Compte rendu d’entretien entre M. JAY NASH, Regional Advisor USAID et un échantillon de 20 Déplacés du Pool à Caritas Congo Mercredi 09 août 2017.

Les déplacés du Pool abandonnés à Brazzaville par l’Etat congolais

Au siège de Caritas Congo : de 11h20 à 12h30.

Il s’est tenu en fin de matinée du 09 août, de 11h20 à 12h30,  dans la salle de Caritas Congo au Centre Interdiocésain des œuvres, un entretien/échange entre M.M JAY NASH, Représentant Régional de l’USAID, accompagné de Mme Beth Gee, Conseillère économique à l’Ambassade des US en République du Congo et un échantillon de vingt (20)  déplacés (IDPS) du Pool, en refuge  dans les ménages d’accueil à Brazzaville.

Étaient présents : (voir la liste en annexe)

Objectifs de la rencontre :

       Faciliter la compréhension de la situation humanitaire  du Pool à M. le Représentant Régional de l’USAID ;

       Faire un plaidoyer en faveur des déplacés du Pool (IDPS) vivants dans les familles d’accueil  à Brazzaville et dans les autres localités pour identifier les besoins prioritaires humanitaires.

Contenu

1-    Brise-glace.

Après, le mot de bienvenu par M.MOUKOURI, Secrétaire Général de Caritas Congo, chaque participant s’est présenté en indiquant son titre/statut, son village d’origine et période de déplacement.

Le SG de CC a repris la parole pour  présenter de façon succincte la cartographie et  le contexte de la crise du Pool et la situation humanitaire qui prévaut actuellement dans le Pool.

2-    Sur l’essentiel des entretiens/échanges/témoignages

Dans un esprit de liberté, sans pression, sans tabou, sans intimidation, les déplacés-IDPS- (l’échantillonnage) se sont exprimés en racontant chacun tour à tour sa date de déplacement dans le Pool, son histoire, ses péripéties et sa situation actuelle dans la famille d’accueil.  

Parmi les témoignages les plus saillants, nous exposons dans ce présent compte rendu,  celui  d’une jeune maman du village Yanga-Nzala (district de Mindouli) qui a assisté à l’assassinat de deux jeunes garçons dans son village et qui souffre présentement des traumatismes  à cause des violences sexuelles qu’elles ont subi, sa mère et elle. Pire, du côté de sa maman, la situation occasionnée par ce viol, lui à causer des déséquilibres au niveau mental et physique. Cette famille n’a pas encore bénéficié d’une assistance ou une prise en charge quelconque.

3-    Quelques questions

Sur l’essentiel, M. le Représentant Régional d’USAID a posé la question à l’endroit des IDPS pour  savoir quels ont été leurs besoins, les plus pressants ?

Les besoins exprimés par les IDPS se résument comme suit :

       Manque d’assistance aux déplacés du Pool dans les ménages d’accueil à Brazzaville ;

       Manque de prise en charge des malades IDPS dans les services sociaux de Brazzaville ;

       Bastonnade et arnaque par les forces publiques  des quelques familles qui vont chercher le bois de chauffe dans les forêts de Mfilou (périphéries de Brazzaville sud). C’est par la vente de bois de chauffe que ces familles IDPS arrivent à subvenir à leurs petits besoins quotidiens.

       Mauvaise condition de logement dans les familles d’accueil (dormir dans les mauvaises conditions, sans matelas, ni natte, ni moustiquaire);

       Manque d’alimentation et des moyens nécessaire pour s’approvisionner en denrées alimentaires.

En conclusion, après le mot de remerciement de M. le SG de Caritas Congo, M le RR d’USAID a remercié Caritas Congo pour l’initiative prise, de nous permettre de bien comprendre la crise du Pool et de toucher du doigt les souffrances que vivent les IDPS du Pool dans les ménages d’accueil à Brazzaville.

C’est par un cocktail qu’a pris fin la matinée-causerie entre M. RR d’USAID et un échantillon des IDPS en refuge dans les ménages d’accueil à Brazzaville.

Quarante-huit (48) heures après cette visite, Caritas Congo a reçu l’appel de M. le RR d’USAID basé à Kinshasa lui demandant deux choses, à savoir :

1-    Point sur les actions que mènent Caritas avec d’autres partenaires à l’endroit des IDPS du Pool dans Kinkala et Bouenza ;

2-    Faire une proposition du plan d’intervention à l’endroit des IDPS en refuge à Brazzaville, Pool et Bouenza.

Ces documents devront être envoyé auprès d’USAID Kinshasa au plus tard le lundi 14/08/2017 dans la journée.

Bien cordialement.

Brice Anicé MALELA 

Assistant aux programmes et Référent DIRO

Caritas Congo

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Compte rendu d’entretien entre M. JAY NASH, Regional Advisor USAID et un échantillon de 20 Déplacés du Pool à Caritas Congo Mercredi 09 août 2017.

  1. Anonyme dit :

    « C’est par un cocktail qu’a pris fin la matinée-causerie  »

    Mais on n’a pas encore touché le fond dans la médiocrité et la désinformation. C’est quoi cet article ou partant d’un titre à peu près sérieux on déroule un compte rendu totalement insipide et on termine cette « causerie » comme on l’appelle par un vin d’honneur ….. c’est lamentable.

    Il y a des gens déplacés, des femmes violées, des personnes tuées et torturées, des maisons rasées…. c’est pas une kermesse , bon dieu …..

  2. David Londi dit :

    Nous assistons à une tragi-comédie dans cette histoire. Un reportage complet sur l’un des grands médias internationaux a présenté la situation avec des témognages en live avec des témoignages poignants (Florence Môrice, 25/05 sur RFI). Toutes les organisations internationales sont zu courant avec tous les details nécessaires pour monter un plan d’action en faveur de ces populations. Encore une fois tant qu’aucun mouvement puissant ne se lèvera dans ce pays, nous serons toujours les dindons de la farce. Cette communauté internationale, ce machin comme l’appelait De Gaulle, n’a jamais résolu radicalement une véritable crise humanitaire, des boats people au génocide du Rwanda en passant par l’Est de la RDC et le Burundi pour ne citer que ceux-là. Elle peut intervenir quand s’élève du pays des forces démocratiques ou quand ses intérêts immédiats ou sécuritaires sont menacés. Les alouettes ne tombent toutes rôties du ciel, nous devons prendre notre responsabilité.

  3. Loko Balossa dit :

    Chers compatriotes là il s’agit des urgences vitales le monsieur de Caritas me paraît très sérieux, aidons ces victimes de la barbarie qui ce soir le fou furieux à féliciter ses miliciens qui comètes des actes odieux dans le pool ! Que vive NTOUMI le seul combattant de la liberté qui se défend contre la barbarie des Mbochis !!!

  4. LE CANNIBALE SASSOU, L'ENFANT CHERI DE LA FRANCE dit :

    C’est bien de le savoir que le principal problème en Afrique centrale c’est la construction du CFCO, qui a entrainé l’entre des ouest africains dont aujourd’hui il est impossible de les distinguer.
    Immigrer dans un pays étranger n’est un problème (dans la majorité des cas le pays accueillant en tire bénéfice) mais être mauvais immigré pose des grands problèmes, le terroriste en est exemple.
    Mubutu fut un immergé venant du TOGO (construction du cfco).
    Sassou est un mauvais immigré venant du (Benin ou du TOGO), les recherches confirment qu’il vient du TOGO.
    Sassou est un mauvais immigré qui non pas seulement construire l’Afrique de l’ouest, mais même temps il détruire le pays qui l’a accueilli.
    Sassou haï tellement le Congo qu’il distribue cadeau l’argent du Congo dans la majorité des pays d’Afrique de l’ouest. Avec des milliards d’excédants budgétaires sassou n’a même pas donnée la chose la plus indispensable aux congolais « l’eau ». Il va jusqu’à détruire les structures existant bien avant lui (l’école, l’hôpital général de Brazzaville maintenant connu par le CHU, l’agriculture, le moral congolais, la distribution de l’eau, la distribution d’électrisé…). L’ARGENT DU CONGO SERT A CONSTRUIRE :
    LE TOGO
    LE BENIN
    LE SÉNÉGAL
    LA COTE D’IVOIRE
    ET TANT AUTRES
    IL A TELLEMENT DE LA HAINE DU CONGO QUE TUÉ LES CONGOLAIS EST UN JEUX POUR LUI, IL VA JUSQU’À FAIRE L’AMOUR A SES PROPRES FILLES, ET MÊME SE PETITES FILLES, COMME VOUS LE SAVEZ SI ON N’AIME PAS LA FEMME, ÉVIDEMENT ON NE VA PAS AIMER SES ENFANTS.

    LA CRISE LE SAVEZ VOUS QUE LE REVENU DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE EST AUSSI BASSE SUR LE PÉTROLE, ET QUE DANS CE PAYS L’EAU ET ET L’ÉLECTRICITÉ NON PAS SEULEMENT GRATUIT, MAIS EN ABONDANCE DANS TOUT LE PAYS.

    LE CRIMINEL LE PLUS REDOUTABLE D’AFRIQUE NE DÉSTABILISE PAS SEULEMENT LE CONGO BRAZZAVILLE, MAIS IL EST PARTOUT EN RDC AU GABON, RCA AU TCHAD….

    MAIS QUI SONT KOLELAS ET NTSATI, DES MAUVAIS IMMIGRÉS ?

  5. Anonyme dit :

    L’USAID a déjà été prise la main dans le sac entrain d’organiser un trafic de mercenaires clandestins à Kinshasa, au mépris de la souveraineté de la RDC. Lors qu’elle encourageait les maîtres chanteurs ouest-africains du boys band « Y En A Marre » à entrer sur le territoire d’un pays qui leur est étranger, dans le but de chanter le refrain du printemps sorosien anglo-saxon, tout en exacerbant les passions tribales. Voyez-vous, par le biais de cette nouvelle couverture médiatique, la C I @ n’essaie t-elle pas de ravitailler en logistique divers ses « freedom fighters » frelatés sur le terrain ou ils peinent à accomplir le machiavélique projet de balkanisation méridionale du Congo ? L’USAID pourrait se rendre bien plus utile à Charleston, aux USA. Et pour cause; alors qu’une milice ethnique néo-nazi se livre à des pogroms négrophobes, le régime trumpien ségrégationniste ne fait rien pour faire cesser ces exactions à caractère raciste. Notons qu’un terroriste blanc au volant d’une voiture bélier a foncé sur des révolutionnaires noirs, causant plusieurs victimes innocentes. Ou est la supériorité civilisationnelle macroniènne de l’Occident dans ces actes barbares ? L’Etat congolais est souverain, mieux vaut privilégier l’ONG catholique Caritas comme unique interlocuteur, car il y va de la paix et de l’unité nationale. Contrairement à certains chevaux de Troie humanitaires, sa fiabilité et son objectivité sont sans faille.

Laisser un commentaire