EMMANUEL MACRON PEUT-IL ASSASSINER LA FRANCAFRIQUE ? Par Mingwa BIANGO

Le 7 mai 2017, la France élira son prochain président qui sera très probablement M. Emmanuel MACRON, banquier d’affaires , candidat sans étiquette politique, dont le pedigree de Golden boy ne laisse aucun doute sur sa proximité avec la Finance internationale pour ne pas utiliser le gros mot « Grand Capital », donc des multinationales qui opèrent en Afrique,  telle est la vérité sortie des urnes ce 23 avril 2017.

Les Africains et l’élection présidentielle française

Les communautés d’origine juive et maghrébine sensibles au conflit israélo-palestinien, auquel on peut légitimement adjoindre aujourd’hui les guerres syrienne et irakienne, orientent leur suffrage selon les discours et/ou les actes des candidats ;

Sur le plan interne, la crainte d’une islamophobie ambiante sous-tendant un racisme anti-maghrébin déjà latent , exacerbé par des actes terroristes islamistes récurrents perpétrés par des français d’origine maghrébine ont fini par stigmatiser à tort toute la communauté maghrébine. Cette dernière dans sa grande majorité se mobilise d’avantage pour des candidats qui prennent en compte tout au moins dans leurs discours leurs revendications ; idem pour les juifs sur la question de l’antisémitisme . Ces enjeux nationaux et internationaux sont toujours présents dans les campagnes électorales françaises puisqu’ils les impactent y compris leurs semblables au Moyen-Orient.

Bien que la France interdise les statistiques ethniques et communautaires, les experts de la question   sont tous d’accord pour dire que le « vote juif » est négligeable et n’a aucune influence véritable dans les urnes car démographiquement faible. En revanche ses réseaux et lobbyistes auraient une véritable influence dans les sphères du pouvoir. Contrairement à la communauté juive, les maghrébins sont démographiquement la 1ere minorité en France et pourraient peser sur tous les scrutins en France. Mais, ils ne sont pas ou n’arrivent pas à constituer un groupe de pression à l’image des juifs. Mais qu’en est-il de la communauté noire africaine en France ?

Dans les années quatre-vingt-dix, la principale préoccupation de la communauté franco-africaine unanimement  fut la régularisation générale des « sans-papier » , avec pour summum l’expulsion manu militari le 28 juin 1996, d’au moins 400 africains qui occupèrent l’Eglise Saint-Bernard dans la quartier de la Chapelle à Paris 18e ,par le gouvernement de Jacques CHIRAC. Quelques mois plus tard à la faveur de la dissolution de l’Assemblée nationale, le gouvernement du socialiste Lionel JOSPIN arriva au pouvoir le 2 juin 2002. Il régularisa des milliers de sans-papiers . Ingratitude ou besoin d’affirmation identitaire, le suffrage noir africain se reporta sur la candidate Christiane TAUBIRA à la présidentielle de 2002, éliminant dès le 1er tour, le 1er ministre Lionel JOSPIN !

Aujourd’hui, force est de constater qu’aucune question de politique intérieure française, et encore moins internationale n’oriente le vote de la communauté franco-africaine, dans laquelle il faut distinguer deux types de catégories d’électeurs.

  • Les électeurs franco-africains de la 1ere catégorie (18-35 ans)

Cette population d’électeurs est essentiellement composée de franco-africain nés en France, et est de loin la plus nombreuse. La majorité de ces individus ne vote pas pour raisons divers , tandis que  la minorité qui se mobilise dans les urnes le fait à juste titre pour des préoccupations socio-économiques (Emploi, chômage, logement…) comme tous les citoyens français. Cette catégorie d’individus connait très peu l’Afrique et n’a aucune revendication ou exigence sur la politique africaine de la France.

  • Les électeurs de la 2e catégorie ( 35 ans et plus)

Nés dans leur pays d’origine pour la plupart d’entre eux, cette catégorie est la moins nombreuse. Conscients politiquement ,ces franco-africains ont émigré en France pour des raisons universitaires d’abord, économiques et politiques ensuite, conséquence des dictatures et de la mal gouvernance dans leur pays d’origine. On peut résumer son état d’esprit en quelques mots : Illusion perdue, résignation et précarité sociale ;  rêve d’un retour au bercail irréalisable !

Ces immigrés africains dont certains ont acquit la nationalité française se revendiquent de la « diaspora africaine » et veulent peser dans les scrutins en France, surtout dans l’idée d’infléchir la politique africaine et néocoloniale de la France. Mais cette diaspora africaine militante proche de la gauche française n’a pas les moyens de ses ambitions.

En effet, la prise en compte de revendications particulières par les politiques obéit à la logique d’un rapport de force commandé par le poids électoral ou la maîtrise des réseaux économiques, ce que la communauté noire africaine, la plus vulnérable de toutes les communautés n’obtiendra jamais.

Le vote des franco-africains peut-il influencer la politique africaine de la France ?

L’Empire français a bien survécu aux pseudos indépendances qu’il accorda à ses anciennes colonies d’Afrique noire au début des années soixante. En effet, le pillage systématique des anciennes colonies n’est plus l’œuvre de la France en tant qu’Etat, car supplanté ingénieusement par des multinationales et d’industriels qui bénéficient de toute la logistique et la puissance de l’Empire colonial.

La confiscation de la souveraineté économique et monétaire symbolisée par le franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA) en n’est la preuve, avec pour protecteurs une caste de valets locaux que sont les présidents africains , comme le congolais SASSOU-NGUESSO, le tchadien Idriss DEBY, le camerounais Paul BIYA, le togolais Faure EYADEMA, le gabonais Ali BONGO…qui maintiennent leur population dans une pauvreté indescriptible et dans l’indignité la plus totale. A ce sujet, ces dictateurs n’ont rien à envier aux pires esclavagistes de la traite de nos ancêtres déportés en Amérique à partir du XVe siècle !

Voilà résumé la lourde tâche que chaque président de la France doit perpétuer pour les intérêts vitaux et stratégiques de son pays, qu’il soit de Gauche ou de Droite, que ce soit Emmanuel MACRON ou Marine le PEN demain. Les Chefs d’Etats africains de la mouvance française ne sont que des membres et exécutants du réseaux mafieux de la Françafrique. Ils sont le réseau de la France et chaque président de la France est de droit membre du réseau françafricain.

Alors chers Africains, réjouissez-vous que votre candidat réponde à vos préoccupations socio-économiques ou idéologiques dans votre pays d’adoption, quoi de plus normal. Mais se réjouir avec « la croyance » religieuse qu’apporter son bulletin de vote en faveur du prochain président de la France l’engagera à assassiner la Françafrique, relève encore une fois de la légendaire naïveté africaine, mieux, de l’irresponsabilité. Seuls les peuples africains  peuvent assassiner l’hydre de la Françafrique, car c’est dans son intérêt.

Les deux finalistes de l’élection présidentielle n’ont aucune expérience africaine. Le prochain président pour sa politique africaine s’appuiera sur les ministères des Affaires étrangères et de la Défense,  et surtout sur le personnel politique « Afro-optimiste » (sic) !

Emmanuel MACRON probable futur locataire de l’Elysée pourra compter sur les très expérimentés de ses soutiens que sont : Bernard Kouchner, Jean-Yves le Drian et Dominique de Villepin !

 

Par Mingwa BIANGO

minguabiango@gmail.com          

Diffusé le 24 avril 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles, publication de mingua mia Biango. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

48 réponses à EMMANUEL MACRON PEUT-IL ASSASSINER LA FRANCAFRIQUE ? Par Mingwa BIANGO

  1. Miéri dit :

    Tout est dit dans cet excellent article,
    Les africains ne sortiront de cette gehenne que par eux-mêmes, mais surtout pas avec l’aide supposée de la France car celle-ci n’y a aucun intérêt à gagner, a priori.

    Ceci n’est pas une surprise, seule les naïfs pouvaient y preter un credit quelconque.

  2. VAL DE NANTES . dit :

    @MINGWA
    C’est vrai ; mais rien n’est écrit d’avance , les choses peuvent bouger en faveur d’un changement total des mentalités françaises à l’égard de ces bourreaux africains ;;
    Je crois possible , une prise de conscience politique française , pour assainir les rapports de subordination entre la FRANCE et ses arriérés pays africains notamment ceux situés en AFRIQUE CENTRALE .
    La solution réside dans l’explication temporelle et spatiale , des difficultés de ces habitants issus de ces pays , à être considérés comme des humains et NON comme des choses négligeables , sacrifiées sur l’autel des intérêts français ;;;;
    Une coalition de la défense des vertus démocratiques au sein de cette partie de l’AFRIQUE s’avère nécessaire , pour mieux nous faire entendre ;;;
    Les guinéens , et autres pays francophones , nous en ont donné la preuve …..
    Mais à la seule et unique condition que la FRANCE nous donne le cachet inviolable des règles démocratiques ;;;;
    SASSOU règne sous le sceau indélébile de la FRANCE , et c’est à la FRANCE d ‘y mettre fin .
    Les congolais sont dans le déni de cette vérité politique , il va falloir y faire face .
    IL a fallu que HOLLANDE ouvrît sa boite de pandore , pour que SASSOU S’encanaille davantage ;;;;;;;
    Dés lors on aura compris d’où viennent nos problèmes existentiels ;;;;;
    OUI , la FRANCE doit libérer le CONGO ….

  3. David Londi dit :

    Merci, Mingwa pour ce post qui nous rappelle que nous avons un projet à bâtir celui d’une diaspora unie et agissante. Comme tu le dis, Macron sort du monde de la finance qui a le réflexe naturel des équilibres macro et micro-économiques. Ce jeune homme qui débute une carrière politique fulgurante a le double souci de se réduire le taux de chômage et la réduction de la dette française.

    Dans ces 2 cas, l’équilibre de la balance commerciale sera un des paramètres importants pour maintenir ses équilibres. Agir sur le franc CFA c’est renchérir le prix du baril de pétrole que la France obtient à un prix moindre au Congo, Gabon. Il n’augmentera pas la facture pétrolière française. En France quand le prix du litre augmente à la pompe d’1 €, c’est un drame national pouvant coûter plusieurs points dans la popularité des dirigeants. Ne rêvons donc pas. Rien ne changera de ce côté là par la volonté de la France.

    Sur le plan politique, Sassou représente une pièce importante dans le puzzle sécuritaire que la France a mis en place en RCA et par ricochet au Mali. Ce dispositif a été piloté par Yves Le Drian qui a rallié Macron. C’est donc une porte d’entrée dans le système Macron pour Sassou. La françafrique a encore de beaux jours devant elle. Prenons donc conscience que c’est aux congolais de déclencher les hostilités par une insurrection populaire interne pour faire bouger la communauté internationale.

  4. RENE MAVOUNGOU PAMBOU dit :

    Il est de notoriété publique que Macron est le candidat des puissances de l’argent qui ont même financé sa campagne. Pour ce faire, il y’aura forcément un retour d’ascenseur. En fait, il faut comprendre par là qu’il a le soutien des capitalistes verreux qui sévissent chez nous et qui ont intérêt à ce que les dictateurs et autres tyrans, avec lesquels ils sont en intelligence, soient maintenus à la tête des Etats africains pour avoir la facilité de poursuivre le pillage de nos matières premiéres et nos économies. Je présume que Macron n’avancera en rien la cause africaine, bien au contraire, il faut plutôt s’attendre à un maintien du statu quo sinon un raidissement de la main basse de la France sur son pré carré, au travers des multinationales. A l’évidence, Macron n’a pas vocation à célébrer le requiem de la Françafrique, sans quoi il se tirerait une balle dans le pied. En outre, Marine le Pen qui incarne le fascisme, le racisme, la xénophobie et met en avant les intérêts de la France ne pourra pas non plus se départir de la poule aux oeufs d’or qu’est le pré carré africain. Ce serait une grosse erreur de croire à son discours spécieux et lénifiant et de tomber dans le traquenard malicieusement tendu. De toutes les façons les politiques français, tous les bords confondus, n’ont pas d’empathie encore moins de compassion pour les Africains qu’ils dépouillent sans état d’âme de leurs richesses pour leur imposer la pauvreté et la richesse. C’est pourquoi il est naïf et crédule de croire aux mirages, utopies et autres illusions vendus par ceux qui se sont jurés de saigner à blanc l’Afrique et de le perdre. je suis cependant fort persuadé que notre salut ne viendra que de nous même. Il est donc impératif pour les Africains de ressaisir, par un sursaut nationaliste endogène et collégial, et lutter essemble afin d’arracher leur liberté et, à terme, prendre leur destin à bras le corps. J’ai dit.

  5. ITOUA ONDONGO dit :

    LA FRANCAFRIQUE

    Au delà des méfaits de la Françafrique qu’on ne présente plus, ce système ne s’éteindra pas par la volonté des dirigeants français même les plus souhaités, mais par le combat conjugué des africains vivant sur le continent et ceux de la diaspora

    Pendant les scrutins en France, les africains doivent prendre conscience de leur poids électoral, faire comprendre aux plus jeunes qui ne semblent pas adhérer, de l’intérêt, la fierté d’un continent débarrassé de la mainmise française

    Cela se fera à travers une communication efficiente, par des médias engagés et des objecteurs de conscience. Le peuple juif a subi l’Holocauste, structuré, un état né dans la douleur : Israël, il s’est structuré à travers le monde, ils forment une communauté des plus respectables en occident.

    La colonisation a succédé à la traite des noirs, la françafrique a pris le pas après la décolonisation, l’Homme blanc (le français en particulier) cherche par tous les moyens à améliorer ses conditions de vie, sur la souffrance des noirs, les droits de l’Homme, la démocratie, le progrès tout court, il n’ en veux pas pour l’homme noir. Il n’est pas difficile de le comprendre.

    C’est par un combat engagé que le peuple d’Afrique du Sud est venu à bout de l’apartheid, il faut se déployer dans tous les sens, pour anéantir ce monstre nommé « françafrique ».

    Nos dictatures en bonnes marionnettes ont pris rendez vous pour la consolider, le serpent se mord la queue.

    Prenons rendez vous avec l’histoire …

  6. Lucien Pambou dit :

    A Mingwa, Londi et les autres,

    le post de Mingwa est intéressant car il met au centre de sa démonstration la Françafrique qui doit être pensée comme un réseau et c’est le cas, même si certains ne veulent pas le voir. Foccart et le Général De Gaulle avaient pensé la Françafrique comme un réseau global englobant les nouveaux pays africains indépendants. Au sein du réseau Françafrique, les pays africains francophones, dont le Congo, ne sont que des points de positionnement encore appelés noeuds. Chaque noeud a une fonction politique et économique vis à vis du noeud central la France.

    La France, en tant que noeud central, tient sa puissance et sa force du Franc CFA, de son armée (Force Barkhane), de ses multinationales (Vinci, Total) et de ses hommes d’affaires qui agissent dans l’ombre et qui alimentent les différentes trajectoires entre les noeuds-pays (Congo, Tchad, etc.) et le pouvoir central représenté par Paris. Macron n’y peut rien. Même s’il est élu Président le 7 mai, il sera obligé de tenir compte des relations endo et homogamiques du réseau. Hollande a essayé de résister, il a fini par se coller aux déclarations des militaires, des diplomates français et des industriels pour lesquels l’Afrique francophone reste la basse-cour de la Françafrique et du réseau France car, à l’intérieur du réseau global de la Françafrique, il y a les réseaux France et les réseaux pays et ce sont autant de noeuds entremêlés et complexes.

    Ne pas attendre de Macron qu’il libère les pays africains. Que les Africains réfléchissent et mettent en place des stratégies de réseaux. Ces réseaux seront-ils capables de combattre la Françafrique ? Voilà le point de départ du combat que les intellectuels, qui réfléchissent sur ce site, pourraient dessiner. Pour ma part, je fais des préconisations, je ne suis pas un politique mais un modeste intellectuel qui réfléchit.

  7. Anonyme dit :

    Sans approuver le système de la françafrique, que je dénonce fermement par ailleurs, Rien ne peut justifier que la mafia d’Oyo, la famille sassou, se comporte comme elle le fait, même pas le fait que nous soyons dans le réseau de la Françafrique. Personne n’a demandé à sassou de piller et d’assassiner sa population.
    Rien ne peut justifier, non plus, que Monsieur Pambou dès qu’il parle de son Pays Congo, il ne le fait que sous l’angle de l’intellectuel apolitique en prenant bien soin de ne pas écorner sassou mais par contre quand il rédige des articles qui touchent la France ou d’autres horizons il sait parfaitement se placer sous l’angle politique et nommer les belligérants concernés.

    Voyez Monsieur Pambou lorsqu’on a face à soit une dictature aussi féroce, un compatriote quel qu’il soit, et encore plus celui qui a les moyens intellectuels de le faire, ne peut se taire ou alors il y a compromission.

    En situation d’injustice on ne peut pas être neutre sinon c’est prendre partie pour l’oppresseur.

  8. Mokengeli dit :

    @ Congo liberty

    Vous préférez parler de la politique française qui ne changera jamais quelque soit la coloration du parti au pouvoir ou du Congo votre pays où les populations du Pool subissent un véritable martyre ? Franchement, je ne vous comprend pas.

  9. VAL DE NANTES .LA FRANCE , c'est la solution , point barre dit :

    L’activisme politique DE MAPINGOU autour des réseaux MACRON prouve s’il en était besoin , que la solution congolaise passe par LA FRANCE ….
    Quand on est capable de venger et libérer un général du peuple , on doit se rendre à l’évidence ;
    Une solution d’insurrection populaire , vu l’éclatement sociologique du pays , opérée volontairement par le pouvoir en place est une blague dont SASSOU se satisfait copieusement ;
    Cette phraséologie congolaise , n’a pas qu’un seul but , signer un long bail au pouvoir de SASSOU …
    Une rébellion populaire est conditionnée à la capacité de l’affermissement d’un peuple à revendiquer les droits inaliénables qui lui sont dus .
    IL se trouve qu’au CONGO il y ‘a plusieurs blocs des peuples , dont l’orientation politique est plus guidée par la satisfaction des besoins primaires que par l’idéal du partage des valeurs vivre ensemble …
    Cet hiatus perpétuel entre les peuples , se disant fils du pays , constitue une assurance politique contre tous risques , pour SASSOU ….
    Notre incapacité criarde , à ne pas faire face à SASSOU doit nous commander modestement à demander à La France de faire sauter le verrou SASSOU ..
    Se donner les airs des héros nationaux , devant sa petite semoule , est aussi criminel que le comportement de SASSOU devant SON PEUPLE ….

  10. VAL DE NANTES .LA FRANCE , c'est la solution , point barre dit :

    lire …. INCAPACABLE DE VENGER ET LIBERER

  11. VAL DE NANTES .incapbles que nous sommes ; dit :

    Nous sommes incapables en tant congolais de BRAZZA de libérer notre pays , d’où l’interrogation justifiée DE MINGWA .
    Si le petit MACRON peut assassiner la françafrique ,,,,????
    Cette interrogation est un aveu d’échec national dont notre valeureux frère MWINGWA voudrait faire l’écho ;;;;
    La rhétorique d’une solution interne va nous survivre , car entretemps nous allons tous mourir ;;;
    Qui a rejoint NTUMI en dehors de ces fidèles laris ????
    Par quel bâton magique allez vous mobiliser ces peuples endormis , par la peur de la chicotte nguessionne ;;;???.
    Le 22 mars 2016 , à BRUXELLES , un dirigeant européen nous a clairement planté la phrase suivante ;;;; Le problème de votre pays est du ressort , sinon de la volonté française ;;;;;;c ‘est dans son ADN colonialiste…..
    FAITES LA REBELLION , oui ; mais sans l’accord français , elle va nous retourner dans le nez ;;;
    Ne soyons pas , toujours dans le déni diplomatique .
    DUCHERRY le nouvel ambassadeur au CONGO , à l’en croire , SASSOU est un bon associé gérant du CONGO . il verse rubis sur ongles tous les profits à la FRANCE Tout est dit ;; FERMER LE BAN ….
    Qui a fait partir GBAGBO ,,,,???.
    OUI il est des peuples , dont l’avenir démocratique passe nécessairement par l’obtention du visa français ;;;;Nous en faisons partie ;;;CAR LA FRANCE détient entre ces mains les ciseaux servant à couper le cordon ombilical ;;;;;;
    La philosophie d’auto libération des peuples n ‘a pas encore son géniteur au CONGO ;Le pragmatisme est l’ennemi de l’utopie collective. GALILEE en est le père ;;;;

  12. David Londi dit :

    @Val de Nantes,

    il est vrai que la France ne donnera jamais sa bénédiction au processus de l’émancipation réelle de ses anciennes colonies. Nous devrons l’arracher comme les Américains jadis contre les Anglais, les Indiens contre le même colonisateur, les Vietnamiens et les Algériens contre la France pour ne citer que ces quelques pays. Le faire c’est mettre en danger ses équilibres budgétaires et surtout entamer sa crédibilité diplomatique car la France n’est puissante que par ses colonies.

    C’est depuis 1885 à la conférence de Berlin et après avoir échappé à l’étreinte suffocante de Bismark qu’elle se lance dans l’élargissement de son empire colonial vers l’Afrique subsaharienne, plus précisément en Afrique centrale. Ainsi elle conquerait une puissance et une influence qu’elle n’avait pas jusque-là surtout après sa débâcle de 1870. Il faudra donc se battre pour reconquérir notre indépendance que nos ancêtres du royaume du kongo avaient si bien instaurée dans la région et que les portugais nous ont progressivement volée.

    Cette reconquête ne peut se faire que dans l’union de toutes les forces vives de ce pays. Ma conviction est que la libération ne viendra pas de Ntumi qui devient un alibi pour Sassou dans le génocide que Sassou est en train de perpétrer dans notre chère région. Il ne faut pas attaquer l’ennemi par ses points forts ( Sun Tzu ) mais plutôt exploiter ses faiblesses.

    Nous y arrivons progressivement. Sassou commence à exaspérer certaines populations de la partie septentrionale et une prise de conscience est en train de s’opérer. L’ouverture de plusieurs fronts de résistance est la solution alternative à un coup d’état. Pour cela notre devoir consiste à travailler sur la conscientisation du peuple tout entier.

  13. Jean OKOMBA dit :

    Emmanuel Macron, candidat de la finance, ne pourra jamais tordre le coup à la Franceafrique. Le fils des frics de François Hollande será très vite recupéré par l’oligarchie et la bourgeoisie française pour continuer à soutenir les dictateurs africains en échange des faveurs, des puits de petrole, des champs d’or, de diamant etc. Pour vous en rendre compte sur les différents domaines retenus pour son programme politique, l’Afrique n’existe nulle part, même pas dans la diplomatie. Rendez vous compte de ce que cela suppose? Pour ma part, l’Afrique pour Macron n’existe pas. C’est pas son problème. Le candidat de la finance utilisera par ailleurs des reseaux de la France des frics conformément au schema napoléon, mis en oeuvre quelques années après par le duo De Gaule Foccard pour expolier les ex et toujours colonies de l’empire français qui a du mal à disparaitre comme tel. Meme si Madame Lepen est contre l’immigration, elle n’a pas oublié l’Afrique dans son programme dans le but de promouvoir l’agriculture. Mais nous ne croyons pas à tout cela. Ces gens là une fois obtenu le pouvoir, ils sont prêts à se livrer à n’importe quelle folie. Souvenez vous du « moi président… » je ferai ceci ou cela? Quel est le resultat aujourd’hui, 5 ans après de cette litanie de  » moi président… »? A chacun de répondre selon ses préoccupations!

  14. VAL DE NANTES .CONGO BRAZZA la scoumoune , dommage dit :

    @LONDI

    OUI , nous serions un peuple uni face à l’adversité de ce pouvoir j ‘auras pu vous signer un chèque tout de suite .
    Mais là , les conditions d’une solution endogène et indigène vu l’état de la désorganisation sociale dans laquelle ploie ce pays , le courage et la conscience nationale sont en vacances .
    Ne reste que l’attitude passéiste , qui nous amène à beaucoup philosophé au coin du feu ;;;;
    C’est vrai , SASSOU exploite notre faiblesse ,.Comment allons nous l’expurger de notre conscience ????
    Notre faiblesse est la raison de sa violence , alors comment y répondre si ce n’est aussi par la violence ????
    Sa violence se manifeste par l’utilisation des moyens militaires contre son peuple , notre défense légitime , va au prorata de ces mêmes moyens militaires ….
    Je me suis toujours inspiré de l’exemple DE GBAGBO qui quitta le pouvoir sur une défaite militaire
    Mobutu le quitta de la même façon ;;
    CEAUSCU pareillement ..
    Notre pays suivra cette trajectoire sanguinaire , il en présente tous les symptômes .D’autres peuples se sont facilement immergés dans la sauce démocratique , mais le CONGO BRAZZA DOIT SORTIR des chantiers battus , pour prétendre y goûter ;;;;
    Pour me résumer laconiquement , mon pays , n’a pas eu la baraka de mouvoir dans ce bain démocratique comme l’ont été certains pays africains abonnés à la dictature ;;;;
    Dommage …….

  15. VAL DE NANTES .CONGO BRAZZA la scoumoune , dommage dit :

    LIRE;;;; J ‘AURAIS PU
    à beaucoup philosopher ;;;

  16. VAL DE NANTES .CONGO BRAZZA la scoumoune , dommage dit :

    lire ;;;;; se mouvoir dans ce bain démocratique

    NB ;;; MON CLAVIER s ‘est rebellé ;;;

  17. VAL DE NANTES .CONGO BRAZZA , où le plaisir hédoniste nous déshumanise dit :

    La devise exotique consiste à donner la prime à la satisfaction des besoins primaires plutôt qu’au partage des valeurs démocratiques , a tué le pays ;;;;

  18. VAL DE NANTES . dit :

    NTUMI COMPLICE DE SASSOU ,,,,????
    INTOX OU réalité ;;;;;
    Qu ‘en pensent les familles éplorées ?????
    Une injure faite à tous les militaires congolais , car sur le terrain , on récolte plus de la désolation que la plaisanterie ;;;;
    Curieuse complicité ,,,???? Où l’on ne se fait pas des cadeaux ;;;;
    SASSOU ENVOIE DU BETAIL NTUMI TUE …..
    DEMAIN NTUMI , reprend ces activités service après vente ;;;;
    SASSOU RENVOIE CHARS ET HELICO MERCENAIRES contre NTUMI QUI jouerait au KOUKOULOU et paf des morts , des pleurs , ainsi de suite ;;;;
    Drôle de complicité ????
    Erreur d’interprétation des clauses du contrat de la part DE NTUMI ou vraie guerre ?????
    DEMAIN DONC DES MILLIARDS A NTUMI et après on attend les prochains scénarii sadiques ;;;

    L’histoire tranchera ;;;;;;

  19. David Londi dit :

    @Val de Nantes,

    oui, le constat est amer et la réaction normale. Nous devons cependant être conscients que nous sommes dans une guerre asymétrique en faveur de Sassou qui la prépare depuis plus de 20 ans, dès son retour au pouvoir. Le cas de Mobutu est différent. Kabila, dans l’opposition depuis les années 60, avait bénéficié de la base arrière ougandaise. Cette stratégie avait été mûrie et concoctée dans les officines américaines parce que ce pays a une relation spéciale avec la RDC depuis le début du 20e siècle sous l’instigation du roi Léopold II.

    La résistance de Ntumi n’a pas de base arrière. La seule possibilité est l’adhésion de quelques transfuges de l’armée une junte comme l’avaient fait des officiers portugais entre 1972 et 1974 pour renverser la dictature de Salazar et mettre fin aux guerres coloniales qui coûtaient cher en hommes et en matériels. Donc la stratégie de Ntumi ne peut marcher qu’avec le concours d’une partie de l’armée pour un coup d’état. Cette armée avec une hiérarchie tribalisée ne semble pas prendre le chemin d’un coup de force contre Sassou, pour l’instant. Cette stratégie ne garantit pas non plus la venue de la démocratie au Congo.

    Avons-nous mis en débat la stratégie de Ntumi ? Je pense qu’il est grandement temps de se poser les vraies questions. Posons directement des questions à nos parents sous les bombes dans le Pool, de Madzia à Goma Tsé-tsé. Les réponses peuvent être édifiantes.
    J’ai plusieurs fois exposé ma vision de la lutte, ici. J’y reste fidèle et continue à y travailler. Il faut, en effet, aller au-delà des théories et débats stériles, vous avez raison. Ne dit-on pas « Actions speak louder than voice » ?

  20. Germain Okiessy dit :

    Emmanuel Macro est né le 21 décembre 1977. Cette même année en Afrique centrale a lieu des évènements qui marqueront pour longtemps la vie des populations des pays comme le Congo Brazzaville ou la République cenrafricaine. Au Congo Brazzaville au milieu du troisieme mois de l’année 1977, soit 8 mois et demi avant la naissance d’Emmanuel Macron, un comando piloté par Denis Sassou,alors ministre de la défense de la Rupblique Populaire du Congo attente à la vie du Président Marien Ngouabi, qui meurt  » l’arme à la main » selon la formule consacrée prononcée par le sinistre et cynique ministre de la défense et de la sécurité. Incapable d’assumer le meurtre, des congolais originaires du pool seront désignés pour responsable du crime de cet après midi de mars 1977. Ainsi, l’archeveque de Brazzaville à titre de temoin genant est arbitrairement assassiné le 22 mars de la meme année. Une semaine après, l’ancien président Massamba Debat est livré aux lion du parc zoologique de Brazzaville. Raison pour laquelle son corps n’est jamais remis à la famille.Beaucoup d’autres congolais civils et militaires en payeront les frais de cette folie meurtrière qui laissera au passage de nombreux orphelins et jeunes veuves. Toujours en cette année 1977, le 4 décembre, soit 17 jours avant la naissance de Macron, avec un massif soutien de la France du président Valery Giscard d’Estaing, un autre criminel, connu sous le nom de Jean Bedèle Bokassa qui bénéficie de l’amitié soutenu de Paris, se fait remarquer de par le monde entier en s’autocouronnant comme l’empereur de centrafrique. Une veritable folie quand on sait combien d’argent Bokassa a depensé pour se livrer cette caprice.Si Jean Bedele Bokassa s’est éternellement endormi et ne pourra jamais se relever pour tenir les affaires de l’etat centrafricain et par conséquent ètre soumis à l’autorité d’un jeune chef d’Etat français de 39 ans, le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso de 74ans n’a pas le choix. Pour avoir voulu se maintenir au pouvoir au delà des prescriptions constitutionnelles, en deviendra le « subdito », c’est à dire le sujet de ce gamín qui en age, n’a que presque les memes années de l’ascension criminel de l’ancien minisitre congolais de la défénse et de la sécurité qui écume 33 ans de pouvoir dictatorial au Congo Brazzaville.

  21. EMMANUEL MACRON PRÉSIDENT, JMM.MOKOKO LIBÉRÉ ET PRÉSIDENT DU CONGO BRAZZAVILLE OU NON ? dit :

    Si Emmanuel Macron devenait le Président de la monarchie présidentielle française, la tragédie politique et humanitaire congolaise pourrait-elle être encore plus critique ?

    En cause, les réseaux politico-affairistes et officines parallèles synergiques et conspiratrices liant le dictateur Sassou Nguesso et le candidat et ou futur Président potentiel Français Emmanuel Macron.

    Tous ces réseaux et officines parallèles sont actuellement en conflit d’intérêts particuliers et partisans et d’acharnement contre non seulement envers le peuple souverain congolais mais également envers ses dignes fils du pays, et notamment contre le Président élu qui est en prison, le Président Jean Marie Michel Mokoko.

    Au vue de toutes les informations objectives sus citées, Emmanuel Macron devenu Président de la Francafrique pourra t-il déjouer ses propres réseaux et officines parallèles qui l’ont placé là, comme Président de la Francafrique et des intérêts de ses mentors?

    Ceci est donc un cas d’une nouvelle prise de conscience à la fois politique et morale et voire civilisationnelle au début de ce XXIe siècle à l’échelle franco-congolaise.

    Pourrons-nous alors montrer à cette échelle francafrique et aux yeux de la jeunesse du monde qu’il n’y a plus de souveraineté de peuple et que chacun d’entre nous, a désormais le pouvoir sacré de devoir détruire l’individu, l’humain, les peuples et puis, pourvu qu’il ait un pouvoir suprême de fait ou de droit ? Explications: http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/04/emmanuel-macron-president-jmm.mokoko-liberee-et-president-du-congo-brazzaville-ou-non.html

  22. VAL DE NANTES . dit :

    @ LONDI Ce n’est pas de gaieté de cœur , que je me torture la cervelle , pour tenter de situer le niveau de complicité de NTUMI dans cette sale et horrible guerre , qui fait très mal aux fils du pool .
    Car je ne supporte pas l’idée selon laquelle NTUMI serait de mèche avec SASSOU , pour détruire des vies innocentes de nos pauvres parents ;;;
    Et , je veux comprendre .
    D’où mes intempestives interrogations sur cette conspiration mettant en scène , un des fils de notre région en l’occurrence NTUMI …
    C’est une véritable souffrance intérieure ,pour le pool si cette complicité binaire était avérée .
    En espérant que les faits y relatifs , me démentiront ;;;

  23. David Londi dit :

    @Val de Nantes,

    j’ai le même déchirement devant une situation que je ne veux pas interroger rationnellement. Je ne veux pas croire que Ntumi est de mèche avec Sassou. Cela serait tellement horrible !

  24. Anonyme dit :

    Qu’il soit de mèche avec sassou cela parait plus qu’improbable car pourquoi ce monsieur accepterait un sacrifice aussi important de vivre terrer aussi longtemps dans des conditions des plus précaires dans le seul but d’une machination il faudrait que l’enjeu soit énorme ainsi que la confiance envers sassou.
    Par contre que sassou se garde bien de réellement le trouver cela arrange bien ses affaires et tant qu’il le gardera en vie terrer au fond de la forêt il pourra continuer à justifier ses exactions dans le pool.

  25. VAL DE NANTES . dit :

    @ ano ,TOUT à FAIT

  26. VAL DE NANTES . dit :

    Soit ce NTUMI c’est un animal , ce qui se comprendrait , et cela justifierait sa propension à vivre dans la forêt .
    Soit , c’est un humain , alors là , le pool est foncièrement maudit ;;;;;;
    Je ne comprends rien à cette terrible accusation complotiste ;;;

  27. David Londi dit :

    Sassou a un objectif : préparer un pays soumis pour son successeur, son fils. Le Pool a toujours été une épine dans le pied de Sassou comme cela était pour Ngouabi et Yhombi. Toutes ses stratégies du projet Mouebara aux campagnes de bombardements actuels. Sassou ne peut mettre sa stratégie en oeuvre que si et seulement si les conditions le permettent. La présence de Ntumi dans la région crée ces conditions, l’alibi que Sassou brandit au monde pour poursuivre ses funestes projets. À chacun son Boko-Haram. Éliminer l’alibi et Sassou se retrouve stoppé dans ses projets.

  28. TANDALA-MAVULA-MFOA dit :

    Tout à fait d’accord avec M. Mingwa BIANGO. Je suggère de lire également l’article qui est derrière ce lien: http://congo-liberty.com/?p=16013

  29. Xénophobe Domestique dit :

    Sassou, Ngouabi et Yhombi, voilà vos véritables T R I B A L I S T E S. On voit très bien au fond d’où ça vient!
    TOUT le mal congolais est parti de là… La haine viscérale contre le Pool explique finalement TOUT.

  30. Jean Dominique Kouaya Okemba dit :

    Ngouabi et Yombi ont dirigé le Congo il y a pour le premier plus de 40 ans et pour le second juste une quarantaine d’années. Je ne refuse pas le tort qu’ils ont causé aux fils du Pool. Mais pourquoi l’on ne cite pas Ndalla Claude Ernest , Noumazalaye et Pascal Lissouba y compris Bernard Kolelas qui ont commis aussi les crimes de sang jusqu’aux coudes? Pour rappel, Ndalla, Noumazalaye et Lissouba sont auteurs des assassinats crapuleux du 15 février 1965. Pascal Lissouba encore et Bernard Kolelas ont manifesté leur haine mutuellement entre 1993-1994 avec la guerre civile qui a suivi la motion de censure du gouvernement Bongo Nouara. Pourtant il y a une vingtaine d’années seulement pourquoi oubliez vous Lissouba dans la traque des gens du Pool? Pourquoi oubliez vous les victimes de Bernard Kolelas originaire des autres regions du pays en particulier le NIBOLEK? Ce sont des faits historiques s’il vous plait!

  31. VAL DE NANTES . dit :

    LE CONGO en retard de démocratie , il en gardera longtemps les séquelles …Le réveil ressemblera à la gueule de bois , tant des occasions ratées de l’émergence , pourraient ,dans certains cas , s’avérer inattrapables ;;; L’acquisition des réflexes démocratiques , sera un chemin de croix , car non habitué , aux exigences des règles démocratiques , le peuple congolais ressemblera à cet ivrogne , en début de course …
    Le retard civilisationnel est tel que , tout est à revoir .
    D’abord la transformation mentale des congolais c’est à dire la transposition des comportements rationnels dans les faits sociétaux ;;;;;
    L’éducation de la société congolaise aux valeurs universelles , et irréversibles sera le défi à affronter , si l’on veut éviter à notre pays , des monstres politiques dont la seule motivation est de réparer le bonheur matérialiste qui leur a fait défaut dans leur jeunesse , souvent villageoise ;;;
    Le CONGO POST SASSOU , sera synonyme d’une salle de fête , où les fêtards ,n’ auront laissé que des détritus , verres , bouteilles , assiettes cassés et tables et chaises renversées .
    Ce CONGO aura grandement besoin de tous ces fils formés , quel que soit leur âge .
    L’utilité d’une personne se mesure à son apport socio économique à la société , au sein de laquelle il baigne .
    L’apport diasporique sera d’autant plus stratégique qu’il se produira un choc culturel d’où pourrait surgir une nouvelle société congolaise ;;;;
    J’ y crois ;;;;

  32. RENE MAVOUNGOU PAMBOU dit :

    Election française : l’Afrique dindon de la farce

    C’est assez dommage que les binationaux d’origine africaine en France soient reduits à choisir entre un représentant du grand capital, avec des velléités non avouées de pérennisation de la Françafrique, et celle qui incarne le fascisme, avec un discours lénifiant et spécieux d’émancipation des peuples pris dans l’étau funeste d’une France néocoloniale et impérialiste. Dans tout ceci, l’Afrique demeure le dindon de la farce! En vérité, le malaise est réel et profond là où des citoyens sont containts de voter utile et par défaut ou par dépit au lieu de voter pour des idéaux. En effet, le vote par défaut ou par dépit est manifestement l’antithèse de la démocratie.

  33. David Londi dit :

    @Ok Okemba,
    je pense que le point que vous soulevez a été maintes fois abordé quand on a développé l’impact de l’OBUMITRI dénoncé par le M22. La tribalisation de l’armée et de tous les services régaliens de l’Etat a été initiée par le trio Ngouabi, Yhombi et Sassou. Une littérature abondante sur le sujet existe sur internet ou dans le bouquin de Pierre Ebundi ou les interventions de Toungamani sur le sujet.

    L’armée actuelle qui bombarde le Pool actuellement est bien l’aboutissement de ce processus. Elle n’est plus républicaine, elle est au service d’un dictateur. Il n’y a qu’à voir le profil des officiers supérieurs, leur appartenance éthnique ou régionale ne laisse aucun doute là-dessus jusqu’à leur ministre de tutelle. Quelqu’un s’était livré au jeu d’identification et de classification des ministres, des cadres supérieurs de l’armée et de l’administration. Il est frappant de voir les effets de l’obumitrisation de la société congolaise. Cela il faut le dénoncer quelle que soit son origine éthnique. Le nier c’est fermer les yeux devant une réalité évidente et démontrable.

    De 1963 à 1969, nous sommes devant 2 courants : le socialisme bantou défendu par Massamba Débat et le socialisme scientifique défendu par Noumazalaye et Lissouba qui, lui-même se compose de 2 tendances : Noumazalaye et Lissouba. Le socialisme bantou sera mis en minorité très tôt avec pour conséquence la fragilisation de Massamba Débat qui n’a pas réellement de base sociale solide en lutte contre les tenants de la tendance youliste dont Kolelas qui va mener une lutte contre le président. Au-delà de Kolelas, la radicalisation des jeunes loups de la mouvance socialisme scientifique va achever Massamba Débat. Lissouba, au sein des tenants du socialisme scientifique, sera mis en minorité et triomphera la tendance Noumazalaye d’où sortiront les jeunes loups comme Ngouabi, Yhombi et Sassou avec la ferme intention de transférer et garder le pouvoir dans la partie septentrionale du pays d’où l’obumitrisation de la société. Cette armée est donc tribale comme toute la grande administration s’inscrivant dans la logique de conservation du pouvoir au nord. Sassou va finir de liquider politiquement le M22 dans les années 80 donc les Ndalla Graille et compagnie.

    Chacun du trio Ngouabi, Yhombi et Sassou ne ratera pas une occasion pour remettre au goût du jour le fameux clivage Bakongos / Mbochis. Ngouabi avec son premier discours sur les événements de 1959 et Sassou en 1977 avec son « les Bakongos ba bomi Ngouabi  » tout ceci pour entretenir cette duperie qu’est le tribalisme politique.

    Pour continuer à le consolider, le clan éthnocentré s’est mué en classe politique des privilégiés interéthnique comprenant le clan et les Kolelas, Tsaty, Dzon, etc. Nous faisons donc face actuellement à une classe politique qui défend bec et ongles ses privilèges sous la houlette des chefs de l’OBUMITRI.
    Les bombardements du Pool sont la conséquence de tout ce que je viens de décrire succinctement.

  34. le fils du pays dit :

    Vous reviendrez sur cette page relire mon commentaire.
    Mr Bokel,ce ministre francais qui avait publiquement manifester sa volonte d’enterrer cette mafia(Francafric),avez vous oubliez ce qu’il etait arrive?.Ah..ah..pitie..pitie,nombreux de mes compatriotes restent reveurs surtout naifs.Que vous votez Micro onde( Mr Macron) ou Mme Le Pen,tous sont pareils,votre sort ne changera pas si vous ne prenez pas votre courage entre les deux mains pour se liberer du joug francais comme l’ont fait les Vietnamiens,les Cubains pour ne citer que ces deux peuples.
    Mr Macron ou Mme le Pen sont les representants d’un systeme qui est en place,ils feront comme leurs predecesseurs et ceux viendront apres eux feront egalement la meme chose.
    Qu’est ce que les Congolais dans leur grand nombre ne veulent pas ou n’arrivent a comprendre.

  35. Lucien Pambou dit :

    A toutes et à tous et surtout à Londi, Val de Nantes, Okembi, Mavoungou Pambou,

    Chers concitoyens congolais, même si certains d’entre nous possédons la double nationalité, il faut être sérieux quand nous traitons des relations entre la France et notre pays le Congo. Le diagnostic de la maltraitance du Congo par la France via ses nombreux réseaux (et oui mes amis, le réseau est encore là, n’en déplaise à certains dont Val de Nantes ou Anonyme sur ce site Congoliberty, le réseau est un outil puissant pour étudier, expliquer et prendre des décisions pour l’action concrète au Congo Brazzaville comme le préconisent certains sur le site, il faudra clairement dessiner les contours de cette action concrète, militaire, violente ou démocratique et non violente et non se cacher derrière les dénonciations stériles qui n’aboutissent pas à grand-chose et qui renforcent les positionnements ethno-tribalistes et politiques au sein du réseau Congo), ne s’arrêtera pas avec l’arrivée de Macron au pouvoir.

    Nous, Congolais, sommes trop naïfs et pensons que d’autres peuvent faire le travail à notre place. Encore faut-il mettre en place une méthode et une organisation stratégique que nous n’avons pas car, ambianceurs, bavards et fêtards, nous organisons la lutte que de façon épisodique et nous manquons de tout : la stratégie, les finances, les hommes et la volonté de mettre en place une démarche gagnante. Certains me reprochent sur ce site d’être apolitique et de n’accuser ni Sassou, ni son gouvernement. Je dis et redis, je fais un travail d’intellectuel qui n’est pas porté par l’empathie. Je ne suis pas dans une analyse de division et de séparation, comme le sont certains sur ce site, même s’ils s’en défendent.

    Evidemment ma méthode de travail est iconoclaste. Sur Africa 24 où j’ai été éditorialiste pendant trois ans, on a voulu m’imposer un mode de fonctionnement intellectuel que j’ai refusé. Cette façon d’être et de faire son travail n’est pas habituelle pour les francophones que nous sommes, trop marqués par la culture française que nous dénonçons à longueur de remarques sur ce site. Si Sassou quitte le pouvoir et d’autres arrivent aux affaires, je conserverais toujours ma neutralité axiologique car ce qui m’intéresse c’est plus mon pays que les hommes qui le dirigent et qui m’obligeraient à une compromission. Nous sommes bavards, fêtards, pas très travailleurs, nous voulons tous accéder aux affaires politiques pour s’enrichir grâce aux privilèges. Nos batailles idéologiques ne sont que des artefacts de positionnement. N’est-ce pas cher Londi, quand tu opposes le socialisme bantou de Massamba Debat et le socialisme scientifique de Lissouba et Noumazalaye ? Quelle expérience historique ces trois impétrants ont-ils eu du socialisme, si ce n’est qu’un travers livresque ? D’ailleurs Londi tu le dis toi-même, ces bagarres politiques ont entraîné la mise en place de ce que je qualifie de socialisme tropical qui a permis, après les indépendances, de mettre en place un réseau politique dont Sassou est aujourd’hui le maître et l’ordonnateur.

    Londi, tu critiques par la voix posthume de Diawara l’obumitri que Ngouabi, Yombi et Sassou seraient les dépositaires pour martyriser et soumettre les gens du Pool. Que font les gens du Pool pour en sortir ? Bernard Kolelas, comme le dit Okembi, a été responsable de la mort de certains Congolais, autres que ceux appartenant au Pool. Val de Nantes estime que le Congo est en retard de démocratie. René Mavoungou Pambou estime que le malaise au Congo traverse toute la société et que celui-ci est profond. Mais vous avez tous raison, autant que vous êtes, sauf que vous n’allez pas à l’essentiel, vous évitez les problèmes qui fâchent au nom de votre objectif livresque et intellectuel : délivrer le Congo.

    Vous voulez délivrer le Congo de quel réseau ? Interne ? Externe ? Sur le plan interne, la concussion et la collaboration entre le pouvoir politique actuel aux affaires et les opposants sont réelles. Kolelas est dans l’opposition. Quelle est son indépendance financière ? Quelle est sa stratégie vis-à-vis de Sassou et de Ntoumi ? Quelle est sa capacité de mobilisation de ses troupes et de contestation du pouvoir de Sassou que l’on présente comme le plus grand malfrat que le Congo ait enfanté ? Sassou laisse dire, ne répond pas. Celui qu’on appelle mukinto, à savoir la femme, ne répond pas et dirige le pays plus de trente ans. Réfléchissez. L’opposition va à la soupe et trompe les militants. Je m’arrête là car sur le plan externe, on sait ce qu’est la diaspora, bavarde, baveuse, très intellectuelle et très ethnocentrée et tribaliste. Je dis haut ce que les gens disent tout bas. Je n’ai pas le monopole de la vérité. L’analyse par le réseau permet d’expliquer beaucoup de choses au Congo depuis les indépendances. Il y a un proverbe africain qui dit : les caïmans ne font pas des lézards mais de petits caïmans. C’est le cas des caïmans congolais qui barbotent dans le même réseau-marigot (pouvoir politique et opposants).

  36. afrique mon afrique dit :

    J’ai vu au cours de mon rêve, que M ,MACRON Emmanuel était devenu le Premier Ministre de Mme Marine LEPEN alors Présidente de la République . C’est vrai , ces deux candidats ont changé le paysage politique français ,mais, ils ne finiront pas de nous étonner.
    Le programme de Marine LEPEN, Présidente de la République, ajouté à celui de Emmanuel MACRON disposant de la majorité de députés au Parlement, mettra les uns et les autres en accord et signera la fin de la Françafrique tant souhaitée.

  37. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou votre analyse, ou théorie du réseau n’est nullement remise en cause comme vous voulez me le faire dire mais ce qui est déplaisant dans votre cas, c’est votre positionnement d’intellectuel apolitique qui ne prend pas (soit disant) position lorsqu’il parle de son pays le Congo mais qui sait parfaitement orienté ses analyses dans un sens plus politique lorsqu’il écrit ses articles sous d’autres cieux.
    Vous avez, avec les moyens dont vous disposez, intellectuels et accès aux différents médias, la possibilité de porter la parole du peuple et de dénoncer cette infamie qui pèse sur le pays ce qui permettrait de briser enfin cette omerta médiatique mais vous avez fait le choix différent celui d’entretenir cette mafia par vos articles et interviews très complaisants et lénifiants envers cette mafia.

    Vous intervenez sur ce site dès que certains compatriotes deviennent trop virulents envers ce système des plus abject en essayant de les ramener à plus de retenue comme un bon maitre d’école donneur de leçons, mais pour qui vous prenez vous Monsieur Pambou.
    Votre analyse du réseau vous nous la faite à toutes les sauces. Nous ce que nous voudrions savoir c’est ce que le citoyen Lucien Pambou pense de la dictature actuelle qui ruine notre pays et appauvrit sa population depuis maintenant trop d’années.
    Vous critiquez le positionnement de certains intervenants mais en quoi êtes vous plus légitime et en quoi un Lucien Pambou est-il utile au pays.
    Comment oser disserter encore et encore devant autant d’injustices et d’infamies sans la moindre empathie envers nos concitoyens les plus démunis.
    Trop facile de se cacher derrière cet intellectualisme pour détourner l’attention.

    Rien ne justifie le comportement infame de sassou et de sa famille satanique ni votre théorie du réseau, ni la France, ni tous les profiteurs de cette gabgie, rien ne la obligé à se comporter en dictateur affameur de son propre peuple, il en est le seul et unique responsable car il détient et a tous les pouvoirs pour qu’il en soit autrement.

    « Si tu es neutre en situation d’injustice c’est que tu as choisi le camp de l’oppresseur » et par votre positionnement de neutralité vous avez choisit.

  38. Lucien Pambou dit :

    A Anonyme,

    quand je fais des papiers en France, je le fais en connaissance de cause car je fais de la politique en France. Je suis membre des Républicains, Président de la commission Affaires économiques et fiscalité du Conseil National de la diversité au sein des Républicains, et comme tout le monde le sait (puisque tu le sais aussi) j’ai été conseiller municipal LR de la ville d’Alfortville sous l’étiquette des Républicains de 2008 à 2014. Je suis un membre actif du mouvement LR dans le département du Val de Marne et en France. Je ne m’en cache pas, je suis même très critique vis à vis de moi-même et de mes camarades LR.

    Concernant mon pays d’origine le Congo, j’ai la double nationalité congolaise et française mais je n’ai aucune prétention (comme certains membres de la diaspora ici en France) de vouloir jouer un rôle politique actif au Congo. En revanche, je peux affirmer ici et maintenant que mon rôle ne peut être qu’intellectuel et je me situe dans une stratégie de dévoilement de ce que nos politiques cachent aux populations et aux autres. Je n’ai rien contre Kolelas, Dzon, Makaya Paulin, Mokoko, Okombi Salissa ou Sassou Nguesso. En revanche, permets-moi cher Anonyme d’exercer mon modeste magistère de chercheur de sens à la vie politique congolaise en utilisant le principe intellectuel de la neutralité axiologique.

    Je ne suis pas un intellectuel engagé, mais un simple et modeste intellectuel qui expose à ses compatriotes la situation telle qu’elle est au Congo. Les intellectuels peuvent n’être ni Zola (Affaire Dreyfus), ni Mabanckou (Dénonciation de Sassou et de son régime tyrannique). Pour ma part, j’adopte une position iconoclaste, difficilement compréhensible car, pour les intellectuels, écrire c’est s’engager; mais pour moi l’engagement, ce n’est pas en politique, c’est utiliser les sciences sociales et politiques pour démontrer les faits, c’est utiliser ce que j’écris pour structurer le comportement et les actions des hommes et femmes politiques congolais pour l’établissement d’un processus démocratique réel au Congo.

    Je sais qu’il y a des situations d’injustice au Congo. C’est inacceptable. Je ne suis pas aveugle. C’est intolérable. Vous me demandez d’accuser Sassou et le clan familial. Sassou est l’élément central du réseau Congo. Est-il tout seul ? Cette opposition politique emmenée par Kolelas et les autres, qui se gave auprès de Sassou, qui accepte les contraintes du réseau, est aussi responsable. Mon travail d’intellectuel vise à décrire le réseau en expliquant le rôle des uns et des autres, sans empathie et sans émotion; or, nous Congolais, sommes trop naïfs et trop émotionnels.

  39. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou je vous cite:
    « Je n’ai rien contre Kolelas, Dzon, Makaya Paulin, Mokoko, Okombi Salissa ou Sassou Nguesso »

    Comment un homme, de surcroit Congolais ne peut rien à voir contre sassou quand celui ci affame et tyrannise sa population et pille son pays. Bien sur que tous les autres vautours qui tournent autour et profitent du système ont leur part mais aujourd’hui et depuis 33 ans c’est sassou qui détient tous les pouvoirs entre ses mains et peut tout à loisirs, à lui seul, faire en sorte qu’il en soit autrement et atténuer la souffrance de la population.

  40. Lucien Pambou dit :

    Anonyme, vous être trop intelligent, malin et subtil. Bravo, mais vous faites semblant de ne pas comprendre que la survie de Sassou doit en l’apport des Kolelas, Dzon et autres. Soyez sérieux, s’il vous plait, et permettez à la diaspora de construire un diagnostic claire et précis concernant le pouvoir et les oppositions au Congo et leurs enchâssements réciproques dans un réseau.

    Cordialement.

  41. Anonyme dit :

    Non ce n’est pas clair et je ne fait pas semblant. Je sais très bien ce que sassou doit à tous ces vautours qu’il entretient autour de lui mais ce n’est pas moi qui suis le malin de l’histoire, je n’ai aucune raison de l’être, mais vous vous êtes un sacré filou qui sous vos habits d’intellectuel, avancez masqué pour lisser l’image néfaste de sassou.
    Je lis par ailleurs vos articles sur le Congo et le régime sur d’autres médias et je ne fait que constater ce fait.

  42. VAL DE NANTES .CONGO , dit :

    Mon grand LUCIEN

    Je préfère le YAYA LUCIEN , brillant intervenant d’ afrique 24 à celui locataire du site congoliberty dont j’ai dû mal à piger , la thématique réseautique ….
    Quelqu’un m’avait soufflé à l’oreille , que vous étiez gabonais , alors que je vous prenais , pour un congolais , vu votre illustre patronyme ;;;
    Heureux que vous soyez congolais , mais dommage que ce cerveau ne soit pas utilisé à bon escient ;;;
    J’ai l’impression de vivre la loi des rendements décroissants à l’échelle humaine ;;;;
    Est ce un naufrage , à en croire DE GAULLE , du fait de l’âge , ce dont je doute , car vos qualités sont efficientes pour le redressement futur de notre pays …

  43. Lucien Pambou dit :

    Monsieur Anonyme,

    Je finis par vous aimer parce que vous êtes intelligent et ce n’est pas du deuxième degré. Soyons sérieux. Pourquoi Sassou reste aussi longtemps au pouvoir alors que la plupart des Congolais dans les années 1970 ont toujours considéré qu’il était insignifiant, pas très instruit et aimant les femmes et la vie facile. Sassou, taiseux, est au pouvoir depuis 40 ans. Le dire ne signifie pas que l ‘on accepte tout ce que fait Sassou

    En revanche on constate que la diaspora congolaise est désunie. qui dans la diaspora a les moyens de rassembler tout le monde
    Qui as les moyens financiers de gérer les décisions et de construire une plate forme de debat et d’opposition à Sassou pour l’action
    voila ce que vous livre le congolais iconoclaste qui vous oblige a réflechir autrement

    VOILA CE QUI VOUS ENNUIE CAR NOUS NE NOUS AIMONS PAS ON FAIT SEMBLANT ET ON EST HYPOCRITE

  44. Anonyme dit :

    Sur ce dernier commentaire je vous rejoins totalement mais pour moi le plus important se sont les plus démunis qui subissent tous les jours et n’ont pas les moyens de se faire entendre.
    Chaque déplacement au pays est un déchirement empli de tristesse alors que cela devrait être vécu dans la joie.

  45. Mon Mari Est Gabonais dit :

    « Pourquoi Sassou reste aussi longtemps au pouvoir alors que la plupart des Congolais dans les années 1970 ont toujours considéré qu’il était insignifiant, pas très instruit et aimant les femmes et la vie facile. »

    Mais voyons, vous répondez depuis à cette question vous-mêmes pratiquement à chacun de vos récents posts ‘kilométriques’, non?
    (C’est à cause de Kolélas; et un peu les AUTRES!)

    On note aussi au passage, ah non, plutôt on ‘prend acte’, eh-eh, de votre clémence de nous rassurer que vous n’avez rien contre personne, même pas chez Africa 24. Merci beaucoup; car chez les vieux gaulois on dit encore: qui s’excuse, s’accuse. Assurément!

    A bientôt,

    Habib Kobessi

  46. Lucien Pambou dit :

    a mon mari est gabonais
    A AFRICA24 je reconnais les qualites de tycoon camerounais a constant Nemale pouizah sur le plan du business
    En revanche je doute largement de ses qualites intellectuelles et strategiques
    voila il n ya ni rencoeur ni delation .je constate
    c est tout c’est mon cote chiant et iconoclaste que n aime pas constant nemale et certains sur ce sitecongo liberty

Laisser un commentaire