Congo: Programme décennal agricole : échec d’un gouvernement !

Les stratégies du développement agricole qui couvrent la période décennale allant de 2004 à 2013, entrent dans sa phase finale, en dépit du regain d’espérance des impasses agricoles suscitées. C’est le postulat que j’émets aimant profondément et passionnément ce pays qui nous appartient.

Si le gouvernement se vente des résultats enregistrés par le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pèche en nous mettant en ligne des vidéos sur youtube pour masquer son incompétence notoire, ce divertissement fait penser à une personne qui croit avoir raison en parlant fort.

Ces actions exposées en détail pour produire des relances agricoles et atténuer la pénurie alimentaire n’ont pas permis de relever les défis suivants : assurer la souveraineté alimentaire, la sécurité alimentaire et le développement rural.

Durant toute la phase décennale, aucune des différentes biennales qui ont émaillées les stratégies de relances agricoles n’ont fait l’objet d’une supputation. Le gouvernement sous la houlette du chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso, est incapable de mettre en œuvre les politiques agricoles et alimentaires qui donnent la priorité à l’intérêt public.

Cette assertion, à elle seule représente bien la gestion de l’insécurité alimentaire au Congo, l’incapacité de réduire les importations qui ne sont pas adaptées à l’alimentation locale et rehausser l’agriculture pour atteindre l’autosuffisance alimentaire ratée de l’an 2000, l’émergence d’un mieux être par les populations. Malgré la multitude des programmes gouvernementaux, la production locale est insuffisante pour satisfaire la demande relative aux locaux.

C’est toujours la croix et la bannière pour ceux qui vivent du travail de la terre, eux qui ne connaissent ni or, ni cobalt, ni coltan, ni pétrole si ce n’est pas l’expropriation des terres qu’ils  mettent en valeur qu’ils subissent par des politiques approximatives. Ils sont victimes des mauvaises mesures d’accompagnement de financement et des détournements de fonds.

Ainsi, les programmes agricoles d’aujourd’hui connaissent les mêmes difficultés d’il ya cinquante ans, c’est le grand enfumage !

Pour que le Congo se relève, il lui faut des idées, pour avoir des idées, il faut travailler ! Mettons-nous donc au travail et nous finirons par avoir une idée pour un Congo, un et indivisible.

Il n’y a pas pire sourd que ceux qui ne veulent pas entendre, un mécontent est un pauvre qui réfléchi et quand on ne veut plus de vous, partez au lieu de s’imposer.

Le crapaud entend les nouvelles du village au fond du puits.

 

Armand Mandziono alias Cabri mort

Militant politique

 

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.