Sassou-NGuesso planifie l’arrestation de Gilbert Ondongo, pour sauver les siens ! Par Rigobert Ossebi

 

Bouya et Ondongo , 2 des plus grands fossoyeurs du Congo-Brazzaville

A peine rentré de sa bérézina parisienne, durant laquelle il s’est humilié devant le jeune Président Macron, Denis Sassou Nguesso, fort des conseils prodigués par sa vieille clique françafricaine, s’est décidé à passer à l’offensive.

L’arrestation de Gilbert Ondongo, l’ex-Sinistre des finances et actuel Sinistre de l’économie, serait imminente…

La nouvelle ne surprendra personne. Gilbert Ondongo était depuis longtemps dans le collimateur du dictateur et plus encore de ses rejetons Kiki, Coco, Bouya… Récemment, son palais d’Owando a fait l’objet d’une fouille complète par des éléments de la Garde Républicaine qui n’avaient trouvé qu’une petite dizaine de millions de FCFA, très loin des milliards espérés. “Le Petit ministre”, comme on l’appelle au Portugal,  y avait fait les choux gras de la presse locale dans l’affaire ASPERBRAS/José Veiga. Les informations de congo-liberty.com, sur ce sujet, avaient été reprises par Le Monde, pour son séjour à l’Hôtel Danieli à Venise, dans la suite offerte par ces derniers. Des millions d’euros, aussi, avaient été trouvés dans la villa, à Lisbonne, qu’il avait reçue du trop célèbre homme d’affaires portugais José Veiga. Cette affaire, néanmoins, coûta au ministre peu scrupuleux (comme tous les autres) son poste aux Finances pour se retrouver “que” ministre de l’Economie, loin de la gestion des coffres et comptes de l’Etat.

Après avoir perdu le contrôle de l’argent de la dictature, perdra-t-il sa liberté ?  Qui versera une larme de le voir rejoindre ainsi le Général Mokoko et tous ses compagnons  d’infortune  ?

Sassou reprocherait, à celui qui depuis une vingtaine d’années l’a accompagné dans ses détournements, d’avoir financé discrètement la campagne présidentielle du Général Jean Marie Michel Mokoko. “Lorsque l’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage !”

Il se murmurait aussi à Brazzaville depuis un moment, que Gilbert Ondongo et son mentor ne s’entendent plus à cause de la mauvaise gestion des fonds qui devaient être gardés pour les générations futures. Mais qui des deux serait le plus coupable ? Autre motif : « Gilbert Ondongo aurait demandé à l’entourage du tyran de respecter les engagements pris envers son parent, Pierre MOUSSA, qui était pressenti pour devenir président du Sénat. Ce dernier avait été écarté pour avoir échoué dans  une importante mission, qui était de convaincre le Général MOKOKO de ne pas se présenter à l’élection présidentielle de mars 2016.

Et pour couronner le tout, dernière rumeur, Pierre MOUSSA et Gilbert Ondongo voulaient que le clan Sassou NGuesso, y compris eux-mêmes,  rapatrient les fonds cachés en Chine et ailleurs. N’importe quoi !

Sassou Nguesso, pour satisfaire aux prétendus sacrifices réclamés par le FMI, offrira aux experts de ce dernier, la tête d’Ondongo sur un plateau ; pour faire bonne figure certes, mais  surtout pour protéger les siens, neveux et enfants indignes, en jetant en pâture à l’opinion nationale et internationale “l’homme qui aura été responsable de tous les maux qu’a connu le Congo…!”

Gros poisson ou menu fretin, d’autres suivront Ondongo dans la bétaillère qui le mènera à la mort lente en prison. Ce sera à la plus grande joie du FMI qui pourrait alors ouvrir ses robinets financiers en rendant grâce à Sassou “l’homme de la paix, l’homme qui protège l’environnement, le bâtisseur infatigable et le combattant acharné de la corruption.” Vaste fumisterie ! En vérité, c’est bien lui “le Parrain de la Françafrique et de ses lucratifs réseaux financiers ” qu’il faut absolument sauver !

Aussi jolie que soit cette médaille pour le Fonds Monétaire International de Madame Lagarde, elle a un revers. Déjà le harcèlement judiciaire, que vient de subir le Général Dabira sous le coup d’un mandat d’arrêt international dans l’affaire des 353 disparus du Beach, démontre le peu de respect que Sassou Nguesso témoigne envers ses lieutenants les plus proches de son camp ; ceux qui l’ont amené au pouvoir, qui ont trucidé pour lui et qui ont été à son service, tout en se servant évidemment. Le malaise est grand parmi eux. Qu’ont-ils besoin d’être emprisonnés, empoisonnés ou maltraités pour sauver Bouya, Kiki ou Coco, et même un Denis Sassou Nguesso qui déraille complètement ?

La tension est grande et malsaine au sein du pouvoir. Jean Baptiste Ondaye, le Secrétaire général de la présidence vient d’en faire un sérieux malaise, ce dimanche, dans l’église de Lékana alors qu’il était en compagnie de Florent Ntsiba. Il était dans l’attente d’une évacuation vers les hôpitaux fermés ou en grève de Brazzaville.

La peur était le lot des petits, des obscurs, des sans-grades et des opposants qui ne pouvaient l’ignorer. Aujourd’hui, les barons, les nantis et les puissants s’en inquiètent également ne sachant dans quelle folie sombrera le régime et à quels sacrifices politiques et humains il consentira pour se sauver…en fait,pour sauver les Nguesso !

 

Par Rigobert Ossebi

 

Diffusé le 18 décembre 2017, par www.congo-liberty.com

Mingwa BIANGO décrypte l’affaire jose veiga et ses ramifications avec Sassou-Nguesso

L’affaire José Veiga a fait la une des médias portugais au mois de février. Elle implique aussi le Congo car les enquêteurs ont découvert 8 millions d’euros dans une villa qui appartiendrait à Gilbert Ondongo, le ministre congolais des finances.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Sassou-NGuesso planifie l’arrestation de Gilbert Ondongo, pour sauver les siens ! Par Rigobert Ossebi

  1. Pascal Malanda dit :

    Si son arrestation est imminente, qu’attend-il pour disparaître pendant qu’il est encore temps ?

    Entendons-nous, je ne suis pas pour l’impunité, loin de là. Mais s’il faut arrêter Ondongo pour détournement de deniers publics, il faut aussi arrêter tous les autres pour le même crime économique. Et dans ce cas de figure, il faudra commencer par le sommet.

    Si la rumeur sur le rapatriement de l’argent caché en Chine est vraie, ce serait quand-même curieux que ceux qui proposent cette démarche (une faute avouée étant à moitié pardonnable) soient menacés tandis que ceux qui s’y opposent ne sont pas du tout inquiétés.

    Tout le monde a compris la profondeur de la crise et du mal que traverse le Congo. Les acteurs en sont connus. Le régime ne peut plus être sauvé de la débâcle.

    Il est encore temps: Rapatriez l’argent volé, demandez pardon au peuple, il a le pouvoir de la clémence. Mais si vous persistez à ruiner le pays et à le conduire à la guerre programmée selon le principe « après nous le déluge », je ne donne pas cher de votre peau.

  2. COCO752158 dit :

    Le tribalisme toujours le tribalisme ! Mais nos parents ne veulent pas comprendre qu’il y aura toujours des antagonismes entres les gens de « okémbal’aambouma » (OWANDO)donc les kouyous et les M’bochis d’EDOU ! Voilà que le navire coule et qui est sacrifié en premier ??? N’ est ce pas tout le système qui devait être balayé ???? A commencer par lui même le « chef d’orchestre « ??? jE NE SUIS PAS CONTRE LA JUSTICE A L’ENCONTRE DE TOUS CES GENS mais qu’il n’y ai pas deux poids deux mesures !!!

  3. Bulukutu dit :

    Tout dépend de celui qui rendra la justice que nous réclamons. Si ce sont ceux qui volent et leur complices internationaux, ce sera peine perdue.

  4. ' dit :

    Tous ceux qui ont partagés la table du diable peuvent prétendre un jour au baiser du serpent tel que Marcel TSOUROU pour les explosions du 4 mars 2012 et Gilbert ONDONGO pour pillage du trésor public. A qui le tour

  5. Lucien PAMBOU dit :

    A tous,

    je n’ai pas disparu. Si les propos de Rigobert Ossebi sont avérés, il apporte de l’eau à mon analyse réseautale qui vise simplement à démontrer que dans le réseau, le noeud central est au coeur de l’organisation du réseau. Quelle que soit la puissance d’un élément du réseau et de sa trajectoire, il n’est rien dans le réseau par rapport au centre. Méditez et méditez encore. Je suis dans l’analyse et non dans l’empathie. Je vois et j’entends d’ici les hurlements et les cris d’orfraie. Le réseau existe, désolé pour vous membres de Congo Liberty qui pensez le contraire.

  6. sitou Mpaka dit :

    Congo liberty vous êtes un site sérieux vous devrez le rester , après la grande compagne de diversion Nianga Bouala ,Dabira deux rigolos ,on passe à celle de Gilbert Ondongo pour simplement détourner l’attention des populations qui depuis vivent une crise sans précédent un pays où même les hôpitaux sont fermés . Sassou , Ondongo , Bouya , ce n’est pas avec ceux qui ont crée les problèmes qu’il faut espérer les résoudre . Chers compatriotes ne tombons dans le petit jeu du chef de la barbare Mbochi sassou…

  7. KOO' NGOH dit :

    Qu’il l’attrape vite vite et qu’il le tue….
    Dieu, mais qu’attend-il?… Qu’il le fasse à la vitesse « Grand V » comme on le dit…
    Puant sassou, tue, tue et encore tue-les, comme tu as fait avec ADOUA, NTSOUROU et autres …
    Mais Merde, qu’attends-tu espèce de fripouille de sassou? Qu’attends-tu pour zigouiller cet ONDONGO de Merde?
    Nous, on attend à ce qu’ils s’entretuent, mais pas à petit feu, plutôt vite et rapidement.

    KOO’ NGOH

  8. C’est trop facile de sacrifier le pauvre kouyou alors que les vrais fossoyeurs sont d’Oyo.

    Non, on doit arrêter avec ces demons du tribalisme.

    Ce que les congolais exigent c’est le rapatriement de l’argent volé. Que ceux qui ont construit des routes imaginaires de 137 kilomètres rendent cet argent volé.

    Tous savons qu’au congo, bouya fixe le kilomètre de bitume à 2 milliards de CFA. Donc les 137 kilomètres de route réalisées dans sa tête lui ont rapporté au bas mot 274 milliards de cfa.

    Voilà un cas précis que le député Ibovi, d’Oyo, nous a révélé. Que disent-ils?

  9. le fils du pays dit :

    Je crois que la facilite de s’enrichir en un clic d’oeil est l’un des facteurs qui poussent les cadres Congolais faibles militaries et civils a adherer le systeme de Mr Sassou.Les.exemples sont nombreux.Comment Mr Ondongo qui critiquait ce regime dans un foyer sonacotra a ville parisis est il devenu l’un des siphonneurs de deniers publics.Mr Sassou risque de le sacrifier comme il a fait avec Mr Ngouabi.

Laisser un commentaire