Le togolais Faure Eyadema réprime dans le sang son peuple comme son parrain Sassou-NGuesso au Congo

Faure Eyadema lors de son initiation dans le village de Sassou-NGuesso (Nov 2013)

La répression des opposants est devenue la norme en Afrique, comme on vient encore de le voir une fois de plus malheureusement ce weekend du 19 août 2017 au royaume des Eyadema au Togo.

Faure Eyadema digne fils de l’ancien tyran et sanguinaire togolais Gnasingbé Eyadema, a succédé à son père après sa mort en février 2005, suite à un coup de force, au mépris de la Constitution du pays.

Le tyranneau togolais devenu grand sur les conseils du tyran congolais Sassou-NGuesso qu’il fréquente assidûment , n’a pas hésité à massacrer des opposants qui manifestaient pacifiquement dans plusieurs villes de son pays, comme le fit Sassou-NGuesso en octobre 2015.

Le bilan est très lourd car selon les organisateurs de la journée de manifestation de l’opposition , on compte plus d’une dizaine de morts, des centaines de blessés et d’arrestations.

Les Forces de l’ordre ont tiré à balle réelle sur les manifestants à Lomé, Sokodé, Kara et à Agoe.

Une coalition de partis d’opposition demande au peuple togolais de se tenir prêt pour répondre massivement à l’appel prochain des forces démocratiques pour mettre définitivement fin au pouvoir de Faure Eyadema dit « Lomé II ».

La Rédaction

Diffusé par congo-liberty.com

*******************************************************************************

LES RAISONS DE LA JOURNÉE DE CONTESTATION  DU PEUPLE TOGOLAIS RÉPRIMÉE DANS LE SANG PAR LE DICTATEUR FAURE EYADEMA.

Le président du Parti nationaliste panafricain (PNP), Tikpi Atchadam, sur une radio privée de la place hier jeudi, a fait le tour de l’actualité sociopolitique. Et rappelle deux choses essentielles, selon lui, qui sont le retour à la Constitution de 1992 et le vote des Togolais de la diaspora.

Tikpi Atchadam déclare que « la tournée de la commission de réflexion sur les réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles, c’est une supercherie ». Et d’ajouter que la commission présidée par Awa Nana n’a qu’une seule volonté, « écrire une nouvelle Constitution, donc une 5è République. Seulement que cette Constitution est taillée sur mesure. C’est pour Faure qu’on veut écrire cette Constitution ».

Selon lui, un nouveau dialogue entre la mouvance et l’opposition ne règlera pas le problème togolais parce qu’il y a eu déjà une kyrielle de dialogues qui n’ont rien donné ou dont les conclusions sont tout simplement arrangées dans les tiroirs. La solution passe, croit-il, par le retour de la Constitution de 1992.

L’autre aspect qu’il défend ardemment reste le vote de la diaspora. L’opposant ne comprend pas pourquoi bien que « La Constitution le reconnaisse, le code électoral le confirme…les autorités ne mettent pas les moyens » pour que les Togolais de l’étranger votent. Une injustice, crie-t-il.

Le PNP organise des marches synchronisées dans les villes du Togo et dans la diaspora ce 19 août pour réclamer ses exigences politiques.

A.H.

SOURCE : ICILOME

 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Le togolais Faure Eyadema réprime dans le sang son peuple comme son parrain Sassou-NGuesso au Congo

  1. Mark dit :

    Depuis que les USA ont perdu le rôle de gendarme du monde, ces petits dictateurs ne cessent d’exhiber les muscles. Une ville sans police est une ville à risque.Il nous faut un Président américain prêt à jeter les bombes n’importe où afin que ces petits dictateurs aient un peu de retenue. Quand les USA cherchent à tout prix à négocier avec la Corée du Nord, ces petits dictateurs africains ne peuvent que danser. Plus les USA continueront à perdre de l’influence, plus ce monde deviendra un terrain de Far West. Les plus forts continueront à devorer les plus faibles.

  2. JDM dit :

    Mark, face à l’absence d’aide de la communauté d’hommes d’affaires ( communauté internationale ) , c’est aux populations prendre entre les mains leur destin, jusque là il n’y a qu’un seul camp qui subit la terreur et , si nous renversions la tendance? Des tyrans terrorisés, tant qu’ils se sentiront en sécurité dans leurs camps militaires, dans leurs maisons dans leurs palais, tant qu’ils ne sentiront pas la douleur, le malheur et la peur dans leurs propres peaux, ils continueront de semer la terreur sur des populations.

  3. gge dit :

    Les intellectuels africains doivent comprendre une seule chose, ces dictateurs sont ceux qui ridiculisent l’Afrique. Il faut créer un mouvement panafricain contre la dictature en Afrique. Ces militants iront partout défendre la démocratie partout en Afrique où les révisions des constitutions sont envisagées. Exemple: si les Congolais manifestent contre Sassou tous les panafricanistes viennent les soutenir et manifester avec eux. Si un dictateur se déplace tous les panafricanistes doivent envisager des actions communes. Quand la peur aura changer de camp, nous auront vaincu la dictature

  4. JDM dit :

    gge, je suis d’accord à 200 %, il faut une organisation bien structurée pour traquer cette bande de pervers, car le plus souvent le résultat ou l’effet des manifestations n’ont le résultat escompté, le nombre des manifestants étant négligeable, Il y a très peu de visibilité, Il y a la question des obligations professionnelles qui empêchent aux Africains d’être au rendez-vous, mais on arrive à briser la barrière entre différents pays, à chaque manifestation, ceux qui y participeront ne doivent pas être forcément du pays qui convoque la manifestation, mais plutôt de tous ceux qui seront disponibles ou proches de l’endroit choisi pour la manifestation.

  5. Mark dit :

    Oui JDM, je suis d’accord avec vous. Seulement, la contestation d’un peuple a des limites, c’est pourquoi nous avons besoin de l’aide des grands pays qui encourageraient les libertés et la démocratie. Combien de fois les Burundais ne se sont pas battus pour se debarasser de leur tyran. Au final, le pouvoir les avait écrasés. Nous prenons souvent les pays du Maghreb comme exemple en oubliant que les arabes frabriquent des bombes et manifestent souvent avec les armes en main, ce qui rend difficile la tâche des policiers et miliatires des regimes en place dans ces pays. En Afrique noire , les gens manifestent sans armes en main, ce qui arrange l’affaire des miliciens de nos dictateurs. On parle du BUKINA, oui, mais si COMPAORE s’était comporté comme Sassou en écrasant la revolte, les burkinabées n’auraient pas créer un miracle. Les revoltes dans les pays noirs en africains sont souvent confrontées aux milices lourdement armées au point de finir par se faire écraser. Il ya eu des revoltes en RDC, Gabon, Togo, Congo B, Burundi qui s’étaient fait par la suite écrasées.

  6. Mark dit :

    Oui, nous avons le devoir de chasser nos dictateurs. La question est celle de savoir si nous pouvons le faire en face des milices lourdement armées. Oui, les USA sont les seuls sapeurs- pompiers capable d’éteindre ce feu. Ils doivent reprendre le rôle de gendarme du monde, le cas contraire, ce monde sera de plus en plus en insécurité. Si le Liberia est ce qu’il est aujourd’hui c’est grace aux USA. Sassou par exemple est une petite mouche devant les USA. Une simple parole de menace de la part du président américain à l’encontre de Sassou souffira pour sauver les vies humaines dans le Pool.

  7. Mark dit :

    Lire; policiers et militaires…..; pays noirs en Afrique

  8. mwangou dit :

    enfin des gens de la diaspora qui commencent à mieux cerner la problématique de la lutte contre les dictateurs en Afrique….
    faites aussi attention au mot « intellectuel »: les intellectuels prennent part active dans la défense de la dictature… regardons bien le Congo B. actuel, regardons bien la RDC, le Gabon,etc. les universitaires, les docteurs et enfin les moins diplômés de l’université sont ceux qui conseillent quand ils ne sont pas ministres, les dictateurs… Alors, je nous invite à bien regarder ce côté là…
    Oui, une lutte à mains nues, aura tendance à se terminer par l’avantage du dictateur. Je crois aussi que ceux qui ont tendance à faire référence à certains pays, pour dire qu’eux se sont bien libérés, se trompent un peu, sur le fait que le problème actuel des dictatures en Afrique est différent. Et donc tant que cette lutte est d’un côté avec la bible et le manuel de droit, elle se soldera par la victoire de l’autre côté qui est lourdement armé et fait des morts à chaque instant.

  9. Revelino dit :

    Comme dit le fils du pays, c’est par la force brute du canon que Sassou et sa clique dégageront. Il ne peut pas y avoir négociation avec des bandits. Il faut encourager les togolais dans la voie de l’insurrection. Il faut aussi que le peuple prenne des armes. Nous ne sommes pas des moutons. Tendre la joue gauche, ce n’est pas possible. C’est oeil pour oeil et dent pour dent. La liberté ne se négocie pas. Elle s’arrache.

  10. NOUVEAU GOUVERNEMENT PROCLAMATION IMMINENTE dit :

    NOUVEAU GOUVERNEMENT du CONGO
    Présenté au président DENIS SASSOU NGUESSO.
    Sa proclamation imminente dans les prochaines heures sera faite par :
    Firmin AYESSA, ministre d’état chargé du cabinet de la présidence,
    porte parole du gouvernement.

    Premier ministre chef du gouvernement :
    Justin KOUMBA
    1 – Ministre d’état, ministre de l’agriculture, de l’élévage et de la pêche :
    Martin MBERI
    2 – Ministre d’état, ministre du redressement économique et des finances :
    Guy Brice Parfait KOLELAS
    3 – Ministre d’état, ministre de la construction et de l’urbanisme :
    Honoré MPAKA
    4 – Ministre de l’intérieur et de la décentralisation :
    Raymond Zéphirin MBOULOU
    5 – Ministre des mines et de la géologie :
    Serge OKIEMY
    6 – Ministre de l’aménagement du territoire et des grands travaux :
    Jean-Jacques BOUYA
    7 – Ministre des hydrocarbures :
    Jean Marc Thystère TCHICAYA
    8 – Ministre du règlement des conflits et de l’intégration nationale :
    Modeste BOUKADIA
    9 – Ministre des affaires étrangères et de la coopération :
    Jean Claude NGAKOSSO
    10 – Ministre des Congolais de l’étranger :
    Tony MOUDILOU
    11 – Ministre de la défense nationale :
    Général KONTA
    12 – Ministre du commerce et de la consommation :
    Laurentine MILONGO
    13 – Ministre du travail et de la sécurité sociale :
    Jacqueline Lydia MIKOLO
    14 – Ministre de la communication et des médias, porte parole du gouvernement :
    Jean Jacques YOMBI OPANGAULT
    15 – Ministre des transports, de l’aviation et de la marine marchande :
    Pascal Tsaty MABIALA
    16 – Ministre de l’enseignement supérieur :
    Placide MOUDOUDOU
    17 – Ministre de la recherche scientifique et de l’économie numérique :
    Bruno Jean Richard ITOUA
    18 – Ministre de la justice, garde des sceaux :
    Thierry Lézin MOUNGALA
    19 – Ministre de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises :
    Arlette SOUDAN NONAULT
    20 – Ministre des villes et de l’organisation urbaine :
    Hugues NGOLOUONDELE
    21 – Ministre de l’énergie et de l’hydraulique :
    Serge ZONIABA
    22 – Ministre de la jeunesse et des sport :
    Marcel NKALA
    23 – Ministre du tourisme et du developpement durable :
    François NDOUNA
    24 – Ministre de l’alphabétisation, de l’enseignement primaire et secondaire :
    Anatole Collinet MAKOSSO
    25 – Ministre des affaires foncières et du domaine public :
    Aimé Parfait COUSSOUD MAVOUNGOU
    26 – Ministre des zones économiques spéciales :
    Alain AKOUALA ATIPAULT
    27 – Ministre de l’emploi et de l’enseignement technique :
    Henri Blaise NZONZA
    28 – Ministre de l’économie forestière et de l’environnement :
    Rosalie MATONDO
    29 – Ministre de la fonction publique et de la réforme de l’état :
    Claudia SASSOU NGUESSO
    30 – Ministre de la santé et de la population :
    Yves CASTANOU
    31 – Ministre des télécommunications et des messagéries :
    Dominique Asie de Marseille
    32 – Ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale :
    Hyldevert MOUAGNY
    33 – Ministre de la culture et des arts :
    Ingrid EBOUKA-BABACKAS
    34 – Ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité :
    Juste Désiré MOUNDELE
    35 – Ministre de la promotion de la femme et de son intégration au développement national :
    Nefer Inès INGANI
    36 – Ministre délégué auprès du premier ministre, chargé des relations avec le parlement :
    King Gaëtan NKODIA
    37 – Ministre délégué auprès du premier ministre, chargé du portefeuille public :
    Sylvestre OSSIALA.
    38 – Ministre délégué auprès du ministre de la justice, garde des sceaux :
    Jérémie LISSOUBA
    39 – Ministre délégué auprès du ministre de l’enseignement supérieur, chargé de la réforme universitaire :
    Vivien MANANGOU.
    40 – Ministre des cultes et de l’organisation de la vie religieuse :
    Monseigneur Auguste MILANDOU
    42 – Ministre de l’enfance et de l’encadrement de la jeunesse :
    Théodorine KOLELAS.

    Communication imminente par le porte parole du gouvernement, près la présidence : Firmin AYESSA.

  11. SASSOU LE CANNIBALE, L'ENFANT CHERI DE LA FRANCE dit :

    A savoir n’enterre pas ton rêve, ni avec le criminel le plus redouble d’Afrique (sassou) ou les traitres Kolelas et Ntsaty que nous construirons notre pays. L’école nous donne seulement les outils pour atteindre le but mais, la valeur de l’homme et sa grandeur est dans lui-même. Sassou a échoué dans tous les plans, un imbécile peut être même le plus idiot des congolais.
    Aux nordistes aux mbochis de comprendre qu’avec sassou nous pédalons hors du vélo, ceci n’est pas un défit c’est une question de se mettre en cause. Que laisserons nous pour les futures généralisons (les violes les tueries, la destruction du pays la haine envers ton compatriote le maintient du pouvoir sans savoir quoi faire avec, s’accaparer du bien commun sans savoir l’utilisée, accumulé plusieurs femmes…)
    Pensons a notre pays. NOUS AVONS BESOIN D’UNE PERSONNE QUI RÊVE LOIN POUR LE BIEN DE TOUTS LES CONGOLAIS

Laisser un commentaire