Extravagances à Oyo pendant que la comédie du plan de sauvetage se peaufine à Washington….Par Rigobert OSSEBI

Fonds bleu Duc de Kent – Jean Yves Ollivier Faure Eyadema

Ceux qui s’intéressent à notre pays, ou s’inquiètent pour leur famille, savent bien qu’une crise profonde sévit au Congo. Même si, systématiquement, tout ce qui l’agite réellement n’est pas révélé par les grands médias internationaux ou dénoncé par de grandes institutions ; les crimes de toutes sortes s’y confondent dans l’impunité la plus totale. Rien ou si peu n’échappe à la noirceur du tableau !

Des scandales financiers, se chiffrant en centaines de millions d’Euros, sont révélés quasiment tous les jours et il faudrait un temps infini pour aller au fond de chaque dossier. Signe des temps ou succès à mettre au crédit de nos lanceurs d’alertes : Willy Nguesso, persona non grata au Canada, vient d’être mis en examen par le Parquet de Paris pour « blanchiment de détournements de fonds publics ». Depuis 1998, au travers de sa société SOCOTRAM, il rackette, très officiellement, tout transport aérien ou maritime par une taxation des marchandises, à l’export ou à l’import, dont le pétrole. C’est un merveilleux signal qui vient d’être adressé à tout un clan de prédateurs qui se croyait intouchable ! Et ce n’est que justice que Willy soit le premier ciblé, car il fut également le tout premier grand bénéficiaire de la débauche financière du Congo. En presque 20 années, c’est aisément un total de plus de 500 millions de dollars (+/- 300 milliards de FCFA) qui a été soutiré au travers de son système de taxation incontournable.

En attendant qu’un grand ménage puisse se faire, dans un pays qui a été amené à la cessation de paiement du fait de la prédation des Nguesso, on ne peut qu’observer un Premier ministre, Clément Mouamba, très serein et confiant dans l’obtention d’un plan de sauvetage par le Fonds Monétaire International.

Pourrait-il contredire ce qui précède ? Il n’en a que faire ! Les habituels réseaux internationaux corrompus œuvrent, en coulisses, au secours scélérat. Afin que la pilule passe sans encombre, parce que seulement aider l’Etat voyou du Congo finirait par faire jaser, il a été décidé par les bons samaritains de la finance d’établir un plan de sauvetage régional : celui de la CEMAC et ainsi d’y noyer le requin, plutôt que le poisson, Denis Sassou Nguesso ! Tout ce beau monde marche de concert… Le dictateur congolais, corrupteur notoire, leur a déjà enseigné une belle partition à suivre afin de recevoir leur récompense. Hommes, femmes, politiques du monde entier se sont toujours pressés à sa Cour pour recevoir des bribes, des 30 milliards de dollars qu’il a détournés ces 20 dernières années, en échange de leur silence ; ou pour certains de leur complicité active… !

Dans des affaires comme l’effacement de la dette congolaise, la corruption a été massive. C’est une notoriété brazzavilloise du premier cercle des gens un peu avertis, que l’accès et l’obtention du programme PPTE ont été monnayés au prix fort. Certains ont appelé « rétro-charité » cet échange de bons procédés.

Un petit exemple de rétro-charité, fut lorsque le Représentant Résident du FMI au Sénégal, Alex Ségura, s’était fait pincer à l’aéroport CDG de Paris avec une mallette pleine de billets (au total l’équivalent de 133.000 euros), le 25 septembre 2009. Il avait été blanchi par le Conseil d’administration du FMI, en décembre de la même année, alors que Dominique Strauss Kahn s’apprêtait à faire un cadeau de 5 milliards de dollars à Sassou Nguesso ; avec pour conséquence une débauche économique et financière que cette mauvaise décision déclencha dans notre pays. La reconnaissance du kleptocrate-dictateur, et la rétro-charité sonnante et trébuchante, furent proportionnelle à sa très grande satisfaction. Son Neveu Edgar, Directeur du domaine présidentiel, affirmait même en 2009 à qui voulait l’entendre : « Vous ne pouvez pas imaginer à quel(s) niveau(x) cela se passe ! (Ndlr : la combine de l’effacement) ». Sûr qu’aujourd’hui, il brûle d’envie d’en dire de même !

Pour bien prouver que ce plan de sauvetage n’a pas lieu d’être et que Sassou Nguesso et sa clique ne manquent pas d’argent, Oyo, la nouvelle capitale congolaise, ces derniers jours a été au centre de trois manifestations majeures, totalement surréalistes, complètement déconnectées de la crise profonde à laquelle la population est confrontée :

  • la présentation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo guidée par le même sulfureux mécène de l’orchestre de Madame Valls,
  • l’inauguration de l’hôpital général d’Oyo (alors que dans le reste du pays les structures hospitalières sont exsangues financièrement et que la plupart des personnels y sont en grève)
  • le Musée de N’Gol’Odoua dédié au KIebe-Kiebe avec une réelle destination comme toujours obscure…parrainée par Jean Paul Pigasse. Une exhibition indécente « au cœur de la végétation pour faire entrer les sculptures Kiebe-Kiebe dans l’histoire de l’humanité» alors que la jeunesse congolaise s’entasse par plus de cent élèves dans des classes sans banc. Humanité très sélective des cautions morales du régime de Brazzavole…

Pour s’y presser, des invités du monde entier sont venus en avions privés, payés pour la plupart par la kleptocratie présidentielle. Il y en avait une multitude sur le tarmac de l’aéroport international et quasiment privé de Denis Sassou Nguesso à Ollombo. Pour couvrir ces évènements  la presse étrangère (Africa24, Les Echos, Paris Match, Jeune Afrique, Forbes Afrique, Télé Congo, Vox Africa, Africa Numéro 1, Canal 2) a été conviée. Elle a été traitée  aux petits oignons pour sa plongée dans les profondeurs de l’Afrique : vols aller-retour en jet-privé et séjour au Palace 5 étoiles de l’Alima, dans cette partie du Congo aseptisée pour l’occasion ; loin des tueries du Pool et des bombardements des populations civiles. Du bon temps assurément, Oyo ne souffre d’aucune pénurie et ne manque ni de caviar, ni de champagne millésimé ; même le Whisky, qui y est servi, est garanti hors d’âge… !

Quant à la Cour habituelle et personnelle du tyran de la Cuvette, elle était presque au complet. Christine Ockrent pour une fois absente, mais Madame et Monsieur Richard Attias, Yamina Benguigui (comme toujours) avaient répondu « présent ». Faure Eyadema n’aurait raté pour rien au monde ce déplacement. Michel Roussin représentait le Groupe Bolloré pour accompagner le dictateur dans sa distraction favorite, le gaspillage de la richesse nationale. En hôte de marque exceptionnel, et au centre de toutes les attentions, se distinguait  le Duc de Kent, cousin de la Reine Elisabeth II, qui est aujourd’hui (et depuis 45 ans, la plus longue période de l’histoire), le Grand Maître de la Grande Loge Unie d’Angleterre. Sur le plan international, il est, on peut le dire,  le pape de la Franc-maçonnerie. Curieusement, il a effectué cette visite au pandémonium d’Oyo au moment même où le Pape François renonçait à se rendre à Kinshasa et à Brazzaville.

fonds bleu Attias Richard Cecilia

La Fondation Brazzaville parrainait l’évènement du Fonds Bleu toujours dans sa logique, par tous moyens, de soutien inconditionnel à la dictature congolaise ; Denis Sassou Nguesso qui n’a pas su gérer le pétrole congolais, ni la santé de ses citoyens, ni l’avenir de sa jeunesse, veut apparaître comme le sauveur de l’Afrique Centrale et de son environnement. C’est un peu vite oublier que, depuis le retour sanglant du dictateur, la production forestière, presque entièrement dans les seules mains de sa famille, est passée de 500.000m3 par an à plus de 2,5 millions m3, sans compter les coupes clandestines.

Ce Fonds Bleu, comme tous les autres fonds ou structures gérés par Sassou Nguesso, est condamné à la faillite. Ce ne sera certes pas un handicap pour accéder à un plan de sauvetage par le FMI, qui au prétexte de vouloir aider la CEMAC, sauvera la tyrannie congolaise sans avoir exigé la moindre contrepartie de transparence de gestion ou d’avancée démocratique. Les prisonniers politiques et le véritable vainqueur de la dernière élection présidentielle peuvent bien rester en prison. Les boucheries humaines et abus contre les Droits de l’Homme, récemment dénoncés par le Département d’Etat à Washington, pourront se poursuivre… Grâce à la très trop généreuse bénédiction financière du FMI et de Madame Lagarde.

Un véritable Etat de Droit, demain à la tête du Congo, ne se privera pas d’imposer ses arguments juridiques ou autres au FMI et à son actuelle General Manager, avec toutes ses conséquences pour les uns et pour les autres… !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 19 mars 2017, par www.congo-liberty.com

LE FMI SAUVERA T-IL UNE FOIS DE PLUS LE DICTATEUR SASSOU-NGUESSO ? Par Mingwa BIANGO

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Extravagances à Oyo pendant que la comédie du plan de sauvetage se peaufine à Washington….Par Rigobert OSSEBI

  1. Anonyme dit :

    Toujours et éternellement pathétique, le sassou, le vieux nègre et ses blancs qui repartiront les poches nègres après une conférence BIDON à Oyo, pauvre roi NEGRE

  2. Cartouche dit :

    Un négro tout idiot des millénaires après JC, un assassin joyeux et timbré de ses ‘compatriotes’, qui veut toujours plaire au ‘moundélé’ qui lui grimace un sourire moqueur et lui rigole au nez; rien que pour rester au pouvoir volé au peuple par tous les moyens afin de satisfaire ses appétits insatiables et son égo de barbare.

    Un vrai SINGE domestique qui continue de faire odieusement honte à la race noire. Son ulime et unique stratégie de recours apprise machinalement telle une seconde nature depuis sa jeunesse, éliminer physiquement les autres car il est impopulaire et surtout incapable d’avoir un débat politique ou tout court radio-télévisé avec n’importe quel candidat. Un homme sans âme ni pudeur, lâche petit mec…

    Aaahhh, un pruneau bien chaud en pleine caboche!

  3. Cartouche dit :

    PS. (…ultime…)

  4. L'escroquerie des PATCHA français en combine avec sassou nguesso et la francafrique dit :

    Nous sommes devant une mafia française bien organisée composée de sulfureux mafieux français tels Jean yves olivier, jean paul pigasse, richard et cecilia attias etc…en usant de sassou nguesso comme intermediaire de toujours pour escroquer de l’argent au fmi comme d’habitude avec à sa tete cette fois ci une autre sulfureuse française afin de s’empocher plein les valises pour ainsi continuer avec leur vie de PATCHA dans l’organisation criminelle qu’ils ont crées depuis bien 40 ans au moins.
    Le monde vit des moments très difficile orchestrés par des organisations toutes criminelles et qui pour le cas du congo assène une violence inouïe pour se perenniser au controle des ressources.
    Cette fois ci l’entreprise est grande parcequ’elle s’ettend sur la CEMAC entière et tous les vautours ont été appelés à contribution pour bien prendre leur proie: La cagnotte du fmi que les toujours pauvres peuples n’y verront rien comme d’habitude.
    Continuons d’alerter les opinions parce que sans doute il y en aura un éveil qui devra coûte que coûte stopper cette hémorragie assassine.

  5. Makaku dit :

    L’africain qui s’écria très tôt « CONGO ZOBA », savait bien ce qu’il/elle avait entrevu.

    Quel que soit le volume du savon, c’est peine perdue de laver un singe!

  6. Dieu m'a dit. Le Diable sera tué et sa Maison brûlée dit :

    Pauvre diable Il a fait son G20 des petits minables et bouffeurs sans scrupules mais tôt ou tard le jour se lèvera et OYO redeviendra oyo

  7. Anonyme dit :

    Les investisseurs et observateurs étrangers ont eu l’opportunité de découvrir combien le Congo est en plein processus de modernisation tout azimuts. Aussi le FMI est au courant, par le biais de ses émissaires, qu’il y a partout des grands travaux dans chaque département congolais, du Nord au Sud. C’est un argument de poids qui pèsera en faveur du gouvernement, dans les futures négociations, vu que certains chantiers de l’Etat sont presque à l’arrêt. Le scepticisme hystérique ambiant, quant à lui, est tout à fait légitime. Au regard des diktats que le FMI impose souvent aux pays du Sud en général et à l’Afrique en particulier, en échange de son soutient financier. Un panafricaniste ne sera jamais dépositaire d’une quelconque opinion élogieuse, à l’égard des IFI anglo-saxonnes dites de Bretton Wood, quelle que soit leur apparente « générosité ». Mais il faut le reconnaître que la crise économique touche tous les pays du monde.

  8. Errance Dodo dit :

    Ouais, des grands draps-peaux au Pool avec les ‘mindjoulas’ de Mindouli qui attendent impatiemment les nuits pour rôder autour…

    Le Con-go est vraiment en plein essor sans précédent.

    Vif Takou, ou mort, WANTED!

  9. Oyourou Nioumba dit :

    Quoique le sujet, tu divertis avec la note [Parfait Kolélas (Pako) ou Imparfait Olélas (Impo), que sais-je encore] sur tous et chacun de tes posts.

    Va seulement l’affronter à la glacière de Bac City puisque vraissemblablement c’est perso sous tes tripes et une vraie obsession de fixiste, au lieu de nous renvoyer toutefois la lumière avec des scintillements du grain de sable qui a trouvé convenablement refuge dans tes exceptionnelles méninges en coings, fraises et cérises, tous très âpre et gelés au lait.

    Eh, on recrute à la Voirie!

  10. Oyourou Nioumba dit :

    @grincheux: (*âpres)

  11. le blanc dit :

    Il y a un nouvel article sur ECAir visible sur Radio Télévision Suisse

  12. mwangou dit :

    les institutions internationales souffrent , pour reprendre le terme à la mode dans notre police nationale, d’un défaut de sérénité à la base. malgré l’évolution au niveau mondiale, les choses restent en l’état: le fmi appartient à la France, la BM, aux Usa…
    par ailleurs, tous les fonctionnaires au sein de ces institutions sont couverts par une immunité totale; ce qui leur garantit tout. qu’on se rappelle que les premiers concernés par l’affaire des disparus du beach sont bien les organisations humanitaires; mais on les a absoutes de ce péché…
    alors, c’est bien l’info, c’est bien de dénoncer, mais ne craint-on pas de provoquer des tensions et donc des avc avec ce type d’infos, pendant que les autres s’en donnent à cœur joie sur la misère des congolais?

  13. VAL DE NANTES , MAUDITE QUE SOIT CETTE ASSOCIATION DES VOLEURS éhontés .... dit :

    C’est pathétique de voir ces vomissures marcher sur la misère congolaise .Fond noir ou bleu , des concepts qui sont des arrières boutiques de détournements des fonds .
    Une armée sans scrupules à la recherche des fonds corruptifs et de conspiration internationale , le tout , cadenassé par un homme d’une imbécillité incurable .
    Venir nous parler , des fonds bleus , sans se soucier outre mesure , des conditions de vie de la population qui vous a servi d’hôtes ,relève de crimes contre l’humanité .
    Ces photos , sont le témoin d’un monde sans pitié , où l’argent reste le maître de toutes les dérives humaines .

  14. La verité utile, le juste esprit critique, la juste conscience libre dit :

    NE NOUS DISPERSONS PAS : IL FAUT GARDER LE CAP SUR L’ESSENTIEL
    Guy Brice Parfait Kolélas est un homme politique qui a été fait par le roi Denis Sassou Nguesso car, ne l’oublions pas, dans une dictature, seul le roi est faiseur de princes ; Guy Brice Parfait Kolélas est un homme public, un député, un représentant du peuple censé porter sa voix, sa volonté, un leader du Yuki qui doit être un conducteur d’hommes vers le tsuki de la liberté et de la démocratie. Du moins, on espérait qu’il reprendrait le combat de son père – avant qu’il ne se lie avec la Bête d’Edou. Ses actions, ses inactions, ses trahisons engagent la vie et le destin de milliers voire de millions de Congolais. C’est là, sa responsabilité. L’histoire le jugera. Nous le jugeons déjà. Quand on porte l’espoir d’un peuple, on le porte jusqu’au bout, peut-être jusque au sacrifice suprême. Ceux qui vivent au nom du peuple ne devraient pas hésiter à mourir au nom du peuple. Quand on brandit l’inaction pour justifier l’envie de sauver des vies, c’est une position qui se tiendrait si par cette inaction, les fils du NTSI ne meurent pas ! Or, ils meurent en masse, tous les jours, chaque minute, peut-être chaque seconde. Guy Brice Parfait Kolélas le sait très bien. La double traîtrise de cet homme est consommée – envers le peuple, ceux qui lui ont apporté leurs suffrages à l’élection présidentielle du 20 mars 2016 et envers son papa par alliance Denis Sassou Nguesso.

    Cependant, l’homme a ses soutiens comme François Fillon a les siens par devers tout et contre tous s’il le faut. Le yuki n’est pas une calebasse vide. Pour résumer sa conduite politique, je dirai que c’est le produit de notre société. Il n’est ni son père, ni Mandela. Il ne sera pas non plus le christ de personne car il ne portera pas les péchés, les souffrances – même de ceux qui le soutiennent. Il ne sera pas Moïse faute de détenir le bâton de Dieu pour sauver le peuple.

    Guy Brice Parfait Kolélas pense avant tout à lui et à sa famille. Il a montré, en reconnaissant la victoire de Denis Sassou Nguesso là où le Général Jean Marie Michel Mokoko a préféré aller croupir en prison à soixante-dix ans passés, que c’était un opportuniste et un calculateur qui tenait à se préserver d’abord lui au lieu de prendre les coups au nom des autres, du peuple. Cependant, quoi que l’on pense de lui, il reste un citoyen congolais qui a trempé dans les eaux sales de la politique de notre pays. Il ne pouvait en sortir que sali car la politique, en général, est sale.

    Je connais madame Gertrude Malalou Koumba. Je l’ai rencontrée pour la première fois au tribunal de Grande Instance de Paris le 21 septembre 2009 avant qu’elle ne m’ouvre la porte de sa demeure. C’est l’une des rares femmes engagées dans la résistance avec Sadio et Abia. On lui reproche le fait d’avoir rencontré Guy Brice Parfait Kolélas. J’estime qu »il ne faut pas voir dans cet acte un soutien ou une adhésion à la posture politique du déshonorable Guy Brice Parfait Kolélas. On peut même rencontrer son ennemi, lui parler. Cela ne remet pas en question vos convictions, vos appréciations de la politique, de l’histoire, vos jugements. Guy Brice Parfait Kolélas n’est pas pour autant devenu un infréquentable au point où le rencontrer ferait de vous un pestiféré. Gertrude Malalou Koumba peut même soutenir Guy Brice Parfait Kolélas si elle le voulait mais ce n’est pas ce qu’elle a déclaré au micro de Bob Ebaka. Elle a voulu selon ses propres dires poser des questions à Guy Brice Parfait Kolélas en face-à-face devant témoins. On ne va pas en faire un ralliement ! Je connais cette femme, sa bonté, sa détermination qui peut se mesurer par les heures de sa vie qu’elle a données à porter la voix de la liberté et de la démocratie dans notre pays aux yeux du monde. Il n’en court pas des masses. Arrêtons donc de la stigmatiser.

    Au lieu de se contenter de recevoir quelques fanatiques, pourquoi Guy Brice Parfait Kolélas ne prendrait pas son courage à deux mains pour débattre avec la diaspora tout entière ? Le combat des idées, normal lorsqu’on est des démocrates, peut amener à des empoignades intellectuelles en face-à-face, ne l’oublions pas. Dans le respect de l’autre, quoi qu’on pense de lui.

    Guy Brice Parfait Kolélas n’est pas qu’un politicien : c’est aussi un être humain. Il faut parfois dissocier les deux. Si je juge et condamne le politicien au nom du peuple qu’il est censé représenter, je n’ai rien contre l’homme. Hélas, c’est souvent très difficile de faire la part des choses, tellement le politicien et l’homme se confondent.

    Pour tirer les leçons de tout ceci, je crois comprendre ceux qui m’ont appelé sur cette affaire : sans explications, ils ont tiré eux-mêmes leurs conclusions – sans prendre la peine d’interroger madame Gertrude Malalou Koumba. S’afficher à côté d’un traître, un double traître de surcroît, n’est pas sans conséquence – même quand on le fait devant témoins. Cependant, les actions et inactions de Guy Brice Parfait Kolélas n’engagent pas madame Gertrude Koumba Malalou.

    Nous avons besoin de femmes dans ce combat. Elles ne sont déjà pas nombreuses. Ne décourageons pas Gégé, une femme que je connais bien. Elle n’a pas trahi la diaspora, elle n’a pas trahi le Congo. Elle a juste rencontré un double traître. La saleté et la propreté ne peuvent néanmoins se mélanger, se rencontrer sans que la saleté affecte la propreté. C’est une question d’image. Cependant, on peut se rencontrer sans contamination, sans que la propreté ne devienne saleté politique. Nous avons besoin de femmes et d’hommes de conviction : c’est vraiment une denrée rare et précieuse qui nous fait tant défaut. Ce qui est précieux s’évalue dans le fait qu’il ne se déprécie pas au fil des assauts du temps et des éléments. C’est ma philosophie de la dignité.

    Nous ne sommes pas des ennemis mais nous souhaitons juste que le peuple apprenne à distinguer ceux qui méritent son soutien et ceux qui ne le méritent pas. Hélas, dans une dictature, nombreux oublient que ceux qui s’élèvent sont sont qui s’abaissent devant le dictateur. Et on s’étonne que le dictateur désire qu’ils restent couchés ? Nous avons choisi de rester debout en toute dignité – toute pauvreté car ce qui est en jeu est plus important que nos petites vies qui passeront. Le Congo, notre patrie, restera. Nous n’avons rien en commun avec ceux qui font souffrir notre peuple. Nous les combattons. Ils le savent. Par les mots, par les idées. Jamais nous ne mangerons une seule cacahuète ensemble. Sur le dos du peuple. http://www.demainlenouveaucongobrazzaville.org/2017/03/ne-nous-dispersons-pas-il-faut-garder-le-cap-sur-l-essentiel.html#ob-comment-ob-comment-90291835

  15. Eh oui, mon cher Val de Nantes, ce qui intéresse plus les gens de ce monde c’est l’argent. L’Homme pour qui cet argent a été créé ne sert plus à rien. C’est comme qui dirait, prend l’argent et tue l’Homme.

    N’avez-vous pas remarqué que la Procureure du CPI, la Gambienne Ben Sousa, était la première personnalité reçue à Brazzaville après le coup d’état de Sassou duite à son hold-up électoral?

    N’avez-vous pas remarqué que suite à son voyage, la CPI n’a jamais évoqué les crimes qui sont perpétrés au Pool? Pourquoi ? À cause de l’argent. La bouche qui mange ne parle pas, dit-on. Sassou avait corrompu la CPI pour qu’elle regarde ailleurs pendant que Sassou tue au Pool.

    Donc, tous ces étrangers ne sont intéressés que par l’argent. Tiens, prenez ce olivier. S’il avait une conscience, pouvait-il remettre pied à Brazzaville après le coup raté de la rencontre Sassou-Trump? Toute honte bue, il a répondu présent à ce nom événement de fonds bleu. Mawa mingi samu na bwala y’a Congo.

Laisser un commentaire