4 avril 2016 – 4 Avril 2017, un an d’épuration ethnique dans le Pool. Par Andrea NGOMBET

Le 4 Avril 2016 commence par des tirs à l’arme lourde entre 4h et 5 h du matin dans Brazzaville. C’est aussi le jour où la cour Constitutionnelle se réunissait pour entériner les résultats de l’élection présidentielle anticipée du 20 Mars 2016.

Une épuration ethnique à huis clos avec la bénédiction de Paris et des Nations Unies

La crise du Pool nous ne cesserons jamais de le dire revêt un caractère « d’épuration ethnique ». Les villages sont bombardés, vidés des populations et les hommes supposés Bakongo sont systématiquement brutalisés ou éliminés. Comment comprendre qu’une « opération de police » pour se saisir de Frédéric Bintsamou dit Pasteur Ntumi se fasse à l’arme lourde et avec le renfort de l’armée ?

Les témoignages d’enlèvements s’accumulent, Le sergent Jugal Mayangui torturé parce que Bakongo et présumé par ce simple fait proche de Ntumi a révélé cette phrase atroce de ses tortionnaires : « Vous les bakongos, on va vous exterminer ». Jugal Mayangui est aujourd’hui au secret dans une prison de la Direction Centrale du Renseignement Militaire au mépris de ses droits élémentaires et de ses besoins de santé. Nous ignorons à ce jour s’il est toujours vivant.

Chaque jour nous rapporte son lot d’atrocités : des meurtres, des viols systématiques, des pillages, et un Blocus gouvernemental. Le Pool est inaccessible sauf sur un circuit clairement déterminé par le régime et sous escorte militaire.

Paris s’indigne mollement, l’ambassadeur et le Consul de France au Congo proposent une aide policière au régime, circulez il n’y a rien à voir.

Le HCR et le système des Nations-unies parlent pourtant de près de 13.000 déplacés environ, les conditions sanitaires sont précaires, la saison des pluies nous fait craindre la prolifération des maladies infectieuses (choléra, malaria etc.). Les champs ne sont plus cultivés, la famine s’installe dans le Pool comme à Brazzaville.

Ntumi introuvable ou pas recherché ?

La déliquescence du Congo est telle que les militaires ont trouvé dans la chasse à l’homme contre le Pasteur Ntumi un gagne-pain régulier, un business rentable. Plusieurs secteurs de la fonction publique et des entreprises d’Etat subissent actuellement des arriérés de salaire de 2 à 8 mois voire plus. Il est donc aisé de « chercher Ntumi » dans le Pool pour pouvoir faire sortir l’argent du Trésor public. Sassou obsédé par cette traque y alloue autant d’argent que nécessaire avec la complicité de leaders politiques du Pool proche du Pouvoir. Prime à celui qui connait où se cache l’insaisissable pasteur.

On tue des paysans et on les présente comme des Ninja-Nsilulu, on exhibe un arsenal rouillé à la télévision nationale pour démontrer la réalité de la menace. Enfin, on arrête des pseudo-complices comme le journaliste Ghys Fortuné Bemba Dombe ou l’activiste de la société civile Noel Mienanzambi.

Ntumi est introuvable parce que personne ne recherche Ntumi. La guerre contre les civils est l’objectif réel de cette sale opération. Il fallait pour le régime installé un climat de terreur pour empêcher toute forme de contestation au moment du résultat et dans la suite du Hold-Up électoral du vieux tyran.

 

Un an de massacre #Sassoufit

La vidéo du massacre du Kassaï en RDC avait justement choqué. Sans exagération, il se passe la même chose dans le Pool. Le caractère brutal et totalitaire du régime de Sassou Nguesso n’est plus à démontrer. Le Congo est dirigé par une organisation criminelle comme a su le dire le jugement de la cour fédérale du Canada. Un an après la réélection frauduleuse de Sassou, la colère des Congolais l’empêche toujours de régner sereinement. En dépit de la visite de personnalités comme Leonard Messi ou Anne Hidalgo dans ce Laogaï des tropiques, Sassou Nguesso est un homme faible et isolé. Le vernis démocratique de son régime a volé en éclats. Des sanctions contre cet Etat Voyou ont été demandé partout où la société civile congolaise et sa diaspora ont pu être reçu.

Les Congolais aspirent et travaillent à l’insurrection populaire pour libérer leur pays. C’est pourquoi le Collectif  Sassoufit réitère son appel à une force d’intervention militaire internationale comme celle qui a eu raison de Yahya Jammeh en Gambie.

Le Congo sera libre et sa liberté ne souffrira d’aucune entrave.

Andréa Ngombet

Coordinateur du Collectif Sassoufit

RAPPORT 2016 SUR LES DROITS DE L’HOMME AU CONGO-BRAZZAVILLE, PUBLIÉ PAR LE DÉPARTEMENT D’ÉTAT DES ETATS UNIS D’AMERIQUE

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à 4 avril 2016 – 4 Avril 2017, un an d’épuration ethnique dans le Pool. Par Andrea NGOMBET

  1. Jean-Claude Mayima-Mbemba dit :

    Ce n’est pas qu’un an d’épuration ethnique dans le Pool. C’est bientôt 20 ans. Cela a commencé en avril 1998. « Barbarie et folie meurtrière au Congo-Brazzaville – Un châtiment collectif pour appartenance ethnique », publié chez L’Harmattan, retrace la tragédie du Pool. C’est un génocide, un crime contre l’humanité. Prenons-en conscience !

  2. VAL DE NANTES ..CHERCHEZ L' erreur dit :

    N.TUMI semble t il a attaqué ces propres parents à MAKELEKELE , dont SASSOU s’occupe le 4 avril 2016 .
    Cette action va mécaniquement , sous le prétexte fallacieux d’atteinte de sûreté de l’ETAT, provoquer les massacres de la même population que SASSOU étai censée protéger à MAKELEKELE ;;;;;;;;;
    Chercher l’erreur ;;;;
    Où est la cohérence dans les propos officiels .La justification est biaisée et à ce jour elle innocente NTUMI ;
    Les faits contredisent ouvertement la gesticulation officielle qui s’appuie uniquement sur le passé sulfureux de ce corbeau violet .
    Si NTUMI n’avait pas existé , il fallait en créer un , pour servir de marche pied au pouvoir de SASSOU ;;;
    L ‘existence phallique de NTUMI est un pain bénit , pour cacher tous les maux que les NGUESSO infligent au pays .Ils en sont tellement contents que certains en ont conclu à la conspiration tacite et vénale , entre ce corbeau bon marché , et les NGUESSO vendeurs du vent aux congolais extasiés .
    NON , NTUMI ne peut servir de caches crimes à l’encontre du pays .ASSUMEZ VOS CRIMES
    NTUMI est tout autant que NTSOUROU vous êtes priés à le tuer , pour rester en haut de cette caverne d’ALI BABA …qu’est le CONGO ….
    Les conspirationnistes et les complotistes en seront pour les frais ; NTUMI n ‘est en rien associé à cette porcherie humaine , car il subira le même sort que tous les autres opposants ..
    Tout le monde a CRU que ISIDORE MVOUBA serait enterré dans le même linceul de SASSOU
    Vu , la complicité fusionnelle qui a cimenté ces deux bougres ;;;
    Où en est ISIDORO aujourd’hui ????
    Ne joue t’il pas au jeu de dames , dans sa villa aux plateaux centre ville ;????.

  3. David Londi dit :

    Bonjour Andréa et merci pour ton exposé sur une situation humaine, politique et sociale très préoccupante.

    Cette situation dure depuis fin des années 90 avec la planification quasi scientifique d’assassinats, de destruction de l’habitat social et de la déstructuration du tissu social et économique du Pool, matérialisée par le projet Mouebara. Il faut aussi apporter cette révélation d’un spécialiste sur le plateau d’Yves Calvi à LCI qui avance le chiffre de 400.000 victimes entre 98 et 2000. Le taux d’alphabétisation dans cette région est passé de plus de 90% dans les 80/90 à moins de 75% (des années scolaires perturbées, interrompues ou supprimées). Il faut compter au -moins 2 générations entières pour tout reconstruire. Cette situation humaine atroce se développe sur la base de 3 facteurs :

    1) l’instrumentalisation de la communauté internationale par une distorsion de l’information sur la situation réelle : Sassou la présente comme une lutte contre le terrorisme, mot qui résonne aux oreilles d’une communauté internationale traumatisée par le phénomène. Le Nigéria, Tchad, Niger et Cameroun ont leur Boko-Haram et Sassou sa rébellion du Pool. À l’échelle africaine, il est l’un de ceux qui veulent se positionner dans la lutte contre le terrorisme et le médiateur des conflits notamment celui relatif à la Libye d’où son dernier déplacement à Alger. Sassou prend pour prétexte l’existence de Ntumi pour continuer sa funeste oeuvre de génocide dans le Pool face à une communauté internationale muette ;

    2) le comportement traître des soi-disant leaders et intellectuels du Pool qui servent de béquilles au système Sassou. Kolelas est son principal allié dans cette aventure macabre. Celui-ci a choisi son camp depuis sa première participation au gouvernement de mr Sassou alors que la situation du Pool était déjà préoccupante depuis le projet Mouebara (98 – 2000 ) dans ces conditions l’on ne soutient pas le bras qui assassine la région dont il est le député. Alors que la situation appelle des faits, des éclaircissements et des preuves publiables pour mobiliser cette fameuse communauté internationale nous n’avons aucune vision réelle de la situation, à l’exception de quelques informations des proches. Dans ce huis-clos imposé par Sassou, Kolelas (d’aucuns diront qu’il n’en a pas les moyens ) devrait briser ce black-out intolérable. Personne ne peut nous fournir un rapport synthétique de la situation du Pool. Dans ces conditions la stratégie de communication donc de mobilisation devient très difficile. Pas de faits pas de communication ;
    3) l’attitude de Ntumi. Il est fort probable qu’il ne puisse pas prendre Brazzaville, les armes à la main dans la guerre asymétrique qui l’oppose à Sassou. La stratégie de guerre est celle que le Dictateur de Brazzaville a le mieux préparée depuis des années à coup des milliards. Ils sont 2 sur le théâtre des atrocités : Sassou et lui. L’un impose un huis-clos, Sassou, l’autre ne fournit aucun élément consistant susceptible de mobiliser l’opinion pour briser cette omerta. Au 21e siècle, il ne doit plus être possible de tuer à huis-clos avec tous les moyens de communication dont nous disposons. Au lieu des selfies, Ntumi doit nous alimenter en images et vidéos pour nous donner des éléments de communication (liste des villages brûlés, des victimes, des écoles et dispensaires saccagés, etc.).

    Nous n’avons pas de tableau clair de la situation claire et factuelle du Pool. La moindre couverture de la situation par la communauté internationale est certainement due à ce manque de faits. Faisons une analyse critique et lucide de la situation : Sassou se sert de Ntumi comme d’un alibi auprès de la communauté internationale. Quel bilan, titons-nous sur la situation un an plus tard ?

  4. VAL DE NANTES .. dit :

    C’est quand même curieux , que SASSOU prétende protéger la vie des kongos de MAKELEKELE contre NTUMI le 4 avril 2016 ???.
    On protège celui qu’on aime , dans le cas de SASSOU vis à vis des KONGOS , nous en voulons les preuves …
    Ce 4 avril 2016 est la unième date , des chapelets des crimes politiques organisés , pour la proclamation des résultats iniques issus des présidentielles ;;;;
    Voilà la raison organique , qui ne souffre d’aucune ombre d’un doute , sur ce début d’un carnage gratuit contre les KONGOS ;;;
    Toute autre explication , est un amuse gueule cynique ;;;

  5. Anonyme dit :

    Merci Monsieur NGOMBET, la patrie réconciliée demain après la fuite imminente du boucher d’Oyo sera reconnaissante envers ses dignes fils comme NGOMBET

  6. mwangou... dit :

    Oui le 4 avril 2016…je passai sur la rue qui va de l’UA à Blanche Gomez… et là, au niveau de l’ambassade de l’Angola, des prétendus militaires, se foutaient de nous, en nous reprochant d’avoir laissé circuler des ninjas dans nos quartiers…, cette accusation, se voulait lui apporter des semblants de regrets à lui qui était peiné de revoir ce syndrome si actif sur Bacongo; mais surtout, ce cancre nous avertissait de ce qui allait s’en suivre… Et voilà que, une année vient de passer; la police fait toujours la loi… et l’armée feint de s’indigner de la situation sociale dans le Pool…Un préfet du Pool nouvellement nommé fait du zèle, des sous-préfets, des vrais bâtards, semi-illettrés corrompus, se permettent d’accuser les chefs de village qui se plaignent de la situation d’être en complicité avec les ninjas, … bref! du n’importe quoi…des militaires révèlent que l’argent du pays est à l’étranger, depuis le fameux référendum; les politiques n’étaient pas sûrs de faire basculer la situation en leur faveur, d’où ils avaient pris soin de vider le trésor pour mettre dans les problèmes ceux qui allaient les remplacer…mais que à présent, ils n’ont plus les ressorts pour rapatrier cet argent…Bref! les pensions des anciens fonctionnaires n’arrivent plus; … trop curieusement, on vit actuellement les effets de l’arrêt programmé et exécuté du chemin de fer, car le gaz de cuisine, est rare, le carburant se raréfie, surtout l’essence et moins le gasoil (c’est aussi curieux)… mais là, on apprend que cette situation n’est pas tant due à l’arrêt des trains, qu’à une forte dette de la snpc sur les sociétés pétrolières… Finalement, il y a du tout dans tout, et ainsi de suite…
    c’est à cause du Pool…
    Imboulou est où? après tant de propagande sur ce projet devenu réalité, on se retrouve exactement comme dans le cas de la constitution qui a été abrogée, après qu’on l’est présentée comme la meilleure… donc l’électricité est toujours dans l’air du temps…
    Et si on a cassé le cfco pour favoriser les transporteurs privés à la tête desquels on trouve la si dynamique société Ocean du Nord…, dénomination plus que curieuse, mais peut-être que Ocean n’est qu’une abréviation???
    par ailleurs, laisser Kolélas; vous lui donner trop de poids… si des militaires sont en prison, que peut un civil dans ce pays? Kolélas n’a pas donner de mot d’ordre, ou qu’il collabore, ou qu’il a trahi, le résultat est le même: le programme de sasou nguesso ne s’embarrasse pas du sentimantalisme, surtout pas sur le Pool lari… .. Alors, cessons avec nos messes sur Kolélas…
    le pays, par ce qui se passe au Pool, est savamment quadrillé par sassou nguesso. Ce qui se déroule au Pool est aussi à l’attention très intentionnée des autres régions du Congo, à qui sassou nguesso dit en substance: Si je maitrise le Pool lari, qui est la locomotive sur tous les plans, des autres régions je ne ferais qu’une bouchée si vous osez me contrarier… Voilà le message en filigrane sur la situation dans le Pool…
    je m’arrête là…pour dire comme Kolélas père en 1993 – 94, la situation est militaire; mais au Congo, il n’y a plus de militaires; il n’y a que des miliciens…

  7. Mokengeli dit :

    Les soudards de SASSOU-NGUESSO ne recherchent pas NTUMI. Ils vont dans le Pool pour arrondir les fins de mois en se servant sur ce que les déplacés ont abandonné derrière eux. Les récoltes dans les champs, les safous, les mangues, les oranges, le saka-saka, les tubercules de manioc, les animaux domestiques etc…les miliciens de SASSOU en font leur affaire. Et tant que NTUMI restera invisible, l’armée de SASSOU fera du Pool sa vache à lait et de ça, personne n’en parle.
    Les populations qui se sont réfugiées dans la brousse meurent de malnutrition et de maladies diverses. la malnutrition est partout dans le Pool ; pas seulement à Kibossi.

    Les soudards de SASSOU qui vont et reviennent du Pool n’ont qu’une préoccupation : NE PAS TROUVER NTUMI POUR CONTINUER DE SE SERVIR DANS LES CHAMPS DES POPULATIONS DEPLACEES ET CUEILLIR LES FRUITS DE LEURS ARBRES. D’ailleurs, on les a déjà vus rentrer du Pool en chantant avec des poches pleines de safous et les sac-à-dos pleins d’autres denrées alimentaires.

    Le jour où les déplacés reviendront chez eux, ils découvriront comment leurs champs auront été dévastés par la soldatesque sassouiste. Voilà l’autre épreuve qui attend ces pauvres paysans qui n’ont rien demandé ni à NTUMI ni à SASSOU. Ce qu’ils vivent aujourd’hui et ce qu’ils vivront demain est simplement dramatique à cause de NTUMI et SASSOU.

  8. Loko Balossa dit :

    Cher petit frère Andrea merci à toi fils du nord pour ta compassion envers les fils du pool, car les célèbres fils du pool sont invités à la table de sassou à l’instar se Ya Milandou Anatole , Parfait Kolelas , Kiffoussia , Nsilou Alphonse , Isidore Mvoumba … Ils disent rester neutres les bombardements du pool ! Alors que monseigneur Desmond Tutu disait quand tu reste neutre devant des situations d’injustices , tu a choisi le parti de l’oppresseur . J’aimerai une réponse de Ya Milandou Anatole ???

  9. mwangou dit :

    « Le sergent Jugal Mayangui torturé parce que Bakongo et présumé par ce simple fait proche de Ntumi a révélé cette phrase atroce de ses tortionnaires : « Vous les bakongos, on va vous exterminer ». » Cette expression revient très souvent dans la bouche des fameux militaires… En novembre 1998, au niveau de ‘académie militaire, dans la zone de la rivière Djiri, un milicien cobra en tenue militaire, m’avait sorti sous forme de menace, la même expression : « vous les bakongo, on viendra vous finir là-bas ». Et aujourd’hui, ce que je ne comprends pas, c’est aussi l’attitude des militaires supposés d’origine bakongo…
    « Enfin, on arrête des pseudo-complices comme le journaliste Ghys Fortuné Bemba Dombe ou l’activiste de la société civile Noel Mienanzambi. » Cet activiste de la société civile s’activait particulièrement pour réconforter les femmes violées dans le Pool…je l’avais rencontré à Kinkala où il résidait. Incroyable mais vrai! son arrestation est bien la preuve que ce gouvernement est très gangréné par la perfidie, la traitrise, la corruption… Il est vraiment un clou dans le pied du Congo…
    « Le HCR et le système des Nations-unies parlent pourtant de près de 13.000 déplacés environ, les conditions sanitaires sont précaires, la saison des pluies nous fait craindre la prolifération des maladies infectieuses (choléra, malaria etc.). Les champs ne sont plus cultivés, la famine s’installe dans le Pool comme à Brazzaville. »… vous constaterez les arrondis dans l’expression de ces fameux organismes s’agissant de cette situation du Congo dans le Pool… Ailleurs, en Asie mineure, ou En Bosnie, leur langage était/est plus incisif.; un chat devient un chat et pas un chat approximatif…Ces arrondis dans la qualification des faits, condamnent le Mukongo. sassou nguesso s’en trouve très satisfait…

  10. mwangou dit :

    @ Loko Balossa, Londi, Val de Nantes et autres…
    Avec l’arrestation de Noel Mienanzambi, activiste de Kinkala, que certains d’entre vous connaissent surement, je ne veux pas aggraver sa condamnation en dévoilant sa filiation, car il est d’une famille de célébrités, nous ferions meilleur usage de nos interventions en se gardant de trop s’attaquer aux fils du Pool. puisque vous aimez aussi le droit, nous devons accorder des circonstances atténuantes à certaines de ces personnalités dont le silence nous parait si coupable…
    Sensibilisons sur les cas F.Dombé et le cas Mienanzambi…

  11. David Londi dit :

    @Mwangou, tes informations constituent toujours un apport important dans la connaissance des faits réels sur le terrain. De ces 2 compatriotes auxquels tu fais allusion je n’avais aucune information. Nous devons donc intégrer dans nos posts leur sort.

    J’en profite pour te répondre sur ces enfants du Pool dont le mutisme interpelle. Je continue à penser que le Pool est une force capable de renverser n’importe quel pouvoir comme il l’a démontré dans le passé. Malheureusement force est de constater que ce peuple a des leaders depuis les Kolelas qui se soucient plus de leur bien-être que des malheurs des gens du Pool.

  12. mwangou dit :

    lu pour vous sur site Lion de makanda
    @ Loko balossa, Vals de Nantes, Londi
    En guise de réaction à votre post intitulé : « Ne nous dispersons pas : il faut garder l’essentiel », je voudrais, avant tout Mbuta, reconnaître de tout cœur, votre courage de dire et d’écrire, à vos risques et périls, sur la sociologie politique du Congo, notre cher et beau pays étranglé par un système politique qui a un réel problème de changement de mentalité. Votre souci permanent de voir le Congo de demain, être dirigé par une génération de politiciens en phase avec les exigences démocratiques, me va droit au cœur.
    Au fond Mbuta, nous voulons tous la même chose, mais nos approches méthodologiques divergent. C’est normal, nous sommes des humains.
    Mbuta, pour mieux nous comprendre, je crois qu’il faut que nous nous accordons sur le fait que vous parlez de la politique depuis la France et moi, au Congo, aux côtés de Pako, je pose les actes politiques. Autrement dit, vous êtes sur les gradins de la diaspora et nous sommes sur le terrain de jeu. Oui, vous êtes suffisamment informés par ceux que vous contactez ici sur le terrain, vous informez le public sur ce vous voulez dire, parce que vous avez aussi votre penchant.
    Au Congo Mbuta, c’est dur d’oser dire non au dictateur Sassou. Ceux qui le font ici, méritent quand même respect et considération, surtout par vous autres de la diaspora, parce que vous ne le ferez jamais. Je vous mets au défi, venez dire non au dictateur ici à Brazzaville ou dans une localité du Congo. Je pense au manque de tact politique de Paulin MAKAYA.
    Il faut le reconnaître que le système politique congolais est difficile à désactiver, il faut du tact et une grande lucidité, Mbuta. Vos écrits et votre bla bla électroniques n’ont pas droit de cité, parce qu’ici vous serez vite considéré comme l’ennemi de la paix, de l’unité et de la concorde nationale. Pourtant Mbuta, dans vos propos, vous ne faites (que) stigmatiser les méfaits politiques dans le but de promouvoir la démocratie au Congo. Vous êtes sur les gradins de la diaspora d’où vous vous permettez de dire ce que vous voulez. Vous avez la chance de théoriser sur les stratégies à mettre en œuvre pour déboulonner ce système dangereux.
    Mbuta, pendant que Koléla père s’opposait, au risque de sa vie, à la tyrannie de ce système, votre général du peuple était l’un des protecteurs zélés dudit système. Le retour musclé de Sassou au pouvoir, en 1998, avait aussi pour meurtriers actifs Okombi et Ntsourou. KOLELAS père et fils avaient tous disparus chacun dans sa direction avec Pascal Lissouba, et peut-être avec vous Mbuta.
    La lutte politique ne s’arrêtant pas, il fallait bien revenir au Congo pour continuer la lutte contre les Mokoko, Okombi et Ntsourou, grands protecteurs du Système dictatorial du gourou Sassou.
    Cette folie ayant atteint son paroxysme, les Mokoko, Okombi et Ntsourou ont vite pris conscience du danger que ce système faisait courir au peuple congolais. Il fallait bien qu’ils se repentent. Ensemble, on avait dit merci, sans toutefois oublier qui ils étaient et quel était le degré de rancœur de leur mentor Sassou qu’ils venaient d’offenser, pour ne pas en faire des candidats potentiels à l’élection présidentielle.
    En 2016, lorsque Guy Brice Parfait KOLELAS avait, de vive voix dit à Sassou, « non au changement la constitution », Mbuta ! Tous les malheurs de la République s’étaient abattus sur lui : limogeage du gouvernement (réclamé par Tsalissan), éclatement de sa famille biologique, refus d’utiliser les symboles et le siège du MCDDI, interdiction formelle de parler aux militants (décision de justice), embastillement peu avant la marche de contestation, etc… C’est ça affronter la colère du système Mbuta.
    A ses risques et péril, Pako a affronté cette colère et continué son chemin aux côtés du peuple que vous traitez par haine, de fanatiques.
    Dans cette démarche, vous les spectateurs des gradins de la diaspora avez fait, par enthousiasme, du général Mokoko (qui avait un contentieux de coup d’Etat avec le système) votre candidat à l’élection présidentielle à laquelle vous ne participez pas. Le système vous empêche de voter Mbuta, vous ne votez pas.
    Mbuta, votre général candidat orgueilleux, suffisant et insensible à la réalité de terrain avait cru bon de négliger la présence d’autres acteurs politiques sur le terrain, surtout qu’ils étaient des civils. Votre Okombi, lui aussi orgueilleux, arrogant, avait cru que son agitation politique apprise à Moscou et le volume de son portemonnaie auraient suffi pour faire oublier aux congolais qu’il avait, aux côtés de Sassou, tué les parents de ceux-là auprès de qui il sollicitait les suffrages. Trop facile Mbuta ! Les résultats sont connus de tous.
    Un combat politique se mène avec sagesse et prudence dans un pays où le cynisme, le crime, la délation, la corruption et les trahisons sont monnaie courante.
    Comment votre général du peuple peut-il demander une désobéissance civile sans une concertation préalable avec les autres acteurs politiques victimes du holp up électoral ? La fameuse trahison de Guy Brice Parfait KOLELAS, c’est le fait de n’avoir pas envoyé ses électeurs à la fusillade populaire pour permettre à votre général de faire sa sale besogne. Vous lui reprochez aussi le fait d’avoir accepté la victoire de Sassou. La double trahison est vite trouvée. Donc la faute c’est lui. Génial !
    Pourquoi les électeurs du Nord, de Pointe-Noire et du Nibolek qui l’avaient voté n’étaient pas sortis dans la rue pour résister contre Sassou ?
    Mbuta, après ce holp-up électoral, Sassou n’est-il pas un président de fait ? Il est là, vous ne reconnaissez pas sa victoire, nous aussi. Nous avons juste pris acte de la décision de la cour constitutionnelle qui a fait de Sassou le président de la République du Congo. Pour Pako, Sassou est un président de fait. Il a volé notre victoire.
    Ce n’est pas ton général qui a été le victorieux, non ne rêve pas Mbuta, c’est Pako. Vous n’avez pas accordé vos voix à votre candidat parce que vous étiez sur les gradins de la diaspora Mbuta.
    Pako n’a trahi personne, votre général a été naïf et n’avait pas assuré ses arrières, voilà pourquoi il s’est retrouvé sans résistance en prison. Si pour être célèbre, il faut rester en prison, c’est tant mieux. Qu’il y reste avec son cadet Okombi, mais pas Pako. La stratégie on l’avait perçu « croiser le fer contre le fer et éviter la brimade des gens du Nord par les gens du Sud une fois arrivés au pouvoir ». Alors, si ça n’a pas marché à qui la faute ?
    Mbuta, vos calculs ont été faux. Reconnaissez d’abord cette faiblesse, puis reprenez les choses en main. La lutte ne doit pas s’arrêter, il faut la continuer jusqu’à la victoire.
    Pako n’est pas le bouc émissaire de votre stupidité stratégique. Il n’a trahi personne, au contraire, vos préférés n’avaient pas pris en compte son charisme et son assurance politiques.
    La diaspora passe tout son temps à le dénigrer, le calomnier et à sous-estimer son charisme politique, Mbuta, je comprends qu’il fait peur, mais à qui et pourquoi ?
    Pourquoi vous avez voulu le rencontrer à Paris, lui le pestiféré, celui par qui vous traitez ses militants et sympathisants d’abrutis. Les injures toujours les injures ! les condamnations toujours les condamnations ! Mbuta ça fait mal de le dire, mais hélas, c’est la vérité ! Rencontrer Pako qui abruti les gens pour un débat, ne fus qu’intellectuel ? C’est pour qu’il vous parle de sa double trahison ou vous donner les nouvelles de Mokoko et Okombi ? Est-ce nécessaire ? Vous n’avez pas peur de vous abrutir à ces côtés ?
    Battez-vous Mbuta par les mots et par les idées, mais à vouloir chercher à trouver le bouc émissaire sur l’emprisonnement de votre général du peuple, Mbuta, vous faites fausse route, vous camouflez votre stupidité stratégique.
    Le combat d’idées oui, c’est la voix que Pako avait choisi d’entrée de jeu en politique, celle-là que vous lui avez reproché. Heureusement qu’il ne vous avait pas écouté. Finalement son observation du sens du vent vous conduit sur sa voix. Le dialogue et la non-violence. Recommandez cela à l’IDC-Frocad et J3M ! Mbuta, ne nous mêlez pas à vos élucubrations politiques.
    Pako que ses détracteurs avaient pris pour un fuyard avec des nguiris d’argent donnés par Sassou, était bel et bien rentré au bercail, le 17 mars 2017, où il a pris ses fonctions en qualité de Président de l’UDH-YUKI, son Parti, le 19 mars 2017, dans la salle des congrès pleine comme un œuf du Palais des Congrès ; j’ose croire que vous avez reçu les images et les vidéos y afférents. Nous ses militants, sommes très fiers de son intégrité morale. Ce n’est pas votre jalousie maladive contre sa personne qui ébranlera notre confiance en lui.
    Pako ne s’est jamais abaissé contre un quelconque pouvoir. Lui au moins a eu le courage et l’audace en tant que ministre de dire non au changement de la constitution à Sassou, pendant que les vôtre le criaient loin très loin du Palais de la dictature (ndlr : André Okombi Salissa s’est opposé à Sassou avant PAKO et en a subi les foudres avant lui). Il en a assumé les conséquences avec dignité et en toute responsabilité.
    Qui dit mieux ? Pako assure et rassure ! Il est toujours à côté de ceux qui souffrent avec eux il souffre aussi, voilà pourquoi, il ne peut jamais fuir le terrain de jeu pour aller s’asseoir sur les gradins de la diaspora. Il prend les coups pour le peuple depuis son jeune âge à côté de son père et maintenant il les prend avec nous. Ton préféré ( ndlr : lequel ?) les prend à peine. La lutte continue.
    Brazzaville est une vaste prison, nous sommes pris en étau ici. Vous êtes là-bas, Mbuta, libres comme le vent. Madame Gertrude Malalou Koumba a peut-être beaucoup fait pour vous là-bas, mais dans la prison Congo, ni vue ni connue, elle aussi, est libre comme le vent là-bas chez vous. Ce n’était donc pas une priorité pour Pako de la recevoir et de se justifier devant elle. Pour quel intérêt ? Elle parle avec Dieu ?
    Le combat politique, Pako le mène sur le terrain, il est prudent, stratège et très charismatique. Vous le savez, mais votre faiblesse c’est un peu votre tribalisme MWAN’MINDZUMB, qui vous rend parfois aveugle. Je suis désolé de vous le dire, cela se sent et je vous comprends.
    A vos yeux si Pako n’est pas en prison, donc il a trahi, c’est votre point de vue, je le respecte. Je vous prie de vous ressaisisir, le Congo n’a pas besoin de ces scories qui divisent et qui font dormir Sassou paisiblement.
    Guy Brice Parfait KOLELAS n’a pas été fait par Sassou, il est le fruit de la passion et de l’activisme politique de son père Bernard BAKANA KOLELAS. Il se bat pour asseoir la démocratie au Congo. Même idéal politique avec vous Mbuta ! Mais pas la même méthodologie.
    Vous êtes là-bas au frais, au pays de la liberté, Pako est ici au Congo, l’enfer qu’il faut rafraîchir pour que vous rentrez. Vous adorez la fraîcheur n’est-ce pas Mbuta ?
    Pako ne coopère pas avec Sassou, je regrette que la diaspora, notamment Massengo Tiassé puisse affirmer sans gêne intellectuelle que Pako est la cause des malheurs du Pool. Je suis vraiment navré de l’entendre d’un soi disant homme de droit. Ce n’est pas Pako qui apporte les fagots de bois pour allumer et embraser le Pool, il faut le dire et le répéter que ce sont les Landry KOLELAS, sa sœur, Claude Alphonse SILOU, Hellot MAMPOUYA, Rosalie MATONDO, Isidore MVOUBA, Adélaïde MOUNGHANI, et les autres.
    Cordialement.
    MWANG’ MILONGUI, MUNA KERIKA

    j’ai lu; je prends acte; ce n’est pas mon analyse… je me pose surtout la question de savoir comment tout ce beau monde suscité fera pour nous dédommager des pertes subies?

  13. Moustique dit :

    Mais diantre ! êtes-vous amnésique ! Mais c’est depuis Marien Ngouabi ! Que l’épuration du pool a commencé. Et qu’en dites-vous des fameux Andzimbas dans le pool ? Que nos poolistes chassaient avec des grains de maïs et des morceaux de manioc séchés. Ne soyons pas amnésiques.

  14. VAL DE NANTES .. dit :

    @
    MWANGOU
    EXACT , j’attaque moins mes parents du pool ,car la situation dans laquelle se trouve le pool ,est pathétique .Je me suis toujours gardé d’en rajouter , car ils n ‘ont pas des moyens militaires de faire face à ce criminel toutes tribus ;;
    Mais ISIDORO c ‘est un cas dont j’ai voulu que je parlasse car son règne n’a eu aucun impact sur l’élévation des cadres du pool au sein de l’administration .Ce qui diffère des nordistes .
    Sur le reste , je suis d’accord avec toi .
    Cette autodestruction pooliste revitalise nos compatriotes même sudistes , pour qui le pool ,est une arête toutes couleurs confondues pour la conquête du pouvoir .
    Tapez sur kolelas à la longueur de journée ne sert à rien , qu’il apporte des vitamines ou rien du tout à SASSOU cela n’aurait rien changé sur la stratégie des mbochis à rester au pouvoir .
    A MOINS DE l’envoyer à l’enfer .
    La situation politique actuelle demande que l’on fasse des économies de vie des populations poolistes car nous n’étions pas seuls dans cette bataille politique qui a consisté à arracher démocratiquement le pouvoir à ce criminel .Mais résultat de courses , c ‘est encore le pool qui paie l’addition criminelle politique .
    Nous ne devons plus avoir le monopole excitatif des révolutions politiques dans notre pays , car ceux pour lesquels nous nous battons , ne nous aime moins .
    DU GANELON ça suffit , nos parents souffrent ;;;;;;

  15. VAL DE NANTES .. dit :

    lire ;;;;; ne nous aiment moins ;;;

  16. VAL DE NANTES .. dit :

    Cependant je remarque une oyessisation sur ce site , où les intervenants viennent peu , sinon épisodiquement , alors que LE COMBAT contre SASSOU est journalier .
    Remuscler vos interventions , car les sujets proposés , par notre valeureux frère MWIANGO sont squelettiques , en termes de commentaires .
    On y constate , beaucoup de défunts internautes , dont les noms faisaient la fierté de ce site
    Où êtes vous ,,,,??
    SASSOUPHILES ËTES VOUS DEVENUS ?????.
    Notre pays , a besoin de VOUS ……

  17. VAL DE NANTES .. dit :

    Mon frère MWIANGO , envoie , on va mourir ensemble , ;;;On va cogner sur SASSOU, ON S’ EN FOUT ;
    oyo eko ya éya ;;;;;;on est ensemble ;;;; ENVOIE ,DU LOURD …..

  18. Anonyme dit :

    Les intervenants viennent peu et c’est à regretter mais pour la plus part ils n’y croient plus car trop de compromissions avec cette mafia d’Oyo à l’instar de la prochaine venue du sieur Milandou à Paris et déjà tout le monde se préparent à aller s’agenouiller devant lui.
    Le Congolais aiment leurs bourreaux.

  19. KOO' NGOH dit :

    @ Anonyme

    MERCI … grandement merci! … vous avez tout dit en résumé :
    « Les intervenants viennent peu et c’est à regretter mais pour la plus part ils n’y croient plus car trop de compromissions avec cette mafia d’Oyo… »
    C’est fou!… Par exemple, comment voulez-vous que des journaux dites d’opposition, fassent la publicité des entreprises de l’état de sassou – celles qui reflètent le fonctionnement de son état à lui actuellement, de son système de gouvernance despotique et corrompu, et que Mr. Mingwa Biango dise je cites : « Diffuser la publicité d’une entreprise congolaise…et alors ? » …; Alors que cela est bel et bien un acte de pure collaboration et de promotion des institutions créées par sassou. La question qui se pose est celle de savoir : Ou on est contre sassou et ses institutions (politiques, économiques et autres) qui font la force de son pouvoir despotique, ou on ne l’est pas? On est contre sassou, mais l’argent des institutions de sassou, c’est bon… Ça alors!!!! Cela ne me rentre pas dans la tête.
    Au lieu qu’on cherche des preuves, qu’on demande des comptes, qu’on cherche à ramener le poseur de cet acte dans le droit chemin; qu’on tente d’être un model et qu’on étale de la probité morale; plutôt on nage dans la complaisance et le laisser-aller sous des prétextes illogiques – parce que propriétaire d’un media.
    Le comportement de certains d’entre nous qui se disent opposants est tout simplement déplorable et répugnant…
    Et comment voulez-vous que les intervenants se sentent à l’aise à côtoyer des milieux pareils?

    KOO’ NGOH

  20. KOO' NGOH dit :

    Je n’ai rien contre qui que ce soit ou contre un tel ou tel autre (propriétaire de media ou pas), mais en tant qu’opposant et selon la logique face à ce pouvoir sanguinaire de sassou, quand des propos sont déplacés et que certains actes sont décourageants, il faut en dénoncer et corriger le tir pour ne pas semer la désolation totale…

    KOO’ NGOH

  21. le fils du pays dit :

    Tant que les Congolais ne se mettront pas debout comme un seul homme,l’arme a la main pour chasser du Congo l’empire francais et son valet,ils passeront des siecles qu’a se lamenter.Ce qui se joue pour ceux qui ne veulent pas voir c’est la survie et l’existence de l’homme noir.Mr Sassou en tant que executeur des plans de la france a mon humble avis reste l’homme le plus idiot de sa generation.Si les vieux de la generation de Mr Sassou et la suivante ne veulent pas voir ce qui se trame contre notre peuple,la nouvelle doit sortir de sa zone de confort, prendre son courage entre les deux mains et se defendre.C’est par la force brute qu’on se libere des oppresseurs.
    Je le reitere une fois de plus avez vous vu l’empire francais nuire encore l’Algerie ou le Vietnam depuis qu’il a ete mis hors de nuire?.Il faut absolument chasser du Congo l’empire francais,son valet,ses agents et tous ses reseaux.Voila la solution,le reste c’est du bla bla.

  22. Mwangou a écrit :
    « nous ferions meilleur usage de nos interventions en se gardant de trop s’attaquer aux fils du Pool. puisque vous aimez aussi le droit, nous devons accorder des circonstances atténuantes à certaines de ces personnalités dont le silence nous parait si coupable… »

    Mwangou, pourquoi alors vilipender les Mbochi que l’on accuse de fermer les yeux face aux atrocités de Sassou?

    On ne peut pas demander aux gens du Pool de se taire face à la complicité de certains de ses fils associés à Sassou et en même temps dénoncer le silence des Mbochi face à la politique de la terre brûlée du même Sassou.

    Pour être cohérent, il ne faut plus critiquer les Mbochi pour leur silence. Si on continue à le faire, alors continuons a dénoncé Vivien Manangou qui est maintenant assis sur les pieds de Claudia Nguesso.

  23. Anonyme dit :

    Bakala Telema je suis entièrement de votre avis et c’est pour partie la cause de notre enlisement dans ce conflit qui d’ailleurs n’en est pas vraiment un mais qui ne finira jamais dans ces conditions..

  24. malonga dit :

    ne soyez pas complices des bandits ninja

Laisser un commentaire