Sassou-NGuesso et son Université disparaîtront dans le fleuve Congo. Par Rigobert OSSEBI

Denis Sassou Nguesso sera le 11 décembre prochain à Paris, ou peut-être même avant pour participer au One Planet Summit organisé le 12 décembre par l’Elysée. Le Congo, qu’il dirige, est un pays TOTALement corrompu et, quasiment-complètement, dirigé par des incapables. La corruption et l’incompétence vont souvent de pair ;  chacune constitue un crime absolu pour le jeune pays qu’est le riche Congo. Mais des deux maux, le dernier est bien le pire !

Que tous ceux, qui s’approcheront à Paris de la délégation congolaise, aient bien conscience dans la proximité, qu’ils auront avec elle, du degré de leur complicité éventuelle.

La visite du chantier de Kintelé, effectuée le 14 septembre dernier par Clément Mouamba, premier ministre de pacotille d’un gouvernement fantoche, avait attiré toute notre attention. Ce n’était pas tant que le marché de la construction de l’Université Denis Sassou Nguesso (UDSN) ait été attribué, sans appel d’offres apparent à UNICON CONGO, dirigé par Serge Pereira pour un coût prévisionnel de 241 milliards de FCFA (environ 431 millions de dollars) et des grains de sable plutôt que des poussières, mais le fait qu’il était question d’érosion et que le site était menacé. Précisément dans les Dépêches de Brazzaville «Clément Mouamba et sa délégation se sont, en effet, rendu compte des érosions qui menacent le terrain de 350 hectares pour 37 bâtiments attendus. »  

«… menacent… » Que voulait dire exactement, ou plutôt ne pas dire Clément Mouamba ?

Tous ceux qui empruntent la route du Nord ne s’étonnent plus de voir tant d’affaissements de routes, de cimetières et de belles constructions neuves emportées dans des glissements de sable plus que de terrain. Au fil des millénaires, le fleuve Congo, deuxième débit au monde, a façonné à proximité de Brazzaville un environnement sableux sur lequel il est absolument impossible de construire.

Kintelé est à une vingtaine de kilomètres de la capitale congolaise. Dans les années 50, il a été question d’y construire un aéroport. Le Colon (français) décida alors qu’il était impossible de le faire à cet endroit et le site actuel de MayaMaya fut retenu. Au début des années 80, Ambroise Noumazalaye, [membre fondateur du Parti Congolais du Travail (PCT), chef de gouvernement et plusieurs fois ministre] fit construire une belle villa sur le même site choisi pour recevoir l’Université Denis Sassou Nguesso. En quelques années, elle se retrouva dans le fleuve qui s’écoulait non loin de là.

Serge Pereira un entrepreneur soit disant engagé pour le développement du Congo

Clément Mouamba, pouvait claironner devant une presse tout aussi fantoche que lui : «  les travaux confiés à l’entreprise Unicon Congo sont exécutés à environ 27% » (une bonne partie aurait été sous-traitée à une entreprise locale) sans doute pour justifier d’un juteux acompte d’environ 150 millions de dollars à l’heureux bénéficiaire. Bénéficiaire doublement heureux, puisque Serge Pereira est le compagnon d’une des filles de Claudio Descalzi (CEO d’ENI). Sur place, Clément Mouamba et sa délégation se rendirent compte des érosions qui menacent le site choisi pour la construction. « C’est un sentiment de satisfaction, mais en même temps de responsabilité puisqu’il nous a été dit, que compte tenu de la configuration du site, nous avons des grands risques d’érosions, il va falloir parer au plus pressé. Ceci en préservant notamment les lieux par un traitement rapide, urgent et conséquent de ces érosions, poursuivi le Premier ministre »… pouvait-on lire dans la presse officielle. « A quel prix, Monsieur le 1er Ministre ! »

Renseignements pris, des experts français recommandèrent la destruction pure et simple des constructions et le choix d’un autre site. D’autres experts ont été appelés et on voit mal une solution peu coûteuse se mettre rapidement en place qui puisse empêcher l’Université Denis Sassou Nguesso, avortée, rejoindre dans le fleuve la villa de feu-Ambroise Noumazalaye.

Si des sondages sérieux avaient été effectués, nul doute qu’ils auraient démontré l’impossibilité d’y construire le moindre bâtiment et encore moins des amphithéâtres universitaires. La géologie du site consisterait en une superposition de couches sablonneuses et de sables mouvants ; les premières glissant sur les secondes. Les fortes pluies accélèrent ce mouvement en dirigeant la couche supérieure sur laquelle reposent l’Université Denis Sassou Nguesso, les bâtiments, les routes et les cimetières vers le fleuve Congo…

Deux cent quarante et un milliards de FCFA et des poussières ou presque seront perdus ; à moins que l’on entreprenne des travaux titanesques (sans appel d’offres) qui doubleront l’investissement sans garantie aucune de succès… Clément Mouamba a parlé d’érosion. Faux ! Il s’agit en fait de glissement de terrain et qui ou quoi pourrait résister au fleuve Congo ?

 L’incompétence suprême a été installée, en la personne de Jean Jacques Bouya, au ministère des Grands Travaux, en même temps que Denis Christel Sassou Nguesso à la tête ou presque de la SNPC, et Beyinda Moussa au manche à balai d’ECair, par le Guide suprême Denis Sassou Nguesso. [Cette liste n’est pas exhaustive, pour quelle le soit, il faudrait composer un article de 250 pages.] Une petite addition : pertes d’ECair + pertes UDSN = 1 milliard de dollars au bas mot !

Alors qui a fait le choix de Kintelé ? Denis Sassou Nguesso, sûrement mais UNICON Congo aurait dû refuser le site, sondages à l’appui !

Nos pauvres étudiants, sans bourse aucune, entassés les uns sur les autres depuis des décennies à l’université Marien N’Gouabi, ne trouveront sûrement pas de nouveaux bâtiments à la rentrée prochaine. Ni la suivante d’ailleurs ! La maltraitance de nos jeunes se perpétue sous Sassou Nguesso.

Les Congolais depuis une vingtaine d’années encaissent les coups de leur tyran et de sa famille. Ils ont fait le choix de devenir des migrants, ou de rester en acceptant l’extrême pauvreté pour le plus grand nombre. La tyrannie de Denis Sassou Nguesso les emprisonne, les maltraite et croit pouvoir indéfiniment garder le dessus, mais la nature et le fleuve Congo sont bien plus forts et son université sera engloutie. Et tout le reste suivra !

Mais que Clément Mouamba et son éternel ministre-dircab, Rigobert Maboundou, se rassurent : l’Hôtel Edmond 4 ou 5 étoiles nouvellement érigé au Plateau des 15 ans repose sur du solide. Pas besoin de creuser trop profond pour comprendre comment il a été bâti… !

hotel Edmond

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 08 décembre 2017, par www.congo-liberty.com

http://www.adiac-congo.com/content/universite-denis-sassou-nguesso-de-kintele-le-niveau-dexecution-des-travaux-evalue-environ

ACSCB – PHOTOS ET DISTRIBUTION DE KITS SCOLAIRES AUX ORPHELINS VICTIMES DE LA GUERRE DU POOL

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Sassou-NGuesso et son Université disparaîtront dans le fleuve Congo. Par Rigobert OSSEBI

  1. Prince Albert dit :

    Incroyable comment nos dirigeants se nourrissent de nos malheurs. Mouamba qui se presse de financer Pereira dans des prétendus travaux de secours pour être corrompu comme les autres. De quoi s’acheter un 2eme ou 3eme hôtel Edmond

  2. Bulukutu dit :

    Comme le dit l’auteur, il faudra une rallonge budgétaire pour essayer de sauver l’UDSN. La question que l’on peut se poser est de savoir si la société Unicon a fait une contre expertise pour s’assurer des conditions d’exécution de son marché. En tout état de cause, le pouvoir va mettre la main à la poche pour que ce projet sorte de terre, question d’honneur, mais surtout de fuite en avant. Il existe certainement une cartographie des sols soumis à des aléas géologiques concernant B/ville (Nfwa), mais personne ne s’en sert. Résultat des courses, des éléphants blancs qui vont devoir nager.

  3. ' dit :

    Il n’y a rien d’incroyable en cela car le but premier est de siphoner le trésor public par des contrats juteux voila pourquoi il est plus rentable pour cette mafia de se lancer dans des constructions pharaoniques au détriment de simples écoles qui eux ne rapportent rien. Ils en ont rien à foutre que ces édifices soient construits sur des sables mouvants et qu’il faudra y mettre encore la main à la poche.

  4. Anonyme dit :

    Donc Edmond hôtel appartient à Mouamba

  5. sitou Mpaka dit :

    Théophile Obenga chef de ce projet pour éviter tout désagrément à moyen terme devrait faire réaliser une étude du sol à son constructeur qui devait vérifier alors la faisabilité de ce projet . Rien ne fut fait de tout ça ! Ce projet cent pou cent Mbochis Sassou ,BOUYA et l’égyptologue Mbochi Obenga directeur du centre de la sorcellerie Mbochi de N’GOL’ODOUA près d’Edou . Demain nous allons rétablir la république du congo ,nous lancerons une plainte au pénale contre OBENGA pour ces milliards engloutis par la folie de ces trois Mbochis .

  6. Bulukutu dit :

    La mise en concurrence d’un projet de cette envergure aurait permis de faire les meilleurs choix en fonction de la faisabilité technique, économique, architecturale, urbaine, paysagère, environnementale et sociale des projets proposés. La DGGT devrait recourir aux concours de maîtrise d’œuvre pour avoir le meilleur projet au meilleur prix, avec les meilleurs Architectes, techniciens du Bâtiment, etc. Au lieu de cela, elle fait du gré à gré, au détriment de la qualité architecturale et technique des projets. Cela démontre une fois de plus, que les gouvernants congolais baignent dans le culte de la médiocrité et qu’ils n’ont jamais été animé par l’esprit du service public et la notion de biens communs. Les Congolais ont aussi droit à la qualité architecturale et urbaine. Elle n’est pas réservé à certains pays.

  7. Bulukutu dit :

    Kintélé est une ville nouvelle. Cette stratégie urbaine a été expérimentée en Europe avec le succès médiocre qu’on lui connaît, dans les années 70 – 80. Répéter cette stratégie 40 ans plus tard, dans nos contrées est une ineptie qui montre l’inconséquence de nos dirigeants. Idem pour la stratégie de construction des logements sociaux. Ils construisent des grands ensembles à Nfwa 40 après les constructions qui ont été érigées en Europe. Il n’y a qu’à se balader dans les banlieues françaises et anglaises pour voir les désastres sociaux que cela a produit. Et nous on répète comme des moutons, une stratégie qui est vivement critiquée en Europe. Qui conseille ces ministres sur la politique de la ville? On se demande. Il n’y a pas d’urbanistes, au congo? Pas d’architectes, pas sociologues,… pourquoi reproduire des recettes pré mâchées ailleurs qui n’ont aucun encrage au congo? La ville occidentale est- elle le modèle à suivre pour nos villes ?

  8. ' dit :

    Le pourquoi à toutes ces questions est que cela rapporte énormément tous ces contrats véreux surfacturés. Il n’ont jamais eu l’intention de faire des études ou stratégies quelconques de construction seul l’appât du gain facile leur importe.
    Ou en sont les douze Hôpitaux régionaux, surfacturés eux aussi, des éléphants blancs !!! alors que nous n’arrivons mêmes pas à faire tourner un seul hôpital convenablement.
    Comment peut on donner des conseils à une mafia dont le seul but est de s’enrichir à n’importe quel prix.

  9. AD dit :

    Le site n’est pas appropré pour la construction. Mais on devrait savoir tout cela à l’avance. Quels sont ses gens qui se sont accaparés de la gouvernance de notre pays? Avec tous les crimes, génocides depuis des des années, ils ne seraient plus là dans n’ importe quel pays du monde.. Voici le prototype des dirigeants africains qui obligent les Africains à devenir des migrants vendus aux enchère en Libye ou aailleur.. L’auteur de l’article l’a bien écrit: « Nos pauvres étudiants, sans bourse aucune, entassés les uns sur les autres depuis des décennies à l’université Marien N’Gouabi, ne trouveront sûrement pas de nouveaux bâtiments à la rentrée prochaine. Ni la suivante d’ailleurs ! La maltraitance de nos jeunes se perpétue sous Sassou Nguesso.
    Les Congolais depuis une vingtaine d’années encaissent les coups de leur tyran et de sa famille. Ils ont fait le choix de devenir des migrants, ou de rester en acceptant l’extrême pauvreté pour le plus grand nombre. La tyrannie de Denis Sassou Nguesso les emprisonne, les maltraite et croit pouvoir indéfiniment garder le dessus, mais la nature et le fleuve Congo sont bien plus forts et son université sera engloutie. Et tout le reste suivra ! » Congolais! Mobilisons nous. On ne peut pas continuer à tolérer tant d’idioties, de crimes et génocides au Congo..Il faut vite se mobiliser pour éviter l’irréparabe.

  10. AD dit :

    lie:Quels sont ces gens si idiots , criminels qui se sont accaparés de la gouverance de notre beau et potenciellent siriche pays le Congo?

  11. le fils du pays dit :

    En septembre 2011,j »avais effectue une visite de courtoisie a nos Architectes et Ingénieurs au Ministère de Nsilou(l’Architecte virtuel) que lamentations.Ces cadres carrément negliges et mis a l’écart par le système Sassou,ses parents et ses amis du pct.Ces talents Congolais ne sont memes consultes,leur point de vue en tant technicien ne compte.Mr Sassou,ses parents et ses amis préfèrent faire tout avec les étrangers qui viennent au Congo mains vides et deviennent riches en un clic de doigt. Mr Sassou et les siens n’arrivent pas a comprendre que construire ca ne s’improvise pas comme une chanson.Batir,c’est un peu comme faire un plat, il faut réunir tous les ingredients pour sa réussite.
    Le Congo un pays d’Architectes et des Ingénieurs mais les projets sont realises de façon anarchique que ca soit par les sociétés étrangeres souvent en collusion avec le système Sassou ou par les locaux toujours proches du système.Un gâchis qui dure des décennies,Mr Sassou et ses amis n’arrivent pas a se ressaisir et de charger leur manière de faire.Prendre le temps d’étudier le projet,confier sa realisation aux entreprises sérieuses compétentes et faire le suivi.
    Mr Sassou et les siens se trompent, ils doivent savoir que les étrangers ne batiront jamais le Congo,ceux sont les cadres Congolais qui le feront.
    Si Mr Sassou et ses amis avaient une bonne foi,ils auraient lance un colloque pour la reunion de tous les cadres Congolais de l’étranger et de l’intérieur.Les bonnes idées jaillissent en discutant.
    Il faut se rendre a l’évidence quet les gens de l’axe Boundji-Ollombo-Oyo et leurs amis étrangers(chinois, indiens,italiens,francais,libanais etc) ne peuvent pas tout faire ni tout réussir.
    Si nous réalisons un petit ratio entre les énormes sommes englouties dans tous ces projets bidons et leur realisation, le résultat fait froid au dos.

  12. Bulukutu dit :

    Nous savons tous qu’ils font cela pour l’appât du gain facile. Si encore ils volaient avec intelligence en se drapant derrière des considérations patriotiques. Mais tout est grossier chez eux. C’est tellement grossier qu’on se sent obligé de leur rappeler les fondamentaux. Quel héritage garderons-nous de l’ère Nguesso sur le plan de l’urbanisme et de l’aménagement? Des éléphants blancs à n’en plus finir et des dettes colossales. Des Bâtiments inadaptés aux besoins des populations locales sans réelle utilité. Juste des prétextes pour des affaires juteuses s’inscrivant dans l’immédiateté de leurs petite vies minables qu’ils n’emporteront même pas au paradis. Une triste petitesse d’esprit qui ne pense jamais à s’inscrire dans la postérité en transcendant leur petite condition de simples mortels Congolais de passage sur terre. Alors que la mort est à portée de main pour le Congolais lambda, ils ne pensent qu’à s’en mettre plein les poches. Encore et encore. Pour preuve, le premier ministre actuel semble déjà avoir été piqué par le virus de la Nguessoïte aiguë : nous avons vu l’hôtel Edmond au plateau.

  13. Bakala Telema dit :

    Beto yindika kikongo, parlons bien.
    Si je vous comprend, l’hôtel Edmond appartient à clement mouamba ou rigobert mamboundou?

  14. Revelino dit :

    Sincèrement, vous croyez que ces gens aiment le Congo et les congolais en particulier. Bulukutu, tu perds ton temps à disserter sur les conditions normales d’attribution d’un marché. C’est une perte de temps.

    La vérité est que Sassou n’aime pas les congolais. Cet homme n’a jamais aimé les congolais. Le but inavoué de ce monsieur est de faire des congolais esclaves dans leur propre pays. De mémoire , jamais un homme n’a autant fait de mal à ce pays que ce monsieur. Entendre son nom me donne des ulcères.

  15. Anonyme dit :

    Ah béno ! Rome ne s’est pas construite en un jour.

  16. Bulukutu dit :

    @Revelino. Je ne fais pas d’illusions sur le patriotisme de la Nguessosphère. Comme je l’ai dis, le foisonnement d’inepties et comportements aux antipodes de ce qu’un état normal doit faire, pousse à enfoncer des portes ouvertes.

  17. lirta dit :

    On ne peut pas continuer à tolérer tant d’idioties, de crimes et génocides au Congo. Il faut à tout prix punir Sassou et ses complices

Laisser un commentaire