Marion Maréchal Le Pen travaillera-t-elle avec le tyran Sassou Nguesso ? Par Rigobert OSSEBI

Depuis l’entre-deux-tours des dernières élections régionales en décembre 2015, la suspicion était grande d’un rapprochement entre la petite-fille de Jean-Marie Le Pen et le dictateur Denis Sassou Nguesso, surnommé « Hitler » par un grand nombre de Congolais.

 

L’autocrate congolais, au travers de ses nervis financiers, avait essayé de peser sur le résultat définitif de ces élections en promettant d’investir au moins 3 milliards d’euros, en région PACA, en cas de victoire de Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste frontiste. Avec la plus grande légèreté, la très jeune candidate n’avait pas hésité à reprendre ces arguments dans un débat télévisé et sur sa page Facebook. Aussitôt, il était apparu que cette offre provenait de réseaux financiers contrôlés par des hommes de l’usurpateur congolais, Willy Etoka et Innocent Dimi, en liaison avec Samuel Maréchal, le père de Marion.

 

Aujourd’hui, la presse française, avec des pudeurs de Gazelle, avance l’hypothèse d’une reconversion de l’ex-députée FN dans le privé auprès de son père, en Côte d’Ivoire, le pays de son épouse Cécile Houphouët-Boigny. C’est occulter un peu rapidement les avantages dont Samuel Maréchal bénéficie au Congo Brazzaville, au travers de son Groupe Congo Capital Entreprises SA, qui était en charge d’un programme de privatisation de 46 entreprises publiques congolaises. L’ordonnateur, le tyran Sassou Nguesso, qui est au devant de la scène, depuis 40 années maintenant, a toujours cherché à peser sur les élections françaises. A l’école de son gendre Omar Bongo, qui était plus âgé que lui, le président congolais a appris à bien corrompre la classe politique française et européenne, sans oublier les Chefs d’Etat africains et les représentants des Eglises. Cette corruption tous azimuts aurait englouti une bonne partie des 30 milliards de dollars qui manquent, aujourd’hui, dans les comptes publiques congolais.

 

De Jacques Chirac, à peine élu à la Mairie de Paris en 1977, à François Hollande en fin de mandat présidentiel, directement ou au travers de relais intermédiaires, Sassou a toujours obtenu ce qu’il a voulu. A l’époque de Chirac à l’Elysée, il fut l’un des visiteurs les plus assidus du « Château ». En aidant l’un des candidats à se présenter à l’élection présidentielle de 2002, il contribua largement à l’élimination de Lionel Jospin dès le 1er tour. De Hollande, il reçut l’onction décisive de l’accord du référendum anticonstitutionnel d’octobre 2016. Brazzaville et Oyo, au Congo, sont réputés être La Mecque des pots de vins démesurés. Un million d’euros est une plaisanterie pour Sassou Nguesso. Des chefs d’Etats africains au travers de prêts bidon, pour la plupart jamais remboursés, lui ont extorqués plusieurs centaines de millions de dollars. En retour, le dictateur congolais a toujours rétribué largement les ordonnateurs de prêts, d’aides, de subventions et d’effacements de dettes qui lui étaient accordés ; 10% sur des milliards de dollars cela fait toujours beaucoup d’argent ! De la rétro-charité pour les initiés… !

 

Une Marion Maréchal-Le Pen, reconvertie dans les affaires au Congo Brazzaville de Sassou Nguesso, y fera rapidement une très solide fortune. Dans quatre années, elle annoncera son retour d’expatriation et, forte d’un patrimoine blanchi, elle lancera une OPA sur le parti créé par son grand-père. Scénario fiction ? Pas tant cela !

 

En 2022, l’argent congolais, volé et détourné par Denis Sassou Nguesso, décidera-t-il une fois encore du sort de la France ? La balle est dans le camp des démocrates et d’une classe politique moralisée, tant en France qu’au Congo. Ils doivent tout faire pour extirper ce cancer du progrès et du développement, en République du Congo et en Afrique, que sont Denis Sassou Nguesso et ses héritiers…

 

Rigobert OSSEBI

 

Diffusé le 11 mai 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

51 réponses à Marion Maréchal Le Pen travaillera-t-elle avec le tyran Sassou Nguesso ? Par Rigobert OSSEBI

  1. Butterfly dit :

    Kiki digne héritier de son père va bien s’occuper de Marion. La famille Le Pen s’agrandira bientôt au Congo.

  2. MACOSSO dit :

    Oui la petite fille de mr.le Pen MARION TRAVAILLERAIT -elle avec Sasous et autres. ..
    Est-Ce une trouvaille connaissant la politique de Sassou et de son clan de lancer les amarres à gauche, à droite, devant, derrière et tout autour ? Jusque ici l’expérience est de mise la politique de gauche comme de droite est le tabac de la même pipe. S’il en est ainsi, la politique les extrêmes serait-elle differente??????
    Il n’ y a que ceux qui ont l’habitude de comprendre de travers parce qu’ils ont une cervelle de moineau à la place du cerveau qui se leurent et agitent l’étendard MARION. Il faut être du moyen âge pour continuer d’ignorer que la France n’à pas d’amis mais que la France de droite comme de gauche, n’à que des intérêts à défendre.
    Quel mal y’a -t -il à faire comme eux si nous devons tirer profit de leur ambivalence à notre égard.
    L’équilibriste qui voulait nous faire du mal peut être amené à nous faire du bien par la grâce de Dieu.

  3. VAL DE NANTES . dit :

    EH OUI , les avances des pieds , envoyés par SASSOU ont eu raison de la fibre politique de la fille adoptive de MONSIEUR MARECHAL …
    LE CONGO BRAZZA , veut absolument maitriser les hommes et femmes politiques français ;;;
    C’est le MONACO africain pour les politiciens français ;;;;

  4. Bulukutu dit :

    @M. Ossebi. Bien vu pour l’exercice d’anticipation. Si le congo se libère du prefet-zident entre temps, pas de Marion Marechal Le Pen en 2022. Mais avec des « Si » on pourrait refaire le monde.

  5. MOUBO NGENO dit :

    c’est curieux quand même. Toute sa famille, y compris elle-même, fustige tous les Noirs d’Afrique, les exècre, et veut les chasser de leur pays. Toute la politique du FRONT NATIONAL FAMILIAL est basé sur l’immigration. Voilà que MARION MARECHAL LE PEN va devenir immigrée et va manger le manioc (pain?) des Congolais. Congolais, suivez cette femme qui n’aime pas les Noirs. La dernière campagne de sa tante Marine disait que tous les étudiants Africains doivent rentrer chez eux. Mais que va faire MARIEN LE PEN en Afrique? Et son père que y fait-il?

  6. Anonyme dit :

    Une petite précision, quand même, c’est que la famille Kolelas entretien des liens très étroits avec le front national.

  7. Mark dit :

    Manuel Valls sera le premier à faire sa valise pour Brazzaville.Les choses lui échappent en France. Comment peut on espérer voir Sassou chassé du pouvoir par un dirigeant français quand ces politiciens de l’Exagone ne veulent pas prendre la retraite. Valls a été Maire pendant 11 ans. Ministre de l’interieur, Premier ministre, Deputé….Il continue à chercher des postes jusqu’à se faire humilier à ce point. Le dictateur congolais n’a donc pas de leçon à recevoir de la part de ces politiciens français.

  8. Bizoba Ya Le Congo dit :

    Pensez-vous que tous les blancs en général (libérals et socialistes « c’est la même chose après tout », en particulier) qui disent pour ne pas dire prétendent à haute voix qu’ils « aiment » l’homme noir, sont-ils francs, honnêtes et sincères sans équivoque ni sentimentalité?

    La réalité est que, un groupe de blancs-becs très fumistes et malicieux, ceux-ci ont usé et utilisent encore la politique identitaire en abusant continuellement les esprits négros très naïfs et maléables à souhait, à leur seul avantage rien que pour les votes de ces derniers, contre un autre ensemble, leurs semblables plus francs et directs, aussi moins hypocrites, avec qui ils se disputent tous le pouvoir…

    Les premiers qualifiant sans retenu aucun les seconds de tous les maux imaginables en les caricaturant indocilement pour gagner l’emphatie et la symphatie de ces négros aveugles, figés et fixistes et autres « délaissés » laisser pour compte de l’ouverture; un coup bas, très profond même, qu’ils ont du reste bien réussi depuis des décennies, jusque-ici. Mauvais dessein.

    (En instance singulière, il était une fois, au moins, où Bill Jefferson Clinton alias ‘Slick Willie’, un autre imposteur-héro pour nombre de noirs ‘suivistes’, chuchotait librement mais franchement comme quoi: « aaahh, ces NEGRES, autrefois ils nous apporteraient volontiers du café… » faisant ainsi allusion à l’inférioté de l’homme esclave soumis qu’était l’homme noir devant le blanc. Ossébi en sait d’ailleurs quelque chose. Nul besoin de vous rappeler donc que Bill, est 1 ‘démocrate’; apparemment, révérer et pourtant par les mêmes noirs !)

    Maintenant, allez demander aux ‘african-americans’ ou noirs-américains: Pourquoi votez-vous ‘toujours’ en majorité écrasante pour les ‘démocrates’? Eh bien, plutôt ‘mal’, plus de 75% s’il vous plait, ne saura vous répondre avec cohérence et rationnellement, en fin de compte. Voilà, allez-y comprendre. ‘Mais pouvons-nous encore (comprendre)?’ Sinon, comment à jamais nous faire prendre au sérieux avec ça?

    Bien sûr qu’il n’y a pas de lois sans exception.

    Ecolier, REVEILLE-TOI; ‘ku tinandi ngija’ ~ (ne fuis pas la pénombre) ! Disait entre autres un certain Rapha Bounzeki, Apharat !

  9. Mark dit :

    Les noirs américains sont en majorité pauvres. Le discours des démocrates semble les rassurer. Les républicains par contre tiennent un discours beaucoup plus orienté vers les classes aisées. Idem pour les noirs de France qui votent en majorité pour les socialistes.

  10. Akata dit :

    Et oui, lorsque ces négros s’apercevront définitivement que les beaux diseurs ne font pas nécessairement des bons faiseurs, ils auraient avancé d’un cran.

    Dommage !

  11. Akata dit :

    On remarque, Mark, depuis qu’ils votent ainsi pour ces gens-là, ils ont demeuré PAUVRES.

  12. Pascal Malanda dit :

    Quand est-ce que nous apprendrons à compter d’abord sur nos propres forces avant de critiquer l’étranger?

    Je n’ai pas eu peur de me rapprocher du FN pour savoir ce qu’il pense de l’Afrique. Je déteste critiquer sur recommandations des bien-pensants. Je préfère de loin me faire ma propre idée. Et en la matière, il y a des convergences avec le FN, à savoir : l’Afrique aux Africains et l’Europe aux Européens. Ce n’est ni racisme ni angélisme. C’est désespérant de constater le silence de l’intelligentsia africaine face aux milliers d’Africains qui meurent en tentant de traverser la Méditerranée. Il faut être africain pour justifier que des bras valides quittent des terres fertiles pour aller s’engouffrer dans des ghettos sans perspectives d’Europe et d’Amérique. Il faut être Congolais pour tolérer qu’un pays sous-peuplé et ultra riche se dépeuple par l’égoïsme de sa classe politique.

    Le Congo ne sera libéré ni par la gauche-droite française ni par le FN et même pas par Macron. Le Congo sera libéré le jour, très prochain, où tous les Congolais, du Nord au Sud et d’Est en Ouest se lèveront pour arrêter le système actuel. Pour le moment, c’est Sassou qui arrive encore à dresser des pans entiers du pays contre d’autres. Et le FN et les autres partis français n’y sont pour rien.

    Quand je lis sur les réseaux sociaux les tombereaux d’injures que les Sudistes déversent sur les Nordistes, je me demande pourquoi un Nordistes souhaiterait la fin de ce régime et se retrouver en face de Sudistes revanchards qui ne leur feront aucun quartier.

    Quand je lis la haine et la vassalisation que les Nordistes vouent au Sudistes, je me demande pourquoi un Sudiste supporterait encore ce régime honni.

    Le PCT a réussi à piéger les Congolais dans un enfer sociopolitique. Il a su convaincre les Nordistes que tout pouvoir dirigé par un Sudiste est forcément mortel pour toute la partie nord du pays. Il a su persuader les Sudistes que toute aspiration au pouvoir sera mâtée avec la dernière énergie grâce à l’argent et aux armes. Il a pu acheter les grandes puissances et les media internationaux en leur vendant la stabilité du Congo : « Soutenez-moi, sinon ce pays s’effondre »

    Commençons par prendre conscience de notre emprisonnement anthropologique. Personne ne nous libèrera de notre tribalisme si nous ne le faisons pas nous-mêmes. Commençons par nous accepter, le reste suivra très rapidement.

    Pascal Malanda

    Le Congo Eternel

  13. anonyme dit :

    En supposant que l’info donnée dans cet article se vérifie avec le temps; pourquoi se plaindre? Les congolais ne peuvent-ils pas tirer profit d’un tel acte? Il suffit de réfléchir. Je suis convaincu que la solution à nos nombreux problèmes, viendra de l’appropriation « active » des actes de ce genre.

  14. K dit :

    Oui. Il faut denoncer haut et fort les complices du régime sanguinaire, mafieu, hitlerien qui ne cesse de commettre des crimes monstrieux contre l’humanité.
    le dictateur Denis Sassou Nguesso, « Hitler » par est sa clique doivent dégager.Le systeme dictatorial, mafieux, sanguinaire doit disparaitre sans retard.
    Il faut porter plainte contre Sassou Nguesso et sa clique pour crimes repetés contre l’ humanité, pour affaires de genocides dans le Pool,les disparus du Beach.
    Il aussi faut porter plainte contre François Hollande pour Complicité.François Hollande mesure-t-il maintenant les conséquences de son soutien à Sassou-Nguesso.Pour le sang des Congolais qu’il fait couler, les comptes lui seront demandés un jour par la nature., » la banque mondiale et le FMI par exemple, vont preter de l’argent a sassou afin qu’il continue a bombarder le pool.Denoncons avec la dernière energie cette nouvelle dette qui va contribuer à tuer de plus en plus belle le peuple Congolais et enrichir de plus en plus le clan au pouvoir et complices. » Les massacres, génocides, crimes économiques commis par Sassou Nguesso, l’hitler de ce monde actuel sont abominables: Ce sont des crimes innombrables et repétés contre l’ humanité. Quiconque tente de les justifier, pardonner est aussi injuste, criminel, corrompu et contre l’avancée de ce monde.
    Tous ceux qui aux Congo, à travers le monde entretretiennent des relations avec Sassou Nguesso, sa clique, le soutiennent, se taissent font semblant de ne rien savoir, participent absolumment à ces crimes monstreux, crimes contre l’ humanite dont le dictateur
    psychopathe Sassou et sa clique ne cessent de commettre.Que ceux des sits disant opposants au Congo,qui prennent part aux législatives et autres consultations électorales à venir, ainsi que ceux qui lui pretent de l’argent, sachez que vous participez vous tous à ces crimes.Sassou Nguesso tue, massacre depuis des années et cela tout le monde le sait et n’ ignore l’affaire des disparus du Pool, les genicides du Pool, les arrestations arbitraires ,le probleme des biens mal acquis,la mal gouvernance personne ne l’ignore. Les dirigeants de la banque mondiale et FMI savent bien ce qu’ils font. Ils doivent savoir qu’ils se rendent coupables en accordant encore de l’argent au dictateur sassou Nguesso, qui va systematiquement encore le gaspiller l’argent qu’ on lui prète au nom de la république Congolaise et qu’ il va finalement utiliser pour le bien privé et celui de sa famille, payer des armes de plus en plus modernes pour aller accentuer le génocide dans le Pool et soumettre davantage la population congolaise dans la souffrance. L’argent qu’on lui prète va
    reconforter le tyran et sa famille,son clan pour la corruption, l’ achat des armes ,des consciences afin d’ accomplir ses sales besognes, exterminer les Laris,Bacongo. Sassou Nguesso, sa clique et sa famille ne cessent de gaspiller des grandes sommes d’argent du pétrole, bois, minerais des Congolais. Aucun humain conscient ne peut se permettre de sauver ainsi ce système criminel, génocidaire, qui est l’ une des pires dictatures de l’histoire contemporaine . Preter de l’argent à Sassou, colloborer avec lui et sa clique, son gouvernement,le fréquenter, c’est contribuer a la survie de ce regime cupide, hitlerien, qui ne cesse
    de continuer à empêcher tout le peuple congolais de vivre.En 2010 les Conseils d’administration de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) ont approuvé respectivement l’accord de reduire la dette du Congo dirigé par Sassou. A quoi a servi l’initiative PPTE? Le peuple du Congo, malgrés les richesses immenses en matières premières du pays est reduit à une situation d’extrême précarité absolue par le sytéme Sassou.
    Ceux qui continuent à travailler avec cette dictature; finiront par rendre les comptes. Ils seront tous finalement punis pour leur participation aux crimes contre l’humanité, comme il se doit. La justice divine et humaine sont parfois lentes, mais ne manquent pas de s’accomplir, de faire leur chemin.Comme nous le peuples pouvons pas attendre les bras croisés, nous devrons denoncer les agissements, les crimes cotre l’humanité du tyran Sassou Nguesso, ceux de sa clique et complices à travers le monde et porter plainte contre eux auprès de la CPI et autres tribunaux à travers le monde. » Nous exigions sans retard Justice et solidarité pour le peuple du Congo Brazzaville. »
    http://www.sukissa.co.uk/?p=21771

  15. le fils du pays dit :

    Vos lamentations,vos cris,vos pleurs n’auront aucun effect sur le systeme pense( maintenir le peuple noir la tete sous l’eau) par Napoleon cet homme qui avait engage la france dans toutes les guerres qu’elle avait perdu.Systeme dont les generations suivantes a celle de Napoleon assurent la continuite et la survie.
    Le peuple Vietnamien,pour deserrer l’eau colonial francais n’a pas baisse son frock ni crie sur tous les toits ni demande a son oppresseur de le liberer de la servitude comme font les Congolais.
    Les Vietnamiens avaient use la force brute pour se liberer et imposer le respect.
    Ecoutez,les faibles ne comptent pas dans ce monde.Tant que vous ne ferez pas comme les autres peuples de ce globe terrestre qui ont arranche leur liberte,la france aura encore de beaux jours devant elle au Congo(sa sous prefecture d’Afrique).

  16. Mark dit :

    @ Akata

    Oui ils sont toujours pauvre. Beaucoup de causes pour qu’une personne soit pauvre. Les noirs américains ont toujours consideré l’homme blanc comme la premiere cause de leur pauvreté. Tout était parti de l’esclavage. Les noirs américains n’ont jamais pu braver les effets negatifs de ce système colonial. Ils (noirs américains ) sont comme les noirs africains qui attendent tout du ciel. Si un Etat comme la Californie était uniquement habité par les noirs, il y regnait le meme desordre qui regne dans le Pays de Sassou. Bref l’homme noir a un problème. Néamoins, avec les democrates, ils y trouvent leur petit compte: l’aide au logememt, assurance maladie, des subventions pour aller à l’université, l’aide à la nourriture,…Bref ils sont pauvres, seulement les democrates mettent à leur disposition le minimum pour la survie, Un simple exemple, le républicain Trump veut mettre fin à l’assurance maladie instaurée par le democrate Obama. Aux républicains s’ajoute un discours à l’aspect racial….Voilà en bref quelques raisons qui expliquent l’orientation des noirs vers les democrates. C’est exactement le cas pour les noirs de France qui sont beaucoup plus orientés vers les socialistes.

  17. Lucien Pambou dit :

    A Rigobert Ossebi et à tous les Congolais,

    Cher Rigobert, merci pour votre papier qui décrit les relations entre le Congo et la mère patrie, la France. J’ai lu sur Le Monde Afrique, sous la plume de l’éditorialiste Gwet d’origine camerounaise, que l’Afrique francophone était soumise intellectuellement, politiquement et économiquement. C’est un constat. J’ajoute à celui-ci la problématique du réseau que je développe sur ces pages de Congo-Liberty et que les intellectuels congolais, forts de leur intelligence portée à un haut niveau, ne veulent pas reconnaitre ; et pourtant vous développez l’analyse réseautale en parlant de Marion Le Pen et de son éventuelle reconversion dans le privé en entrant en business avec son « père » Maréchal qui a des activités économiques importantes en Côte D’Ivoire, après avoir épousé une Houphouët-Boigny, et dans le reste de l’Afrique dont le Congo.

    Il faut que les Congolais arrêtent de fumer la moquette en parlant du Congo de manière évanescente. Pour comprendre ce qu’il se passe au Congo, que cela plaise ou non aux Congolais, il faut rentrer dans l’analyse réseautale. Les intellectuels congolais sont soumis intellectuellement à la France et ils ont beaucoup de mal à créer des analyses de rupture que seul le réseau permet. L’analyse réseautale repose sur une conceptualisation neutre des acteurs qui agissent au sein du réseau. Sassou, comme Kolelas, comme Mabiala ou comme d’autres gouvernants dans le réseau sont des acteurs qui défendent leurs intérêts. Une fois que l’on a fait ce constat, on peut passer à un deuxième niveau d’analyse qui devient politique et empathique pour interroger ses acteurs sur leurs activités, leur conscience morale vis-à-vis du Congo. On peut introduire des éléments historiques de leurs actions pour expliquer leurs comportements actuels. Le problème des analystes congolais est qu’ils confondent tout, tellement hantés par l’action de Sassou qu’ils considèrent comme morbide, tellement hantés par l’action de Kolelas qu’ils considèrent comme relevant de la collaboration ; ils perdent en chemin la finesse des enjeux, des attaches, des compromis qui se nouent dans le réseau Congo.

    Certains me diront : Pambou arrête tes analyses intellectuelles, tu divagues, tu nous distrais, tu racontes n’importe quoi, tu es un pro-Sassou, on ne croit pas en ton analyse de réseau qui ne sert que ton maître Sassou. Voilà les réponses qui fleurir après mon post sur Congo-Liberty. Je les connais par anticipation et donc je les annonce. Le problème des intellectuels congolais, auxquels j’appartiens, est que nous sommes bavards, théoriques, français par la culture d’évitement et de lâcheté intellectuelle. Nous sommes incapables de conceptualiser et de réfléchir à un modèle complet et global qui apporte la paix au Congo. Certains choisissent la brutalité, Sassou doit partir par un coup d’Etat violent, d’autres disent qu’il faut rétablir les voies de la culture démocratique au Congo. Pour la troisième voie, certains estiment qu’il n’y a rien à faire, que le Congo est mort.

    Vous attendez de moi une réponse entre ces trois possibilités, je ne suis qu’un simple analyste politique qui souhaite ouvrir le débat intellectuel au Congo qui n’existe pas réellement au-delà des invectives du tribalisme politique et social. Je n’ignore pas les prisonniers politiques comme Mokoko, Okombi Salissa et la détresse des populations dans le Pool qui meurent tous les jours. Qui dois-je accuser ? Sassou ? Kolelas ? Le Congo ? La Françafrique ? Le Pen ? Les intellectuels bavards ? La diaspora ? Vous voyez bien que je reste dans une posture intellectuelle d’imprécision radicale et je renvoie tout le monde au réseau. Que vous le vouliez ou non, que vous fassiez des posts les plus réussis au monde sur ce site de Congoliberty, Ossebi vous montre par son papier que mon analyse de la situation actuelle de ce qu’il se passe au Congo emprunte la notion de réseau. Hors du réseau, c’est du bavardage inutile.

    Le réseau a ceci de particulier est qu’il permet de montrer comment se font et se défont les actes d’allégeance vis-à-vis du responsable du réseau et comme celui-ci utilise son intelligence du terrain et des situations pour continuer à être le patron et la référence du réseau. Les intellectuels congolais ont appris dans les livres français de manière linéaire et ils reproduisent à l’envie ce qu’ils ont absorbé quand ils étaient étudiants en Droit, en Sciences économiques, en Littérature, en Philosophie, etc. L’analyse réseautale oblige à une distance critique vis-à- vis de la mère patrie, la France (qui ne souhaite que les choses bougent dans ses anciennes colonies), en créant une rupture analytique qui permet de comprendre pourquoi la situation au Congo est ainsi depuis son indépendance jusqu’à nos jours.

    Vive le réseau pour comprendre de façon plus fine et pas à la française le concept de réseau qui est anglo-saxon et qui échappe à la plupart des francophones africains dont l’intelligence reste marquée par l’école française de la discussion, alors que l’école anglaise et allemande du réseau insistent sur la discutation qui est beaucoup plus large et plus prospective en termes de résultats que la discussion.

  18. Lucien Pambou dit :

    Il y a des scories dans mon texte, mais je fais confiance à votre intelligence pour rétablir le vrai sens des mots et leur signification. Merci, c’est vrai que le texte est un peu long, désolé.

  19. VAL DE NANTES . dit :

    IL me faut un doctorat en réseaux , pour mieux en comprendre la philosophie . Et par ricochet pénétrer le monde mystérieux de @LUCIEN PAMBOU auquel il ne cesse de nous inviter ;;;;
    J’espère y trouver les clés de l’énigme du régime de SASSOU …

  20. Lucien Pambou dit :

    Val De Nantes, tu es plus intelligent que tu n’y parais. Ton problème est que ton analyse littérale et distraite en dehors du réseau ne t’oblige pas à un effort d’analyse plus compliquée, plus contrariée, plus ambiguë. Le réseau t’oblige à sortir de l’empathie et des discours convenus.

    Allez, je vais t’aider à entrer dans l’analyse du réseau: pourquoi Kolelas, avant les élections combat Sassou et après les résultats des élections ne dénonce ni le résultat des élections, ni la situation dans le Pool, comme le lui reproche un certain nombre d’intellectuels comme toi sur ce site Congoliberty ? Il n’y a pas d’énigme du régime Sassou, il y a un homme politique que l’on appelle Sassou qui est dans un réseau Congo dont il est le maître et les opposants d’un jour avant les élections, comme Kolelas et les autres, se rallient à Sassou une fois les résultats proclamés, alors qu’ils avaient contesté les conditions de la tenue de l’élection.

    Sois moins intellectuel et plus pragmatique car les gens comme toi et d’autres n’apportaient pas des éléments d’analyse concrète de ce qu’il se passe au Congo. J’agis à visage découvert en utilisant mon nom, mon prénom et non par un pseudo comme toi Val De Nantes, parce que je n’ai aucune prétention pour une action politique au Congo, comme certains d’entre vous sur ce site qui attendent que le régime politique de Sassou disparaisse pour essayer d’avoir une place et une fonction politique au Congo, parce que techniquement et scientifiquement on est naze, on a des ingénieurs incapables de construire des ponts durables, d’améliorer l’agriculture pour nourrir la société congolaise, des agrégés qui reçoivent des titres du CAMES alors qu’ils sont incompétents.

    Tu vois, Val De Nantes, j’ai dépassé la cinquantaine, je n’ai aucune prétention pour exercer des fonctions politiques au Congo, comme toi tu peux les avoir. Ma vie est en France, tu peux le vérifier sur le plan intellectuel et professionnel sur google. Tu peux même demander des renseignements à l’Education Nationale. Je ne suis pas aigri comme certains membres de la diaspora congolaise. Ce qui m’intéresse, c’est l’analyse scientifique pour expliquer comment permettre au Congo à travers l’analyse du réseau de construire un chemin meilleur pour ses enfants et pour mes enfants franco-congolais. A la différence de certains d’entre vous, comme toi Val De Nantes, qui vous cachez derrière des pseudos, j’agis à découvert, je ne suis ni contre Sassou, ni contre les opposants, mais je mets en place une méthode exigeante d’analyse, celle du réseau, et qui dans un premier temps n’intègre ni l’empathie, ni le tribalisme, ni l’ethnie, comme certains d’entre vous sur ce site aiment à le faire. Dans un second temps, ces éléments peuvent être introduits pour réévaluer le contexte du réseau.

    Je suis un emmerdeur intellectuel et je le demeure. La plupart d’entre vous agissez cachés. Je suis à découvert, je suis un modeste intellectuel, je ne me suis jamais caché comme la plupart d’entre vous sur ce site en utilisant des pseudos.

  21. VAL DE NANTES . dit :

    @LUCIEN PAMBOU
    Vous n’arrêtez pas de chercher à nous débusquer patronymement , ainsi je vais maintenant vous dire , qui suis je réellement , j’enlève mon masque , afin de satisfaire à l’une de vos missions sur ce site ;;;
    Je m’appelle NANTESSA VALENTIN LOUIS PHILIPPE …D’où VAL DE NANTES .INGENIEUR EN ELICTRICITE INDUSTRIELLE …..ETC …
    Voilà , je me suis dénudé pour dire à celles et ceux de nos compatriotes , que cette démarche somme toute risquée ,.ne vaut pas un défi à leur encontre , mais une élégante manière de taire les reproches quasi récurrents , sur lesquels des personnes de moralité suspicieuse , veulent reconstruire leur patriotisme débridé ;;;;.
    MONSIEUR PAMBOU , est loin d’en être le seul moralisateur ;;;;

  22. Lucien Pambou dit :

    Monsieur Val de Nantes, je n’en demandez pas tant. Cela m’importe peu de savoir quel est votre patronyme et votre prénom. C’est une réflexion globale que je faisais, je ne suis ni moralisateur, ni donneur de leçon sur ce site. Ce qui m’intéresse c’est des réponses au fond sur mes analyses, je me fous (avec tout le respect que je vous dois) de savoir qui vous êtes. En vous le reprochant, c’était un protocole de discours et de débat. Ne répondez pas inopportune, mais au fond en me contredisant sur le fond des papiers que je publie sur ce site. Comme vous tous, je fais un effort pour argumenter, or la plupart d’entre vous, vous répondez à la légère sans argumentation réelle.

    A très bientôt Monsieur Val de Nantes et aux autres. Je n’ai aucune mission sur ce site, mais intellectuellement j’aime bien savoir à qui j’ai à faire, mais je peux comprendre que certains adoptent les pseudos. Répondez-moi au fond de manière analytique et non sur des galéjades concernant le patronyme et le prénom.

  23. Ko-Ko-Ko - Oui? C'est Moi Paul Tchicaya! Carte D'identité N° 24200M22 dit :

    Ecoutez Lucien de L’analyste, NUL n’est obligé de répondre à vos petits réseaux self-excitants ni de consommer à l’horaire vos salades faisandées. Tout un chacun ici est libre de répondre à qui il veut et sur quoi il juge essentiel. Et vous, vous êtes autant libre d’aller vous faire cuire un oeuf ailleurs si vous n’êtes pas d’accord…

    C’est quoi cette contrainte inélégante et obsessive sans pudeur avec vous?

    Allez, si vous le désirez, tenter d’impressionner les oiseaux de la basse cour où vous voulez avec vos cours sur ‘les chaînes théoriques entrelacées’ ici, en mauvais temps, mauvaise heure et mauvais endroit. Sinon, essayez de vous constituer de bon gré maitre-Queux ou ‘naughty professor’ (imbu-long) ambulant à l’Université Takou Ngué-Sot (Lord have mercy) ou quelque chose comme ça, où vous pourriez aisement bourrer le crâne aux petits mbochis.

    Il y a plusieurs sites sur le réseau Internet, même au Gabon.

    NON MAIS !

  24. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou vos analyses tant et tant de fois répétées sur le réseau et vos remarques désobligeantes envers les compatriotes qui s’expriment sur ce forum et qui pour vous sont tous dans l’erreur car seul Monsieur Pambou détient la connaissance qui lui permet de nous mettre tous sur la bonne voie, en quoi ces analyses apportent elles quelque chose de concret.
    Mais pour qui vous prenez vous MONSIEUR Pambou pour vous permettre de venir donner des leçons, qui vous a investit pour cela ?
    Vous restez dans l’analyse lorsque cela concerne notre pays, le Congo, qui se meure sous le joug d’une dictature des plus féroce et dont le premier responsable en est sassou mais vous savez très bien carresser politiquement cette dictature lorsque vous exercez sur d’autres médias. Bizarre non.

    Je sais qu’en vous répondant je rentre moi aussi dans votre jeu qui consiste à essayer d’entraîner tous ceux qui s’expriment trop brutalement envers vos protégés sassouistes, en détournant les griefs vers d’autres polémiques.

    Lorsque vous aurez fini d’analyser, dites nous, (à nous tous pauvres incultes que nous sommes) ,ce qu’il faut faire puisque vous seul avez la connaissance et connaissez la solution.

    « Lorsque tu es neutre en situation d’injustice c’est que tu as choisi le camp de l’oppresseur ». Et vous MONSIEUR Pambou par votre neutralité affichée vous avez choisi, assumez au moins cela.

  25. Le nul qui veut savoir dit :

    Il y a une expression qui ne date pas d’aujourd’hui, a toujours été à la mode au Congo: »j’ai des relations… » Expression vulgaire certes, mais ayant son importance dans le langage des congolais. Les chaines de relation existent depuis longtemps et même le plus inculte des congolais connait bien comment fonctionne un « réseau », et cela ne suffit pas d’apporter la solution à ses problèmes de pauvreté car pour moi c’est une expression utilisée par des malhonnêtes. Certains veulent faire des théories scientifiques sur des choses connues depuis des lustres, c’est bien mais ça apporte quoi comme solution à nos problèmes?. Ces personnages mettent même en pratique des techniques de persuasion des nouvelles techniques d’information et de communication pour extirper des informations du sub-conscient des honnêtes personnes, afin de bien jouer leur rôle d’agent de la dictature de Sassou…Qui vous a dit que combattre l’injustice est synonyme d’avoir des ambitions de prise de pouvoir? Si vous êtes tellement sûr de votre théorie, essayez de convaincre ceux qui veulent croire. Mais vouloir imposer cela aux gens qui n’ont trouvent aucun intérêt à le savoir vous finirez par développé un délire obsessionnel et attention à la schizophrénie! L’intellectuel congolais a dépassé l’étape de comment fonctionne les choses, sinon nous finiront par croire à toutes les théories du complot existant sur la toile et dans les rues. Du concret, voilà ce que les gens veulent; les théories caduques n’ont plus de place dans la mémoire de nos cellules nerveuses. Vous voulez être crédible? Infiltrez la franc-maçonnerie congolaise ou si vous en faites partie, donnez nous les preuves, publiez les documents secrets que vous détenez et les gens vous prendront au sérieux au lieu de patauger dans la routine imbécile de tous les jours pour amuser les cerveaux d’enfants.

  26. Lucien Pambou dit :

    A Anonyme et à tous les autres,

    On ne s’énerve. Ce site n’est pas un lieu d’invective mais d’analyse, on garde son sang froid. Quand je demande d’agit à visage découvert, c’est une proposition, moi je le fais. C’est pour éviter la duplicité de certains qui se cachent derrière des pseudos et qui attendent que le gateau soit bon au nom de l’alternance politique ou pas, pour mettre en oeuvre leur duplicité. On attaque le régime actuel, mais comme on est anonyme, on est prêt à aller à la table de ce même régime politique que l’on critique.

    Je n’ai de leçon à donner à personne, ni de morale, ni d’intelligence comportementale, mais la situation politico-historique du Congo est telle que des girouettes sont nombreuses dans notre pays. On est capable de dire tout et le contraire de tout. Cela étant dit, l’analyse du réseau je ne l’ai pas inventée, je ne l’impose à personne, je n’ai pas la prétention d’être « Monsieur je sais tout », mais au moins je suis sûr d’une chose: l’analyse par le réseau permet d’expliquer les situations tordues ou justes que rencontre notre pays. Nous avons beaucoup de mal à adopter une neutralité axiologique au départ, quitte à contextualiser nos analyses.

    Tous les écrits sur ce site contre Sassou, contre la Françafrique, contre les analyses claniques ou tribales, se situent toutes dans l’analyse du réseau, que vous le vouliez ou non. On me demande d’apporter des solutions et de sortir de mon horizon théorique, mais je ne suis qu’un modeste analyste, je ne suis pas un homme politique, je présente à mes contempteurs que j’aime bien et à d’autres l’analyse réseautale pour expliquer ce que j’appellerai par exemple le tribalisme inconscient entre nous Congolais, dès lors par exemple que l’on pose la question du Pool ou des rapports entre les ethnies. Ceux qui vont lire très vite mon papier vont penser que je suis adepte du tribalisme et de la séparation. Réponse: faux, mais c’est un outil que l’on peut percevoir dans le réseau pour expliquer sa structuration voire son dépassement.

    Alors chers compatriotes, on se calme, on respire, c’est de l’humour à la Pambou, et on continue de débattre sans morgue et sans dénonciation inutile des uns et des autres car le Congo nous appartient tous, c’est un bien collectif, il nous revient à tous, jeunes, vieux, de se saisir de ce bien collectif et d’éviter par nos écrits que les toutes nouvelles générations ne commettent les mêmes erreurs que nous ou celles de nos aînés. Il faut être sérieux et discuter de façon posée. Je n’impose rien, je ne suis maître de rien, pas le professeur qui donne des cours à ses compatriotes, mes étudiants constituent un public suffisant et encore vis à vis d’eux je leur demande toujours d’être critiques, de contredire mes analyses dans le domaine de l’économie en s’appuyant des lectures qui contredisent ce que je dis.

    Voilà cher Anonyme et les autres ma ligne directrice, elle est toute simple. Ma vie est en France et pas au Congo, cela ne m’empêche pas de parler de mon pays et je continuerai à ma toute petite place d’être la mouche du coche. Voilà, c’est tellement simple.

  27. KOO' NGOH dit :

    @ VAL DE NANTES
    @ Anonyme
    @ Le nul qui veut savoir
    @ Ko-Ko-Ko – Oui? C’est Moi Paul Tchicaya! Carte D’identité N° 24200M22

    Bonjour a vous,
    Mais Dieu, pourquoi discuter avec quelqu’un qui prétend avoir découvert l’eau chaude?
    Ne perdez pas votre temps. Les jeux de nguessoistes sont clairs a tous…
    Salut!

    KOO’ NGOH

  28. ndiaye dit :

    Le réseautage comme l’a dit un intervenant existe depuis la nuit des temps et n’est l’invention de personne. Même le citoyen lambda en a conscience comme l’a si bien rappelé « le nul qui veut savoir » par l’expression « J’ai des relations…. ».

    Même Hitler, en prenant le pouvoir a utilisé divers réseaux, pour accéder démocratiquement au pouvoir et de s’y imposer par la suite, avec les méthodes dictatoriales que nous connaissons tous.

    Une fois que cela est dit, faut-il dans un pays qui cherche sa voie pour le développement se taire, être neutre, du fait que certains sont devenus des nœuds incontournables de réseaux.

    Même après avoir dominé l’Europe par divers moyens dont les réseaux, Hitler a fini par être vaincu par les forces alliés, qui ont structuré un réseau plus fort.

    Quand on veut défendre une théorie, dite novatrice, en fait qui ne l’est pas, on s’y implique pour la rendre utile au nom de tous, dans le cas présent, sortir de la dictature. Ne pas le faire, c’est participer au renforcement de celle-ci, par du verbiage creux.

  29. macktchycaya dit :

    Ce qui importe ici es ce que l’on évoque et non l’identité des intervenants, Mr Pambou dit des choses qui interpellent certes nos consciences et de manière que nos neurones fonctionnent, mais au point où nous en sommes, il est inadmissible de toujours théoriser comme dans une église de réveil où Castanou et Imbombo manipulent encore les congolais pour les endormir. ce que nous voulons ici c’est le pragmatisme car souvent tous nous savions qu’il faut se connecter à un réseau pour faire tomber un pouvoir en Afrique,,,,dits nous ce qu’il faut à l’immédiat pour la situation du pool et du reste du pays par rapport à ce pouvoir c’est tout,,,mais aussi il faut reconnaître à OSSEBI cette volonté patriotique de toujours nous avertir des situations par anticipation heureusement qu’il y a des congolais qui ont encore le souci des autres,,,, la population devrait rentrer en résistance pour faire comme chez les palestiniens; voilà la solution,,,,dans nos villages. les maisons des ministres sont connues, il reste à agir c’est tout.

  30. Mac OKO dit :

    La revoila, la mouche a merde, qui se voudrait du coche. En effet, je vous le concede, vous etes bien une mouche du coche, car vous etes inutile et pensez apporter beaucoup…Par ailleurs, apprenez la modestie et revoyez la definition de l expression « mouche du coche », car tout comme la situation du Congo vous ne semblez pas la maitriser.
    Muette devant le cadavre ensanglante de la petite innoncente assassinee a Mouyondzi et les bombardements incessants qui endeuillent les villages du Pool. Elle nous revient deverser les miasmes de ses theories verbeuses et inutiles sur ce forum où les patriotes viennent chercher ou proposer des solutions pour restaurer la democratie et l etat de droit dans notre cher pays le Congo.
    Vous petez plus haut que votre cul M. Pambou, car je ne vois aucune once d intelligence dans vos interventions… du pedantisme certainement…
    Vous avez choisi la France…tant mieux pour vous… mais priez que la dictature de Sassou perdure, car a la liberation j espere que vous ne vous presenterez pas en « resistant de la plume » car nous saurons exhumer tous vos propos perfides pour vous les rappeler…
    Bien a vous.

  31. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou il est vrai que l’expression » la mouche du coche » vous convient parfaitement

    désigne quelqu’un qui s’agite beaucoup sans rendre de réels services ou qui est empressé inutilement

    Origine:
    Un coche était autrefois un véhicule de transport public tiré par les cheveux des chevaux. Il transportait surtout les gens pauvres, les riches ayant leur carrosse personnel[1].

    Notre expression vient d’une fable de Jean de la Fontaine « le coche et la mouche » (Lien externe) dans laquelle la morale est claire :

    « Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
    S’introduisent dans les affaires :
    Ils font partout les nécessaires,
    Et, partout importuns, devraient être chassés. »

    Dans cette fable, donc, le fabuliste raconte l’histoire d’un coche dont les six chevaux qui le tirent n’arrivent pas à le sortir d’une situation difficile.
    C’est alors qu’intervient une mouche qui s’affaire de façon très désordonnée et qui, une fois que le véhicule est sorti de son mauvais pas, s’en attribue tout le mérite.

    Exemple
    « … l’irrévérencieux courtisan et photographe zélé, soudain impatient et affairé plus que la mouche du coche, nous poussant, se répandant, saluant à la ronde avec importance, faisant mille et mille courbettes pour ne pas passer inaperçu… »
    Blaise Cendrars – Bourlinguer – 1948

  32. Lucien Pambou dit :

    Enfin vérification faite apres ces posts haineux que les noirs j allais dire negres au sens de senghor et cela me vas bien on a beaucoup de mal a s’affranchir de la culture de l insulte a la francaise la maitresse que nous haissons mais que nous aimons finalement dans sa culture de l insulte et de l injure

    Continuez ainsi nous serons toujours cololonises
    Pour le congolais avancez des arguments analytiques c ‘est etre prétentieux c est comme le frenchie blanc

    VOUS AUREZ BEAU VIVRE EN FRANCE PENDANT 30 ANS OU PLUS DOMMAGE VOUS ETES OUT ET VOUS ETES FRENCHIES DANS L AME MEME SI VOUS DITES LE CONTRAIRE
    NE SOYEZ AVEUGLER NI PAR LA HAINE NI PAR LA COLERE QUAND VOUS REPONDEZ VOUS RISQUEZ DE MOURIR HAINEUX ET TORTURE SANS AVOIR LES CHANGEMENTS AU CONGO

    RESPIRER ET COOLOS

    LE NOIR DANS LA STIGMATE TRADITIONNELLE FRANCAISE QUE NOUS CONTRIBUONS A ENTRETENIR PAR NOS REMARQUES ICI SUR CE SITE ET AILLEURS EST TOUJOURS CONSIDERE PAR NOTRE PROPRE FAUTE COMME UN NAZE UN NAIF UN ENFRANT ET QUI TENDS LA MAIN EN PËRMANENCE QUI TAPE DU PIED ALORS QU IL NA NI RESSOURCES FINANCIERES ET STRATEGIQUES EN PROPRES POUR S EMANCIPER DU MAITRE BLANC

    NE PAS RESTER CRISPE ENTENDRE DES VEZR4ITES QUI FONT MAL
    LE RESEAU EST6 UNE INVITE AU DEBAT

    AU FAIT LES SUPPORTERS D OBENGA QUI A REJOINT SASSOU SONT SILENCIEUX ALORS QUE DANS UN DEBAT DANS UNE ECOLEPRIMAIRE QUI AVAIT PRETE SES LOCAUX AUX ORGANISATEURS JE M ETAIS OPPOSE A OBENGA SUR LA SITUATION DU CONGO J AVAIS TOUTE LA SALLE CONTRE MOI

    J AI EU RAISON AU NOM DE LA THEORIE DU RESEAU CAR OBENGA A REJOINT LE PRESIDENT SASSOU QU IL CRITIQUAIT
    AH LE BONHEUR DES PRIVILEGES QUAND TU NOUS TIENS

  33. Lucien Pambou dit :

    désolé j ‘ai ecrit au km sans me relire car presser d’aller faire cours a meqs étudiants
    Priere d excuser les fautes et le style

  34. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou vous prenez vos rêves pour la réalité, en quoi votre littérature sur la théorie du réseau sont des vérités qui nous font mal, laissez moi rire. Elle agace simplement car on connaît parfaitement le but que vous vous êtes fixé, lorsque je lis du Pambou sur ce site je constate simplement que vous ménagez la dictature en place et essayez de détourner et d’entrainer les compatriotes trop agressifs envers cette mafia (et ils ont parfaitement raison var il y a de quoi) vers une réflexion plus basée seulement sur l’analyse.

    Laissez les gens s’exprimer et libérer leur colère salvatrice envers cette mafia des plus infâmes qu’aucun intellectuel même le plus éminent et brillant d’entre eux ( et ce n’est certainement pas vous) ne peux se contenter de rester simplement dans le domaine de l’analyse.

    Vous donnez des leçons mais en quoi Pambou est-il le maître à penser, ce n’est pas la modestie qui vous étouffe lorsque vous venez jouer le petit maître d’école qui sermonne ses élèves.

    Dites nous plutôt pourquoi vous restez dans l’analyse et prenez tant de recul sur ce site lorsqu’il s’agit de parler de notre pays et de cette mafia qui le ruine ouvertement et que vous rédigez des commentaires plus politique et très complaisants envers ce régime et qui par leur teneur laisse penser aux personnes étrangères au Congo n’ayant pas la connaissance de la triste réalité de ce qui s’y passe, que ce pays à un fonctionnement des plus normal.

    Relisez la définition de la Mouche du Coche comme vous aimez à vous définir, cette définition vous sied à ravir, vous êtes bien une Mouche du Coche Monsieur Pambou.

  35. Lucien Pambou dit :

    A Monsieur Anonyme et à tous, bonsoir, voici la mouche du coche de retour.

    Vous pouvez noter que je suis reposé, calme et je vous réponds, non en maître d’école, encore moins en donneur de leçon, mais en mouche du coche, en emmerdeur. D’autres sur ce site, toujours haineux, en mouche à merde. Je constate, je conclus : le nègre reste nègre et j’en suis un.
    C’est vrai que ce site nous permet de nous défouler, voire d’être injurieux pour certains d’entre nous, mais on n’a beaucoup de mal à accepter les analyses des autres, même quand elles ne nous plaisent pas. Je n’ai pas créé l’analyse théorique du réseau, je l’utilise pour le Congo. Je ne suis pas aveugle de ce qu’il se passe dans mon pays qui est devenu un pays bizarre. Les ethnies s’ignorent, on parle de Mbochis, de Laris, de Vilis. C’est une réalité ethnosociologique, personne ne peut le nier, mais enfant pour moi j’étais congolais et adulte je continue de l’être.

    Dépassons les larmes et allons au fond du débat congolais. Je remercie ce site qui permet toutes les expressions des plus haineuses au plus construites et argumentées. Je vais essayer de donner un point de vue, mais très rapide car il faudrait un long débat puisque nous sommes bavards et que nous ne faisons que cela, frustrés pour certains d’entre nous de ne pas être aux affaires pour tirer profit des privilèges ou pour y avoir été et souhaiter y revenir. J’ai fait ici une accusation officielle concernant Théophile Obenga et son attitude vis-à-vis de Sassou lors d’une conférence qu’il tenait dans une école primaire dans le 20ième arrondissement de Paris, près du périphérique. Nous y traitions du Franc CFA. Comme d’habitude la salle, sans analyse économique serrée, était d’accord avec Obenga qui tapait sur Sassou au plan politique. Résultat : il a rejoint Sassou au nom du réseau.

    Ne soyez pas énervés et ne perdez pas pied, le réseau n’est qu’un outil d’analyse, il ne remplace pas la substance analytique qui permet de comprendre la situation actuelle au Congo. Mokoko est emprisonné, Okombi Salissa, Paulin Makaya, Boukadia, il y a des exactions dans le Pool, tous les jours le Congo est en souffrance financière. De tous ces maux, je suis au courant Anonyme. Je ne suis pas aveugle. La plupart sur ce site disent que c’est Sassou le responsable. Que faire ? Sassou doit partir, comme disent certains, car personne n’est irremplaçable. Etons sûrs que celui qui arrivera sera probe et honnête ? On a attendu le messie Lissouba, on sait ce qu’il en est advenu. Nous sommes tous congolais pourris par la tête. On ne s’aime pas, on est fainéant, on n’aime pas bosser. Bavards, nous préférons la politique qui nous rapporte du pognon sans rien faire.

    Tu as raison Anonyme, continuons à exprimer notre colère sur ce site, nous allons mourir, nos enfants prendront la suite de nos bavardages stériles car nous ne nous aimons pas, nous faisons semblant, nous sommes des hâbleurs, nous sommes nègres finalement, naïfs.

  36. Anonyme dit :

    « La plupart sur ce site disent que c’est Sassou le responsable. Que faire ? Sassou doit partir, comme disent certains, car personne n’est irremplaçable. Etons sûrs que celui qui arrivera sera probe et honnête ? »

    Alors comme vous le dites si bien « certains disent que sassou en est le responsable » certains mais pas Lucien Pambou naturellement et comme » nous ne sommes pas sur de trouver mieux » autant garder cette famille mafieuse et le premier psychopathe d’entre eux sassou, avant la venue hypothétique d’un messie qui viendra certainement après que nous nous serons tous plongé dans l’analyse du réseau préconisé par monsieur Pambou.
    Prendre les gens pour des imbéciles cela par contre vous savez très bien le faire vous êtes tout simplement pathétique Monsieur Pambou.
    Ce n’est pas vos analyses qui posent problèmes mais ce que vous voulez en faire, remplacer la révolte par l’analyse et entrainer le maximum de compatriotes dans ce sens et endormir tout le monde sinon pourquoi y mettre autant d’énergie.
    Chacun à le droit de s’exprimer et n’est pas obligé de suivre les codes imposés par un Lucien Pambou auto proclamé donneur de leçons.

    Personne n’a demandé à sassou de se comporter comme il le fait même pas les réseaux… France afrique ou autre et vos analyses ne disent rien en ce sens.

    Il y a une expression Française que j’ai retenue et qui m’amuse toujours autant
    « la culture c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale »

    Dites nous plutôt pourquoi vous restez dans l’analyse et prenez tant de recul sur ce site lorsqu’il s’agit de parler de notre pays et de cette mafia qui le pille et le ruine ouvertement et que sur d’autres sites et médias vous rédigez des commentaires plus politique et très complaisants envers ce régime et qui par leur teneur laisse penser aux personnes étrangères au Congo n’ayant pas la connaissance de la triste réalité de ce qui s’y passe, que ce pays à un fonctionnement des plus normal.

  37. Lucien Pambou dit :

    D’abord Anonyme, j’agis toujours à découvert. Vous faites un procès d’intention maladroit. Si vous lisez mes articles sur l’ensemble des sites et surtout sur Blastingnews, je ne suis ni complaisant, ni provocateur, ni opposant à l’opposition, mais modeste analyste., mais ça vous ne savait pas faire. Vous préférez l’invective à l’analyse. C’est Congo-France en route.

    Pour changer un régime, l’analyse dit deux choses:
    – soit une révolution brutale par les armes,
    – soit une révolution démocratique par les urnes.

    Je ne suis pas homme politique, mais analyste, je livre des solutions d’analyste, à vous de les rendre faisables. Ce qui m’intéresse, c’est expliquer.

    Bonne nuit Anonyme, à moins que tu me répondes.

  38. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou
    Comme le dit si bien le journaliste de médiapart vous faites parti des « théoriciens et militants du ‘rôle positif’ de la dictature et du crime de masse ».

  39. Anonyme dit :

    Que mon anonymat vous agace ceci à pour effet plutôt de me réjouir et de m’amuser, c’est ma liberté et je n’ai pas à recevoir d’ordres d’un Lucien pambou.

    Je vous cite:
    « Je ne suis ni complaisant, ni provocateur, ni opposant à l’opposition, »

    On aurait mieux aimé que vous nous parliez de sassou plutôt que de l’opposition fantoche. Si tous ces vautours vont à la mangeoire c’est qu’ils participent au jeu diabolique de sassou qui en est le principal ordonnateur, donc le principal responsable.

    Je vous cite:
     » Vous préférez l’invective à l’analyse »

    Mon invective est franche et direct contrairement à la votre qui sous couvert d’une certaine condescendance est sournoise et habillée d’une fausse modestie lorsque sur un ton professoral donneur de leçons vous interpeller les compatriotes qui laissent éclater leur colère bien légitime.

    Je vous cite:
     » je livre des solutions d’analyste, à vous de les rendre faisables. Ce qui m’intéresse, c’est expliquer »

    Vous, vous livrez des solutions ? Vous, vous expliquez? laissez moi rire, à part rabâcher votre litanie du réseau qui d’ailleurs n’apporte rien de concret. De nos jours tout ou presque s’organise en réseau vous n’avez rien inventé. Après avoir posé votre analyse que fait-on Mr Pambou, ou est votre analyse ?

  40. Anonyme dit :

    Vous restez dans l’analyse et prenez beaucoup de recul sur ce site lorsqu’il s’agit de parler de notre pays et de cette mafia familiale qui le pille et le ruine ouvertement et que sur d’autres sites et médias vous rédigez des commentaires plus politique et très complaisants envers ce régime dictatorial et qui par leur teneur laisse penser aux personnes étrangères au Congo n’ayant pas la connaissance de la triste réalité de ce qui s’y passe, que ce pays à un fonctionnement des plus normal.

    Par ce fait vous prenez parti et vous êtes un maillon de ce réseau qui participe au maintien de ce régime abjecte.

  41. ndiaye dit :

    Exemple pratique de réseau local, qui n’a pas besoin de tout un verbiage (analyse) sur le web pour exister.

    Le journaliste : « Quel regard portez-vous sur le général Mokoko, sur sa candidature politique ? »
    Ndalla : « Cela montre que le lien national existe parce que la candidature de Jean-Marie Michel Mokoko a été suscitée par les gens de Pointe-Noire. JMMM est venu parce que les gens de Pointe-Noire ont pensé que pour atténuer les tensions et inhiber les passions…il fallait opposer à Sassou un homme du Nord et, de surcroit, militaire comme lui. Les gens de Pointe-Noire ont fait le choix de JMMM. Et JMMM est arrivé. Mais l’ennui c’est que MM est venu sans appareil politique. Le problème de mobilisation a été résolu, en partie, parce que les gens en avaient marre du régime de Sassou. Et ils ont porté Mokoko à bout de bras. Sassou a dépensé des milliards pour mobiliser les gens. Mais malgré les milliards, les gens ont appuyé à fond JMMM. Mokoko et Guy Parfait Kolélas ont battu Sassou de loin. Le fait que les gens de Pointe-Noire mettent Mokoko (un homme du Nord) contre Sassou, un militaire comme lui, s’il gagne, cela va abaisser un peu les passions et lier davantage les Congolais entre eux.

    Parce que là on va détruire le système Sassou et ses prédateurs.

    Donc cela veut dire que l’élan national existe. »

  42. ndiaye dit :

    Dans le contexte actuel du Congo-Brazzaville, nous n’avons pas besoin de Tartarin de Tarascon tueur de lions, n’ayant jamais quitté sa ville. Tout le monde doit mettre la main dans le cambouis et non faire semblant d’être spectateur.

    Nous n’avons pas aussi besoin de tartuffes venant se vanter d’être des profs, d’avoir des enfants franco-français et quoi encore. Laissez les congolais soucieux de l’avenir de leur pays se battre avec leurs convictions et leur propre intelligence.

  43. ndiaye dit :

    Lire Franco-congolais

  44. Lucien Pambou dit :

    Monsieur N’Diaye et les autres,

    Les belles phrases sur le net c’est bien « Laissez les congolais soucieux de l’avenir de leur pays se battre avec leurs convictions et leur propre intelligence ». Vous parlez de vous battre en devisant sur ce site à coup de grandes phrases inutiles et d’intelligence débordante. Bavards nous sommes, bavards nous resterons. Je ne demande à personne de suivre mes préconisations réseautale et encore moins d’être mon élève.

    Allons au fond des choses. J’ai critiqué la position d’Obenga, personne n’a répondu au nom de cette coalition honteuse ethno-politique. Au nom de l’analyse du réseau, voici deux propositions que je vous faits. La deuxième proposition a mon assentiment et justifie ma cohérence analytique.

    1. La plupart d’entre vous sur ce site réclament le départ de Sassou par la force et la violence. Faites donc un coup d’Etat. Organisez-vous et obligez le chef de l’Etat actuel à quitter le pouvoir en utilisant les armes. Au lieu de bavasser à l’infini, passez à l’action et soyez garçons comme disent mes amis ivoiriens.

    2. L’alternance par les urnes. C’est ma préférence. Aucune démocratie n’est parfaite. Prenons acte de ce qu’il s’est passé en 2016 pour ne pas commettre les mêmes erreurs après. On me dira: Pambou tu rêves, Sassou n’aime que la force et la brutalité. Je suis naïf, je vous l’accorde, je refuse la violence et les guerres, je préfère le débat d’idées. Au Congo, on en est loin.

  45. Anonyme dit :

    « L’alternance par les urnes. C’est ma préférence. Aucune démocratie n’est parfaite »

    Le problème qui vous caractérise est la monsieur Pambou, considérer le Congo comme une démocratie.

  46. Lucien Pambou dit :

    Anonyme, ne te cache pas, dis le une fois pour toutes que tu veux un coup d’Etat militaire au Congo. Donne à ceux qui le souhaitent les moyens intellectuels, stratégiques, politiques et financiers de le faire, au lieu d’être dans le verbiage permanent. Ai-de dit que le Congo était une démocratie ? M’avez-vous entendu le dire ?

    Retenez-le une fois pour toutes, le Congo comme l’ensemble des pays africains sont en situation de pré-démocratisation et comme un enfant qui vient de naître, il y a forcément des choses à revoir. C’est bien le bavardage intellectuel, mais utilisez les mots corrects. Le Congo ne peut être une démocratie puisque la plupart, sur ce site, pensent le contraire. Sans être prof, je vous donne les clefs d’analyse: le Congo est en pré-démocratisation, en transition démocratique, en démocratie d’attente, etc. Vous voyez, ne m’attribuez pas des mots que je n’ai jamais prononcés. Organisez la résistance militaire à Sassou, organisez les fonds, engagez les mercenaires. Ce que je vous dis ici et maintenant, c’est ce que vous pensez de manière cachée et hypocrite.

    Ma préférence, même si je me trompe mille fois et au prix d’un isolement intellectuel que j’assume, c’est de réussir la pré-démocratisation (on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs, ce qui ne veut pas dire que je suis d’accord avec l’omelette) par le débat intellectuel, le vote et les urnes. C’est long, c’est difficile, je serai peut-être mort, au moins les nouvelles générations profiteront de ce que nous, les anciens, aurons semé. Nous avons tous entre 50 ans, 60 ans et plus, il faut, et je vous le dis à tous dans les yeux, laisser les jeunes de 30 ans à 50 ans arriver aux affaires et gouverner ce pays Congo. Nous sommes trop vieux. Contentons-nous d’être des conseillers et ces jeunes ne sont pas obligés de nous suivre.

  47. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou je ne me cache pas et comme je vous l’ai déjà dit je n’ai d’ordres à recevoir de personne et surtout pas de vous, vous ne m’impressionnez pas.

    Je suis en âge votre ainé, je ne suis pas un nanti, je n’ai aucune visée de près ou de loin pour tirer un quelconque avantage financier du pays mais je suis près de la population qui souffre et qui vit tout les jours sans avenir. Je ne sais pas si vous vivez cette réalité mais moi je la côtoie régulièrement lors de mes fréquents séjours au pays. Mes séjours ne se passent pas dans les beaux quartiers ni dans des 4X4 rutilants. Mon quotidien au pays c’est les quartiers populaires, les taxis voir les bus, la marche à pied dans les ruelles jonchées d’immondices, l’eau insalubre (quand elle coule au robinet) les coupures d’électricité fréquentes, le bruit des groupes électrogène, les marchés insalubres ou les denrées sont rares, l’angoisse d’avoir à fréquenter un hôpital lorsqu’on sait que les morgues sont plus productives .. etc… sur ce point aucune leçon à recevoir de vous.

    Touts ces pauvres gens que je côtoie, croyez vous qu’ils ont envie d’entendre et d’attentre des analyses pour que leur futur s’améliore.
    Moi ce que j’entend, même si je le déplore mais le comprend, ce sont des phrases comme:
    « qu’on vende le pays et qu’on me donne ma part pour que je parte loin d’ici » « Que le colon revienne nous sommes prêt à changer de nationalité » etc…. etc … pour en arriver à dire ces mots c’est que la détresse est profonde que les consciences des gens sont atteintes.

    Qui en est responsable Monsieur Pambou, qui a détruit les consciences Monsieur Pambou, si ce ne sont pas ceux qui détiennent tous les pouvoirs.
    Sassou a tous pouvoirs pour améliorer la vie des populations il a choisit autre chose son enrichissement personnel et familial et son maintien au pouvoir pour assuré sa sécurité.

    Le bâtisseur infatigable construit car on sait bien que c’est dans ce secteur du btp qu’il est le plus facile de corrompre et d’amasser des fortunes.
    Alors que nous manquons cruellement de moyens et de personnels medicaux pour les stuctures existantes qui sont devenues de vrais mouroirs, dites nous ce que deviennent les douzes hôpitaux régionaux dont le gros œuvres est terminé.
    Alors que dans le même temps KIKI le fis prodige parade avec son hôpital mobile ultra moderne pour se valoriser alors que cette argent pourrait faire fonctionner l’existant mais il est vrai que le but à atteindre ne serait pas le même.

    Le scandale financier (Asperbras) ou des forages à la périphérie ont un côut dix fois plus élevé qu’un forage en plein désert.

    La débilité de la municipalisation accélérée ou on construit en priorité un aéroport voir héliport pour la venue de sassou, un boulevard pour le défilé, un stade qui n’aura plus d’activité une fois le jour passé et surtout un palais pour le maître du pays pour qu’il puisse ripailler le soir en petit comité et le reste des projets tombent aux oubliettes. pour les pauvres de ce pays ce n’est pas la fête nationale c’est la fête familale de la famille sassou.

    Il faudrait des pages et pages pour décrire tout ce qui ne marche pas au pays

    Tout est comme cela et vous le savez très bien et c’est en cela que vous êtes encore le plus néfaste car vos écrits et vos interviews laissent à penser le contraire, une autre réalité. Vous avez tous les moyens, intellectuels et accès aux médias, pour décrire cette réalité mais vous avez choisit une autre voie celle de rendre acceptable, l’inacceptable.
    Je parle surtout de vos prestations sur d’autres médias ou vous lissez l’image de la mafia d’Oyo et rendez cette dictature présentable car sur ce site fréquenté exclusivement par des Congolais votre impact est minime.

    Il ne s’agit pas d’être pour ou contre telle ou telle option pour dégager cette mafia mais surtout, au moins, de ne pas participer à l’entretenir.

    Je ne suis pas militariste, ni un fin analyste mais je sais que tout ce qui renforce cette dictature l’entretien et la fait perdurer et vous, vous y contribuez.

    Je vous cite:
    « le Congo est en pré-démocratisation, en transition démocratique, en démocratie d’attente »,

    Ne prenez pas les compatriotes pour des idiots
    Le Congo est une dictature, elle n’est pas idéologique mais financière et mafieuse ce qui est pire encore car on peut faire évoluer et échanger même avec un dictateur mais avec une mafia point de dialogue car aucune sortie n’est prévue et envisageable,
    Je sais qu’employer ce mot dictature vous est impossible car vous êtes dans le réseau.

  48. Lucien Pambou dit :

    Anonyme et à tous les autres qui vont lire ce post,

    Mes compatriotes ne sont pas des idiots, c’est vous qui le dites à ma place. Vous dites encore que le Congo est une dictature avec Sassou à sa tête, c’est ce que vous sous-tendez.
    Je ne vais pas revenir sur les débats interminables que les Congolais adorent. J’ai fait trois remarques, je n’ai toujours pas de réponse de votre part.

    1. J’ai été houspillé par une salle qui soutenait Obenga et qui avait dit du mal de Sassou. Monsieur Obenga m’a pris en grippe car je disais simplement que la situation congolaise est plus complexe que celle qu’il décrivait. Résultat : Monsieur Obenga a rejoint Sassou après en avoir dit du mal et Sassou, en stratège politique, a accepté pour mieux le contrôler. Voilà un des éléments analytiques du réseau. Je n’ai pas inventé le fil à couper le beurre mais j’utilise la petite intelligence que m’ont donné mes parents analphabètes et l’école française, pour vous obliger à regarder les choses en face et non à faire comme nos compatriotes français et congolais : cacher la poussière sous le tapis pour dire que tout va bien. J’attends votre réponse de militant et d’intellectuel distingué pour avoir une réponse. De grâce, n’utilisez pas les arguments de l’âge pour me réduire au silence. Je suis une grande gueule au bon sens du terme, c’est-à-dire non insolente, non injurieuse, mais toujours apte à interpeller de façon un peu véhémente, je m’en excuse, mes compatriotes.

    2. Anonyme, vous et moi avons dépassé la cinquantaine. Au pouvoir se trouve une génération née dans les années 1940 et certains dans les années 50 comme vous et moi. Sans opposer les générations entre elles, je propose et de façon très claire que les vieux comme toi et moi continuons à jouer notre rôle d’éclaireur pour permettre à la jeunesse, celle qui est née dans les années 70, d’être aux affaires. J’attends une réponse, j’attends un signe et je ne vous donne pas d’ordre puisque vous avez l’heur de ne pas trop aimer les ordres, alors qu’ils n’en sont pas et qu’ils constituent des arguments qui vous mettent mal à l’aise.

    3. Vous estimez que le Congo est une dictature dirigée par Denis Sassou Nguesso et sa famille. Que faites-vous alors pour qu’il n’en soit plus ainsi ? Je vous avais fait deux propositions radicales, on peut en trouver des plus softs. Parmi ces deux propositions radicales :

    – Organiser un coup d’Etat sur le plan militaire, stratégique, politique et financier pour renverser le pouvoir de Sassou. Il faut, à un moment donné, dire les choses au lieu de passer votre vie à vous plaindre, à vous indigner. Je vous comprends, mais il faut passer à l’acte. C’est peut-être secret vous me direz, dont acte.

    – Le mandat de Sassou, après le référendum et la nouvelle Constitution considérée par certains comme une mascarade et une fraude démocratique, touche à sa fin en 2021. Avant 2021, rien n’empêche aux contempteurs de Sassou n’organiser les moyens politiques, intellectuels pour une alternance démocratique.

    – Vous me demandez toujours de déclarer mon amour ou mon aversion vis-à-vis de Sassou. Qui êtes-vous pour juger à ma place ? Vous avez beaucoup de mal à avoir une approche non empathique et tribalo-politique des situations. Il faut toujours se déterminer vis-à-vis de quelque chose. Si vous vivez en France, vous avez bien compris ce que Macron vous a dit : ni tic, ni tac, ni Gauche, ni Droite, mais une position idoine, iconoclaste et intellectuellement difficile à accepter pour des esprits un peu faibles et séparatistes, à savoir la synthèse, le rassemblement pour éviter les brutalités. C’est une position finalement de neutralité axiologique. C’est difficile à concevoir pour les Congolais. Evidemment, je te laisse la main et je te la donne en même temps, tu vas me répondre : le Congo ce n’est pas la France, le Congo c’est une dictature et Pambou tu as choisi en ne choisissant pas le camp de Sassou. Je te demande dépasser ces analyses empathiques et de contribuer à organiser sur ce site des débats de fond, comme le font Londi et Rigobert Ossebi.

    Allez, je sais que tu vas me répondre, comme d’autres d’ailleurs, car vous estimez que je passe mon temps à vous provoquer, alors que, modestement, j’essaie de vous révéler à vous-mêmes : rester vertical et débattre au fond, sans invective et anathème. C’est bien confortable derrière son ordinateur. J’attends toujours les réponses aux deux ou trois questions posées en amont de mon post.

    Désolé, je n’ai pas relu mon texte car je dois suivre l’émission politique de Pujadas et Salame sur France 2. Vous n’en avez rien à foutre, je le conçois, mais pour moi c’est très important. A très bientôt.

    Pambou

  49. Anonyme dit :

    Je n’utilise pas l’argument de l’âge pour vous réduire au silence ce n’est absolument pas dans mes conceptions mais simplement j’essayais de vous décrire brièvement le personnage que je suis.

    Répondre à vos questions ne m’intéresse même pas, ni même l’histoire avec Obenga simple anecdote de l’histoire ainsi que vos déblatérations sur la théorie du réseau sur lequel vous avez parfaitement le droit comme tout à chacun de vous exprimer.
    Et c’est le but que vous vous êtes fixé sur ce site détourner les positions trop violentes envers cette mafia vers des analyses fumeuses pour en atténuer leur portée.

    D’ailleurs c’est vous qui détournez la question et ne répondez pas aux questions mais il serait étonnant qu’il en soit autrement venant de votre part..

    Une fois pour toute Monsieur Pambou:
    Ce que l’on vous reproche c’est que vous restez dans l’analyse et prenez beaucoup de recul sur ce site lorsqu’il s’agit de parler de notre pays et de cette mafia familiale qui le pille et le ruine ouvertement et que sur d’autres sites et médias vous rédigez des commentaires plus politique et très complaisants envers ce régime dictatorial et qui par leur teneur laisse penser aux personnes étrangères au Congo n’ayant pas la connaissance de la triste réalité de ce qui s’y passe, que ce pays à un fonctionnement des plus normal.
    Ne prenez pas les compatriotes pour des idiots
    Le Congo est une dictature, elle n’est pas idéologique mais financière et mafieuse ce qui est pire encore car on peut faire évoluer, discuter voir échanger avec un dictateur idéologique mais avec une mafia point de dialogue car aucune sortie n’est prévue et envisageable.
    Par ce fait vous prenez parti et vous êtes un maillon de ce réseau qui participe au maintien de ce
    système infâme.

    Le reste n’est que littérature et on pourrait en discuter mais sur ce point vous êtes néfaste et dangereux Mr Pambou,

    1 exemple parmi beaucoup d’autres

    https://blogs.mediapart.fr/felix-bankounda-mpele/blog/030516/congo-defis-de-sassou-nguesso-reponse-lucien-pambou

    Comme le dit si bien le journaliste de médiapart vous faites parti des « théoriciens et militants du ‘rôle positif’ de la dictature et du crime de masse ».

    ps:
    N’associez pas Mrs Londi et Ossebi qui eux font un travail remarquable de sape envers cette mafia, vous n’êtes pas à leur hauteur..

  50. Lucien Pambou dit :

    anonyme

    je vous laisse à vos remerques qui n ‘apportent pas grand chose au débat intellectuel dont nous congolais verbeux sommes les tenants

    je vous laisse à vos invectives et autres brutalités verbales
    je passe à autre chose sur un prochain sujet sur ce site

    Au moins une satisfaction toute petite de ma part vous faire accepter l ‘analyse du réseau comme un des outils analytiques pour décrire la siyuation politique au congo
    Quant à mon article repris par bankounda pele

    Vous voyez je fais des propositions aux responsables congolais au moins je bosse
    qu ils acceptent ou non mes préconisations est un autre probleme
    Vous me considerer comme militant de la dictature c ‘est votre probleme
    a bientot
    anonyme
    PAMBOU

Laisser un commentaire