Jean-Dominique Okemba arrivera-t-il à liquider le général Nianga-Mboula ? Par Rigobert OSSEBI

Sassou NGuesso et Nianga Bouala : 2 criminels en sursis

Le Congo Brazzaville au seuil d’une grande boucherie humaine !

 

En allant se recueillir devant la dépouille du Colonel Marcel Ntsourou, dès l’annonce de sa mort le 17 février 2017 à l’Hôpital Militaire de Brazzaville, le Général Nianga Mbouala Ngatsé, Grand Criminel et Bourreau de la Démocratie naissante en octobre 1997 , avait-il semé le doute dans l’esprit tortueux et peureux de Denis Sassou Nguesso ? Plus encore, en prononçant les paroles que ce dernier pourrait lui faire regretter amèrement : « on peut emprisonner un ami, mais pas l’assassiner… ! » Si ce fait est avéré, il ne constitue ni plus ni moins que son arrêt de mort. Nianga Mbouala rejoindra ainsi la longue cohorte des amis disparus, éliminés très tôt pour qu’ils ne puissent faire obstacle un jour à lui-même, Denis Sassou Nguesso, ou à un quelconque fils ou neveu. Pêle-mêle, de Marien Ngouabi à Marcel Ntsourou, les Blaise Adoua, Xavier Katali, Yves Motando et de très nombreux autres, tous l’attendent au royaume des morts. Ils y règleront leurs comptes…

Pour l’instant, concernant le sort du Général Nianga Mouabla Ngatsé, les dés semblent en être jetés car la confusion, volontairement, est totale à son sujet. Il est d’ailleurs beaucoup plus question d’une mise en scène de Jean-Dominique Okemba pour déblayer le passage dans sa conquête du pouvoir par l’élimination de l’Oncle, Denis Sassou Nguesso. Pour cela d’ailleurs, les enfants Okemba ont tous quitté Brazzaville par un vol spécial sur le Bourget, en région parisienne, avant que ne démarrent ces grandes manœuvres ; en attendant une installation très prochaine à Genève. Cependant des observateurs avisés y reconnaîtront une stratégie d’encerclement de la proie, propre au président putschiste, dans l’opération qui se déroule actuellement. Déjà des proches ont été arrêtés. Torturés, ils en dénonceront d’autres et puis tout un pseudo-réseau tombera avec l’homme que le pouvoir mafieux veut voir à sa tête. Pas de mystère : il ne pourra être que celui qui s’est révélé, à l’Hôpital Militaire de Brazzaville, être l’ami du Colonel Marcel Ntsourou.

Depuis le lundi matin 29 mai 2017, le directeur de cabinet du général Nianga Mbouala Ngatsé, Elie Okandzé, a été interpellé et écroué à la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville. Qui de plus proche pour Nianga Mbouala que son « Dircab » ? Il lui est reproché d’avoir porté atteinte à la sûreté de l’Etat et une complicité « avec l’ennemi », notamment dans la fourniture d’armements, dans le cadre de l’enquête sur l’attaque armée des Nsiloulous le 4 avril 2016. Quelques jours auparavant, c’était Okandzé Okourou (un frère d’Elie Okandzé et intime du Commandant de la Garde républicaine) qui avait été arrêté pour les mêmes motifs au sujet de la même enquête. Oko Ngakala, le procureur qui instrumente la terreur au Congo, en fera de la pâté pour chiens lorsqu’il rentrera de la Patrie des droits de l’homme où il s’est rendu auprès de sa famille, à Reims, pour faire des contrôles de santé (mentale surtout, devons-nous espérer)….

Ces arrestations confortent la thèse, que le pouvoir chancelant veut imposer à tous, selon laquelle les Ninjas-Nsiloulous bénéficiaient de complicités au sein même du pouvoir pour leurs actions armées, notamment celle du 4 avril 2016 dans les quartiers Sud de Brazzaville. Selon la version des autorités illégales, dès cette période, cette incursion armée avait pour but d’empêcher la proclamation des résultats (falsifiés) définitifs de l’élection présidentielle du 20 mars 2016.

Le pouvoir usurpé du dictatueur Denis Sassou_NGuesso ment alors effrontément lorsqu’il affirme, comme dans une interview de France24, que « de lourdes suspicions de connivence pèseraient sur certaines personnes proches du pouvoir. Certaines d’entre elles auraient remis à Richard Bintsamou alias Gozardio, frère de cadet de Ntumi, un arsenal composé de PMAK, de roquettes et de trousseaux de FM antichar. A part ces armes,  de l’argent aurait également remis à Gozardio pour cette opération du 4 avril 2016. »

D’autres témoignages distillés par le Général Jean-François NDenguet à travers son journal le Troubadour « des mille collines » géré par François Bikindou, affirment même qu’un « officier général s’était rendu également à Soumouna avant l’attaque ». Il s’était alors renseigné auprès du Pasteur Ntumi « s’il ne disposait pas de missiles ». Manipulation et propagande, très sûrement, c’est un Ninja-Nsiloulou qui aurait apporté, à des journalistes travaillant pour le Général Ndenguet, ces précieuses indications laissant croire que c’est un haut gradé, de connivence avec Richard Bintsamou plus qu’avec le Pasteur Ntumi, qui aurait été au cœur du déclenchement de cette seconde guerre du Pool que l’on connait depuis une année maintenant.

Bientôt nous apprendrons, lors d’une conférence de presse de l’immonde Oko Ngakala, que l’officier général qui s’était rendu à Soumouna, quelques jours avant le 4 avril 2016, n’était autre que Général Nianga Mbouala Ngatsé, pour qui nous n’aurons aucune larme lors de son élimination programmée !

Nianga-Mbouala Ngatsé rejoindra-t-il bientôt dans son tragique destin, son ami Marcel Ntsourou avec qui il avait assassiné de nombreux Congolais ? Rien n’est moins sûr… Il n’est pas homme à tendre la joue, même si Denis Sassou Nguesso, son parent faussement amical, aimait à lui taquiner le poil de la barbe. En parallèle avec la guerre silencieuse du Pool, la guerre de succession a déjà commencé chez les Nguesso et apparentés. Les morts ne devraient pas tarder à être comptés chez les uns et chez les autres. Ce ne seront pas les seuls…

Possible épilogue 

Après quarante années d’un pouvoir qui se compte à partir des assassinats de Marien NGouabi, du Cardinal Emile Biayenda et d’Alphonse Massemba Débat, les morts de populations civiles se chiffrent en centaines de milliers ; 400.000 pour 1997-1998 selon Eric Dénecé. Les nouvelles victimes que nous allons enregistrer dans les camps des uns et des autres seront totalement inutiles car le Congo est déjà mort économiquement et financièrement. Tous les sangs qui seront versés ne le feront par revivre bien au contraire. Le vainqueur héritera d’un pays qui sera quasiment impossible, seul, de ressusciter.

Les Nguesso ont massacré le Congo, pillé ses trésors, complètement gaspillé les vingt dernières années de recettes pétrolières dans une folie dépensière et corruptrice. 50 milliards de dollars sont partis en fumée. Restent les additions, aussi en milliards de dollars, à payer à la Chine. Deux générations perdues de Congolais chômeurs à vie. L’éducation, la santé, l’agriculture, l’élevage, l’industrie, le véritable tourisme, le transport aérien (Ecair) ; aucun domaine n’a été épargné ! Tout a été tué. Le vainqueur, de ces prochains combats que l’on voit venir, ne pourra ni tenir financièrement ni économiquement surtout dans les décombres d’une guerre.

Même si Denis Sassou Nguesso, une fois encore, prenait le dessus, il n’aura d’autre choix que de composer avec ceux qui sauront mieux que lui sortir le pays du gouffre au fond duquel il l’a jeté… !

Il est temps que  raison soit enfin retrouvée ! On ne peut que mesurer la profondeur, consternante et vertigineuse, du silence complice de la France de Monsieur Emmanuel Macron et du Vatican du Pape François qui entrera dans l’Histoire s’il devait persister !

 

Rigobert OSSEBI 

Diffusé le 07 juin 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

41 réponses à Jean-Dominique Okemba arrivera-t-il à liquider le général Nianga-Mboula ? Par Rigobert OSSEBI

  1. Anonyme dit :

    Ossebi a largement raison. Les fils de la situation congolaise sont de plus en plus inextricables. Quelle que soit sa volonté sassou ne peut s’en sortir seul.

  2. Anonyme dit :

    Cher anonyme, de quelle volonté de sassou faites-vous allusion. Il n’en a jamais eue pour le Congo-Brazzaville, ce Monsieur, véritable virus ravageur dans le sang du Congo. Vous perdez votre temps à épiloguer sur la supposée volonté d’un monstre de sauver le pays. Mawa, ce monsieur et sa famille ont cassé le pays, et veulent rester, pour quoi faire? PAYS DE MERRRRDDDDEEEEEEEEEEEEEEEEEE ET DE BORDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEELLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL

  3. VAL DE NANTES . dit :

    ILS en paieront lourdement le prix ….le clap de fin sera , la disparition immédiate de cette maudite espèce de notre pays ;;;.
    LE CONGO NOUVEAU , c’est le retour du respect des valeurs qui ont structuré ce pays , depuis des millénaires ….;
    IL VA FALLOIR , réparfumer ce pays , aux odeurs de la fraternité et à l’accès au bonheur de tous , par des efforts justes et personnels ;;;;.

  4. VAL DE NANTES . dit :

    SASSOU a bel bien fait beaucoup de mal à notre pays .Au point que , certains , en viennent à détester leur pays .Ce mal psychologique , est difficilement guérissable car il s’agit d’un refus de s’aimer soi même ;;;;

  5. Lapioche dit :

    1. Nianga mbouala et JF Ndegue qui sont tous 2 a la tete des entites securitaires les mieux equipees du pays sont de fait les individus les plus serveilles par tous les services de renseignements du Congo qu’en le veuille ou pas. Alors, question: est-il possible que Nianga Mbouala se soit livre a un trafic d’armes de guerre sans que sassou ne soit au courant? C’est quasiment impossible.

    2. « On peut mettre un ami en prison mais on ne l’assassine pas ». Ca non plus ne tient pas puisque le gnl Okoi avait dit ou fait la meme chose en son temps. Le jour ou la Maison du Colonel Ntsourou avait ete prise d’assaut, le but etait de l’eliminer physiquement ET, le gnl Okoi a dit stop on ne le tue pas ET il est rentre chez Ntsourou dans un vehicule blinde pour l’exfiltrer. Et a ce jour le Gnl Okoi est toujours CMG.

    Les vraies raisons de ce cinema sont a chercher dans les coulisses de la diplomatie. Lisez les signes. Sassou qui assure les salaires des centrafricains et qui contribue largement au budget de la minusca, qui pouvait oser critiquer ouvertement les indelicatesses des soldats congolais bases en Centrafrique au point de leur dire de degager le plancher!
    Sassou a perdu de son assurance. Il a peur.
    Non Mr Rogobert Ossebi. Nianga Mbouala ne sera pas tue mais arrete ET traduit devant un tribunal et on lui fera porter les crimes commis dans le Pool. Un peu comme dans l’affaire des disparus du beach. Wait and see.

  6. Pascal Malanda dit :

    Cher VAL DE NANTES

    Ce CONGO NOUVEAU que nous appelons tous de nos vœux fait partie d’un Congo plus vaste: LE CONGO ETERNEL, ce pays que nous avons hérité de nos ancêtres et que nous devons transmettre en meilleur état à nos enfants. Le Congo d’aujourd’hui est un champ de ruines sociales, économiques et culturelles. Tout est à reconstruire.
    Si une infime partie du PCT (les fanatiques jusqu’au-boutistes) a réussi à transformer notre beau pays en enfer, cela s’est fait avec notre complicité directe ou indirecte à tous. Notre méchanceté, notre couardise, notre félonie, voilà le terreau sur lequel nos propres compatriotes ont réussi à semé une haine quasi viscérale de l’autre. Nous sommes dans un pays où la politique est synonyme de crimes. Au Congo, diriger est devenu synonyme d’humilier, d’écraser les adversaires avant de les assassiner.

    Si la phrase qu’on prête à Nianga-Mbouala est juste, l’espoir est parmi. Si Nianga-Mbouala a dit : « On peut emprisonner un ami, mais pas le tuer. », cela signifie qu’il reste un peu d’humanité en lui. Un peu, d’humanité car à voir la vidéo qui a circulé ces derniers jours et dans laquelle il parade en guerrier triomphant vers l’immeuble des sapeurs-pompiers, on peut se demander combien de Congolais sont tombés sous ses balles et celles de ses amis.

    Monsieur Nianga-Mbouala, en tant qu’officier, vous auriez dû comprendre que « On peut emprisonner un ennemi, mais pas le tuer. » Aujourd’hui, vos ennemis de 1997 souhaitent votre mort pure et simple, parce que vos amis de 1997 vous traquent. Vos ennemis de 1997 se réjouissent de vous voir étaler vos divergences jusqu’à la nausée du meurtre programmé à ciel ouvert. Je m’oppose à cette cabale, à cette mort annoncée. Je m’y oppose, non pas parce que vous êtes innocent (ce n’est pas à moi de vous juger), mais parce que vous êtes un homme et vous devez être traité de façon humaine, même si nombreux sont les Congolais qui vous reprochent d’avoir été inhumain depuis 1997. S’il vous est reproché quelque chose, un Etat qui se respecte à des règles qui permettent de vous juger. Et vous condamner si vous êtes reconnu coupable.

    Monsieur Nianga-Mbouala, vous et vos anciens amis (devenus brusquement vos ennemis) avez contribué à mettre sur pied un système monstrueux. Le piège que vous avez installé contre la démocratie en 1997 se referme sur vous. Il broie inexorablement tous ceux qui ont aidé à l’avènement de cette « révolution » qui dévore ses propres enfants. Il est temps d’arrêter ce monstre à plusieurs têtes qui s’apprête à plonger le Congo dans un nouvel enfer.
    Messieurs du PCT, Motando, Ntsourou, Adoua, Avoukou etc. la liste est longue. Trop longue. Aujourd’hui, c’est Nianga-Mbouala qui semble être dans le collimateur (Dieu l’en garde !). Lui, un des piliers de ce régime ! Demain, ce sera le tour d’Okemba, de Ndenguet, d’Obara. Chers compatriotes fanatisés par l’ivresse du pouvoir, quand allez-vous vous arrêter ? Etes-vous sous l’emprise d’un sortilège ? Vos intrigues tuent vos « ennemis » mais elles détruisent avant toute chose, ce Congo que nous avons en commun. Vos intrigues puériles aboutiront demain à la mort de Sassou que vous mettrez sans vergogne sur le Pool en disant « Bakongo ba bomi Sassou ! » Vos manigances sont cousues de fil blanc. Voulez-vous transformer le Congo en Lybie ?

    Au nom du CONGO ETERNEL, nous vous disons STOP ! TROP C’EST TROP !

  7. Pascal Malanda dit :

    …voilà le terreau sur lequel nos propres compatriotes ont réussi à semeR une haine…

  8. Bulukutu dit :

    Il a déjà été jugé coupable par le système politique qu’il a aidé à prendre le pouvoir en 1997. Seul le système politique d’après, pourra peut-être lui accorder un procès équitable. Mais sera t-il encore parmi nous, le jour d’après?

  9. Anonyme dit :

    La pression médiatique influence la vie politique congolaise.
    Elie Okandzé a été remis en liberté ce matin par le procureur de la république Oko Ngakaka suite à une présence musclée de la Garde républicaine à la Maison d’Arrêt dans la matinée.

    Nianga Boula remercie Mingua Biango et Congo Liberty

  10. Robert POATY PANGOU dit :

    Cette diversion, nous la connaissons déjà.

  11. Hallo Hallo dit :

    Le Congo souffre d’un cancer qui a déjà fait des métastases. Il faut une chimio pour tenter de le sauver. La tumeur étant 8% lui même et les autres sont des métastases.

  12. Revelino dit :

    Le système s’autodétruit. A la fin, il ne restera plus personne et nous pourrons reconstruire en toute tranquillité. On ne peut défier impunément la nature sans laisser des plumes. Dans la vie, il y a toujours des angles morts.

  13. Lucien Pambou dit :

    Merci Rigobert Ossebi pour ton papier complet sur le réseau et les réseaux au pouvoir. Ceux de mes compatriotes congolais qui pensaient que mes analyses étaient lunaires sont forcés de revenir sur terre et de constater que le pouvoir politique actuel au Congo ne peut être analysé que de façon réseautale.

    Merci pour les faits que tu présentes et qui permettent à n’importe quel esprit de comprendre par lui-même que le réseau dépasse la notion ethnique, évince ceux qui n’en sont plus les récipiendaires et organise le fonctionnement et, paradoxalement, son déséquilibre à travers des critères de pouvoir, de poids, de rapport de force, de trajectoires, de connections qui ne sont pas forcément des complémentarités.

    Si les faits présentés par Monsieur Rigobert Ossebi sont avérés, on peut noter que la lutte contre le pouvoir au Congo ne peut s’expliquer que par la notion du réseau et des rapports de force. Il peut en être autrement, mais j’ai bien peur que les Congolais que nous sommes, trop intoxiqués par les privilèges matériels, aient laissé en route les principes d’un modèle démocratique réel fondé sur le vote, les élections, la compétition politique ouverte. Chacun d’entre nous valorise les principes démocratiques mais, en réalité nous sommes victimes de l’approche réseautale qui structure les rapports politiques, économiques, culturels et sociétaux au Congo-Brazzaville.

    Le Général Ngatsé, responsable de la Garde républicaine du Président Sassou, est un élément fondamental du réseau pouvoir au Congo. Sans préjuger ou non de sa culpabilité, force est de constater qu’il n’a pas suffisamment compris le réseau et qu’il n’a pas suffisamment mis en accord son action avec celle du réseau. Ce qui lui arrive, c’est peut-être son manque d’expérience au sein du pouvoir politique congolais, donc au sein du réseau.

    Il faut savoir que toute décision prise par un membre du réseau, quelle que soit sa place, a forcément une conséquence sur le fonctionnement global du réseau. Le Président Sassou est dans le réseau pays Congo le Président de la République, légitime ou non selon certains sur ce site. Dans tout réseau, les déséquilibres et la régulation dépendent des contradictions internes entre les membres du réseau. Si on prend à la lettre les remarques de Rigobert Ossebi, le réseau Congo pays va éclater car les acteurs ne sont pas tous alignés sur le même objectif. L’analyse réseautale permet de montrer que des Mbochis entre eux peuvent être en contradiction si on prend l’analyse de Monsieur Rigobert, que la variable ethnique est essentielle pour la constitution du réseau mais devient très peu efficace dans la pérennisation.

    Merci encore Monsieur Rigobert pour les faits que vous avancez et qui permettent d’éclairer les complexités et les pseudo-régularités dans le réseau politique congolais.

  14. VAL DE NANTES . dit :

    Si NIANGA MBOULA POUVAIT rejoindre NTUMI , il aura effacé d’un trait le passé criminel qu’il trimbale comme un boulet ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;.IT IS TIME ……. MON GRAND MBOULA

  15. Kizomba dit :

    @Lapioche, cher monsieur vous avez omis de dire que s’ils finissent avec Nianga mbouala, comme chez le coiffeur du diable, ils vont chercher de nouvelles têtes, ce sera Okoy ou Mondjo, si eux même n’ont pas compris, c’est dommage. Ce système est comme ça. Okoy est peut être vivant, mais en sursis.

  16. Cette histoire est une vraie diversion pour les congolais. Avec la publication des vidéos sur les faits genocidaires de Djo Bill et l’arrestation de son directeur de cabinet, qu’est-ce qu’ils veulent nous faire croire? Sont-ils aussi blancs que la neige? Veulent-ils que les congolais les prennent pour les enfants de cœur?

    Arretez arrêtez cinéma. Vous êtes tous des tabacs de la même pipe.

  17. VAL DE NANTES . dit :

    C’est la récréation des assassins .De temps à autre , on y joue à cache cache , aux méchants sur une cour qu’est LE CONGO où il y a plus des lâches que des courageux ;;;;
    Résultat , MBOULA ET OKEMBA se regardent en bons bochis de la cuvette ;;;;le pays leur appartiendrait ;;;;

  18. Anonyme dit :

    Merci à MONSIEUR Lucien Pambou de nous expliquer encore une fois que nous ne comprenons rien et que seule l’analyse du réseau sera bénéfique à l’éducation des êtres incultes que nous sommes.
    Une fois que nous nous serons tous mis à l’analyse « réseautale à la pambou » nos esprits seront plus libérés et ouverts et nous ne verrons plus sassou comme un mafieux psychopathe, assassin et voleur mais comme un simple élément de ce réseau.
    Merci MONSIEUR le professeur pour toute cette ardeur dépensée à tenter de ramener les brebis égarées, que nous sommes, et à parfaire notre éducation si insuffisante et insignifiante à votre goût.

  19. M dit :

    “La plateforme IDC-FROCAD qui ont bravé les bouchons de l’armée et les sacs de sable posés dans les coins de rue des quartiers sud de Brazzaville par les miliciens du régime. Le message est bien passé !” l’heure est arrivée pour libération du pays.
    20 ans après le retour au pouvoir par les armes du dictateur et sanguinaire Denis Sassou-Nguesso et son clan, la politique d’ouverture sur l’extérieur, de libéralisation économique, de la gestion des entreprises d’État et surtout de la concrétisation des projets sont plus que jamais confrontées à un grave déficit se profilant sur des années à venir.
    Denis Sassou Nguesso est le chef d’Etat le plus, criminel, le plus corrompu, le plus bête du monde.
    la question du comportement de l’élite congolaise, son manque de discernement, sa facilité à se faire mener par le bout du nez, à se faire corrompre, à cracher sur sa formation, à se contredire et se ridiculiser, à obtempérer et se prosterner auprès d’un individu dont l’éducation, la culture et le parcours sont pourtant manifestement ceux d’un truand déguisé en homme politique pour mieux assouvir ses lugubres fantasmes, restera toujours posée!  » (Félix BANKOUNDA MPÉLÉ)Sassou Nguesso. le génocidaire,dictateur président autoproclamé, illégitime, illégal, manipulateur,un terroriste, un corrupteur à outrance est  » vrai menace pour les Congolais et les peuples de la sous région. Il est l’un des hommes les plus dangereux de ce monde actuel.Sassou Nguesso, fortement soutenu par des réseaux mafieux de ce monde et les moyens financiers qui est l’argent des Congolais, est une menace pour la démocratie et la paix dans le monde. Sassou Nguesso est un grand terroriste d’état, terroriste international et sa bande( Okemba, Ndenguè, Ibara, Claudine Sassou, Christel Sassou et autres continuent à semer la terreur au Congo, à massacrer sauvagement les populations civil, intimider, corromprent les gens avec l’argent du Peuple Congolais.le régime du Congo, de Sassou Nguesso est l’un des plus criminels, mafieux , louche de ce monde..« Ce qui se déroule dans le Pool, c’est un génocide programmé, un holocauste, intitulé „Opération Mouébara“ nom de la mère de l ‘ initiateur ,dictateur , sorcier, criminel, génocidaire Denis Sassou Nguesso.Cette épuration éthnique avait déjà eu lieu entre 1998 et 2004. Cette nouvelle Opération Mouébara a pour objectif final de faire disparaitre du Congo les Laris, Bacongos, raser le Pool. Denis Sassou Nguesso et sa clique, complices veulent terminer leur crime de massacre de masse en s’achetant à coup des millions de Dollars, d’euro obtenu par l’argent du pétrole, bois, minerais du Congo bradés et appartenant au peuple Congolais, le silence, la complicité des médias, des politiques, dirigeants des organisations internationales.„Sassou Nguesso est un vrai assassin, corrupteur, génocidaire. Il est le mal du Congo. Il est un imbécile absolu qui ne cherche qu’à tromper tout le monde à l’infinie. Il faut voir sa médiocrité, les contradictions énormes de Sassou-NGuesso, l’,hitler de ce monde à travers l’ interview, sur France24 pour se rendre à l’ évidence. Sassou Nguesso et son clan sont des véritables dangers pour la paix et le développement au Congo et dans la sous région.
    Pour ceux qui se laissent manipuler, qui veulent aussi nous tromper, qui veulent ignorer le problème des disparus du Beach ainsi que d’autres crime contre l’humanité de Sassou Nguesso, l’ hitler, comme cette classe d’opposition corrompue qui est prète à aller aux législatives pour donner une certaine légitimité au pouvoir illégal, illégime, mafieux, génocidaire, tribal, clanique,
    la poursuite éhontée contre Ntoumi, qui contrairement à ce qu’on avance n’est pas du tout responsable de la crise du Pool est un pretexte pour masquer l’épuration éthnique à huit clos dans le Pool. Il est temps de se rappeler un peu de l’histoire:
    95 millions de FCFA sont dépensés par Sassou Nguesso par jour pour le coût de déploiement des hélicoptères dans le pool (carburant, munitions, primes des pilotes..). »
    L’ hitler de l’afrique; le bourreau Sassou Nguesso se livre depuis des années aux crimes contre l’ humanité et a toujours voulu la disparition des Laris, Bacongos du Congo,dont il a une haine féroce que lui seul connait le secret. Il est btemps de le mettre hors d’état de nuire. Lui, son clan et ses complices.

  20. bikindou simeon sylvain dit :

    Nous parlons beaucoup sans actions positve .la solution aujourdhui c est aller pour les etats generaux du pool et faisant l investigation d un avion qui a perdu les passagers,cela aidera a sauver les futures passagers et d autres appareils .sont cette procedure nous y reviendrons a la meme case du depart.; 1 procedure avant les independances,apres les independances,pourquoi il ya eu dispute entre le meme dans la region et comment reparer le tissue social des gens qui sont devenuent nomades dans leur propre pays.et pourquoi ya t il du fanatism aveugle? Et les gens se fond manupiler facilement par les hommes et fonf d eux leur petit dieux?la region a besoin des cerveaux pensseur et non des gens qui se divertissent en utilisant les medias sociaux pour s inventer de leurs petite educations ont parlons beaucoup sans avoir un plan specifique sur le mal que le pool souffre.il faut parfois dire de quelle maladie dont du souffre et le medecin va te prescrire le produit qu il faut ,il faut avoir l espoir pour n est pas etre confendu dans la vie.

  21. bikindou simeon sylvain dit :

    La politique africaine lorsqu on a ete destituer d un post ministeriel en devient opposant ,tres souvant avec des idees tres diabolique par ce qu on a perdu les faveurs.faudrai que les mesures soit forte afin que n importe qui et n importorte quand est l acces a avoir un parti politique,.les parti politiques deviennent leurs gagnent pain et apres ils passent a la manupilation du peuple ont leurs inculpant la haine et l esprit du tribal .les congolais doivent acquerrir une certaine maturitee et faire plus confiance a jesus et sont pere et surtout ne soyons pas hypocrite dans nos pensees.soyons sincere envers Dieu et non des dieux que nous fabriquons dans nos idees.un peuple ne peut que reussir la ou en doute de lui.le chemin qui mene. A la reussite est difficile ,mais il faut savoir surmonter les obstacles.

  22. Lucien Pambou dit :

    A Anonyme et à tous les autres sur ce site de Congo Liberty :

    Ne pas donner au réseau les vertus qu’il ne possède pas en totalité, c’est un simple outil d’analyse.

    Le réseau n’a pas l’intention d’épuiser toute la réalité sociale. C’est un outil parmi tant d’autres. Dans les réponses argumentées, j’attends un débat avec mes compatriotes et non des réponses autour de l’outil. Ce qu’il se passe au Congo concernant le Général Ngatse peut être analysé à partir le principe de réseautalité. Le principe repose sur trois options :

    1. historique.
    C’est le cas pour le Congo. Tout ce que nous vivons aujourd’hui tire sa source des contradictions dans le fonctionnement des partis politiques et de leurs dirigeants avant l’indépendance, ceux de Félix Tchikaya, Opangault, Tchitchélé et après l’indépendance ceux de Massamba Debat, Lissouba, Noumazalaye, Thystère Tchikaya, Denis Sassou Nguesso, Kolelas père et fils, etc. Rien n’a changé depuis l’indépendance. Aucune analyse concrète de la part de ses dirigeants sur la nécessité d’un développement harmonieux du Congo fondé sur la bonne gouvernance. Toute la vie politique au sein du pays Congo c’est la constitution dans le pays Congo, des réseaux connexes et non complémentaires. Un exemple précis : l’accord UPADS de Lissouba et le PCT de Sassou en 1993 pour faire battre Kolelas fondateur du MCDDI. Cet accord muni d’un accord secret sur la répartition des postes, et non respecté par Lissouba selon les Sassouistes, a entrainé des ressentiments et explique en partie le déclenchement de la guerre de 1997. Les exemples sont nombreux des alliances et mésalliances dans le réseau Congo.

    2. Conceptuelle.
    L’approche conceptuelle du réseau est exigeante et stimulante car elle permet d’appréhender la réalité des acteurs en fonction de leurs trajectoires à travers leurs non-dits et les faux-semblants du type lavement des mains et fausses embrassades qui n’ont pas empêché l’instabilité politique au Congo depuis 1993 et même avant. L’analyse conceptuelle du réseau permet d’interroger les interstices et les marges. Cela permet de comprendre comment Sassou, acteur non majeur de la vie politique congolaise dans les années 1970, mais présent depuis les années 1960 sans se faire voir, est devenu aujourd’hui un acteur majeur. On l’a toujours considéré comme insignifiant, certains ayant des propos injurieux du type : « C’est une femme », sauf que la femme observait la situation politique et il est au pouvoir depuis plus de 32 ans. Dire cela ne signifie pas que l’on accepte la situation, mais c’est montrer la complexité-simplicité du réseau au Congo-Brazzaville. Personne n’est éternel, la disparition de Sassou laissera forcément la place à un autre réseau de configuration et de nature différentes.

    3. Anthropologique
    Dans le réseau, l’analyse anthropologique valorise les hommes et le dialogue comme instrument de conversation et de règlement de conflit. La conversation est une manière de vivre des rapports pacifiés avec l’autre. C’est la technique de l’arbre à palabre que les Congolais ont oublié, ils préfèrent régler les conflits de pouvoir par la force, les guerres civiles au nom d’une conception ethnique du pouvoir dont, malheureusement, ne se départissent pas tous les hommes politiques congolais qui arrivent aux affaires et qui, le cœur sur la main, jurent « plus jamais ça, plus de guerres, guerres auxquelles ils ont recours à la moindre occasion ».

    Conclusion :
    Le réseau, malgré sa conception technique assez simple marquée par des trajectoires, des nœuds, des interactions entre les boucles, finit par camper un modèle pluri disciplinaire (historicité, conceptualisation, anthropologie) plus qu’une simple organisation dans laquelle on contemple des acteurs congolais et leurs relations. Le réseau n’épuise pas toute la réalité politco-sociale d’analyse des faits et des acteurs congolais. C’est un outil heuristique différent qui essaie de détricoter simplicité et complexité.

    PAMBOU

  23. Anonyme dit :

    MONSIEUR Pambou pourquoi vous posez vous en donneur de leçons et petit prof de morale et vous, vous échinez avec tant de pugnacité à vouloir axer tous les commentaires sur le réseau et uniquement sur cela et atténuer la vindicte envers le clan mafieux dont le maître en est sassou ? Quelle mission vous a été attribuez ?
    Vous n’avez que ce mot à la bouche réseau, réseau , réseau et tous ceux qui n’entrent pas dans votre logique sont, soit idiots, incultes ou prêts à aller à la soupe.
    Pourquoi vouloir à tous prix que les intervenants entrent en analyse réseautale avec vous ?
    Qui êtes vous pour vous auto désigner maître à penser ?

    Pour la plus part nous ne sommes pas dupe de votre petit jeu. Ce qui est désolant, c’est que les connaissances que vous avez et les accès aux médias dont vous disposez ne soient pas mises au service du peuple auquel vous appartenez mais vont plutôt servir et faire perdurer la mafia « réseautale » qui pille et détruit notre pays.

    Désolé mais une fois que cela est compris nous préférons désigner sassou comme un mafieux psychopathe, assassin et voleur mais non comme un simple élément impersonnel de réseau.
    Je préfère les commentaires francs et directs comme ceux du frère « M » (plus haut) texte puissant qui reflète parfaitement la réalité et désigne nommément sans détour les acteurs de cette barbarie.

    “Rester neutre face à l’injustice, c’est choisir le camp de l’oppresseur”.
    — Desmond Tutu

  24. VAL DE NANTES . dit :

    @ANO VITE à COLOGNE …TU vas te deréseauter comme moi ;;;ça me glisse , comme l’eau de pluie sur les plumes d’un canard d’OYO ;;;

  25. le fils du pays dit :

    Blaque a part.Dans ce far West qui est devenu le Congo des Nguesso et Sassou,si ce qui se trame contre Mr Ngatse Nianga est vrai alors le Congo pourra avoir son vrai General Giap (Vietnamien) dont j’avais poste l’article sur ce site de l’hommage que le defunt Fidel Castro lui avait rendu.

  26. Lucien Pambou dit :

    COOL
    Anonyme et VAL DE nantes
    Déréseautez vous svp
    Ne restez pas bloques sur l ‘outil
    Repondez au fond sur les arguments meme si je les integre dans l analyse du reseau comme l alliance de la carpe et du lapin entre lissouba et sasou en 1993 sur le dos de kolelas pere pere et l alliance kolelas pere lissouba contre sassou

    Voila les enjeux en termes d’arguments que montre le reseau et qui permet de voir la complicite des uns et des autres sur le dos de congolais dans cet espace politique marigot et reseau que constitue le congo

    ALLER SVP A L ESSENTIEL DU DEBAT AU LIEU DE RESTER SUEUR LA VIELLE ARGUTIE DU RESEAU SVP ELEVONS LE DEBAT COMME NOUS Y INVITE LE SITE CONGO LIBERTY

    BONNE FIN DE SEMAINE ET AVEC BIENVEILLANCE

    PAMBOU

  27. Dominique Okemba est en plein tourment actuellement. Il vient de s’attaquer à un fou qui a promis de l’emporter avec lui contrairement aux autres qu’il avait sorti les pieds devant sans lui rendre les coups. Stop!

    Sassou est pris entre le marteau et l’enclume. Les faits le conduisent à donner raison à Djo Bill; mais la realpolitik fait qu’il ne peut désavouer Okemba, celui qui peut fait sauter tout le sassouland avec ses secrets de tous genres.

    Qui croyait rouler tout le monde s’est fait prendre à son propre jeu. Aujourd’hui, il est tout nu tant ses complots sont cousus de fil blanc. La seule circonstance atténuante pour lui est qu’il a appris ses méthodes du complot de Sassou qui presenrait des fiches à Ngouabi contre tout le monde au motif qu’ils préparaient des coups d’états imaginaires. Quand Ngouabi se rendit compte du jeu de Sassou, c’était déjà trop tard.

    Aujourd’hui, Sassou paie ce qu’il avait fait contre Ngouabi. Sassou ne dort plus, au sens propre comme au sens figuré. Quant à Okemba, il est assiégé par la peur et la honte. Peur de Djo Bill et la honte de voir tout le monde se méfiait de lui dans leur entourage.

    Bon enfin! Qu’ils s’entretuent pour que le pays se libère. Moto à séparer té! Mbango na mbango!

  28. Anonyme dit :

    De toutes les façons, le Général Jean Dominique OKEMBA est un homme d’Etat et un congolais de pure souche. Il a des amis partout et en toute honnêteté il n’est pas mêlé aux scandales financiers qui se passent dans les clans. Il est humble et modeste
    On veut tout juste le faire couler car on veut emmener Kristel au pouvoir. Comme on a éliminé tous ceux qui se mettent aux travers de cette volonté monarchique. le dernier en date étant Pierre NGOLO. L’assassinat n’a jamais été un leitmotiv pour lui.
    Le Général OKEMBA est du coté du peuple. Il veut que des élections se tiennent en toute transparence pour que le peuple souverain décide. Il ne veut pas de députés ni de conseillers nommés. Il n’a jamais voulu être mêlé aux tripatouillages électoraux. Ni vouloir opposer l’armée tribale aux populations désarmées. Ces actes crapuleux ne font que mener le Congo dans les divisions dont les haines se lisent sur tous les visages. Il craint DIEU . Il est le bouc émissaire qu’il a toujours été car, c’est un sans voix. Ne clame-t-il pas son innocence en se reconnaissant MORO A NZAMBE?. Ce définissant il pousse le peuple à la jugeote. Est- ce- lui qui voulant se substituer à l’Etat, s’est constitué une cagnotte pour payer les bourses des étudiants?
    Aujourd’hui ON monte NMN pour le liquider. En réalité : C’est JDO la bête et les autres : NMN , JFN, ONG, BARRACK OBAMA…. les chasseurs.
    Que celui qui a des arguments contraires les apporte.

  29. Lucien Pambou dit :

    @ Anonyme
    INTERESSANTE ANALYSE DU RESEAU QUE TU REFUSES MAIS DONT LES ELEMENTS QUE TU PRESENTES RENFORCENT LA SUBSTANCE

    LE RESEAU N EPUISE PAS TOUTES LES ANALYSES QUI SONT LES BIENVENUES.

    INTERSSANT SUR LA CONNAISSANCE DU RESEAU VOUS AVEZ L AIR D EN SAVOIR UN PEU PLUS CAR VOUS NOUS PRESENTEZ AVEC FORCE DETAIL LES OPPOSITIONS A L INTERIEUR DU RESEAU ENTRE JDO ET GATSE

    D AUTRES POINTS DE VUE SONT POSSIBLES AUTRES QUE CELLES DU RESEAU MAIS RECONNAISSEZ AVEC MOI QUE NOUS Y SOMMES EN PLEIN DEDANS COMME ON LE DIT DE FACON POPULAIRE

    PAMBOU

  30. Mabwidi dit :

    Tiens, tiens! S’il est congolais de souche, qui ne l’est pas?
    S’il n’est pas mêlé à des scandales financiers des clans, qui l’est ?
    S’il ne s’est pas substitué à l’état, qui l’a fait ?
    Qui monte NIanga Mbouala pour le liquider et pourquoi ?

    Qui est ce qui, cher Anonyme?

  31. ONDÉLÉ dit :

    Okemba rentre demain de Kinshasa. Il a promis de mettre hors d’état de nuire tous ceux qui se mettront au travers de sa route. Il n’a pas peur de Ngatsé Nianga Mbouala et encore moins de Kiki.
    Cette semaine est celle de tous les dangers au oyoland.

  32. Pascal Malanda dit :

    Monsieur Ondélé

    Vous semblez être dans les confidences de Jean Dominique Okemba.
    Si c’est le cas, pourquoi devrait-il avoir peur de Kiki ou de Nianga Mbouala ? Et surtout pourquoi dans notre pays tout doit se résoudre par la peur, la mort, bref la violence?

    JDO et Nianga Mbouala ont aidé Sassou à chasser Lissouba du pouvoir parce que disaient-ils, ce dernier aurait instauré une démocratie de l’intimidation. Puisque la démocratie a été rétablie au Congo, pourquoi ne pas vous référer aux urnes?

    Toute cette agitation avec mort d’hommes en perspective n’est qu’une preuve de l’échec d’une nation incapable d’entrer dans le monde moderne. La soif de pouvoir ne peut pas justifier qu’on hypothèque la vie de tout un pays. Si JDO et Nianga-Mbouala veulent en découdre, qu’ils cherchent un terrain vierge, loin de toute habitation et qu’ils s’affrontent. Mais ils n’ont aucun droit d’entraîner des milliers de Congolais dans une guerre inutile.

    A vous les fanatiques de l’un et de l’autre. Vous n’avez pas le droit d’entraîner le Congo dans une nouvelle guerre. On vous voit venir avec vos scénarios à la con: éliminer les uns et les autres pour accéder au pouvoir. J’oubliais que chez vous, le pouvoir est toujours au bout du fusil et non au fond des urnes.

    Trop c’est trop! Le Congo nous appartient à tous, arrêtez de prendre les autres pour vos esclaves !!!

  33. Lucien Pambou dit :

    @Pascal Malanda
    le réseau peut expliquer les dissensions a l’ interieur de la vie politique congolaise
    Le congo est un pays bizarre avec des acteurs politiques qui ne tiennent qu ‘a leurs interets
    il n ya que les internautes sur ce site qui pensent que le congo peut etre sauve

    FAUX ET FAUX LES CONGOLAIS ET CELA NE PLAIT PAS A TOUT LE MONDE CE QUE JE DIS DE FACON OUVERTE

    LES CONGOLAIS UTILISENT DE FACON LARMOYANTE ET EPLOREE LE CONCEPT CONGO PAR LA RUSE POUR ACCEDER AUX AFFAIRES ET EN PROFITER POUR ETRE AUX AFFRAIRES GRACE A L ETHNIE POUR S EN METTRE PLEIN LES POCHES GRACE AU TRESOR PUBLIC

    LE CONGOLAIS N A RIEN A FOUTRE DU DEVELOPPEMENT DE SON PAYS CAR IL EST INCOMPETENT SCIENTIFIQUEMENT ET IL PREFERE LA SPHERE POLITIQUE DE LA PAROLE ET DE LA SOUVERAINETE POUR S EN METTRE PLEIN LES POCHES LE TEMPS DE SON MINISTERE OU DE SON POSTE D AFFECTATION A HAUT NIVEAU

    VOILA CE QUE NOUS CONGOLAIS SOMMES HYPOCRITES ET MENSONGERS COMME NOS MAITRES FRANCAIS MALGRES NOS DENEGATIONS ET CRITIQUES ENVERS LE MAITRE BLANC FRANCAIS

    C EST U N PROBLEME POUR NOUS COMMENT SE DECOLIANISER

    PAMBOU L EMMERDEUR ICONOCLASTE

  34. ONDELE dit :

    Malanda,
    As-tu vu ce qui s’est passé à Brazzaville aujourd’hui?

    Vos reculades et manipulations ne suffisent plus. Le vin étant tiré, il faut le boire jusqu’à la lie.

    Nous sommes déjà dans vos corps. Vos âmes, nous les avons déjà.

    Il n’y a qu’un seul amiral au Congo. Il faut retenir ça.

  35. Pascal Malanda dit :

    Cher ONDELE,

    Vous avez entièrement le droit d’être un inconditionnel de JDO. N’oubliez pas cependant qu’au-delà de sa modeste personne, il y a le Congo que nous avons tous en partage et que nous n’avons pas le droit de détruire pour le plaisir des uns et des autres. Le faire équivaut à agir en barbares et j’espère que nous ne le sommes pas, vous et moi.

    Vous semblez très fier d’affirmer qu’il y a un seul amiral au Congo. OK ! Où est la flotte congolaise? Il paraît que la société SOCOTRAM gérée par un Nguesson devait servir à créer une flotte marchande au Congo. Où en sommes-nous? Voilà les vraies questions qui devraient nous préoccuper pour l’avenir de notre pays.

    Je retiens qu’il y a un amiral au Congo, mais je sais pas le rôle qu’il joue puisqu’on n’a pas de flotte digne de ce nom. Et pour finir, que ferons-nous le jour où notre unique amiral mourra?

    Cher ONDELE, pensons plus à notre pays qu’à nos égoïsmes destructeurs. Nous passerons, le Congo nous survivra.

  36. ONDÉLÉ dit :

    Malanda,

    Il y a un proverbe qui dit: quand tu vois un enfant jeter des pierres sur un adulte, il faut d’abord chercher à voir s’il n’y a pas un adulte derrière cet enfant avant de le réprimander.

    Cette histoire est déjà du domaine du passé avec deux cadavres au placard.

    Il n’y a qu’un amiral et un général d’armée. Retiens cela Mr Malanda.

  37. Pascal Malanda dit :

    Cher ONDELE

    Vous persistez et vous signez. Je vous le consens bien, mais, n’oubliez pas que  » L’homme propose, Dieu dispose » N’oubliez pas non plus que « Quand deux larrons se battent, le troisième en profite »

    Souhaitons tous que cette tragi-comédie de très mauvais goût s’achève dans l’intérêt supérieur d’une nation à construire.

    Le reste n’est que vanité des vanités comme le dit si bien l’Ecclésiaste.

  38. Ondélé dit :

    Malanda,

    Votre cheval , Nianga Mbouala, a perdu.

    L’Amiral m’a dit te le dire personnellement.

  39. Pascal Malanda dit :

    Monsieur Ondélé

    Pour tout commencer, Nianga-Mbouala n’est pas mon cheval. Je n’ai pas besoin de cheval pour défendre ma vision du Congo.

    Ensuite, Nianga-Mbouala a perdu? OK, qu’est-ce que le Congo a gagné? C’est la question qui m’intéresse le plus.

  40. Pascal Malanda dit :

    Enfin, pourquoi cette propension à personnaliser les débats ? Quel avantage personnel en tirez-vous ? Mon éthique est aux antipodes du fanatisme. Je ne me bats pas pour ou contre des personnes, je défends une idée du Congo. Un Congo apaisé et tourné vers la modernité. Un Congo où l’on n’a pas besoin de tuer pour accéder au pouvoir ou le défendre. Un Congo où la force des idées prime sur l’idée de la force.

    J’aurais tant préféré voir Nianga-Mbouala et JDO se battre à coup de projets de société, mais apparemment, c’est trop demander à vos idôles.

  41. Pascal Malanda dit :

    Et puisque votre champion a tenu à m’adresser un message personnel, je ferai une exception à mon éthique en vous demandant de lui transmettre ce qui suit :

    S’il a des ambitions pour le Congo (c’est son droit le plus absolu, au même titre que tout autre Congolais), il a intérêt à proposer un projet de société solide sans oublier que pour défendre ce dernier, il faut une certaine dose d’intégrité morale. C’est sur cette base qu’un prétendant sérieux à la magistrature suprême de son pays se présente au souverain primaire qui juge les prétendants sur pièce. Sauf à constater qu’au Congo le pouvoir est toujours au bout du fusil ou du canon. Mais ça, c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire