La Françafrique choisit Christel Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville. Par Patrice MIAKASSISSA

La voix de son maître a parlé et le deal a été scellé.

RFI (radio France internationale) a parlé des élections législatives qui se sont déroulées récemment au Congo-Brazzaville dans les conditions que nous savons. Cette radio sortie des entrailles de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française), ne borne son analyse qu’à souligner la présence de trois (3) enfants de notre dictateur dans la nouvelle assemblée familiale qui se dessine au lieu des deux (2) dans la précédente. Elle continue en disant que le vrai gagnant de cette mascarade et de la bataille entre les caciques du PCT est le fils cadet qui a un boulevard devant lui pour la succession. Tout ceci sous entend que le départ du tyran est proche et la relève prête. Les intérêts pétroliers français au Congo sont prioritaires devant la misère qu’endure le peuple congolais jadis vaillant mais aujourd’hui amorphe devant tant de chaos.

Force est de constater que ce ne sont pas les Congolais qui ont élu le président français, mais bien les Français. S’agissant du Congo, depuis des lustres, la France s’est toujours comportée en parrain mafieux voulant à tout prix imposer sa volonté à tout un peuple, en dépit de ses aspirations toutefois légitimes de se débarrasser d’un pouvoir corrompu. Pour qu’il y ait un corrompu, il faut un corrupteur. Dans notre cas, le vrai visage du corrupteur ne fait l’ombre d’aucun doute tant sa présence est comme le nez au milieu du visage.

Parler de démocratie à longueur de journée sans en appliquer les principes élémentaires devient la politique africaine de la France dans laquelle le business a remplacé les droits de l’Homme. Cette France jadis pays des droits de l’Homme, devient le pays de la déclaration des droits de l’Homme et le repaire des dictateurs en villégiature. Le silence coupable de la France devant le génocide qui se déroule à huis clos dans le département du Pool au Congo est terrifiant. Triste France.

Il y a un fait récent qui a retenu notre attention ces jours derniers ; La convocation et la garde à vue du rejeton de notre timonier à la brigade financière de Paris pour les biens mal acquis. De tout ceci aucun mot dans la presse française en quête de subsides et abonnée des lieux de séjour parisien du prince d’Edou. D’aucuns diront que c’est une presse de caniveau. Libre à eux. Les droits de l’Homme ayant quitté la France, c’est la liberté d’informer qui se heurte aux pressions économiques et politiques. Victor Hugo dans sa déclaration du 18 août 1859 par laquelle il refusait l’amnistie de Napoléon III disait :  » Fidèle à l’engagement que j’ai pris vis-à-vis de ma conscience, je partagerai jusqu’au bout l’exil de la liberté. Quand la liberté rentrera, je rentrerai.  » En ces temps, il ne serait jamais rentré car la liberté se substitue à la servitude en France. La France des lumières devient cette lanterne incapable d’éclairer l’horizon des peuples opprimés.

Que s’est-il passé durant cette garde à vue ? Bien qu’’il y ait encore des policiers français consciencieux, ces derniers ne sont pas comme leurs procureurs chargés de l’action publique. Au demeurant, les procureurs de la république ne sont pas des magistrats comme le stipule la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (affaire Medvedyev et autres c/France : arrêt rendu le 29 mars 2010). Ils sont nommés par le pouvoir politique et ne rendent compte qu’à ce dernier. C’est la dépendance de la justice française vis-à-vis des hommes politiques. Autant dire qu’il n’y a point de salut judiciaire dans ce marigot infesté de crocodiles.

Le fils a été entendu. Il sait ce que les français ont sur lui. Comme ils disent, ils le tiennent. Il devient leur proie. Le père devenant de plus en plus infréquentable, alors ils essaient de préparer la succession comme dans une monarchie ou comme ils nomment les préfets à leur solde.

Dans ce qui se joue devant nos yeux, le peuple congolais risque de ne pas être consulté une énième fois. Il ne tient qu’à nous de déjouer ce mauvais scénario de série B ou ce plan macabre et foireux. Il est temps de prendre notre destin en main et ne plus continuer à subir ces décisions qui nous déshumanisent. Nos différentes stratégies jusqu’à présent ont toutes échoué. Nous n’allons pas éternellement continuer à tourner autour d’un rond point sans issue de dégagement.

Nous lançons un vibrant appel à toute l’opposition congolaise, de l’intérieur comme de l’extérieur, de s’unir dans sa prise de décision afin de mettre fin à cette tragédie shakespearienne qui se passe sous nos yeux. Dans cette lutte, la lumière ne viendra pas seulement de ceux qui se croient investis d’une mission divine ou messianique. Comme disait l’autre c’est de la discussion que jaillit la lumière. Tant il est vrai que nous ne sommes plus disposés à suivre des mots d’ordre sans lendemain ni évaluation. Nous serions plus forts unis et ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile. Dans une lutte de libération, la fin justifie les moyens. A la jeunesse congolaise dont l’avenir a été hypothéqué de se rebeller car le Congo est un bien commun et non une propriété privée.

Comme écrivait Peter F. Drucker : « La meilleure façon d’anticiper l’avenir c’est de comprendre le présent ».

—-

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à La Françafrique choisit Christel Denis Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville. Par Patrice MIAKASSISSA

  1. Val de Nantes dit :

    Ce sera un Non national .Jamais un autre Sassou au pouvoir .

  2. UNITE dit : Nous remercions toutes ces associations fondées sur l’orthodoxie financière, qui traquent tous les responsables politiques africains qui bénéficient d’une impunité dans leur pays..
    Nous savons en outre que les plaintes avec constitution de partie civile dont vous en êtes les auteurs, sur le fondement de l’objet de vos associations n’obéissent pas à ce que pensent les non professionnels du droit, qu’un procureur de la république rend compte au pouvoir politique qui peut demander de bloquer la procédure.
    La politique pénale relative aux criminels en col blanc, s’est étendue aux intouchables de l’époque qui eux bénéficiaient des relations de la françafrique.
    Hier le fils Obiang a été condamné. Après la garde à vue de Christel Sassou- Nguesso, suivra sa mise en examen, et le reste de la procédure judiciaire..
    Si la France présentement pourchasse ses délinquants en col blanc,elle ne s’encombrera pas du tout de ceux des autres.
    Aux congolais de faire leurs autocritiques, afin de trouver les solutions susceptibles de mettre fin à la tyrannie de la clique Sassou-Nguesso.

  3. Mark dit :

    RFI a parlé, il revient aux congolais de prendre une decision. RFI ne peut pas decider à la place des congolais. Election présidentielle au Rwanda, Paul Kagame est élu avec 98 % des voix. Elections législatives au Sénégal, sur 165 sièges, le pouvoir a obtenu 125 ( à peine 40 sièges pour l’oppostion). C’est le syndrome africain.

  4. Massoukila Massakila dit :

    A tous les rescapés de l’extermination ethnique, toute l’équipe de rédaction de VOIX HUMAINE se joint à vous dans la douleur, le deuil et votre combat quotidien. Nous vous disons :

    COURAGE ! PERSEVERANCE ! FIERTE ! ET FOI EN LA DIGNITE ET LA SOUVERAINETE QUI SONT INVIOLABLES !

    « LE PIRE ENNEMI DE L’ESCLAVE, C’EST L’AFFRANCHI, L’EXECUTEUR DE CE QUE SON MAÎTRE NE PEUT ACCOMPLIR DE SES PROPRES MAINS » (Jean-Claude Mayima-Mbemba)

    « LA PIRE DES HUMILIATIONS QU’ON PUISSE FAIRE SUBIR A UNE NATION INDEPENDANTE ET SOUVERAINE, C’EST DE LUI IMPOSER, PAR UN OU DES ETATS TIERS, UN CHEF QU’ELLE N’A PAS CHOISI LIBREMENT » (Jean-Claude Mayima-Mbemba)

    NOUS AVONS LE DEVOIR DE MEMOIRE ET DE LUTTER, POUR UNE DEMOCRATIE ET UNE PAIX VERITABLES MAIS AUSSI POUR NOS DIGNITE ET SOUVERAINETE.

  5. Anonyme dit :

    Val de Nantes
    « Ce sera un Non national .Jamais un autre Sassou au pouvoir »

    Au Congo il ne faut pas employer le mot « jamais » car tout n’est qu’éternel recommencement.
    Si sassou veut imposer son fils, il l’imposera comme il l’a fait pour rester au pouvoir et nous ne pourrons que nous lamenter.

  6. le fils du pays dit :

    Je ne cesserai jamais de le repeter ic que la seule voie et l’unique voie pour se debarrasser de ce systeme impose au peuple par l’empire francais a travers son valet c’est la methode  » Cubano-Algero-Vietnamienne »,c’est a dire la force brute.Ces peuples ont su conquerir leurs libertes.
    Si vraiment,les Congolais veulent vivre comme les hommes et les femmes libres,voila la voie.
    Le Congo a suffisament de hommes et les femmes capables d’arracher sa liberte.La liberte ne se negocie pas,elle s’arrache.Idem pour le respect,il se gagne en s’imposant.
    Mr Sassou n’est que facilitateur,il execute les ordres de ses maîtres francais en s’abritant dans un premier sous l’ombre de Ngouabi a travers la fausse theorie de l’union du grand Nord.Une fois avoir assassine son mentor Ngouabi,apres avoir ecarte son acolyte Yhombi et arrive sur le trone,cette fois il s’abrite derriere quelques fanatiques aveugles Mbochi en leur faisant croire qu’ils en le pouvoir alors qu’il n’est que le valet de la france,une croie de transmission qui sert a la france de destruire le Congo et sa population.Ouvrez tres gros vos yeux, prenez votre courage entre deux mains et liberez vous de la france et son valet.

  7. Mark dit :

    @ Anonyme

    Je valide. Si les congolais n’ont pas les moyens de faire partir Sassou, je me demande où trouveront ils les moyens pour empêcher son fils ou un de ses neveux à prendre le pouvoir. Le monde a assisté avec impuissance les mêmes scénarios au Togo, Gabon, Corée du Nord….Les congolais prenaient l’exemple du Burkina comme une menace. Sassou disait par contre que le Congo n’était pas le Burkina. Nous avons eu la confirmation au final. Après l’élection présidentielle, les gabonais ont voulu aussi gueuler en utilisant la formule congolaise, Bongo est toujours au pouvoir. La meilleure façon de prouver sa force c’est surprendre son adversaire que de gueuler. C’est ce qu’ont fait les USA face à la Corée du Nord. Après avoir trop gueulé, les mêmes USA cherchent à négocier avec la Corée du Nord aujourd’hui. Cherchons avant tout à détruire ce système avant qu’il y ait un éventuel remplaçant.

  8. Val de Nantes dit :

    Je refuse d’être défaitiste passif ,tout en espèrant un coup de sang revanchard de La part des Congolais.

  9. Iwarangot dit :

    Retenons une fois pour toute ce que Mark a dit :  »RFI a parlé, il revient aux congolais de prendre une décision. RFI ne peut pas décider à la place des congolais…. »
    Nous ne pouvons pas toucher Sassou à Brazzaville, nous pouvons ouvrir la guerilla dans les compagnes. Avec la crise qui cisaille le Congo, il nous suffit de bloquer les deux nationales et l’affaire est réglèe, je vous assure !!!
    Sassou n’aura pas un militaire à chaque kilomètre. Vous verrez qu’on parlera du Congo,même RFI et en bien. Aucun pays n’a obtenu la liberté par le secours d’un autre. Regardez le Vietnam, le Burkina Faso, l’Algerie, la France, même elle. Faisons quelque chose, sinon ce sera 100 ans de souffrance…

  10. reponse a congolais assis et nous felicitons toujours le general okoi pour sa bonne maitrise du dossier du pool.merci general okoi dit :

    il n y a aucun inconvenient a ce que denis christel sassou ng soit le futur president du congo.la france avait deja soutenu pour le compte du congo trois chefs d’etat: fulbert youlou denis sassou ng et p lissouba.

  11. Bulukutu dit :

    Pourquoi les salariés congolais dont les salaires ne sont plus versés depuis des lustres, continuent-ils à se rendre sur leurs lieux de travail ? Je ne comprends pas.

  12. Lucien PAMBOU dit :

    @ tous
    Nous y sommes
    Ceux qui pensaient que ma theorie des réseaux était farfelue, Miakassissa vient de vous en administrer la preuve de sa validité

    Si le president SASSOU décide de se retirer du pouvoir avant 2021 et qu il decide une election anticipée ,.Rien ne s’ oppose à une élection anticipée à laquelle parrticiperait Denis christel Nguesso en tant que congolais meme s il est le fils de son pere SASSOU
    Que nous dit MIAKASSISSA EN CREUX C’est que Sassou a toujours un coup d avance que ses opposants

    je vois d’ici les attaques a mon egard pour ceux qui pensent que je privilegie sassou.je ne fais que mon travail d ‘analyste et de revelateur de sens de la vie politique congolaise explicite et implicite . l analyse politique ca existe mais au congo on prefere l insulte

  13. Les politiques n’ont absolument rien à cirer avec les conditions de vie des populations , ils fricotent en marge toutes formes d’éthique avec tout ce qui peut leur permettre de se hisser aux cimes de la gloire. Chirac avec les emplois fictifs à la mairie de Paris, Sarkozy avec du blé venant des Kadhafi, Christine la Garde avec cette louche affaire d’indemnisation de Bernard Tapie, et récemment le Fillon gate, en Afrique ces intrigues politico-economiques sont quasiment légion dans tous les régimes actuellement au pouvoir, où on note le contrôle absolu du politique sur la justice , la police et l’économie. L’occident, malgré la notion de la division des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, le politique laisse a travers la constitution une ouverture pour avoir le contrôle, même partiel de la justice et de la police : le président nomme le président de la cour constitutionnelle, le procureur general qui nomme a son tour le procureur anti corruption, le directeur de la police est nommé par le ministre de l’intérieur qui est le plus souvent un proche du président de la république, et tous font toujours le retour d’ascenseur a ceux qui leur font rois.
    En Espagne par exemple le parti au pouvoir PP s’est présenté aux élections pendant plus de 20 ans dopé, ce parti s’est toujours arrangé à contourner les règles de financement des campagnes électorales : falsification des factures , dépenses au delà des sommes admises par la commission électorale, et enfin la contribution d’entreprise qui , en contre partie recevaient des contrats publics, et lorsque le scandale eclate, pour l’étouffer l’incendie politique, le parti à travers le président fait pression sur la procureur générale pour nommer un procureur anti corruption moins regardant et proche de PP, elle refuse et demissionne, mais le nouveau succombe au chantage et nomme un nouveau procureur Manuel Moix , qui selon certains audio entre l’ex président de la communauté de Madrid, actuellement en prison et l’ex Ministre de l’intérieur ou avec le président de Atletico de Madrid Cerezo, était le préféré des corrompus et certains délinquants en prison , il s’oppose sans base juridique a la perquisition dans les bureaux de l’ex président de la communauté de Madrid Ignacio González, mais après la rébellion des procureurs, il recule et cède , dès son arrivée il s’applique à mettre de côté tous les procureurs qui sont sur les affaires qui touchent le financement illegal de PP et les membres du partis au pouvour , la pression politique sur lui et le gouvernement s’intensifie, la presse révèle qu’il est propriétaire d’une société dans un paradis fiscal, la pression mediatique devient de plus en plus insupportable, finalement démissionne. certaines écoutes téléphoniques révèlent que certaines conversations qui prouvent certains politiques sont en politique juste pour du blé. Normale dans le cas du Congo par exemple ou les députés, ministres, chefs de la police et l’armée gagnent 70 fois plus que le salaire minimum.
    Peut-être faudrait -il revoir le système de nomination des présidents de la cour constitutionnelle, du procureur general, du directeur de la police. .. pour faire évoluer les institutions, je ne parle pas de l’évolution des institutions made by Mister ou señor Sassou, mais bien d’institutions démocratiques, car il y a une hyper protection des politiques , qui parfois se croient au-dessus de la loi.

  14. Anonyme dit :

    Ça risque d’être un facteur d’instabilité politique. Il est dans l’intérêt du pays que les choses se fassent suivant l’exemple d’un G.W.Bush, c-a-d quelques années plus tard. L’important est de préserver la paix chèrement acquise.

  15. Anonyme dit :

    L’Anonyme ci-dessus est dans l’humour je suppose, lorsqu’il parle de liberté chèrement acquise.
    De quelle liberté parle t-il ? Peut- être de la liberté qu’a la mafia d’Oyo de piller à sa guise le pays.

  16. Lucia dit :

    Ce monsieir a passe recement trois jours avec sa maitresse a monaco a lhotel de o’hermitage a grands frais…location de yacht, voitures de luxe avec chauffeur, avion et helico prive…

  17. Loko Balossa dit :

    La dynastie des Nguesso ne s’en sortira plus jamais , ces crétins saboteurs ont pillés tout l’argent du Congo , les retards des salaires s’accumulent l’hôpital public est au fermé et désastre nous y sommes . Le peuple congolais doit se réveiller pour bouter les barbares Mbochis dehors !!!

  18. anonyme dit :

    L’homme propose, Dieu dispose. Avant que cela ne fut effectif, personne, alors personne n’avait prévu voir le Congo être dirigé par le Professeur Pascal LISSOUBA.
    Moralité: ne perdons pas notre temps à pérorer sur le petit KIKI. Nous sommes convaincus qu’après Denis SASSOU NGUESSO, il y aura bien un congolais bon teint qui tiendra les rênes de la République. Alors, patience.

  19. A.D dit :

     
    Chaque Congolais conscient de ses devoirs et responsabilités doit savoir les conditions dans lequels lui et son peuple se trouvent afin d’arriver réellement à les changer:“ Les élections, le dialogue ou les négociations avec le dictateur génocidaire Sassou Nguesso et sa clique ne servent à rien et ne peuvent pas du tout être une solution dans un rapport de forces déséquilibrés. Il faut complètement éffacer le régime Sassou Nguesso.„ Une insurrection populaire pour désintégrer le système politique actuel au Congo et préparer l’avènement d’une démocratie assumée ou lutte armée restent les seuls solutions pour mettre fin à l’esclavage et à la barberie Sassou Nguesso au Congo.Depuis 1968, année de leur fameux coup-d’état, Sassou Nguesso, marche sur les cadavres, piétine tout un peuple.« Ce qui se déroule dans le Pool, c’est un génocide programmé, un holocauste, intitulé „Opération Mouébara“ nom de la mère de l ‘ initiateur ,dictateur , sorcier, criminel, génocidaire Denis Sassou Nguesso.Cette épuration éthnique avait déjà eu lieu entre 1998 et 2004. Cette nouvelle Opération Mouébara a pour objectif final de faire disparaitre du Congo les Laris, Bacongos, raser le Pool. Denis Sassou Nguesso et sa clique, complices veulent terminer leur crime de massacre de masse en s’achetant à coup des millions de Dollars, d’euro obtenu par l’argent du pétrole, bois, minerais du Congo bradés, des douanes appartenant au peuple Congolais, le silence, la complicité des médias, des politiques, dirigeants des organisations internationales.„Sassou Nguesso est un vrai assassin, corrupteur, génocidaire. Il est le mal du Congo. » Denis Sassou Nguesso n’a pas fait qu’hypothéquer l’avenir, il l’a détruit, il l’a effacé comme on efface des écrits sur une ardoise qu’il a ensuite cassée. »Sassou a inventé le capitalisme clano-familial pour que le Congo soit dominé politiquement et économiquement par une seule et même famille : la famille royale Sassou&Nguesso.Après avoir détruit la forêt tropicale et aussi vendu 25% de toute la forêt congolaise à la banque jordanienne en 2012, ;soit 1/4 de la forêt du Congo, privatisé, voici le dictateur qui n’a pris aucune mesure pour endiguer cette absurdité dans un pays dont la forêt tropicale, est la plus importante après l’Amazonie, se faire distinquer aux yeux du monde pour une publicité trompeuse du fonds bleu pour le bassin du Congo. l’accord decréation du Fonds bleu pour le bassin du Congo a été signé le 9 mars, moins de quatre mois après son annonce lors de la COP22, à Marrakech. Portée par Denis Sassou Nguesso avec le soutien de la Fondation Brazzaville – présidée par l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier, proche du président congolais –, l’initiative avait alors été adoptée par les chefs d’État des douze pays concernés : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, la RD Congo, la Tanzanie, le Tchad et la Zambie.Voici ici une véritable fuite en avant, tel que le dictateur genocidaire et terroriste en connait parfaitement le secret pour camouffler la verité. Comment accordez du crédit à toutes déclarations tapageuses. du dictateur sanguinaire Sassou Nguesso , qui, malgrés la grande manne pétrolière providentiellement tombée sur l’économie congolaise pendant tant d’années n’a pas été capable d’oeuvrer à donner de l’eau potable et l’électricité aux Congolais et à radiquer par exemple, la présence des groupes électrogènes qui sont des grands producteurs de monoxyde de carbone (C0); un gaz très toxique, mortel sont mis en vedette, les sordides montagnes, ainsi que des ordures jetées depuis des décennies ici et là, qui constituent une vraie atteinte à la santé publique peut’ il franchement se motiver à la sauvegarde de la foret qu’il laissent tant saccager pour son insatiable cupidité. de l’argent pour lui, sa famille et son clan?
    http://www.congo-internet.com/pdf/congo_vu_par_thiery_hayes.pdf
    Depuis plus d’ une année, le génocidaire, président illégitime illégal Sassou Nguesso et sa bande continuent à semer la terreur au Congo et à massacrer sauvagement les populations civiles dans le Pool, sous prétexte qu’elles sont prises en otage par Ntoumi et ses rebelles Ninja. Par conséquent, la communauté internationale et surtout la « France,ne peut par conséquent pas nier les massacres et le génocide actuellement en cours au Congo, en particulier dans le département du POOL (un des départements du Congo qui a désavoué le dictateur lors des dernières élections du 20 mars 2016). »„Denis Sassou Nguesso qui n’a pas gagné l’élection présidentielle du 20 mars 2016 après avoir modifiés illégalement la constition qui l’interdisait à se représenter est un président illégitime. Un dictateur génocideur diminué qui est aux commandes de l’ethnie-Etat et qui cherche à la fin de compte à céder le pouvoir illégitime à Christel Denis Sassou-Nguesso;un de ses enfants illégitimes très actif dans la mafia,la grande criminalité, les assinats, les affaires des biens mal acquis. »Milliardaires avec l’argent volé dans les caisses du Congo. Christel Denis Sassou Nguesso, enfant batard qui n’a jamais travaillé nulle part, jouit de la position de son père arrivé par la force des armes qui n’est jamais arrivé au pouvoir et jamais par les urnes, ne connait comme son père que la violence, les crimes, la corruption, les assassinats, la magouille, qui sont leurs seules doctrine et philosophie de gouvernement, de pouvoir. Le Congo-Brazzaville regorge de charniers connus et non encore répertoriés à ce jour dont ils sont les auteurs. Milliardaire comme son père, ses soeurs, Cousins, Denis Christel Sassou le plus riche, l’est devenu en vendant du pétrole volé, non déclaré et en piquant dans les caisses du Congo. Il l’ai devenu en piratant des cargaisons de la Cotrade ou de celles de la SNPC. Chef de file dans le domaine des Biens Mal Acquis, Denis Christel Sassou Nguesso a permis à ses amis à devenir tels que: Calixte Ganongo, aujourd’hui ministre des finances du gouvernement fantoche de Clément Mouamba, Willy Etoka le Golden Boy du pétrole congolais, Blaise Elenga, Raoul Ominga, le nouveau Directeur Administratif et Financier de la SNPC, cousin et successeur de Calixte Ganongo de devenir aussi milliadaires par des cargaisons du pétrole volé. » Sans oublier la fameuse Madame Fairouz Garlan; venue de nulle part et qui est en réalité la véritable patronne, avec ou sans procuration, de la Société Nationale des Pétroles du Congo, la SNPC propriété de Nguesso, et de toutes ses filiales dont la CORAF. Voici comment toute une république, tout un peuple se laissent pasivement exploiter, souffrir par le dictateur, sanquinaire Sassou Nguesso, ses enfants, famille et clique. Le dictateur , genocidaire, Denis Sassou-Nguesso a mis le Congo-Brazzaville complètement par terre sur tous les plans. Où est passé l’argent de pétrole, du bois, des minerais congolais si la réalité est telle que la réalisations de quelques projets qui se sont faites au Congo Brazzaville ont pu s’ acquérir grâce à l’endettement (lourd) du Congo-Brazzaville vis-à-vis de la Chine, qui est gagé pour des années sur le pétrole? Pour le reprendre, Sassou Nguesso et sa clique ont dépensé l’argent du Congo, et continuent en une certaine mesure à le faire, dans les biens mal acquis, l’achat des armes et des consciences,dans l’enrichissement illicite du dictateur Sassou Nguesso, celui de ses enfants, familles et clique. Sassou et sa clique, ses enfants dépensent énormement de l’argent du Congo dans la corruption, pour vendre leurs images, acheter le silences des grands de monde. Il faut s’imaginer de l’argent gaspillé par le dictateur Sassou Nguesso a pour se faire désigné comme médiateur dans des nombreux cas. Il s’est par exemple fait désigner (à coups de billets de banque) réconciliateur en chef des Libyens pour le compte de l’Union africaine (dont les dirigeants ont été corrompus). Comme le fait état le journal Afrique Education, le fameux ministre des affaires étrangères du gouvernement illégal; Jean Claude Gakosso, a déjà, fait le tour de la terre (et dépenser inutilement l’argent des Congolais)pour faire « pousser » ce dossier libyen, apparemment, sans résultat notable, et surtout, sans reconnaissance évidente des Occidentaux. »Le peuple Congolais doit agir et faire partir de force de Sassou Nguesso et sa clique afin de se débarasser de l’esclavage, terreur impossée par l’imonde dictature.

  20. Mwangou dit :

    @A.D.
    Vous en savez des choses…mais si vous pouvez tenter de maîtriser votre passion pour que vos affirmations soient plus édifiantes.

  21. Mwangou dit :

    Christelle Denis sassou nguesso, dont la grand-mère arriva à Brazzaville trois ans après l’indépendance, avec une jeune et très jolie fille qui charmera le beau garçon sassou, et la suite c’est ces deux rejetons…cette grand-mère s’est exilée pour une cause politique, incompréhensible, puisque l’un de ces parents qui avait estimé n’avoir aucune raison de partir du pays, n’est autre que le  »grand Kabasele »..mais la semence de sassou devenu nguesso semble de loin plus impregnante que la douceur de la voix de ce père de la musique moderne congolaise.

  22. Cadence Mundanda dit :

    Tiens, de la politique fleurtante à la poésie instrumentale, il n’y a qu’un pas, dirait-on. Eh-eh!

Laisser un commentaire