Surprise à Lisbonne ( Gilbert Odongo a reçu en cadeau un manoir à Lisbonne)

O GLOBO, fondé en 1925, est le journal brésilien le connu dans le monde. Il a donné naissance à un puissant conglomérat de médias TV, radios et de presse écrite. L’affaire d’Asperbras au Portugal a été traitée à de nombreuses reprises par ce journal. Les articles écrits la plupart du temps par José Casado sont toujours très intéressants et traitent souvent de l’effacement indu, par Dilma Roussef, de la dette du Congo.

L’enquête portugaise, selon nos sources, rebondirait au Brésil tant sur le volet des affaires avec le Congo et la corruption de ses autorités (Denis Sassou Nguesso, Gilbert Ondongo etc) que sur le volet des affaires publiques brésiliennes avec l’effacement de la dette du Congo. Pour mémoire, voici le dernier article de José Casado,  publié à la fin 2016, qui laissait déjà entrevoir l’extension de l’affaire Asperbras à son pays d’origine. En voici la traduction.

Le Brésil et le Portugal sont également deux pays soupçonnés d’avoir accueilli d’importants fonds détournés par le clan mafieux à la tête du Congo. Fort heureusement, les Nguesso, José Veiga et Asperbras n’y ont pas bonne presse. Loin de là !

 

Surprise à Lisbonne

Le propriétaire d’Asperbras est arrêté au Portugal, paye une caution de 3 millions d’euros et confesse avoir donné un manoir en cadeau au ministre du Congo, dont la dette par le Brésil a été pardonnée

 

29/11/2016 –

José Casado, O Globo

Mercredi dernier, l’homme d’affaires brésilien José Roberto Colnaghi, principal actionnaire du groupe Asperbras de Penápolis (SP), est entré au siège du Département central des enquêtes et actions criminelles à Lisbonne. À la fin de la journée, après une déposition épuisante, il a découvert qu’il ne pouvait pas quitter le bâtiment.

Il a été détenu, informé par la procureur portugaise Susana Figueiredo et le juge Carlos Alexandre, pour la corruption et le blanchiment d’argent dans les entreprises au Brésil, au Congo-Brazzaville, en Angola et en Suisse.

Pour rester libre, Colnaghi a accepté de payer une caution de 3 millions d’euros (R $ 10,8 millions) – le triple du montant payé par l’homme d’affaires de Rio de Janeiro Mariano Marcondes Ferraz, directeur du groupe néerlandais Trafigura, pour quitter la prison à Curitiba, où Il est accusé de corruption dans le cadre de contrats avec Petrobras.

Au Brésil, Colnaghi et Asperbras sont des personnages récurrents dans les scandales politiques. En 2005, ils ont fait l’objet d’une enquête, en raison d’opérations étranges avec Trade Bank, via l’Angola. Aujourd’hui, ils sont simultanément dans les enquêtes de Curitiba sur les pots de vin à Petrobras et à Brasília sur le déversement de fonds lors de la récente élection du gouverneur de Minas Gerais, Fernando Pimentel.

Asperbras a multiplié les bénéfices au cours de la dernière décennie dans les affaires obscures avec les kleptocraties africaines, sous l’impulsion des relations fluides de Colnaghi avec Antonio Palocci, le ministre des Finances de Lula et le chef d’état-major de Dilma Rousseff. Palocci se tient à Curitiba, accusé d’intervenir dans les transactions d’Odebrecht avec les gouvernements dans lesquels il a participé.

L’homme d’affaires a été le principal chef du groupe São Paulo retenu à Lisbonne au cours des neuf derniers mois – troisième de la liste inaugurée par le portugais Jose Veiga, son partenaire au Congo-Brazzaville, le quatrième producteur d’huile en Afrique Et depuis 40 ans règne le dictateur Denis Sassou Nguesso.

Veiga a été arrêté pendant la saison des carnavals, après avoir tenté d’acheter le contrôle du Banco Internacional de Cabo Verde, domaine de la faillite Grupo Espírito Santo. Il était situé dans un petit bijou de l’architecture de la Quinta da Marinha à Cascais, dans le garage de laquelle se trouvaient quatre Porsche, Mercedes et Bentley. Dans un coffre-fort, la police a trouvé 7 millions d’euros (8 millions de dollars).

Un autre 10 millions d’euros (R $ 36 millions) a fini par être «gelé» dans les banques portugaises. La maison avait été achetée par Asperbras comme un cadeau à Gilbert Ondongo, ministre de la kleptocratie Sassou Nguesso – a confessé Colnaghi la semaine dernière.

Ondongo a mené des négociations avec Palocci pendant l’administration Lula pour annuler une dette de 352,6 millions de dollars (R $1,1 milliard) que le Congo avait avec le Brésil depuis les années 1970. En mai 2013, Dilma Rousseff a pardonné 79% de cette dette, US $ 280 millions (R $ 924 millions). Le Sénat a approuvé sans débat.

Asperbras était un grand bénéficiaire, avec un milliard de dollars US (R $ 3,3 milliards) dans les contrats. En analysant ses flux financiers, le bureau du procureur de Lisbonne a découvert, par exemple, l’utilisation atypique de sociétés comme la société minière aurifère Plenamerica, à Porto Velho (RO).

Les preuves suggèrent que Colnaghi et les Asperbras peuvent devenir une ligne de blanchiment auxiliaire de la kleptocratie de Sassou Nguesso sur la route de l’Atlantique.

José Casado est journaliste

Traduction Rigobert Ossebi

Source : http://noblat.oglobo.globo.com/geral/noticia/2016/11/surpresa-em-lisboa.html

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Surprise à Lisbonne ( Gilbert Odongo a reçu en cadeau un manoir à Lisbonne)

  1. VAL DE NANTES . dit :

    Ce sera une maison des étudiants congolais à LISBONNE post SASSOU ;;;;D’un mal peut sortir un bien .celui là en est un ;;;

  2. SASSUOFIT,SASSOUFIN,DEGAGE dit :

    18 soldats du dictateurs tués ce matin dans les environs de Kindamba
    Commandant Ngambie Thiérry,capitaine Mboko David,les soldats Motomba Raphael,Nkewa Darcel,Ndongui Béro,caporal Oya Balouté,sergent chef Botamba Didas,soldats Nzingoula Arnaud de la DGSP,l’informateur-pisteur Mbemba Guy,et quelques autres.
    Un malheur n’arrivant jamais seul.Ce matin encore,le tribunal de Gamboma,dans le département des plateaux,à été,littéralement incendié.Aucun dossier n’a été récupéré.Tout a été consumé dans les flammes.On peut se poser la question de savoir s’il s’agit d’un autre front des FALC (Forces armées de libération du Congo) qui s’ouvrent dans les plateaux?

  3. Loko Balossa dit :

    Demain il faudra éloigné les Mbochis dans la gestion du pays , car les diplômés de cette ethnie ont plus que déçu signalons que Gilbert ODongo est docteur en économie , comme aussi un autre salopard Didier Elongo , ou encore Ominga que j’ai bien connu à Bordeaux , même le plus diplômé des Mbochis Théophile Obenga brille par la médiocrité , après le fiasco de l’université Saint -Denis à Kintelé où des milliards ont étés détournés . Obenga rebondi comme le patron du musée de la sorcelleries Téké et Mbochi à Ngll’odoua près d’oyo avec un budget de 50 milliards en duo avec le diable sassou ils ne cesse d’invités les grand sorciers du monde dans ce fameux musée des ténebres .

  4. VAL DE NANTES . dit :

    Demandez aux parents des morts inutiles , sacrifiés sur le plaisir surréaliste d un pouvoir inique ,d’enterrer ces morts à leurs frais , c’est une insulte grossière à leur mémoire .Pourquoi , les parents de ces morts inutiles , doivent se cotiser pour faire face aux frais occasionnés par ces décès abjects dont on aurait pu faire l’économie , si ce pouvoir avait compris , l’impérieux intérêt de s’attaquer aux véritables maux qui cisaillent le quotidien des congolais ;;;
    La bonne gouvernance des finances publiques ;;;;c ‘est l’équation axiomatique dont SASSOU doit trouver les réponses ;;;;
    Le reste est gesticulatoire , mais dont les conséquences historiques ont une portée imprescriptible .
    Ce dont souffrent les congolais , ce n’est pas la présence de NTUMI dans ces savanes , ce serait nous faire boire du cire , car ce scénario apocalyptique tel que nous le présente le pouvoir , n’a pas empêché SASSOU de faire d’OYO une ville attractive , avec des infrastructures de meilleure qualité .
    Ce pays n’a plus d’âme , et vit en apnée , le temps que SASSOU en parte pour des horizons inconnus .
    Autour de moi , m’est parvenue l’information selon laquelle des enfants se doivent de cotiser 25 000cfa , pour participer aux frais de décès de leur oncle mort au front vers KINDAMBA …
    Ce sont là , des réalités d’une vie déprimante et suppliciée , qu’offre SASSOU aux pauvres parents de ces militaires pauvrement tués pour une cause ridiculement et substantiellement politico – tribale ;;;;;;

  5. VAL DE NANTES . dit :

    Pour clore , des morts SASSOUSTEMENT sacrifiés ;;;;;;

  6. Kata Séléka dit :

    Hi hi hi ha, vraiment!
    Un pays foutu.

  7. Le Cul Magi' Avè L'étoile dit :

    Une fois mbochi du clan aux affaires, plus rien ne va jamais. Des monstres, plus sales que la saleté.

    Dégueulasse!

  8. mwangou dit :

    Encore et encore des morts… quatre jeunes gens ont été tués par la police et les cadavres exposés au rond point de Bifouiti… en conformité avec le projet annoncé par le fameux procureur…quelle horreur! mais ces enfants sans rien dans la tête, ne se demandent pas ce qui leur arrive, alors même qu’ils ont été en mission par des gouvernants qui les trahissent aujourd’hui…

  9. Mamanou dit :

    Si demain les mbochis devraient être écartés dans la gestion du pays , n’oublions pas aussi les laris parce que si il y’a tuerie dans le pool c’est à cause d’eux, ces militaires qui meurent pour moi ce n’est pas les ninjas qui les tuent c’est plutôt un groupe de gens choisis par le gouvernement avec la complicité de ntumi qui executent ces tueries, je veux dire le pool c’est juste un terrain de sacrifice, sassou a besoin de ce sang pour diriger car son règne etait fini. Malheureusement ntumi et kolelas l’aident à avoir ce sang et c’est triste pour les laris. Ce qui enerve encore c’edt que ntumi veut faire croire que c’est un heros, quelqu’un qii est en guerre et recherché il est tout propre bien joufflu dans ses videos sur brazzanews. Bizarre!!!!

  10. Philosophie Il Faut Comprendre Comprendre La Vie dit :

    @mamadou,

    Voulais-tu dire les laris (du clan)? Il y a NUANCE, sans porter des lunettes de correction.
    Mais de même, les traitres versatiles on peut en citer presque autant chez tous les autres dérivés autochtones du Kongo. Alors…

Laisser un commentaire