LA TRAHISON CONTINUE DANS LE POOL. Par Aimé Miakassissa

SASSOUWHITE LE BOURREAU DES CONGOLAIS

Après ce clan arrivé à la politique pour des raisons alimentaires, un certain nombre des ressortissants du Pool attirés par la lumière et l’argent du pouvoir du Timonier congolais ont déserté le camp de la résistance pour aller faire allégeance au dictateur. La malédiction continue.
Tout ceci ne nous étonne pas, tant ce pouvoir cherche à embrigader tous les esprits faibles du Pool sans bagage idéologique. Ainsi, celle qui se faisait passer pour la « maman diaspora », après avoir enfumé tout le monde sur la toile, est devenue une caution de la dictature en allant participer à d’obscures élections législatives à Makélékélé, alors que les corps encore fumants de nos morts du Pool sous les bombes ne sont pas dignement enterrés. La nomination par ce système corrompu en tant que député est le fruit de cette trahison.
Pendant que Claude Ernest Ndalla « Graille » qui pris par le remords, car vaut mieux tard que jamais, nous livre les confessions de ce pouvoir macabre à glacer le sang des plus sensibles d’entre nous, les jeunes du Pool se livrent au vagabondage politique. Ces prises politiques sont insignifiantes car nous connaissons le pedigree de ces individus. Mais la symbolique est forte et en cela nous devons arrêter l’hémorragie par un travail de mémoire et de conscientisation.
Il est aussi vrai que dans le monde démocratique congolais que nous appelons tous de nos vœux, chacun est libre de ses choix. Mais devant l’horreur, l’effroi, le chaos ambiant, nous devons nous interroger sur notre contribution à faire émerger une société congolaise digne, responsable, dans laquelle la justice prime sur l’injustice, la morale sur l’immoralité, l’honneur sur la prostitution et le travail sur le vol des deniers publics.
Aveuglés par l’argent des Congolais que le Prince d’Edou utilise à sa guise, certains ressortissants du Pool se livrent à une prostitution politique qui n’a d’égale qu’un mauvais film pornographique interdit aux enfants de moins de 18 ans. Il est temps de se ressaisir pour construire un Congo nouveau que nous léguerons en héritage à nos enfants et petits-enfants. La mascarade de Sassou tire à sa fin. Il serait alors irresponsable de monter à bord du Titanic congolais qui tangue et va finir par couler. Ce n’est plus qu’une question de temps.
La honte que suscite mes compatriotes du Pool affiliés au régime dictatorial rejaillit sur moi et en cela m’empêche d’être crédible vis-à-vis des autres congolais. Après avoir trahi les Présidents Fulbert Youlou et Alphonse Massamba-Débat pour de pathétiques raisons idéologiques, après avoir assisté impuissant aux massacres de nos parents lors des procès machiavéliques organisés par la junte militaire, et au moment où la guerre dans le Pool est prégnante, l’Homme du Pool se distingue par une attitude amnésique attiré par les lambris dorés de la république du Néron d’Oyo au détriment de ceux qu’il est censé défendre les droits. Là où un simple coup d‘œil aurait suffi pour faire le bilan désastreux de ce pouvoir, tels des aveugles, ils avancent pour recevoir le baiser de la mort en feignant d’oublier que cet homme est dangereux et rancunier.
Le Président Fulbert Youlou avait dit à un piètre politique congolais aujourd’hui disparu, qu’il n’allait jamais diriger le Congo. Ce dernier qui n’a pu être Président du Congo est devenu par la force des choses l’incarnation du Pool, par la suite ses enfants et peut être ses petits-fils ou fœtus si nous n’y prenons garde. Cette malédiction s’adressait-elle à toutes les filles et fils du Pool ?
Nous sommes cette génération qui doit relever le défi pour ne plus être des éternels porteurs d’eau. L’Homme du Pool doit se ressaisir pour que la terre de ses ancêtres rougie par le sang de ses martyrs puisse retrouver de la sérénité et de la prospérité. En cela, il a aussi besoin de tous les autres congolais d’autres régions et départements afin de construire la nation congolaise. Nous devons faire l’union pour extirper du Congo ce mal qui nous ronge.
Le Congo se meurt. Les clichés nostalgiques avec les grands de ce monde ne suffisent plus pour faire avancer notre cause. La résignation semble nous gagner et tel un troupeau de moutons nous nous dirigeons tranquillement vers l’abattoir. Par ailleurs, nous savons aussi qu’il y a des Congolais qui résistent avec les moyens qui sont les leurs. En cela, le Pasteur Ntumi est un résistant congolais qui à lui tout seul maintient actuellement allumé le flambeau de la résistance congolaise. Il mérite notre respect à tous. Nous n’oublions pas non plus tous nos morts et ceux qui sont privés de liberté dans les geôles de cette dictature qui plus que jamais nous donnent une leçon de patriotisme à méditer constamment. La patrie sera reconnaissante.
Avons-nous forcément envie de nous libérer de cette terrible répression ou voudrions-nous demeurer des éternels commentateurs de notre propre malheur ? La réponse à cette question conditionnera la suite de notre lutte.
Pendant que d’autres s’égarent, ceux qui sont encore lucides doivent continuer le combat. C’est Dolores Ibárruri Gómez, une femme politique basque-espagnole, connue sous le nom de « La Pasionaria » qui disait : « Mieux vaut mourir debout, que de vivre à genoux » avec le célèbre slogan « ¡No pasarán! » (« Ils ne passeront pas »).

 

Il est temps de leur barrer la route !

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Diffusé le 15 avril, par www.congo-liberty.com

4 avril 2016 – 4 Avril 2017, un an d’épuration ethnique dans le Pool. Par Andrea NGOMBET

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à LA TRAHISON CONTINUE DANS LE POOL. Par Aimé Miakassissa

  1. VAL DE NANTES .SASSOU ; LAVOISIER dit :

    C’est là , le secret de sa longévité ;;;CHER MIAKASSISSA .Ce ravalement récurrent de façades entraine de facto , un autre bail AU POUVOIR ;;;;
    C’est la juvénilisation du pouvoir éternel .Si LAVOISIER avait trouvé sa formule chimique , SASSOU en a trouvé UNE, pour son pouvoir .
    Ce maquillage intempestif va de pair avec son règne épuisant et calamiteux ;;;;

  2. Lucien Pambou dit :

    Réponse à Miakassissa et à tous mes compatriotes congolais du Congo et de la diaspora

    Je reviens encore avec ma théorie des réseaux et des trajectoires, ce qui va, je l’assume d’emblée, en énerver plus d’un car nous préférons l’invective au débat construit et argumenté. Je rappelle, avant d’entrer dans la discussion, que la théorie des réseaux est accessible dans tous les manuels de Sciences sociales et de mathématiques. Pour faire simple, le réseau concerne toutes les organisations (partis politiques, entreprises, pays) quand on veut expliquer les relations endogènes et les déséquilibres à l’intérieur de l’organisation.

    Le papier de Monsieur Miakassissa est fort instructif car il illustre à merveille cette théorie du réseau à partir de l’exemple de l’homme du Pool, mais on peut aussi étendre le raisonnement à l’homme du Kouilou et du Niari, bref à tous les Congolais. Pourquoi le Congo est-il dans cette situation ? La responsabilité incombe à ses propres enfants, à ses hommes politiques immatures qui se sont abreuvés à la fontaine du socialisme sans le comprendre. Il ne suffit pas de lire dans les livres et d’importer une histoire politique qui n’est pas la vôtre. Nous continuons à vivre les conséquences d’un marxisme mal assimilé et mal digéré.

    Tous les Congolais sont intellectuels et fort instruits ou se pensent ainsi mais, malheureusement, nous sommes des incapables chroniques, des propagandistes théoriques concernant la maîtrise des sciences et de la technologie qui nous permettraient de bâtir notre pays. Malheureusement, nous ne sommes que bavards et pas suffisamment intelligents en termes de savoir-faire, ce qui est normal car nous ne sommes indépendants que depuis 60 ans. La théorie du réseau met en perspective ce que Miakassissa dénonce. Les Congolais, que nous sommes, avons toujours été aimantés par l’argent facile. Congozoba, comme diraient certains Africains quand ils parlent des Congolais au niveau du business. Ce qui nous intéresse, c’est la vie facile, la boisson, les femmes, les plaisirs du corps aux dépends que ceux de l’esprit et du travail. Certains de mes compatriotes s’étonnent du ralliement de l’égyptologue, Théophile Obenga, à Sassou alors que le professeur était très critique à l’égard du Président Sassou. Obenga n’est pas du Pool, comme peuvent l’être d’autres homme politiques influents au Congo.

    Le départ de Sassou de la présidence ne fera pas disparaître les attitudes anciennes car, dans toute théorie du réseau, les nœuds et les trajectoires vont se disputer la place du nœud central. Le dire, ce n’est pas être pour ou contre Sassou. J’essaie modestement, à la place qui est la mienne, de continuer à jouer le rôle d’emmerdeur intellectuel et de critique radical. Ma vie politique et professionnelle est en France. Je suis fonctionnaire de l’Etat français, je chronique à droite et à gauche sur des sites et dans des radios, sans me cacher. Les hommes et femmes politiques de mon pays m’intéressent en tant qu’objets d’analyse. Certains sur ce site Congoliberty chroniquent pour espérer une place au soleil en cas de maintien ou de départ du Président Sassou du pouvoir. Ce n’est pas agréable de l’entendre, mais il faut que cela se sache. Il y a deux façons de combattre un réseau : être à l’intérieur en s’assurant une place de choix qui permettent aux trajectoires de converger vers vous, ou alors créer un autre réseau avec ce que cela implique comme ressources humaines, techniques, financières. Ce réseau doit s’appuyer sur le modèle « SWOT » théorisé par les économistes de l’organisation à Havard dans les années 1960 (S= strenghts = forces, W= weakness = faiblesse, O = opportunities = opportunités, T = threats = menaces).

    Nous sommes un pays violent et nous avons le pays que nous méritons car, Sassou ou pas Sassou, notre histoire politique est violente et traversée par des crimes (Marien Ngouabi, Le Pool, assassinats politiques). Il est de bon ton de dire que Sassou est le principal responsable car c’est celui qui est resté le plus longtemps aux affaires, mais tout de même… Lors de la conférence nationale, il a dit qu’il assumait tout et nous sommes repartis pour un tour avec Lissouba comme Président. Le problème est que nous étions dans l’étang où pataugent les crapauds politiques du Congo. Les conditions de l’alliance Lissouba/Sassou étaient, d’emblée, pipées. Sassou et Lissouba se connaissent depuis les années 1960 et l’alliance qu’ils ont constituée contre Kolelas Bernard était le mariage de la carpe et du lapin, comme sera l’alliance entre Kolelas et Lissouba contre Sassou. Si je remplace le Congo par le réseau, on peut regarder avec un microscope pour noter que notre pays préfère la brutalité, la violence politique à la construction apaisée du développement intellectuel et matériel. Tous les hommes et femmes politiques congolais se pensent plus intelligents que les autres, alors que nous sommes incapables de maîtriser les sciences et les techniques pour produire les instruments aratoires pour l’agriculture et nos ingénieurs existants sont incapables de construire des ponts sans coopération extérieure.

  3. Anonyme dit :

    Un beau texte Mr MIAKASSISSA. Enfin une réactions aux nombreuses trahisons des originaires du Pool. Mais on aurait aimé que vous ayez le courage de citer les noms des traites. Car quand il s’agit des congolais d’autres régions vous qui vous reclamez du Sud, vous n’hésitez pas á donner les noms.

    Autre chose, le combat pour l’alternance a été désormais limité par un COMBAT pour la libération du Pool. Vous avez réduit la souffrance du Congolais et des congolais a la guerre du Pool. ET voila que vous parlez de la trahisons des gens du Pool comme si seul le Pool souffre d’un systeme dont il vrai Sassou est le representant mais dont nombres de fils du Pool comme Ndall ont contribué á maintenir au pouvoir.

    Sassou n’est pas la par hasard. Vous qui avaez élu domicile en occident et en France, vous devriez savoir que plus de 50 etats africains vivent dans le sous developpement. Est-ce que personne ne sait le role que joue la FRance, la Belgique, la Suisse, l’Angleterre, l’Allemagne etc bref l’Union Européenne dans ce sous-developpement voulu et entretenu?

    Pensez-vous vraiment que Youlou, Massambat-Debat, Ngouabi, Yhombi, SAssou, LIssouba et Sassou soient maitre du Congo et que notre volonté d’alternance aboutira á la fin de ce syteme qui n’est plus appelé Francafrique mais MAFIAFRIQUE?

    Les congolais qui se disent du Pool ont confisque le combat et font fuirent les autres congolais dans cette lutte. Les trahisons ou defection doivent n’ont pas seulement faire l’objet d’accusation mais doivent aussi permettre de revoir si les stratéges de Paris n’ont rien á ce reprocher. Car lorsqu’on laisse aller et venir sur Paris des gens du Pool qui vont au Congo, quand on ne reconnait pas la presence des ressortissant du Pool dans le systeme en place et quand on frappe les autres ressortissants soupconnaient de connivense avec le pouvoir alors que votre article montre la trahisons dans votre region comment parler d’unité? Sur ce site internet et d’autres, le Pool est devenu le CONGO. Alors ne soyez pas surpris qu’il devienne pour certains un fond de commerce, un avenir ou la base de la division du Congo.

    Le Pool est une region du Congo et non le CONGO. Rassemblons tous les congolais des 12 régions et les africains pour combattre la MAFIAFRIQUE.

  4. Loulembo dit :

    Mon frère Miakassissa, la résignation ne nous gagne pas, nous avons juste eu le temps de comprendre ce qui suit :
    1- Une dictature ne termine jamais dans les urnes
    2- Une dictature qui dure longtemps à besoin de temps et d’organisation pour la faire tomber
    3- et enfin, personne d’autre que nous allons libérer notre pays de cette peste qu’est la dictature.
    Il nous faut donc nous organiser et rester débout à jamais. Rien ne sera plus jamais comme avant. Ce pays à des enfants qui comprennent comment tourne ce monde.

  5. Lucien Pambou dit :

    Cher anonyme,

    Bonjour. Ce que je veux te dire ici n’est ni une agression, ni une attaque ad hominem. Que Miakassissa ne te donne pas les noms des gens du Pool les plus connus politiquement, c’est un effet de style. Ces noms sont connus et sur le site de Congo Liberty, on parle souvent de Kolelas Bernard et de ses enfants, surtout Pako, Il y a aussi le Premier Ministre, Clément Mouamba, je parle sous ton contrôle, je peux me tromper, et certains incluent le Ministre de la communication Thierry Moungalla.

    Si je cite ces noms, ce n’est pas que je pointe du doigt ces responsables politiques (car ils ne m’ont rien fait et je ne les accuse de rien), en revanche tu joues l’hypocrite comme d’autres car sur Congoliberty vous les citez bien et vous faites semblant de ne pas les connaitre. Vous voyez pourquoi le débat dans notre pays n’est pas correct. vous prenez des gens en exemple, il faut dire de qui il s’agit. Dans mon post, j’ai bien cité le Président Sassou, Bernard Kolelas et Lissouba comme objets analytiques de ma démonstration. Cela ne signifie pas que j’accuse ces responsables politiques. En revanche, je m’appuie sur leurs comportements et actions pour expliquer une situation politique.

    Sur ce site, les gens ont le droit d’accuser qui ils veulent, mais il faut le faire à découvert et non se cacher, ce que nous savons trop faire au Congo en espérant une éclaircie éventuelle en notre avantage. On a un problème: nous sommes influencé par un mode culturel de l’hypocrisie à la française et de l’hypocrisie en fonction de nos tribus respectives et des rapports humains biaisés entre Congolais.

    A très bientôt chers membres de la diaspora et chers congolais restés au pays.

  6. Mathieu Bakima Baliele dit :

    A quoi peut-on s’attendre d’un homme de 75 ans, qui a cet âge considère, un âge de sagesse ailleurs se décape la peau? Pour lui son paraitre est plus important que ses devoirs et responsabilités de chef de l’état (même voyou 🙂 ). Pire quand cet homme s’est retrouve par un concours de circonstances complexes(la théorie des fameux réseaux chère a monsieur Lucien Pambou) a la tète d’un Etat? Rien de constructif et positif pour les populations ne viendrait d’un tel homme et du systeme qu’il incarne. Apres lui, le déluge, croit-il, hélas ! Le constater et le dire tel que tu fais mon cher compatriote Aimer Miakassissa, n’est pas une insulte a l’égard du parrain d’un tel système. Tes co-regionaires du Pool qui accompagnent le despote éclaire au néant dans sa longue marche contre les abus des droits fondamentaux au Congo et surtout dans le Pool n’ont pas la palme d’or de la traitrise des leurs. Le despote éclaire au néant trouve toujours des esprits faibles, affames dans tous les départements du Congo, pour faire croire que son pouvoir est d’essence nationale. A monsieur Lucien Pambou, autant j’admire la théorie du réseau que vous souhaitez de tous vos vœux que vos compatriotes étudient, pour mieux comprendre le merdier dans lequel leur pays se retrouve, autant je ne vous comprends plus quand vous généralisez, globalisez la responsabilité de cette violence politique. A moins que je ne vous comprenne pas très bien, vous omettez de dire que monsieur Sassou est bel et bien le principal acteur de ces violences politiques qui font de notre pays le plus violent des états africains. En 1963 le président Youlou est force d’aller en exile, sa vie est au moins sauve. En 1968 Massamba Debat est force de rentrer dans son village a Boko, lui aussi la vie sauve. Mais en 1977, Ngouabi lui n’aura pas cette chance. Même Massamba Debat, veinard en 1968, est cette fois une victime collatérale de l’assassinat de Ngouabi. C’est n’est pas de l’invective que de constater qu’au mieux, monsieur Sassou préfère ses adversaires en prison, au pire il préfère les voir outre-tombe.

  7. VAL DE NANTES . dit :

    La diplomatie de la flatterie continue le nouveau président ADAMA BARROW est arrivé hier à BRAZZA ….
    Le nettoyage de l’impureté présidentielle dans laquelle nage le pouvoir , de BRAZZA exige des tonnes de savon de Marseille , pour le rendre fréquentable ;;;;
    Le fond prédomine la forme , et ne peut cacher la réalité du sens de l’histoire .Tous ces visiteurs forcés ont la carte d’identité réelle de ce régime .
    C’est avec ironie nauséabonde ,qu’ils adoubent un dictateur sans scrupules ;;;;

  8. Bulukutu dit :

    Pourquoi la tragédie du Pool, ne suscite t-elle pas l’empathie des autres départements du Congo? Comment faire pour que chaque congolais se reconnaisse dans ce qui se passe dans le Pool et prenne fait et cause pour ce département? Il ne s’agit pas ici de hiérarchiser les régions les unes par rapport aux autres, mais de faire converger toutes les régions vers un seul et mêmes objectif en s’appuyant sur ce qui se passe dans le Pool.
    Solidarité bantous ou tribalisme? Dans quel ordre ces deux concepts agissent-ils dans notre grille d’analyse des relations sociales? Si l’on considère que le tribalisme est une notion introduite par les colons pour contrôler les peuples, que pouvons-nous faire pour briser ce plafond de verre qui nous empêche d’unifier la lutte contre le pouvoir en place?

  9. VAL DE NANTES . dit :

    @BULUK , DU CHAMPAGNE

  10. KOUMS dit :

    Merci Mr Miakassissa de cet ecrit vous etes une lumiere pour nous , tout a une fin. le peuple se reveille le peuple sait qui fait quoi et des comptes seront à rendre

Laisser un commentaire