Congo-Brazzaville : Disparitions forcées de jeunes adultes enlevés par l’adjudant-chef Romual Morgan MANOUNOU .

Il y a deux semaines le Ministre de la Justice nous a reçu pour préciser qu’au Congo, il n’y avait pas de cas de violations des droits de l’homme, suite à cette rencontre, pour les besoins de transparence et de vérité, les organisations de la société civile Congolaise œuvrant dans le domaine de la promotion, la protection et la défense des droits de l’homme et de la démocratie ont décidé de présenter régulièrement les familles apeurées, afin de témoigner de l’exactitude des faits.

Ces organisations ont été saisies par un collectif des Parents, le 03 Mars 2017 au sujet de la Disparation inquiétante de (leurs) enfants.

Il s’agit de :

NIMI – NGOMA – GUEDJ : âge de 20ans

AKONGA – HOSNY – Normand : âge de 23ans

AWAMBI – ELMICH : âge de 23ans

Arrêtés  Courant mois de Février 2017 et détenus dans les geôles du Poste de Police Avancé de CONTRE – RAILS de Poto – Poto 2, relevant du Commissariat de la Coupole, cette opération serait effectuée par les éléments de la Police Nationale. Le Poste de Police Avancé de Contres – Rails est dirigé par l’Adjudant – chef MANOUNOU – ROMUALD – MORGAN.

Ces enfants jusqu’à ce jour, malgré la recherche effrénée des Parents dans tous les lieux de détention appropriés et officiels, aucune trace de leur existence, présence et vie.

Témoignage des parents par leur représentant :

En date du 07/02/2017, quinze (15) jeunes garçons auraient été interpellés par la police et placés en garde à vue au poste de police avancé de contre-rails Poto-poto II, pour délit de droit commun, ce poste dépend du Commissariat de Police de la Coupole et placé sous le commandement de L’Adjudant-Chef MANOUNOU Romuald Morgan.

A on croire, quatre (04) des quinze (15) jeunes garçons, élargis par la police successivement en dates du 20, 22 et 24 Février 2017, huit (08) de leurs amis, avaient été retirés des geôles le20 Février 2017, aux environs de 22 heures, embarqués dans le véhicule de type BJ dudit poste de Police et conduit vers un lieu inconnu sous les ordres de l’Adjudant-chef MANOUNOU Romuald Morgan, actuellement admis au franchissement de l’Ecole Supérieure de Police.

Les recherches effectuées par les parents des huit (08) jeunes disparus, sont restées infructueuses après notre passage dans les différents Commissariats, postes de police, brigades de gendarmerie à la morgue municipale du CHU et à la maison d’arrêt Centrale de Brazzaville.

Arrestations – Tortures – Emprisonnements – Disparitions forcées – Décès ?

Un adage qui dit : « Ils refusent  les yeux ouverts ce que d’autres acceptent les yeux fermés »

Les droits de l’Homme sont le fondement d’une société garantissant l’égalité, la liberté et la dignité de chaque être humain.

Les Organisations de la société civile  œuvrant dans le domaine de la promotion et la protection des droits de l’homme et de la démocratie sont très préoccupées de la situation des droits en République du Congo. Dans les postes de police et dans des prisons, dans les grandes villes comme dans les villages isolés, les tortionnaires continuent d’infliger à leurs victimes, à l’abri de tout le monde, des souffrances physiques et mentales insoutenables pour punir ou les extorquer des aveux. La torture commence depuis l’interpellation par la force publique à la détention sans que les auteurs de ces actes ne soient inquiétés. On constate qu’au Congo la présomption d’innocence n’existe plus.

Recommandations :

Les organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la promotion, la protection et la défense des Droits de l’homme et de la démocratie au Congo demande :

A  Direction Générale de la Police de :

Mettre ses délinquants à la disposition du Parquet de Brazzaville  conformément à la disposition de la  législation nationale.

Au Procureur de la République de :

Incarcérer ses délinquants à la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, en attendant leur jugement, afin qu’ils bénéficient des visites de leurs parents,

leur donner la possibilité de prendre un conseil pour un procès équitable et transparent.

 

Fait à Brazzaville, le 25 Mars 2017

Source : # Collectif Sassoufit ; OCDH

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Congo-Brazzaville : Disparitions forcées de jeunes adultes enlevés par l’adjudant-chef Romual Morgan MANOUNOU .

  1. VAL DE NANTES ... dit :

    EH OUI avec , çà MONSIEUR SASSOU se charge de régler le problème libyen en atteste son voyage en ALGERIE , en cachant sous le tapis diplomatique , les crimes quotidiens , dont il se rend coupable par des sous fifres ;;;;;.
    Les flatteries mesquines auxquelles s’adonnent les officines de MPILA pour enjoliver le pouvoir de BRAZZA sont devenues risibles au niveau sous régional …
    Personne n’est dupe , de ces entourloupes , qui n’ont qu’un seul but , de tromper la communauté internationale sur la nature multicriminelle de ce pouvoir avide de reconnaissance internationale .
    Se faire inviter , et faire inviter est devenu , la préoccupation majeure de la politique de BRAZZAVILLE moyennant des liasses des dollars .
    Mais le CONGO SURVIVRA AUX NGUESSO ……

  2. CONGO-MFOA dit :

    Oui, le Congo survivra aux Clans des Sassou & Nguesso !

  3. VAL DE NANTES ... dit :

    AU VU de ces crimes à ciel ouvert , NTUMI est il plus criminel que SASSOU ;;;;?????
    Cette question post sassouienne , va hanter les esprits de nombreux congolais ;;;
    Tout en rappelant que ce carlos congolais ,qu’est SASSOU à en croire LEKOUNZOU, aurait débuté ce travail de planification des meurtres politiques au CONGO , dés l’année 1970 ;;;
    c’est vous dire à quel point l’homme n’a pas son pareil au CONGO ;;;
    MOBUTU est une rigolade devant SASSOU ……
    Qu ‘a t ‘il à craindre de ces jeunes gens , qui broient leur spleen social dans le NGOK empoisonné ?????

  4. Anonyme dit :

    Et qu’a t-il à craindre de ceux (et ils sont nombreux) comme le sieur Poaty Pangou qui vont aller se prosterner devant le soit disant archeveque Anatole Milandou, le suppot de satan, qui vient prochainement à Paris récupérer ses brebis égarer.
    Il n’y a plus rien à attendre de ce pays les consciences sont trop pourries.

  5. CONGO-MFOA dit :

    @Val de Nantes, voici l’explication :

    Lu sur Facebook : « Chez nous les problèmes se règlent par le sang ». Cette règle est mbochi.

    « NOTRE PAYS NE CONNAÎTRA JAMAIS LE BONHEUR TANT QU’UN PETIT GROUPE D’INDIVIDUS S’OCTROIE LE MONOPOLE DE L’INTELLIGENCE, DE LA PROBITE, DE LA FORCE ET SURTOUT DE LA VICTIMISATION. VOUS AVEZ VOULU LA GUERRE, VOUS AVEZ ETE BATTUS ET VOUS AVEZ PERDU… » (Dixit Patrick Gnoka). Par « VOUS », entendez les KONGO/LARI.

    Le petit Groupe dont parle Patrick Gnoka, ce sont les Kongo/Lari du Pool qu’on doit absolument exterminer, éradiquer à tout prix. C’est dans cette phrase de Patrick Gnoka (Sur Facebook) que se trouve l’explication des massacres et l’acharnement de Sassou Nguesso sur la Région du Pool. Vingt ans (1997_2017) de massacres humains dans le Pool. D’où la barbarie et la folie meurtrière de Sassou dans le Pool. Un châtiment collectif pour appartenance ethnique. Quelle est cette dette de sang que les Kongo/Lari n’ont pas encore payée au clan des Sassou & Nguesso ?

  6. David Londi dit :

    Le congo est une dictature ;
    Le congo n’a pas de constitutions légitimes ;
    Le congo n’a donc pas d’institutions légales puisque s’adossant sur une constitution illégale et liberticide (Art. 96 qui grâcie tous les crimes même humains);
    La République est entre parenthèses depuis 1970 donc elle n’a plus d’institutions juridiques démocratiques. Les magistrats et procureurs ne sont que des individus au service d’un seul individu sans contrat avec le peuple souverain. Tous les attendus juridiques, toutes les requêtes et toutes les décisions rendues par cette justice ne le sont pas au nom du peuple congolais.

    Nous devons donc arrêter d’avoir une analyse basée sur des concepts démocratiques pour comprendre ou solliciter ce régime. Ce sont deux référentiels, démocratique et dictatorial, différents. Ceci paraît évident mais beaucoup d’acteurs ou observateurs politiques tombent dans le panneau.

    Pour Sassou il n’y a que le rapport de forces qui compte. N’a-t-il pas été à l’école du « pouvoir est au bout du fusil  » ? Les arrestations, les assassinats et les humiliations continueront dans cette dictature. Nul n’est besoin d’introduire des requêtes parce que la nature du régime ne permettra pas de les satisfaire.

  7. Il n’y a que les mères qui sont capables d’un tel courage quand on touche à leurs enfants.

    Bravo! Vous êtes dignes de respect chères Sista! Même pas peur.

  8. CONGO-MFOA dit :

    @David Londi
    Je suis entièrement d’accord avec toi. Je partage ton analyse.
    Merci !

  9. mwangou dit :

    @ moi-même:
    si CONGO-MFOA, il vous est possible d’envoyer cette adresse à Tchimbabéléla et Mougani Adé, peut-être qu’ils pourraient se réveiller… Il y a pourtant chez les mêmes Kongo lari des individus qui travaillent à confirmer ces dires et ces projets sur les lari…
    En plus de ces enlèvements et disparitions, il y a la politique d’assassiner par la faim; on interdit tout simplement aux gens d’aller s’approvisionner en biens divers à vendre…le commissaire de Ngangalingolo veille, le sous-préfet de Goma tsé-tsé veille, pour plaire à sassou nguesso…

  10. KOUMS dit :

    ET SI LES CONGOLAIS BOYCOTTAIENT LA RENCONTRE AVEC MSGR MILANDOU!!!!!!!!

  11. Anonyme dit :

    Le boycotte du sieur Milandou serait au moins la moindre des choses à faire et le mieux c’est de l’interpeller sur son silence coupable, nous nous aplatissons trop devant ce régime et tous ses sbires qui l’entoure.

  12. @ Mwangou, cher frère et ami, malheureusement, je ne dispose pas des coordonnées des personnes que tu cites. Je suis désolé. J’espère simplement que tu as été entendu ici par des gens qui les connaissent et qui détiennent leurs coordonnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.