PARLONS BÉÉMBÉ

Outre l’organisation sociopolitique en pays béémbé (nord de l’Angola, nord-ouest de la République démocratique du Congo et dans le département de la Bouenza en République du Congo) et une partie grammaticale de la langue et des thématiques de vocabulaire, le livre présente des proverbes et se clôt par un lexique. Cet ouvrage est idéal pour s’informer, mais aussi apprendre et parler cette langue grâce à l’étude linguistique et culturelle du vaste peuple béémbé présentée ici par l’auteur.

Jean-Alexis Mfoutou est linguiste, sociolinguistique et lexicographe, membre du laboratoire Dynamique du langage in situ, DyLis. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages.

Source : L’Harmattan

Ce contenu a été publié dans LIVRES A LIRE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

31 réponses à PARLONS BÉÉMBÉ

  1. Val de Nantes , dit :

    Oui , toute ma jeunesse a été baignée par cette langue .
    Oui, pour moi ,les bembes ,ce sont les véritables cousins des poolistes.
    C’est avec une grande émotion , quand j’entends des compatriotes parler , cette langue ,d’ailleurs , j’en connais tous les contours …
    Oui je suis bembe de cœur .

  2. Anonyme dit :

    Comment ça nord-ouest de la RDC?

  3. mwangou dit :

    Oui! pas « nord ouest », mais sud-ouest.
    Ils sont koongo. Si leurs cousins lari ont comme noms populaires, malonga, massamba, samba, , ngoma, etc…, chez eux, les noms populaires : ‘mboungou, boungou, ngoma, mabiala, etc., des mots qui sont couramment usité en kongo-lari. ‘Malonga’, c’est un fétiche; ‘Samba’, c’est une action de la chasse; ‘Ngoma’, peut-être le tamtam; ‘Mboungou’, l’équivalent du verre à boire, ‘Boungou’, parce que; ‘Mabiala’, l’initié, l’oint, l’héritier.

  4. Jules Ngoyo dit :

    Il y eu plusieurs recherches sur les mbembe du Congo Brazzaville qui n’ont trouvé aucun lien avec les groupes ethniques portant les mêmes noms en RDC et en Angola.

    Les congolais de Brazzaville aiment écrire des romans en essayant de travestir la réalité.

  5. Djess dit :

    Les subtilités de la langue béémbée

    http://www.congopage.com/forums/viewtopic.php?f=43&t=5188

  6. la réalité lingustique dit :

    Ne travestissons pas la réalité, les makouas par exemple, sont situés dans la partie Nord du Congo, exactement à cheval sur l’équateur. On dénombre d’ailleurs plus de 70.000 MAKOUA sur l’ensemble du territoire dont 50.000 à Makoua et environs.

    ALORS COMMENT CELA SE FAIT-IL QUE LES MAKOUAS SONT PLUS DE 2 MILLIONS AU MOZAMBIQUE? POURQUOI LES MAKOUAS SE TROUVE QU’A MAKOUA ET AU MOZAMBIQUE? QUEL A ETE LE SENS DE LEUR IMMIGRATION? DE MAKOUA VERS LE MOZAMBIQUE OU INVERSEMENT?

    INFOS: LES AFRICAINS D’AFRIQUE AUSTRALE DONT LE MOZAMBIQUE SONT POUR LA PLUPART DES BANTOUS VENUS D’AFRIQUE EQUATORIALE

  7. Anonyme dit :

    J’ai longtemps cru que seule la culture sociale pooloise existait, sur les réseaux sociaux diasporiques. Il était temps d’explorer les différents univers culturels du pays. Du Nord au Sud, le Congo est riche d’une grande diversité linguistique, en voici un exemple parmi tant d’autres.

  8. le fils du pays dit :

    A la réalité linguistique.Oui,j’etais surpris d’avoir de collègue de cursus dans un pays étranger un Makoua Mozambiquais.Les ancestres ont parcouru tout le Al kebula( le vrai nom du continent).
    Alors dans quel sens les Makouas sont partis,du centre du continent vers l’Est ou l’inverse.

  9. Gabio dit :

    Les bembes en Angola et en RDC! On va tout apprendre grace a ces ecrivains reveurs d’une supposee grandeur d’une tribu. Et depuis quand les bembes sont-ils des kongos? Les bembes sont de Mouyondzi sur leur terre ancestrale. Essayer de les passer pour des immigrants venus de l’Angola et de RDC pour essayer de lier leur origine a celle des kongos est une tentative intellectuellement malhonette. Il n’y a pas des bembes en RDC et encore moins en Angola, et leur langue est plus proche du teke que du kongo.

    Je vous prie de lire ce livre pour mieux comprendre les bembes:

    https://books.google.ca/books?id=avN_D4MHTPMC&pg=PA23&lpg=PA23&dq=beembes,dupr%C3%A9&source=bl&ots=n7M6vGWAza&sig=mDCBeTua0Wx1KAGcYd_MQHTYWhQ&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwikwrLMsJnZAhUSiIMKHVAXBiQQ6AEITjAK#v=onepage&q=beembes%2Cdupr%C3%A9&f=false

    Au cas ou la liaison ne s’affiche pas, chercher sur google le titre suivant:

    « Les naissances d’une société: espace et historicité chez les Beembé du Congo »

  10. Ubuntu dit :

    Je crois comprendre dans certains commentaires que la continuité culturelle du sud du Congo fait peur à certains. L’unité du sud du Congo fait peur. Comment expliquer que les vilis soient des kongos, que les Nsundis soient des kongos, mais que les populations situées géographiquement entre les deux (beembes par exemple) ne soient pas des kongos d’après certains?

  11. TATA NDWENGA dit :

    C’est ce type de réflexion que j’aime et qui a pour raison de se situer par rapport à l’autre pour un meilleur vivre ensemble.

  12. Gabio dit :

    Vilis « kongos » dans le Mayombe et Sundis, kongos dans le Nsundi situe en RDC apres Kimongo. Les beembes ne se trouvent pas entre Kimongo et la cote atlantique, il est donc absurde d’affirmer que l’aire de distribution des beembes se situe entre les sundis et les vilis. Les beembes sont dans la region de Mouyondzi qui lui se situe entre le Pool et le Kouilou, et non entre la province Nsundi RDC) et le Kouilou. Les sundis dans le Pool, c’est comme nous autres congolais ou africain ici en occident. Un de nos enfants a meme dirige les USA recemment’ et nous sommes tres nombreux a avoir acquis des nationalites’ des maisons voir meme des espaces pour cultiver la terre. Mais cela ne devrait pas nous faire oublier d’ou nous venons’ et surtout ne pas pretendre etre proprietaires des lieux qui t’ont recus en tripatouillant des histoires a dormir debout, Et meme si cela nous tentait, on nous le rappelerait aussitot et on fermerait notre gueule d’esclaves et de colonises.

    L’unite du sud du Congo ne passe pas par la manipulation de l’histoire du peuple, en tentant de les faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Vouloir faire passer pour vraies des conneries de BDK ne sert pas la cause de l’unite du sud, au contraire, on ne vous prendra jamais au serieux. Une unite basee sur l’ethnie est sans avenir’ et je n’y adhererais jamais. Alors M. Ubuntu, garder votre unite a la sauce kongo pour vous.

  13. Anonyme dit :

    Ubuntu,
    Vous avez tout compris. Ils vont même jusqu’à nier aux Kongo leurs terres en alléguant qu’ils les auraient pris à d’autres. Pour Gabio, le pays Loango s’arrêtait au nord du Mayombe où commençaient les frontières du pays Téké. Pour Gabio, les populations qui vivent actuellement entre cette frontière nord du Mayombe et Stanley Pool seraient venues après l’arrivée de de brazza.

    Gabio, si les Beembé seraient Téké, que dites-vous de leurs frères Mikengué?

    Non, il y a quelque chose qui ne va pas chez vous. Vous n’avez pas à avoir peur. Nous sommes tous congolais.

  14. Bulukutu dit :

    À ce rythme, tous les bantous sont des étrangers en Afrique centrale, puisque les premiers habitants de ces contrées sont les pygmées, aujourd’hui discriminés par tous. Alors, allons au bout de la réflexion, et on verra bien où cela nous conduit.

  15. Gabio dit :

    Bulukutu, le probleme est la justement. Que visent les fausses histoires qui voudraient faire croire que tout est kongo, que memes les mots utilises dans les autres langues bantoues seraient l’emanation des kongos? Pourquoi toutes ces niaiseries? On est tous les memes, esclaves, colonises et noirs, et on est la risee de l’humanite. A quoi ca sert d’imaginer une notoriete qui n’existe pas? Pourquoi continuer a raconter des betises et pourquoi se mettre a recruter les ethnies dans un groupe qu’elles n’appartiennent pas?

    Anonyme, que tu le veules ou pas, l’arrivee des kongos sur le territoire actuel du Congo est tres recente. La limite entre les loango et les tekes se situait a la limite nord du mayombe. Bcp d’ethnies du Congo sont recentes, surtout dans le sud ou elles sont formees a partir d’un noyau initial (comme le noyau initial teke qui a donne les bembes). Ensuite, l’immigration des soundis a apporte une touche dite kongo a ces ethnies. Certains clans de ces ethnies sont formees a partir des immigrants kongos. Ceci ne donne pas carte blanche a BDK de dire que toutes ces ethnies sont kongo. C’est ce mensonge qui est inacceptable.

  16. Anonyme dit :

    Gabio a dit:
     » La limite entre les loango et les tekes se situait a la limite nord du mayombe. »

    Pouvez-vous nous dire exactement où se situe  » la limite nord du Mayombe » ?

    Je ne sais pas où se situe cette « limite nord du Mayombe »

    Pour votre information, le Mayombe est parallèle à l’ocean atlantique. Il va dans le sens est-ouest du Bas-Congo (RDC) à Mayumba ( Nianga au Gabon). Aussi, souffrez que je ne sache la limite nord dont vous parlez.

    Vraiment, l’école est par terre au Congo.

  17. la réalité lingustique dit :

    @ Gabio, Anonyme, Bulukutu et TATA NDWENGA, d’où viennent les makouas? De Makoua au Congo ou du Mozambique?

    Rappel de la réalité linguistique

    Ne travestissons pas la réalité, les makouas par exemple, sont situés dans la partie Nord du Congo, exactement à cheval sur l’équateur. On dénombre d’ailleurs plus de 70.000 MAKOUA sur l’ensemble du territoire dont 50.000 à Makoua et environs.

    ALORS COMMENT CELA SE FAIT-IL QUE LES MAKOUAS SONT PLUS DE 2 MILLIONS AU MOZAMBIQUE? POURQUOI LES MAKOUAS SE TROUVENT QU’A MAKOUA ET AU MOZAMBIQUE? QUEL A ÉTÉ LE SENS DE LEUR IMMIGRATION? DE MAKOUA VERS LE MOZAMBIQUE OU INVERSEMENT?

    POUR INFOS: LES AFRICAINS D’AFRIQUE AUSTRALE DONT LE MOZAMBIQUE SONT POUR LA PLUPART DES BANTOUS VENUS D’AFRIQUE EQUATORIALE

  18. Gabio dit :

    Anonyme, par limite nord, on sous entend la fin du mayombe en allant de la cote vers Brazza, la ou le cfco sort du mayombe pour aller vers l’interieur du pays.

    Parlant de l’ecole, si tes references sont TATA NDWENGA. et autres BDK, je crains que tu demeures ignorant a vie. C’est vraiment triste que tu vives des reves que tes vendent les reveurs d’une pretendue grandeur passee ou presente des kongos. Heureusement que les branleurs soient generalement des petits esprits. Un peuple qui crie sur tous les toits est celui qui se cherche une identite, qu’on accepte qu’il existe. Des histoires a dormir debout juste pour signaler qu’ils existent. Un peuple ayant une identite connue n’a pas besoin de se justifier chaque fois a travers des ecrits mensongeux. C’est malheureusement le cas de ceux qui se veulent kongo. C’est le seul qui se bas a faire accepter son histoire, conscient que les autres ne les croient pas.

    Dans la culture congolaise (RDC, Congo) ou gabonaise, les tekes sont connus comme les premiers habitants bantous, les ngatsie. Vos histoires ridicules sur la supposee supremacie passee des kongo qui n’est connue d’ailleurs que de quelques rejetons immigres et egares en France, ne changera rien a la realite.

    Je reitere, une these de doctorat par exemple sur les repas de joao III alias roi des kongos est une perte du temps inutile. Ca n’apportera rien, ni a l’afrique, ni au pays ou vous l’avez soutenue. Ca cree juste des diplomes sans emplois qui tuent le temps et cherchent la satisfaction en s’imaginant grand dans le passe. Drole d’un grand mis en esclave devant son roi et son embassadeur au vatican.

  19. Anonyme dit :

    Gabio dit:
     » Anonyme, par limite nord, on sous entend la fin du mayombe en allant de la cote vers Brazza, la ou le cfco sort du mayombe pour aller vers l’interieur du pays. »

    Tu es des ceux qui n’ont jamais voyagé. Si tu savais où le Cfco sort du Mayombe tu aurais donné le nom de la localité ou des localités. Je vais t’aider.

    Le Cfco sort du Mayombe à partir de Lebanda (Kouilou ), Moukondo et Dolisie ( Niari).

    Lebanda c’est le village des Makosso et des Poati qui sont les Yombé. J’ai été à l’école avec les descendants de ces familles Yombé. Les Makosso sont presque de la famille.

    Moukondo et Dolisie c’est le pays des Kugni, notamment des Mbounda, Bikoukou et Ngo Ndzoungou. À Moukondo, il y a le Grand Baoba où de brazza grava son nom. À Dolisie, l’aéroport est construit sur les terres des Ngo Ndzoungou. D’ailleurs cet aéroport porte le nom de ce chef de terre Kugni, dont la famille était un des grands propriétaires fonciers de Loubomo. Tiens , Loubomo est-ce un nom Téké ?

    La rivière Loubomo coule d’est en ouest pour se jeter dans le Niari vers le Mayombe en direction de Pointe-Noire. Les villages autour de Loubomo étaient : Mbounda, Mafoumbou, Magandzi, Louvakou, Matsendé, Yulu Mpungu, Madongo, Tsila, Moukondo, etc. Dites-nous, est-ce des noms Téké? La plus haute montagne s’appelle Yulu Mpungu. Est-ce un nom Téké ?

    Tu quittes Loubomo en direction de Brazzaville, tu passes par Matsendé, Moubetsi, Mont-Mbelo, Ditadi, Loudima, Nkayi, Madingou, Bouensa, Loutété, etc. Est-ce des noms Téké ?

    Tu quittes Dolisie en direction de la RDC et du Cabinda, tu passes par Magandzi et les terres de Sundi et Yombé jusqu’à Londela-Nkaye vers le Congo-central. De Kimongo, tu peux aller vers Nkayi, Madingou, Boko-Songo , Mfouati et Loutété en pays Kamba et Dondo. Ces villages sont à moins de 2 heures de routes.

    Dites-nous, les habitants de ces zones avaient-ils fui la côte atlantique pour occuper ces terres en chassant les Téké ? Comment se fait-il que sur des distances de plus de 400 kilomètres depuis Lebanda en direction de Brazzaville , il n’y a aucune trace des Téké, même pas un nom de rivière.

    Bref, tu as été à l’école de Sassou qui a tout mis par terre. Tu es comme certains de mes amis d’enfance, bien que nés à Brazzaville, n’avaient jamais mis pieds à cent fils i.e. qu’ils n’ont jamais voyagé. Ton ignorance en géographie du Congo en est la preuve.

    Vois-tu, je connais aussi bien une partie de la RDC que mon pays le Congo sans oublier l’Angola, berceau du Grand Peuple Kongo.

    Au fait que dites-vous de la référence de LLL sur le projet Kongoking?

  20. Jules Ngoyo dit :

    Pour ceux qui ne connaissent pas les origines de leurs ancêtres, je leur donne un conseil de consulter les travaux de Gaulme, en 2000 dans lesquels on démontre comment le droit d’acheter des hommes, droit accordé aux Portugais par Afonso Ier après la bataille d’Ambuila en 1665, entraîna une poussée générale des populations de l’intérieur, attirées par une côte où se concentrait la richesse.
    Et, par la suite, les mêmes populations se mettaient au service des portugais pour chasser des esclaves, poussant des milliers de personnes ne voulant pas se faire capturer à une longue marche vers l’exil.

    On ne peut donc pas partir des positions actuelles occupées par les populations pour déterminer les limites d’un royaume dont les vestiges sont circonscrites, sauf nouvelles découvertes, à Mbabza Kongo, comme le confirme notre tradition orale.

    Parallèlement, la conscience à l’appartenance au groupe téké des populations du Niboland résiste aux tentatives de falsification de l’histoire par les kongologues.

    C’est ainsi que nous avons pu voir l’invention des termes comme la tékéité ou tékénité par les partisans du régime Lissouba.

    L’idée sous-jacente était de susciter le sentiment ou l’obligation ethnolignagère de soutenir le « parent » Lissouba. Il s’agi d’entretenir une sorte de volonté d’hégémonie teke-nibolek devant remplacer l’hégémonie Mbochi-Kouyou de la période 1968-1991.

    Beaucoup de congolais qui veulent récrire l’histoire sont animés par une volonté politique qui consiste à coller l’indentiité Kongo aux populations du sud, par opposition à celle du nord considérées comme ngala ou mbochi, y compris les teke des plateaux.

    Autrement, on a plus d’argument pour justifier des projets de scission ou de fédéralisme.

  21. Anonyme dit :

    Ngoyo,
    Tu es hors sujet et n’apporte rien au débat car tu ne dis rien. Ton propos est vide. Alors passé ton chemin.

  22. Jules Ngoyo dit :

    @Anonyme,

    Commencez par faire vos propres recherches en procédant par une analyse comparative, plutôt que de vous appuyer sur des éléments comme ne nom de Loubomo donné à l’époque de Ngouabi, où les approximations de @LLL qui déforme les objectifs de Kongoking.

    Dans ce projet dont l’aboutissement reste incertain, il est question d’une démonstration des origines communes des langues utilisées par des peuples bantous.

    En bon Kongologue, il remplace bantou en kikongo pour situer les origines de la langue a plus de 2000 ans.

    C’est donc une association malhonnête des théories du Bundu dia Kongo avec un projet qui n’a rien à y avoir.

    De plus, dans ce projet, il est bien spécifié que l’on ne peut pas étudier l’histoire du royaume Kongo indépendamment de celle des royaumes avoisinants, dont le Tio, Loango…

    Si vous étiez un bon intellectuel, vous auriez commencé par relever ces incohérences et cette tentative d’escroquerie de la part de @LLL.

    Essayez de vous élever au delà d’un niveau humoristique comme celui des inconnus (Legitimus, Bourdon, Campon) qui disaient dans un sckech que la première ville arabe traversée par le Paris Dakar était Marseille, parce que on y trouve une forte présence maghrébine.

    Il faut chercher au delà des apparences pour découvrir la vérité.

  23. Anonyme dit :

    Ngoyo,

     » plutôt que de vous appuyer sur des éléments comme ne nom de Loubomo donné à l’époque de Ngouabi »

    Vous ne savez pas ce que vous dîtes. Savez-vous au moins Loubomo c’est quoi et où il prend sa source pour dire que c’est un nom donné à l’époque de Ngouabi ?

    L’école est vraiment par terre au Congo. Comment les enfants sont ignorants à ce point.

    Loubomo est une rivière qui prend sa source au nord-ouest de Dolisie dans le Mayombe. Cette rivière coule d’est en ouest en longeant le Mayombe jusqu’à son déversement dans le Niari fleuve en direction de Pointe-Noire.

    Vraiment tchadi mingui! Voilà la preuve que vous ne savez pas ce que écrivez tant vous n’êtes que guidés par la haine des Kongo. Aussi tout est bon pour mentir comme le fait Ngaliemo qui ignore où se situe Kazangulu, terre Kongo mitoyenne des terres Téké de Nselé et Maluku. Au lieu de saisir cela, il veut détourner le sujet.

  24. Gabio dit :

    Ca ne sert a rien de perdre de temps avec Anonyme, un kongologue qui comme ses homologues s’exalte chaque jour en revant qu’il fait parti de ce qu’il croit etre un  » GRAND PEUPLE KONGO », sans aucune evidence de cette supposee grandeur aute que les histoires de BDK.

    La grandeur ne se decrete pas a cout des ecrits, la grandeur est une valeur qui se constate. Lorsqu’on est grand peuple, pas besoin d’inventer des histoires pour tenter de convaincre. Un gros tamtam vide a l’interieur fait naturellement plus de bruit. J’ai deja lu dans l’une de tes references kongologiques que le village Mbe s’appelait kongo dia mbe. Il n’y a que toi pour croire a ce genre de bassesse et te prendre pour un grand.

    La supposee grandeur des kongos n’est connue que de vous memes. La culture orale bantoue ne vous accorde aucune grandeur ni dans le passe, ni au present. Des elections democratiques organisees au Congo en 1992 ont vu 2 tekes (Lissouba et Kolelas) raffler plus 70% des suffrages au premier tour. Tant que le vote sera ethnique au Congo, cette realite ne changera pas d’aussitot. Votre recrutement systematique des ethnies dans votre groupe kongo ne changera rien, ces peuples ne sont pas kongos et ne le deviendront jamais a cout des histoires mensongers des kongologues.

  25. Vincent dit :

    Gabio dit:
     » J’ai deja lu dans l’une de tes references kongologiques que le village Mbe s’appelait kongo dia mbe.  »
    Tu mens comme Sassou. Cest la première fois que je débat avec toi. Jamais de ma vie j’ai eu a parlé de Nsemi Mouanda de Bundu dia Kongo. Arrêtes tes mensonges.

    Quand vas-tu répondre à mes questions très simples?

  26. Ndolo L'Amour dit :

    Gabio devrait aller se reposer. Ce monsieur est un gobbels du congo. C’est un vrai allumeur qui veut opposer les congolais. Il doit etre dénoncé avec fermeté.

  27. Gabio dit :

    Vincent, est ce Anonyme qui se devoile?

    Je vais te donner une occasion de lire cette kongolonerie de KONGO DIA MBE. Pour cela, lis cette connerie, tu pourras ainsi ouvrir ton champagne et sauter jusqu’au plafond pour celebrer l’enrichissement de ta connaissance de la grandeur kongo.

    http://afrikhepri.org/histoire-du-congo/

    Tu decouvriras des aneries comme:

    « En 1654 le père Jérôme de montesarchio en promenade au KONGO DIA MBE rencontra pour la première fois « makoko », après quelques démonstrations du makoko, le père Jérôme dit :

    « J’ai vu makoko avec mes yeux, l’homme qui a la puissance de se transformer en fourmi ou en toute chose qu’il veut. »

    « De 1926 jusqu’en 1942 se leva au KONGO SIA MFUA (Brazza) le prophète André Matsu qui lutta contre la religion occidentale. »

    « En 1880 Savorgnan de Brazza était venu au kongo dia mbe et proclama makoko comme roi »

    Voyez-vous comment ce reve de grandeur vous rend complement parano? Les blancs rencontrent makoko a Mbe en 1654. Pourquoi etaient t-ils partis le concontrer, un simple feticheur comme le voudrait la mythologie kongologique? Puis 150 ans plus tard, ce meme makoko etait la pour recevoir De Brazza qui l’aurait fait roi, toujours selon les professeurs kongologues de Vincent alias Ananyme.

  28. Anonyme dit :

    Je me demande quel est ton âge mental. Serais-tu toujours un enfant pour oublier qu’un adulte est responsable de ses actes?

    J’assume ce que j’écris. Oppose-moi mes propos. Je suis assez intelligent pour défendre ce que j’avance. Ici, j’ai dit à Ngaliemo que les terres kongo en RDC se limitaient à Kazangulu qui est frontalier des terres Téké de Nselé et Maluku. C’est au même niveau que se situe aussi la frontière des terres kongo et Téké au niveau du Congo. Je m’assume.

  29. Louis dit :

    Les gars, arrêtés avec votre histoire de frontières. Les langues ne connaissent pas les frontières. Si elles connaissaient les frontières, le kamba ne serait pas parlé au Congo-Brazzaville et au Kénya, le béémbé au Congo-Brazzaville, en RDC et en Angola. Des études sérieuses le montrent. Vos doutes, votre scepticisme et votre ignorance ne changent rien, absolument rien à la réalité. Arrêtez de faire comme si le monde se limitait à vos limites intellectuelles. Vous croyez savoir alors que vous ne savez pas. Disons simplement que vous ne savez pas tout. Alors, soyez modestes ! Ayez cette soif d’apprendre. Ne soyez pas suffisants. Faites des recherches. Inutile de polémiquer.

  30. Anonyme dit :

    A Gabio.

    Les Beembes sont des Kongos, arreter des polemiques honteuses et inutiles. Les noms patronymiques suffident pour trancher ce debat. On retrouve les memes noms dans l’espace Poool-Bembees qui autrefois formaient une mrme region jusqu’en 1962 : Mabiala, Ngoma, Nzaba, Mounkala, Pandi, Mabonzo, Mayala, Massala etc

  31. Val de Nantes , dit :

    @anonyme , grosse validation…

Laisser un commentaire