INTERVIEW DE JOHN-BINITH DZABA : Dialogue de dupes de Ouesso ; Condamnation du FMI et de Tsaty-Mabiala ; Fin de règne de Sassou-NGuesso ; soutien à Zenga-mambu…


John-Binith DZABA est un activiste politique congolais de Brazzaville. Dans cette interview, il dénonce le pouvoir de Sassou-NGuesso, et donne son avis sur les questions brûlantes de l’actualité de son pays.

Diffusé le 2 avril 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à INTERVIEW DE JOHN-BINITH DZABA : Dialogue de dupes de Ouesso ; Condamnation du FMI et de Tsaty-Mabiala ; Fin de règne de Sassou-NGuesso ; soutien à Zenga-mambu…

  1. VAL DE NANTES .. dit :

    @ exact LOKO BALOSSA

    LE PERVERS NARCISSIQUE SASSOU ne peut être chassé que par la violence .Cela dépendra de la praxis cohérente et déterminée de tous les congolais épris de justice sociale ;
    Le PCT ce parti tribaliste est devenu un moyen de réussite individuelle notamment chez les mbochis , créant ainsi une inégalité dans l’enrichissement .
    Ce machin s’est révélé au fil des ans un instrument de coercition et nettement antidémocratique il se paie des mots lubrifiants , pour mieux nous endormir .
    L’armée qui devait être l’arbitre des souffrances et les déviances institutionnelles s’est prostituée ethniquement devant de ce pouvoir nazi ;
    Cette tribalisation du pouvoir entraine , on s’en doute , l’esprit de rébellion populaire ,bien que tiède , du fait de la traitrise de nos forces armées ;;;
    Le CONGO ne saurait être dirigé par un manitou .Les dérives dictatoriales sur le pool , sont la cause de la macrocéphalisation des quartiers comme BACONGO et MAKELEKELE, plus personne n’ose vivre dans le pool , car l’insécurité étatique y règne . Ce sont là , des processus d’extermination larvée de tout un peuple , dont SASSOU devrait répondre devant la CPI ;

  2. REGARDE LE CONGO TON PAYS dit :

    Année âpres année le criminel le plus redoutable d’Afrique au nom de sassou, tue torture, viole dilapide les bien du pays, en prisonne qui il veut, massacre les congolais.
    SA PRENDRA LE TEMPS QUE SE PRENDRA LE CRIMINEL LE PLUS REDOUTABLE D’AFRIQUE PARTIRA

  3. David Londi dit :

    Je pense qu’il faudra un jour sortir de ce débat essentiellement basé sur des ressorts et références éthniques. A moins de s’-inscrire dans la logique de séparation de deux états (nord / sud), il faudra bien réssusciter cette république mise entre parenthèses depuis l’obumitrisation de l’Etat en 1970. Persister dans cette direction de stigmatisation des ethnies c’est dilapider les chances d’union et d’émergence d’une vraie nation.

    Cet objectif terrorise Sassou parce que toute sa stratégie est basée sur la division et l’instrumentalisation du tribalisme pour affaiblir tous les démocrates de ce pays. Nous sommes, dans ce pays, dans une crise économiquement qui frappe avec la même brutalité toutes les éthnies. Jusqu’à preuve du contraire, les hôpitaux ne sont pas séparés entre les mbochis et les autres, les écoles et tous les autres services publics de même. Le paysan du nord n’est pas mieux loti que celui du sud. La plaie béante dans tout ceci est la situation du Pool. C’est la guerre de sassou et nous devons la considérer comme telle parce que c’est l’alibi massu qui vend sa stratégie de lutte contre le terrorisme. Par les temps qui courent la communauté internationale reste sensible à cet argument. Le Nigeria, le Tchad et le Cameroun ont leur Boko-Haram et Sassou ses terroristes du pool. C’est ainsi qu’il a vendu la situation à Alger. Au Congo nous avons une oligarchie politique composée des acteurs de toutes les ethnies qui se soutiennent mutuellement parce que tout ce petit monde défend les mêmes intérêts des Okemba a kolelas en passant par Tsaty Mabiala.

    L’adossement des stratégies politiques à l’éthnie commande que le pouvoir soit « mbochisé » mais ceci est valable quelle que soit la tribu au pouvoir. Nous devons faire la guerre à cette classe des politiciens qui se partage le pouvoir et les richesses du pays. Combattre Kokelas et Tsaty c’est affaiblie Sassou. Le pouvoir est leur seule source de revenus donc ils ne vont pas tuer la poule aux œufs d’or. La lutte doit se mener entre la classe des nantis, le cercle du pouvoir, et le reste de la population. Arrêtons de créer de fausses divisions au sein du peuple parce qu’unis nous pouvons gagner, divisés nous sommes sûrs de perdre.

    Nous ne pouvons pas construire un front uni contre le système si nous passons notre temps à nous jeter à la face des mbochis, des laris, des Tekes, etc. Nous devons être lucides, là-dessus. Nos échecs sont liés à nos divisions et notre incapacité à transcender les clivages éthniques. Nous avons le devoir de mobiliser verticalement et horizontalement nos compatriotes pour se donner les chances de la victoire.

Laisser un commentaire