INTERVIEW D’ALEXIS MIAYOUKOU : Bilan de la table ronde sur les prisonniers politiques ; Trahison de Parfait Kolelas ; Non à l’impunité de Sassou et ses criminels…


De tous les combat de la diaspora du Congo-Brazzaville en France, Alexis Miayoukou s’exprime sur le bilan et les perspectives de la table ronde sur les prisonniers politiques du 13 décembre 2017, ,avec pour but d’en finir aven l’impunité dans son pays. Il parle du divorce entre Parfait Kolelas et les Résistants congolais, et donne son point de vue sur d’autres sujets de l’actualité congolaise…

Diffusé le 10 janvier 2018, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Interview. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à INTERVIEW D’ALEXIS MIAYOUKOU : Bilan de la table ronde sur les prisonniers politiques ; Trahison de Parfait Kolelas ; Non à l’impunité de Sassou et ses criminels…

  1. Anonyme dit :

    Il est temps de comprendre qu’il faut agir et sortir de cette complaisance.
    Face à une dictature il n’y a pas à tergiverser on est pour ou on est contre, Ce sont toutes ces compromissions qui font perdurer cette infamie.
    Tous ces soit disant hommes politiques ou de la société civile qui participent de près ou de loin à entretenir cette mafia qu’ils soient au pays ou hors du pays pays doivent être dénoncés à l’instar des Parfait Kolelas, Tsaty Mabiala et Lucien Pambou etc… pour ne citer que ces exemples et que notre respectable compatriote Félix BANKOUNDA MPÉLÉEt avait qualifié en ces termes ( des théoriciens et militants du rôle positif’ de la dictature et du crime de masse)
    Ce que craint par dessus tout cette mafia c’est la médiatisation internationale de leurs méfaits et ce combat doit être mené par la diaspora.

  2. Makambo dit :

    Oui bien sûr mon cher Anonyme que le combat doit être théorisé, car après la libéralisation consécutive au départ de l’ignoble Sassou, il faudra traiter des dossiers techniques du Congo. Pour cela, il n’est pas vain d’y penser dès à présent, étant entendu que les attentes de notre peuple spolié pendant plus de 20 ans sont tellement fortes, que ceux prendront la relève de la dictature risquent de décevoir ce même peuple.
    C’est vrai que l’urgence aujourd’hui est le départ de Sassou et son système, ce dernier malheureusement n’a pas en face une opposition sérieuse et crédible, pour la plupart sinon tous ont été ces alliés avec lequel d’ailleurs ils ont pillé le Congo. C’est donc une opposition à la fois de façade et opportuniste, qui ne peut en aucun cas scier la branche sur laquelle elle est assise. Ces personnes sont connues, pour en citer quelques uns: Koléla, Dzon, Miérassa, Munari, Tsati Mabiala, Kinfounsia, l’ancien ministre de l’intérieur, les membres du Cap etc…, la liste est très longue.
    Aujourd’hui, notre travail c’est de disqualifier tous ces fossoyeurs du Congo auprès du peuple congolais , qui doit savoir que le salut de la libération ne viendra pas de ces bandits de grands chemins qui se se nourrissent de la misère des congolais.
    Ainsi la disqualification de ces pseudos opposants doit permettre l’émergence d’autres personnes bien à la hauteur de mener sans concession le combat contre la dictature de Sassou.
    Pour cela, un dialogue avec des personnes ayant du sang jusqu’au cou est exclu, Sassou et son système doivent répondre devant la justice de tous les crimes commis. De même qu’une amnistie sur ces crimes n’est pas non plus possible, il est temps de mettre un terme aux tractations politiques et au marchandage de la vie des congolais.
    Dans ce travail d’assainissement de la vie politique, la diaspora a un rôle capital à jouer, il doit guider et impulser le processus nouveau qui sera fondé sur les valeurs d’intégrité et d’intérêt général.

  3. Le frère Miayoukou est le meilleur analyste politique de la diaspora ! Vous aviez raison sur parfait kolélas , encore ce matin à RFI , il conteste l’élection de sassou , mais l’appelle monsieur le président dans le même interview . Sassou qui en 1997 ordonne un pillage d’une semaine dans les quartiers sud de Brazzaville jusqu’à dans le pool profond n’a pas besoin de Ntoumi pour déverser sa haine des Bakongos , comme au Beach de Brazzaville 400 jeunes Laris assassinés , il n’a pas besoin de Ntoumi non plus ! C’est plutôt l’ambiguïté de Parfait qui trahi les populations du pool. Cher Alexis nous devons accentuer l’action des indignés 242 ,car ces barbares Mbochis pour la plupart ont tous des résidences en île de France même en province française ou Jean Dominique OKEMBA en Belgique . Je m’insurge contre les illuminés qui s’emportent facilement contre Ntoumi .

  4. mwangou dit :

    Bonjour à tous…
    Je réapparais après tant de mois de silence… Et au Congo, j’avais opté pour les réseaux sociaux moins exposes que les sites internet à proprement parler…
    A Anonyme (on ne sait pas lequel, car à un moment donne, il y en a eu 2), je suis de votre avis. Au village (appelez le « pays » selon la convenance), les populations sont gangrenés par la fatigue, le ras-le- bol. Nous sommes assommés. Et le tyran est en passe de l’emporter sur les populations. Le tyran a bien compris la donne…
    Aussi, je redis ce que j’avais, avant l’élection de mars 2016, soutenu à savoir: si l’on n’est pas capable de tuer, il ne faut pas se mettre en travers du chemin d’avenir jonché de ruptures, de Sassou Nguesso. Lui vous tuera dès qu’il vous débusque… Et en politique, le crime, l’assassinat, paie bien mieux que la rhétorique. Pour cela, il ne faut pas sous estimer les proverbes qu’affectionnent les tyrans: Ebonga ébonga te, toujours meilleur (SBB); le ciel ne tombera pas…
    je m’en remets à la lassitude qui a gagné les populations.

  5. AD dit :

    Le 27 septembre 2015, une manifestation d’une ampleur inédite pour protester contre le changement de la constitution par le président illégal, autoproclamé , Sassou Nguesso qui se préparait à briguer un troisième mandat, avait eu lieu à Brazzaville au Congo. Pendant cette journée historique pour le « Non au coup d’Etat constitutionnel »,des Congolais venus de différents coins du Congo s’étaient rassemblés sur plus d’ un kilomètre, le long du boulevard Alfred-Raoul; ex boulevard des armées.Un hélicoptère des Forces armées congolaises survolait sans cesse la manifestation et intimidait la foule en l’occurrence des soldats, militaires, miliciens du pouvoir illégal postés partout. Sassou Nguesso ayant décidé de changer, à tout prix et illégalement la constitution, entant que lui-même garant de la constitution, avait autorisé ses militaires, policiers, miliciens de tirer dans la foule, faire des morts,des arrestation pour stopper net le soulevement populaire. Des centaines de mort étaient ‘a déplorer à Brazzaville comme à Pointe-Noire. Au moyen des armes, de l’ intimidation et de la trahisant de certains dirigeants de l’opposition, la vaste mouvement contre le coup d’état constitutionnel n’avait en fin de compte, pas frainé le tyran génocidaire, Sassou Nguesso de changer la Constitution en octobre 2015, Parmi les prisonniers politiques les plus connus,figure Paulin Makaya emprisonné arbitrairement pendant cette période. Le hold-up électoral pour le troisième mandat illégal du tyran Sassou Nguesso, en commançant par le changement illégal de la constitution, qui cyniquement avait eu l’aval de l’ex Président de la France,François Hollande et qui avait opté selon les principes diaboliques de la Françafrique appuyé publiquement la dictature sanguinaire, le terrorisme d’état indéfendablse, en déclarant ouvertement mercredi 21 octobre 2015, que « M. Denis Sassou N’Guesso peut consulter son peuple » ont été le départ de la guerre contre le peuple Congolais,la guerre du Pool; en mot la multiplication de la crise actuelle du Congo. Le pouvoir du tyran Sassou Nguesso a été ainsi, acquis une fois de plus dans le sang, la terreur. Pour plus de précision, le changement illégal de la constitution en 2015 a marqué le début de la guerre du régime criminel, Nazis de Sassou Nguesso contre les populations civiles du Congo dans son ensemble. Et le hold- up éléctoral en avril 2016, celle de la guerre contre les populations du Pool,comme c´était passé après la guerre- coup d`´etat de 1997. Afin de masquer par la suite, une fois de plus la prise illégale de pouvoir après les élections présidentielle du 20 mars 2016, Sassou Nguesso et les membres les plus criminels, génocidaires parmi les tenants du pouvoir, ont initié les attaques du 4 avril 2016 .Sans enquête au préalable, le pouvoir a vite attribuées l’attaque au bout de qelques heures au Pasteur Ntoumi. L’argument avancé pour les bombardements par hélicoptaires de combat, le stationnement des forces armées massives équipées des armes de destruction massives depuis prèsque 2 ans Les bombardements des hélicoptères sont justifiés par la poursuite du pasteur Ntoumi et ses quelques adeptes qu’il fallait sans plus attendre aller rechecher dans les soit bouissons du Pool où ils se cachent. Depuis lors, Sassou Nguesso et son clan se livrent à une épuration éthnique dans la Pool. Et cela est ‘il raisonnable d’aller rechecher un bandit qui est le pasteur Ntoumi et sa bande qui avaient lancé des soit disants attaques contre quelques maisons dans un quartier, au sud de Brazzaville dans la nuit du 4 avril 2016, juste après que la victoire fraudileuse pour un 3e mandat du tyran Sassou Nguesso, 34 ans , au pouvoir était annoncée? Drôle de manière de gouverner un pays et de faire régner la loi, de régler les conflits. Maintenant acculé par la crise finanancière terrible, voilà le terroriste des terroristes, Sassou Nguesso,le dictateur des dictateurs, adepte de la franc-maçonnerie fétichiste et toujours fidèle dans la manipulation, va signer un accord de paix à la sauvette avec Ntoumi avec qui il veut maintenant dialoguer. Celui qu’il qualifiait encore hier de terroriste, n’est plus terrorriste. Entre autre, Sassou Nguesso, se dit prèt à lutter contre la corruption instaurée par lui personnelement entant qu’ un des pilliers de son programme de gouvernement, afin de béneficier de l’argent du Fond Monétaire International (FMI). Mais le FMI et toutes les autres institutions, la France doivent se demander s’il faut sauver une dictature sanguiinaire en perdition ou d’obter pour le devoir d’ingérance et venir en aide à un peuple en danger.Et réintaurer la démocratie, assurer l’alternance,la vraie paix et la stabilité. En tout cas la fin de l’année 2015 et les 2 années 2016, 2017 ont été les anées de l’extrême terreur , cruauté du régime dictatorial de Sassou, après la crise politique issue du coup d’état militaire d’octobre 1997 qui s’était étendu jusqu’en 2003. Le peuple Congolais est pratiquement depuis le retour de Sassou Nguessopar la force des armes, pris en otage par le tyran génocidaire et son clan. Ntoumi est un bouc émissaire. L’affaire contre Ntoumi est une affaire montée de toutes pièces. Sassou Nguessou avait monté pareille contre Massambat Débat en 1977, pour détourner le monde sur son meurtre contre le président Ngouabi. un scénario presque identique a été avait aussi pris jour pour justifier le carnage à la maison du colonel Marcel Ntourou, finalement assassiné en prison et accusé arbitrairement dans l’affaire de l’explotion des armes de destructtion massive s’était passé il ya quelques années à Brazzaville. Mais malgré les faits récents, la vérité sur les nombreux cas qui montrent les agissement maccabres de Sassou Nguesso, il ya au Congo et à l’étranger des gens qui ne veulent pas voir la vérité en face, neveulent rien savoir sur le tyran et son clan qui est à origine de la crise multi dmentuelle du Congo. « Sassou-Nguesso, le pion de la Françafrique » est très dangereux pour le Congo et la sous région. Le mal du Congo est Sassou Nguesso. Le Congo ne traverse pas seulement la crise du Pool, région martyr qui, vit la 2e génocide voulu par Sassou Nguesso l’hitler de l’ Afrique. Sassou Nguesso est celui qui se livre au génocide dans le département du Pool, arrête les opposants, les activistes manifestants et les entassent à la Maison d’arrêt , DST, prisons privées, quand beaucoup d’entre eux ne sont pas sytématiquement assassinés et jétés dans des fosses communes. Sassou est le responsable de cette banqueroute financière, dette incroyable, de la gabegie économique et de ces atteintes à nos droits fondamentaux qui terrasse aujourd’hui le Congo. Ntoumi se trouve dans une position inconfortable aux yeux du monde. Cela se comprend s’il prend acte des accord de paix fait comme dans un jeu d’enfants à condition de corriger certains points qu’il a mentionnés. Mais il doit faire très attention en matière de dialogue avec Sassou Nguesso et les tenants du pouvoir du Congo.Sassou Nguesso doit s’expliquer sur les vérités longtemps dissimulées. Il est temps qu’il s’explique par exemple sur la guerre de 1997, les génocides du Pool (le premier en1998 – 2004, le 2e génocide depuis avril 2016. Il doit aussi s’expliquer sur l’affaire des disparus du Beach, sur l’affaire d’explosion de Mpila et toute l’affaire de Ntourou, celui des prisonniers politiques , les enlevements, les disparitions forcées,détournement des deniers publics , sur la fermeture du CHU, sur la dette et crise économique, financière.actuelle et sur la corruption. Aussi longtemps que le tyran génocidaire Sassou Nguesso et son clan Sassou,son PCT resteront au pouvoir au Congo,rien de bon n’est possible pour le Congolais. Il est temps que l’impunité cesse au Congo. Sassou Nguesso et sa clique » qui ne cessent d’instrumentaliser l’Etat, répondent enfin de leurs actes de barberie, de corruption, de haute trahison et des crimes contre l’humanité. ».En principe,le dialogue avec Sassou Nguesso, est en un mot pas du tout une solution. Aller au dialogue avec Sassou Nguesso est une manière de redonner la force à Sassou Nguesso et son régime aux aboies. Les Congolais doivent se munir du courage de s’organiser réelement dans tous les sens. Il tout faire pour renverser une fois pour toute Sassou Nguesso et son clan. Il ouvrir plusieurs fronts de rebellion contre le pouvoir illégal de Sassou Nguessof dans tout l´étendu du territoire du Congo. Il faut mettre fin au régime de Sassou Nguesso et de son système. On ne peut pas du tout reformer Sassou Nguesso et son régime criminogène , génocidaire basée depuis 1977 sur un mecanisme de vol et de repression et du la tuerie. La logique de la gouvernance du régime Sassou Nguesso est le « meurtre politique, le coup d’Etat permanent, intimidation, génocide, terreur et le détournement des deniers publics. »Les Congolais de la diapora doivent particulièrement faire des manifestions auprès des chanceleries. Les associations, les groupes du travail doivent informer les Européens, les Américains, monde entier sur le régime criminel, naziste du Congo Brazzaville et sur les détournements massifs d’argent public, du vol et de la corruption entretenue par ce pouvoir illégal congolais de Sassou Nguesso.Il faut former une équipe véritable prète à assurer la transition de 2 à 3 ans après la chutte de la dictature.

  6. Jean OKOMBA dit :

    Mr Alexis Miayoukou, il vous a manqué de retracer l’historial de Sassou Nguesso sur les questions judiciaires. Personne ne doit oublier que la justice de Sassou Nguesso, c’est la justice du petit matin. Donc on peut rien attendre de cela.

  7. David Londi dit :

    Bonjour Mwangu, vous voilà de retour avec des informations pertinentes et concrètes du pays. Nous vous en remercions.
    Bien sûr, il est grand temps de passer de la rhétorique à l’action même si celle-ci nourrit la lutte et les stratégies que nous devons mettre en place. Contrairement à ce que vous pensez, le dictateur est dans sa phase la plus critique. Toutes ses agitations et ses crimes dans le Pool, La crise économique aiguë qui le pousse à passer sous les fourches caudines, situation qui l’a poussé à mettre en chantier un dialogue précipitamment avec les ratées que l’on connaît. Le sort des prisonniers politiques qui interpellent de plus en plus la communauté internationale et commencent à s’infiltrer insidieusement dans les exigences des négociateurs du FMI. Les exigences de ce dernier commencent à intégrer la notion des patrimoines des hommes du pouvoir, un des points névralgiques de cette dictature. Il faut aussi ajouter la situation de la RDC qui trouvera un dénouement en 2018 qui peut devenir virale et infecter le Congo Brazzaville. Tous ces faits sont autant de points de déstabilisation et de fragilité pour la dictature de Brazzaville. Nous devons travailler pour cela sur 3 axes : unifier la résistance, une prise de conscience est en train de naître sur ce point ; déstabiliser les faux leaders comme Kolelas et Tsaty, sur ce point nous avons les prémisses d’une évolution d’après certaines interviews de ces derniers temps ; implanter des cellules de résistance dans tous les districts (stratégie déjà exposée ici). C’est le moment opportun pour intensifier la lutte. Le pseudo-dialogue désespérément demandé par Sassou est le signe avant-coueur d’un régime aux abois. Non, Sassou n’est pas en train de gagner.

  8. David Londi dit :

    Lire « … entre les fourches caudines du FMI … »

  9. Notre mission le depart de sassou et son clan dit :

    Si Kolelas se dit leader politique congolais je pense sa parole doit être d’abord adressé aux congolais, nous avons des medias en France pourquoi choisir RFI, cette radio qui n’est rien d’autre que la voix du terroriste sassou en France. Kolelas organise une conférence de presse, et répond aux questions des congolais.Je pense que le mieux pour toi c’est de se taire, alors pour toi sassou fait une épuration ethnique dans le Pool, et tu as le courage devenir dire qu’il vient faire un frein et les ressortissants repartent chez eux, s’il te plaît les ressortissants du Pool continuent de souffrir dans leurs lieux de refuge le terroriste sassou n’a pas encore retirer sa machine a tuée. Mais de l’autre cote tu viens de trahir ton père sassou, en disant qu’il a mis un frein ceci veut dire que tu reconnais que c’est sassou qui tue dans le POOL.
    PREND TON COURAGE ET DIT AUX CONGOLAIS QUE TU TRAVAILLES POUR LE CRIMINEL SASSOU

  10. Val de Nantes dit :

    La situation politique de la RDC , ou sa résolution aura un effet mécanique sur celle du Congo Brazzaville .
    D’où l’activisme politique nocif de sassou
    Qui consiste à étouffer toute velléité d’initiatives politiques de l’opposition de la RDC , par des consultations fumantes organisées par sassou .
    Oui notre salut peut surgir de l’autre côté du fleuve .
    Les fées Congolaises semblent se mobiliser pour un embrasement politique généralisé entre les deux Congo .
    L’attitude répugnante du cardinal mosengwo à l’endroit de sassou , en pose les bases.
    Ne reste que la prière des funérailles à edou .

Laisser un commentaire