INTERVIEW DE BENJAMIN TOUNGAMANI : Analyse du discours du Pasteur NTumi ; les Congolais ne payeront pas la dette du FMI accordé à Sassou ; Solidarité avec les victimes de la guerre du Pool ; Conférence internationale sur les prisonniers politiques congolais…


Benjamin Toungamani, l’infatigable activiste politique congolais décrypte l’actualité politique de son pays le Congo-Brazzaville. De l’analyse du discours à la Nation du pasteur NTumi , de la complicité du FMI avec la dictature de Sassou-Nguesso , de l’insuffisance de solidarité avec les victimes de la guerre du Pool en passant par la conférence internationale sur les prisonniers politiques, tout y passe…décidément l’insatiable militant de la liberté et des droits humains qu’est M. Benjamin Toungamani n’use pas de la langue de bois et n’a pas fini de nous étonner !

Diffusé le 02 septembre 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à INTERVIEW DE BENJAMIN TOUNGAMANI : Analyse du discours du Pasteur NTumi ; les Congolais ne payeront pas la dette du FMI accordé à Sassou ; Solidarité avec les victimes de la guerre du Pool ; Conférence internationale sur les prisonniers politiques congolais…

  1. Bakala Telema dit :

    Aîné Toungamani,

    Vous dites que les congolais ne paieront pas la dette de sassou auprès du FMI. À titre d’information, sachez que le FMI se fait payer directement à même les dépôts du Congo auprès du trésor public français. En d’autres mots, même si nous refusons de payer le FMI, il se fera payer par la France en puisant directement son argent sur notre compte des opérations auprès du trésor public français.

    Peu de gens le savent, mais c’est la triste réalité. le FMI a aussi la main-mise sur nos devises. C’est pourquoi, entre autres, il voudrait que le compte des opérations auprès du trésor public français ait toujours assez d’argent, soit 9 mois des importations, pour être sûr qu’il pourra se faire rembourser. Avec seulement 1,5 mois d’importations, il n’est pas si sûr de voir la couleur de son argent. D’où, entre autres, ce bruit sur la reconstitution des réserves de devises du compte des opérations auprès du trésor public de la France. Souvenez-vous de la rencontre de Christine Lagarde et du ministre français des finances, Sapin, à Yaoundé en décembre 2016. Le maître mot à la bouche était le compte des opérations. Il n’y a pas que la France qui veillait sur ses intérêts, mais le FMI aussi qui craignait de voir la source du remboursement de ses prêts se tarir.

  2. Lucien Pambou dit :

    A Bakala Telema,
    Merci pour ton apport sur lexplication des rapports reels entre le fmi et les etats de l afrique centrale
    la plupart des intervenants sur ce site se cantonnent a l analyse politique sans savoir que la vie reelle des etats dont le congo est organisée par sa participation a nl ‘économie financiere reelle
    le congo bonne gestion ou pas est obligé de tenir compte de sa position exterieure soit en tant que preteur net quand il a des excedents budgetaires soit en tant qu en emprunteur si ce n est pas le cas
    ce qui me fait plaisir c’est enfin la place que la diaspora va accorder au debat economique et financier a cote du debat politique
    j ai ete le premier a le dire
    il ya des preconisations a faire pour notre pays

  3. Loko Balossa dit :

    Le frère Toungamani reste toujours dans l’ambiguïté , maintenant les fils du pool doivent prendre position entre Ntoumi et les enfants Kolelas , Anatole Milandou , Isidore Mvouba ect … Qui sont à sassou ! Les fils et filles pool doivent soutenir Ntoumi clairement ! Sassou continu à engagé le pays dans sa folie et chaque minutes congolais sont des victimes , vous imaginez un pays sans Hopitaux ! Cher Benjamin nous avions toute une population en danger de mort avec sassou ,Maintenant agissons !!!

  4. KOO' NGOH dit :


    @Mr. TOUNGAMANI

    Je vous en prie, nous devons faire un effort d’être d’un seul coté et éviter de se taper entre nous. NTOUMI ne doit faire peur à personne et ce Monsieur n’a pas eu des prétentions d’être le chef de l’opposition congolaise à sassou nguesso. Il a tout simplement dit de façon précise et claire ce que les DZON, KOLELA et autres TSATOU-MABIALA ne disent que sous des contours et détours. DZON par exemple n’appelle sassou que par « Mr. le président de la république… Mr. le président de la république… » et cela à chaque fois qu’il veut designer sassou. Cela en est de même pour KOLELA (Parfait ou Imparfait, selon qu’il se sent fils de son père sassou en deuxième ligne ou pas).
    La différence est simple et elle doit être montrée de façon populaire. Pendant qu’il est clair à tout le monde et même à vous Mr. TOUNGAMANI qu’il faut renverser le rapport des forces, on ne peut le faire sans une politique de communication directe avec le peuple ou encore moins avec les motions habituelles DES ASSISES (dont eux seuls les lisent et les comprennent sans impact aucun à Brazzaville ou à Pointe-Noire).
    Pour renverser le rapport de force dont vous faites allusion, il faut s’impliquer militairement contre sassou. Il faut des moyens de communication directe avec le peuple sur place. Il faut du matériel de lutte ou de combat. Ce n’est que de cette façon qu’on va inverser le rapport des forces en notre faveur. Le reste, c’est du bla-bla…
    Avec sassou, il n’y a pas de demie mesure… La bêtise des DZON et autres lors du meeting au boulevard Alfred Raoul, est encore fraiche dans nos têtes. Pendant que le peuple était prêt à marcher sur le palais de sassou malgré les hélicoptères dans le ciel, KOLELA, MOUNARI et OKOMBI disaient et conseillaient ce même peuple déchaîné, de tempérer et d’attendre leur signal… Et la suite du fameux signal? … La suite a été le silence, les morts, les tombes, les prisons et les exils. Du fiasco total!
    Il ne faut plus répéter ces mêmes erreurs du passé… Si NTOUMI est déjà en avance dans notre lutte commune contre sassou avec les combats militaires de resistance, nous devons le rejoindre et lui prêter main forte par tous les moyens afin de luter ensemble.
    Nous n’avons pas d’excuses de ne pas agir ensemble avec NTOUMI aujourd’hui contre sassou, sinon l’histoire nous jugera et de façon impardonnable.

    Mr. TOUNGAMANI
    Ce n’est nullement le moment de dire ou designer qui est le chef de la vraie opposition et qui ne l’est pas. Diaboliser NTOUMI pour n’importe quelle raison que ce soit ne donne que des outils à sasou pour nous exterminer actuellement. S’il vous plait, évitons de donner des outils de support a sassou afin de nous combattre facilement. Notre discorde fera le lit de sassou et ses rejetons dans leur vision de continuer à chier sur nous.
    Avec sassou, renverser le rapport de force signifie clairement que l’on doit être uni et plus fort que lui: physiquement, intellectuellement, diplomatiquement, militairement et tactiquement.
    NTOUMI a tout simplement le toupet de combattre sassou sur le terrain et avec les outils que sassou utilise contre lui: les armes. Ce que le reste ne fait pas ou plus précisément est incapable de l’aider dans cette besogne.
    Ainsi donc, dans votre idée du renversement du rapport des forces, NTOUMI est une pièce complémentaire (pour ne pas dire maitresse actuellement) qui nous aidera tous. Il n’a jamais dit qu’il a le monopole de l’opposition face à ce sassou. Non!.
    C’est à nous de se tenir soudés ensemble avec NTOUMI, car sassou ne comprend que le langage des armes. Voila pourquoi NTOUMI est à soutenir pour renverser le rapport des forces dont vous faites allusion.

    KOO’ NGOH

  5. Makana dit :

    Il n’y a aucune différence entre ceux qui croient aux discours de Né Muanda Nsémi sur la libération de la RDC grâce à une frappe par les « Ndika » et les personnes qui prennent Ntumi pour une référence dans l’opposition.

    Dans les deux cas, nous avons des dictateurs à la manœuvre, partant d’un constat d’impuissance de la classe politique et d’un environnement propice à la manipulation.

    A partir de ce moment, il est facile de dérouler les plans les plus machiavéliques possibles en faisant émerger des sujets de diversion, portés par des individus susceptibles de capitaliser l’attention des esprits fragiles.

    Dans le cas du Pool, avec sa fausse rébellion qui n’a aucun moyen de défendre les populations en déroute, Ntumi correspond bien au profil du gourou capable d’attirer l’attention autour de sa personne.

    Même s’il avait relue les textes écrits par mon grand frère Ben Ntoungamani, on aurait trouvé en ce Ntumi le génie du siècle.

    C’est pour dire qu’avec ce gendre de manipulation, nous avons encore devant nous des milliers de VAL DE NANTES ou de KOO’ NGOH qui viendront nous chanter les gloires de la destruction du Pool par Satan Nguesso, à travers les exploits d’un homme providentiel créé de toute pièce par un tyran en fin de cycle.

    Pour mémoire, ce fameux pasteur guerrier fait circuler depuis la fin des années 1990, la menace de faire rentrer ses ninjas-ntsiloulou dans Brazzaville, un peu comme ce mythe du retour de Matsoua.

    Il ne reste plus qu’à remplacer « WA LOUWIRI KO KOUA KENA » par NI YANDI HO KOU MAVOULA, TATA NTUMI ».

    Pendant que Ntumi se permet diffuser des enregistrements, ou à faire ses pub d’Adidas, nous les vrais fils du Pool, nous restons sans contact de nos parents, ayant quitté des centres de vie qu’ils occupaient depuis des générations.

    Et, des semouleux, devant leurs claviers viennent chanter les louanges d’une crapule en quête de survie, face à une machine de mort avec laquelle il a eu à collaborer autrefois.

    Une question qui me taraude l’esprit:

    comment se fait-il qu’il n’y a jamais eu d’opération médiatique dans les domiciles ou de saisies de véhicules comme des taxis à bord desquelles on voyait le pasteur se pavaner avec les filles dans Brazza, alors que d’autres victimes du système sont passées à la case Oko Ngakala, même en l’absence des intéressés?

  6. Giscard mouloki-mana dit :

    à makana
    Vous devez savoir que dans notre pays c’est notre propre entourage qui nous tue. Qui avait trahi le capitaine ANGE DIAWARA, et qui avait trahi le capitaine ANGE ANGA, qui avait livré le Président MARIEN NGOUABI et qui trahira NTUMI ? Je pense que NTUMI ne lutte pas pour le Pool uniquement il lutte pour la libération du Congo du Nord au Sud de l’Est à l’Ouest. Si hier les gens fustigeaient NTUMI dans certains quartiers aujourd’hui dans tous les quartiers de Brazzaville les gens le vénèrent, chose qu’on n’imaginait pas dans les fiefs de sassou.
    Vous qui engagez une discussion sur le Pool, demandez à Mvouba, Milandou, Nsilou, Moungani, Mahoukou-Kouba, Kouloumbou, et surtout Joaquim MBANZA, quelle est la responsabilité de NTUMI dans la crise financière d’aujourd’hui?
    Armons-nous plus de dispersion formons une main où chaque doigt compte ou fait son petit métier.

  7. dgfip dit :

    1997-2017, 24 ans que les NTOUNGAMANI perorent sur la place de Paris. Il y’a manifestement un constat d’echec dans cette lutte. Palole palole palole

  8. Anonyme dit :

    Ô mon dieu ! Il est fort aisé de donner des leçons aux opposants sur le terrain après avoir fui l’enfer du Congo et qu’on se trouve en France , aux USA.ou ailleurs..

  9. Démocrachie dit :

    Aux autres ‘Fake’ Courbailleurs, Zozos de tous les temps, c’est bien mais ne revenez pas une seconde fois auprès de la population trop que désabusée nous imposer malicieusement demain à la manière du PCT, un très (p)ETIT (g)ENERAL, du reste général en papier comme le reste des (g)ENERAUX con-go-laids d’ailleurs, pour oser récupérer le gâteau tout pourri en bon opportuniste sans mérite aucun. Tous les Tintins militaires à la caserne. En général le Con-go relativement ne s’est mieux porté que sous un président civil depuis, autrement choisi librement par le peuple souverain…

    On vous connaît bien, et on connaît parfaitement votre double jeu.
    Ne vous trompez même pas!

    La vérité finit par triompher d’une manière ou d’une autre, elle se saura, plus tôt que tard.

    Juste un peu de patience encore!

  10. Lucien Pambou dit :

    A toutes et à tous et surtout à mon cher Anonyme qui ne va plus me lire dans les posts mais uniquement en article intégral et en vidéo,
    Le peuple congolais a besoin d’une analyse car il est devenu fou depuis les indépendances. Les dirigeants congolais n’aiment pas leur pays. Nous sommes un peuple du verbe et du bavardage. J’enseigne à mes étudiants en économie que la réussite économique dépend de la mobilisation des connaissances pratiques pour construire un pont, une route, ce qui n’est pas le cas des Congolais car ceci nécessite une expérience historique technique et technologique longue. Les Congolais préfèrent le bavardage qui n’est qu’un maquillage de position pour mieux assujettir l’autre. Je le sais, je préfère consacrer mon énergie à une aventure intellectuelle orientée vers le pays France qui est déjà développée et qui n’a pas besoin de moi.
    Je me retire de cette folie collective et dorénavant j’interviens sur le site soit par vidéo, soit par un article de fond et pas par des posts que je laisse à Anonyme. A très bientôt je reste présent mais par des articles de débat et de fond. Ce n’est pas vous inférioriser mais chacun d’entre nous a des priorités dans la vie
    Je vous remercie tous pour vos posts de débats et a très vite car je ne disparais pas
    Cordialement
    Lucien Pambou

Laisser un commentaire