130 ans après la conférence de Berlin, Donald Trump s’invite aux Congo…Par Rigobert Ossebi

TRUMP-SASSOU : la photo truquée des services secrets de Brazzaville

Kabila et Sassou seront ses premières victimes

La conférence de Berlin avait permis le partage et la division de l’Afrique entre les quatorzes puissances qui y ont participé. Sur une initiative du Portugal, Bismarck l’organisa. Elle commença le 15 novembre 1884 pour se terminer le 26 février 1885. L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Belgique, le Danemark, l’Empire ottoman, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suède-Norvège ainsi que les États-Unis s’y étaient retrouvés. La partition des Congo fut l’objet d’une conférence préparatoire. La conférence de Berlin aboutit principalement à édicter les règles officielles de colonisation. Les peuples et les rois africains, totalement ignorés, ont été tenus à l’écart de toutes les discussions.

Eric Vuillard, Prix Goncourt 2017, dans son récit “Congo “ a écrit :” On n’avait jamais vu tant d’Etats essayer de se mettre d’accord sur une mauvaise action. Il avait fallu bien de la puissance à l’Allemagne et bien de l’habileté à Bismarck pour faire venir tout ce beau monde et ordonner cette conférence…

La France y a été représentée par Alphonse Chodron de Courcel. Il avait été mandaté par Jules Ferry et par Léon Gambetta. Chodron était habile diplomate, toujours selon Eric Vuillard dans « Congo » (publié chez Actes-Sud). “Il avait le don de sourire et de penser en même temps…” « Chirac l’Africain » épousa, moins d’un siècle plus tard, la digne descendante du diplomate. Et Vuillard de souligner : “Mais l’on sait moins que Georges Chodron de Courcel, notre contemporain et son parent, sans doute un brave monsieur, était à vingt-huit ans, en mille neuf cent soixante-dix-huit, responsable des études auprès de la direction financière de la BNP. Il est aujourd’hui, aux dernières nouvelles, membre du conseil d’administration de Bouygues, président de la Compagnie d’Investissement de Paris, de la Financière BNP Paribas, vice-président (on ne peut pas toujours être en tête) de Fortis Banksa/NV (Belgique), adminsitrateur de Nexans, d’Alstom, de la Foncière Financière Participations, de Verner Investissements, d’Erbé SA (Belgique), du Groupe Bruxelles Lambert SA (Belgique), de Scor Holding (Suisse), et j’en passe, membre du Conseil d’Administration du conseil de surveillance de Lagardère SCA, censeur d’Exane, on n’y comprend plus rien…”

Ajoutez à cela, l’étonnement de Jean-François Probst dans “Chirac mon ami de trente ans” sur l’ascension d’un Patrick Maugein dans l’or noir. Ce Polytechnicien corrézien créa le groupe SOCO International qui valait à son décès, le 5 décembre 2006, 5 milliards de dollars à la Bourse de Londres. Chez Total, à la Tour anciennement ELF, il était connu comme “l’homme de Chirac”.

Le gâchis congolais, pour la République française et pour les Congolais, se résumerait-il seulement à la bonne fortune de quelques-uns ? Car de l’influence réelle de la France, il ne reste pas grand-chose: – le pétrole d’une compagnie pétrolière (Total) détenue à 70% par des investisseurs étrangers,

– un port (Bolloré) dont le contrat arraché par Sarkozy n’a même pas été signé par un ministre ou par le dictateur,

– une ligne aérienne (Air France) sur les cendres toujours fumantes du DC10 d’UTA qui a failli ne plus être juteuse à cause de la concurrence qu’ECair morte-née devait lui livrer…

Des centaines de milliers d’emplois perdus, de part et d’autre, sur l’autel de la folie dépensière d’un petit groupe de malfaiteurs, blancs et noirs… le véritable développement complètement raté dans un désastre économique mené de main de maître par un monument d’incompétence, Sassou Nguesso, et son gang mafieux !

Ainsi, tous les mercredis, pendant des mois, les Courcel, Malet, Busch, Kusserow, Szechenyi, Lambermont, Vinci, Benomar, Kasson (pour les USA), van der Hoeven, Penafield, Serpa Pimentel, Kapnist, Bildt, [les représentants de chaque Etat présent] se retrouvent invariablement, et disputent de tout ce qui concerne le bassin du Congo. Car bientôt la conférence ne tourne plus qu’autour de ça, le Congo. L’affaire du roi des Belges.”

Tant de discussions pour en arriver, « après le défrichage, l’installation des comptoirs, les massacres… » et les indépendances à ce naufrage en 2018 ? Le Congo a été divisé très inégalement en défaveur de la France, le Roi des Belges concédait à tous les autres Etats la liberté de commercer dans son Congo personnel. Néanmoins, avec la Belgique pour voisine, Chodron de Courcel pouvait compter sur deux leviers puissants, la Francophonie et l’Eglise.

Aux indépendances, les intérêts personnels et privés prirent le relais des Etats et de leurs institutions au détriment des populations. Petit à petit, la corruption devint la règle entre des dirigeants soutenus par les anciennes puissances coloniales et les émanations privées de ces dernières, le plus souvent dénudées de tout principe. Le désastre actuel, que l’on constate dans la plupart des pays et surtout dans les deux Congo, ne peut que confirmer cette affirmation. A Brazzaville et surtout à Oyo auprès de Sassou Nguesso, l’ancien coursier de Jacques Chirac est devenu Empereur…

Cent trente trois années après la Conférence de Berlin (dont les trente-quarante dernières années dans les mains des marionnettes Kabila et Sassou Nguesso) il apparaît clairement que l’actuel président américain, Donald Trump, plus “businessman” que “diplomate” ne se sent plus du tout engagé par ce qu’avait signé John A. Kasson en 1885.

Le 21 décembre dernier, à la Maison Blanche, il a donc promulgué une Executive Order Blocking the Property of Persons Involved in Serious Human Rights Abuse or Corruption” (Ordonnance Bloquant les Propriétés des Personnes Impliquées dans de Graves Violations des Droits de l’Homme ou de Corruption).

Le premier à ouvrir le bal des sanctionnés a été Dan Gertler, le richissime israélo-sud-africain, important actionnaire de Glencore, inconditionnel soutien financier de Joseph Kabila (il devait tout à Laurent Désiré Kabila qui lui avait accordé la commercialisation des diamants de la MIBA). Tous ses comptes bancaires ont été bloqués partout dans le monde. Même et surtout en Israël. En frappant au portefeuille de Dan Gertler c’est avant tout et surtout Kabila qui est atteint en même temps que tous ses relais et soutiens locaux.

Dan Gertler ne se relèvera pas et Kabila le précédera dans sa chute.

De l’autre côté du fleuve, l’”Executive order” de Donald Trump a eu également pour effet de contraindre les compagnies israéliennes de sécurité à laisser tomber Sassou Nguesso. Immédiatement ! Le dirigeant de l’une d’elles, M.L., était à Brazzaville ces derniers jours pour veiller au départ de ses troupes et pour leur faire plier bagages. Ces sociétés israéliennes ont trop d’intérêts aux USA, où elles ont de très gros contrats dans la sécurité de sites stratégiques, pour passer outre la décision de Donald Trump.

Mais rassurons-nous, elles ne seront pas les seules à s’exécuter devant les instructions de ce dernier… Les principales compagnies pétrolières opérant au Congo, Total, ENI, sont cotées à Wall-Street et vont se retrouver directement concernées par ce double tour de vis américain. Certains actionnaires privés, des champs pétroliers congolais, sont dans le collimateur de l’impitoyable SEC; si ce n’est déjà dans ses griffes acérées…!

La principale question, qu’il faut poser concernant le pouvoir kleptocrate, corrupteur et corrompu de Sassou Nguesso est : “QUI EST LE DAN GERTLER DU CONGO BRAZZAVILLE ?”

En d’autres termes, “qui fait réellement les salaires de la fonction publique de Sassou Nguesso, de son armée, de ses policiers, et de ses mercenaires-assassins patentés ? Qui contribue, par ses financements, aux graves violations des droits de l’homme par un flot ininterrompu d’argent frais ? Qui également entretient la corruption par des moyens très sophistiqués ? Des informations circulent sur des soutiens financiers qu’apporteraient les principaux pétroliers de la place au prétexte “qu’ils ne voudraient pas l’abandonner dans la tempête…” (Si tel était bien le cas, “l’Oncle Donald-Sam” le saura bien vite !)

Autre question : « les moyens financiers que le Fonds Monétaire International de Madame Lagarde, sous les pressions de Dominique Strauss Kahn et de la Banque Lazard de Matthieu Pigasse, libéreraient afin de sauver le système criminel de Sassou Nguesso, entreraient-ils eux aussi dans le collimateur de l’Executive Order du Président Trump ? » Sûrement.

Le repas de la Tour Eiffel avec le Président Macron, ainsi que le défilé du 14 Juillet dernier, sont de lointains souvenirs. De nouveaux enjeux sont apparus. Le pétrole est dépassé ou le sera bientôt. Les minerais rares dont regorge la région, Coltran, Cobalt et autres terres rares sont indispensables au développement des technologies nouvelles. Il est sûrement grand temps pour les USA du Businessman-Président Trump de déclarer caduques les accords de 1885 de la conférence de Berlin.

Paradoxalement, la France continue à bénéficier d’un sentiment presque majoritairement francophile auprès de la population congolaise, malgré toutes les couleuvres qu’il lui a fallu avaler, dont la dernière et assez inattendue de François Hollande sur le maudit référendum. Mais il est sûr qu’il n’en resterait rien, ou presque, si les Américains venaient à les sortir des griffes du diable Sassou Nguesso comme ils l’ont fait avec Modeste Boukadia et le Colonel Marcel Pika ; pendant que le Saint-cyrien Jean-Marie Michel Mokoko, et quelques-autres, croupissent toujours en prison…

D’ailleurs la machine médiatique américaine s’emballe. Télévisions, sénateurs, représentants se sont emparés de la libération de Marcel Pika et de la situation des centaines de prisonniers politiques toujours détenus par Sassou Nguesso ; alors que pas un mot, ou presque, n’avait été dit ou écrit par un quelconque média français lorsque Boukadia fut libéré… !

Le Congo Brazzaville, pour qu’il reste au moins francophone, a besoin de voir la page Sassou Nguesso se tourner vite et complètement, en dehors de toute considération liée à cette conférence de Berlin de 1885 et aux intérêts qu’elle suscite actuellement.

Rigobert OSSEBI

Diffusé le 05 janvier 2018, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à 130 ans après la conférence de Berlin, Donald Trump s’invite aux Congo…Par Rigobert Ossebi

  1. Isidore AYA TONGA dit :

    Etre citoyen c’est être informé, je suis ravi de cet article.
    Nous le savions par ailleurs que les jours de Mr 8% sont comptés et que Donald Trump fait du bon boulot pour la libération du Congo Brazzaville des mains de l’ogre de l’Alima.
    Merci Rigobert Ossebi

  2. AUCUN PRESIDENT AFRICAIN QUI A AU TEMPS TUER COMME SASSOU, ET D’AILLEURS IL CONINUE DE TUER dit :

    sassou is going to step down soon, this is our hope, in 2018
    C’est pour cela que nous disons tant qu’il n’exterminera pas tous les congolais, nous n’accepterions jamais et jamais un gouvernement d’union national avec ce terroriste. Que la France qui est très proche de ce criminel comprenne que les congolais ne veulent plus de ce criminel qui dont la base est le tribalisme. Nous allons nous assoir tous ensemble pour définir les modalité d’une transition vers un état de droit.

  3. PASTEUR NTUMI dit :

    nous voulons tous le départ du criminel sassou, nous soutenons toute initiative pouvant permettre le départ de ce criminel, on besoin de renfort…

  4. Bulukutu dit :

    Paradoxalement, la France continue à bénéficier d’un sentiment presque majoritairement francophile auprès de la population congolaise, malgré toutes les couleuvres qu’il lui a fallu avaler,… Le syndrome de Stockholm est passé par là. Si les deux Clongo basculent dans la sphère anglophone, c’est toute la sous région qui basculera. Avec un président anglophile au Gabon, on pourra alors traverser l’Afrique de l’océan Indien à l’océan Atlantique tout ayant remplacé Molière par Shakespeare. C’est la route de la soie que les chinois ont prévu de construire en Afrique. Si ce que dit notre ami Ossebi est confirmé, on peut alors affirmer que les bouleversements à venir dans la sous-région s’inscrivent dans le contexte de guerre économique que se mènent les grandes puissances partout dans le monde, USA et Chine en tête. La Chine a déjà une grande plate forme logistique à Djibouti. Au Kenya, et en Ethiopie, des infrastructures portuaires et ferrées vont être financées par la Chine. Le Kenya sera donc une des portes d’entrées des produits chinois en Afrique, via la mer de Chine et l’océan indien en direction des pays de l’Afrique centrale jusqu’à l’océan Atlantique. Dans cette guerre économique, entre grandes puissances, la France risque de tout perdre en Afrique centrale.

  5. le fils du pays dit :

    Ah..ah,seuls les Congolais qui attendent les libérateurs Américano-Européens ou Asiatiques.
    Ce n’est pas possible, quel genre de peuple.Oui,Trump enlèvera la fripouille d’Edou pour la remplacer par une autre marionnette.Oui,les occidentaux et les asiatiques sont en guerres économiques peut être meme militaire sur le continent.
    Quand les Congolais apprendront a prendre leur destin en main avec toute dignité.
    Ils semblent être contents dans leur grande majorité de passer entre les mains d’un colon a l’autre.
    Les états unis est la fille d’Europe,les hommes dits blancs ne sont pas imbeciles quand il s’agit de leurs intérêts communs c’est pour dire quoi qu’il arrive les Etats unis et l’empire français s’entendront pour continuer le pillage.Les Congolais,un peuple des illusionnistes et naifs avec des fameux intellos a deux balles.Continuez a rêver dans votre naivite.
    Les Chinois,les Indiens et d’autres peuples travaillent pendant que les noirs attendent que les autres fassent le travail a leur place.
    Les Chinois se sont organises,ils ont travaille et ils travaillent très dure pour être a ce niveau.

  6. Bakala dit :

    Si Trump peut nous aider c’est en arrêtant la banque Lazard de Mathieu Pigasse que sassou vient de recruter pour évaluer sa dette et négocier avec le FMI.

    Ce que cette banque prépare est ce que Goldman Sachs avait fait avec la Grèce qu’elle avait aidé à maquiller les comptes publics en vue de l’aider à entrer dans la zone euro.

    Après moussa Yaya , c’est Mathieu pigasse qui est appelé à la rescousse pour maquiller les comptes publics du congo en contrepartie des millions d’euros en frais de consultation comme Goldman Sachs qui empocha 600 millions d’Euro en conseillant la Grèce sur la façon de maquiller ses déficits budgétaires.

    Christine Lagarde qui fut ministre des finances de la france au moment des faits est au courant de ce que fit Goldman Sachs en Grèce.

    La banque Lazard de Mathieu pigasse est sur les traces de Goldman Sachs pour appauvrir encore de plus bel les congolais. Ils ont dans leur stratégie la titrisation de la dette congolaise en les transformant en produits financiers spéculatifs.

    Souvenons-nous des fonds vautours qui ont mené la guerre à sassou devant les tribunaux américains et anglais. C’est cet avenir que conduit l’association des malfaiteurs banque Lazard et sassou.

  7. le fils du pays dit :

    Il y a peuple president Russe Poutine avait declare:Que le pays qui aura la supériorité sur l’intelligence artificielle, il contrôlera le monde.Henry Kissinger l’ancien secrétaire d’état Américain a son époque avait declare:Que celui qui contrôlera le pétrole,controlera le monde.
    Aujourd’hui on parle de l’intelligence artificielle et la chine contrôle plus de 95% de terres rares d’ou sont tirées les matières premières pour l’industrie de l’intelligence artificielle,elle a également investi beaucoup d’argent pour cette course.Et voila la guerre qu’ils se livrent Asiatiques et Américano-Européens.Pendant que les noirs ne veulent pas prendre conscience et s’organiser.

  8. Lucien PAMBOU dit :

    a fils du pays

    tu sais pourquoi les noirs n aiment pas trop l ‘effort c ‘est parceque ils ont du mal à reflechir en dehors des équilibres mentaux structures par le maitre blanc occidental hier et chinois, turque et bresilien aujourd hui

    on braille beaucoup on s agite beaucoup on injurie beaucoup mais on reste nazes moi y compris bien sur meme si de temps en temps sur les diferents sites dans ce pays je n hesite a critiquer l occident

    ce n est pas la faute de l occident mais la notre, on a ete a l ecole des blancs en essayant de les singer au plan juridico administratif et pas au niveau scientifique. on reste naze et volubile sur la facilite a savoir le discours politique que ma defunte mere victoire tenait avec stratégie pour une analphabet
    a quand des ingenieurs africains et congolais capablse de construire des ponts de creer des machines de levage de produits lourds , de creuser des montagnes pour les tunnels

    vous et moi on sera morts et je ne suis pas sur que nos petits enfants puissent habitues que nous sommes a tendre la main
    ce n est pas de la victimisation mais la triste realite

  9. Lucien PAMBOU dit :

    lire analphabetes et et capable

  10. Bulukutu dit :

    L’Afrique est de nouveau le théâtre de l’affrontement entre grandes puissances. Un nouveau partage de l’Afrique va avoir lieu. Quel rôle pouvons-nous jouer sur cet échiquier? Chasser le pouvoir actuel ne suffira pas à régler nos problèmes, mais il faut bien commencer quelque part. A chaque jour suffit sa peine.

  11. Bakala Telema dit :

    Et la Chine a pris de l’avance sur les autres colons puisqu’elle détient la plupart des dettes des pays africains. Qui détient la dette, détient le pays. Pour preuve, la france faisait la pluie et le beau temps quand elle détenait le gros des pays africains. Depuis que la Chine est apparue dans le décor, la voix de la france est de moins en moins écoutée. Dernièrement, le chef d’état major du Zimbabwe est allé en Chine avant son coup d’état. C’est dire que l’arme de la colonisation à changé.

    Les africains doivent d’abord se débarrasser de leurs dettes pour pouvoir se sortir de ce piège que les autres leur tendent. Mais à l’allure où vont les choses, comme le prouve le cas du congo, la partie est loin d’être gagnée. Voilà le congo, un pays qui s’allie à la Chine pour créer des banques fantômes qui vont racheter sa dette via le transfert de l’argent placé par les kleptocrate s en Chine. Avec le plan désendettement que va présenter la banque Lazard au FMI, les dettes du congo seront transférées à ces banques chinoises et l’argent bloquée en Chine restera en Chine. Ainsi, la main mise sur le congo par la chine va continuer. Les congolais offrant ainsi aux chinois la corde avec laquelle ils seront maintenus en esclavage par la faute de leurs kleptocrates. La banque Lazard empochera ses millions d’Euro comme la banque Goldman Sachs le fit pour le cas de la Grèce.

    C’est fini le partage de l’Afrique par les armées. La dette est devenue l’arme moderne au service de la nouvelle colonisation de certains pays africains. Si la banque Lazard réussit son coup, toutes les recettes pétrolières du congo iront au gouvernement chinois et à ces banques chinoise fantoches qui vont rachetées la dette fabriquée par les kleptocrates congolais. A cet effet, Mouamba Clément avait déjà rencontré Mathieu Pigasse dès 2016. C’était le point de départ de tout ce que nous voyons se dérouler sous nos yeux; l’arrivée de la banque Lazard n’est que l’acte avant l’avant-dernier acte qui va faire passer le congo définitivement sous pavillon chinois.

    Est-ce que la France de Christine Lagarde va laisser faire ce plan de contournement contre la France se réaliser ? Notons que le contournement de l’adversaire est une stratégie militaire que la Chine aime manier comme elle l’a montré avec le contournement de l’Inde dont le dernier acte a été la construction d’une base militaire à Djibouti après avoir construit plusieurs ports autour. De l’Inde.

  12. Anonyme dit :

    A fils du pays,

    Je ne peux qu’applaudir des trois mains si cela était possible.

    Docteurs, ingenieurs, masters,…intellectuels, paysans, chomeurs, politiciens congolais. Tous des naifs. Gros naifs, simplets même.
    Pensant que le salut viendra d’ailleurs, Tous heureux de ne pas se mettre en cause soi même.

    Le fetichisme a trop imbibé nos esprits. Dans le rôle de l’oncle ou du sorcier le blanc, le francais. Quand bien même que ceci n’est pas vrai, mais c’est tellement confortable pour notre petit cerveau, comme au19e siecle.

  13. Lucien PAMBOU dit :

    A Anonyme,

    Bizarre Anonyme, tu ne prononces pas le nom de PAMBOU, alors que c’est moi qui traite de naïfs et de nazes les Congolais incapables de construire des ponts. Ca te gène hein ? Allez, on est gros nazes toi et moi et les gens qui lisent entre les lignes comprennent bien que tu ne peux pas applaudir Pambou car il te surprend et gène ta rhétorique injurieuse à son égard même quand il dit les choses de façon réelle. J’aime bien le mot simplet concernant les nazes africains.

Laisser un commentaire