L’analyse du chaos politique au Congo-Brazzaville. Par Wilfrid DANDOU

 

 

Douze années après la parution de l’ouvrage « Un nouveau cadre constitutionnel pour le Congo-Brazzaville » de Wilfrid DANDOU , notre Rédaction vous invite à (re)lire cet ouvrage de référence publié en 2005 qui décrivait et analysait déjà la sociologie politique malsaine au Congo-Brazzaville, cause du sous-développement, de la violence politique et du système dictatorial qui écrase tout sur son chemin. Après avoir lu les pages qui suivent, beaucoup seront stupéfaits d’être passés à côté d’une analyse prémonitoire !

LA RÉDACTION


Wilfrid DANDOU
Ingénieur INHC (Algérie) en Economie Pétrolière,
Diplômé de l’ENSPM (France) en Economie de l’Energie
Titulaire d’un Doctorat en Economie de l’Université Paris 2,
Ingénieur certifié en technologies Microsoft.

Membre de l’Association Citoyenne de Solidarité du Congo-Brazzaville.

Cliquer sur ce lien pour acheter le livre de Wilfrid Dandou

Diffusé le 01 décembre 2017, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles, LIVRES A LIRE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à L’analyse du chaos politique au Congo-Brazzaville. Par Wilfrid DANDOU

  1. KOO' NGOH dit :

    Très édifiant… Bravo!
    Une phrase retient fortement mon humble attention :
    « La vérité est que l’impunité, qui tire sa substance de l’impunité du chef de l’état, est inscrite dans nos textes constitutionnels… »
    Tout est dit dans ces mots… Les prétendus autoproclamés analystes des réseaux de caniveaux ne pourront rien dire… Une vérité pareille les éclabousse et les rend mal à l’aise. Alors qu’ils se taisent à jamais ensemble avec leur sassou.

    KOO’ NGOH

  2. Mingwa BIANGO dit :

    Cher Wilfrid,

    Édifiant et excellent sont les premiers adjectifs pour définir ton ouvrage.
    Je sais que nous pouvons compter sur toi pour conceptualiser et mettre en place des outils pour la restauration de la démocratie dans notre pays.

  3. Anonyme dit :

    Une phrase:
    « Un crime ne l’est plus lorsque c’est le père, le frère, le cousin, l’ami ou la personne de son coin qui en est l’auteur »

    Notre niveau de tolérance voir de complaisance est effarante lorsqu’il s’agit d’un membre de la même fratrie ou communauté alors qu’au contraire l’aversion que nous devrions avoir envers ces individus devrait plutôt être décuplées.

  4. @  » Une phrase:
    « Un crime ne l’est plus lorsque c’est le père, le frère, le cousin, l’ami ou la personne de son coin qui en est l’auteur »

    Attention à l’amalgame : ce que dit cette phrase n’est vrai que pour quelque 3% de la population congolaise ( citadins fanatiques des partis politiques). En réalité, le peuple congolais n’a jamais adhéré à l’idéologie de l’exclusion donc de la méchanceté. Parcourez le Congo pour vous en convaincre. En un mot, les méchants de tout bord ont échoué dans leur entreprise de vouloir diviser le peuple congolais. La banalisation des mariages inter tribus est le phénomène qui sauvera à jamais l’unité nationale.

Laisser un commentaire