La Françafrique, version socialiste, plie ses derniers bagages…Par Rigobert OSSEBI

Il y a cinq années, la communauté congolaise dans son ensemble saluait la défaite de Nicolas Sarkozy. Déjà, à cette occasion, la France avait connu un vote « Noir » massif, et particulièrement « franco-congolais », contre le représentant de la Droite.

Pourtant ce dernier n’avait jamais cessé de rappeler à Denis Sassou Nguesso, depuis la reconnaissance de son élection en juillet 2009, que c’était son dernier mandat à la présidence du Congo. Si Nicolas Sarkozy avait été réélu en 2012, au lieu de François Hollande, il est clair que notre pays n’aurait jamais connu la crise dramatique qu’il traverse actuellement et Denis Sassou Nguesso coulerait peut-être des jours d’une retraite tranquille à Marbella ou à Rabat en compagnie de son épouse Antoinette.

Ce quinquennat qui s’achève, du président socialiste français, a été marqué par l’indécente proximité des femmes et des hommes, de son pouvoir, avec le dictateur congolais. Certains parmi eux avaient fait d’Oyo, un quasi lieu de résidence secondaire tant ils y étaient vus fréquemment ; tout motif était bon. Jean-Yves Le Drian, que l’on n’y aperçoit plus depuis un bon bout de temps, avait même avoué : « Avec la Françafrique, j’ai flirté mais je n’ai pas couché ! » Yamina Benguigui, en perdant son maroquin ministériel, a tout de même conservé une amitié très chère avec le tyran de Brazzaville. Elle assistait, il y a quelques semaines encore, au simulacre d’évènement du Fonds Bleu organisé, à Oyo, par la Fondation Brazzaville de Jean-Yves OLLIVIER.

Jean Louis Borloo, sans être étiqueté de Gauche et sans fonction officielle durant ce dernier quinquennat, a rivalisé avec cette dernière ex-ministre française dans la constance de la relation et de la proximité avec l’usurpateur congolais. Il en était tellement proche que « Sa fondation pour l’Afrique a trouvé refuge dans des locaux de l’Elysée… »[i] Denis Sassou Nguesso ne pouvait trouver de meilleur lobbyiste qui partageait son temps entre Oyo (Congo Brazzaville) et l’Elysée qu’il fallait convaincre pour le Référendum anticonstitutionnel d’octobre 2015.

Sans aller jusqu’à Oyo au cœur de la forêt équatoriale congolaise, d’autres sont allés aussi loin, sinon plus, sans sortir du 8ème arrondissement de Paris. La rencontre de Manuel Valls, alors 1er Ministre de la France le 7 juillet 2015, avec le dictatueur congolais dans son appartement de l’Hôtel Shangri-la Paris, avec accolade et serrement de mains appuyés, a été immortalisée par une photo devenue le symbole de la trahison de tous les engagements qu’avaient pris les leaders de la Gauche tout au long des dix dernières années, durant lesquelles ils n’avaient pas été au pouvoir. Plus tard, personne n’a vraiment voulu s’étonner de la proximité de son épouse avec la Fondation Brazzaville, déjà citée, et le Sud-africain marchand d’armes (armes qui tuent actuellement dans le Pool au Congo) pour le financement des tournées de son orchestre… De nombreux journaux étrangers s’étaient montrés surpris du silence de la presse française dans pareille affaire. Dans le dernier succès de librairie « Place Beauvau », d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, que les sous-informés et mal-informés chroniques français s’arrachent en librairie, les auteurs se gardent bien de citer les noms du marchand d’armes Ichikowitz et de Jean Yves Ollivier, président de la Fondation de Brazzaville, « l’homme de confiance du président congolais Denis Sassou Nguesso, un ancien de la Françafrique décoré en catimini de la Légion d’Honneur par Manuel Valls. » (Jacques Chirac, dont il était très proche, ne l’avait pas fait et, semble-t-il, ce n’était pas un oubli.)

Curieux ces auteurs qui, dans une affaire qui relève du domaine privé, citent le nom de Dominique Strauss Kahn interpellé dans le bois de Boulogne à Paris dans une camionnette en compagnie de deux travestis et qui n’osent en faire autant avec celui que certaines figures de proue de l’opposition congolaise désignent comme le véritable « patron » du Congo Brazzaville[ii]. Quant à dire que c’est un « ancien de la Françafrique » cela ne peut  constituer qu’une référence à son âge, Jean-Yves Ollivier avec Denis Sassou Nguesso forment le tandem leader, toujours actif, de la « bête immonde » qui maintient encore la plus grande partie francophone du continent dans le sous-développement ; sans parler des casseroles pétrolières sur lesquelles s’activent les enquêteurs de la SEC (Securities and Exchange Commission) à Wall Street…

Sans jamais être allée à Oyo aussi, Elisabeth Guigou, n’a jamais été prise en flagrant délit de « soupçon françafricain »[iii] d’une quelconque rencontre avec le président congolais. Par contre son époux, l’économiste Jean-Louis Guigou proche jadis du dictateur tunisien Ben ALI, s’est toujours montré friand client, par sa présence, aux forums toujours bidons organisés par des Richard Attias ou Lucien Ebata. Il y apportait sa contribution aussi comme président de l’IPEMED, une fondation-think tank qu’il a créée en mai 2015 avec le soutien de l’Union africaine, de la Ligue arabe et de la Commission européenne. L’ex-Garde des sceaux, députée de la Seine-Saint Denis et présidente de la Commission des Affaires étrangères s’est toujours refusée de recevoir des représentants de l’opposition congolaise malgré des demandes insistantes…  Joli couple. Très joli tandem aussi… !

Ex-Garde des Sceaux également, Christiane Taubira dont la nomination Place Vendôme avait comblé de joie le vieux tyran, n’a pas succombé à la tentation de Brazzaville qui la saisissait, autrefois, de temps en temps ; comme ce 15 juillet 2005 pour assister à un concours de Miss Fespam et rencontrer, le déjà dictatueur, Denis Sassou Nguesso le lendemain.

Aussi Anne Hidalgo, Maire de Paris, avait assisté à l’inauguration des Jeux Africains le 4 septembre 2015 à Brazzaville. Le lendemain elle avait été reçue par le parrain de la Françafrique, un rendez-vous organisé par Hugues Ngouelendélé, gendre et maire de Brazzaville ; quelques semaines à peine avant que François Hollande ne change sa position sur le référendum pour l’adoption de la nouvelle Constitution congolaise ; le seul que l’Elysée n’ait pas condamné… !

Pour ne pas faire de jaloux ou de jalouse, le 15 mars 2016, Denis Sassou Nguesso recevait à Brazzaville dans le secret le plus total, au motif de la COP 21, Ségolène Royal arrivée de Kinshasa par hélicoptère et reparti par la même voie, une ou deux heures plus tard, sans qu’aucune photo n’ait été prise.

Tout cela pourrait prêter à sourire si l’on ne connait la stratégie de l’homme qui s’est installé à la tête du Congo depuis les assassinats de Mars 1977 : l’appauvrissement de la population par l’accaparement de toutes les richesses, le maintien à la tête de l’Etat par la corruption de tous ceux qui pourraient permettre son maintien au pouvoir ou de neutraliser, toujours par la corruption, ceux qui pourraient s’y opposer. En vérité les corrompus qui se sont ralliés à la cause du maintien de Sassou Nguesso figureront un jour dans les livres d’histoire de l’Education nationale congolaise ; preuves à l’appui… !

Dans une déclaration ambigüe, Denis Sassou Nguesso avait demandé aux Congolais de se rappeler le goût du sang qu’il semble très bien connaître. Ceux qui ne l’ont pas eu encore sur le bout de la langue, n’ignorent pas au moins, depuis son retour au pouvoir avec les souffrances qu’il leur inflige, la saveur salée des larmes versées. Des hommes, des femmes, des enfants, de tous horizons, ses militaires, et ceux qu’ils combattent, Congolais comme eux, meurent chaque jour par sa faute ; parce qu’il veut rester le président du Congo à tout prix et aussi parce que Paris lui avait donné sa bénédiction.

La crise que traverse actuellement le Congo est la plus profonde qu’il n’ait jamais connue avec les années de guerres civiles 1997-1998 (Gouvernement de Lionel Jospin alors en France).

Vivement que le prochain locataire de l’Elysée inaugure une nouvelle politique ! De toute manière, concernant le Congo-Brazzaville, ce sera très difficile de faire pire !

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 21 avril 2017, par www.congo-liberty.com

[i] « Bienvenue Place Beauvau » d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé

[ii]  Au tout début de l’année 2010, fort de l’accord de principe du FMI pour le programme PPTE, Denis Sassou Nguesso avait accepté d’en finir à l’amiable avec un créancier extérieur particulièrement virulent. Quelques semaines plus tard à Windhoek en Namibie devant un groupe d’amis, Antoinette Sassou Nguesso s’en était réjouie en louant la sage décision de son époux. Jean-Yves Ollivier qui était présent lui répondit : « Il n’en est pas question. Ce type nous a posé trop de problèmes ! » La puissante épouse du chef de l’Etat congolais a alors bataillé verbalement pour convaincre du contraire l’homme de l’ombre. Au bout d’une demi-heure de palabres, Ollivier céda d’un : « d’accord, mais il devra passer par moi ! » Le créancier en fut informé. Jamais il n’a pu alors entrer en contact avec lui… Pour le plus grand plaisir de Denis Sassou Nguesso qui ne cessa de subir ses assauts ?

[iii] Le « soupçon françafricain » existe dès lors que le détenteur d’une autorité quelconque se trouve face à face avec Sassou Nguesso ou accessoirement avec l’un des proches membres de sa famille. La corruption est au cœur du pouvoir du dictateur congolais qui consacre une part importante des 30 milliards de dollars qui ont été détournés ces 20 dernières années pour acheter les soutiens dont il a besoin ou, pour le moins, afin de neutraliser toute velléité de nuisance.

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

36 réponses à La Françafrique, version socialiste, plie ses derniers bagages…Par Rigobert OSSEBI

  1. VAL DE NANTES . dit :

    INFOS , à tous les congolais , allez y sur VSD magazine des stars , page 25 , vous y trouverez les deux enfants dijahistes , appartenant à un homme politique congolais ;;;;;
    Je souligne qu’ il s’agit bien des congolais de BRAZZA …..accusés d’avoir voulu passer aux actes terroristes , dans l’affaire criminelle de CANNES TORCY ……

  2. Joey dit :

    Mr Ossebi vous me désespérez
    Vous êtes le symbole, la plus parfaite représentation de l’Afrique soumise, colonisée qui s’accommode parfaitement de sa situation. C’est grave. Vous attendez que votre liberté vienne d’un tiers. Mais quand es ce que vous comprendrez qu’une liberté s’arrache ? Se prend? A n’importe quel prix! Vous caricaturez le Congo. Vous êtes un pion qui fait le jeu de la France enfin. Il faut dire stop. Le Congo est un pays qui s’est perdu sur bcp de plan. Il a troqué ses vêtements, sa religion, sa culture, son architecture, sa langue pour celle du blanc. Celui là même qui se moque de lui. Mais enfin! Enfin! Il faut arrêter de se victimiser comme ça. Ce qui se passe au Congo est de notre faute. Tous les congolais. Ou que nous soyons. Nous avons laissé faire. Nous avons fait preuve de faiblesse. Avez vous vu comment le coup d’état en Turquie a été empêché ? Comment Cuba a résisté pendant des années aux Américains ? Et vous vous venez mendier à lelysee de défendre vos intérêts ! Mais on rêve. C’est grave . On s’en moque de la France ou de l’UE. Si nous etions un vrai peuple, pensez vous que ce qui se passe serait possible? Non! On a accepté la situation avec ce malade mental de sassou. C’est notre faute. Aussi simple. Mais arrêtez de chercher la faute ailleurs. Retournons déjà à nos racines. L’Afrique de l’Ouest avance un peu,nous sommes nous en Afrique Centrale la pire zone de tourisme du monde, la zone la plus corrompue et la plus répressive. Mais il faut regarder les choses en face. Notre peuple s’adonne à des pratiques odieuses, boit de l’alcool comme un trou, fréquente les prostituées. .. arrêtons avec la France. Le problème remonte à plus longtemps que notre rencontre avec la France. Le problème est le christianisme, nos traditions abandonnées, nos langues jetées, notre culture dénigrée et notre haine de notre pays et de nos concitoyens. Voilà.

  3. Jean de Dieu KOUSSIKANA dit :

    « Si Nicolas Sarkozy avait été réélu en 2012, au lieu de François Hollande, il est clair que notre pays n’aurait jamais connu la crise dramatique qu’il traverse actuellement et Denis Sassou Nguesso coulerait peut-être des jours d’une retraite tranquille à Marbella ou à Rabat en compagnie de son épouse Antoinette » affme Rigobert OSSEBI. Malgré la consideration que j’ai pour vous, Mr Rigobert Ossebi cette aproche est erronée. Les propos de Nicolas Sarkozy qui s’opposait contre une continuité de Sassou Nguesso au Congo ne beneficient pas pour ma part d’une présomption de sincerité. La France soutien les dictateurs en afrique depuis plus de 50ans. Sassou Nguesso ne menaçait pas les intérêts français au Congo. Il pouvait bien continuer si nicolas Sarkozy chassé du pouvoir le 5 mai 2012 était maintenu à son poste par l’electorat français.La droite française n’a jamais critiqué comme l’avait fait le FN le soutien apporté Hollande au dictateur congolais qui avait le droit d’organiser le referéndum auquel le peuple devrait répondre. Autrement dit, avec Nicolas Sarkozy les memes problèmes que les congolais subissent aujourd’hui devraient de faire sentir de la meme manière ou peut etre pire encore. Au lieu de chercher à libérer le pays vous compter sur les chef d’etat français. Ils ne le feront jamais tant leurs intérèts sont en jeu. Pour comprendre cela, il ne faut pas attendre d’etre universitaire. Malgré la violence que Jean Bedele Bokassa a exercé sur les populations centrafricaines, Valery Giscard D’Estain n’a jamais cessé de faire rouler un tapis rouge pour ce criminel de Bokassa. Donc arreter de dormir les congolais avec ce genre d’analyses simplistes et populistes.

  4. Bulukutu dit :

    Vous croyez que le président Hollande s’en va sans avoir préparé sa succession? Il y a un candidat qui incarne la continuité du hollandisme. Il est soutenu par toute la Hollandie et quelques brebis galeuses des LR. Vous avez devinez? Il incarne ce que certains appellent la fin des partis. Son programme: préserver les intérêts d’une élite politico-economique mondialisée qui va des États Unis, à la france en passant par le Congo. C’est Une oligarchie mondiale.

  5. Lucien Pambou dit :

    A Ossebi,

    Merci pour ce papier qui, dans la forme et un peu dans le fond, précise la notion de réseau-pays qu’est le Congo. Il y a autour du Congo-Brazzaville, ce que vous qualifiez de Françafrique. La Françafrique est un réseau extérieur qui entretient des relations structurales avec le réseau interne du pays Congo. J’espère que votre texte permettra de faire comprendre aux individus, aux Congolais que nous sommes, que c’est pas une théorie fumeuse, mais bien fumante et en éveil qui permet d’expliquer la situation actuelle au Congo.

    Les rapports compliqués et d’allégeance entre le Président Sassou et son opposition politique ne peuvent être expliqués que par l’analyse du réseau.

    A Joey et Jean de Dieu,

    Vos remarques intéressantes vis à vis du texte de Ossebi nous montrent en effet que la modification interne du réseau dépend de deux attitudes: soit on est à l’intérieur de ce réseau et on essaie de le modifier de l’intérieur, encore faut-il avoir toutes les ressources (politiques, humaines, financières, etc) pour espérer le modifier, soit on adopte l’attitude extérieure comme vous préconisez, mais voilà, vous reconnaissez vous-mêmes que la prise de conscience des Congolais dans le réseau interne est loin de satisfaire vos désirs de libération car toute la conscience congolaise (comme dit Jean de Dieu) est prise par les femmes et la boisson.

    Voilà le diagnostic posé à partir de l’analyse du réseau interne (le Congo) et les liens de celui-ci avec le réseau externe (la Françafrique).
    Mon travail d’intellectuel modeste est de permettre à mes compatriotes de faire un bon diagnostic qui est largement partagé comme vous le faites ici sur congo-liberty. Quelles sont les solutions ? Je ne suis pas un homme politique, j’ai, en tant que modeste intellectuel, des préconisations que je livrerai de façon condensée pour le débat et l’action non violente. Or certains sur ce site, au risque de me faire passer encore pour un nguessoïste, souhaitent un départ violent de Sassou du pouvoir au nom de la loi du talion. Pour ma part, je travaille pour des solutions démocratiques et apaisées. Je suis peut-être naïf mais pas tant que ça car, par vos remarques, vous accréditez mon analyse du réseau qui semblait embêter certains d’entre vous qui ne voulaient pas voit la vérité en face. Chacun d’entre nous a ses outils d’analyse et ses préconisations. Pourvu que le débat s’installe et que l’on dépasse le tribalisme qui nous caractérise. Je me fous d’être vili, l’important pour moi c’est d’être un Congolais et un M’Bochi, un Lari, un Teke, etc. sont pour moi des citoyens congolais avec lesquels je débats pour que le Congo soit un havre de paix.

    Vive le réseau, puisque certains sur ces pages font même appel au Président français qui va être élu pour qu’il nous vienne en aide. La notion de « Vive le réseau » est une ironie vis à vis de certains de mes compatriotes qui pensent que tout seul ils peuvent triompher, or le réseau enseigne le contraire et les solutions passent par des trajectoires, des noeuds de positionnement et des alliances compliquées pour exister, durer et triompher dans le temps.

  6. David Londi dit :

    La lutte, en effet, doit marcher sur ses deux pieds. Une mobilisation interne pour préparer une insurrection populaire. Pour cela nos devons dépasser tous les clichés, les invectives ou les insultes pour être en capacité d’ouvrir des fronts du nord au sud, de l’est à l’ouest. Cette vision éthnocentrée de la politique nous fait tourner en rond depuis les indépendances. Le développement doit impliquer toutes les compétences du pays et couvrir un plus grand panel d’individus venus de tous horizons pour un développement équilibré et harmonieux. Ceci dans l’objectif principal de faire surgir une classe moyenne à fort pouvoir d’achat. Des pays comme la Corée du Sud ont opté pour cette stratégie et nous voyons l’essor économique qu’a connu ce pays depuis ces 30 dernières années.

    Le congo a suivi une stratégie d’exclusion de toutes celles et tous ceux ceux qui ne sont de la même éthnie ou même réduisant ainsi le panel, absence de classe moyenne et érection du patronage en système de recrutement d’où une généralisation de l’incompétence ahurissante dans les secteurs économiquement stratégiques. Il faut dépasser donc ce fléau pour continuer à mobiliser et préparer cette insurrection générale que tous les Combattants appellent de leurs voeux car la victoire ne viendra certainement par les armes, point fort de Sassou.

    En effet le deuxième pied c’est la mobilisation de la communauté internationale sur notre lutte. D’aucuns diront qu’il faut compter sur nous-mêmes, bien sûr, mais aucune crise sérieuse ne peut trouver que des solutions endogènes. Nous l’avons expérimenté depuis les indépendances et les résultats ne sont pas probants. Nous évoluons dans un monde dans lequel les intérêts sont interconnectés. Même si notre orgueil en prend un coup, nous avons besoin de cette fouttue communauté internationale comme avant nous les Vietnamiens, les Algériens, les Français, les Cubains, etc.

    La lutte doit marcher sur ses deux pieds, une forte mobilisation à la recherche des solutions endogènes suivie d’une insurrection populaire appuyée et accompagnée par la communauté internationale.

    De ce fait j’approuve la stratégie de nos compatriotes qui s’impliquent dans la campagne électorale française.

  7. VOTONS MELENCHON L'ENNEMI DES DICTATUEURS ! dit :

    VOTONS MELENCHON POUR BATTRE LA FRANCAFRIQUE

    Jean-Luc MELENCHON, POUR DEBOULONNER SASSOU NGUESSO ET LES DICTATUEURS AFRICAINS !

    Jean Luc MELENCHON est le seul recours pour mettre à mal la françafrique !

    Que tous les Congolais de France en capacité de voter ne se trompent pas.

    MACRON est le bébé de Françoise YOLLANDE dont il poursuivra la politique d’asservissement du Congo. MACRON du reste déjà intronisé auprès de Sassou NGUESSO par LE DRIAN, Anne HIDALGO l’ignoble maire de Paris et compagnie.

    MACRON était ministre de HOLLANDE dont il poursuivra forcément une politique à laquelle il avait déjà adhéré.

    FILLON est un mafioso de la même médiocratie que SARKOZY et CHIRAC pour qui la vie des Africains ne vaut rien. En tout cas moins que des puits de pétrole.

    Marine LE PEN est la fausse bonne idée. Que peut on attendre d’une révisionniste qui épouse les idées d’HITLER ???
    Que peut on attendre d’une personne qui adhère aux thèses philosophiques d’HITLER selon lesquelles : » La race blanche est la seule race supérieure… »
    En conclusion, les Noirs ne seraient bon qu’à être dépecés pour que leur peau serve de cuir pour les chaussures des blancs.

    Chers compatriotes électeurs en France !
    MOBILISEZ TOUS VOS COMPAGNONS POUR VOTER MELENCHON !
    Le seul qui a critiqué ouvertement Sassou NGUESSO qu’il a traité de criminel dictateur. Le seul qui sera en mesure de mettre à mal la Françafrique.

    MELENCHON !

    MELENCHON !

    MELENCHON !

    SANS MELENCHON, RIEN NE CHANGERA AU CONGO !

  8. Congo Bololo dit :

    CONGO ZOBA caca !

  9. mwangou dit :

    je ne suis pas français; je ne vote pas; je ne suis pas en France…
    par contre, travailler à éveiller la conscience nationale au niveau de la jeunesse de ce pays, est la tâche la plus exaltante; Londi nous y convie ; on résiste; je comprends: vu l’état de la nation, l’illéttrisme voguant, cette tâche se réduit à un rêve. Car pour l’instant, les acteurs politiques les plus en vue, sont justement ceux qui ont mis en tête de leurs projets, l’illettrisme comme objectif permanent pour asseoir le pouvoir. Illettrisme = drogue, boisson, sexe, etc. C’est curieux me raconte un jeune que les fameux bébés noirs, ne prennent pas conscience du mauvais rôle qu’on leur a fait jouer, alors même que leurs chefs ont annoncé les abattre, dès qu’on les attrape; ce qui se fait effectivement…
    l’illettrisme passe par la « zaïrisation » de la société congolaise: dans l’armée et la police, on ne parle plus que lingala; les lois qui sont en français ne sont plus respectées; le comportement des policiers est décidé chaque jour en lingala avec la kalach à la main…C’est avec le lingala que tous les mauvais phénomènes de Kinshasa arrivent à Brazza: « la chegénisation » en somme de la société brazzavilloise….
    personne ne s’émeut de la disparition des instruments de la culture que sont les orchestres au Congo…, ceci par la volonté acharnée des gens du pouvoir…Ainsi, les thèmes traités par la musique de Kin, puisés dans la dure vie quotidienne de cette ville et ce par la volonté du feu tyran Mobutu, sont désormais imposés aux Congolais de Brazzaville comme des thèmes vrais, réels, actuels. Et ainsi doucement, mais trop surement, la zaïrisation avance au Congo: comme à Kin, bientôt au Congo, il n’y aura plus de système de pension de retraite… Après avoir mis à sac les finances du pays, comme le feu tyran du Zaïre à son époque, on projet de reculer encore l’âge de 0départ à la retraite, jusqu’à 70 ans dans un pays où l’espérance de vie est de 51 ans… Ainsi, on veut regler ce qui est devenu un problème, verser les pensions…
    C’est là où la qualité des acteurs joue de beaucoup…
    c’est là où j’adhère à l’analyse de Londi
    mais sans non plus trop rêver…

  10. David Londi dit :

    @Mwangou,
    chacun de tes posts est une mine d’informations sur la situation réelle du terrain. Tu t’investis parfois au risque de ta vie, par les temps qui courent dans ce pays, pour nous faire remonter les contradictions d’un système politique et économique moribond. Nous ne te remercions jamais assez pour tout ceci. Effectivement la tâche la plus exaltante est la conscientisation de tous nos compatriotes sur les problèmes essentiels du pays. De là partent toutes les solutions pour faire partir Sassou et tout son système. Les deux forces doivent avancer dans la même direction pour s’additionner : la diaspora doit travailler sur l’éveil des consciences nationales et internationales et les forces d’opposition locale doivent préparer les conditions d’une insurrection populaire avec les moyens logistiques et financiers fournis par la diaspora. Ici est la solution la plus raisonnable, je pense. Nous devons donc débattre des solutions et aller au-delà des débats d’idées parce que chaque minute voit tomber des victimes au Pool et dans le reste du pays.

  11. le fils du pays dit :

    La presence de mercenaires blancs est signalee dans la cuvette.Ils viennent massacrer comme d’habitude les Congolais.
    Je n’ai jamais lu dans l’histoire de ce monde un peuple qui attend d’etre libere par son oppresseur,les noirs en general en particulier le cas Congolais vraiment un fait tres nouveau et ca restera de les annales de l’histoire.
    Comment pouvoir attendre d’etre libere par un tiers?.
    Ils attendent que le colon francais desserre l’etau,ils vont jusqu’a se faire ridiculiser en plaidant leur cause devant assemblee nationale du colon.Les Arabes,les Asiatiques ne se rabaissent pas aussi bas comme le font les noirs.
    Vous ne voulez pas mourir l’arme a la main en luttant pour votre liberation alors que l’occident vous tue par plusieurs moyens tells que:la repression a travers leurs valets,les virus,la contamination atmosferique etc..
    Les Vietnamiens n’ont pas baisse leur frock dans les francais ni la coalision Americano-Europeenne,ils les affronte avec courage et determination.La malatraitance par les arabes(1000 ans) et par les Europeens( 525 ans).Elle suit son cours et personne ne se reveille.

  12. VAL DE NANTES .oui on vote dit :

    @MWANGOU
    Pas de soucis , je rentre de COLOGNE pour voter demain ,à Paris , car je viens de vendre ma maison à SAINT HERBLAIN BANLIEUE sud nantaise .
    J’oscille entre le vote blanc et MELENCHON , mais je n’en ai pas encore fini , avec mon analyse politique française appliquée à aux enjeux de notre pays ;;;;
    Ce vote est capital aussi bien pour les français que pour les congolais , quoi qu’on en pensent les congolais , il peut déterminer l’avenir immédiat de notre pays ;;;
    A la seule condition de faire le choix rationnel de celui qui sera capable , de minorer la place de la FRANCE au CONGO , en privilégiant les intérêts des nationaux ;;;;
    C’est possible , car à l’impossible nul n’est tenu , nous devons y croire .A force de crier sur le toit français , il arrivera que les français lâchent du lest sur le boudeloque SASSOU ;;;
    La pression atmosphérique , sur tous ces hommes politiques de quelque bord politique , qu’ils soient ,finira par décider du sort politique de SASSOU ….
    La diaspora , dont je fais partie , est vent debout , pour porter l’estocade finale à celui qui est devenu l’obstacle national à l’épanouissement de tous les congolais ;;;

  13. VAL DE NANTES .oui on vote dit :

    Lire ;;;; quoi qu’en pensent les congolais

  14. Anonyme dit :

    Ce qui manque ce n’est pas spécialement d’interpeller les politiques Français qui pour la plus part sont parfaitement au courant et pas mécontent que les choses ne s’ébruitent pas mais de toucher la population française dans son ensemble car de nos jours se sont les opinions qui qui bousculent les politiques.
    Comment briser l’omerta médiatique qui pèse sur le Congo …. voila à quoi la diaspora devrait s’atteler.

  15. VAL DE NANTES .oui on vote dit :

    Je disais tantôt que l’élection présidentielle française me parait une équation à plusieurs inconnues .Tant elle s ‘adresse principalement à une population qui est éloignée des préoccupations urgentissimes des congolais que nous sommes .;
    Le président qui en sortira , va t’il réellement aider le peuple à recouvrer son dû électoral volé par SASSOU ,,,,??
    Au vu de la realpolitik , économique , ne va t’il pas s’aligner sur les postures colonialistes des précédents ???
    La FRANCE a t’elle la volonté de voir ces anciennes colonies prendre lla chandelle ???
    Ce sont là tant d’interrogations qui me désespèrent et auxquelles mon coté cartésien du scientifique que je suis , répond par des changements de variables entre les deux tours ;;;

  16. Lucien Pambou dit :

    Pourquoi et comment toutes les solutions convergent vers l’analyse du réseau ?

    De Ossebi, en passant par Londi, Joey, le Fils du pays, Mwangou et Anonyme, un constat est fait : le peuple congolais souffre, encore faut-il définir ce qu’est le peuple congolais, mais là c’est un autre débat. Le peuple n’est pas une simple collectivité d’individus, c’est la somme d’individus plus une conscience d’appartenir à un pays. Au-delà du diagnostic bien établi par tous, les solutions au Congo passent par les réponses à apporter sur l’analyse critique du réseau interne des trajectoires, des positionnements.

    Commençons ici et maintenant le débat autour des points positionnement des hommes politiques congolais en direction du nœud central que représente Sassou. Un papier sera aussi fait pour expliquer comment Sassou arrive à exister depuis de nombreuses années dans ce réseau pays Congo. D’opposition politique au Congo, il y en a point. Certains membres de l’opposition aujourd’hui emprisonnés, comme Mokoko et Okombi Salissa, étaient des thuriféraires de Sassou Nguesso. Le problème est que, dans notre pays, l’opposition est souvent de passade. On participe aux privilèges (argent, voitures, honneur) du gouvernement en tant que Ministres ou Conseillers et, en fonction de l’affaiblissement (à un moment donné) du réseau qui, dans la réalité, n’est qu’un bruit endogamique propre au réseau. Pour ne pas avoir analysé correctement la structure homogamique du réseau, Mokoko et Salissa ont pensé que leur heure était arrivée. Or, dans le réseau, il ne suffit d’être proche du nœud central en termes de trajectoire et de positionnement, pour avoir raison face à l’élément central du réseau, à savoir Sassou.

    Sassou est un pragmatique et non pas un idéologue comme certains le pensent. Il utilise à merveille la technique de l’Aïkido politique en s’appuyant sur les bassesses de l’autre pour exister depuis maintenant plus de 30 ans au Congo. On a sous-estimé et on continue de le faire le manque d’instruction de Sassou en le qualifiant de simple instituteur qui serait devenu militaire. Sassou n’a jamais répondu à ses détracteurs ou à ses zélateurs et, en pragmatique, a toujours observé le réseau et les relations incestueuses depuis l’indépendance. Les intellectuels sont étonnés que Sassou soit toujours aux Affaires, il faut que ceux-ci s’interrogent sur leur incapacité analytique à décrypter le réseau Congo. Il faut sortir des livres qui enseignent la théorie et regarder le terrain qui explique la réalité.

    Je reviendrai plus tard, dans un autre post, sur Sassou à l’intérieur du réseau Congo. Concernant l’opposition politique au Congo, il n’y a pas de leader politique depuis de nombreuses années, indépendant financièrement, économiquement, politiquement, avec un programme économique réel, en dehors des programmes bricolés avant les élections présidentielles. Je suis souvent taxé sur Congoliberty d’être un Sassouïste. Je laisse aux uns et aux autres le soin de conclure, je ne vais pas perdre mon temps à essayer de comprendre ce que veulent les uns et les autres quand ils l’affirment. En revanche, j’occupe toute ma place en tant que membre de la diaspora pour réfléchir. J’ai créé avec d’autres le CRAN ave c d’autres (Conseil Représentatif des Associations Noires), j’ai assumé les fonctions de Secrétaire général et j’ai contribué à la création de la commission diaspora.

    Londi, tu as raison de dire que la diaspora doit s’organiser, mais quelle diaspora cher Londi ? Notre diaspora congolaise véhicule les travers tribaux de sa classe politique. Je sais, ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais je le fais quand même car nous sommes des autruches instruites à la bonne école française du mensonge et de la dissimulation en faisant croire la réalité qui n’est que mirage.

    Quelles classes politiques pour le Congo ?

    1. Des hommes et des femmes politiques qui estiment que la vie démocratique est indispensable à la vie politique congolaise. Ceci implique une indépendance financière.
    2. Des idées programmatiques perçues et connues du peuple congolais. L’opposition peut être diverse mais doit établir une base politique de rassemblement, sans arrière-pensée et stratégie de dissimulation comme c’est souvent le cas pour nos hommes politiques congolais d’opposition, toujours prêts à aller à la mangeoire. Faut-il reprocher à Sassou de maîtriser cet aspect de ses compatriotes et d’en jouer sur le plan politique ,
    3. Les partis d’opposition doivent être organisés autour de structures organisées pour la conquête démocratique du pouvoir (publications d’études, conférences-débats) au lieu de ramener le parti à la simple personne qu’il a créée. On n’est pas trsè loin de l’ethnicisation.
    4. Les partis politiques d’opposition doivent établir des relations avec d’autres partis d’opposition ou aux affaires en Afrique et dans le monde. Malheureusement, l’inculture chronique de nos politiques d’opposition et de certains membres de la diaspora qui leur servent de conseillers, neutralise le processus actif de l’opposition au Congo. Dans ce cas, Sassou n’a pas d’effort à faire, le pragmatique réagit face aux idéologues qui le combattent.
    5. Je termine, mais cela ne veut pas dire que j’achève ma pensée, au fond, chers Londi et les autres, au-delà de la réflexion intense qui est la vôtre concernant notre vie politique au Congo, comment pensez-vous l’existence de l’opposition et de la diaspora au sein du réseau pays Congo ? Doivent-ils être à l’intérieur du réseau pour le transformer de l’intérieur ou créer un autre réseau capable de perdurer à long terme ? Ce n’est pas un simple débat intellectuel que je vous soumets, il pose les conditions du pragmatisme de l’alternance démocratique. Dans n’importe quel régime politique, les questions que je pose sont essentielles et dans ce nouveau réseau à créer, si c’est le cas, il faudra identifier les trajectoires, les nœuds secondaires, le nœud central et le mode de fonctionnement de ce réseau qui permet d’expliquer la vitalité et la capacité de celui-ci à devenir le réseau de référence.

  17. mwangou dit :

    A Matoumbou, des militaires qui ont trop bu, s’en vont; aussitôt retentissent trois coups de feu; au village où on a trop bien entendu les coups de feu, on s’interroge sur la raison de ces coups de feu; rapidement la réponse tombe: ces militaires saouls ont tout simplement tiré sur un monsieur qui rentre du travail champêtre…Voilà le quotidien des villageois dans cette zone. ça se passe avant hier…
    plus d’automobile de transport, interdit par les militaires, le seul taxi brousse en activité est la moto renommée « Djakarta »; prix du trajet sur la moto, 2500 frs pour un trajet de 500 frs habituellement…la lutte est dure!
    Pour vous dire jusqu’à tel point que tout est foutu, la fameuse grève de l’université qu’on a annoncé, s’est muée en « université morte », une expression nouvelle dans le langage syndicaliste… d’où, la grève n’a pas eu lieu, et les salaires à l’umng ne sont pas encore payés ‘salaire de Mars)… les universitaires se sont vite mis aux couleurs du jour congolais, les couleurs du pct…
    A+

  18. mwangou dit :

    il s’agit du trajet Matoumbou Kinkala…

  19. David Londi dit :

    @Mwangou,

    il est des moments et des récits qui vous remplissent de colère et de révolte. Ton récit fait partie de ceux-là. L’on ne peut imaginer que tout ceci se passe maintenant après le Cambodge, le Rwanda. Le monde n’a pas de mémoire. Il oublie. Voici nous sommes encore dans les mêmes atrocités dans l’indifférence totale.

  20. Anonyme dit :

    La france-Afrique déclinante reste un fantasme littéraire. Ce thème récurrent sert surtout de couverture aux errements gauchisto-anglosaxophiles, chers aux gens malhonnêtes et dissimulateurs. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’US-A-Fric triomphante (floraison des bases de l’Africom, création de Booko Haram par la c i a, interventionnisme guerrier de l’OTAN, financement sorosien des ONG de la pseudo société civile americanisée, activisme néo-colonialiste de la fondation open society liée à la c i a) que certains malins appelent secrètement de leurs vœux, n’est en aucune façon une alternative crédible pour l’ensemble du continent. Y a t-il un mauvais et un bon impérialisme occidental ? That is question. Quelle imposture intellectuelle ! Avec ou sans sa diaspora acculturée, l’Afrique doit trouvée sa propre voie.

  21. VAL DE NANTES . dit :

    Pour ceux qui n’ont pas eu le temps , par manque de curiosité intellectuelle , alors la lettre du continent procède souvent par devinettes argentées , ce genre d’informations ;;;
    Je vous livre le nom de l’homme politique congolais , dont les enfants ont failli commettre des attentats en FRANCE ;
    Les deux enfants s’appellent BOKAMBA YANGOUMA ………………..et vous avez aisément deviné de quel homme politique il s’agit , bien qu’il soit devenu un has been ;;;;
    Nous congolais , avons intérêt à connaître c’est ce qui se passe dans notre milieu ;;;;
    Sur ce , je passe de coq à l’âne , ou plutôt au sujet que nous avons soumis à commentaires , notre valeureux compatriote MWINGUA ;;;
    Après moult réflexions intempestives , mon choix politique se porte sur MELENCHON ;Beaucoup de mes amis parisiens ; se sont accordés sur ce choix .IL est le produit d’une discussion politique argumentée , d’où il ressort que MELENCHON représente l’homme politique qui aurait la capacité humaine à venir en aide aux peuples opprimés notamment les congolais , ;;;;;
    L’adoubement de MACRON par LEDRIAN , a fait fuir les mouches ;;;;

  22. VAL DE NANTES . dit :

    lire ;;; alors que la lettre du

  23. Anonymous dit :

    Lucien Pambou, tu es encore là avec ta fameuse théorie?

  24. Iwarangot dit :

    À Lucien Pambou :
    Comme on dit « gratter l’agnostique vous découvrirez l’idéalisme ». Ni Vous essayez d’arrondir subtilement les angles, mais on vous reconnaît bien.
    Tenez, vous dites qu’au Congo Brazza, il n’y a pas d’hommes politiques conséquents, mais je vous dis que Mokoko est conséquent, ce n’est pas un pêché d’avoir travaillé avec le tyran Sassou que tu ne nommes jamais, (on comprend) que nous devons rejeter ce digne fils du pays.
    L’essentiel, comme l’a noté 95% des congolais (vote de Mars), que Mokoko ait pris véritablement conscience pour dire trop c’est trop, cela est éminemment louable. Celui qui dirige le Burkina Faso aujourd’hui est un ancien du régime, mais pourtant il est démocrate et patriote.
    Tu ne diras pas que Paulin MAKAYA est corrompu comme les autres. Il a présenté un projet de société tout à fait pertinent qui pourrait faire du Congo un pays respecté et respectable. Ils ne sont pas tous sous la botte de Sassou tueur de son peuple. Ce Sassou qui prétend être Nkani mais qui vole, qui laisse voler sa femme (rappellez vous le St Tropez), ses enfants volent, même la France, peut être par gêne, l’interpelle parfois, pour lui dire « un peu de pitié pour ton peuple « .

    Pambou, retiens bien :
    SASSOU EST NÉ VIOLENT, IL LE SERA JUSQU’À LA FIN DE SES JOURS. Tu sais en tant que analyste, combien de nos compatriotes sont morts sous ses chars.
    Maintenant le tyran se prépare à introniser son fils, déjà reconnu grand prédateur, tu nous conseilles quoi…
    Allons nous croiser les bras ? Doit-on laisser Kiki à son tour sacrifier des générations ?

    Enfin retiens :
    SASSOU EST MALIN COMME TU DIS, MAIS IL EST TELLEMENT MALIN QU’IL A PERDU L’INTELLIGENCE. IL NE PENSE QU’AUX STRATAGÈMES POUR CONSERVER LE POUVOIR COÛTE QUE COÛTE, DU COUP, IL NE PEUT PLUS CONSTRUIRE UN PLAN PERTINENT POUR DÉVELOPPER LE CONGO.
    Il nous faut le CHASSER, aucune LIBERATION dans le monde n’a été une balade de santé. Il nous faut reconquérir notre liberté. Il faut dès lors ouvrir d’autres fronts en plus de celui du pool, il va céder et nous allons négocier sur un même pied d’égalité, C’EST TOUT À FAIT POSSIBLE.Regarder autour du monde, C’EST PAR LES LUTTES DE LIBÉRATION QUE TOUS LES PEUPLES OPPRIMÉS ONT OBTENU LA LIBERTÉ.

  25. CD JUMEAU dit :

    Peuple du Congo,

    Ce jour se tient les élections dans un pays ennemi, la France.

    Je suis ici en France et j’en ai profité depuis quelques jours pour suivre cette élections de très près. Il y a une semaine, j’étais au meeting du… tenez-vous bien, diable… du présumé diable, j’ai cité M. Le Pen. Oui, le Pen! J’avais, depuis Detroit (United States), lu le programme de cette candidate, j’avais suivi les réactions de son mouvement politique à l’égard du chef terroriste, SASSOU NGUESSO le sanguinaire, et j’en suis convaincu que c’est le seul homme… pardon, c’est la seule femme qui ne joue pas à l’hypocrisie et qui est capable de dissoudre la puissante société mafieuse qui est la France-Afrique, la seule capable d’affaiblir ou d’isoler les dictateurs Africains, la seule capable d’apporter l’alternative en Afrique francophone et au Congo en particulier, et c’est la seule qui dénonce le système gauche-droite qui est la cause de non malheurs depuis un demi siècle d’où je qualifie des ennemis les dirigeants de cette mafia gauche-droite.
    Le front de France n’a jamais exercé la fonction présidentielle, comment peut-on alors le juger? J’ai cru comprendre que tous les étrangers qui travaillent en France où qui sont en situation régulières ne devraient pas (plus) s’inquiéter, dixit Le Pen. Le front à donc brisé le seul argument de la gauche-droite qui leur permettait de diaboliser son dirigeant et de faire toutes sortes d’amalgames à son endroit, comme on l’a encore vu chez ce Bernard Cazevieille lors de l’attaque terroriste sur les Champs.
    J’ai assisté aussi au meeting de MELEN-CON, euh MELENmachin, mais cet homme n’est pas crédible
    … C’est un vendeur de rêves.

  26. CD JUMEAU dit :

    Quant à Macron, qui peut vraiment croire qu’il sera différent de Françoise? C’est un macro ou un escroc politique.
    Et ce pauvre HAMON lâché par la gauche pour son action de frondeur, il représente le même système gauche-droite.
    Fillon, un autre escroc toujours du système gauche-droite et grand garant de la société mafieuse (la France-Afrique).
    Si je devrais voter dans ce pays, à défaut de voter blanc comme cela a traversé la pensée de mon aîné VAL DE NANTES, j’aurais voté l’extrême mais à l’opposer du gauche. Voilà!

  27. VAL DE NANTES . dit :

    O H , CD JUMEAU enfin tu nous a oyessisé , nous continuons le combat sur ce site .Pas facile ; mais on va y arriver ;;;;

  28. Futurama - Ndunda Bololo dit :

    Où est donc passé Mélenchon en qui assez vite certains congolais osaient trop facilement croire?

    Zéro commentaire de plus nécessaire!
    Beaucoup de poussière sera encore mordue. On attendra patiemment.

  29. VAL DE NANTES . dit :

    Pas du MELENCHON ….C’est raté , pour le CONGO .MACRON peut il , avec la pression quotidienne des lobbys , faire l’affaire ?????.
    Comment s’y prendre ????
    Comment vendre notre cause ,,,????
    Pourra t’ on emmener MACRON dans un petit coin pour lui seriner , sérieusement le cas congolais ???;
    Sachant que DEMAIN IL VA REMPORTER la timbale présidentielle .Entre les deux mon grand MAPINGOU essaie de le coller aux fesses , pour lui faire comprendre que nous congolais , sommes devenus des migrants ,à cause d’un président qui n’en est pas un ;;;;

  30. VAL DE NANTES . dit :

    MON GRAND MAPINGOU revoit MACRON avant le deuxième tour , histoire de lui tirer les vers du nez sur le cas DE SASSOU ;;;;
    C’est maintenant où jamais , de l ‘asservir à la volonté prégnante des congolais de dégager , sans délai ,SASSOU DU POUVOIR ….
    OH PUTAIN , QUE DIEU DIRIGE LA MAIN DE MACRON VERS LE CONGO ..
    QUE DIEU NOUS AIDE ….
    OUF ????

  31. David Londi dit :

    Le premier tour des élections françaises a livré son verdict : Macron / Le Pen. Que cela peut-il fondamentalement changer pour notre combat ? Assurément rien ! Une vérité tenace : la communauté internationale et plus spécifiquement la France n’a pas pour vocation d’installer la démocratie dans un pays. La diplomatie n’a qu’un objectif : garantir la paix. Installer la démocratie et préserver la paix sont deux concepts qui ne couvrent pas forcément la même réalité. La diplomatie peut se contenter d’une dictature dans laquelle la paix règne. Pour les pays puissants ou exploitant les richesses d’un pays du Tiers-Monde, la démocratie porte en elle les germes d’une mise en question de l’ordre établi.

    Dans une vraie démocratie le peuple organise et structure les choix politiques et économiques nécessaires à son bien-être.
    Le boucher de Brazzaville se donne toutes les peines du monde pour imposer à la communauté internationale l’idée qu’au Congo la paix règne. Faire admettre cette idée c’est avoir l’assurance que la communauté internationale restera dans ses pénates sans réagir. Cette stratégie le pousse à vendre l’idée selon laquelle que les problèmes sécuritaires du congo ne relèvent que de la lutte contre le terrorisme, sujet à la mode dans le monde entier d’où le black-out sur la tragédie du Pool.

    Que vont changer les élections Françaises dans ce contexte ? Sassou fait partie des cartes maîtresses en Afrique centrale. Il a été intronisé dans le rôle de médiateur infatigable dans la crise centrafricaine qui a ses extensions au Tchad et peut être reliée à la lutte contre l’islam radical dont le principal représentant dans la région est Boko-Haram relié à la crise malienne animée par les représentants de l’islamisme international. Le Drian a été l’un des animateurs de toute la stratégie de la lutte contre le terrorisme dans cette partie du monde.

    De ce fait il a placé Sassou au centre du jeu. Celui-ci ayant rejoint Macron, les problèmes centrafricains et la lutte contre le terrorisme n’étant pas réglés, il y a fort à parier que l’élection de Macron ne changera sur le plan politique. L’autre argument qui vient étayer cette vision c’est le fait que Macron ne laissera pas filer les déficits donc il conservera tous les éléments qui contribuent à les réduire. Le pétrole en fait partie.

    La communauté internationale n’intervient que si elle soutient un mouvement de résistance puissant interne. En quelques mots si nous ne bougeons pas notre cul rien ne se fera.

  32. Le Pool Qui ne Lache Pas dit :

    Le vieux Sassou Nguesso ( 75ans), dictateur de formation sera dans deux semaines sur les ordres du jeune Macron (39 ans).

  33. mwangou dit :

    @ Nous!
    Vendredi passé vers 14 h au bord de Mfilou rivière, dans la quartier La Tanafe, le fameux commissaire surnommé « dessin animé » assassine trois jeunes avec la froideur de son tyran de président…
    Samedi, après-midi, le parti Yuki, tiens un meeting, au centre sportif, après un comité de direction de ce parti. Le leader explique le pourquoi de ce meeting : la situation politico-mafio-administrative en gestation. Tout le monde sait que Yuki avait décidé de ne pas se présenter aux législatives prochaines… eh ben! le pouvoir du pct a pris un arrêté-loi, un décret-loi stipulant que tout parti politique ayant existence légale qui ne se présenterait pas aux élections prochaines, perdra de ce fait son existence légale. D’où le meeting de Yuki pour informer les militants de l’éventuel mais prévisionnel revirement de position du parti qui se doit de présenter des candidats pour éviter de tomber sous cette loi …
    voilà du congo du jour… avec le Pool toujours en vedette, les bombardements s’y sont encore et encore d’actualité..

  34. Anonyme dit :

    Monsieur LONDI j’ai bien aimé votre dernière phrase qui résume tout.
    « La communauté internationale n’intervient que si elle soutient un mouvement de résistance puissant interne. En quelques mots si nous ne bougeons pas notre cul rien ne se fera. »

    C’est ma position depuis le début si nous ne démontrons pas notre réelle volonté à nous libérer pas la peine d’aller. Bougeons nous le « CUL » comme vous le dites ou taisons nous et subissons en silence.

  35. Anonyme dit :

    Lire: pas la peine d’aller PLEURER

  36. Bulukutu dit :

    Londi dit. La communauté internationale n’intervient que si elle soutient un mouvement de résistance puissant interne.
    Je rajouterai ceci: cette résistance devra donner des garanties d’allégeance à la communauté internationale (le bloc occidental issue de la deuxième guerre mondiale), si elle veut bénéficier de leur bienveillance. Donc résistance endogène oui, mais s’il n’y a pas de deal avec les occidentaux, nous n’aurons que nos yeux pour pleurer. C’est la force de l’actuel prefet-zident du Congo. Pour ma part, je suis pour une résistance endogène à la vietnamienne.

Laisser un commentaire