethnie.

    Menacer de MORT toute personne qui participera à ses élections législatives qui sont d’orès et déjà truquées comme chacun le sait. Y participer est donc une manière sournoise d’adouber, de cautionner toutes les œuvres criminelles de Sassou.

    Quant à Sassou lui même, le premier militaire qui pourrait l’abattre doit viser la tête et les couilles. A cause de son éternel gilet pare-balles.

    TUER SASSOU DOIT SE FAIRE PAR TOUS LES MOYENS POSSIBLES ET IMAGINABLES : – Sorcellerie – Fétiches – Poison – Armes à feu – Bombes – Grenades – Invocation des esprits de tous les hommes que Sassou à tuer : NGOUABI, MASSAMBA-DEBAT, Cardinal BIAYENDA, Monseigneur NKOMBO, NTSOUROU, etc, etc.

    REVEILLONS NOS MORTS AFIN QU’ILS LIVRENT UNE BATAILLE SPIRITUELLE A SASSOU.

    TOUTES LES MERES, TOUS LES PERES ET TOUS LES ENFANTS QUI ONT PERDU UN PARENT DOIVENT L’INVOQUER ET DIRIGER SON ESPRIT VENGEUR VERS SASSOU ET LES SIENS.

    INVOQUEZ VOS MORTS SANS ARRET DE NUIT COMME DE JOUR !

    Dans une guerre quand on ne peut couper la tête elle même (SASSOU), il faut lui couper les membres.

    Par conséquent il faut tuer les idiots comme MABIALA, OKO-NGAKALA, LEZIZI MOUNGALA et consorts. Quand deux ou trois seront morts, les autres commenceront par détaler d’eux mêmes.

    Tous ceux qui participent directement ou indirectement aux tueries des Congolais doivent savoir que les Congolais aussi les tueront.

    C’EST VOUS QUI AVEZ COMMENCE A NOUS TUER, DONC VOUS NE POUVEZ VOUS EN PRENDRE QU’A VOUS MEME, QUAND LE PEUPLE CONGOLAIS VOUS TUERA AUSSI.

    NE SOYEZ DONC PAS SURPRIS QU’ON TUE VOS ENFANTS ET VOS PARENTS.

    Tous les militaires Batékés, Kongos-Laris, ou de toute autre ethnie doivent agir en silence.

    EVITER D’UTILISER LES TELEPHONES. VOUS ETES TOUS SUR ECOUTE.

    EVITER LES GROUPES D’ACTIONS NOMBREUSES. 2, 3 ou 4 PERSONNES PEUVENT AGIR. LA CINQUIEME PERSONNE POURRAIT ËTRE UN TRAITRE OU UN BAVARD.

    LES BATEKES DOIVENT REFUSER L’ORGANISATION ET LA PARTICIPATION A TOUTE ELECTION LEGISLATIVE DANS LEUR REGION ET CHASSER TOUS LES MEMBRES DU PCT ET AUTRES COMPATISSANTS DE SASSOU.

    FAUTE DE QUOI, TUEZ LES PAR TOUS LES MOYENS POSSIBLES : POISONS, FETICHES, SORCELLERIE, ENVOUTEMENTS….

    LA MORT DE NTSOUROU NE DOIT PAS RESTER IMPUNIE MYSTIQUEMENT.

    TOUS CEUX QUI ONT PARTICIPE DE PRES OU DE LOIN DOIVENT AUSSI MOURIR. DANS LES 2 MOIS QUI SUIVENT UN GRAND MALHEUR DEVRAIT FRAPPER SASSOU ET LES SIENS.

    Œil pour œil, dent pour dent.

    LA MORT, SEULE REPONSE A LA MORT.

    A Tous les Batékés du Congo, travailler mystiquement, méditer et invoquer les dernières paroles de NTSOUROU afin que chacun de ses mots devienne une flèche invisible visant le cœur de tous ses assassins.

     » ça ne fait rien, Sassou Nguesso me tue aujourd’hui, mais il me suivra bientôt » – Colonel Marcel NTSOUROU.

  80. Kipwanza ku Koongo dit :

    Monsieur Denis Sassou n’est pas eternel. Ca c’est une certitude, et Dieu merci… Pour monsieur Tsourou, un homme emprisonne, donc a la disposition des autorites du pays, c’est une honte qu’il ait trouve la mort dans les circonstances que nous condamnons ici. Discourir sur cet assassinat est une perte de temps et d’energie de mon point de vue, non pas que j’eus guere aucun respect pour le colonel Tsourou, mais simplement parce que sa mort etait deenue une evidence,parce que attendue par le tyran lui-meme et ses sbires impliques qu’ils etaient dans des crimes imprescriptibles, comme ceux de l’affaire dite des DISPARUS DU BEACH.

    Le colonel Marcel Tsourou est jusqu’a present le seul officier de haut rang qui ait accepte de se faire ecouter par la justice internationale, si la demandait lui avait ete faite. Plus que autre chose, je presume c’est principalement pour cette raison qu’on vient de lui oter la vie. Tsourou n’etait pas un politique. Comme Mokoko, Okombi, Makaya, Boukadia, Lingobo ngoka ou Jean Ngouabi, etc qui croupissent injustement en prison pour delit d’opiion. Qu’on aime le colonel Tsourou qu’on l’aime pas, cet officer, je me rend compte maintenant etait courageux devant un systeme quoi broie ses propres serviteurs des qu’ils ne sont plus en odeur de saintete avec le dictateur.

    Il a voulu donner sa part de verite dans l’affaire des Disparus du Beach. Je lui suis reconnaissant pour cela. Tout le monde sait qu’il etait injustment detenu a la maison d’arret, car sa responsabilite dans l’affaire de l’explosion de la caserne militaire de Mpila n’avait pas ete etablie, bein au contraire a la lumiere du deroulement du proces, son innoncence devenait patente. Les balbutiements comme temoin de l’etat de son chef hiearachique, monsieur J. D.Okemba, homme de main du tyran, confirmerent l’innoncence de Tsourou. Mais comme monsieur Denis Sassou est la LOI incarnee et lui c’est la loi, il trouva un autre subterfuge pour le mettre en prison. Cette fois Tsourou en sortira les pieds devant.

    L’interview de monsieur Tsourou existe encore sur RFI et prouve qu’il n’avait rien a faire avec les enfants du Congo portes disparus au beach de Brazzaville. Pourquoi les autres officiers n’ont jamais pris le courage de proposer leur collaboration a la manifestation de la verite dans cette affaire?
    Tata Tsourou, va te reposer au mpemba! Avant toi, Massamba Debat, Biayenda, Mboro, Ontsou, Doudi Nganga et ses compagnons, Anga, Ngatali t’ont precede sans que le pays ne connaissent la prosperite…

  81. Le nul qui veut savoir dit :

    Pean a fait un travail tellement remarquable dans son document à arté sur la mafia corse en France dans le monde et au Congo, à tel point point que nous comprenons en partie ce qui se passe dans notre pays; c’est ça la vraie théorie des réseaux faite avec démonstration à l’appui. C’est pas ceux qui viennent nous pomper chaque jour leur fameuse théorie des réseaux sans démonstration à l’appui comme s’ils avaient peur d’être réprimander par le pouvoir en place, si vous etes incapable de faire une démonstration, taisez vous au moins, c’est plus sage. Tiens je peux vous aider, faites nous une démonstration concrète sur les réseaux mafieux libanais et ouest-africain au Congo en faisant leur historique et les niveaux d’implication; en passant dites quelque chose sur la mort de ntsourou selon votre fameuse théorie, au lieu de s’arrêter sur des mots…vous prenez des gens pour des moutons…

  82. Delbar dit :

    Monsieur Kipwanza,

    Merci beaucoup pour votre intervention.
    Vous rendez un juste hommage au Colonel mais surtout votre analyse correspond tout à fait à la
    réalité.
    C’était un homme très courageux et bien sûr innocent.
    Ce n’était pas un politique car le pouvoir ne l’intéressait pas.
    Il aimait son pays et tous les congolais ; il ne supportait plus Sassou.
    Il considérait le dictateur comme le responsable du naufrage de son pays.

    Merci encore

  83. BONOBOLISME MEDICAL.... DE PASCAL IBATARD, fils de pute ! dit :

    Pascal IBATARD, à la fois Général et Médecin de pacotille !

    IBATARD, est un vrai fils de pute ! mais un faux Général ! Ce DG clanique de l’hôpital militaire s’illustre par sa médiocrité. Sassou NGUESSO a baisé sa femme Margot avant de baisé ses filles aujourd’hui. Il est donc en quelque sorte le beau père inavoué du monstre de l’Alima plus vieux que lui et qui souille ses pauvres petites filles. En plus d’être un médécin complice d’assassinats, c’est un père indigne de protèger ses enfants du pédophile incestueux Takou NGUESSO.

  84. Bob le Grand DIBOYO dit :

    Analyse pertinente Mr KIMPWANZA.

    Et je complèterais que l’assassinat de NTSOUROU est un test pour jauger la capacité de soulèvement du peuple Congolais.

    En cas d’absence de manifestation populaire sur cette mort, d’autres crimes crapuleux vont suivre.

    Notamment les empoisonnements de Paulin MAKAYA, OKOMBI, MOKOKO, BOUKADIA et autres.

    Donc il est de très mauvais ton de se réjouir de la mort de NTSOUROU, ce qui reviendrait à donner à SASSOU un quitus, un permis de tuer tous les autres opposants.

    A bon entendeur……

  85. K dit :

    Ibata, est un faux médecin et faux Général. Il parle d’un arrêt cardio-ventilatoire. Il ignore personnellement ce que cela signifie.
    « Un arrêt cardio-ventilatoire, ou arrêt cardio-respiratoire (ACR), est l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. On parle aussi parfois simplement d’arrêt circulatoire ou d’arrêt cardiaque.L’arrêt cardio-circulatoire ne signifie pas nécessairement la mort de la victime : en cas de constatation d’un arrêt cardio-circulatoire, il faut immédiatement prévenir les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire en attendant les secours. »/fr.wikipedia.org.
    Au-delà de la mort de la personne de Marcel Nstourou, se pose une question lancinante à laquelle nous ne devons sous aucun prétexte nous dérober, il y va de notre survie : Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître.(la voix du Peuple)

  86. le fils du pays dit :

    Le Congo,un pays a 10 generaux et colonels au metre carre,tous la fabrication de Mr Sassou.Il leur distribue les galons comme les bouts de pain a son humeur.Ont-ils le courage, la valeur,l’honneur et le sans du devoir?.Je dis non.Regardez comment ils tombent un après un au moins depuis le 17 Mars 1977.Le Congo possede meme un certain General Giap(un milicien mange criquet qui avait pris part active dans le coup d’état de l’empire francais pour reinstaller son vassal Mr Sassou sur le pedestal) made by Mr Sassou.
    Par Contre,le defunt commandante en jefe Fidel Castro dans son article apparu le 31 Aout 2014:Les idees justes vaincront ou ce sera la catastrophe.Il rendait hommage au vrai General Vietnamien Giap.je cite un passage:Le general Giap etait l’un des plus brillants chefs de notre temps.Lui qui parvint a reperer les canons dans une jungle inextricable et abrupte a Dien Bien Phu,ce que les militaires Yankees et Europeens jugeaient impossible.Les canons leurs permettaient de tirer de tellement pres qu’il etait impossible de les neutraliser sans que leurs bombes nuclaires n’affectent egalement les envahisseurs.d’autres mesures pertinentes,difficiles et complexes,furent utilises pour imposer la capitulation honteuse aux forces Europeennes encerclees.

  87. le fils du pays dit :

    @ Mr Okomba,vous avez raison.
    Mr Sassou aura toujours a ces cotes des Congolais idiots(femmes et hommes), toutes generations et categories confondues.Par exemple, il y a l’engouement des gens envers lui ou il leur distribue l’argent du peuple detourne.Il les a rendus et les rend millionnaires,milliardaires(ministres,directeurs,deputes,maires,militaires etc..).
    Je le repete s’il y a un Congolais qui était au depart idiot et l’a compris par la suite et a quitte le cercle de Mr Sassou des sa défaite en 1992 c’est le Colonel devenu Pasteur Oniangue,Francois Okinga était parti au debut, il a résisté un peu les émissaires envoyés par leur maitre Mr Sassou pour le convaincre de revenir auprès de lui, il n’a pas longtemps résisté la faim, il est revenu et il est fini mort empoisonne dans un hôpital de Mfoa.

Laisser un commentaire