Analyse réseautale et signification politique du voyage du Président Macron à Gao au Mali. Par LUCIEN PAMBOU

Le président français Emmanuel Macron (C) et son homolgue malien (en blanc) Ibrahim Boubacar Keïta, le 19 mai 2017 à Gao au Mali, avec les troupes présentes

Dans un ou une interview du 19 mai 2017, Mingwa Biango a dit sur Congo-liberty.com, un fait politique important : la politique africaine du jeune Président de la République française, Emmanuel Macron, sera celle de ses prédécesseurs. De façon prémonitoire, Mingwa a eu raison car le voyage de Macron à Gao, au lieu d’aller à Bamako, montre que l’Afrique, surtout francophone, n’a rien à attendre de Macron pour mettre en place des relations normales d’Etat à Etat. Ceux de nos compatriotes congolais qui estiment que la France peut être une planche de salut (et ils n’ont pas tort) pour espérer une situation politique normale au Congo, doivent réévaluer leurs analyses.

Après Berlin, Macron a choisi la base de Gao pour rendre visite aux soldats français qui luttent contre le terrorisme djihadiste. C’est un choix très clair qui montre à l’Afrique francophone qu’elle n’a rien à dire à la France qui organise son fonctionnement politique et militaire. Peu importe que les Maliens soient offensés et que le Président Ibrahim Boubacar Keita du Mali soit obligé de venir l’accueillir à Gao. La France est maitresse du réseau de la Françafrique et, en tant que parrain du réseau, elle organise les conditions d’existence, de fonctionnement et de survie du réseau. Les Africains, surtout congolais, qui estiment que la France joue un jeu en faveur des responsables politiques africains aux affaires en ce moment, comme Déby (Tchad) , Sassou (Congo-Brazzaville) ou Biya (Cameroun), doivent être capables de proposer un modèle alternatif sur le plan politique et financier acceptable pour contrer la France, pilote du réseau de la Françafrique. Il est possible, quand on écoute les opposants congolais à la Françafrique, de proposer un modèle nouveau et différent. On attend toujours, même si cela reste secret (ce qui n’est pas paradoxal), quelques lignes sources d’une stratégie de distanciation vis-à-vis de la Françafrique. Pour des raisons historiques et politiques contemporaines, les Congolais estiment que la France reste toujours le point d’ancrage de leur adoubement/contestation. Tous les opposants politiques et ceux de la majorité viennent se faire soigner en France, houspillent ce pays mais tout en possédant tous des résidences secondaires. La France le sait et considèrent ces hommes politiques africains francophones comme des gamins qui tapent du pied, qui expriment leur colère mais qui finissent par se taire et obéir car c’est la France qui dirige et organise de façon subliminale, voire explicite, la conduite de leur colère. Cela étant mis en relief, essayons maintenant de voir comment l’analyse réseautale articule politiquement la visite du Président Macron à Gao.

 

Le choix de Gao aux dépends de Bamako est politiquement et militairement significatif pour la France patronne du réseau

 

Le Président Macron a inversé le protocole diplomatique qui tisse les relations entre la France et ses anciennes colonies. Dans le réseau, la France est le point central. La Françafrique est un autre point du réseau, au même titre que le sont la plupart des pays francophones, comme le Mali, le Gabon, le Congo, la Cote d’Ivoire, le Tchad, le Niger, le Sénégal, etc. La Françafrique est un maillon abstrait/concret des relations entre la France et les Etats africains souverains. C’est un maillon surplombant qui, à l’intérieur du réseau France/pays africains, organise la vie politique, militaire et financière des intérêts français. Sans l’intervention de la France sur le plan militaire au Mali en janvier 2013, les Africains, et surtout les Congolais bavards et baveux, auraient assisté à l’effondrement des structures politiques, et administratives maliennes à cause de l’attaque des djihadistes. Pour celui qui veut changer le modèle d’organisation politique dans le réseau Françafrique, il faut avoir cet argument en tête au lieu de passer son temps à bavasser et à s’indigner sans avoir des réponses alternatives concrètes. On peut demander au nom de la théorie du réseau, car c’est l’évidence (faiblesse stratégique, politique, économique, moyens financiers des pays et des opposants), de changer d’alliance politique en demandant à la Chine, aux Etats Unis d’intervenir dans le réseau Françafrique pour le démanteler. Sommes-nous sûrs au nom d’un racisme congénital, inconscient et ordinaire de l’homme blanc (Etats Unis), de l’Asiatique (Chine) d’arriver à nos fins ? C’est ici et maintenant l’avertissement de l’analyste et non de l’homme politique que je suis. Je présente aux hommes politiques africains et congolais qui souhaitent sortir de la Françafrique des éléments de débat pour l’action.

 

En allant à Gao, au nom du réseau et de la position dominante de la France, Macron montre explicitement que cette partie du Sahel est un territoire français

 

Les Maliens ont été offusqués par l’attitude de Macron qui a atterri à Gao au lieu de Bamako la capitale. Ibrahim Boubacar Keita et les responsables politiques maliens ont été vexés. Macron n’en a rien à faire. La France est en position dominante dans le réseau et c’est elle qui dicte la loi, que cela plaise ou non au Président malien. Macron est dans la filiation gaullienne du Président Général De Gaulle et de son homme de main Foccart. Les Maliens, comme dans la plupart des pays africains, restent encore attachés à une conception des rapports empathiques, tribaux et générationnels. Macron, plus jeune que le Président Keita, aurait dû passer par Bamako. Fausse analyse car dans le réseau, c’est celui qui domine, qui organise les ordres, c’est le cas de Macron plus jeune que Ibrahim Boubacar Keita. La France impulse les conditions de la défense de ses anciennes colonies et celles-ci ne peuvent qu’obéir et éventuellement remercier leur bienfaiteur, la France. Attitude ridicule et curieuse du Président IBK qui a remis 900 kg de mangues pour le remercier de sa visite au Président français qui, de façon diplomatique et intellectuelle, s’en est moqué et les a remis aux 1600 soldats de la force Barkane qui vont les déguster avec plaisir.

Le voyage de Macron à Gao, le déplacement du Président IBK à Gao montrent que l’analyse du réseau est nécessaire pour qui veut comprendre les relations entre la France et ses anciennes colonies et la manière dont sont traités les Chefs d’Etat africains francophones. Le message de Macron, chef du réseau, a été très clair : vous devez dorénavant suivre ce que je vous demande.

  1. Eviter la corruption, ce qui a été clairement dit.
  2. Organiser un sentier harmonieux de gouvernance dans vos pays.
  3. Organiser les conditions africaines de la riposte face au terrorisme djihadiste (il visitera au mois de novembre les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Niger, Burkina-Faso, Cameroun).
  4. Je veux bien vous aider à lutter contre le terrorisme en vous apportant des moyens financiers (matériels militaires et hommes). Je mets à votre disposition aussi des moyens qui vous permettent de concilier sécurité et développement économique, mais la France reste vigilante sur la manière d’utiliser ses moyens.
  5. Je fais intervenir l’Allemagne et l’Europe en densifiant le réseau dont je suis le maître sans perdre la main pour aider les Africains, bavards et incapables, à lutter contre le terrorisme djihadiste. Mon Ministre des Affaires étrangères, le Driant, sera là pour contrôler les choses car il vous connait dans vos faiblesses et turpitudes, même si certains pensent que c’est un suppôt de la Françafrique et un ami de Sassou.
  6. La France est arrivée à Gao pour défendre d’abord les intérêts économiques français (Areva au Niger pour l’uranium, Total pour le pétrole, Vinci pour l’infrastructure, Véolia pour l’environnement). Tout ceci est suggéré et non-dit, mais reste explicite dans le réseau.
  7. Pays africains francophones, pays boucles du réseau France, vous devez comprendre que la France continue sa politique. Elle va faire des inflexions, mais elle refuse que des soldats français continuent de mourir pour les pays africains corrompus, voire ingouvernables.

 

En tant que maître du réseau, gaulliens par leur posture, la France et son Président Macron viennent d’envoyer un message très clair à l’Afrique francophone : continuité de la politique de la Françafrique, inflexion en fonction des situations et obéissance de la plupart des gouvernants et politiques africains aux injonctions de la France et surtout de son Président maître du réseau France et ordonnateur de la vie du réseau vis-à-vis des pays francophones africains qui ne sont que des éléments boucles du réseau central France.

 

Lucien PAMBOU

Ancien conseiller municipal LR Alfortville (2008/2014)

Cofondateur et ancien Secrétaire général du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France)

 

Diffusé le 21 mai 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

44 réponses à Analyse réseautale et signification politique du voyage du Président Macron à Gao au Mali. Par LUCIEN PAMBOU

  1. sibiti dit :

    je suis totalement d’accord avec Lucien sur son analyse. D’ailleurs pour vous prouver cela il à mis LE DRIAN ministre des affaires étrangères. C’est la continuité et surtout c’est du pain béni pour les Sassou et autres. La révolution au Burkina Faso a réussi parce que les Français étaient surpris et la détermination du peuple était intact.

  2. Bakala dit :

    Parler pour Parler. Attention, car cela est le premier symptôme de la diarrhée verbale.

    Lors de la compagne électorale, macron avait dit qu’il visiterait les militaires de son pays. C’est ce qu’il a fait.

    Il est allé au mali non pas pour les maliens, mais leurs militaires qui sont aux avant-postes de la lutte contre le terrorisme qui vient tuer chez eux i.e. la France.

    Il est venu remercier leurs soldats, qui ne sont pas à Bamako, mais plutôt à GAO où est stationnée leur mission.

    Ah congolais!

    L’autre jour c’était Sassou qui réalisait la convertibilité du Yuan chinois en Franc CFA du seul fait d’avoir donné l’agrément à une banque chinoise pour faciliter les transactions des opérateurs des deux pays qui voulaient utiliser leur monnaie respective dans les deux pays, et ce en évitant les opérateurs de devises.

    Aujourd’hui, la visite de macron aux soldats français, programmée depuis plusieurs semaines, veut être transformée en une opération d’humiliation du Mali et des Africains.

    Il faut vraiment avoir l’esprit à cet endroit ….

    Toujours la polémique inutile.

  3. Lucien Pambou dit :

    Monsieur Bakala,

    Votre post est consternant et indigent à cause d’une mauvaise analyse des us et coutumes des relations internationales. Même si le Mali est un pays pauvre appartenant au réseau françafrique, il y a des règles diplomatiques qui obligent le pays dominant, la France, à respecter les règles de la bienséance diplomatique.

    En allant à Gao, sans passer par Bamako, même s’il avait dit qu’il le ferait, Macron se comporte en Afrique (hélas les nègres que nous sommes, on y peut rien) comme dans un morceau de la France. Vous apportez sans le vouloir de l’eau au moulin de mon analyse du réseau qui montre que le patron du réseau, donc la France, fait ce qu’elle veut et ce que j’essaie de vous montrer sur ce site, qu’au delà du bavardage et du verbiage et des grandes phrases que vous tenez sur ce site, il y a une réalité de terrain et de la géopolitique des territoires au sein desquels les pays africains, par leur indigence chronique dans les domaines financiers, matériels, politiques, ressources humaines formées, ne sont que des pions.

    Au lieu de bavasser et de jeter des anathèmes permanents, les Africains, dont les Congolais que nous sommes, doivent être capables de réfléchir de façon méthodique et stratégique. Macron s’en fout et se fout du mécontentement de IBK et de la classe politique malienne corrompue. Il est le patron du réseau, il impose son point de vue, il a l’argent, les équipements, les militaires, la stratégie, les entreprises et il vous oblige à faire ce qu’il veut. IBK, tu prends ton avion ou ton hélicoptère et tu viens me voir à Gao, car je suis, moi Macron, le Boss. Voilà la réalité, au lieu du verbiage sempiternel.

  4. Mingwa Biango dit :

    Du « très Grand Lucien Pambou » !
    Merci grand frère pour cette très belle analyse.
    L’heure de la conscientisation est arrivée…mais sommes-nous ( Africains ) prêts à assumer notre émancipation ?

  5. Bulukutu dit :

    Ibk avait – il le choix de ne pas se rendre à Gao?

  6. Anonyme dit :

    Mon chet Pambou Bakala a raison; Macron vient a peine de prendre le pouvoir, il n’a pas encore defini ses orientations en matiere de politique africaine que vous lui preter les intenzivně qu’il n’a peut-etre pas, je pense qu’il faut un peu de patience event de juger ; qui croyait que Mitterrand allait nous produire la Baule; les jugements attifs ne sont pas de nature a produire des analysis serieuses.

  7. Anonyme dit :

    Cet article me semble réductrice et n’ouvre aucun horizon à la recherche sur les solutions de la crise africaine. Je préfère m’appuyer sur les analyses d’un Achille BEMBE ou d’un Patrice YENGO pour m’épargner la logique du captif englué dans le complexe du colonisé. cet article est trop factuel, il manque une consistance conceptuelle prenant appui sur la mentalité et les cultures qui ont façonné les africains ces 50 dernières années.

  8. Lucien Pambou dit :

    Bakala, Anonyme et les autres,

    peut-on imaginer un Trump allant à Baden baden voir les troupes américaines de l’OTAN stationnée en Allemagne sans une escale préalable à Berlin pour voir Madame Merkel ? Impensable, même si l’Allemagne est moins forte que les Etats Unis et que les Américains protègent l’Allemagne en tant que membre de l’OTAN. Nous sommes là aussi dans un réseau particulier avec ses codes. Mais tout de même, Achille Bembe ou Patrice Yengo parlent du complexe du colonisé, mais les analyses de Bembe sur l’afropolitainisation sont des protocoles intellectuels pour expliquer le comportement des Noirs que nous sommes dans une nouvelle géopolitique, mais qui n’apportent aucune solution pour comprendre la réalité actuelle et la subtilité des relations internationales.

    Macron peut se comporter comme il veut vis à vis du malien IBK, mais Trump, malgré sa puissance, met les formes vis à vis de l’Allemagne de Merkel. On sort du bavardage et là c’est la réalité internationale, les réseaux marqués par des rapports de force en fonction des continents et de la puissance des territoires. Il n’y a aucun complexe là dedans, mais une évidence analytique et empirique.

    Vive l’analyse réseautale.

  9. Lucien Pambou dit :

    Macron a encore humilié le Mali en se débarrassant de 900 kg de mangues que IBK lui a donnés. Il en a fait cadeau aux troupes françaises qui étaient contentes et en plus il l’a dit dans son discours. Les Présidents africains acceptent tout parce qu’ils sont faibles. Il aurait pu laisser les mangues aux soldats sans être obligé de le dire. Quelle honte pour IBK, c’est normal, ce n’est qu’un pion du réseau Françafrique dont Macron est devenu aujourd’hui un des acteurs principaux.

  10. Mark dit :

    Macron est un jeune président qui vient de prendre ses fonctions. Le juger maintenant, c’est faire ce que BAKALA appelle  » la diarrhée » .C’est effectivement le sydrome congolais.Après tout, c’est le président des français et non des congolais ou des maliens.. Ce sont les français qui l’ont élu et non les congolais. Macron était clair dans son discours à GAO: ‘ Je ne vais pas envoyer des soldats français mourrir si les gouvernements locaux ne prennent pas leurs responsabilités.’ Macron n’enverra jamais des soldats français mourrir au Congo si les congolais ne prennent pas leurs responsabilités. Je pense que les choses sont claires.

  11. Bakala dit :

    Lucien Pambou,

    À force d’être dans le complot permanent, on finit par soupçonner tout le monde d’être un comploteur.

    Ce que je veux relever est simplement cette constance de la politique étrangère de la France qui veut que le chef des armées rende visite aux troupes après son élection. Aussi, en visitant les troupes françaises à GAO, macron n’a pas dérogé de cette tradition.

    Lis ce que France Info écrivait au sujet de Hollande quelques jours seulement après sa prise de fonction et je te laisse faire les parallèles avec le geste de macron au Mali. Tu noteras que whollande n’avait pas revu rencontré Karzaï. Idem pour Obama en 2014 qui visita les troupes US à la base aérienne de Bagram sans rencontrer Karzaï. Pourquoi ? Parce qu’ils venaient visiter seulement leurs troupes.

    Est-il si compliqué de comprendre cette évidence sans tomber dans vos sempiternelles autoflagellations?

    Note: Hollande fut élu en mai 2012. Et le 25 mai 2012, il se rendit en Afghanistan pour rencontrer les troupes françaises. Cherchez l’erreur

    ——–
    Visite éclair de François Hollande en Afghanistan pour rencontrer les troupes françaises

    François Hollande est en visite surprise à Kaboul en Afghanistan vendredi 25 mai. Le président de la République devrait rencontrer les troupes françaises, alors qu’il prévoit de retirer les forces combattantes françaises du pays d’ici à la fin 2012.

    Francetv 2012
    France Télévisions
    Mis à jour le 25/05/2012 | 14:57
    publié le 25/05/2012 |

    François Hollande est en visite surprise à Kaboul en Afghanistan vendredi 25 mai. Le président de la République devrait rencontrer les troupes françaises, alors qu’il prévoit de retirer les forces combattantes françaises du pays d’ici à la fin 2012.

    Le président français François Hollande a atterri à Kaboul vendredi pour une visite surprise de plusieurs heures en Afghanistan, où il se rendra auprès des troupes françaises, dans le cadre du processus accéléré de retrait des troupes combattantes.

    M. Hollande, qui se rend pour la première fois dans ce pays depuis son élection le 6 mai, a décidé d’y accélérer le retrait des troupes combattantes françaises à la fin 2012.

    Selon son entourage, le président, qui est également chef des armées, a tenu à se rendre en Afghanistan pour « expliquer lui-même » aux soldats français pourquoi il avait décidé d’anticiper leur retrait.

    Il avait annoncé ce départ anticipé dès le début de sa campagne électorale et l’a défendu la semaine dernière devant le président des Etats-Unis Barack Obama, lors du G8 de Camp David, puis au sommet de l’Otan à Chicago. M. Hollande a affirmé à plusieurs reprises que cette position n’était « pas négociable ».

    83 militaires français tués depuis fin 2001

    Le chef de l’Etat est accompagné de Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, ministres de la Défense et des Affaires étrangères, de l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées et du général Benoît Puga, chef d’état-major particulier du président.

    Depuis le début du mois de mars, Jean-Yves Le Drian était en outre allé défendre cette position dans les principaux pays de l’Alliance atlantique.

    Il y a actuellement 3350 soldats français en Afghanistan. Quelque 83 militaires français ont trouvé la mort dans ce pays depuis fin 2001.

  12. Bakala dit :

    Lucien Pambou,

    Quelle est cette manière de faire du cadeau des mangues, un sujet de dissertation?

    Franchement, crois-tu que les maliens sont aussi limités pour croire que macron peut, à lui seul, manger 600 kilos de mangues?

    Vraiment, l’analyse descendue jusqu’à ce niveau est inquiétante. C’est ça le Parler pour Parler.

    Je me demande si ce n’est pas la fréquentation assidue de jeune Afrique qui fait que tu es devenu adepte de l’autoflagellation.

  13. Anonyme dit :

    Monsieur PAMBOU écrit: »Mais tout de même, Achille Bembe ou Patrice Yengo parlent du complexe du colonisé, mais les analyses de Bembe sur l’afropolitainisation sont des protocoles intellectuels pour expliquer le comportement des Noirs que nous sommes dans une nouvelle géopolitique, mais qui n’apportent aucune solution pour comprendre la réalité actuelle et la subtilité des relations internationales ». Cette affirmation m’étonne, évacuer la superstructure l’analyse, entendue ici comme l’infrapolitique tiré de la modélisation des comportements des africains, est une entreprise périlleuse. Pambou n’a peut être lu les ouvrages et les interviews Achille BEMBE

  14. Anonyme dit :

    Pambou tape allègrement sur le président Français à peine élu et qui n’a pas encore fait ses preuves et curieusement on ne l’entend même pas effleurer sassou qui depuis 33 ans terrorise et asservi la population Congolaise… n’y a t-il pas la deux poids, deux mesures ??
    Mais il est vrai que dès qu’il s’agit du Congo, Pambou n’est plus politique mais seulement un analyste du réseau.

    1 exemple des prises de position de Pambou envers sassou
    http://www.huffingtonpost.fr/lucien-pambou/le-president-congolais-re_b_9795994.html

    Réponse de médiapart à l’article de pambou
    https://blogs.mediapart.fr/felix-bankounda-mpele/blog/030516/congo-defis-de-sassou-nguesso-reponse-lucien-pambou

    C’est édifiant !

  15. Anonyme dit :

    Mr Pambou très critique envers le président français tout juste démocratiquement élu et qui n’a pas encore fait ses preuves et particulièrement conciliant voir arrangeant envers sassou arrivé par un coup d’état à la tête d’une dictature des plus féroce depuis plus de 33 ans.
    N’y aurait-il pas deux poids, deux mesures ?
    Mais il est vrai que Mr pambou n’est pas politique mais simplement analyste lorsqu’il parle du Congo sur Congo liberty mais s’exprime bien de manière plus politique et très conciliante envers sassou lorsqu’il s’exprime sur d’autres médias.
    l’art de rendre acceptable, l’inacceptable.

  16. VAL DE NANTES . dit :

    @ MAITRE ANO ….C EST DU BON ….COLOGNE T’ ATTEND ;;;

  17. Anonyme dit :

    Merci VAL DE NANTES
    Ce qui m’horripile le plus c’est justement ce genre de personnage comme Pambou qui sous des habits d’intellectuel donneur de leçon prend tout le monde de haut et tente d’infléchir sournoisement l’agressivité envers le tyran et son clan familial.

    Excusez pour ce double commentaire mais comme il n’apparaisse pas j’ai cru maladroitement que le fait d’avoir inséré des liens mon commentaire avait été censuré.

  18. Bulukutu dit :

    Lu pour vous:
    En se rendant auprès des troupes françaises déployées au nord du Mali la semaine de son investiture, Emmanuel Macron assume l’interventionnisme militaire qui a marqué le quinquennat de François Hollande et de son ministre Jean-Yves Le Drian. Un symbole de plus, en quelques jours, de la perpétuation d’une politique africaine faite d’ingérence et de soutien aux dictateurs.
    Le nouveau Président de la République, qui cherche à aligner les images symboliques depuis son élection, se rend aujourd’hui au Mali pour illustrer son soutien aux forces militaires françaises déployées au Sahel et affirmer ainsi au nom de la « lutte contre le terrorisme » une totale continuité avec François Hollande. Le « bilan africain » de ce dernier étant en grande partie celui de Jean-Yves Le Drian, passé de la Défense aux Affaires étrangères à la faveur du « renouvellement » à la tête de l’État, Emmanuel Macron met ainsi en oeuvre un des piliers de « sa » politique africaine, la prolongation de l’ingérence militaire. Celle-ci n’est toujours pas questionnée, alors même que la situation actuelle au nord du Mali, mais aussi en Libye, en Côte d’Ivoire et en Centrafrique, fragilise chaque jour la vitrine d’un interventionnisme étranger victorieux fournie par Le Drian au nouveau locataire de l’Elysée.

    Le refrain de la fin de la Francafrique, brandi successivement par Sarkozy puis par Hollande, n’a pas été repris dans cette campagne présidentielle, à l’exception de la grossière tentative d’instrumentalisation de Marine Le Pen [1]. Mais les déclarations du candidat Macron à certains médias spécialisés et les premiers choix politiques lourds de sens ne laissent guère d’illusion. Celui qui a promis de faire passer le business franco-africain et la stabilité des régimes en place au nom de la lutte contre le terrorisme avant le respect des droits humains, a choisi un Secrétaire général de l’Elysée issu de l’Agence française de développement, un Premier ministre grand défenseur des intérêts d’Areva sur le continent et un ministre des Affaires étrangères qui était déjà le « ministre de l’Afrique » s’affichant volontiers avec certains des pires dictateurs du continent lors du quinquennat précédent. Le Tchadien Idriss Déby peut continuer à faire emprisonner des militants, le Congolais Sassou Nguesso peut laisser pourrir la crise humanitaire dans la région d’un opposant, le Gabonais Ali Bongo peut réprimer sans fin la contestation populaire : ils ne craignent aucune condamnation publique, et encore moins le gel de l’aide bilatérale ou la suspension des relations de coopération militaire et policière qui les unissent à la France. La nomination d’une ministre des Armées interroge quant à elle, avec un tel intitulé de sa fonction, sur la feuille de route donnée à cette juriste de formation face au pouvoir discret mais croissant de la Grande Muette sur la politique africaine de la France, alors même que l’opération Barkhane, déployée depuis 2014, n’a jamais été approuvée par le Parlement, en violation de l’article 35 de la Constitution.

    Consciente qu’en matière de politique africaine, plus encore que dans les autres domaines, les vieilles recettes resteront de mise sous ce quinquennat, l’association Survie continuera son travail de décryptage, d’information et de mobilisation pour mettre enfin un terme aux mécanismes tant institutionnels que mafieux de la Françafrique.

    Association SURVIE

  19. Bakala dit :

    @ Anonyme,

    Alors là tu viens de « tuer » Lucien Pambou avec cet article montrant de façon flagrante la proximité du ventre entre lui et Sassou. Vraiment bravo et merci. Cet article m’avait échappé. Bravo aussi à Felix qui a porté la réplique de façon magistrale.

    Lucien Pambou, vraiment mawa, tchiadi mingui. Aujourd’hui, que dis-tu avec cet article mis sur la table où, culotte baissée, tu fais l’éloge de Sassou? Même au pct, les cama’membres exercent la critique et l’autocritique. Mais toi, jamais. C’est du oyé oyé, viva soutien! Même quand cela est entaché du sang d’innocentes victimes comme en avril 2016.

    Lucien Pambou, avec de tels articles, es-tu pour le départ ou le maintien de Sassou? Je parle de l’article sur Huffington Post. As-tu écrit cet article pour de l’argent? Et celui sur la convertibilité du Yuan en Franc CFA dont tu attribuais la paternité à Sassou?

    Lucien Pambo, quand on fait des publireportages c’est que l’on travaille pour de l’argent. C’est ce que tu fais avec tes articles à la gloire de Sassou. Tu es un militant engagé au service de sassou.

    À malin, malin et demi.

  20. Bakala dit :

    Survie doit arrêter avec son tiers-mondisme paternaliste. Si la France n’était pas intervenue au Mali, les arabes auraient colonisé ce pays dont une grande partie était tombée sous leur kalhifa.

    Quel était cet autre pays africain venu à la rescousse des frères et sœurs maliens quand les arabes déboulaient du sud de l’Algérie et de la Lybie vers Bamako?

    Ils étaient où ces tiers-mondistes pour arrêter ces razzias arabes? Il faut arrêter avec ces querelles stériles. La France est intervenue au Mali pour des bonnes raisons. Si elle n’était intervenue, le Mali, pays à majorité africaine, devait être dirigé par des arabes. Où est le colonialisme dans ça? Idem quand la France a armé les anti-balaka pour arrêter les seleka arabophones en RCA. Les africains étaient où pour arrêter les pogroms des arabes sur les populations africaines?

    Chers amis, le tiers-mondisme a ses bons côtés, mais nous devons reconnaître que ce mouvement de pensées ne nous a pas permis de répondre à nos besoins comme le capitalisme l’a fait dans les pays ayant épousé cette idéologie politique et économique. Aussi, on se doit d’être pragmatique pour ne pas répéter les erreurs du passé.

    Critiquer pour critiquer ne fait pas manger son homme. L’Europe et l’Afrique ont un intérêt commun aujourd’hui: la lutte contre le terrorisme islamiste arabe. Nos états sont faibles pour lutter contre ce fléau qui frappe nos sociétés et l’Occident. Que ce dernier nous aide à lutter contre ces islamistes, pourquoi critiquer et en quoi c’est de la françafrique? Quelle alternative propose ces tiers-mondistes?

  21. Quand j’ai suivi les 02 documentaires d’arté: « La guerre de l’ombre au sahara » et « mafia et république », on comprends bien le pourquoi la France s’active avec ses troupes en Afrique juste pour préserver ses intérêts économiques devant la voracité des américains, de la chine et le flou maintenu par le terrorisme islamique. Je comprends bien que Macron poursuit la même politique que Sarkozy et celle d’Hollande même si certains veulent ramener ça à Foccart et De gaule. La France n’a plus assez de moyens de s’ingérer dans la politique des pays africains sauf là où ses intérêts économiques sont menacés. Ce sont des dictateurs africains qui pérennisent le pouvoir du colonisateur juste pour berner leur peuple afin de se maintenir au pouvoir. Et la France n’a pas ce pouvoir d’insérer l’Allemagne ou l’Europe dans son réseau Francafricain, non non et non! La France étant dans l’Union européenne dirigée par Bruxelles, elle veut juste jouer à la clarté dans sa politique africaine pour éviter d’être indexé par le parlement européen. On a pas besoin d’une mystification réseautale pour le comprendre. Le Mali c’est pas le Congo, pourquoi vouloir toujours ramener tout aux intellectuels congolais qui militent pour libérer leur pays de la dictature, juste dans le but de les décourager?

  22. Lucien Pambou dit :

    @ Anonyme, Bakala ,Val de Nantes le nul qui veut savoir et les Autres
    calmez vous les gars on à l impression que ca chauffe dans le citron

    je ne donne de lecons à personne arretez de vous sentir mal dés que je vous parle ou que j ‘expose un point de vue qui ne vous plait pas

    Prenez un verre de biere , de vin, d’eau ou de jus et respirez longuement en etant cool mais la reflexion en pointe

    Anonyme tu ne découvres rien car j ‘ecris pas mal ;Concernant mon pays le congo Sassou ou pas sassou je ferais toujours des préconisations économiques
    quitte à ce que les responsables en tiennent compte ou non

    j’ écris partout sur jeune afrique sur d’autres médias sans me planquer anonymement.je fais modestement mon travail d’intellectuel que cela plaise ou non et je suis tres peu influencable

    ALORS LES GARS COOL LA THEORIE DU RESEAU EST LA POUR AJOUTER DES
    ELEMENTS DE DEMONSTRATION AU PANIER DES ANALYSES SUR LE CONGO

    LE RESTE VOUS SAVEZ J EVITE DE PERDRE DU TEMPS ET JE CONTINUE MON CHEMIN ANALYTIQUE ET DE DECRYTAGE DES RESEAUX POLITIQUES, ECONOMIQUES, SOCIAUX QUI REGLENT LA VIE DES PAYS AFRICAINS DONT LE CONGO

    DESOLE JE VOUS QUITTE CAR JE DOIS FAIRE UN PAPIER POUR UN CANARD QUE VOUS CONNAISSEZ ET SUIVRE ENSUITE CALVI SUR LCI

  23. Anonyme dit :

    Monsieur Pambou vous dites « Sans me planquer » vous allusions tant et tant de fois répétées du fait que je ne prenne pas de pseudo et que je reste anonyme semble vraiment vous perturber. Comme je vous l’ai déjà dit cela ne me gêne pas, voir m’amuse plutôt, si cela vous agace alors j’en suis encore plus ravi.
    Donc je vous rappel ce que je vous ai déjà dit dans un post précédent:

    Je suis dans la soixantaine, je ne suis pas un nanti, je n’ai aucune visée de près ou de loin pour tirer un quelconque avantage financier du pays mais je suis près de la population qui souffre et qui vit tout les jours sans avenir. Je ne sais pas si vous vivez cette réalité mais moi je la côtoie régulièrement lors de mes fréquents séjours au pays au sein de ma famille. Mes séjours ne se passent pas dans les beaux quartiers ni dans des 4X4 rutilants. Mon quotidien au pays c’est les quartiers populaires, les taxis voir les bus, la marche à pied dans les ruelles jonchées d’immondices, l’eau insalubre (quand elle coule au robinet) les coupures d’électricité fréquentes, le bruit des groupes électrogène, les marchés insalubres ou les denrées sont rares, l’angoisse d’avoir à fréquenter un hôpital lorsqu’on sait que les morgues sont plus productives .. etc… sur ce point aucune leçon à recevoir de vous.

    Il est hors de question que je puisse nuire à ma famille qui aurait tout à craindre au vu de mes prises de position. Vous voyez nous n’avons vraiment pas les mêmes valeurs MONSIEUR Pambou.
    Il est vrai que si il vous arrive de vous déplacer au Congo aucun problème le tapis rouge vous sera dressé.

  24. Lucien Pambou dit :

    Anonyme, décidément tu ne comprends rien et chaque fois tu tombes dans le piège que tu te tends toi-même quand je dis que moi, Pambou, je n’écris pas de manière anonyme. Je ne te demande pas de te dévoiler. Reste anonyme, cela fera gagner du temps à tout le monde.

    En revanche, ne donne pas l’impression de découvrir que je joue mon rôle d’intellectuel formé à l’économie et j’écris des papiers un peu partout (Huffingtonpost, Jeune Afrique, j’ai des papiers en préparation pour le Times) pour parler de l’Afrique sous tous les angles (politique, économique) et le Congo Brazzaville fait partie de ces pays.

    Vous voulez quoi ? Que je dise que Sassou est assassin, que c’est un dictateur ? Vous le dites abondamment sur ces pages, je ne vais pas pour vous faire plaisir relayer votre discours. ça soulage la conscience, ça permet de nous faire plaisir mutuellement comme thérapie de groupe ? J’ai fait quelques études importantes, je veux être positif, même si je ne suis pas naïf de la situation difficile au Congo (emprisonnement des hommes politiques – Mokoko, Paulin, Boukadia, Okombi- et ce qu’il se passe dans le Pool).

    Anonyme, reste anonyme, mais permets-moi en tant que fils de ce pays d’agir intellectuellement en faisant des préconisations sur la façon de piloter économiquement le Congo. Sassou est pour l’instant Président. Après le départ de Sassou (car personne n’est éternel), je continuerai à fair mon travail de proposition. Commençons à travailler maintenant, à organiser la pensée économique pour notre pays. C’est facile de critiquer à longueur de journée, mais de grâce ce pays est en situation difficile, il faudra un jour réfléchir sur les modalités économiques de son redressement. Or nous Congolais, on ne sait faire qu’une chose: bavarder politiquement.

    La morale de cette affaire: Anonyme reste anonyme.

  25. VAL DE NANTES . dit :

    Difficile de parler du pays auquel on a tourné joliment le dos ;;;;Pour ceux , dont la vie est déjà faite GRACIEUSEMENT en FRANCE .Il y a matière à discussion .
    Compassion altruiste ou distraction cérébrale ;;;;.,,,,?????.
    En France , nous y sommes bien , du fait du respect des règles démocratiques qui régissent la vie en FRANCE , avec tous les avantages y afférents ..
    Pourquoi , ne pas le souhaiter chez nous ;?????.
    Nous y sommes peinards , oui ,oui , parce que les autres ont travaillé , en donnant la prime à l’intelligence ;;;;.;;;……
    Notre place est elle réellement en France ??????????????????????.

  26. Bulukutu dit :

    En géopolitique, il n’y a pas d’altruisme. Lu pour vous.

    Les autorités maliennes en sont persuadées : leur sous-sol regorge de richesses, parmi les plus importantes du continent noir. Une de ces richesses, avérée, c’est l’or. Les premières mines ont été exploitées dans les années 80 mais l’industrie aurifère a pris son essor dans les années 90. Aujourd’hui, avec une cinquantaine de tonnes par an, le Mali est le troisième pays producteur d’or en Afrique, derrière l’Afrique du sud et le Ghana. Une ressource exploitée par les spécialistes mondiaux du secteur : le sudafricain Anglogold Ashanti, l’Autralien Resolute Mining, le canadien IAM Gold ou le britannique Randgold. L’Etat malien possède 20% de 8 des neuf mines exploitées. Cela contribue à 15% de son PIB et deux tiers du montant de ses exportations. Une exploitation qui devrait encore augmenter à l’avenir puisque 19 sites sont en cours d’exploration avancée.

    PÉTROLE POTENTIEL
    L’or noir en revanche n’est pour le moment qu’un « mirage » si l’on en croit Benjamin Augé, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI). Certes le Mali repose sur cinq bassins sédimentaires prometteurs mais pour l’heure on est loin de la phase d’exploitation. Parmi les bassins à fort potentiel pétrolier et gazier, celui de Taoudenni, au nord-ouest du pays, aiguisent tous les appétits. C’est un forage opéré par Total dans la partie mauritanienne du bassin qui a fait dire à certains que la région pourrait devenir un « Eldorado » du pétrole. Mais jusqu’à présent côté malien aucun forage ne vient étayer cette hypothèse. L’Autorité pour la promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (AUREP) a divisé le pays en 29 blocs dont 20 ont été confiés à des sociétés étrangères. Les deux acteurs les plus sérieux étant l’italien ENI et l’algérien SONATRACH par le biais de sa filère Sipex. Pour l’heure, ils n’ont opéré aucun forage au Mali.

    URANIUM À DÉCOUVRIR
    Pour l’Uranium là encore rien n’est prouvé au Mali. On en est encore au stade des hypothèses. Deux sites font l’objet de toutes les attentions. Le premier est situé à la frontière guinéenne au sud-ouest du pays, dans la région de Faléa. C’est un groupe canadien, Rockgate, qui poursuit ses explorations à l’heure actuelle. Des dizaines de puits ont été creusés, au grand dam des habitants de ces terres agricoles. L’autre site est situé dans la région de Kidal, au nord-est, qui a la particularité d’être le fief du groupe islamiste Ansar Dine. Depuis 2007, l’autralien Oklo Uranium Limited explore la zone montagneuse de l’Adrar des Iforas. De l’uranium y a été découvert mais n’est pas encore exploité.

    TERRES RARES
    Elles sont utilisées dans les disques durs des ordinateurs et les moteurs électriques, dans les ampoules basse consommation, dans les tubes cathodiques, les éoliennes, les panneaux solaires, les piles à combustibles… Bref, le monde moderne a cruellement besoin des terres rares. D’autant que le leader mondial d’exploitation de ces minerais, la Chine, a décidé de réduire ses exportations. Le Mali regorgerait de ces minerais rares mais là encore il ne s’agit que d’un potentiel car l’exploitation n’a pas commencé. Les terres rares rencontrent les mêmes freins que les autres richesses potentielles du Mali : une sécurité précaire comme l’illustre la situation actuelle, un environnement politique instable et des difficultés à s’approvisionner en énergie. Le tout rend pour l’heure les coûts d’exploitation du sous-sol malien trop élevées.

    Fred Méon pour Arte.TV

  27. Robert POATY PANGOU dit :

    Mon très cher PAMBOU,

    MACRON n’est pas allé voir le Mali et les Maliens.

    MACRON est allé voir les Militaires de la Communauté et sont basés à GAO au Mali.

  28. Lucien Pambou dit :

    Cher PANGOU

    Merci pour cette remarque. Je te demande un instant de remettre en perspective une visite eventuelle du patron des pays de l otan a savoir les Etats Unis dont son president Trump viendrait en Allemagne voir directement les troupes americaines sans passer à minima par Berlin pour voir Merkel . Impensable

    C’est vrai nous ne sommes pas en periode de guerre en Europe.Mais tout de meme .je maintiens
    que en dehors des us et coutumes de la vie internationale et au nom de la de geopolitique des rapports de force et du parapluie du réseau ,la France étends sur ces anciennes colonies devenues indépendantes le fait qu ‘elle fait ce qu’elle veut et passe au dela des coutumes et de la bienveillance diplomatique sur le sol africain

    VOILA c ‘est la réalité triste mais tellement vrai du Réseau et des rapports de force qu’y s’y déroulent dans l ‘Afrique francophone

  29. Lucien Pambou dit :

    Tres cher PANGOU

    Merci pour cette remarque. Inversons un instant les choses.
    imaginons Trump rendre visite aux troupe americaines de l ‘Otan , basées à Baden Baden sans passer à L’ aller ou au retour par Berlin obligeant Merkel à faire le déplacement.

    IMPENSABLE EVIDEMMENT

    La France et Macron peuvent s’en affranchir car ce sont les patrons du réseau. C’est la réalité et l’analyse du réseau tient n ‘en deplaise à certains peut etre pas vous.

    Au nom de la géoplitique des territoires et des rapports de force le Mali n ‘ a rien à dire et encore moins à contester et au dela des mangues en cadeau c’est de l’humour que peut il offrir a Macron
    SI SI SI /J allais oublier; une zone d ‘influence, de l ‘or ,, des phosphates et demain du pétrole

    La France est chez elle au Mali et elle décide des itinéraires présidentiels au nom du RESEAU ET DE SA GESTION PAR ELLE

  30. VAL DE NANTES . dit :

    @LUCIEN PAMBOU
    Vous aurez remarqué que ,je n’ai pas pris part au festin réseautal dont vous êtes le dépositaire sur ce site ,car j’ai décidé de ne pas m’y intéresser .Les argumentaires échafaudés autour de ce concept , m’éloignent du sujet qui préoccupe notre pays ;;;;.
    Dieu seul sait , si je n’ai pas résolu des équations matricielles au cours de ma carrière universitaire ; mais il est des concepts dont la signification transposée , à un cas , précis comme la situation chaotique de notre pays , échappe à mon analyse cartésienne ;;;;;;;.
    Ne m’en veuillez pas , de ne pas me compter parmi , les domptés de ce concept , dont j’estime qu’il pourrait éclairer les problèmes politiques dans lesquels s’est embourbé notre pays ;;;;.

  31. Air Force One dit :

    Dude,

    Evitez des fois des assertions ou présomptions ridicules.
    En effet, le président américain pourrait bien se rendre sur n’importe quel coin du globe et encore moins en Allemagne pour visiter les marines yankees ou autres forces ONUsiennes sans au préalable et nécessairement passer voir Merkel ou une quelconque Merde au passage. Qui plus est s’il le faut, par courtoisie, un simple arrangement en cables diplomatiques suffirait pour aviser les éventuels hôtes du pays concerné.

    GW Bush, BH Obama par exemples ont fait des directes visites ailleurs sans transiter dans les capitales politiques lorsqu’il était question de rencontrer leurs contingents militaires en mission à l’étranger…

    Toujours chercher à faire du boucan inutile sur tout et autour de rien du tout, prouve à suffisance le caractère enfoui non-fortuit mais dégueulasse de certains énergumènes candidement prétentieux ici qui ne savent jamais perdre avec classe un argument.

    Et après, on indexera les épithètes telles que « invective » et « insulte ». Pour se donner bonne conscience de victime ou de parent pauvre.

    Le con-go-laid s’abrutit davantage rien que pour avoir le dernier mot à tout les coups.

    POUAH !

  32. Lucien Pambou dit :

    à air force one
    quelle contribution réelle de votre part au débat qui dépasse de loin l ‘outil analytique que constitue le réseau

    REPONSE/ RIEN

    DONC SALUT
    ET BON REPOS

    LP

  33. Bibi Le Chat dit :

    Quel Débat ? Pour quelle contribution ? Au profit de qui ? Dans vos illusions ?

    Réponse: Zero !

    Adieu_

  34. Lucien Pambou dit :

    a bibi le chat
    meme reponse que celle deja faite à air force one

    un peu fatigué cher bibi?

    BON REPOS ET REVENEZ NOUS EN FORME

    POUR UN DEBAT CONTADICTOIRE APAISE MAIS CA AU CONGO ON SAIT TOUT ON CONNAIT TOUT C EST POUR CELA QU ON NE SAIT RIEN.ON BAVARDE CELA ON SAIT FAIRE ON APPORTE AUCUNE SOLUTION DANS LES DOMAINES NOMBREUX ECONOMIQUES POLITIQUES SOCIETAUX QUI NOUS CONCERNENT AINSI QUE LE PAYSCONGO TROP CONTENTS D ETRE AU CHAUD EN FRANCE

    ON N ARRIVE MEME PAS A ARGUMENTER POUR SOUTENIR SES PROPRES INTERROGATIONS QUI AMUSENT PLUS LA GALERIE QU ELLES NE SOULEVENT DE VERITABLE DEBAT

    SALUT ET BON REPOS BIBI
    LP

  35. Bibi Le Chat dit :

    Ayez autant que vous voudriez n’importe quel aberrant dernier mot comme qui dirait. Les différents lecteurs ne sont pas dupes ici et vous l’ont fait savoir les uns après les autres, point.

    Mais que voulez-vous de plus, à défaut du SOVINCO, avec le Dindon de la farce à la bière, on ne peut faire mieux.

    Esprit infantilisant de vieux-jeune qui s’ennuie.
    Quelle tristesse !

  36. Bibi Le Chat dit :

    Tenez, j’ai presque omis: pourquoi écrivez-vous tout en majuscule à votre âge?
    Serait-ce pour bien argumenter ou convaincre?

  37. Marine One dit :

    Pauvre imposture, quand tu tiens celui-là !
    Que le vrai-faux Lucien refasse surface.

  38. Lucien Pambou dit :

    @ Bibi le chat
    Pour une meilleure lecture de votre part et pour une meilleure comprehension
    vous voyez il suffit de me demander de répondre gentiment à vos attentes je le fais aussitot
    je ne veux pas avoir le dernier mot et rassurez vous je m ennuie pas je dois faire des papiers pour la campagne electorale qui demarre en FRANCE ( en tant qu ‘ancien élu les LR je suis membre du comité directeur de notre candidat pour la législative)

    Vous perdez vos nerfs et votre asisse intellectuelle voila pourquoi à défaut d’arguments vous basculez dans l’invective admonestation facile dont la plupart d’entre nous congolais sommes coutumiers sur ce site et dans la vie tout court.PAS DE COURTOISIE ON SERA TOUJOURS DERNIERS

    DOMMAGE on ne change pas alors que le monde autour de nous bouge
    quand je dis vous perdez vos nerfs ce n est pas une insulte mais vous avez beaucoup de mal a comprendre que c’est de l humour

    je vous quitte comme je vous le dis j ai un papier que je dois publier sur le site blastings news que vous devez surement connaitre

    j’ecris non pour convaincre mais pour présenter des idées pour le débat contradictoire posture intellectuelle qui doit etre éloignée de votre équation personnelle rien qu’a vous lire. C’est marrant non?
    BON REPOS VOUS VOYEZ J EXECUTE CE QUE VOUS DEMANDEZ SI GENTIMENT /NE PAS ECRIRE EN MAJUSCULE

    LP l

  39. Bibi Le Chat dit :

    Très bien, du fond de votre fort intérieur vous vous en doutez mieux au contraire sur votre répondant ci-présent…

    Allez faire votre papier, avec du courage et beaucoup d’abnégation, cher Lucien. Pondez-en un meilleur, cette fois-ci.

    Là où ‘VOUS’ êtes en France ou ailleurs.

    Ciao_

  40. Lucien Pambou dit :

    @bibi
    je ne comprends pas ce que vous dites je dois etre aussi fatigué en essayant de dechiffrer ce que vous dite de facon illisible
    je suis en France bibi et ma vie p)olitique et professionnelle se déroule dans ce pays de voltaire mais je n oublie pas mon pays natal le Congo
    j espere que vous avez aime l ‘analyse réseautale sur le Mali

    a tre bientot
    lp

  41. Lucien Pambou dit :

    lire tres au lieu de tre

  42. ndiaye dit :

    Apparemment, il y’a un qui fume la moquette sur ce site.

    Il s’intéresse à fond aux problématiques de son pays d’accueil (économie, social, culture…) et cherche à travers son militantisme dans un parti apporter sa pierre à l’édifice et quand il s’agit du Congo, le pays de ses ancêtres, il devient simple analyste, fait de la distanciation. Bizarre, non !

    Bonne nuit à tous et toutes

  43. Bibi Le Chat dit :

    Allez donc dormir seulement et oublier peut-être temporairement le papier; la fatigue n’aidant pas.
    J’essayerais de dessiner demain !

  44. Lucien Pambou dit :

    @bibi
    c ‘est de l humour a la francaise un peu caustique.

    il faut vivre dans ce pays depuis fort longtemps pour maitriser l humour que la plupart d ‘entre nous congolais ne saisissons ni les tournures de la langue ,et encore moins la substance humouristique meme quand on y vit depuis de nombreuses années.
    on reste au premier niveau de la langue alors que votre interlocuteur en est au deuxieme ou troisieme niveau quand vous discutez avec lui

    il faut sortir et frequenter d’autres cultures que congolaises cela apaise et permet de mieux respirer intellectuellement sans ressentiment

    Cest vrai avec le dessin c’est plus facile et on saisit mieux les contours d’une pensée simple mais qui peut etre complexe sans que le dessinateur lui meme ne s’en rende compte

    A DEMAIN ALORS ENCORE EN MAJUSCULE
    LP

    @ndiaye au congo comme en france je ne reste qu ‘un modeste analyste meme si en france je participe a la vie politique et que je ne vis pasq au Congo
    Voila c’est aussi simple que cela
    LP

Laisser un commentaire