SASSOU NGUESSO ET LE COULOIR DE LA MORT . Par Patrice Miakassissa

Après avoir massacré les populations du Pool dans ce qui est devenue l’affaire tristement célèbre des disparus du Beach, le sieur récidive et propose un couloir humanitaire, le couloir de l’intolérance, aux combattants pour la libération du Congo qui sont dans le Pool.
Le précédent couloir humanitaire du Beach sous l’égide du HCR (Haut Commissariat des Réfugiés) n’avait servi que de leurre pour bien nous exterminer. Cette même communauté internationale est aux abonnés absents quand se perpétue à l’heure actuelle un génocide dans le Pool. Notre parrain mafieux, la France, est impuissant devant les turpitudes de son filleul qui a perdu la raison. D’ailleurs, l’exemple que cette France en déliquescence donne à travers sa campagne présidentielle nous file la nausée jusqu’à vomir tripes et boyaux. Il faudra changer l’image.
Nous ne sommes pas dupes, car ce personnage sinistre veut rééditer ses exploits d’élimination physique des populations du Pool auxquelles il voue une haine viscérale et qu’il a toujours perçu comme une menace permanente et incessante à son pouvoir tyrannique. Ce peuple du Pool que vous haïssez si bien vous le rend très bien en vous tenant tête.
Confortés dans son impunité internationale, tant la corruption des esprits faibles occidentaux est passée par là, dans sa folie de grandeur, notre timonier d’Oyo propose encore une de ses ficelles tant usitées pour nous traquer comme du gibier, encore et encore.
Le Congo va mal et est en cessation de paiement. Le quotidien du congolais lambda devient si difficile que même le diable refuse qu’on lui tire la queue au risque de se voir déchiqueter tant le nombre de congolais vivant dans la misère et le désarroi ne fait que grandir au jour le jour.
Il est temps que ceux qui par la force des armes gouvernent ce pays comprennent que le Congo est un bien commun et non une cour dans laquelle il est de bon temps d’applaudir matin, midi et soir notre sultan de l’Alima, de chanter sa gloire et de perpétuer le culte de la personnalité. La mascarade dans la gestion des affaires de l’Etat continue avec la création d’un hypothétique « Fonds bleu » après celui des « générations futures » qui s’est évaporé d’un coup de baguette magique. Chapeau l’illusionniste !
Toujours est-il que ce monsieur ne comprend plus qu’il est nu et qu’il n’a plus rien à nous proposer. Notre incessant travail produira les forces du changement nécessaires au départ de celui qui est devenu le cancer du Congo qu’il faut à tout prix extirper de notre pays au risque d’avoir des métastases partout, s’ils n’en existent déjà pas.
Debout Congolais, unis par l’amour de la patrie, disons NON à ce énième simulacre de tentative de paix des cimetières qui ne fait que enfoncer le pays dans la tourmente. Point de couloir humanitaire qui n’est qu’un couloir de la mort dans lequel nous sommes enfermés depuis 33 ans en attendant sagement notre exécution par notre bourreau. Ce stratagème a déjà été utilisé et s’est soldé par l’évaporation de 353 de nos parents. Leur disparition physique soudaine nous hante jusqu’à ce jour et nous sommes désemparés de ne pas avoir pu leur donner une sépulture digne dans notre pure tradition bantoue. Dans ce même cas de figure notre Président Alphonse Massamba-Débat a disparu de la surface de la terre sans que cela n’émeuve ceux qui depuis lors se sont succédés au pouvoir. Gageons que la vérité finira par triompher et que l’histoire rendra un vibrant hommage à nos dignes Filles et Fils partis très tôt à cause de l’intolérance de ceux-là mêmes qui depuis le Comité militaire du parti (CMP) continuent de semer peur, désolation et mort dans nos foyers.
Nous ne rendrons pas les armes jusqu’à la victoire finale qui constitue le départ de Sassou du pouvoir car ce bougre est à l’origine des problèmes du Congo, il est le problème du Congo et en cela il ne peut plus faire partie de la solution.
Un proverbe danois dit : « Un crime sans réparation est une souffrance perpétuelle pour les victimes ». Mais ici, nous sommes dans la persistance d’une action macabre, ce qui rend encore plus diabolique cette entreprise qui ressemble à la solution finale. Toujours est-il que nous restons vigilants jusqu’à ce que le Congo redevienne un pays de paix, de démocratie pleine et entière.

 

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Diffusé le 14 mars 2017, par www.congo-liberty.com

***********************************************************************************

Brazzaville : le neveu de M. Sassou-Nguesso mis en examen dans l’affaire des « biens mal acquis »

Sassou-et-lépouse-pasteur-de-son-neveu-le-pilleur-de-Socotram

Wilfrid Sassou-Nguesso est accusé d’avoir détourné des fonds publics à des fins personnelles. Une première pour un membre de la famille au pouvoir au Congo.

Le neveu du chef d’Etat congolais Denis Sassou-Nguesso a été mis en examen, jeudi 9 mars, par la justice française dans le cadre de l’enquête dite des « biens mal acquis ». Selon nos informations, Wilfrid Nguesso, 50 ans, est mis en cause pour « blanchiment de détournements de fonds publics ».

Surnommé « Willy », ce proche du président dirige officiellement depuis 2006 la Société congolaise de transports maritimes (Socotram), dont l’actionnariat se partage entre l’Etat congolais (45 %) et une entreprise établie au Liechtenstein, WGN Trading and Shipping SA, dont il a été le bénéficiaire économique. Il est également à la tête de la Société de gestion des services portuaires.

Mainmise sur les taxes maritimes

Cette double casquette lui donne accès aux millions d’euros de taxes prélevées sur l’activité des navires marchands et sur les chargements de pétrole exportés de Pointe-Noire, la capitale économique de cet Etat pétrolier d’Afrique centrale.

Wilfrid Sassou-Nguesso est accusé d’orchestrer de complexes circuits financiers alimentés par des fonds publics et ainsi financer d’importantes acquisitions immobilières et autres produits de luxe.

Le 15 août 2016, les juges Roger Le Loire et René Grouman avaient ordonné la saisie pénale de deux biens immobiliers acquis puis entretenus à grands frais, avec des fonds probablement issus du détournement de l’argent du pétrole.

Le premier est un appartement cossu à Courbevoie (Hauts-de-Seine), acheté initialement, en 2000, par le chef de l’Etat et son épouse, rénové pour 3 millions d’euros de travaux entre 2002 et 2005. Le second est une villa de 500 m2 au Vésinet (Yvelines), acquise à l’époque, en 1983, par feu le frère aîné du président congolais, et enjolivée par près de 4 millions d’euros de travaux.

Circuits financiers offshore

Ces deux biens immobiliers étaient ensuite détenus par des sociétés offshore établies dans des paradis fiscaux. Un montage complexe pour dissimuler l’identité du véritable propriétaire : Wilfrid Sassou-Nguesso. Parmi les matériaux récoltés par les enquêteurs lors de perquisitions à son domicile de Courbevoie, il y avait plusieurs relevés de comptes bancaires au nom de ces sociétés dont certaines étaient alimentées directement par la Socotram.

Cette première mise en examen d’un membre de la famille présidentielle congolaise marque peut-être un tournant dans la longue enquête dite des « biens mal acquis », démarrée en 2007. Me William Bourdon veut y croire. « Cette mise en examen et celles qui vont suivre préfigurent le grand procès du clan Sassou à Paris pour pillage des ressources publiques à leur profit personnel », dit l’avocat de Transparency International, qui est aussi le président de l’ONG de défense des victimes de crimes économiques, Sherpa, à l’origine de la plainte ayant déclenché l’ouverture de cette procédure.

Contactés, plusieurs avocats ayant auparavant défendu l’Etat congolais et la famille du président, n’ont pas souhaité réagir. « On ne sait plus qui est mandaté sur ce dossier, c’est très flou », conclut l’un d’entre eux.

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à SASSOU NGUESSO ET LE COULOIR DE LA MORT . Par Patrice Miakassissa

  1. Le Pape dit :

    Le Pape François refuse de se rendre à Brazzaville en août 2017. Sassou souffre terriblement suite à cette nouvelle qui lui est tombée aujourd’hui.

  2. VAL DE NANTES ... dit :

    A force de caresser le lion qui ne cesse de vous blesser , à terme il finira pour vous tuer .IL FAUT
    APPELER UN CHAT UN CHAT , cette tribu mbochi va nous décongoliser ;;;;;
    Sa conception de vivre ensemble est aux antipodes des valeurs humaines qui régissent les relations fraternelles entre les autres tribus de la république ….
    Se boucher le nez , sur la dénonciation de cette sale tribu , est antipatriotique …..
    Caresser un monstre , c’est vivre à crédit …..
    Imaginer tous ces milliards qu’ils ont volés , qui auraient dû servir à améliorer la santé de nos parents .Conséquences généalogiques , nos enfants sont privés de voir vivre longtemps leurs grands parents ;;;;
    J’ai dit ;;;

  3. Loko Balossa dit :

    Cher Patrice j’apprécie beaucoup ta bravoure , comme disait un grand homme Africain Si tu reste neutre devant des situations d’injustices c’est que ta choisi le camps de l’oppresseur . C’est le cas de parfait Kolelas qui pourtant répète à qui veut l’entendre qu’il est le leader incontesté du pool mais je ne veux pas envoyer mes partisans à l’abattoir , pendant que son père nourricier sassou à transformer le pool à un abbattoir géant où les jeunes miliciens Mbouchis viennent abbattres du bétail laris depuis 11mois à huis -clos . Je remercie le site Congo Liberty qui nous laisse exprimés pour dénoncer les crimes perpétrés par le chef de guerre Mbochi …

  4. Isabella Mocroubondo dit :

    Un simple conseil gratuit, consulte vite un médecin Psy. On devient plus fou progressivement. Lorsqu’on a humecté le mauvais trou adjacent car on est passé à côté du bon par précipitation, que l’on confond à la vitesse car trop agité par l’agression perverse et génétiquement haineuse, ma foi, on finira par baiser sa pauvre maman dans la confusion, au trou tout froissé et du reste bien ridé, comme la peau d’un crapaud maladroitement trop bavard dans les eaux sales du néant.

    Ils sont parmi nous, chers amis, ces IMPOSTEURS doublés de cynisme et d’hypocrisie à peine camouflée qui font semblant de cavaler ensemble mais rien que pour vous sucer profond et vous tirer dans le dos. Rappelez-vous toujours qui vous êtes et votre place dans l’histoire depuis le passé…
    Méfiez-vous donc, sans verser toutefois comme eux dans l’animosité prédisposée et conditionnelle ou plutôt sévèrement pathologique…

    C’est congénital, ils vous haïront TOUJOURS, nonobstant quelques apparences contrôlées. La vie des aigris diaboliques, véritables traitres.

  5. mwangou dit :

    Idem à propos de la paix dans le Pool: on apprend qu’un site, toujours le même du reste, a été réservé pour accueillir les ninjas nsilulu. Ce site, c’est celui de l’ancienne fac des sciences face à l’entrée du marché Total. Comme d’hab, ceci suppose que des accords ont été passés entre les belligérants-comploteurs, ou quoi?, pour parler français façon ouest-africain…
    mais le bruit court aussi que sassou nguesso aurait donné l’ordre de lui ramener Ntoumi plutôt mort que vif, d’où l’intense activité des hélicoptères qui bombardent désormais tous azimuts, pour peu qu’un idiot donne une info sur la probable cachette de ce prédicateur d’un genre assez particulier.
    Si Ntsourou est parti sans que le petit doigt ne bouge à droite, à gauche, qu’est-ce qui peut encore inquiéter sassou nguesso, lui qui sait mieux que quiconque, que les congolais tiennent énormément à leur vie.

  6. cgb dit :

    il est aux abois la guerre coute cher . il le comprend maintenant mais personne n est dupe. il n aura pas ce qu il veut et partira

  7. cgb dit :

    c est là le discours de la defaite . il sait que malgre les moyens utilises pour detruire le pool il sait maintenant qu il a ete vaincu

  8. État Sud Kongo dit :

    Pasteur ‘NTOUMI’ a dit dans son message que tout est enfin prêt pour passer à la paix.

    Explication :
    Avant, c’est tous les 6 mois que l’enfant spirituel de Mr Sassou venait à Brazzaville et il y avait des morts.
    Aujourd’hui il a fait UN AN dans le Pool. Et la mission commencée en Avril 2016 de faire tuer les Kongos dans le département du Pool est arrivée à sa fin en Mars 2017. Le ‘PASTEUR NTOUMI » a négocié (avait en Avril 2016 négocié) sa place après le génocide organisé du Pool. Le pouvoir veut alors redistribuer les postes ministériels.

    Note message :

    La guerre est déjà déclarée.
    Mr François Hollande, Mr Sassou-Ngessou et aussi les complices rendront compte aux Kongos.

    La France a déclaré la guerre, nous prenons acte et nous disons aux autres congolais et congolaises : Nous sommes en guerre.

    Dans les circonstances de demain, Brazzaville sera dans l’incapacité de garder les conditions de travail et de paix. La guerre c’est pas bon. Il faut vivre un jour de guerre pour le comprendre. Le combat continue. La liberté c’est l’indépendance et l’indépendance c’est lar guerre qu’elle s’obtient​.

    sudcongo.com@gmail.com

Laisser un commentaire