INTERVIEW DE GAYLORD POUABOU : Solidarité avec le peuple du Pool ; Les faux opposants Tsaty-Mabiala et Parfait Kolelas ; Non au dialogue avec Sassou-NGuesso qui ne partira qu’avec les armes ou l’insurrection populaire…


Gaylord POUABOU est un jeune activiste politique de la diaspora congolaise de Brazzaville. De la mouvance dite « des combattants » qui traque les autorités illégales du pouvoir de Brazzaville lors de leurs déplacements en France. Gaylord POUABOU est trésorier du #COLLECTIF SASSOUFIT et Secrétaire de la Fédération France de l’Association Citoyenne de Solidarité du Congo-Brazzaville (ACSCB).

Dans cette interview, le jeune combattant appelle à plus de solidarité avec les populations martyres du Pool. Il dénonce les faux opposants et transfuges du pouvoir de Sassou-NGuesso qui ont sabordé la chute de ce dernier. Dans la foulée, il exhorte la diaspora congolaise à se ressaisir et ne pas se déchirer pour poursuive ensemble la lutte contre la dictature de Brazzaville, et appelle les Congolais à l’unité nationale.

Pour Gaylord POUABOU, le dialogue est une chimère et Sassou-NGuesso ne partira que par la force !

Diffusé le 04 octobre 2017, par www.congo-liberty.com

 

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à INTERVIEW DE GAYLORD POUABOU : Solidarité avec le peuple du Pool ; Les faux opposants Tsaty-Mabiala et Parfait Kolelas ; Non au dialogue avec Sassou-NGuesso qui ne partira qu’avec les armes ou l’insurrection populaire…

  1. KOO' NGOH dit :

    @Gaylord POUABOU

    Franchement, Chapeau…
    Que ceux qui ont des oreilles essaient au moins une fois pour toute d’entendre et comprendre…
    Tout le monde le dit et le sais bien: sassou ne pourra partir que par la force. Point.
    Quant aux sauterelles de n’importe quelle coloration, ou encore à tous ceux qui jouent aux apaisements ou aux amadoueurs, dompteurs ou autres injecteurs de calmant dans la dynamique du rejet absolu de sassou (ils se reconnaissent bien eux-mêmes – suivez mon regard), c’est une honte pour vous de savoir que plus personne ne veut et ne peut plus donner un crédit de pardon de n’importe quel ordre que ce soit à votre sassou.
    Il faut continuer à appeler à l’insurrection générale de façon ardue afin de continuer à renverser le rapport de force sur place. Saboter le train dans le Mayombe, l’aéroport de Pointe-Noire et autre points stratégiques pour paralyser l’approvisionnement de Brazzaville en général. Bloquer le pays dans son entier. Ce n’est de cette façon que sassou partira.
    Voyez-vous, il essaie à présent de vouloir sauver la face en disant qu’il va négocier avec les jeunes du Pool (jeunes autour de Ntoumi) en leur proposant son arme de prédilection: l’argent – la corruption.
    Il va payer ou racheter leurs armes (selon lui) afin de les attirer et pouvoir les attraper et les foutre ensuite au gnouf dans un silence absolu.
    Non!…
    C’est le moment de crier haut et fort et de lancer dès à présent un mouvement absolu contre cette initiative de sassou. Car le piège pour la disparition de ces jeunes combattants est ouvert…
    Non et Non…
    C’est le moment de faire l’écho du NON à cette initiative du dictateur… J’espère que les Pascal Malanda s’y mettront pour dire que c’est une énième tricherie bien ourdie par sassou et que cela n’aboutira à rien, si ce n’est qu’à la pérennisation des nguesso et au malheur des congolais.

    NON aux initiatives de sassou. PAS QUESTION DE RENDRE LES ARMES contre l’argent.
    Faisons bien écho de notre NON sur les medias! Appelons les nôtres chaque jour pour leur dire de ne pas se laisser faire car c’est un piège.
    Quant aux jeunes combattants sur la place de Paris, s’il vous plait, l’heure est à l’unité et non à l’égoïsme inutile et aveugle. On doit gagner ensemble, retenez-le!.

    A LUTA CONTINUA…

    KOO’ NGOH

  2. Balonga Geoffroy Justin dit :

    Il y a au moins deux choses importantes dans toute entreprise humaine, l’espace et le temps. Dans notre lutte de Libération nationale, nous avons souvent occulté la nature du régime illégal de Brazzaville. Pour le rappeler ici, il s’agit d’un régime dictatorial, qui se caractérise par une violation massive des droits de l’homme et où le droit de manifester n’existe pas. Avec un tel régime, on ne peut manifester et pire encore imaginer avec lui un quelconque dialogue.

    Pour Sassou, le pouvoir est une question de vie et de mort, et sa conception personnelle du pouvoir l’amène à dire que, celui qui prendra MON POUVOIR N’EST PAS ENCORE NE. Il est à la fois le début et la fin de son pouvoir, qu’il tient d’ici et du ciel. Raison pour laquelle, il n’a aucun état d’âme dans l’exercice du pouvoir, puisque avec même 8% , il s’impose comme président de la République. Le pouvoir pour lui est un défi perpétuel consistant à corrompre, à intimider, à assassiner et à créer des situations d’instabilité de façon permanente dans le pays.

    Avons-nous compris cela? Je ne pense pas. Depuis son retour au pouvoir , à la faveur d’un coup d’État encouragé par l’administration de Jacques Chirac, l’opposition a joué essentiellement un rôle occupationnel, consistant à accompagner Sassou dans toutes ses entreprises. Il y eut d’abord le changement de la constitution du 15 mars 1992 par la constitution par la constitution du 20 janvier 20002, où l’opposition rata une occasion de susciter un soulèvement populaire suite à un référendum constitutionnel tronqué. L’opposition se contenta d’être, au lieu d’exister. Ensuite, vint l’année 2009, où les ténors de l’opposition ( toujours les mêmes) viennent à Paris pour nous annoncer la fin du régime de Sassou, Paris y cru, mais sans compter sur la mauvaise volonté de nos opposants car certains renoncèrent à la dernière minute et d’autres, proches parents de Sassou ont depuis réintégré les rangs du pouvoir. Enfin , l’année 2016, l’espoir né dans la population par la présence du général Moukoko est vite dissipé par l’assignation à résidence, puis l’arrestation de ce dernier. Comme disait Thierry Roland, le football est un jeu qui se joue à onze, et à la fin, ce sont toujours les Allemands qui gagnent. Tout comme au Congo, les élections opposent Sassou et les autres, et à la fin c’est toujours Sassou qui gagne quel que soit son résultat. Tout cela pour dire, arrêtons de penser qu’on peut battre Sassou par les élections et de même arrêtons de croire qu’en régime dictatorial, on peut manifester par simple autorisation préfectorale.

    Alors, quelles solutions possibles pour faire partir Sassou? Solutions efficaces pour cesser d’être par l’occupation de l’espace , mais d’exister véritablement et surtout de gagner du temps.
    Sur ce point , j’adhère à la position de Gaylord, aucun régime dictatorial dans le monde n’a été battu par la voie des urnes. De Saddam Hussein à kadafi en passant par Ben Ali, ils sont tous partis par un coup de force. Et je suis convaincu que le dictateur de Brazzaville n’y échappera pas à cette règle intangible. L’autre solution, c’est le sursaut du peuple, par une insurrection populaire. Aujourd’hui l’orgueil du peuple congolais à été atteint, il devenu étranger dans son propre pays, tout simplement parce que l’ignoble Sassou en a voulu ainsi. Tous les ressorts contestataires dans le pays ont été anéantis, sous les effets conjugués d’une police politique répressive et d’une militarisation de l’espace par l’occupation des régions entières. LE POUVOIR EST AU BOUT DU FUSIL.

    Au delà de tout cela il y a un espoir, et j’en appelle à tous les jeunes congolais, de l’intérieur et de l’extérieur de refuser de sous traiter le combat de la Libération aux générations du passé. Ce combat est le votre, c’est de votre avenir qu’il s’agit et non du passé de vos parents.

  3. VAL DE NANTES ,. dit :

    SASSOU après SASSOU , ce sera la catalognite au CONGO .Le CONGO n’a jamais souscrit une assurance anti sécession .
    L’entêtement des NGUESSO à vouloir sucer les mamelles du trésor public , mettra la communauté internationale devant une équation dont seule EINSTEIN aurait la solution ;;;;;;;;;;;;;;;;;;.
    D’accord , avec @KOO’GOH et @BALONGA les armes doivent parler , c’est la solution dont les NGUESSO semblent friands ;;;;.

  4. VAL DE NANTES ,. dit :

    LE CONGO , tel un malade vit un harcèlement médical .Le but , c’est le réduire à néant , telle une personne atteinte d’AVC …….
    Lui faire perdre toutes ces facultés physiques et morales , et y installer une dynastie d’un autre âge.
    A NOUS CONGOLAIS , de nous plier en quatre , pour chasser cette vermine .

  5. Pauvres de Vous Aveugles dit :

    Au fait, qui sont réellements les vrais opposants au Congo? QUI?
    Ridiculisez-vous, s’il vous plait, en les citant en revanche nommément: on attend.

    Eternels assistés_

Laisser un commentaire