CONGO-B : 3 syndicalistes étudiants torturés + Arrestation NAZAIRE NKANI

Nelson APANGA – Président du Syndicat des étudiants et élèves du Congo
© Mouvement Ras-le-Bol

Nelson, Amour et Beranger, trois syndicalistes étudiants portés disparus depuis le 09 février 2018 ont refait surface aujourd’hui.
Ce matin du 02 mars, une délégation du Mouvement Citoyen Ras le Bol s’est rendue à la DGST pour s’informer à propos de l’arrestation du président Nelson APANGA et les autres étudiants qui ont été arrêtés pour leur engagement.

On nous a signifié qu’ils ont été déférés à la maison d’arrêt. Par conséquent il fallait descendre au parquet pour connaitre le sort qui leur aient réservé.
Arrivé sur le lieu nous avons vu le président Nelson APANGA et les autres. En effet, ils ont nous confié qu’ils ont été sérieusement torturés.

Suite à ces tortures, Beranger a fait une crise de tension et ses membres inférieurs et supérieurs gauches sont paralysés. Pour le moment ils sont au poste de la Gendarmerie du parquet en attendant la décision du procureur.

Nous exigeons leur libération.

Source : Collectif Sassoufit

 

******************************************************************************

NAZAIRE NKANI

COMMUNIQUÉ RELATIF À LA LIBÉRATION DE NAZAIRE NKANI

Brazzaville, le 28.02.2018. Les Commissions Diocésaine et Nationale Justice et Paix sont très préoccupées par l’interpellation et l’arrestation de Nazaire NKANI, membre de Justice et Paix de Brazzaville depuis le samedi 24 février 2018. Il a été conduit à la Direction Départementale de la Surveillance du Territoire (DDST), où il est détenu jusqu’à ce jour.

Nazaire NKANI est membre de la Commission Justice et Paix de l’Archidiocèse de Brazzaville. Il coordonne également depuis plusieurs années les activités de suivi budgétaire de la Campagne Publiez Ce Que Vous Payez dans son diocèse.

En dépit des démarches entreprises pour s’informer, les Commissions diocésaine et nationale Justice et Paix ignorent à ce jour, les faits qui lui sont reprochés et continuent à s’interroger sur les raisons, voire les motivations et les conditions de cette incarcération à la Direction Départementale de la Surveillance du Territoire.

Ayant constaté par ailleurs que les délais de la Garde à vue, tels que prévus par l’article 48 du Code de Procédure Pénale, sont largement dépassés, les Commissions Justice et Paix demandent la libération immédiate de Nazaire NKANI.

 

 Commission diocésaine Justice et Paix de Brazzaville  

Abbé Jonas KOUDISSA

 

Commission épiscopale Justice et Paix

Abbé Félicien MAVOUNG

Source : http://rpdh-cg.org/news/2018/03/02/communique-relatif-la-liberation-de-nazaire-nkani

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à CONGO-B : 3 syndicalistes étudiants torturés + Arrestation NAZAIRE NKANI

  1. mwangou dit :

    Voici une situation concrète qui nécessite une action concrète. Que devons-nous faire?

  2. Anonyme dit :

    JE CROIS QUE LE MOMENT EST VENU POUR ENFINIR AVEC CE MICROBE DE DENIS SASSOU,

  3. la libération s'approche, restez résistant et actif dit :

    RÉGLONS LE CAS SASSOU DÉGAGE D’ABORD _AVANT LA TENUE D’UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE CONGO https://www.youtube.com/watch?v=GUGhb7I4WKI

  4. la libération s'approche, restez résistant et actif dit :

    RÉGLONS LE CAS SASSOU DÉGAGE D’ABORD _AVANT LA TENUE D’UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE CONGO
    La liberté, ça se mérite – Ceux qui sont libres l’ont certainement mérité. Il faut alors la mettre en pratique et avancer.
    Si tu est libre et ne mets pas en pratique ta liberté acquise – cela signifie qu’à l’intérieur de ton être, tu ne sera jamais libre. Sinon, à quoi ça sert d’être libre?
    La liberté « Être libre, c’est faire ce que je veux » ?
    Si la liberté est l’absence de toute règle et de toute contrainte, alors l’animal est libre. Mais ce raisonnement n’a qu’une apparence de vérité: le comportement d’un animal est en fait dicté par son instinct, de sorte que l’animal ne peut pas s’empêcher d’agir comme il agit.
    L’instinct commande, l’animal obéit : loin d’être le modèle de la liberté, l’animal est l’incarnation d’une totale servitude à la nature. On ne peut parler de liberté que pour un être qui s’est affranchi du déterminisme naturel.
    Pour être libre, il faut pouvoir choisir de faire ou de ne pas faire. Seul donc un être qui s’est débarrassé de la tyrannie des instincts peut remplir les conditions minimales de l’accès à la liberté.
    Emmanuel Kant soutient que c’est précisément là le rôle de l’éducation : elle a pour but premier de discipliner les instincts, c’est-à-dire de les réduire au silence pour que l’homme ne se contente pas d’obéir à ce que sa nature commande.
    S’il suffisait d’obéir aux lois injustes et illégitimes pour être libre, alors les sujets d’une tyrannie connaîtraient-ils la liberté?
    Pour Jean Jacques Rousseau, la seule solution à ce problème à la fois politique et morale,c’est que je sois aussi l’auteur de la loi à laquelle je me soumets – Et vous le dictateur Sassou Nguesso? (Isidore AYA TONGA) !!! https://www.youtube.com/watch?v=GUGhb7I4WKI

  5. OYESSI dit :

    @ Cher frère Mwangou,

    « Voici une situation concrète qui nécessite une action concrète. Que devons-nous faire » Ecrivez vous.
    Cette situation concerne précisément les étudiants qui devraient être le fer de lance de la révolution pour mettre le pouvoir dictatorial de Sassou en difficulté jusqu’à le chasser. Or aujourd’hui cette jeunesse estudiantine est complice du pouvoir de Sassou car corrompue et toujours à la recherche de l’argent parce que les mœurs au Congo ont été pollués par la corruption , le vol , le concussion, et la facilité institué par le pouvoir en place. Observe bien cette jeunesse estudiantine pendant les élections.
    Je ne parle pas de leur bourse qui est un droit pour ceux qui la méritent car là aussi c’est sujet à discussion.
    A l’heure de l’internet, la plupart de nos jeunes ne surfent que sur les cites pornographiques ou sur le You tube pour copier la musique. Peu n’y vont pas pour les recherches. Dans les années 70, en classe terminal, nous ne dansions que les après midi de 14h à 20h au plu tard car la police des mineurs veillait. Est ce le cas aujourd’hui, des VIP en passant par les boîtes dites de nuit, les Bars dancing jusqu’aux buvettes notre jeunesse tout âge confondue s’adonnent à cœur joie à la prostitution sans que le pouvoir ne dise mot parce que çà l’arrange.

    Pour revenir à ta question nos étudiants devraient prendre l’exemple sur ceux des pays d’Afrique de l’Ouest qui ont ébranlé les pouvoirs de leur pays nonobstant la répression féroce qui s’abattaient toujours sur eux. Je n’envoie pas les nôtres croiser le feu de la police de Ndengue, mais je crois fortement que les étudiants sont une force insoupçonnable qui une fois mise en mouvement peux paralyser tout Brazza. Il suffit qu’ils mettent leur intelligence en marche et restent solidaires jusqu’au bout. il faut que nous vainquions nos peurs, que nous refusons le chacun pour soi, que nous sachions que nous sommes en face d’un pouvoir assassin prêt à tout mais qu’il faille l’affronter en utilisant des voies qu’on ne peut dévoiler dans un post.

    Nelson, Amour et Béranger, ces trois syndicalistes étudiants portés disparus depuis le 09 février 2018 n’ont refait surface que le 2 Mars, donc pratiquement un mois entrain de se faire maltraiter à la DGST. Où étaient les autres étudiants pendant ce temps? Si dès le 10 février, tous les autres étudiants avaient cessé les cours par solidarité avec leurs leaders, ceux ci ne seront pas aux mains de la justice comme des vulgaires voleurs.

  6. A.D dit :

    CONGO : Alerte ! Menaces sur la région du Pool.
    M. Sassou Nguesso et son gouvernement voudraient bombarder la région du Pool au gaz sarin…
    https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/190218/congo-alerte-menaces-sur-la-region-du-pool. Peronne ne dira de n’ avoir pas été mis au courant.
    « Peu avant le recours au changement de la constitution afin que Sassou-Nguesso se maintienne au pouvoir, on a vu des mastodontes de miliciens privés sous la direction d’Hydevert Moigny se parader à la mode « Rambo » sous l’objectif des caméras de Télé-Congo et des photographes semant la désolation ainsi survient le règne de l’impunité et de l’injustice par l’embastillement. »
    Il y a eu par la suite le 2e énocide du Pool sans comter les disparus du Beach et l’emprisonnement des nombreux opposants polique et simples sypatissants qui croupicent en prison.
    Comme l’avait écrit David Londi,il y a quelques semaiines, « les Congolais doivent donc sortir des prisons de la peur à ciel ouvert dans lesquelles la dictature les enferme.100% des peuples qui se sont libérés se sont battus. La liberté ne se donne pas, elle se conquiert et elle a un coût.la désobéissance civile (refus d’aller travailler, refus de payer les taxes, etc.). Sassou n’enverra pas ses miliciens dans chaque parcelle pour aller chercher les « désobéissants ». « Seule la lutte libère.

  7. mwangou dit :

    @ Oyessi
    Vous avez tout à fait raison… J’ai suffisamment côtoyé le milieu étudiant pour savoir que malheureusement pour le Congo, ces prétendus étudiants ne sont que des mendiants. Oui, le cas de ces étudiants emprisonnés doit nous faire aller vers des analyses plus pointues sur la lutte contre la dictature… Car ce ne sont pas les vieux que nous sommes, qui iront lutter contre la tyrannie. Et de voir que des jeunes se sont faits emprisonnés pour une cause qui concerne tant d’individus et que ceux-ci sont restés aussi insensibles à la souffrance de leurs copains, c’est tout simplement désolant. C’est ça, la vraie victoire de sassou nguesso sur la société congolaise. Et c’est là encore l’occasion de prendre conscience que la situation du Congo n’est pas comparable à celle supposée similaire, par le jeu de l’histoire, d’un autre pays africain. Ailleurs, les étudiants auraient cassé la fameuse dgst. Pourquoi ici, on s’en remet au destin de chacun?

  8. OYESSI dit :

    C’est le triste constat que je fais de notre jeunesse quand je pense que Mokodjimobé et Eboundit devenus tous les deux Docteurs qui n’étaient à peine que de jeunes Lycéens à Savorgnan De Brazza en 1972 ont bravé le pouvoir militaire de Ngouabi avec les Sassou et trouver les moyens pour aller alimenter le maquis de Diawara et ses amis de lutte, je me demande si notre jeunesse actuelle sait vraiment que c’est leur avenir qui est plombé tant que le système monstre de Sassou n’est pas démonté pour qu’il disparaisse à jamais pour toujours.
    Au crépuscule de nos vie, nous assistons impuissants au déclin du Congo dirigé par une bande de prédateurs fils adultérins pour certains, et qui n’aiment en réalité pas ce pays comme ils le prétendent.

  9. David Londi dit :

    @Oyessi et Mwangou, je comprends vos attitudes et analyses respectives mais nous devons aller au-delà du constat. C’est ici que la question de Mwangou reste d’actualité. Que devons-nous faire ? Jour après jour, Sassou teste la résistance du peuple congolais, sans réponse déterminée du peuple, il pousse le bouchon un peu plus loin. Jour après jour la résignation gagne le peuple et Sassou s’enhardit dans ses actions de répression. En effet, Sassou n’est fort que de nos faiblesses. Nous savons que Sassou s’est longtemps préparé à l’option de la violence mais pas à une résistance organisée mais non violente. Le Congo n’est pas le premier pays à avoir une dictature aussi féroce. Même si toutes les situations ne sont pas transposables, il reste néanmoins quelques constantes : la force, la répression, la suppression des droits humains et la corruption. Il en va ainsi dans toutes les dictatures autocratiques. Ceci pour dire que des solutions ont été trouvées, théorisées et mises en pratique. Tout mouvement politique qui veut mobiliser sa base s’organise autour d’un réseau de cellules, relais incontournables du message de l’organe central. Je ne peux pas valider l’idée selon laquelle que toute la jeunesse est corrompue, la preuve ces étudiants qui sont embastillés. Il leur manque une structure de lutte, des leaders crédibles et des moyens pour impulser des mouvements de résistance. À travers tout le pays, des jeunes prêts à combattre existent mais , faute de moyens, baissent les bras. C’est factuel. Sassou résiste aussi parce qu’il a une base même si elle n’est que de 8% qui continue à soutenir parce qu’aucune dictature au monde ne peut durer si elle n’a pas un minimum de base sociale. Ceci est un élément bloquant. Si tous les intellectuels, l’avant-garde, de chaque région agissaient franchement et directement sur leur zone d’influence cette mare de 8% serait asséchée mais force est de constater que c’est loin d’être le cas. Les premiers mots d’ordre des villes mortes s’est heurté à cette réalité, certaines parties de Brazzaville n’y ont pas répondu alors que dans des situations comme celle-ci il est capital d’être unis. Je n’entends pas ce discours de l’avant-garde de toutes les régions encourageant les jeunes à désintégrer cette dictature. Tant que nous aurons Talangaï contre Bacongo Sassou ne sera pas inquiète. Tout le monde doit se rappeler du discours de Sassou, ce mars 1999, près du dispensaire de Talangaï ou celui de Kolelas au lendemain de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. Ici nous sommes dans une vaste duperie dans laquelle l’idéologie tribaliste continue à être au centre du jeu politique pour embrigader cette jeunesse. Soyons moins hypocrites et agissons réellement pour la mobilisation des forces vives du pays.

  10. CD JUMEAU dit :

    Le mode opératoire de ce microbe, célèbre criminel SASSOU NGUESSO Denis, que certains osent encore appeler « président » est toujours le même depuis 40 ans… Emprisonnement des opposants ou de tous ceux qui pensent contraire à lui, torture, assassinat par arme à feu ou par empoisonnement, mutilation et recel de corps de ses victimes… Merde! Réfléchissez peuple du Congo, merde! Si le virus SASSOU n’est pas abattu à son tour, nous allons tous disparaitre de notre pays! Combien de vies humaines ce virus a t-il déjà fauché dans ce Congo là??? Combien de sacrifices humains a t-il occasionné pour ses pratiques satanique??? Combien de villages disloqués ou totalement disparus dans la région de mes parents, le Pool??? Combien d’anti-valeurs a t-il introduit dans le pays??? Combien de personnes à t-il écourté brutalement la vie??? -Bombardements, fermeture du CHU, répressions… et ça continue jusqu’à aujourd’hui, 2018, siècle: 21, devant nous tous et devant le silence complice de ses soutiens français, très impliqués dans la désintégration violente du très riche Congo avec une population de moins de 4 briques d’habitants.

    CONGO, IL EST TEMPS DE TE DÉFENDRE!!! Et comme il a été rappelé, SI TALANGAI ne comprend toujours pas que le mal de tout un pays c’est leur SASSOU, alors ce chef terroriste aura encore des beaux jours pour voler, violer, exterminer les Congolais en général et les Bakongos en particulier. Ce SASSOU (ce virus) est d’une haine indescriptible envers les Congolais y compris vous, TALANGAI, qu’il utilise pour s’enraciner sur le Congo avec son pouvoir satanique. Regardez comment il se retourne contre vos leaders qui lui ont pourtant aidé en 1997 à revenir au pouvoir sans élections. SASSOU, MBOU………!

    Étudiants, organisez-vous!!! commencez à mener des actions de guérilla avec des cocktails Molotov, brulez les véhicules des bourreaux, attaquez leurs maisons, tendez des embuscades aux miliciens… Prenez les armes et renversons le dictateur-terroriste!

  11. Chers compatriotes le chef barbare Mbochi est aux abois . Le FMI vient de lui signifier un désaveu . Nos frères de la RDC ont le clergé Monsengwo chez nous Ya Milandou c’est le silence radio , pendant que parfait Kolelas et Tsaty Mabiala sont au mangeoire avec la dictature Mbochi . Je m’adresse surtout à la disposa de rallier des indignés 242 ou le jeunes Donald ou Faye Monama qui ont une détermination sans ambiguïté . L’année 2018 nous fêtons les 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme . Sassou continu à transformer le pool pour un champs de tire . Les rafles sans cesse continu dans nos grandes villes .

  12. LA RESISTANCE ACTIVE dit :

    POPULATIONS NORD DE BRAZZAVILLE : MOBILISONS-NOUS ET CHASSONS NOTRE ENNEMIS NATIONAL COMMUN SASSOU NGUESSO !!!
    LA FRANCE DOIT-ELLE RETIRER VITE ET MAINTENANT SON SOUS-TRAITANT NÉGRIER ANTISOCIAL ET CRIMINOGÈNE DENIS SASSOU NGUESSO ET POURQUOI ? A DÉFAUT SES RELATIONS ECONOMIQUES ET DIPLOMATIQUES STRATÉGIQUES AVEC LE CONGO POST SASSOU RISQUENT D’ETRE SOIENT TUMULTUEUSES OU FROIDES DANS L’ESPACE ET LE TEMPS.
    CONGOLAIS… DANS LE COMBAT POUR LA LIBÉRATION DE NOTRE PAYS, NOUS AVONS TOUS CONSENTIS DES SACRIFICES, CERTAINS SONT ENCORE EN EXIL OU DANS LES PRISONS, D’AUTRES VIVENT EN CE NET MOMENT COMME DES ANIMAUX DANS LES FORÊTS MAIS, N’OUBLIONS JAMAIS CEUX QUI SONT MORTS POUR NOUS ET POUR QUE LES GÉNÉRATIONS FUTURES AIENT UNE VIE MEILLEURE. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2018/03/populations-nord-de-brazzaville-mobilisons-nous-et-chassons-notre-ennemis-national-commun-sassou-nguesso.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.