LA SOCIÉTÉ NATIONALE DE DISTRIBUTION DES EAUX (SNDE) SERA T-ELLE OFFERTE À MAÎTRE PAILLÉ ET SES ACOLYTES DU SIAAP ?

Dominique Paillé reçoit Clément Mouamba © Clément Mouamba Facebook Février 2018

Dans un communiqué précédent dans lequel le collectif Sassoufit relatait le voyage en France du 5 au 7 février dernier du Premier ministre de Sassou, Clément Mouamba, il était fait mention d’une rencontre avec Dominique Paillé, dans les locaux de celui-ci, avenue des Champs-Élysées.

On aurait pu penser que les discussions porteraient sur les relations entre les deux pays, puisque Monsieur Paillé est un des dirigeants du parti centriste l’UDI et se présente comme le conseiller diplomatique du président de ce mouvement, Jean-Christophe Lagarde. Mais c’est bien de ses activités d’avocat que les deux hommes souhaitaient discuter. Non pas que Clément Mouamba soit à la recherche d’un homme de loi français pour le tirer d’un mauvais pas. Maître Paillé est certes avocat, mais il ne perd pas son temps dans les prétoires à plaider des dossiers. Ce qui l’intéresse c’est plutôt d’aider des groupes à se développer à l’international.

Et s’il voulait rencontrer Clément Mouamba c’est pour parler d’un dossier bien précis, car il s’intéresse à la gestion des eaux de Brazzaville.

Ce n’est pas la première fois que Maître Paillé s’intéresse au secteur de l’eau. Lorsqu’il était député il avait créé une société offshore à Chypre, Otco Limited, pour travailler, avait-il expliqué, à un projet de purification d’eau dans cette île de la Méditerranée. Mais le projet n’avait pas abouti.

Plus récemment il se serait rapproché d’un groupe italien qu’il conseillerait en France et à l’international. Il est donc bien possible que ce soit pour cet acteur qu’il s’intéresse autant au marché congolais.

Pour le collectif Sassoufit c’est encore une fois la démonstration que notre pays n’est considéré que comme un moyen de décrocher de juteuses commissions pour des politiques français reconvertis ou non dans le privé. Et tout cela au détriment in fine du peuple congolais. Dans la course, en tête du démantèlement de la Société Nationale de Distribution de l’Eau du Congo (SNDE) et accessoirement de la Société Nationale de l’Electricité (SNE) Maitre Paillé peut s’appuyer sur l’expertise technique de la SIAAP dirigée par son ami Patrick Tremege (ex-UMP) qui vient d’avoir l’honneur d’un article dans le Canard Enchainé.

Malgré les discours des uns et des autres la Françafrique a encore de beaux jours devant elle dans notre pays.

Source : Collectif Sassoufit

Diffusé le 22 février 2018, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à LA SOCIÉTÉ NATIONALE DE DISTRIBUTION DES EAUX (SNDE) SERA T-ELLE OFFERTE À MAÎTRE PAILLÉ ET SES ACOLYTES DU SIAAP ?

  1. David Londi dit :

    Sassou, pressé par le FMI suite à gestion calamiteuse des finances du pays alors que le PIB a été multiplié par 8 environ de 2000 à 2010, met en péril les industries stratégiques
    pour le développement du pays. En effet, là où l’eau est abondante, la richesse finit par apparaître grâce au travail des hommes. Là où l’eau n’est pas présente ou presque, demeure le plus souvent la pauvreté. Gérer économiquement l’eau est quasiment synonyme de lutter contre la pauvreté. L’économie de l’eau est un vecteur essentiel de l’amélioration des conditions de vie et de la cohésion de la société tout entière. Le Congo, malgré un réseau hydraulique parmi le plus important au monde, n’a pas su développer cette richesse pour développer l’agriculture ; améliorer le réseau de distribution d’eau courante, gage des conditions sanitaires et hygiéniques normales parce que l’eau peut tuer quand elle transporte des bactéries pathogènes ; de maintien de la propreté des villes ; booster l’industrie qui a souvent besoin d’eau dans beaucoup de domaines et améliorer les conditions de maintien de la propreté dans les hôpitaux et établissements scolaires. L’eau est une ressource sensible que beaucoup de gouvernements, même dans les pays dits développés, gardent sous contrôle. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter la position stratégique de l’électricité dans la vie quotidienne, l’industrie et le fonctionnement des différentes structures et infrastructures. Son rôle est si prépondérant que De Gaulle a nationalisé la société nationale de production et distribution d »électricité (EDF). Elle est, depuis, restée dans la sphère semi-publique (l’Etat reste majoritaire) de l’Etat. La seule concession qui a été faite à l’Europe pour l’ouverture à la concurrence est la séparation des domaines de production / distribution et le transport (RTE). Ce domaine est trop stratégique pour que l’Etat s’en désengage à 100%. C’est ce que Sassou s’apprête à faire pour ces deux domaines les plus stratégiques de l’économie et de la cohésion sociale. Si les membres du clan n’avaient détourné tant d’argent, on n’en serait pas là.

  2. mwangou dit :

    Chez Londi, on lit : « Le Congo, malgré un réseau hydraulique parmi le plus important au monde, n’a pas su développer cette richesse pour développer l’agriculture ; améliorer le réseau de distribution d’eau courante, gage des conditions sanitaires et hygiéniques normales parce que l’eau peut tuer quand elle transporte des bactéries pathogènes; »
    C’est trop de courtoisie à l’endroit de cet homme; car chez Sassou Nguesso, tout est politique. La privatisation actuelle, déjà en vue depuis des années, est l’objectif d’une politique savamment menée, pour flouer les congolais. Les nominations à la tête de ces entreprises répondaient à la même logique qu’en politique politique, c’est-à-dire, la fameuse OBUMITRI, cher à toi Londi, appliquée à l’économie. Il s’agit, dans les nominations à la tête de ces entreprises d’élargir le cercle des riches, pour qu’à terme, ils s’emparent de ces mêmes entreprises par la privatisation. Et ils y sont. Déjà, ils devenus les plus grands propriétaires immobiliers; les plus nombreux dans le secteur hôtelier, dans les transports, la santé, l’éducation, … .
    Ainsi donc, les faillites comme les détournements, sont bel et bien l’objectif final des politiques mis en oeuvre durant la dictature dont on voit plus clairement à présent que la pérennisation au pouvoir n’était/n’est pas le seul objectif; car cette pérennisation tient d’autant mieux qu’elle prend appui sur la détention des capitaux. On maîtrise la force publique, on détient les capitaux, et qu’est-ce qu’on peut craindre encore? Rien, comme le modèle l’atteste en occident. On invente rien.
    Voilà pourquoi, on est à la manœuvre dans le « bling bling » avec le fmi.

  3. Val de Nantes , dit :

    Une denrée comme l’eau , serait la première préoccupation d’un état digne de ce nom….
    En effet.l’eau est devenue un enjeu stratégique dans les négociations internationales , mais au Congo , où se trouve un réseau hydrographique important, elle est reléguée en arrière plan,car les autorités de fait ne savent quoi en faire….
    L’eau n’a pas la même signification que celle qu’ont les autorités les plus éclairées.
    On peut comprendre une cession du capital aux entreprises privées, mais l’état garde toujours la main sur ce secteur à haute valeur politique, économique et sociale.
    Brader l’eau ,pour avoir échoué à gérer les finances publiques, revient à surmultipliér la misère congolaise, tant cette denrée est essentielle à la vie….
    Cet échec dans ce secteur a montré les limites ,de la tribalisation exagérée dans l’appareil de l’état Sassou , s’y ajoute l’incompétence des cadres choisis sur la foi de la tribu….
    C’est presque un suicide, que de vouloir tout régenter, qouiqu’il arrive ,au nom de la prétendue ethnie mbochi , au sein de laquelle on trouverait comme,par miracle tous les cadres de ce pays….
    C’est une volonté sadique délibérée de tuer les congolais des maladies hydriques…
    L’eau est un produit économiquement et socialement important, Sassou en use , pour empoisonner les congolais à des fins sataniques de conserver le pouvoir ….

  4. David Londi dit :

    Chers Mwangou et Val de Nantes, vous faites là un complément d’analyses important. Merci.

  5. j'epouse claudine munari ce 04 avril 2018 a la mairie de makelekele femme digne et de valeur , elle avait exclu guy b p kolelas de l'idc frocad dit :

    la privatisation du service public est une recommandation de la banque mondiale.les entreprises publiques doivent etre competitives et rentables.la sne la snde le port de brazzaville qui en passant souffre de la rupture des activites du cfco depuis nov 2016 du seul faut de ceux la meme qui exigent une gestion orthodoxe des entreprises)….manquent de demarche qualite . aucune d’elle n’est certifiee ISO 9001 ce qui enerve la banque mondiale. toutes les entreprises publiques doivent etre privatisees,meme ecair!

    nous felicitons le premier ministre clement mouamba, banquier a la base

  6. le fils du pays dit :

    C’est la poursuite des objectifs du coup sanglant du 5 juin 1997 dans plusieurs formes.Un pays qui engrange press de 100 milles milliards de cfa,devient un preteur distributeur de billets de banque, subitement se declare en faillite et commence a liquider le peu que le peuple detenait encore.

  7. Iwarangot dit :

    C’est vrai tout ça, mais on fait quoi pour l’éjecter de son Siège ?? Quelle est la stratégie qui convient ? C’est maintenant qu’il faut le faire, parce qu’il est vomi par tout le monde, même au niveau d’une certaine France.
    Ceux qui lisent sur ce site, remarqueront bien, par nos écrits, que nous sommes résignés…
    Osez lutter, osez vaincre!
    Cessons avec les constats SVP

  8. David Londi dit :

    @Iwarangot, les stratégies existent et certaines ont été exposées ici. S’il y a une stratégie à laquelle se prépare Sassou depuis plus de 20 ans, c’est la violence et la répression. Il ne faut donc pas l’attaquer sur ce plan, son point fort. La seule solution est un soulèvement populaire concerté dans tout le pays. Sassou n’a pas suffisamment de miliciens pour réprimer tous les soulèvements. À la violence il faut opposer la non-violence. Je ne reviens pas sur les détails que j’ai déjà exposés, ici. Il challenger cette stratégie !

  9. Bulukutu dit :

    Soulèvement populaire ! Chiche! Mais avec quel peuple? Divisé comme nous sommes, c’est le pouvoir qui boit du petit lait.

  10. Val de Nantes , dit :

    @Buluk , exactement , tu passes à Cologne.Pour un weekend studieux.

  11. Val de Nantes , dit :

    Avec ces congolais contemporains , Sassou ne se sait pas en danger… C’est une époque de farniente politique , où parfois la lassitude gagne le clan Sassou tant la passivité à gagné la moelle épinière du peuple congolais….

  12. Je suis très triste pour mon pays qui aujourd’hui vit une période très rude et sans précédent de son histoire ! La me gestion des Mbochis nous amènent à ce cette situation désastreuse .Ce pourquoi chers compatriotes de la diaspora devons êtres intretable avec cette bande des Mbochis qui détiennent plus de 10 milliards euros rien qu’en France des biens immobiliers et font vivres leurs enfants et femmes aux frais du trésor publique congolais . La diaspora nous portons une lourde responsabilité celle de faire tomber cette vermine Mbochis qui démoli tout un pays ! En écoutons Boukadia hier j’ai compris que ce mec est plus fâcher avec les Nibolek qu’à sassou qui l’a enfermé à mort ce type est un escroc , chers compatriotes de la diaspora comptons pas sur les escrocs comme les parfait kolélas , Tsaty Mabiala qui ont validé la fameuse élection du roi des Mbochis .

  13. Val de Nantes , dit :

    @claudia, peut être des entreprises certifiées ISO mbochis…
    La seule certification qui vaille chez Sassou , c’est ISO mbochis.

  14. Maclintoch dit :

    Bonnes analyses mes chers mwangou et Val de Nantes. Comprenez aussi Sassou est un veritable cancer pour le Congo, des que il est dans le corps c est difficile de s en debarrasser. Il a polluer notre pays avec des accolytes bidons n ayant ni foi ni loi.

  15. mwangou dit :

    @ celui qui par dérision, j’ai cru comprendre, a dit de Mouamba qu’il est banquier… C’est que partout où ce type passe, c’est la casse. A la BCC, c’était la casse; aux finances sous Lissouba, c’était la casse; aujourd’hui, c’est encore et toujours la casse. C’est un fin détourneur, autant que le lui permet son caractère jovial, qui le fait passer pour un type simple… Du temps du pct parti-Etat, membre du CC, à ce titre qu’il avait occupé la direction de la BCC, il se baladait sans garde du corps, ce qui le faisait passer pour un très proche du peuple. Et ainsi, personne ne pouvait le soupçonner d’être une vrai sangsue: sa maison à Bacongo était un vrai et immense coffre-fort où dormaient des liasses et des liasses de billets Francs Cfa…

  16. j'epouse claudine munari ce 04 avril 2018 a la mairie de makelekele femme digne et de valeur , elle avait exclu guy b p kolelas de l'idc frocad dit :

    oui mr clement mouamba avait ete ministre des finances sous p lissouba.les choses s’etaient corcees pour lui car a cette epoque le FCFA venait d’etre devalue et que le cfco etait sectionne dans le pool.une guerre venait declatee entre ninjas du pool et les aubevuillois. a cette epoquer le pool pensait avoir remporte lelection presidentielle de juillet 1992.on ne pouvait que travailler peniblement dans un tel contexte.

    25ans apres mr cl mouamba le voila premier ministre chef du gouvernement congolais il fait de nouveau face a une amputation du cfco toujours dans le pool.car le pool a crut de nouveau avoir remporte l’election presidentielle de mars 2016

    sa maison de mbama a bacongo a ete rehabilitee car elle avait subit d’enormes degats lors de l’expulsion de tous les niboleks- tous de nationalite congolaise – de bacongo et de makelekele en 1993

    NOUS DEMANDONS A MR CL MOUAMBA DE TENIR BON. LE POOL A CETTE HABITUDE DE TRITURER LES NERFS DES CHEFS DETAT CONGOLAIS POUR LES POUSSER A LA DEMISSION CAS DE F YOULOU A MASSAMBA DEBAT MARIEN NG Y OPANGO SURTOUT DE P LISSOUBA ET AUJ DE D SASSOU NG

Laisser un commentaire