DÉVALUER OU SORTIR DE LA ZONE FRANC CFA ? Par Lucien Pambou

Les nombreux déficits budgétaires et publics en zone CEMAC obligent à une réflexion macroéconomique et financière importante pour l’action politique.

 

Les nouvelles macro-financières concernant la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) ne sont pas bonnes. Toutes les économies de cette zone sont confrontées à des déficits budgétaires et publics, et à une mauvaise gouvernance macro-financière. Ces pays (Tchad, Congo-Brazzaville, RCA, Gabon, Guinée équatoriale) pilotent leurs économies respectives à partir du pétrole dont ils font la ressource de base pour leurs recettes budgétaires en plus d’autres recettes provenant de matières premières agricoles et minérales. Malgré les injonctions du Fonds monétaire international et des plans nationaux de développement dans ces pays qui mettent l’accent sur la diversification économique, force est de constater que la problématique de la diversification est plus politique et théorique que réelle. Sur le plan de l’action économique, ces pays essaient de créer des structures comme les zones économiques spéciales, les parcs industriels et agricoles, ce qui ne conduit pas à l’efficience car ils sont confrontés à plusieurs contraintes qu’ils ne mettent pas sur la table pour des raisons politiques, comme la formation des personnels, l’expérience technologique, la maîtrise des intrants et extrants liés aux questions de diversification économique, que celles-ci portent sur l’industrie, l’agriculture, les services ou d’autres domaines d’activité.

 

Le Franc CFA au service des entreprises françaises en Afrique

 

La plupart des pays de la zone CEMAC ont une monnaie, le Franc CFA, qui les lie à la France depuis fort longtemps. Depuis les indépendances, les responsables politiques des pays de la zone CEMAC ont bénéficié de la convertibilité et de la transférabilité intégrales entre le Franc français et le Franc CFA. Ces deux opérations économiques ont permis des transferts illégaux de fonds et ont favorisé la corruption. Les conditions macro-financières exigeantes entre le Franc CFA et le Franc français (dépôt obligatoire de 50% des devises auprès du Trésor français -revu à la baisse-, surveillance des indicateurs monétaires, discipline monétaire exigée par la France) n’ont pas favorisé le développement économique des pays africains de la zone CEMAC en privilégiant les entreprises françaises. La France n’a jamais souhaité un développement économique et industriel des pays africains, ce que les dirigeants de ce pays ont parfaitement compris pour se maintenir au pouvoir et pour exiger des entreprises françaises une compréhension et un consentement aux dérives monétaro-financières dans la plupart des pays africains francophones grâce aux grandes entreprises françaises d’exploration pétrolière, comme Total, qui ont la réputation d’assurer les fins de mois de certains pays de la zone CEMAC.

 

La dévaluation de 1994 appelle-t-elle une autre dévaluation en décembre 2017 ?

 

La dévaluation de 1994 du Franc CFA n’a pas mis un coup d’arrêt à ces pratiques mais a permis à la France d’avertir ses partenaires africains sur leurs pratiques macro-financières légères. La France a procédé à cette dévaluation avec la bénédiction de l’Allemagne dans la mesure où la France se préparait à entrer dans une monnaie commune européenne pilotée par l’Allemagne. L’Allemagne a accepté l’existence du Franc CFA car la France s’en est portée garante et elle a présenté à ses partenaires européens la question du Franc CFA comme une problématique interne liée au Trésor français et qui n’aurait pas d’incidence sur l’Euro. Voilà pourquoi l’accord de l’Allemagne a permis une relation fixe entre l’Euro et le Franc CFA. Il a été demandé à la France d’être la garante de ce pilotage monétaire. La dévaluation qui est un changement de parité vis-à-vis d’une monnaie-ancre, le Franc français, a eu des conséquences négatives sur les économies de la zone CEMAC, non travailleuse et incapable de se diversifier économiquement.

 

Les différences entre les zones CEMAC et BCEAO peuvent accélérer la dévaluation

Il y a aujourd’hui une divergence entre la zone CEMAC et celle de la BCEAO (zone rassemblant les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest). Il existe aujourd’hui deux CFA inconvertibles, celui de l’Afrique de l’Ouest et celui de la CEMAC à cause des résultats macroéconomiques plus favorables dans la zone BCEAO que dans la zone CEMAC. Avec la mauvaise gouvernance, l’absence de structure de séparation entre les différents déficits de l’Etat, des collectivités locales et des réponses à apporter, une dévaluation dans la zone CFA est inéluctable car la France se lasse d’apporter les devises nécessaires aux opérations économiques de la zone CEMAC pour suppléer les insuffisances de gouvernance économique dans ces pays. Certains économistes africains disent que c’est la zone Franc qui est responsable du malheur des pays de la CEMAC en particulier et de la zone Franc en général. Ils occultent les problématiques de la mauvaise gouvernance politique et financière, de l’absence d’industrie exportatrice et de structures économiques solides dans ces pays. Ils sont victimes d’une illusion monétaire et d’un voile qui fait que c’est la monnaie qui crée la richesse, alors que c’est le travail est au cœur de celle-ci. La monnaie en zone CEMAC pose problème, ainsi que les nombreux déficits budgétaires et publics.

Et si le Président Macron avait raison de dire  « Si on ne se sent pas heureux dans la zone Franc, on la quitte et on crée sa propre monnaie comme l’ont fait la Mauritanie et Madagascar. Si on y reste, il faut arrêter les déclarations démagogiques, faisant du Franc CFA le bouc-émissaire de vos échecs politiques et économiques, et la France la source de vos problèmes » ?

Lucien PAMBOU

Diffusé le 07 août 2017, par www.congo-liberty.com

 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

101 réponses à DÉVALUER OU SORTIR DE LA ZONE FRANC CFA ? Par Lucien Pambou

  1. Anonyme dit :

    J’avoue que j’aime bien la phrase qui est attribuée à Emmanuel MACRON:
    « Si on ne se sent pas heureux dans la zone Franc, on la quitte et on crée sa propre monnaie comme l’ont fait la Mauritanie et Madagascar. Si on y reste, il faut arrêter les déclarations démagogiques, faisant du Franc CFA le bouc-émissaire de vos échecs politiques et économiques, et la France la source de vos problèmes »

    On devrait s’en inspirer avant d’être toujours à geindre, c’est à nous peuples Africain de prendre notre destin en main, pas à la France.

  2. Mark dit :

    Que les congolais se posent d’abord la question de savoir pourquoi le manioc coûte aussi cher au Congo avant d’aborder des sujets auxquels ils n’ont aucun contrôle. Il ne s’agit pas seulement de créer une monnaie, il faut aussi la soutenir. Arrêter de brutaliser et tuer les congolais est une mission plus facile à accomplir que soutenir une monnaie. Si pour occuper un simple poste de maire, deputé on a besoin d’être une relation de Sassou…..Si le congolais qui souffre déjà ne peut pas quitter Mindouli et aller librement vendre son charbon à Brazzaville, si la maman congolaise qui souffre déjà ne peut pas librement vendre son poisson dans un marché de Brazzaville, si le congolais n’a pas accès aux soins, à l’eau potable, si l’enfant congolais doit s’asseoir à même le sol à l’école dans un pays producteur de bois….Si l’usager de la voiture manque du carburant dans un pays producteur de pétrole, Si l’on n’est pas en mesure de réger ce qui est essentiel, comment allons nous être en mesure de soutenir une monnaie? Arrêtons donc les divertissements.

  3. Lucien PAMBOU dit :

    A Mark et à Anonyme,

    merci pour vos interventions car vous posez les bonnes questions et en creux on a les réponses. Certains intellectuels et économistes africains estiment qu’il faut sortir de la zone Franc. Compte-tenu de l’état actuel de nos économies embryonnaires et primo-naissantes sur les plans agricoles et industriels, de notre incapacité à construire des leaders nationaux d’origine congolaise en matière d’exportations, la sortie de la zone CFA est une discussion de café entre intellectuels.

    La dévaluation est, de mon point de vue, la sanction ultime à laquelle sont confrontés aujourd’hui les pays de la zone Franc qui gouverne mal leurs économies qui sont incapables d’inventivité économique au-delà de la simple déclaration théorique du concept de diversification économique. L’Afrique francophone est le prix de sa sujétion et de sa manque de volonté pour le travail organisé et méthodique.

    On ne peut pas reprocher à la France de pousser son avantage face à des Etats qui restent uniquement accrochés à l’échange au lieu de produire des biens qui leur permettraient à long terme de construire une économie réelle et véritable.

    Dévaluer ou sortir de la zone Franc ? La sortie est impossible à l’heure actuelle. Ce sera le chantier pour nos enfants et petits-enfants. Il reste donc à dévaluer, ce qui va accroitre le prix des importations venant de la zone Euro (1 euro= 1300 franc CFA) et favoriser les exportations vers cette zone, or ces exportations et ces importations appartiennent à une même poche, la France qui joue magnifiquement sur les deux tableaux. Avec la baisse du prix du pétrole et la dévaluation nécessaire, la France est gagnante car ce sont les entreprises françaises qui sont, pour la plupart, exportatrices du pétrole (Total et autres matières agricoles et minières).

    Les économistes en Afrique réfléchissent en l’air et non sur les réalités. Il faut payer le prix de la bêtise de la mauvaise gouvernance financière en attendant de mettre en place des stratégies réelles de redimensionnement des économies africaines avec toutes les contraintes qui ne peuvent s’exercer que sur un siècle, comme la formation, la montée en gamme sur la courbe d’expérience technologique, l’électrification des pays, la connaissance scientifique des terres agricoles par les paysans à former et la mise en place des structures, n’est-ce pas cher Mark, d’organisation de la production à grande échelle et de la structuration des marchés.

    Voilà un début de réponse générale. La France ne fait que profiter de sa parité fixe entre l’euro et le franc CFA pour approfondir encore un peu plus le déficit structurel de la balance commerciale du Congo et des pays de la CEMAC dont on sait qu’ils importent plus de biens à forte valeur ajoutée (comme ces pays sont paresseux et pas très capables de produire des simples biens comme la tomate, les oignons, etc.) et exportent essentiellement des produits de rente comme le pétrole, le bois, les mines, le café, le cacao, etc. , dont les prix baissent sur les marchés mondiaux.

    Macron a raison et excusez-moi de cette insolence langagière : ou on est d’accord avec le fonctionnement du franc CFA et on ferme sa grande gueule ou on n’est pas d’accord et on se casse. Pour ma part, fermons notre grande gueule en essayant de travailler d’abord pour une sortie sur le très très long terme car toute sortie prématurée aujourd’hui serait une catastrophe pour les populations. Au lieu de pleurer, acceptons la dévaluation, si elle advient, en réfléchissant sur les modalités d’une nouvelle organisation de nos économies.

  4. Revelino dit :

    Juste une petite rectification. La zone de l’Afrique ouest s’appelle UEMOA (union économique et monétaire ouest africaine). La BCEAO est la banque centrale de la zone ouest africaine. Comme la BEAC en zone CEMAC. Il aurait été souhaitable de dire « zone CEMAC et celle de l’UEMOA » au lieu de « zone CEMAC et celle de la BCEAO ».

    De plus, je souscris aux analyses faites par Mark. Avant de parler monnaie et sa politique, commençons par être capable de bien gérer ce que l’on a et de mettre en place une politique économique cohérente qui réponde aux besoins du peuple congolais. Au lieu de distraire les gens avec la convertibilité du CFA avec le Yuan, la monnaie chinoise.

  5. Mwangou dit :

    Quant à moi, je continue à me poser la question suivante: pourquoi vouloir détourner l’attention des gens vers un sujet qui n’a aucun impact?en effet, pourquoi vous ne donnez pas la position des autres pays de l’uemoa et de la cemac, pour qu’on mesure l’importance de cette problématique de la dévaluation ou même de la fin du franc CFA…
    Si vous vivez au Congo, vous prendrez vite conscience que notre problème ici, c’est le sérieux des gens qui gouvernent… Je vous renvois à propos de vos préoccupations actuelles sur la monnaie à la lecture de Ngbanda honoré,’ les derniers jours de Mobutu. Ainsi sonne le glas!’ vous y trouverez les raisons des super dévaluations du zaïre monnaie…ça semble bien la même chose actuellement en zone cemac…cessez de distraire…cherchez à retrouver les regrets d’un grand sassouiste ‘Asie Dominique de Marseille’, qui a perdu l’élection à mbomo; vous serez édifiés sur la cause de la démagogie actuelle autour du franc CFA.

  6. Bakala dit :

    Lucien Pambou,

    Que penses-tu du ratio d’endettement du Congo de 120% du PIB? Le congo avait en devises l’équivalent de 2.698 milliards de francs CFA en décembre 2014. Toutes ces devises ont disparu sans laisser de traces. Comment dans ce contexte ne pas avoir un compte déficitaire auprès du trésor français. Voilà l’origine des problèmes avec le franc CFA. Pourquoi tu ne le soulèves pas dans ton article?

    Mieux, bien qu’ayant cet argent en plus des recettes annuelles, le congo s’est endetté auprès de la Chine pour construire à crédit des infrastructures. Où est partie l’argent du budget vu que la Chine a construit à crédit? Pire, en 2015, dans un rapport, le FMI et la banque mondiale disaient que le budget du congo était exécuté qu’à hauteur de 30%. Où sont partis les 70% non exécutés du budget?

    Lucien Pambou,
    Nous sommes en face d’un problème de kleptomanie qu’il faut souligner. L’argent, il y en a, mais dans des comptes privés. Fin 2015, plus de 2.698 milliards de francs CFA auprès de la BEAC. En 2017, un ratio d’endettement de plus de 120%. Comment expliquer cette situation en johnson de deux ans?

    Pour finir, en Afrique de l’Ouest, l’argent a aussi été sorti des différents pays pour être place à l’abri en attendant la dévaluation. Aussi, il n’y a pas que les pays de la BEAC en cause. À cela ajoutons aussi la france qui a laissé sortir tout cet argent des deux zones vu que c’est elle la propriétaire du franc CFA. Qu’a-t-elle fait pour éviter ces sorties? RIEN!

    Lucien Pambou, ne divertit pas les gens avec cette histoire de la dévaluation. Le vrai problème des congolais c’est l’endettement astronomique de 120% du PIB par Sassou. Ce pillage est à l’origine du compte des opérations au trésor français. Si cet argent n’était pas sorti de la BEAC, entre 2015 et 2017, on ne parlera jamais de cette histoire de dévaluation. Il n’y a donc pas un problème de mauvaise gouvernance, mais bien un de siphonnage des deniers publics. Le compte des opérations auprès du trésor public français est un problème comptable.

  7. Que ce soit la dévaluation ou non, la sortie de la zone franc CFA ou pas; ceci ne résout aucunement le problème de l’Afrique francophone surtout de la zone CEMAC. Pour mieux penser cette question il faut aller au-déla de la période avant la chute du mur de Berlin. Le franc Cfa doit son existence à celle du jadis franc français. Le franc français n’existant plus, le franc Cfa ne devrait plus exister, c’est si simple que ça. Si les dirigeants africains ont faits des arrangements avec la France, puis la France avec l’Union Européenne, ça leur engagent! Nous de la nouvelle génération on doit se démarquer de cette coopération aux accords flous à la limite obscurs, Il y a certains présidents qui ont au moins eu le courage de faire les déclarations politiques pour dénoncer des accords et en sortir, sans volonté réelle certes ou mesures d’accompagnement, mais ils ont osé, à l’exemple d’Alpha Kondé et d’Idriss Deby; d’autres par contre ont peur.

  8. Je ne pense pas que ce soit la mauvaise gouvernance politique surtout économique ou les dictatures dans ces zones CEMAC et CDEAO qui sont la source de nos misères avec ce fameux Cfa; mais les responsabilités sont partagés par les français et les présidents africains.

    Le Cameroun est un pays sous une dictature, mais son économie marche très bien, d’ailleurs c’est grâce au Cameroun que le CFA essaie de tenir jusqu’à ce jour dans la zone CEMAC, car l’économie dans ce pays est diversifiée avec au moins 7 universités d’Etat et un nombre incalculable d’universités privées; donc il y a la ressource humaine bien formée qui peut combler le déficit en cerveau dans le reste des pays de la zone CEMAC. Le problème du CFA c’est sa parité face à l’Euro, le dollar ou les devises étrangères, et surtout le fait qu’il ne soit pas une monnaie car reconnue par aucune institution bancaire internationale d’émission de monnaie; c’est juste un outil budgétaire de la trésorerie française.

  9. Si ce que déclare Macron flatte certains, moi pas du tout; car il a cité expressément la Mauritanie et le Madagascar , c’est des pays pauvres et n’ont pas pu gérer leur monnaie après leur sortie de la zone franche; mais ceci n’est pas le cas du Laos, de l’Algérie, de la Tunisie, du Liban et bien d’autres pays…Dire que les intellectuels africains sont théoriques, ça je n’y crois pas car il ya de nombreux spécialistes qui ont reflechi à la question de façon très technique; mais les décideurs politiques ne donnent pas leur bénédiction, encouragés par certains intellectuels africains pessimistes qui veulent demeurer dans la zone franche continuellement mais accusant encore la France de la source de leur malheur, quel paradoxe.

  10. L’Afrique a besoin des dirigeants courageux, des institutions politiques et économiques fortes afin d’emboîter véritablement le pas dans la mondialisation sans crainte avec une monnaie bâtie en Afrique par des africains et reconnue par les grandes banques centrales européennes et asiatiques, rendue forte par les échanges entre nous africains; et non se contenter des pièces et billets sans valeur batis dans un village français et n’ayant une valeur que au Trésor public français et dans les zones CEMAC et CDEAO, quelle honte! Et comme ça les gens se disent avec fierté banquier, économiste, financier et gestionnaire? Jusqu’à quand seront nous des marques déposées des universités françaises ou anglaises? Renforçons nos universités et faisons de la recherche appliquée en fonction de nos besoins.

  11. Tout en tenant en compte la remarque faite par @revelino sur les concepts CEMAC-CDEAO et BEAC-UEMOA, donc j’apporte du rectificatif sur mon texte.

  12. Lucien PAMBOU dit :

    Oui Revelino, tu as raison, le pendant de la CEMAC c’est l’UEMOA et de la BEAC c’est la BCEAO. Dans mon ouvrage publié à l’Harmattan, ces éléments de distinction précis s’y trouvent, mais ce qui est plus important c’est l’analyse. Tu as bien fait de remettre les choses à l’endroit. Merci à toi.

  13. Ça Y Est dit :

    Et nous y re-voilà: ‘L’âge Du Biberon’ dont savait bien de quoi il parlait sarcastiquement un intervenant remarquable avec une dextérité notoire sur ce site. Ironie du sort?

    On ne peut pas être libre ou on ne le sera JAMAIS lorsque l’on se complait de se faire prendre en charge à jamais d’une manière ou d’une autre, partout et ailleurs, en tout et pour tout, très souvent rien que par anxiété ou incertitude d’un changement radical, et pourtant un mal bien nécessaire pour sortir autrement d’un certain esclavage moderne, toujours vraissemblablement au profit, et oui, du cruel colon, avec la bénédiction inavouée mais palpable des enfoirés ‘africaners’ tous pourris…

    Attention aux charmeurs fous, les bons diseurs ne font pas nécessairement de bons faiseurs.
    Faut-il débattre toute sa vie sans actions à la fin jusqu’à sa mort, quitte à crever debout les yeux ouverts et la bouche bée? A quoi ça sert au virtuel finish?

    Grandissons une (1) bonne fois pour toutes. Ça ne tombe pas miraculeusement du ciel, il faut ‘bosser’ pour y arriver nonobstant la difficulté. Ces ‘nantis’ occidentaux chez qui on aime vite aller se ‘réfuger’, sont sans équivoque passés par là.

    A bon entendeur, pathétique!

  14. Lucien PAMBOU dit :

    @ ca yest
    ton texte est flou et incomprehensible soit on est con soit ton texte est flou et comme disait AUBRY la ou il ya un flou il ya un loup
    e SSAIE STP DE LE RENDRE PLUS LISIBLE
    CDLEMENT LP

  15. Ça Y Est dit :

    Bien-sûr, lorsque du coup on devient myope, c’est le vieil oncle demeuré au village qui a invoqué le diable pour vous envoûter et éberluer. Je reviendrais dessiner, spécialement pour toi.

    Du courage mon jeune-vieux!

  16. Bulukutu dit :

    Sommes-nous indépendant ? Si oui, la question de la sortie du FCFA ne se pose pas. Soit on en sort, soit on y reste pour un escalvage perpétuel. Pas de longs discours pour justifier un asservissement et un prolongement du colonialisme français en Afrique. Agir, c’est en sortir. Bavarder continuellement, c’est y rester et consolider l’asservissement des grands enfants que nous sommes, biberonnés au CFA, incapables de s’affranchir de la cuillère coloniale.

  17. le fils du pays dit :

    Aucun pays du monde s’est développé avec la monnaie des autres.Cette monnaie nazi a travers laquelle l’empire français vole les Africains chaque année plus de 440 millards et cela depuis plus de 70 ans.Il faut sortir de cette escroquerie, les marionnettes de la france en Afrique qui parlent au nom du peuple doivent arrêter de trop jouer ce jeu mortifère de leur employeur.Il faut sortir de ce machin and Now..
    Mr Pambou,nous devrons sortir de ce système colonial and now.Je vous propose de réunir d’autres économistes Congolais et commencer a faire le draft du système économique Congolais qui n’aura rien avoir avec les theories d’Adam Smith et consorts qui ont lamentablement échouées surtout qu’elles sont incompatibles avec nos sociétés dont les racines sont le partage.On ne peut pas être les éternels esclaves de autres peuples.Regardez l’Algérie a sa monnaie,Cuba a son peso,l’iran a sa mopnnaie,le Vietnam a sa propre monnaie aussi pour ne citer que ces pays.
    Allez les gars (économistes et spécialistes de la monnaie),mettez vous au boulot.

  18. Bakala dit :

    Lucien Pambou,

    Il faut répondre aux questions simples.

    @ Fils du pays,
    Une simple question: est-ce que Gilbert Ondongo ou ses clones peuvent diriger une banque centrale? Je ne dis pas que je suis contre une monnaie propre. Le Rwanda est un bon exemple dont je suis admiratif.

    Lucien Pambou,
    Y a-t-il un lien entre l’endettement de 120% du PIB et la question du franc CFA ? Mieux entre la sortie des milliers des millards de la BEAC et la question que tu poses sur la table?

  19. Ça Y Est dit :

    @Buluk’,

    Merci bien pour le bon dessin relatif. Et pourtant ce n’est pas si compliqué que ça, sauf bien entendu pour les coupeurs de cheveux en quatre!

  20. Mark dit :

    @ tous,

    Notre frère Lucien Pambou vient de nous offrir un article très intéressant. L’article pose un problème assez pertinent. Nous avons deux choix: Rester ou sortir. S’il faut rester, dans ce cas nous avons besoin des dirigeants courageux comme l’a dit troisième oil. Par dirigeants courageux, je pense aux dirigeants prêts à defendre le CFA. S’il faut sortir, dans ce cas nous avons besoin des dirigeants sérieux comme l’a dit Revelino. Par dirigeant sérieux, soyons d’abord en mesure de régler et gérer l’essentiel, ce qui est très loin d’être gagné. En sortant, chaque pays aura la mission de créer sa propre monnaie et être en mesure de la soutenir. Au final, les dirigeants vont utilser les devises étrangères (Dollar américain, euro) et les congolais pauvres auront besoin de transporter la monnaie congolaise dans les NGUIRIS (sac) pour aller faire les achats, une monnaie congolaise qui sera 100 fois plus devaluée que l’actuel CFA.

  21. Tintin au Kongo dit :

    La vérité, c’est que Monsieur Lucien Pambou est un crypto-sassouiste. C’est comme le singe qui croyait se cacher oubliant que sa longue queue trahissait sa présence. Vous lui demandez quel lien y a-t-il entre l’endettement de 120% du PIB et la question du franc CFA.? De cela il n’en a cure. Il fait de la diversion; c’est le rôle qui lui est dévolu au sein du réseau. Dans un réseau, chaque noeud évolue indépendamment des autres, tout en s’articulant avec le système.Le réseau qui est si cher à L. Pambou.

  22. Bulukutu dit :

    14 pays qui partagent une monnaie commune cela a du poids oui ou non? Pourquoi sortir en ordre dispersé? Arrêtons de prendre les africains pour des neuneus. Si le courage consiste à garder le FCFA , alors on est mal barré. Si le courage, c’est nous condamner à l’esclavage perpétuel, dans ce cas, oui l’Afrique francophone est très mal parti. Si les pays d’Afrique francophone décident de sortir de cette monnaie de singe, au propre comme au figuré, je suppose qu’ils auront au préalable réfléchis, au comment, à l’après, donc au futur etc.

  23. Lucien PAMBOU dit :

    @ TINTIN DU KONGO
    Le lien entre endettement et franc cfa est lie au fait que le tresor francais qui garantit la parite euro cfa avec la grace de la bce banque centrale europeenne ne peut indefiniment fournir des devises dont l euro aux pays membres de la cemac dont les recettes en devises on baisse a la suite de la conjonction de 2 mouvements ; baisse du prix du petrole et mauvaise gouvernance macro financiere
    la devaluation devient ineluctable sauf arrangement poilitique entre la FRANCE maitresse du seigneurage monetaire et ses affides et sujets que sont les pays membres de l uemoa et de loa camac
    voila tinitin les liens pratiques entre endettement et franc cfa
    En ce moment les devises sont rationnees au congo et sont servis en premier les importateurs qui font le bonheur de la france

  24. Lucien PAMBOU dit :

    ET OUI TINTIN
    La france ne peut fournir de facon infinie sur le long terme des devises aux pays membres de la cemac dont le congo ce qui oblige le tresor francais a aller eventuellement vers la devaluation
    les deficits budgetaires et publics lies a la baisse des recettes issues de la vente du petrole accentuent les desequlibres macroeconomiques en obligeant le congo et les autres pays de la cemac soit a devaluer le franc cemac different du franc ueomoa soit a mener des poiltiques d austerite( licenciements baisse des salaires restriction des importations valorisation des exportations privatisation des pans entiers de l economie congolaise baisse des pensions de retraite
    voila les remedes du fmi qui vont peut etre se mettre en place au congo voila tintin explique le lien entre endettement et franc cfa on est dans dans le dur de l analyse et la pratique concrete de la finance internationale

  25. Revelino dit :

    Mark a dit : « pertinent notre frère Lucien Pambou vient de nous offrir un article très intéressant. L’article pose un problème assez. Nous avons deux choix: Rester ou sortir. ». De mon point de vue, la question de savoir si on doit y rester ou en sortir est secondaire en l’état actuel des choses. La seule question essentielle : sommes-nous capables de gérer la quantité de monnaie que le système monétaire actuel nous accorde ?

    Vu le peu d’égard que nos dirigeants actuels accordent aux questions économiques, il serait illusoire de penser à la sortie de la zone franc CFA si nos dirigeants sont inaptes à gérer le peu de CFA qu’ils ont à leur disposition. Je partage le point de vue du fils de pays lorsqu’il dit : « aucun pays du monde ne s’est développé avec la monnaie des autres ». Cependant, en l’espèce, il est inutile de mettre la charrue avant les bœufs. La sortie ou non de la zone franc CFA se réglera lorsque nous serons capables de bien gérer les ressources dont le peuple est propriétaire. Le taux d’endettement actuel du Congo (120% du PIB) prouve à suffisance que les dirigeants actuels seront inaptes à gérer un système monétaire nouveau. On ne donne pas des perles aux cochons. Quand on est capable d’endetter un pays en un temps record, il est inutile de donner des perles à des gens peu scrupuleux.

    La sortie de la zone franc CFA est un projet à moyen terme. Mais, rien d’interdit d’en définir les contours pour sa mise en place dans un avenir proche.

  26. Revelino dit :

    lire Mark a dit : « Notre frère Lucien Pambou vient de nous offrir un article très intéressant. L’article pose un problème assez pertinent. »

  27. Bakala dit :

    Non Lucien Pambou,
    C’est de la théorie déconnectée de la réalité ce que tu avances. L’Algerie exporte du pétrole et gère très bien ses devises placees dans des banques étrangères. Au Congo, les devises placées à la BEAC ont été dilapidées. Ce qui explique que notre compte est déficitaire auprès du trésor public français qui crédite en francs CFA les devises que nous lui donnons après nos ventes à l’exportation. Nos devises n’ont pas été épuisées parce que les recettes d’exportation ont chutées. Elles ont carrément disparu pour se retrouver sur des comptes privés. D’ailleurs, le pauvre directeur de la BEAC à Brazzaville s’en plaignait de cette situation où tout le monde venait piocher à la BEAC sur les réserves. Si tout cet argent n’était pas siphonné, le compte du compte auprès du trésor public français serait toujours excédentaire. L’argent place au trésor public français a toujours un pendant en francs CFA dans nos banques centrales à l’exception que la france nous impose une limite à ne pas épuiser. Or Sassou a tout épuisé. C’est ce qui explique que notre compte est déficitaire et les devises se font rares parce que Sassou a tout volé. Lucien Pambou le sait, mais ses amitiés avec Sassou l’empêchent de le dire.

    Cette question de dévaluation n’est que l’arbre qui cache la forêt pour embrouiller les congolais du siphonnage des deniers publics par le PCT. où est passé notre pognon? Beno bassissas bongo! Bongo ebima!

    Les gens vous mentent. En Afrique de l’Ouest aussi les plus nantis ont vidé la BCEAO en devises. Lucien Pambou vous ne le dira jamais.

  28. Mark dit :

    @ Revelino

    Oui. Le problème que vous posez est finalement la clé. C’est ce que j’ai mentioné dans ma toute première intervention. ETRE EN MESURE DE FAIRE L’ESSENTIEL. Ce qui n’est pas le cas. La RDC a sa propre monnaie et alors? Qu’est ce qui marche en RDC? S’il faut prendre position, je dirai que créer une monnaie congolaise serait aggraver la situation, rendre les congolais plus misérables. De nos jours, si le colon français gérait encore physiquement le Congo, le Congo ne serait pas là où il se trouve. Nous réclamons une liberté (de la part de la France) que nous ne sommes pas en mesure de gérer. Parmi tous ces africains qui risquent leurs vies en traversant la Méditeranée, il ya bien des ressortissants des pays africains ayant leurs propres monnaies et jamais colonisés par la France. Il ya même des resortissants d’un géant comme le Nigeria qui n’a aucun lien colonial avec la France que nous insultons. L’africain doit apprendre à faire du sérieux

  29. Mwangou dit :

    @ Mark.
    Merci pour ce post ci-dessus. Entièrement d’avis avec vous. Quand on a vécu ses premières années de sa vie sous la colonisation, puis les deux premières gouvernances politiques au Congo, on ne peut qu’être d’accord avec ce que vous dites…
    @ ceux qui semblent s’agripper à ce thème d’une monnaie souveraine pour l’Afrique francophone ou au-delà, la cote d’Ivoire du président L. Gbagbo avait lancé une réflexion qui avait fait appel à plusieurs intellectuels universitaires de plusieurs pays africains, sur cette problématique. On pense d’ailleurs que c’est là l’une des sources de ses malheurs politiques, comme les malheurs politiques et pire encore, sa mort, pour Kadhafi.
    Un congolais, D. Mandilou, universitaire, avait pris part à cette réflexion, ayant publié un livre sur » l’économie de partage. Pour une monnaie africaine » chez L’Harmattan.
    Mon point de vue personnel en ce moment, vivant au Congo, y avoir travaillé plus de trente ans, retraité maltraité, je répète que le temps n’est pas à la diversion en exhibant nos capacités d’universitaires colonisés. Le temps est désormais révolu où l’on peut encore s’abriter derrière la colonisation réelle ou imaginaire pour flanquer des qualificatifs peu inopérants du reste, à un tel ou autre…

  30. Indépendancre Chacha To Gagner Oh - Au Table ronde Chacha Tu Bakidi dit :

    Nom de Dieu, vous rendez-vous vraiment compte de ce que vous racontez?
    Que le colon revienne donc?
    Vous avez misérablement une drôle de façon de nuancer les choses.
    Vous avouez-là lamentablement votre incapacité à être indépendants.
    Navré mais vous êtes décidément tout simplement médiocres.

    A quoi finalement vous ont servi les études supérieures?
    Franchement vous faites HONTE, chers ‘négros’ éternels « ya bon banania’.

    Les Youlou, Massamba Débat, Lumumba et autre mbuta Kandza moins lettrés doivent se retourner là où ils sont. MAWA!

    Incroyable mais vrai… OUF!

    Con-go, ZOBA_

  31. Indépendancre Chacha To Gagner Oh - Au Table ronde Chacha Tu Bakidi dit :

    Vous confondez et vous trompez d’époques. Aussi, repartez alors sucer les nichons de maman comme d’antan car la vie était si belle, il n’y avait pas de loyer à payer, on vous portait comme un sac au dos.

    TRISTE !

    LOSERS_

  32. Mark dit :

    @ Indépendancre Chacha To Gagner Oh

    Finalement c’est toi qui fais honte quand tu penses que le Congo est un pays indépendant. Mes études supérieures me laisent dire qu’aucun pays indépendant a une monnaie controlée par un autre. Au final, le mot MAWA s’adresse à toi même si tu penses que tu es une personne libre au Congo. Il faut aller habiter dans le pool, tu réfléchiras mieux. Youlou et Massamba Débat que tu prends comme référence par ignorance, expliques nous comment est ce qu’ ils sont arrivés au pouvoir si c’est pas par la volonté de la France. Une question pour toi: L’Iran a connu sa revolution en 1979, la même année que Sassou est arrivé au pouvoir, peux tu comparer le Congo à l’Iran? Mon frère, c’est important d’apprendre dans la vie. On ne se fait pas manipuler quand on a la connaissance. En réalité, le Congo est un pays dirigé par des personnes qui n’ont pas de connaissances.

  33. Bulukutu dit :

    Ok. Mais de là à regretter la période coloniale, il y a un pas que je ne franchirai jamais. C’est une question de dignité aussi. Je n’ai pas connu la colonisation effective. Ceux qui la regrettent sont peut-être aussi ceux qui l’ont vécu. Mais dans ce cas, laissez les générations futures décider dans quel cadre économique et politique, ils veulent évoluer.
    Mark dit: « parmi tous ces africains qui risquent leurs vies pour traverser la Méditerranée, il y a bien des pays ayant leur propres monnaie et jamais colonisés par la France etc… « .

    Cette phrase sous entend que la souveraineté monétaire n’est pas la clé pour le développement. Mais la dépendance monétaire sert-elle nos intérêts? Est-ce la clé pour le développement? Quel pays s’est développé en étant sous domination, économique, politique, culturelle, psychologique et mentale ? En cinquante ans de dépendance monétaire, on est en droit d’en tirer les évidences qui sautent aux yeux ? Celles de constater qu’on a rien gagner et qu’il est Urgent de changer notre fusil d’épaule.
    Même prospère, tous les pays du monde développé continuent à produire de l’immigration.
    Chaque année des milliers de français vont tenter l’aventure aux États Unis, au Canada, en Amérique centrale, dans les Caraïbes, voire même en Afrique, et pourtant la France est un pays (riche) avec une monnaie commune à 28 pays, sur laquelle elle a son mot à dire. Les chinois ont leur propre monnaie, et ils ont émigrés partout dans le monde avant de devenir riches. Aujourd’hui la diaspora chinoise est une force pour ce pays, devenu puissance économique. Même avec une monnaie souveraine, nous continuerons à produire de l’immigration. Ce n’est donc pas la question, il me semble. La région d’Afrique francophone, est la seule aire géographique du monde à vivre sous une dépendance monétaire coloniale aussi étroite depuis un demi-siècle, sans que cela lui Soir bénéfique. Pourquoi ?
    Certains s’accrochent à la monnaie de ceux-là même qui nous imposent des cancrelats serviables à souhait comme dirigeants, et se plaignent ensuite de la mauvaise gouvernance des africains en regrettant l’ère coloniale… permettez moi de vous dire que c’est de la folie pure. Plus schizophrène tu meurs. Sur ce site, j’ai déjà eu dire que le jour où les Congolais sauront exactement ce qu’ils veulent, on aura gagné 50% de la bataille… oui, Sankara, Gbagbo et Kadhafi ont fait les frais de leur soif d’indépendance,… et alors? Faut-il pour autant trahir ces panafricanistes et Condamner les afriques à un asservissement à perpétuité?

  34. Sauvons le Congo dit :

    12) Le tyran Sassou Nguesso a déjà planifié l’assassinat du Général Jean Marie Michel MOKOKO, le vainqueur du 1er tour des élections présidentielles du 20 mars 2016, emprisonné depuis le 16 juin 2016 pour avoir refusé de reconnaitre le hold-up électoral du dictateur Sassou Nguesso.

    Pourquoi n’allez-vous pas déjouer cet assassinat programmé du Président démocratiquement Elu le Général MOKOKO, de surcroît votre frère d’armes ?

    13) Nous collectif des résistants extérieurs à la dictature, savons que Sassou Nguesso est entrain d’affiner ce plan d’assassinat programmé.

    Quel conseil donnez-vous aux populations congolaises pour leur permettre de défendre la personne qu’elles avaient choisie lors de la consultation souveraine du 20 mars 2016 ?

    14) Nous savons aussi que le dictateur Sassou Nguesso n’acceptera pas un autre successeur que son fils Christel Sassou Nguesso. Ce dernier est aussi une figure du grand banditisme «tel père, tel fils », dit un adage. Etes-vous d’accord avec ce genre de transfert du pouvoir qui foule au pied, les fondements d’un Etat de droit ?

    15) La population congolaise et les résistants extérieurs à la dictature doivent-ils avoir confiance aux manœuvres dilatoires du FMI (tentatives d’octroi d’une aide financière au clan du tyran), du président MACRON (le volte-face sur le Congo, l’omerta sur le Congo), de la justice française (atermoiement des procédures judiciaires concernant les crimes économiques connus sous le nom des biens mal acquis) ?

    Nous disons que ces manœuvres n’ont pour objectif que de faire gagner du temps au tyran pour accomplir son projet macabre destiné à transmettre le Congo-Brazzaville à son fils comme une simple propriété privée avec la bénédiction de la françafrique ?

  35. Mark dit :

    @ Bulukutu
    Oui. Il faut souligner que personne dans cette page a dit qu’il regrettait l’ère coloniale. C’est moi qui ai dit: Si le colon français gérait encore physiquement le Congo. Cette phrase n’a aucun lien avec la colonisation. La France gère la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe…ne me dites pas que ses territoires sont en pleine colonisation. Ne me dites pas aussi que ces territoires ont les mêmes problèmes que le Congo qui est géré par les congolais. Si l’Afrique n’avance pas c’est parceque l’homme noir n’a jamais fait de l’autocritique. Le blanc nous a confié la gestion du Congo depuis les années 60s. Où en sommes nous? Je ne connais pas un pays géré par les noirs où les choses marchent. Les noirs qui semblent être bien ( antillais, noirs américains) sont dans les pays ou territoires gérés par les blancs. Reconnaissons que l’homme noir a un problème. Vous avez parler de l’immigration. Oui, les américains, français et autres vont chercher aillleurs. Seulement, ils ne traversent pas les mers en pirogue comme font les africains, haitiens…

  36. Mark dit :

    La France compte environs 31000 américains sur son sol. Si ces américains sont en France, c’est un choix qu’ils avaient fait, c’est pas parcequ’ils souffraient aux USA. De même pour les français qui resident aux USA. Si l’on demandait aux américains de France et aux français des USA de rentrer tous chez eux, ils le feront dans le calme. Demander maintenant aux congolais de France de rentrer tous au Congo, il y aura la casse à Roissy. C’est dire qu’ il ya une immigration volontaire et une immigration par contrainte. C’est donc une confusion qu’il ne faut pas faire.

  37. Mark dit :

    Une fois de plus, personne n a dit avoir regretté l’ère coloniale que nul ne peut nous faire un quelconque temoignage dans ce site. Personnellement, je ne sais pas à quoi cela ressemble. C’est une histoire que j’ai apprise à l’école au Congo. On ne regrette pas ce à quoi on a eu aucune expérience dans la vie. Là aussi, pas de confusion à faire.

  38. Mark dit :

    En fin, si les congolais pensent qu’ils gèrent bien leur pays, alors qu’ils arrêtent de se plaindre. S’il pensent qu’ils n’arrivent pas à gérer leur pays, ils peuvent demander de l’aide. Demander aux autres de vous aider à gérer votre pays. vous resterez toujours congolais et vous serez toujours fiers de l’être. La Grande Bretagne gère le Canada, les canadiens sont toujours fiers d’être canadiens. Les USA gèrent le Puerto Rico, Virgin Island….La France gère la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe…Tous les ressortissants de ces territoires sont fiers de leurs nationalités. J’ai jamais vu un canadien se plaindre du fait que le Canada soit sous tutelle britanique. La photo de la reine d’Angleterre figure sur certains des billets de la monnaie canadienne, les canadiens font avec et cela n’a pas empêché le Canada à se developper.

  39. Revelino dit :

    @ tous

    Quand Mark dit : « De nos jours, si le colon français gérait encore physiquement le Congo, le Congo ne serait pas là où il se trouve. » Cette phrase ne montre pas un appel à regretter la colonisation. Il introduit dans sa phrase un verbe au conditionnel eu égard à la question centrale posée par notre frère Lucien Pambou. Au final, comme le dit mon ainé Mwangou, la question de la sortie de la zone franc CFA est posée par des gens incapables comme un faux-fuyant pour ne pas regarder de face leur échec et leur responsabilité pour avoir dilapidé toutes richesses d’un pays dans le seul but d’assouvir leurs intérêts égoïstes.

    Depuis la période Massamba Débat, Dieu sait que je n’ai pas connu ce Président, rien ne s’est fait au Congo qui mérite des éloges.

    Quand on veut s’en prendre à plus fort que soi, il faut s’en donner les moyens. Ce qui intéresse les congolais aujourd’hui, c’est se débarrasser de la bande de criminels qui est à la tête du pays. Les questions de monnaie se régleront plus tard.

    Nous faisons les mêmes études que les blancs mais nous sommes incapables de développer nos pays. Et c’est aussi la faute des blancs, des français qui nous ont colonisé. Sommes-nous vraiment incapables de penser par nous-mêmes eu égard au savoir et savoir-faire dont nous disposons ? Les autres ont fait la preuve de leur intelligence en développant leur pays. Et nous, qu’avons-nous fait ? Comment peut-on endetter un pays en un temps record : 120% du PIB, c’est criminel. Et je ne parle même pas des morts en tout genre : par arme, par faim, par maladie …

    Je n’ai aucun complexe vis-à-vis du blanc, du français blanc en particulier. Mais quand celui-ci me regarde, que voit-il ? Renvoyons-nous la même image que le japonais, l’américain ou encore le chinois ? Je le répète de nouveau : quand le français nous regarde, nous voit, nous observe, que voit-il ? Et quand le français regarde un américain, un japonais ou encore un chinois, que voit-il ?
    Je vous le dis, quand il nous regarde, il voit la faim, la misère, l’irresponsabilité, des grands enfants, des criminels en tout genre … enfin tout ce qui ne renvoie pas à du positif. Au final, on n’a beau faire des longues études, ce sont ces images qui nous collent à la peau. Ce sont ces images que nous renvoyons quelque soit notre niveau de connaissance. Le respect ne se décrète pas mais elle s’acquiert par des efforts constants eu égard à un travail sans fin. C’est pourquoi, il est de la très haute importance que les criminels qui squattent la tête de nos pays disparaissent. Il en va de notre survie dans ce monde où il n y a pas de place à la médiocrité.

  40. Lucien PAMBOU dit :

    @ Tous
    REVELINO souleve des questions fondamentales au dela de la question monetaire

    Sommes nous capables au dela de nos différences de vivre dans un CONGO capable de travail de responsabilite ou bien sommes nous condamnes a errer en permanence et a tendre la main comme des mendiants permanents

  41. Bulukutu dit :

    Si vous pensez que les noirs américains et les antillais sont bien au sens plein du terme, on est pas sortis de l’auberge. La condition des noirs américains mérite un très long débat que nous n’allons pas aborder ici. Idem pour les antillais.
    .

  42. Bulukutu dit :

    Il ne s’agit pas de mettre tout sur le dos de la france, et donc se dédouaner de toutes responsabilités.
    Les congolais prendront leur part, le moment venu, car ce n’est pas la france qui paiera la dette. Qu’en sera-t-il de la france ? Lorsque nous nous serons débarrassé de la classe politique actuelle, nous n’aurons pas d’autre choix que d’y faire face en toute souveraineté pleine et entière.

  43. La mégalomanie sassouiste est à l’origine de la catastrophe économique qui frappe le pays. Les nguesso croyaient que l’économie d’un pays c’est brader son petrole pour construire des tours comme ils l’ont fait dans la partie septentrionale de Brazzaville. Et voilà les travailleurs sans salaires, les retraités sans pensions. On appelle cela les actions concrètes. Que ceux là comme un certain Asie Dominique de Marseille ou Théophole Obenga continuent à applaudire ce criminel.

  44. La plupart des citoyens européens en général et français en particuliers n’ont pas des grands patrimoines immobiliers comme on peut le constater aujourd’hui chez certains congolais vivant entre poto poto et kintélé. Des grands immeubles des particuliers font montre d’un disfonctionnement économique dans ce pays. Ce n’est pas les français ou les européens qui ont demandé aux congolais de voler l’argent de leur pays pour réaliser ce genre de travaux personnels. C’est bien Sassou Nguesso et seul lui qui est responsable de ce désordre qui va paralyser ou qui paralyse le pays déjà.

  45. Lucien PAMBOU dit :

    @tous
    En réarmorcant la pompe sur la question monetaire en zone cemac
    je tiens a vous signaler mais je pense que certains connaissent l ‘ouvrage de KAKO NUBUKPO MARTIAL ZE BELINGA BRUNO TINEL ET DEMBELE MOUSSA QUI ONT COMMIS un livre fort interessant » Sortir l Afrique de la servitude monetaire Aqui profite le franc cfa édition la dispute »

    ils sont pour l abolition de la zone franc cfa et l independance monetaire des pays africains anciennes colonies. c’est un livre qui merite d’etre lu car il souleve de nombreux debats autour de la relation monnaie et developpement
    livre utile donc pour notre debat actuel
    pour ma part oui pour la devaluation compte tenu de l impreparation de nos ETATS ET DE LEURS DIRIGEANTS.oui pour une reflexion et sortie du frnc cfa mais a tres tres tres tres long terme

  46. Mwangou dit :

    @Calixte Ngakosso.
    Entièrement en accord avec vous. Comme le souhaitent certains intervenants ici, nous avons le devoir d’honnêteté intellectuelle et reconnaitre les choses en l’État. Merci pour cette mise au point brève mais claire.
    @ tous. Voici le livre de Désiré Mandilou:  » L’économie de partage en Afrique. Vaincre la pauvreté par l’intégration.  » L’Harmattan. 2008. En très bref résumé, il propose la création d’une monnaie africaine en s’appuyant sur le rand. Allez y, vous y trouverez de quoi vous satisfaire…
    Je ne connais pas un seul cas au monde où des dirigeants des pays conseillent à des dirigeants d’autres pays de se désintéresser du sort de leur population. Imaginez un instant que les Ivoiriens qui sont informes de la situation financière du Congo, se posent la question de savoir qu’est ce qui arrive à ce pays qui était en train de prêter de l’argent partout et qui ne peut plus payer ses fonctionnaires?  » qui veut des milliards, n’a qu’aller à Oyo », était la blague dans les chancelleries africaines. Cette blague n’est pas venue d’un pays européen…
    Je ne regrette pas la colonisation que j’ai connue un peu. Mon père retraité en 1967, ne s’est jamais posé la question de savoir comment allait-il faire pour déposer son dossier de retraite. Comme les fonctionnaires congolais de l’époque l’avaient appris auprès des colons, la pension retraite était versée dès le premier mois succédant le départ à la retraite. Aucun besoin de connaitre x,y, pour que le dossier avance…Ça, c’est la colonisation qui avait mis ça en place. Le dire, ne signifie pas qu’on regrette ; ce n’est cependant qu’un devoir de mémoire. Et comme un politique actuel congolais en a fait son slogan, la mémoire c’est aussi le premier pas de l’intelligence.

  47. David Londi dit :

    @tous,

    quand vous parlez le langage de l’autre, ce dernier ne vous respecte pas. Il vous infantilise et vous réduit à des tâches subalternes et finit par faire de vous sa chose. Avant de discuter sur le comment et le pourquoi d’une monnaie il faut déjà avoir les moyens d’en assurer l’indépendance et surtout la stabilité. Il ne faut pas tout le temps construire des châteaux en Espagne. La pyramide de Maslow nous instruit à ce propos : se nourrir à sa faim, se soigner dans les meilleures conditions et avoir accès à une éducation de qualité. Dans ces 3 domaines, le Congo contre- performe. Sur le plan économique, une dépendance à une seule ressource soumise aux aléas du marché, situation qui fait passer le PIB de 16 milliards de dollars à 8,8 milliards, de 2013 à 2016. Comment voulez-vous amorcer un développement harmonieux quand la fourniture d’électricité est si fluctuante ? Comment voulez-vous amorcer un développement soutenu quand les femmes et les hommes de ce pays ne mangent pax à leur faim, ne se soignent pas et nous avons 27 % de taux de réussite au bac ? Comment parler parler développement, car à c’est à cela qu’est liée la performance d’une monnaie, quand la liberté d’entreprendre est plombée par un contexte politique aussi tribalisé où le patronage en fonction de l’éthnie se substitue à la méritocratie faisant de sorte que les emplois n’ont pas leur vraie valorisation ?
    Le problème, cher Lucien, est politique. L’on ne peut parler de développement dans une dictature, l’on resiste pour libérer les énergies qui vont entreprendre pour disposer d’une vraie monnaie.

  48. Mwangou dit :

    @L. Pambou
    Oui pour la dévaluation. Je m’étonne que vous y aller sans hésitation. Vous étés si sur de vous. Vous affirmée cela avec la certitude d’une analyse théorique dans un livre que la dévaluation va résoudre un problème, sans dire lequel d’ailleurs. Mais il y a bien eu une dévaluation de cette monnaie..ça a donné quoi? Ce n’était qu’une erreur funeste de plus. Je ne sais pas ce que les peuples africains concernés ont gagné dans cette comique de l’économique ? Tout comme la réduction du salaire des fonctionnaires qui l’avait accompagnée… Ça n’a rien donné ni sur le plan économique, ni sur le plan financier, ni sur le plan éducationnel, rien du tout. Là dessus, on peut soutenir que cela a produit la falsification des chiffres qui donne aujourd’hui au FMI de jouer au sérieux que cette institution n’a jamais eu.
    Je vois ces intellectuels, éternels étudiants, en train de réciter les cours de leurs programmateurs de professeurs pour nous soutenir les bénéfices d’un tel diamant théorique. Qu’on ne se demande plus pourquoi on les soupçonne d’être en réalité des agents des dictateurs…je vous invite à venir au vrai Congo profond… Merde de merde!

  49. Mwangou dit :

    Ah! Mr David londi, vous êtes là… Bon retour…on a bien besoin de votre plume pour nous ramener cette brebis de l. Pambou qui va brouter un peu trop loin de notre champ de surveillance… Vive londi!

  50. Indépendancre Chacha To Gagner Oh - Au Table ronde Chacha Tu Bakidi dit :

    @Mark,

    Tu es manifestement marrant comme t’es nul à chier. Et là je reste péniblement poli comme t’as visiblement choisi de m’indexer plutôt insolemment tout simplement parceque tu es un ruminant qui ne sait pas perdre un argument. C’est très clair. Je ne validerai pas tes âneries et je te conseille d’arrêter ton amalgame, jeune homme. Tu ne m’apprendras RIEN du tout sur la question et tu es totalement à côté de la plaque…

    On a débattu plusieurs fois et je te plains. Je te renvoie tout simplement à KOOH_NGO qui t’avais autrement bien qualifié jadis, vu certaines de tes prises de position sur les questions de l’actuallité brulante.

    Tu ne fais que vinaigrer tes salades faisandées très amères à manger.

    Constate depuis que je ne perds plus mon temps avec des rigolos notoires. Alors, je ne vais pas glorifier les bêtises des énergumènes qui ne pigent que dalle et préfèrent faire du méli-mélo sans cesse, rien que pour délirer, toujours délirer sans lendemain. T’arrive-t-il des fois de penser que tu te trompes, sans vouloir prendre tes vessies pour des lanternes?

    Toi, tu oses parler d’ignorant (RISIBLE!), désolé mais venant d’un ignare complaisant, c’est plutôt un paradoxe rare, mon petit canac’ assimilé. J’ai bien dit qu’il fallait savoir nuancer les choses. C’est quoi déjà la difference entre le colonialisme et le néo-colonialisme j’aurais pu demander, si vous étiez sérieux? Oh non Mark, Confucius est mort depuis mais la confusion demeure: que tu le veuilles ou pas, l’admettes ou non, le Congo est officiellement et bien reconnu sur les pages de L’ONU, un pays souverain, donc I N D E P E N D A N T. Maintenant si tu veux parler du néo-colonialisme que nous déplorons sévèrement, vas-y mon petit et sois assez méthodique et sur le point. Une de plus, ne confonds toujours rien, c’est bel et bien les congolais qui ont choisi Youlou et Débat contrairement à ta croyance facile à la conspiration absolue. On aurait pu porter Opangault par exemple. Les ‘french’ n’ont pas décidé entre ce dernier et le prélat. Revois ton histoire…

    A quoi ressemblait l’économie du Congo sous Youlou et puis Massamba? Tu viens bizarrement nous parler des noirs-américains, des antillais et consorts pour forcer ton point de vue à l’emporte piece donc de façon désordonnée. Bref!

    Ecoute, il faut savoir ce que l’on veut. Au lieu de revenir outrageusement sur les idées barbares qu’on a émises pour tenter en vain de les justifier afin de sauver la face. Pas étonnant, c’est le propre du con-go-laid. Il faut se dérober à tout prix. Et puis, on attend pas qu’on ait 60 ans pour faire des gosses: à Dieu ce qui est à Dieu, aux politiques la politique, et aux économistes de s’atteler très tôt pour nous ‘pondre’ la monnaie. On a RIEN à attendre du tout au prime abord, nous sommes allés à l’école pour cela. On a pas attendu la fin de la construction du moteur à quatre temps pour explorer le pétrole. L’incompétence criarde des uns ne devrait pas servir d’excuses pour les autres ou tout le monde.

    (Ne nous dites surtout plus, que Trump n’allait pas gagner…)

    Oh, pendant que j’y suis, j’allais oublier: M A W A !

    PFFF!!!

  51. Lucien PAMBOU dit :

    @Londi
    BIEN SUR JE SAIS QUE LE PROBLEME EST POLITIQUE AVANT TOUTES LES AUTRES CONSIDERATIONS

    IL N EMPECHE QUE CELA NE RESTREINT PAS LA DISCUSSION A DES QUESTIONS UNIQUEMENT DE LONG TERME (developpement)

    il ya un probleme budgetaire que faire et c etait pour moi un moment idoine pour ouvrir un debat qui reste trop souvent tabou celui portant sur la zone franc cfa
    cdlement

  52. Anonyme dit :

    Mr Pambou je vous cite:
    « il y a un probleme budgetaire que faire » mais pourquoi diable il vous est autant difficile d’appeler un chat, un chat et plutôt parler de gabegie budgétaire ou plutôt de pillage systématique du trésor publique du Congo par une mafia familiale qui a fait main basse sur le pays.
    Comme l’a si bien dit plus haut « Tintin au Kongo » vous faites partie du réseau sassouiste et vous exécutez parfaitement votre rôle au sein de ce réseau qui est la diversion et de tenter d’atténuer le plus possible les coups qui peuvent êtres portés à l’encontre de cette mafia dont le parrain est sassou.

  53. de_passage dit :

    Bonsoir à tous,marque

    deux ou trois choses.

    Sans être sasuidolâtre ou panaficaniste, on peut tout à fait imaginer que le fait de sortir éventuellement du franc cfa peut-être perçu comme un moyen de recouvrer sa souveraineté.

    Mais,car il y a un gros mais, c’est l’opportunité d’avoir lancé ce sujet actuellement, alors que les faits et le comportement de sasou sont l’exact contraire d’un champion du nationalisme : toute l’évasion ou mieux la saignée exercée sur les finances nationales, entre autres crimes économiques.

    Dévaluation ou pas dévaluation? la dévaluation peut-être intéressante en cas d’exportation, et donc de diversification de l’économie.Or le congo, comme nous le savons tous, ne produit rien ! pas même des tomates et sous un climat tropical,voire équatorial. Il faut quand même le faire.
    Dans les mêmes conditions, et malgré le cadre idylliquement favorable de la vallée du niari, on a été aussi incapable de produire du sucre simplement..

    Et ce n’est pas à ma connaissance la faute ni du franc cfa,ni celle de la france. Et même si c’était le cas, nous serions vraiment très idiots de l’accepter.

    Je peux à l’envi comme cela égrener la liste des défaillances notoires et dans des domaines mêmes les plus basiques. Alors je ne suis pas optimiste (malgré la justesse) de l’opportunité de la sortie du fcfa aujourd’hui.

    Avoir une monnaie à soi n’est pas non plus la panacée. Une monnaie se défend, mais comment défendre une monnaie alors que les comptes publics sont gérés par dessus la jambe.

    Comment défendre une monnaie lorsque que l’on ne peut même pas résorber les pbs lancinants de production et distribution d’eau, ou d’électricité ne serait-ce qu’à la capitale. Ceci voilà déjà 30 ans alors que l’on est assis devant un des plus grands fleuves du monde. Non soyons sérieux là.

    Le gouvernement de sassou ferait mieux de savoir que la chaine vertueuse est plutôt celle-ci:
    « Stabilité politique- bonne gouvernance – travail acharné – divesrification économique-monnaie »
    Sans cela ce ne sont que des écrans de fumée et rhétorique,destinée à occuper les esprits des enfants que sont les congolais.

    Enfin, Le zaire ou RDC a toujours eu pourtant une monnaie nationale. Ok
    Mais à l’instar de la gouvernance tropicale de brazzavile, leur incurie a apporté quoi : la dollarisation (usa) de l’économie nationale du rdc. Donc je ne vois pas en quoi kinshassa serait plus indépendant puisque même sa population n’a plus confiance dans sa propre monnaie.
    On est pareil.

    Remarque : pour une fois Pambou -bravo

  54. David Londi dit :

    @Mwangou,

    merci frère, vous aussi vous nous avez manqué et surtout vos reportages sur le terrain et la pertinence de vos analyses. Restez, ne vous absentez plus aussi longtemps.

  55. Atarabounou Ilubou Kitoko dit :

    Lorsque les pros propre-monnaie parlent de celle-ci en tout cas ce n’est pas avec Takou et sa bande folklorique qu’ils projettent le faire, ô bien-sûr que non! On est pas dupe à ce point. Au contraire, si derrière c’est l’idée de LP de vouloir soumettre cette question sous l’éventuel management (voué indubitablement à l’échec) des piroguiers inconscients, alors là c’est le comble, et c’est le moins que l’on puisse dire. Comme dit Anonyme, il y aurait bien du takouïste, soit sassouïte furtif qui navigue entre les couches nuageuses ici, après tout.

  56. Mark dit :

    @ Revelino

    D’abords merci pour le recadrage. En réponse à votre post, vous avez touché le fond du problème. Aucun pays ne s’est developpé sans le savoir faire de son peuple. Le Canada, bien que géré par la Grande Bretagne, doit son developpement aux canadiens eux mêmes. Je veux dire, ce sont les canadiens qui sont à pied d’oeuvre.

  57. Mark dit :

    @ Bulukutu

    Vous dites: Si vous pensez que les noirs américains et les antillais sont bien au sens plein du terme, on est pas sortis de l’auberge. La condition des noirs américains mérite un très long débat que nous n’allons pas aborder ici. Idem pour les antillais.Je pense là aussi y a eu un problème de mots. Vous ne m’avez pas du tous compris. Voici ce que j’ai dit: Les noirs qui semblent être bien ( antillais, noirs américains). Le mot semble donne une explication contraire à votre phrase. En utilisant le mot semble, j’ai voulu dire UN PEUT BIEN. Ces noirs ont des difficultés. Seulement, je refuse de dire qu’ils ont les mêmes problèmes que les africains, les haitiens… Les noirs américains, antillais ont le minimum pour vivre, ce que les autres noirs n’ont pas.

  58. David Londi dit :

    Lucien,

    Le problème budgétaire ne se résoudra qu’avec le départ de ceux qui l’ont mis dans cette situation. Ceux qui n’ont pas diversifié l’économie pendant plus de 40 ans. Ceux qui ont confisqué tous les outils démocratiques. Quand les dirigeants confisquent tous les rendez-vous démocratiques, ils sortent de la dynamique du développement du pays pour s’adonner à l »enrichissement sans cause et à travailler pour la sauvegarde des intérêts des multinationales.

  59. KOO' NGOH dit :

    @ Lucien PAMBOU,
    Non seulement cette question du F CFA ne devait pas être posée dans ce sens (de sotie ou non de la zone Franc), mais il faut savoir se taire parfois au lieu de mal poser des questions de grand intérêt pour tenter de récolter des solutions qui demeurent odieuses.
    Il faut savoir dire simplement les choses afin que le commun des mortels te comprenne:
    – Est-ce que c’est la chute du baril de pétrole qui est la cause du manque de liquidité en devises à la banque centrale?
    – Est-ce que c’est la monnaie d’un pays qui met en place elle-même ses propres mécanismes de fonctionnement et de régulation ou bien ses dirigeants ?
    – Est-ce la monnaie d’un pays qui impose la politique de bonne gouvernance?
    Mr. PAMBOU, vraiment soyez moins ridicule… Tout le monde voit que vous ne voulez pas dans vos semblant de réponses designer la mauvaise politique (manque de démocratie) et la mauvaise gouvernance de sassou, alors que la gestion saine et la bonne tenue d’une monnaie d’un pays en dépendent étroitement.
    Simplement vous rappeler que pour une tenue saine d’une monnaie il faut: La Démocratie + la Bonne Gouvernance.
    La Démocratie permet que n’importe quel gouvernement en place puisse avoir un bon contre pouvoir (opposition) qui agit comme correctif de l’application de la politique gouvernementale. Ainsi on évite au pays entier des détournements des fonds publics.
    La Bonne gouvernance (qui accompagne la Démocratie) permet à un pays de suivre les bonnes politiques de développement qui ont été approuvé par le parlement. A la moindre défaillance, le pouvoir correctif se dresse devant le gouvernement afin de le rappeler à l’ordre.
    Voila simplement ce qui a toujours manqué chez sassou, car les kiki, Antoinette, Ngakosso, Bouya et autres sans oublier lui-même, ne connaissent ni Démocratie, ni Bonne Gouvernance… On pourra donc dévaluer, sortir du Franc CFA, bâtir sa propre monnaie et patati et patata…, sans la Démocratie et la Bonne Gouvernance, on tournera en rond et le pays ne fera que s’enfoncer dans les ténèbres, comme actuellement….

    KOO’ NGOH

  60. Mark dit :

    @ Indépendancre Chacha To Gagner Oh

    Ton post ressemble à un feu de brousse qui doit brûler avec ampleur sous une temperature caniculaire, par la mondre étincelle. En fait ton post est vide. Personne ne sait de quoi tu parles. Nous debatons dans ce site. Il faut venir avec des arguments et des idées pour convaincre. Quand tu parles de RETOUR DU COLON, aucun congolais ne t’a dit qu’il voulait voir les fesses du colon. Quand tu parles d’un Congo indépendant, je ne sais pas ce que tu entends par indépendance. Je pense que l’indépendance incarne la liberté. Le congolais est il libre? Peut on scander des slogans anti Sassou dans Brazza sans se faire brutaliser? Les prisonniers politques au Congo et la guerre dans le Pool, c’est une fausse affaire alors? L’armée angolaise était entrée librement au Congo et avait chassée un président élu par les congolais. Si c’est ce que tu appelles par indépendance, je suis desolé. Si tu es intelligent, tu comprendras que tu es égaré.

  61. Indépendancre Chacha To Gagner Oh - Au Table ronde Chacha Tu Bakidi dit :

    Va t’amuser avec les gosses de ton niveau de caniveau. Ça ne vaut pas la moindre peine de te répondre. Les internautes jugeront d’eux-mêmes comme ils l’entendent. Relis-toi déja! Avec les rigolos prétentieux et insignifiants, ça suffit j’avais dit, en français.

  62. Oh diantre, il reconnaît qu’il y a un problème budgétaire. Mais ce problème a été causé par qui et pourquoi ? D’anord, que veut dire problème budgétaire?

    Dites-nous, est-ce que vous voyez l’impact du problème budgétaire sur la monnaie? Si oui, de quelle façon? Est-ce que les taux d’intérêt ou les taux de change peuvent être impactés par les problèmes budgétaires ?

    Rien ne sert de venir pour dire simplement qu’il y a un problème budgétaire et filer à l’anglaise. C’est trop facile.

    Pesa bisso position na yo.

  63. Mark dit :

    @ Indépendancre Chacha To Gagner Oh

    Il faut boire de l’eau fraiche, cela te fera un peu du bien. Rien de grave, tu es un frère congolais, nous ne te laisserons pas de voir égarer. Aider les congolais à comprendre ce qu’il n’ont jamais compris, c’est la mission de Congo liberty. Cela nous fera aussi du bien si tu pouvais intervenir sur l’article de Lucien Pambou que de passer ton temps et ton énergie à raconter ces genres de choses. Du courage.

  64. Mark dit :

    Lire; nous ne te laisserons pas te voir égarer

  65. Anonyme dit :

    « La colonisation occidentale était un crime contre l’humanité » (E.Macron le civilisateur des races inférieurs)

  66. KOO' NGOH dit :

    @Bakala Telema
    Laisse Lucien PAMBOU délirer comme d’habitude pour cacher les culottes puantes de son sassou. Tous les budgets votés par sassou et ses différents gouvernements dégageaient à la fin de leur exercice des excédants budgétaires énormes chiffrés en milliards de F CFA. Ce qui amena à la création d’un compte d’épargne spécial que sassou lui-même appelait: « compte d’épargne pour les générations futures »… Malheureusement le fameux compte aussitôt créé, avait aussitôt disparu. Le directeur général de la banque centrale n’avait vu que du feu, ne pouvant empêcher les Kiki, les Ebata, les Ngakosso, les Antoinette et autres nguesso de malheur de le vider et replacer les mêmes espèces en devises étrangères dans des banques inconnues et hors de contrôle de la banque centrale… Après les prêts octroyés aux autres pays comme la Cote d’Ivoire ou le Burundi, sassou relança la machine à endettement allant jusqu’à reprendre ces anciennes sales habitudes de gager par avance les entrées des ventes du pétrole. Résultat: 120% de dette qu’on a voulu « fièrement » cacher aux agents du FMI. Cela n’est un secret pour personne, sauf pour Lucien PAMBOU qui doit toujours porter des lunettes fumées pour ne pas voir le vrai derrière dénudé en l’air de son patron sassou.

    KOO’ NGOH

  67. Anonyme dit :

    Que va nous dire Monsieur Lucien Pambou sur l’annonce qui vient d’être faite sur RFI que le Congo a triché et a caché au FMI la dette de près de 117 du PIB % et que même la chine refuserai de rééchelonner sa dette.
    Mais, Chut ttttttt ……..restons seulement dans l’analyse car nous en avons pas les preuves …….et ceci est sans doute un simple problème budgétaire lié au FCFA et à la prochaine annonce d’une éventuelle dévaluation ou peut être même d’un simple coup monté pour discréditer la bonne gouvernance de sassou.
    Allons seulement.

  68. Bulukutu dit :

    Mark dit: Demander aux autres de vous aider à gérer votre pays. vous resterez toujours congolais et vous serez toujours fiers de l’être. La Grande Bretagne gère le Canada, les canadiens sont toujours fiers d’être canadiens. Les USA gèrent le Puerto Rico, Virgin Island….La France gère la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe…Tous les ressortissants de ces territoires sont fiers de leurs nationalités. J’ai jamais vu un canadien se plaindre du fait que le Canada soit sous tutelle britanique.

    Vous allez encore me dire que je vous ai mal compris, mais je ne fais que reproduire vos textes avant de faire un commentaire. Vous nous proposez donc une mise sous tutelle de la france ? Mais sommes – nous indépendant oui ou non? Pourquoi prendre en exemple les Antilles française qui sont dans la france ? Pourquoi prendre l’exemple du canada et autres, qui appartiennent à la couronne d’Angleterre, à laquelle ils ont fait allégeance ? Si c’est ce que vous souhaitez pour le Congo, arrêtant de critiquer l’état actuel des choses. Le Congo est déjà sous tutelle par l’intermédiaire des gouverneurs noirs locaux qui perpétuent le neocolonialisme de la france (l’usage du cfa en est un parfait témoignage). Le statu quo, c’est ce que veut la france. Gagner du temps, c’est ce que veut la france.
    Dans ce cas, pourquoi discuter de la dévaluation et de la sortie du fcfa?Après tout, la france tutrice et protectrice veut devaluer notre monnaie de singe, pour notre salut!? La première dévaluation du fcfa de 1994 nous a fait tellement de bien!? Demandez aux Guadeloupéens l’état d’avancement de la lutte contre la profitation menée par Eli Domota. La différence des prix des produits de consommation entre la métropole et les dom-tom fait beaucoup de bien aux antillais.

  69. Mark dit :

    @ Bulukutu

    Bulukutu dit: Vous nous proposez donc une mise sous tutelle de la france ?

    Réponse: Non. Il faut être sous tutelle de Sassou.

  70. Lucien PAMBOU dit :

    A tous,

    Merci pour vos contributions. Enfin on débat, même si l’insulte ne disparait pas entre nous (n’est-ce pas KOO’ NGOH, dont je salue le retour intellectuel sur ce site, Bulukutu, Anonyme et Mark). Ceux qui m’ont connu sur Africa 24 en tant qu’éditorialiste, savent que je ne défile pas et que l’on ne m’impose rien, comme a voulu le faire Constant Nemale. Je ne serai jamais la voix de son maitre, toujours indépendant, et je vais répondre à Koo’Ngoh et à Bakala.
    A Koo’Ngoh
    Cher frère, tu vois quand tu débats sans invective ni insulte, même si la tendance est forte, je peux avancer des arguments contradictoires et de similitudes. Je suis entièrement d’accord avec ton analyse sur le fonds d’épargne pour les générations futures qui a été pillé par les autorités congolaises grâce à la convertibilité intégrale entre le Franc CFA et l’Euro. Dans une démocratie normale, or au Congo ce n’est pas toujours le cas, le Président Sassou aurait dû diligenter une enquête. Je ne me dérobe pas, certains diront que c’est Sassou lui-même qui est responsable. C’est un débat complexe et je ne veux pas donner l’impression d’exonérer le Président Sassou puisque je dis bien qu’il n’a pas accompli ses fonctions à ce niveau-là. Certains me diront : Pambou tu ne démontres rien car c’est le serpent qui se mord la queue, dont acte. Tu vois Koo’Ngoh, je ne fuis pas mes responsabilités intellectuelles mais il est vrai que ma structure intellectuelle fait que je ne suis pas toujours compris du premier coup par mes compatriotes. Je l’accepte et j’en assume les conséquences concernant ce qu’ils peuvent dire et penser me concernant. En revanche, Koo’Ngoh, on ne m’enlèvera jamais la capacité de mettre en débat les questions qui fâchent et qui concernent le Congo et ses relations avec la France. Les faits sont avérés, la Chine refuse de prêter de l’argent au Congo car elle sait qu’une partie de l’épargne financière du Congo se trouve dans des comptes privés appartenant à des Congolais. Que la Chine nous dise qui sont-ils. Concernant le taux d’endettement important, une chose est vraie : les déficits budgétaires ne suffisent à expliquer ce taux élevé et une partie de celui-ci s’explique par la corruption et les détournements de fonds de la part des dirigeants aux affaires. Bon retour Koo’Ngoh au bercail de l’inventivité du débat contradictoire en lieu et place de l’invective et insulte facile.

    A Bakala
    Je ne vais pas endosser mon costume de prof d’économie mais je vais essayer d’apporter les réponses aux questions que tu poses.
    Le problème budgétaire dans une économie normale, c’est l’augmentation des dépenses publiques de fonctionnement et des investissements, si ces dépenses sont supérieures aux recettes, il y a un déficit. Dans une économie mal dirigée, comme le sont les pays de la CEMAC, il faut ajouter à ce volet économique, un volet politique qui entraine un détournement de fonds, une corruption et qui accentue le taux d’endettement.
    Impact sur la monnaie : dans une économie et une zone monétaire normales, la croissance des dépenses se traduit par une augmentation des taux d’intérêts liés aux emprunts publics sur les marchés financiers. Les pays qui ont un déficit budgétaire sont obligés de payer une prime de risque pour calmer les inquiétudes des investisseurs éventuels. Cette prime de risque, multipliée par n emprunteurs, pousse les taux d’intérêts vers le haut en évinçant les emprunteurs privés. Les effets sont directs sur le taux de change : soit une réévaluation dans le cas d’une monnaie forte, soit une dévaluation dans le cas d’une monnaie faible, mais la prime de risque ne disparait pas et ces éléments ne sont possibles que dans un régime de change fixe entre les monnaie, ce qui n’est pas le cas en situation de change flexible. Dans le cas du CFA accroché à l’euro alors que le CFA est une non-monnaie, pour la France le seul moyen c’est de dévaluer car ce n’est pas un problème monétaire comme je l’ai décrit plus haut, mais essentiellement budgétaire et dépendant du Trésor français.
    Voilà cher Bakala, je ne me défile jamais, j’explique, même si on n’est pas toujours d’accord avec mes analyses. J’essaie de sortir de l’empathie. Cordialement.

  71. KOO' NGOH dit :

    @Lucien PAMBOU,
    Ainsi donc comme reconnu par vous-même, la vraie question d’un sujet sérieux à discuter avec les congolais ne devait pas être posée dans le sens de « la sortie ou non du F CFA ».
    Puisqu’on escompte recevoir des réponses adéquates afin d’aider le pays (je dis bien afin d’aider le pays), alors la vraie question à poser devait cibler directement « la démocratie et la bonne gouvernance pour une santé financière juste et saine ».
    Car demander aux gens si l’on sort ou non du F CFA, peu importe les réponses que l’on récoltera, n’apporte ni esquisse de solution, ni de guérison aux multiples crises sociale, économique et financière du Congo depuis; lesquelles crises qui se succèdent depuis les unes après les autres, se répètent d’années en années, sans que cela ne désole consciemment sassou et ses rejetons. Ces crises ne sont que la conséquence inéluctable du manque criard de conscience, de professionnalisme, de démocratie et de bonne gouvernance.
    Tout est tellement clair que le problème du Congo se résume depuis rien qu’à sassou et son clan, un point c’est tout. Vols, viols, prostitution, détournements, insouciances, inconsciences, amateurismes, improvisations dans la gestion de la chose publique… bref, sassou reste sassou et ne changera jamais, même pas d’un iota. Tout simplement l’homme sassou est trop bête et croit qu’il gagne dans cette perdition qu’il plombe le Congo. Et avec un tintin pareil, il n’y a que pleures, malheurs, misères et désespoirs pour le Congo. Des vies humaines spoliées, un avenir hypothéqué.

    KOO’ NGOH

  72. Anonyme dit :

    « le Président Sassou aurait dû diligenter une enquête »
    « C’est un débat complexe et je ne veux pas donner l’impression d’exonérer le Président Sassou puisque je dis bien qu’il n’a pas accompli ses fonctions à ce niveau-là »

    Si ce que vous dites n’est pas d’exonérer sassou alors que c’est le principal acteur de cette gabegie de ce pillage organisé.
    Suite à vos déclarations on ne sait plus si on doit rire ou pleurer avec vous Mr Pambou, la honte vous ne devez pas connaitre, vous êtes et faites bien partie du réseau.

  73. Lucien PAMBOU dit :

    @ anonyme
    je reste dans l analyse les accusations ad hominem ne sont pas dans ma facon scientifique de traitrer les news
    attention aux fakes news meme si comme toi anonyme on pense que c’est la realite
    je n accuse pas sans preuve meme si la caverne des ombres de platon pourrait m incliner a le faire
    je reste dans la demarche anglosaxonne meme si j ai ete forme en FRANCE
    pour ceux qi me connaissent depuis longtemps sur africa no1 avec eugenie diecky sur africa 24 avec constant nemale que je ne sois pas trop dur avec les nouveaux dirigents du burkina faso qui avaient mange dans la meme gamelle que blaise campaore dontt nemale disait beaucoup de bien avant sa chute
    a la difference des autres editorialistes je n ai jamais voulu que l on m imposat une facon de faire mes analyses meme si nemale vous dira qu il n a jamais agit ainsi je le dis parceque les negres francophones on est faux pret a tuer pere mere oncle pour arriver au pouvoir et le conserver si on voit que son employe est plus fort que soit et s exprime avec aisance certains disaient que je commencai a faire de l ombre a constant nemale
    je dis toujours ce que je pense et je supporte les consequences la preuve pambou tu degages d africa24 car tu me fais chier et de l ombre alors que je ne suis rien et meme pas actionnaire
    vous dites que je fais partie du reseau de sassou je vous laisse libre pour vos declarations car toute jexplication de ma part ne servirait a rien je continue mon chemin d analyste merci

  74. Lucien PAMBOU dit :

    desole j ai ecrit trop vite car je dois partir il ya des incoherences mais vous pouvez corriger concernant le burkina faso je pense que nemale constant n etait pas en accord avec ma facon de traiter les nouveaux dirigeants du burkina faso qui avaient mange dans la meme gamelle que ;campaore comme certains opposants au congo comme kolela et tatsy avec sassou
    nemale meme s il dit le contraire ne supportait pas mon intelligence et mon independance d esprit et je continue d etre pambou a l ecoute des autres mais proche de ses convictions
    volia

  75. VAL DE NANTES , LE REUNIONNAIS . dit :

    Chut , silence , val de nantes à la REUNION eh oui ; 12 heures de vol ; au programme ; farniente lecture des grands auteurs , eh oui je me cultive , comme je peux .
    Je vous laisse se chambrer .Toutefois , je lis accessoirement vos posts , histoire de surveiller de prés , une éventuelle sortie de route du clan SASSOU .
    C’est une populace noire , mulâtre , blanche ; bref il y a de la couleur ; C’est propre , il y a une paupérisation relative , au regard des africains condamnés à perpétuité à la méga pauvreté .
    En gros , je vais me désassouser .
    La REUNION ,ma femme en est issue , et je bénéficie d’une affection papale de la part de la belle famille .
    Rassurez vous , je vous ai à l’oeil .Donc , votre frère est au soleil .

  76. Lucien PAMBOU dit :

    @ VAL DE NANTES
    PRENDS PAS TROP DE COUP DE SOLEIL SUR LA TETE REPOSES TOI ET REVIENS POUR LE DEBAT ET DANS LE DEBAT INTRA CONGOLAIS EN ESPERANT QU IL S OUVRE UN JOUR A D AUTRES HORIZONS
    LE DANGER D UN DEBAT INTRACONGOLAIS EST LA FOLIE INCONSCIENTE ET CONSCIENTE ET L ABSENCE DE PRECONISATIONS REELLES POUR UN MODELE NOUVEAU

    MODELE NOUVEAU CONTRE MODELE ANCIEN TOUT EST FLOU CAR LES ACTEURS DU MODELE NOUVEAU SONT CAMOUFLES ET CE SONT LES MEMES QUI SONT DU MODELE ANCIEN PROVOCATION DE PAMBOU NON JE REVELE CE QUESONT LES ACTEURS DE LA VIE POLITIQUECCONGOLAISE DES SERPENTS A DEUX VOIRE TROIS TETES DONC MENTEURS CACHOTIERS BAVARDS HIER AU POUVOIR QUI VEULENT Y REVENIR POUR LA REVANCHE.ENSUITE UNE FOIS AUX AFFAIRES ON NE FAIT RIEN POUR LES POPULATIONS SI CE N EST QUE POUR SOI OU SONT PARTIS LES SACS DE DEVISES APRES LA DEFAITE DE LISSOUBA REPONSE A PARIS AVEC CERTAINS MINISTRES DONT CERTAINS SONT MORTS ET D AUTRES EN VIE ET DANS LE DOMAINE DU PETROLE VOUS LES CONNAISSEZ

  77. Anonyme dit :

    Mais bien sur MONSIEUR Pambou tout ceci et tout ce qui touche sassou ne sont que des fakes news comme vous dites et que Nemale ne supportait pas VOTRE intelligence (plus imbu de sa personne que vous n’est pas si fréquent).
    Ne perdez pas vos nerfs vous faites très bien votre travail au sein du réseau et en cela vous êtes dangereux. .

  78. Lucien PAMBOU dit :

    @anonyme
    UN PEU GRINCHEUX LA VERITE C EST CHIANT A ENTENDRE POUR NOUS CONGOLAIS HABITUES A L ENTOURLOUPE PARLAN T TOUJOURS AU NOM DES POPULATIONS ALIBIS QUE NOUS HAISSONS C EST EMMERDANT QUAND LES CHOSES SONT DITES EN FACE
    IMBU DE MA PERSONNE NON MAIS SUR DE MON SAVOIR FAIRE EDITORIAL SUR AFRICA 24 ALLEZ SUR GOOGLE YOU TUBE ET ECOUTEZ C EST UN FAIT RIEN DE PLUS JE NE REFAIS PAS LE MONDE ANONYME MAIS QUAND ON A QUELQUES COMPETENCES DANS UN DOMAINE IL FAUT LE DIRE .CERTAINS PENSAIENT QUE J ETAIS CAMEROUNAIS OU GABONAIS CEST DIRE CAR CHEZ LE CONGOLAIS LA NOTION DE COMPETENCES EST ABSENTE DE SON BREVIAIRE DE CONVERSATION
    CELA NE VEUT PAS DIRE Q UON EST LE MEILLEUR VOILA POURQUOI ON FAIT DU SUR PLACE AU CONGO ON PREFERE LE BAVARDAGE PERMANENT ET INDECENT

  79. Anonyme dit :

    Mr Pambou n’est pas dans l’accusation mais ceci n’en est pas bien sur !!.
    « JE REVELE CE QUESONT LES ACTEURS DE LA VIE POLITIQUECCONGOLAISE DES SERPENTS A DEUX VOIRE TROIS TETES DONC MENTEURS CACHOTIERS BAVARDS HIER HIER AU POUVOIR QUI VEULENT Y REVENIR POUR LA REVANCHE »
    Traiteriez vous sassou de la sorte et qu’elles sont les preuves de vos accusations vous qui restez soit disant dans l’analyse et ne pouvez mettre en cause sassou car vous n’en avez pas les preuves ou alors vous le mettez dans le même sac et le traitez aussi comme les autres de serpent , menteur cachotier .etc….
    « OU SONT PARTIS LES SACS DE DEVISES APRES LA DEFAITE DE LISSOUBA » demandez vous aussi ou sont celles dilapidées par sassou et compagnie.
    Vous êtes pathétique dans votre défense de cette dictature qui asservi vos propres compatriotes. .

  80. Marque Déposée: Boukolo Pélé dit :

    Le ‘majusculais’ sénile Pambou lui ne connaît pour ‘opposants’ au Con-go que Kolélas et Tsaty, comme il n’en sait que citer généralement dans toutes ses réactions rien que le premier, et pour faire semblant, il en rajoute un peu le second quelques rares fois. Alors que les ‘ndzonppogens’ au Con-go, il y en a partout ailleurs. Um! Curieux non, et l’on se demande encore pourquoi Takou a réussi à s’agripper au pouvoir depuis toujours, avec des Fake analysts du genre (indics?) qui détestent ‘les leurs’ au fond pour encenser les cannibales. Le sudiste est un MORON, le Con-go, un pays tout pourri.

    On adore vous noyer longuement dans certains débats inutiles depuis la nuit des temps, ce qui fait le bonheur continuel cependant de Takou Ngué-sot et sa bande de voleurs-assassins qui restent tous à l’abri.

    Et le jeu continue…

    Pauvre gosse laminé, encore!

  81. KOO' NGOH dit :

    @Lucien PAMBOU…
    Vraiment les mots me manquent… Votre dernière réaction parlant de l’opposition des différents modèles (nouveau contre ancien) me laisse pantois. Vous prétendez être un analyste, et je doute fort de la nature sérieuse de vos analyses. Car toutes restent penchées comme la Tour de Pizza, toujours d’un seul coté. Du coté d’OYO et sassou.
    Retenez… ceci en dit long de vos pseudo analyses penchées. Vous dites: « … BAVARDS HIER AU POUVOIR QUI VEULENT Y REVENIR POUR LA REVANCHE… »
    A dire vrai, a vous entendre parler, c’est juste comme si on avait sassou nguesso devant soi qui n’a jamais cesse de brandir la menasse de la revanche pour cacher le durcissement de son régime, la brutalité, le manque de bonne gouvernance et le refus de l’alternance démocratique devant l’hécatombe congolaise. C’est juste ce qu’il disait devant son auditoire à Talangaï, il y a de cela quelque années.
    Selon vous et sassou, si les congolais veulent la vraie démocratie, la bonne gouvernance et la stabilité financière, c’est parce qu’ils veulent la vengeance… C’est odieux!. Vous faites vraiment pitié avec ces genres d’analyses des latrines.

    KOO’ NGOH

  82. KOO' NGOH dit :

    SVP…. Lire: Tour de Pise (Italie) et non de Pizza… Sorry!

    KOO’ NGOH

  83. Lucien PAMBOU dit :

    @ANONYME
    Vous etes trop malin je parlais non de Sassou mais de fideles de lissouba dont le feu moungounga guila et d autres encore vivants qui sont venus en exil en france et qui vivent gracement en attendant un retour au pays grace aux malles et sacs d argent qu ils ont emportes avec eux en exil en france.cette FRANCE que nous meprisons tous mais dans laquelle il fait bon vivre et d ecrire n est ce pas anonyme hypocrisie a la congolaise quand tu nous guettes
    concernant l argent actuel parti il te suffit de relire tres en amont le post de rebienvenu sous forme de réponse que j ai faite a KOO NGOH ET A BAKALA
    BONNE LECTURE ATTENTIVE CHER ANONYME

  84. Lucien PAMBOU dit :

    @ koo
    tu sais bien que les choses sont plus complexes que cela
    Pour la stabilité et le developpement economique la bonne gouvernance c’est un lavage de cerveau de tous les congolais qu il faut mettre en place

    le congolais est mort intellectuellement- il faut le psychanalyser et l aider a retrouver le sens de la morale et de la probite et surtout du travail pour la transformation du congo
    tous ici sur ce site devons passer par cette chambre psychanalytique car malgre nos airs de bonne sante mentale et intellectuelle on devenus fous sans le savoir et tout en le sachant

  85. Lucien PAMBOU dit :

    @koo
    tu as ete eleve par une femme une congolaise pour laquelle j ai beacoup de respect et de deference qu elle soit en vie ou decedée En rvanche elle a produit un rejeton qui est au bord permanent de crise identitaire et de nerfs qui ne sait pas s adresser a ses interlocuteurs sans insultes REGARDES LA FIN DE TON POST A MON EGARD mawa et MAWA kooh
    tu comprends pourquoi il faut psychanalyser les congolais dont toi ca nous evitera et cela eviter au congo d aller chercher les solutions a ses problemes dans les Latrines
    c est normal que ceux qui nous regardent nous traitent de negres incredules de nazes permanents
    vite la psychanalse pour kooh pambou et pour tous les congolais

  86. Anonyme dit :

    A malin ,,, malin et demi et surtout très filou ce MONSIEUR Pambou, vous avez bien vu le coup venir, vous empressant de rectifier que vous ne cibliez pas LISSOUBA personnellement mais ses fidèles proches.
    Car en ciblant implicitement LISSOUBA il vous aurait été très difficile de ne pas en faire de même pour sassou que vous prenez bien soin de ne pas égratigner car bien sur ce dictateur qui détient tous les pouvoirs et a droit de vie et de mort sur l’ensemble du territoire ne peut être tenu comme responsable.

    Ce site s’appelle Congo liberty et en encart à droite on peut y lire:
    POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE: SASSOU NGUESSO DOIT PARTIR

  87. KOO' NGOH dit :

    @Lucien PAMBOU
    Il faut bien savoir appeler chien par chien et chat par chat… Si une analyse ne tient pas la route, on doit la dénoncer et non la chérir… Pas de complaisance avec le mensonge, le vol, le viol et la dictature.
    Pour un Congo nouveau, il faut écarter tout ce qui est illogique; surtout ces genres d’analyses sassouistes que vous reprenez à votre compte.
    Évidement Mr PAMBOU, sassou parle en vous. Cela ne fait l’objet d’aucun doute car vous relayez sans gêne ses idées saugrenues et sa folie de gouvernance. Et il faut savoir que la distance est infinie entre les idées de sassou et la prospérité attendue des congolais.

    KOO’ NGOH

  88. Mark dit :

    @ Lucien Pambou

    Je suis une personne très exigente. Quand il des incohérences dans un texte, je le dis. Cela te permet de t’améliorer, car l’homme apprend jusqu’à la fin de sa vie. C’est comme les riches qui non jamais arrêter de travailler dans le but de devenir plus riche. En anglais on dit THE RICH GET RICHER. CET ARTICLE ETAIT FORMIDABLE. Bonne continuation.

  89. le fils du pays dit :

    Dans une video qui circule sur youtube ou réseaux sociaux produite par Ovajab media dont le titre est:le combat de Bagbo Laurent.Le president Ivoirien retenu au pays bas par l’empire français dit ceci en substance a ses collaborateurs:J’ai toujours dit a mes collaborateurs que celui veut être riche ne doit faire la politique car la politique n’est pas la pour enrichir les gens.On te donne les moyens pour vivre correctement parce que tu as un travail a faire.Celui qui veut riche doit faire les affaires pas la politique.Si quelqu’un fait la politique et qu’il devient riche c’est qu’il est voleur.Ce que le President Bagbo dit dans cette video est réalité au Congo depuis le 31 juillet 1968,le phénomène qui va s’accentuer quand Mr Sassou monte visiblement sur le piédestal en 1979.C’est la vraiment ou les criminels du pct vont commencer a jeter les millions,Mr Edourad Mpandui,va fêter ses 9 millions,Nkombo Matsiona,Nganga Zanzou la liste est longue et Mr Sassou va mettre la cerise sur le gateau (leur activité criminelle) en ayant les puits de pétrole personnalises et les chambres a billets ou les caches l’argent vole du peuple Congolais..
    Le problème de la monnaie de singe Cfa,c’est un système dont les composants principaux sont les gouverneurs noirs, la monnaie et l’empire français, c’est un tout.il doit va être ttraite de façon globale.C’est a dire il faut déloger le valet,chaaser l’empire et abandonner la monnaie.Une equation a trois incognitos qui doit être résolue au meme moment.On voit bien les dirigeants français descendre au Congo prendre leur part de petrocfa.
    Je le recapitule,il faut absolument chasser du Congo Mr Sassou,la france et abandonner la monnaie nazi(Cfa).Apres dans l’ordre instaure au Congo on pourra designer ou élire ceux qui vont gérer les affaires sur la base de leurs competences,meritocrite et leurs moralites non douteuses.
    Pas sur les critères fallacieux comme ca se passe a present avec Mr Sassou et ses amis,le Yaka na signe.Ou n’attribue les postes aux gens par complaisance, ma malice,dans l’insouciance totalement dont les résultats sont par l’exemple l’endettement a 120% du produit interne brut alors qu’il y a pas longtemps Mr Sassou distribuait les billets les banques a tous ceux qui venaient le voir.
    Il y a pas longtemps le Congo était un distributeur automatique de billets.

  90. Val de Nantes dit :

    Lire._ je vous laisse vous chambrer.Merci d’avoir pensé à moi.@pambou.

  91. @ Koo Ngoh,

    Le cas de lucien Pambou est une cause perdue quand il s’agit de Sassou. Il avait préféré quitter Africa24 plutôt que d’arrêter de coudre les lauriers sur la tête de Sassou quand Nemale lui balança la vérité en face à propos de ses accointances avec Sassou . Face à celui-ci , il perd la raison. J’en veux pour preuve sa réaction quand lui répondit ceci lors d’une émission sur Africa 24 suite à une question sur l’abandon des jeunes par Sassou:

    “ …dans la vie, il est toujours plus facile de détruire et pas facile de reconstruire. NOUS AVONS DÉCIDÉ DE TOUT DÉTRUIRE et le taux de scolarité a baissé…”

    Face à Sassou qui lui dit qu’il avait décidé de tout détruire, lucien Pambou ne dit mot. Au contraire, il prit un bon repas arrosé avec le destructeur infatigable à la fin de l’émission.

    Une autre preuve est sa fuite dans des dissertations théoriques alors que les questions qui lui sont posées demandent des réponses relevant de la pratique. Il sait mais il refuse de nous dire comment le siphonnage des deniers publics, par ses amis, a impacté la dette publique et le déficit budgétaire dont le financement commande des taux d’intérêts prohibitifs qui empêchent toute croissance de l’économie avec des conséquences sur la valeur marchande du CFA. Il ne veut rien dire de tout ça préférant feindre un récit des concepts économiques. Ça de la connaissance livresque qui demande à être appliquée à la réalité.

    À son bénéfice est cette reconnaissance, même tardive et contrainte, des problèmes budgétaires que connaît le pouvoir du pct. mais il déçoit c’est quand il veut détourner notre attention pour ce qui est des solutions à cette crise. Il trompe son monde en disant qu’il faut dévaluer ou sortir de la zone franc.

    Le problème en face de nous n’est pas un problème monétaire. Il est relève plutôt de la gestion de trésorerie de nos avoirs auprès de la BEAC et du trésor français.

    Nos avoirs sont inscrits au trésor français dans un compte des opérations ou compte de trésorerie ayant deux colonnes: crédit et débit ou actif et passif. L’argent mis dans ce compte sert à garantir le taux de change de notre monnaie comme cela se fait dans tous les pays.

    Tout montant versé au trésor français en devises a un pendant en CFA à la BEAC. Plus nous épuisons nos réserves en devises, plus notre monnaie perd de la valeur. Les agents économiques locaux achètent les devises auprès de la BEAC qui les vend aux banques et agents de change. La BEAC transige avec le trésor français pour échanger des CFA en devises. Plus on se débarrasse des CFA en les vendant, moins on a des devises auprès du trésor français, lesquels devises servent à garantir la valeur de notre monnaie par rapport à d’autres.

    Dans le cas qui nous occupe, ils ont mis la BEAC à sac en débarrassant des 2,698 milliards de CFA pour les échanger avec les devises placés sur notre compte auprès du trésor français. Notons qu’il y a une convention qui veut que nous ayons un certain pourcentage de nos devises placées au trésor français ou qu’elles représentent un nombre donné de mois en termes de couverture de nos importations. Quand ces marqueurs ne sont plus respectés, il est inéluctable que la valeur de notre monnaie baisse. C’est ce qui explique la théorie voulant qu’il y a une dévaluation.

    Or, si on analyse bien l’historique de ce faux problème, sa cause est le siphonnage des deniers publics par ces kleptocrates. Si l’argent n’était pas volé, notre compte auprès du trésor français serait toujours positif. Or, il est négatif depuis qu’ils ont les CFA en devises.

    Dieu merci que la convention de la zone franc veut que la France impose des taux d’intérêt à tout compte négatif . S’il n’y avait pas ce mécanisme, c’était l’effondrement total de l’économie comme on le voit au Zimbabwe, RDC. Donc aujourd’hui, c’est la France qui couvre, moyennant des taux d’intérêt, le manque de nos devises auprès de son trésor. En terme bancaire, la France nous accorde un découvert bancaire pour continuer à jouir de la valeur du franc CFA.

    En résumer, la solution au problème, contrairement à ce que dit lucien Pambou qui veut protéger ses amis, n’est pas la sortie de la zone franc ou la dévaluation du CFA. La solution est le rapatriement de l’argent volé. Si cet argent volé revenait dans les comptes de la BEAC, tout rentrera dans l’ordre avec des bons gestionnaires à la manette.

    Comme le FMI a découvert la source du problème, la dette de 120%, un audit de la dette congolaise s’impose, y compris celui du budget, de la SNPC, de la caisse d’amortissement, des régies financières, des accords pétroliers, des cessions des puits pétroliers aux congolais, des contrats des marchés publics, de l’armée, des effectifs des fonctionnaires et collectivités locales. D’après le FMI et la Banque mondiale, seulement 30% du budget congolais était exécuté. Où passent alors les 70%? Il faut suivre la trace de l’argent pour que le peuple ne trinque pas.

    Il est un devoir pour la Diaspora de marquer à la culotte le FMI en faisant des contre-propositions au plan des voleurs qui chercheront à mettre à l’abri leurs biens mal acquis et autres chasses gardées.

  92. Anonyme dit :

    Val de Nantes toute mon affection mon frère mais sache pour ce qui concerne Lucien PAMBOU on n’est pas dans l’amusement et on ne le « chambre » pas car ce type est dangereux pour la cause.
    On ne le chambre pas, on le combat, notre défaut à nous Congolais est d’être trop complaisant avec tous ces personnages du réseau qui tournent en satellite autour de ce clan mafieux. On est pas dans un simple rapport de force avec des politiciens ayant des points de vue différents.
    Lorsque l’on combat une dictature de cette envergure et des plus néfaste, comme celle qui asservi le peuple Congolais il n’y a pas de demi mesure, on est pour ou on est contre.

    Si vous êtes neutres dans les situations d’injustice, vous avez choisi le côté de l’oppresseur.
    Desmond Tutu

  93. Bulukutu dit :

    @Bakala Telema. Merci pour ce dernier post édifiant, qui met la lumière sur l’agenda caché de l’auteur de cette article. Comme dit Val de Nantes, Grosse validation.

  94. KOO' NGOH dit :

    @Bakala Telema

    Grandement MERCI…
    Tu as été très édifiant et clair et tu l’as fait en des termes simples que tout le monde peut saisir et comprendre.
    …Que Lucien PAMBOU ait des oreilles pour entendre.
    …Que Lucien PAMBOU entende pour comprendre.
    …À Lucien PAMBOU ou tout nguesso comme bon entendeur (espérons-le tous)… Salut!

    KOO’ NGOH

  95. Lucien PAMBOU dit :

    @ KOOH
    C EST MARRANT TON HUMOUR
    DE TOUT CELA JE SUIS AU COURANT TU PENSES BIEN
    ON S AMUSE COMME ON PEUT

    BAKALA EST AU COURANT CAR DANS UNE REPONSE COLLECTIVE A TOI ET A LUI J AVAIS DIT LES CHOSES

    J OUBLIE COMME JE SUIS SASSOU SELON LES SOIT DISANTS RESISTANTS SUR CE SITE JE N AI RIEN EXPLIQUE MIEUX CACHE LA VERITE POUR VALORISER L ACTION DE SASSOU

    TU VOIS KOOH CELA DOIT TE SATISFAIRE

  96. Troisième Oeil dit :

    Beau texte limpide et bien clair de @bakala

  97. Lucien PAMBOU dit :

    @ TROISIEME OEIL

    TOUT A FAIT D ACCORD AVEC TOI SANS PROBLEME
    TU VOIS TOEIL BRAVO A BAKALA QUI VIENT ECLAIRER MON ARTICLE

  98. Troisième Oeil dit :

    @tous
    A tous ceux qui veulent approfondir leurs connaissances sur la question de sortie du franc cfa. Document très édifiant avec des propositions concrètes faites par un professeur ivoirien en économie: bonne visualisation et prise de conscience.

  99. Punk Slave dit :

    Oh ouais, c’est très bien comme dédicace: {Vidéo Strictement Interdite Aux Africains IDIOTS!}

    There you have it, otherwise…

  100. Bakala dit :

    Salut à tous,

    @ Koo’ Ngoh, Bulukutu et Troisième Œil,

    Nous devons continuer à les marquer à la culotte jusqu’à ce qu’ils n’aient plus d’endroit où fuir comme leur chef qui a fini par cracher le morceau de la dette à hauteur de 120% du PIB.

    Lucien Pambou est un mercenaire dépourvu de conscience du genre du couple Attias qui facturent des milliards de CFA pour des événements qui ne rapportent rien au Congo sinon grossir leurs poches en flattant cet individu mal-aimé qui court après la reconnaissance d’autrui tellement il a souffert du rejet dès son jeune âge.

    À l’heure d’Internet, ils ne peuvent plus rouler les congolais dans la farine où les intimider comme dans les années 70-80. L’écriture et la parole sont des armes sur lesquelles ils n’ont aucune prise; cette situation ne les effraie au point de verser dans la désinformation comme du temps de la guerre froide.

    Chaque fois qu’ils diront quelque chose, il faut toujours remuer leurs propos, surtout quand il s’agit de ce rusé de Lucien Pambou qui a fini par s’inventer des vacances en Italie pour se faire oublier un peu de nous.

  101. Anonyme dit :

    Ce Lucien Pambou commence à toucher le fond de la médiocrité, en être arrivé à se créer des commentaires sous un pseudo féminin pour s’auto-congratuler si cela n’est pas de la manipulation lui le chantre de la vertu intellectuelle. ( voir les commentaires article rubrique satellite Ghanéen …anglophone… etc…)
    Comme le dit notre frère Bakala, il ne faut plus leur laisser la possibilité de délirer sans les contrer.
    Nous les Congolais, nous sommes trop gentil et complaisant envers tous ces satellites sassouistes qui entretiennent et nourrissent cette dictature.

    Contre une dictature aussi infâme il n’y a pas de demi mesure on est pour ou on est contre.
    Il n’y a pas de « cher Lucien » il y a un MONSIEUR Pambou rusé et filou qui essai trop souvent de nous prendre pour des cons. Aucune complaisance à avoir.

Laisser un commentaire